Avi Loeb – La vie extraterrestre : Sommes nous les biscuits les plus fins de la boite ?

Introduction

Le Dr Loeb est un physicien théoricien israélo-américain qui s’intéresse de près aux domaines de l’astrophysique et de la cosmologie. Il a travaillé sur la formation et l’évolution des trous noirs, la première génération d’étoiles dans l’univers et l’époque de la réionisation, ainsi que sur les sursauts gamma à haute distance. La méthode proposée pour mesurer directement l’accélération/décélération de l’univers en utilisant la forêt de Lyman-alpha porte son nom, le « test Sandage-Loeb« . Il est mondialement connu pour un grand nombre d’études et de prédictions – souvent pionnières et provocatrices, notamment l’intuition que les exoplanètes pourraient être détectées par microlentilles gravitationnelles et que les météores interstellaires pourraient avoir un impact sur la Terre – et pour son engagement dans la recherche de la vie extraterrestre. Il a également inventé le concept de « l’époque habitable de l’univers primitif ». Ces dernières années, son nom a été associé à ‘Oumuamua, le premier objet interstellaire connu à traverser le système solaire, car il a émis des hypothèses sur son origine artificielle et extraterrestre. Le Dr Loeb préside divers comités consultatifs et est le directeur de la théorie scientifique pour les Breakthrough Initiatives.

Le panel de notre ‘Golden Webinar’ était composé de : – Avi Loeb – orateur – Patricio Gonzalez (patricio.gonzalez.interprete@gmail.com) – interprète – Thomas H. Puzia – co-animateur, professeur à l’IA – Demetra De Cicco – co-animatrice, boursière postdoctorale à l’IA – Felipe Barrientos – Directeur de l’Institut d’Astrophysique (IA) – Elizabeth Artur de la Villarmois – postdoc à l’IA – Paula Ronco – postdoc à l’IA – Giuseppe D’Ago – postdoc à l’IA – Sara Seager – Class of 1941 Professor of Planetary Science, Physics, Jill Tarter – Chaire émérite de recherche SETI à l’Institut SETI – John Blakeslee – Directeur scientifique de l’Observatoire Gemini – Paul Hoyningen-Huene – Professeur de philosophie à l’Institut de philosophie de l’Université Leibniz de Hanovre, en Allemagne, et chargé de cours au département d’économie de l’université de Zurich – Steven Beckwith – Professeur d’astronomie et directeur du Space Sciences Laboratory à l’université de Californie, Berkeley – Dietrich Baade – Astronome à l’Observatoire européen austral de Garching – Ricardo Acevedo – Responsable des questions-réponses, équipe de sensibilisation IA

Traduction

[Musique] Bonjour tout le monde, j’espère que vous êtes tous en bonne santé et que vous allez bien, bienvenue à la prochaine conférence de notre série de webinaires en or sur l’astrophysique.

Notre orateur aujourd’hui est Avi Loeb qui est le professeur de science Frank B. bear jr professeur de science à l’université de Harvard ; je m’appelle Thomas H. Puzia et avec Demetra De Cicco nous avons organisé le webinaire d’aujourd’hui.

Comme dans nos webinaires précédents nous avons de nouveau pris des dispositions pour l’interprétation simultanée qui sera assurée par Patricio Gonzalez qui traduira simultanément pour nous en espagnol.

Nous avons donc le grand plaisir de vous présenter Avi Loeb, notre orateur du webinaire d’or aujourd’hui.

Avi Loeb a obtenu son doctorat en physique à l’université hébraïque de Jérusalem à l’âge de 24 ans. De 1983 à 1988, il a dirigé le premier projet international soutenu par l’initiative de défense stratégique, puis a été membre à long terme de l’institut d’études avancées de Princeton pendant les cinq années suivantes. Il a ensuite été professeur assistant au département d’astronomie de l’université de Harvard, puis professeur associé et est devenu professeur titulaire en 1997.

Il est directeur de l’institut de théorie et de calcul depuis 1997 et également directeur fondateur de l’initiative sur les trous noirs depuis 2016, tous deux à l’université de Harvard. Il préside le conseil de la physique et de l’astronomie de l’académie nationale depuis 2018 et est membre élu de l’académie américaine des arts et des sciences, de la société américaine de physique et de l’académie internationale d’astronautique. Il est ancien membre du conseil présidentiel des conseillers en science et technologie de la maison blanche et membre du conseil consultatif « Einstein a visualisé l’impossible » de l’université hébraïque depuis 2016.

Il a également présidé le comité consultatif de l’initiative breakthrough starshot et a été le directeur de la théorie scientifique pour toutes les initiatives de l’université de Harvard de la fondation « Breakthrough ».   Avi Loeb a écrit 8 livres et plus de 800 articles sur un large éventail de sujets, notamment les trous noirs, les premières étoiles de l’univers, les lentilles gravitationnelles par les planètes, la recherche de la vie extraterrestre et l’avenir de l’univers.

En 2012 le magazine Time l’a sélectionné comme l’une des 25 personnes les plus influentes dans les sciences de l’espace et en 2020 il s’est classé parmi les 14 israéliens les plus inspirants de la dernière décennie.

En 2017 il a émis l’hypothèse du premier objet interstellaire détecté passant dans notre système donc nous passons maintenant la parole à Avi Loeb qui va nous parler de la vie extraterrestre.

Avi Loeb : Merci beaucoup je voulais juste faire deux commentaires pendant que je partage mon écran ; euh d’abord toutes les étiquettes que vous avez entendues à mon sujet ne sont pas vraiment importantes. En fait, vous pouvez me considérer comme un garçon de ferme, je suis né dans une ferme et j’ai poursuivis la science comme une continuation de ma curiosité d’enfant, donc ces étiquettes sont venues en cours de route, mais elles ne sont pas importantes, ce qui compte le plus, c’est que je suive les preuves et que j’essaie de comprendre à quoi ressemble ce mot.

Mon second commentaire est que la moitié de mon ADN génétique est espagnol et je suis très fière de m’adresser à un public espagnol, désolé de ne pas pouvoir faire cette conférence dans cette langue, sinon je le ferais.

C’est un grand plaisir de parler avec vous tous et je parlerai de mon nouveau livre qui vient de sortir il y a 10 jours, et a reçu une quantité extraordinaire d’attentions, bien plus que ce que j’attendais.

Juste pour vous donner une idée mon agent littéraire m’a dit il y a un mois et demi que je devrais prendre un petit déjeuner consistant avant de rencontrer Joe Rogan parce que l’interview va durer trois heures, et il ne savait pas que pendant six semaines j’aurais des interviews consécutives de 8h00 à 20h00.

Donc, au lieu d’un marathon de trois heures, c’était en fait un marathon de six semaines et c’était vraiment épuisant mais j’ai pensé que c’était une plateforme importante pour communiquer l’excitation que nous avons en tant que scientifiques et si je devais résumer mon livre – euh – « Extraterrestres », j’utiliserais la phrase

« Quand vous n’êtes pas prêt à trouver des choses exceptionnelles, vous ne les découvrirez jamais »

Et cela a été le sujet d’un essai du Scientific American que j’ai écrit il y a quelques mois.

Ce que vous voyez à gauche est une photographie qui a été exposée à Berlin il y a quelques mois par la célèbre photographe Herlinde Koelb et elle m’a demandé d’écrire sur la paume de ma main la question la plus importante à laquelle je pense dans le contexte de la science, et ma question était simple :

« Est-ce que nous sommes seuls ? »

Et juste pour expliquer d’où je viens – euh- Je voulais lire un extrait qui illustre pourquoi la modestie est vraiment importante, et c’est la plus grande leçon que j’ai apprise de plusieurs décennies de pratique dans la recherche en astronomie, c’est vraiment le message que nous recevons du ciel, que nous devrions être modestes, et vous savez ce n’est pas évident.

En fait la plupart des gens ne sont pas modestes, en commençant par l’ancien philosophe grec Aristote qui a soutenu que nous sommes au centre de l’univers.

C’était flatteur pour l’ego de beaucoup de gens et pendant mille ans tout le monde a adopté cette notion.

Pendant un millier d’années tout le monde a adopté cette notion que nous sommes le centre de l’univers vous savez, c’est très confortable de croire que nous sommes importants, spéciaux et uniques, mais je vais essayer de défendre tout au long de cet exposé que c’est en fait une mauvaise attitude.

Et donc laissez-moi lire quelques paragraphes de mon livre.

Mon père David a été enterré dans la même terre rouge dans laquelle il a planté des arbres toute sa vie, à proximité de ces plantations qu’il arrosait régulièrement près de la maison qu’il a construite de ses mains robustes, et dans laquelle j’ai grandi, entouré des gens qu’il aimait et qui l’aimaient en retour.

C’est sous ce ciel bleu que j’ai étudié en tant qu’astronome ; ma mère Sarah m’a mis sur la voie de la pensée en tant que philosophe, avec qui j’ai parlé quotidiennement tout au long de ma vie d’adulte – et qui m’a surtout donné la vie de l’esprit – a été enterrée à ses côtés deux ans plus tard.

L’astronomie nous permet de constater que la matière prend de nouvelles formes au fil du temps ; la matière dont nous sommes faits a été produite au cœur d’étoiles massives qui ont explosé.

Elle s’est assemblée pour former la terre qui nourrit les plantes, qui nourrissent nos corps.

Que sommes-nous alors si ce n’est pas des formes éphémères prises par quelques taches de matière pendant un bref moment de l’histoire cosmique à la surface d’une planète parmi tant d’autres.

Nous sommes insignifiants, non seulement parce que le cosmos est si vaste, mais aussi mais aussi parce que nous sommes si petits.

Chacun de nous n’est qu’une structure éphémère qui va et vient, enregistrée dans l’esprit d’autres structures éphémères, et je suis vraiment surpris par le fait que tant de gens arrogants aient vécu sur terre.

Comment pouvaient-ils être arrogants ? Comment pouvaient-ils avoir une haute opinion d’eux-mêmes ? C’étaient généralement des mâles alpha comme celui représenté sur cette photo, des rois et des empereurs qui ont conquis un morceau de terre sur la terre, et se sentaient très fiers d’eux-mêmes.

Je veux dire que nous en avons aussi autour de nous aujourd’hui, mais la vérité est qu’il y a plus d’endroits habitables dans le volume observable de l’univers qu’il n’y a de grains de sable sur toutes les plages de la terre.

Il y a 10 à la puissance 20 Zeta de « Terres » dans le volume observable de l’univers, et il pourrait y en avoir beaucoup plus en dehors de ce que nous pouvons voir, et c’est parce qu’une fraction substantielle de l’ordre de la moitié de tous les soleils – Comme notre soleil – Abrite une planète de la taille de la Terre.

Nous le savons grâce aux dernières données du satellite Kepler, et si c’est le cas, tous ces milliards de planètes dans la galaxie de la Voie Lactée pourraient avoir – Pourraient avoir – de l’eau liquide à leur surface.

Dans la chimie de la vie, comme nous le savons, si vous vous arrangez pour avoir des circonstances similaires, le point de vue sensé le plus commun serait de dire que vous obtenez des résultats similaires, donc il devrait être courant en astronomie de supposer que nous ne sommes pas seuls, et de chercher d’autres intelligences.

Je suis réellement soufflé que la communauté scientifique demande des preuves extraordinaires que nous ne sommes pas seuls, en d’autres termes, donc par défaut, elle estime que nous sommes spéciaux et uniques.

Et ce que j’essaie de défendre ici, c’est un sens de la modestie cosmique, vous savez, c’est, le seul message que nous recevons du ciel, et ces rois et empereurs, qui ont conquis un morceau de terre ici sur Terre et se sont sentis très fiers d’eux-mêmes, ressemblent à une fourmi qui s’agrippe à un seul grain de sable sur le paysage d’une immense plage, c’est complètement ridicule.

Mais je peux comprendre d’où ça vient quand j’ai observé mes filles quand elles étaient jeunes ; elles avaient tendance à croire qu’elles sont spéciales et uniques, qu’elles sont les plus intelligentes parce qu’elles étaient à la maison.

Mais dès qu’elles sont allées au jardin d’enfants, elles ont rencontré d’autres enfants, dont certains sont plus intelligents qu’elles, et elles ont eu une perspective différente.

Donc la seule façon pour notre civilisation de mûrir est d’obtenir des preuves sur les autres dans notre voisinage – Et bien sûr nous ne le découvrirons jamais si nous ne cherchons pas – Donc en ce moment la communauté scientifique traditionnelle en astronomie demande des preuves extraordinaires avant même de discuter de la possibilité qu’il y ait d’autres personnes dans notre rue.

Et c’est exactement l’inverse de ce qu’il faudrait faire, et c’est une sorte de prophétie qui s’accomplit d’elle-même, parce que si la communauté scientifique n’est pas en mesure de trouver des preuves extraordinaires, elle ne pourra pas le faire.

Parce que si le financement de la recherche de signatures technologiques est mille fois moins important que le financement de la recherche de la nature de la matière noire – Nous avons investi des centaines de millions de dollars dans la recherche de la matière noire, des particules massives en interaction hebdomadaire, des idées qui ont été proposées et écartées au cours des dernières décennies – Alors pourquoi investir mille fois moins dans la recherche de signatures technologiques ? Cela n’a aucun sens, car si nous répliquons les conditions de la terre sur tant d’autres planètes, il devrait être courant de considérer l’existence de leurs signatures.

Et qui se soucie de ce qu’est la matière noire ? Elle n’aura pas beaucoup d’effet sur notre vie quotidienne.

Je veux dire, bien sûr, académiquement, c’est intéressant, mais si nous trouvons un enfant plus intelligent dans le quartier, cela aurait des implications fondamentales pour notre société.

Alors comment est-il possible qu’un sujet si important et si intéressant pour le grand public – Et par ailleurs c’est encore le grand public finance la science – Alors comment est-il possible que la communauté scientifique évite d’en discuter, ridiculise quiconque discute des signatures technologiques ou d’une interprétation associée à une civilisation technologique, le ridiculise sur twitter, et se moque de lui et intimide quiconque travaille sur ce sujet ?

Vous savez l’effet le plus important est sur les jeunes, parce qu’ils voient cette réaction, et par conséquent ils décident de ne pas travailler sur ce sujet, donc vous n’avez pas de nouveaux talents qui entrent dans ce domaine de recherche, et ensuite quand le financement est réduit d’un facteur mille par rapport à la recherche sur la matière noire, vous n’avez plus de moyen, et c’est comme si on marchait sur l’herbe et qu’on disait : « Regardez, l’herbe ne pousse pas, apportez-moi des preuves extraordinaires, mais je ne vous donnerai pas de fonds pour la trouver, je ne le ferai pas, je tyranniserai tous ceux qui travaillent sur ce sujet » – Donc les jeunes talents ne viendront jamais.

D’ailleurs, les jeunes talents travaillent sur les dimensions supplémentaires, la théorie des cordes, les multivers, ce sont des sujets grand public. Comment est-ce possible que des sujets qui n’ont aucun lien avec la vérification expérimentale reçoivent un soutien du grand public ?

Ma seule interprétation est qu’ils sont utilisés comme bac à sable pour démontrer que les praticiens sont intelligents, donc si une communauté assez large de personnes dans la culture académique décide que vous pouvez travailler sur un domaine mathématique, et démontrer que vous êtes intelligent, et donc obtenir des prix, et tout cela sans vous immiscer vous-même dans le jeu, sans le tester contre des preuves expérimentales, alors c’est très bien.

Mais si vous parlez de chercher des preuves pour quelque chose qui pourrait aussi bien être là dehors, qui est ridiculisé, alors quelque chose ne va vraiment pas dans la culture scientifique actuelle, et mon livre tente de corriger cela maintenant.

Nous ne sommes probablement pas les biscuits les mieux façonnés du bocal, et par bocal je veux dire de la galaxie de la voie lactée.

Pour une variété de raisons ; vous savez, quelle est la chance que si vous partez de la soupe chimique qui existait sur terre et que vous finissiez avec l’espèce la plus intelligente possible, c’est comme regarder des livres de recettes, et pensez que vous pouvez partir des mêmes ingrédients pour obtenir des gâteaux très différents selon la façon dont vous les mélangez – Et je trouve difficile à croire que la terre ait réussi par faire le meilleur gâteau à partir de processus aléatoires.

Mais en plus si je regarde les nouvelles tous les jours, il ne semble pas que nous soyons très intelligents. Nous gaspillons beaucoup de ressources à nous battre les uns contre les autres, plutôt que de travailler ensemble vers un meilleur avenir.

Prenez l’exemple du racisme, je veux dire que ça n’a aucun sens que sur la couleur de la peau vous décidiez des qualités d’une personne. Je veux dire si vous regardez la situation dans son ensemble, nous nous sommes tous les mêmes par rapport au reste de l’univers, et donc peut-être que nous ne sommes pas si intelligents que ça si nous nous comportons comme nous le faisons.

Nous pourrions apprendre quelque chose en trouvant d’autres personnes là-bas, peut-être qu’il y a un enfant plus intelligent dans le quartier dont nous pouvons apprendre, c’est mon espoir, je veux dire que je ne trouve pas beaucoup d’intelligence ici sur terre et c’est en partie pour ça que je regarde vers le ciel, peut-être qu’elle est là maintenant.

Nous savons que la terre est notre maison, mais elle ne le sera que pour un moment ; il y a des menaces internes dues au changement climatique, des guerres non conventionnelles, des catastrophes politiques ou technologiques que nous provoquons nous-mêmes comme des blessures auto-infligées, et évidemment ces technologies que nous développons pourraient aussi entraîner notre propre destruction, ce qui peut impliquer que les autres civilisations ont une courte durée de vie, peut-être qu’elles ne vivent pas longtemps.

Peut-être qu’elles ne vivent pas plus de quelques siècles, parce que typiquement, on se trouve à peu près au milieu de sa vie, statistiquement parlant. Peut-être qu’on développe la technologie pendant un siècle, puis on a encore quelques siècles à vivre et c’est tout.

Mais il y a aussi les menaces externes ; par exemple il y a 66 millions d’années il y avait un rocher géant à peu près de la longueur de l’île de Manhattan qui s’approchait de la terre.

Les dinosaures regardaient en l’air, ça devait être un spectacle incroyable de voir ce rocher devenir de plus en plus gros dans le ciel, mais le plaisir s’est arrêté quand il a touché le sol.

Maintenant les dinosaures avaient des corps énormes, et vous pourriez penser que c’est très utile pour la survie.

Il s’avère que même si le corps humain est beaucoup plus petit, le cerveau est vraiment important pour la survie parce que nous pouvons avoir des astronomes qui regardent le ciel et recherchent des roches qui pourraient nous frapper, et ensuite, si nous identifions une roche dangereuse, nous pourrions essayer de la dévier.

C’est la base de la tâche que le congrès a donné à la NASA, d’identifier tous les objets plus grands que 140 mètres, ou peut-être pas tous, mais plus de 90 pour cent de ces objets plus grands que 140, mètres qui arrivent près de la terre.

On les appelle les objets géocroiseurs, et la première tentative dans ce but a été de trouver un moyen de les identifier, et la première tentative dans cette direction a été faite avec le télescope Pan-STARRS sur le mont Haleakalā à Hawaii, et dans moins de trois ans, l’observatoire Vera Rubin, au Chili tentera de continuer cette tâche et d’identifier environ 60% de tous ces objets, donc environ deux tiers de la tâche demandée par le Congrès.

Bien sûr 140 mètres est une taille beaucoup plus petite, environ un pour cent de la taille de la roche qui a tué les dinosaures, mais je dois dire qu’il y a d’autres risques, et bien sûr, dans un milliard d’années, le soleil fera bouillir tous les océans sur la terre en raison d’un effet de serre, donc nous devrons nous déplacer dans l’espace.

D’autres civilisations pourraient avoir eu ces problèmes, car n’oubliez pas que le soleil est une caméra relativement tardive, la plupart des étoiles de l’univers se sont formées avant le soleil, des milliards d’années avant le soleil, donc s’ils suivent la même histoire, beaucoup de civilisations nous ont précédés il y a des milliards d’années, et la plupart d’entre elles sont mortes aujourd’hui, on peut rechercher leurs reliques.

On ne peut pas avoir une conversation divertissante avec la culture Maya, mais on peut faire des fouilles archéologiques qui trouveront des traces de la culture Maya, c’est la même chose dans l’espace.

On peut faire de l’archéologie spatiale et rechercher des reliques de ces civilisations qui ont existé avant nous ; elles flotteront dans l’espace et c’est ce que l’on appelle des « vestiges », et cela remplacera l’approche que nous avons utilisée au cours des soixante-dix dernières années pour rechercher des signaux radio, parce que les signaux radio sont comme une conversation téléphonique, il faut que la contrepartie soit vivante et cela réduit considérablement le nombre de possibilités, et je pense qu’il y a beaucoup plus de civilisations mortes que de civilisations vivantes.

Donc je suggère qu’au lieu de chercher des signaux, nous cherchions des reliques.

Maintenant laissez-moi dire quelques mots sur mon histoire personnelle, je la décris aussi dans mon livre.

Je suis né dans une ferme, et j’avais l’habitude de ramasser les œufs tous les après-midis comme vous pouvez le voir sur la deuxième image à partir de la gauche, et j’avais aussi l’habitude de conduire le tracteur comme vous pouvez le voir sur la troisième image.

J’avais l’habitude de conduire ce tracteur sur les collines du village avec ma sœur, ou pendant les week-ends, et de lire les livres de philosophie, parce que la philosophie aborde les questions les plus fondamentales que nous avons, et malheureusement elle ne répond pas à beaucoup d’entre elles.

Mais c’était l’amour de ma jeunesse, et je voulais vraiment devenir philosophe, mais les circonstances m’ont empêché de le faire, parce qu’en Israël où je suis né, il y a un service militaire obligatoire à l’âge de 18 ans, et j’ai été appelé dans un programme qui m’a permis de poursuivre un doctorat en physique au profit de la défense du pays, et je préférais cela à courir dans les champs avec un fusil.

Donc c’était plus proche de la philosophie, mais pas vraiment de la philosophie, et ensuite j’ai dirigé un projet qui était le premier projet international financé par l’initiative Star Wars du président Ronald Reagan,et cela m’a amené à Washington DC assez fréquemment.

Lors d’une de ces visites, j’ai visité l’institut d’études avancées de Princeton, où on m’a offert une bourse de cinq ans, à la seule condition que j’obtienne un diplôme d’astrophysique.

Je ne savais pas comment le soleil brille, et il m’a fallu plusieurs années à Princeton pour apprendre le vocabulaire, mais c’était en fait un avantage pour moi, car personne ne me disait quoi chercher, et je devais en quelque sorte m’inventer dans ce nouveau domaine de recherche.

Et je suis devenu indépendant, j’ai appris à définir mes propres problèmes pour ainsi dire, et ensuite je suis arrivé à Harvard parce que personne ne voulait de ce genre de poste, les chances d’être titularisé étaient très faibles ; je ne m’en suis jamais trop inquiété, parce que j’ai toujours eu le plan B,de retourner à la fermeEt je l’ai toujours en tête quand mes collègues m’énervent…

Bref, j’ai rencontré ma femme Reed et vous pouvez la voir sur la droite… J’ai deux filles, donc je suis entouré de trois femmes, ce qui est la plus grande bénédiction de ma vie.

Vous pouvez voir en bas à gauche, une limousine noire s’était garée devant le centre d’astrophysique de Harvard, et un entrepreneur de la Silicon Valley, Yuri Milner, est entré dans mon bureau, s’est assis sur le canapé en face de moi et m’a dit :

 » Seriez-vous intéressé de diriger un projet pour visiter l’étoile la plus proche au cours de notre vie ? « 

L’étoile la plus proche au cours de notre vie – Maintenant Yuri et moi avons tous les deux 59 ans – Et ce que cela signifiait était vraiment 20 ans, et je me suis souvenu que l’étoile la plus proche est à quatre années-lumière, donc il faut quatre ans à la lumière pour parcourir cette distance.

Vous avez donc besoin d’un vaisseau spatial qui voyage à un cinquième de la vitesse de la lumière.

Est-ce possible ? J’ai dit à Yuri que j’avais besoin d’environ six mois pour y réfléchir, et ensuite j’ai dit que j’avais besoin d’un peu plus de temps que prévu et je reviendrai vers lui avec une recommandation.

Et avec mes étudiants et mes postdocs, nous avons examiné les différentes possibilités, et nous avons conclu qu’il n’y a qu’une seule technologie qui peut accomplir cette tâche, et c’est une voile légère poussée par un faisceau laser très puissant, et je vais en parler dans une minute, nous l’avons annoncé en avril 2016 et Stephen Hawking est venu pour l’annonce publique à New York city.

Alors voici une image du système solaire, le soleil est à gauche, et ensuite vous pouvez voir les planètes ; à peu près à 10 fois la séparation Terre-Soleil vous trouvez Saturn, et à 100 fois la séparation Terre-Soleil vous trouvez les héliopôles, et aussi la ceinture de kuiper.

L’héliopause est l’endroit où le vent solaire est arrêté par le milieu interstellaire, le gaz qui remplit le vide entre les étoiles, mais le système solaire ne s’arrête pas là, il s’étend en fait jusqu’à 100 000 fois la distance Terre-Soleil, donc mille fois plus loin que les héliopôles.

Le nuage d’Oort contient les blocs de construction des planètes, ce sont des roches, la plupart couvertes de glace, qui sont les restes du projet de construction du système solaire ; les planètes ont été faites de petits blocs de construction et certains d’entre eux ont été dispersés dans le nuage d’Oort, et quand ces roches glacées s’approchent du soleil, certaines d’entre elles se réchauffent et apparaissent sous forme de comètes.

Et en fait lundi je vous donnerai un scoop, vous entendrez parler d’un article de la revue Nature, qui parle du fait que les dinosaures ont été probablement tués par la perturbation d’une comète à longue période, qui s’est désintégrée près du soleil, donc pour les détails regardez les nouvelles lundi.

Maintenant le nuage de Oort est à peu près à mi-chemin de l’étoile la plus proche Proxima Centauri qui est un membre d’un système de trois étoiles Alpha Centauri.

Cela signifie que si ces étoiles ont aussi un nuage d’Oort, les anciens nuages se touchent comme des boules de billard densément tassées, donc pensez aux espaces interstellaires remplis de nuages d’Oort qui se touchent, donc quand les étoiles passent près les unes des autres, les objets les plus lâchement liés à la périphérie de l’ancien nuage de chaque étoile pourraient facilement être déchirés et devenir des membres de la population d’objets interstellaires, des objets qui n’appartiennent à aucune étoile mais qui se déplacent dans l’espace interstellaire.

Nous avons calculé la population attendue d’objets interstellaires avec Ed Turner et Amaya Moro-Martín en 2007, c’était le premier article écrit sur ce sujet, et nous avions prévu que le télescope Pan-STARRS Survey n’en trouverait aucun, car le nombre était erroné par un facteur compris entre 100 et 100 millions, plusieurs ordres de grandeur en moins que ce qui était nécessaire pour que Pan-STARRS trouve quoi que ce soit, mais nous avions dit qu’avec l’observatoire Vera Rubin nous pourrions en trouver.

Maintenant, Proxima Centauri, qui est illustrée ici, a une planète dans la zone habitable, c’est une étoile qui a seulement 1/12 de la masse du soleil, c’est une étoile naine, elle a environ la moitié de la température de surface du soleil, 3000 degrés, donc au lieu que le soleil émette de la lumière visible cette étoile émet de la lumière infrarouge.

Nous avons des yeux qui sont sensibles à la lumière visible parce que c’est utile, cette lumière est très abondante ici sur terre venant du soleil, et quand elle rebondit sur des objets comme les prédateurs, elle vous aide à survivre, vous pouvez les fuir si vous détectez cette lumière, et c’est pourquoi nos yeux détectent la lumière visible.

Mais pensez aux créatures qui pourraient exister sur la planète voisine de Proxima Centauri, la planète habitable, elles devraient avoir des yeux avec une sensibilité dans l’infrarouges, et d’ailleurs la plupart des étoiles de la galaxie de la voie lactée sont des étoiles naines comme Proxima Centauri, qui vivent mille fois plus longtemps que le soleil, donc la plupart des créatures de la galaxie de la voie lactée pourraient avoir des yeux avec une sensibilité dans l’infrarouges.

Peut-être que cela explique pourquoi les agences de tourisme interstellaires ne font jamais de publicité pour les sites de vacances sur la terre, parce que ces créatures n’aiment pas l’herbe verte, elles sont habituées à l’herbe rouge foncé de leurs planètes d’origine et la lumière visible leur fait mal aux yeux.

Alors pourquoi viendraient-elles nous rendre visite ? La seule façon pour nous d’attirer leur attention est peut-être d’aller là-bas et de les inciter à nous rendre visite en leur offrant une boisson à base d’eau.

Maintenant, pensez à la planète à côté de Proxima du Centaure, elle est si proche, elle est 20 fois plus proche que la Terre du soleil, c’est pourquoi elle est habitable, même si l’étoile est si faible, et elle est si proche de l’étoile qu’elle est verrouillée par la torsion, elle montre le même côté à l’étoile quand elle se déplace, et d’ailleurs elle finit un cercle en 11 jours. s’il y a des créatures là-bas elles fêtent leur anniversaire tous les 11 jours, il doit y avoir beaucoup de fêtes là-bas, mais il y a un côté jour permanent et un côté nuit permanent donc les créatures du côté nuit seraient très différentes de celles du côté jour, et il y a une bande permanente de coucher de soleil qui sépare les deux côtés.

Mes filles disent que la que la valeur immobilière de cette bande sera très élevée parce qu’on peut voir le coucher de soleil pour toujours, donc si on y va une fois, elles veulent avoir une maison dans la rue du coucher de soleil permanent.

Maintenant on pourrait vouloir y aller pour voir ce qui se passe, vous savez, pour voir toutes ces fêtes, et si on veut le faire dans quelques décennies, de notre vivant, on a besoin d’un vaisseau spatial qui voyage à un cinquième de la vitesse de la lumière, donc le concept que nous avons proposé à Yuri Milner était d’avoir une voile légère poussée par un faisceau laser très puissant.

Ce dont vous avez besoin c’est une centaine de gigawatt focalisé sur un faisceau à peu près de la hauteur d’une personne, de quelques mètres, qui pèse de l’ordre d’un gramme.

Et on peut montrer que cela pousserait la voile à un cinquième de la vitesse de la lumière en quelques minutes, et la distance sur laquelle la voile se déplacera pendant ce temps est cinq fois la distance de la lune.

Et bien sûr on peut équiper la voile avec de l’électronique miniaturisée, le genre que l’on trouve dans un téléphone portable, qui comprend une caméra, un dispositif de navigation et un dispositif de communication comme vous pouvez le voir dans le panneau du milieu.

L’approche d’un laser a déjà été testé en utilisant la lumière du soleil, ce que vous voyez sur la droite c’est la voile lumineuse déployée par la Planetary Society en 2019, et voici le concept où beaucoup de petits lasers de faible puissance combinent leurs faisceaux pour former un faisceau laser très puissant.

Vous avez besoin d’un faisceau cohérent de radiation pour pouvoir le focaliser sur quelques mètres, et bien sûr la voile est relâchée par un vaisseau mère au-dessus de l’atmosphère qu’elle ne subisse pas les frottements.

On peut lâcher une voile tous les jours, et quelques minutes après avoir pointé le laser sur la voile, elle atteindra un cinquième de la vitesse de la lumière, et voyagera pendant 20 ans, pour passer quelques minutes vers Proxima Centauri, le temps du déjeuner, ce qui est assez ennuyeux si on y pense, en espérant qu’elle passera près de la planète et prendra une photographie.

Le plus grand défi sera de transmettre cette photographie pour que nous puissions recevoir l’information sur terre. Le faisceau de radiation qui transmettra cette photographie à la terre se répandra probablement sur une distance plus grande que la séparation entre la terre et le soleil.

Donc le signal sera très faible lorsqu’il arrivera sur Terre, mais avec un télescope suffisamment grand, nous pourrions le recevoir.

C’est le concept de Breakthrough Starshot,et nous travaillons actuellement au développement des technologies nécessaires.

Mais en ce qui me concerne, la question n’est pas de savoir s’il y a une vie primitive sur Mars ou dans le système stellaire le plus proche. Il s’agit plutôt de savoir si nous sommes l’enfant le plus intelligent du quartier, et comme je l’ai dit, il n’y a pas de bonne raison de s’attendre à cela, c’est peut-être la raison pour laquelle beaucoup de mes collègues ne veulent pas s’engager dans la recherche.

Tout comme mes filles, si je le leur demandais, elles préféreraient ne pas aller au jardin d’enfants parce qu’alors elles peuvent garder l’illusion qu’elles sont les plus intelligentes.

Sans préjugés, nous devrions admettre que la connaissance est toujours bénéfique, vous voulez savoir qui vit dans votre quartier ; je ne veux pas faire l’autruche, vous savez, tout comme ces philosophes à l’époque de Galilée, qui ont dit « Non nous ne voulons pas regarder dans un télescope, nous savons que le soleil tourne autour de la terre » puis ils l’ont mis en résidence surveillée.

Maintenant ils ont simplement maintenu leur niveau d’ignorance, mais ça n’a pas changé le fait que la terre tourne toujours autour du soleil. La réalité ne se soucie pas vraiment de savoir si vous l’ignorez, et nous pouvons être ignorants.

C’est très bien, je veux dire les animaux ne se soucient pas de l’environnement qui les entoure, ils n’ont pas besoin de connaissances scientifiques, ils vivent juste leur vie, et nous pouvons faire la même chose aussi, mais pour moi, savoir est le plus grand plaisir que l’on puisse avoir dans la vie et c’est pourquoi je fais de la science.

Je me fiche du nombre de likes que j’ai sur Twitter, tout comme les entraîneurs de basket je garde les yeux sur le ballon, pas sur le public, et franchement je me fous de ce que disent les autres ; et si les preuves sont excitantes et intéressantes, je me contente de les suivre.

Juste pour vous donner un exemple dans le contexte de l’objet que je décrirai dans une minute, il y avait un séminaire à Harvard – Le nom de l’objet j’y viendrai dans une minute – Et quand le séminaire s’est terminé j’ai quitté la salle de séminaire avec un de mes collègues qui a travaillé sur les roches du système solaire pendant des décennies, et il a dit Oumuamua est tellement bizarre que j’aurai souhaité qu’il n’existe jamais.

C’était épouvantable pour moi, parce que la plus grande émotion que vous puissiez avoir en tant que scientifique est de trouver des preuves qui ne correspondent pas tout à fait à ce que vous attendiez, parce que vous apprenez quelque chose de nouveau.

Evidemment ça vous sort de votre zone de confort, mais si vous pensez à la mécanique quantique, ça a sorti beaucoup de gens de leur zone de confort, et même Einstein a résisté à l’action sinistre à distance (Spooky Action…) jusqu’à sa mort

Et ensuite des expériences ont vérifié qu’Einstein avait tort, alors peu importe qu’il sorte les gens de leur zone de confort, ce qui compte c’est ce qu’est la réalité, et c’est ce que nous avons l’obligation de découvrir en tant que physicien ; ce n’est pas d’être aimé sur Twitter, c’est de découvrir ce qu’est la réalité. Ce n’est pas d’avoir des honneurs ou des récompenses, ou d’appartenir à des sociétés honorifiques.

Alors soyons ouverts d’esprit, et en passant, je suis vraiment frappé par le fait que le secteur commercial est souvent plus ouvert d’esprit que la communauté académique.

Une façon d’interpréter cela est que la communauté académique est actuellement conduite par le désir de construire une image telle que vous optimisez vos chances d’obtenir des prix et des honneurs, et vous suivez un chemin qui satisfait les volontés du comité de sélection pour ces honneurs, plutôt que de prendre des risques et de mettre un peu de votre peau dans le jeu.

Vous savez les enfants mettent littéralement de leurs peaux lorsqu’ils jouent et c’est pourquoi ils se font tout le temps contusionner, et je veux garder ma curiosité d’enfant.

La gazette de Harvard, la pravda de l’université de Harvard, m’a demandé quelle était la chose que je voudrais changer dans le monde, et j’ai répondu que j’aimerais que mes collègues se comportent plus comme des enfants, parce que les enfants n’ont pas de préjugés, pas de bagages, ils veulent juste apprendre par eux-mêmes de quoi il s’agit, et c’est ce qui est amusant dans la science. Nous sommes intelligents, et ainsi de suite, la nature peut être simple.

Peut-être que nous ne pouvons pas faire de la gymnastique mathématique, comme le font les théoriciens des cordes, vous savez ce n’est pas le problème de ne pas montrer que vous êtes intelligent, le problème est de comprendre ce qu’est la réalité, et si vous n’avez pas de preuves pour vous guider vous pouvez être complètement à côté, vous pouvez prendre le mauvais virage sur l’autoroute.

Donc la recherche de signatures technologiques – Que je considère comme la question la plus importante en science qui intéresse le public – Et que le public finance, alors comment les scientifiques osent-ils ignorer cette question s’ils ont les moyens de l’aborder ?

La recherche peut commencer dans notre arrière-cour,  Oumuamua, le premier objet provenant de l’extérieur du système solaire qui a été identifié près de la terre le 19 octobre 2017 par le Pan-STARRS, que j’ai mentionné auparavant, qui recherchait des objets proches de la terre.

Oumuamua signifie un éclaireur ou un messager lointain, dans la langue hawaïenne maintenant, bien sûr, en se basant sur ce que j’ai dit avant, les astronomes supposent qu’il doit s’agir d’une comète parce que si elle a été arrachée des parties extérieures de nos nuages où les objets sont lâchement liés, ce devrait probablement être une comète et ici dans cette image, vous pouvez voir cet objet tourner autour du bleu et à côté de lui, vous pouvez voir des traînées de points, ce sont des étoiles de fond qui se déplacent par rapport aux objets.

Donc quand vous vous focalisez sur l’objet vous voyez les étoiles comme une séquence de points représentant les instantanés qui se déplacent dans le ciel par rapport à l’objet, ou quand l’objet se déplace par rapport à elles et voici comment l’objet s’est déplacé dans le ciel.

Il a commencé dans le coin supérieur droit maintenant s’il y a des astronomes amateurs dans le public, ils reconnaîtraient les mots violets euh à côté de l’endroit où Oumuamua acommencé son voyage, il est dit Apex solaire,  c’est la direction dans laquelle le soleil se déplace dans le soi-disant appelé standard local de repos.

Le standard local de repos est le cadre de référence que vous obtenez lorsque vous faites la moyenne des mouvements de toutes les étoiles dans le voisinage du soleil, c’est en quelque sorte le parking galactique, c’est l’endroit où vous pouvez définir le cadre de repos de la galaxie dans notre voisinage par rapport à notre soleil, et il s’avère que Oumuamua était au repos dans ce cadre, et seulement une étoile sur 500 est au repos dans ce cadre.

C’est surprenant parce que si vous si vous prenez une comète, un rocher glacé de la partie extérieure du nuage de Oort autour de l’étoile, le mouvement relatif de cet objet par rapport à l’étoile est très petit, minuscule, donc quand cet objet se sépare de son étoile hôte, il hérite du mouvement de l’étoile, donc on s’attendrait à ce que Oumuamua se déplace par rapport à l’étalon local de repos comme toutes les étoiles, mais il s’avère qu’elle était au repos, la probabilité que cela se produise est d’une sur 500 et le mouvement du soleil par rapport au sujet reflétait simplement le mouvement de l’étoile par rapport à l’étalon local de repos, un peu comme une beauté assise sur la surface de l’océan au repos, et puis le système solaire lui est rentré dedans comme un vaisseau géant.

Et voici la trajectoire que le soleil a dévié, et a donné un coup de pied à cet objet dans une direction différente, euh, vous savez basée sur son influence gravitationnelle.

Maintenant un autre fait particulier de cet objet était que pendant qu’il culbutait sur une période de huit heures, sa luminosité a changé d’un facteur dix, et que l’objet s’est déplacé dans une direction opposée à la sienne.

Pensez à un morceau de papier fin comme une lame de rasoir qui tombe dans le vent, les chances de le voir sont très faibles et un changement d’un facteur 10 dans la surface que vous voyez, c’est beaucoup.

Nous n’avons pas vu cela pour les objets du système solaire et en fait, avec mon étudiant, nous avons montré que si vous incluez des données plus tardives, le facteur est en fait plus de 30 que de 10. Cela signifie que l’objet projeté sur le ciel est au moins 10 fois plus long que large, mais en essayant d’ajuster la courbe de lumière, cela implique qu’avec un niveau de confiance de 90%, l’objet a la forme d’une crêpe, d’un disque plat et non d’un cigare, comme il a été représenté dans certains dessins sur le ciel ; il a l’air allongé comme un cigare, mais intrinsèquement il a probablement la forme d’une crêpe.

D’ailleurs j’ai visité le mont Haleakalā à Hawaii, j’ai donné un colloque à l’observatoire et le directeur de l’observatoire m’a fait une visite, et j’ai vu le télescope solaire qui était juste en construction à l’époque.

En juillet 2017 on était en vacances à Maui avec ma famille, mais à ce moment-là on ne savait pas pour Oumuamua,c’est dommage parce qu’il s’approchait de nous, on aurait pu facilement envoyer une mission avec une caméra qui croiserait son orbite, et qui aurait pris une photo de près.

Je dois dire qu’on dit souvent qu’une image vaut mille mots, dans ce cas une image vaudrait 66 000 mots, le nombre de mots dans mon livre, et  je n’aurais pas eu besoin d’écrire ce livre si j’avais eu une image, car une image peut démontrer clairement si un objet est artificiel ou naturel, et donc au moment où cet objet a été identifié, il était déjà au-delà de l’approche du soleil, et puis c’était le 19 octobre et comme vous pouvez le voir il a déjà commencé à s’éloigner de nous, un peu comme un invité qui est venu dîner, et au moment où vous réalisez que l’invité est intéressant, il est déjà sorti par la porte d’entrée pour s’enfuir dans la rue sombre, et nous ne pouvions pas vraiment le poursuivre parce qu’il se déplaçait plus vite que nos fusées.

Maintenant il est un million de fois plus faible qu’il ne l’était près du soleil donc nous ne pouvons même pas le voir, il n’y a aucun intérêt à le poursuivre parce que vous devez équiper un vaisseau spatial, même s’il se déplaçait très vite, il faut l’équiper d’un grand télescope pour trouver l’objet… Les objets comme ça s’atténuent inversement à la distance de la puissance du soleil.

Si nous avions trouvé cet objet avec quelques années d’avance avec le Pan-STARRS, nous devrions en trouver un autre dans les années qui suivent, et en fait l’observatoire Vera Rubin, qui est beaucoup plus sensible, pourrait trouver un tel objet chaque mois, et donc ce que nous devons faire, c’est identifier ces objets qui ont l’air aussi bizarres, et s’assurer qu’il y a une caméra proche de leur trajectoire.

Une manière de réaliser cela est de déployer des caméras tout au long de l’orbite de la terre autour du soleil à l’avance, et l’une d’entre elles sera assez proche des futurs objets interstellaires qui ont l’air bizarres, et ensuite on prend une photo.

On n’a pas besoin d’être obsédé par le fait qu’on peut en trouver d’autres qui ont la même apparence, parce que je crois au principe copernicien, on ne vit pas à une époque privilégiée, donc on cherche quelques années de plus et on en trouvera un autre.

Il y a très peu de chance qu’on vienne de trouver le seul ; il devrait y avoir un tel objet par volume associé à l’orbite de la terre autour du soleil.

Laissez-moi vous expliquer tout d’abord comme je l’ai mentionné, l’abondance est beaucoup plus grande que ce que nous avions prédit dans un article écrit une décennie plus tôt ; si c’était un rocher, on ne s’attendrait pas à ce qu’il y ait autant de rochers de cette taille, c’est juste trop, trop de masse par système planétaire, ce qui ne correspond pas à ce que nous devons expliquer, soit une chance sur 500.

Et puis sa luminosité a changé d’un facteur 10 ce qui implique une forme très extrême, très probablement en forme de crêpe, vous savez on ne voit pas souvent des roches en forme de crêpe. Mais peut-être qu’il n’y a pas eu de chaleur détectée par les télescopes, aucune émission infrarouge.

Nous savons maintenant quelle température avait l’objet parce qu’il s’est rapproché du soleil ; nous savons d’après son orbite quelle devrait être la température de surface de tout objet sans atmosphère, qui est dictée par sa distance au soleil, et nous savons que nous connaissions la trajectoire, donc nous savions exactement quelle température la surface aurait dû avoir étant donné cette température, et étant donné que le télescope spatial n’a vu aucun rayonnement infrarouge, nous pouvons obtenir une limite supérieure de la taille.

C’était à peu près la taille d’un terrain de football, quelques centaines de pieds, ou cent à deux cents mètres, et c’est la taille maximale parce que le télescope n’a pas vu de rayonnement infrarouge. Bien sûr il pourrait être plus petit ; s’il faisait 20 mètres alors il devait être un miroir parfait, parce que nous connaissons la quantité de lumière solaire nous avons reçu, réfléchie par sa surface.

Donc vous savez que dans l’ensemble il y a eu un effet de miroir, il est assez brillant. L’anomalie la plus importante est qu’il a dévié d’une orbite capillaire formée juste par la gravité du soleil, et si c’était une comète nous aurions vu une queue cométaire. Si c’était une comète il fallait évaporer environ dix pour cent de la masse de la comète pour obtenir la poussée qui a été détectée, donc dix pour cent c’est beaucoup de masse, on aurait vu cette queue cométaire très facilement, mais on ne l’a pas vu.

La seule alternative à laquelle j’ai pu penser à l’époque pour le dégazage comme source de la poussée par l’effet fusée, était la poussée par réflexion de la lumière solaire mais cela nécessite que l’objet soit très fin, un peu comme une voile légère, mais la nature ne fait pas de voiles légères, ce qui m’a conduit à proposer que peut-être c’est un objet fabriqué artificiellement, peut-être que ce n’est pas une roche.

L’homme des cavernes aurait conclu qu’il s’agissait d’une pierre brillante ; les propositions courantes comme alternative à une origine artificielle étaient les suivantes – Je devrais dire la communauté scientifique était divisée en trois parties – Il y a une partie qui est très bruyante, ce sont les gens qui écrivent des blogs, qui écrivent des livres de vulgarisation scientifique, mais si vous vérifiez chacun d’entre eux, vous découvrirez que même s’ils sont bien connus du public – Je ne mentionnerai pas les noms – Si vous vérifiez les archives, vous constaterez qu’ils n’ont jamais écrit un article scientifique au cours de la dernière décennie, ce ne sont donc pas des scientifiques.

Ils se disent scientifiques mais ils n’ont pas écrit un seul article scientifique, et encore moins sur Oumuamua, mais en général aucun article scientifique en dix ans montre que ce ne sont pas des praticiens de la science, ce ne sont pas des scientifiques et je ne lis même pas ce qu’ils écrivent c’est complètement hors sujet en ce qui me concerne.

Mais je prête attention à mes collègues qui pratiquent la science, et la majeure partie de la communauté scientifique n’est pas familière avec les détails, ne prête pas attention aux anomalies et dit : « Ah oui, je ne veux pas entrer dans un débat controversé, c’est probablement une affaire naturelle comme d’habitude », mais il y a un groupe de scientifiques qui sont très respectés, ce sont les scientifiques qui prêtent attention aux anomalies, donc je me fiche des déclarations générales faites sur Twitter disant « Oh oui c’est naturel ».

Non je m’en moque je veux que celui qui veut proposer une explication à cet objet trouve une bonne explication à toutes ces anomalies, et cela pourrait être écrit sous la forme d’un article scientifique ; donc je prête attention aux articles scientifiques des gens qui ont pris au sérieux les anomalies, et ont essayé de les expliquer à partir d’une origine naturelle.

Ce sont les personnes qui suivent la pratique scientifique ; toutes les autres personnes qui crient depuis les coulisses ne suivent pas le processus scientifique.

Alors qu’ont proposé ces personnes sérieuses, les scientifiques sérieux ?

Une des suggestions était que c’est comme un tas de poussière – Euh le genre que vous trouvez à la maison – Une collection de particules de poussière liées ensemble très lâchement dans un objet poreux qui est cent fois moins dense que l’air.

Pensez-y, une vapeur qui s’échappe d’une casserole d’eau bouillante, alors pensez à un objet qui est cent fois moins dense qu’un nuage de vapeur et qui est suffisamment raréfié pour que la réflexion de la lumière solaire par un tel nuage de poussière le pousse suffisamment pour expliquer la poussée excessive de Oumuamua.

Je trouve que ce n’est pas très plausible parce que l’objet s’est approché si près du soleil qu’il a été chauffé par des centaines de degrés kelvin, alors comment un tel nuage de poussière peut-il être aussi dense ? Comment un tas de poussière aussi lâchement lié peut-il maintenir sa force matérielle pour tenir ensemble et tourner pendant huit heures, quand il est chauffé par des centaines de degrés, et aussi pendant son voyage interstellaire de millions d’années ?

Alors il y a eu cette suggestion que peut-être le Oumuamua est un fragment issu de la perturbation d’un objet plus gros, qui est passé près d’une étoile.

Le problème est que ce phénomène produit souvent des reliques en forme de cigare, et cet objet était, à 90 pour cent, en forme de crêpe. De plus la probabilité qu’un objet soit perturbé par une étoile nécessite qu’il doive passer très près d’une étoile, cette probabilité est faible, donc la plupart des objets que vous trouverez, sans parler de l’objet qui nous intéresse, auront la forme d’un cigare.

Ensuite il y a eu une suggestion, peut-être, que c’est un iceberg d’hydrogène moléculaire congelé de la taille d’un terrain de football. On n’a jamais vu d’hydrogène congelé dans l’espace et dans un article de suivi, on a montré qu’un tel objet ne survivrait pas au voyage, donc l’idée était que si vous avez un morceau d’hydrogène gelé quand l’hydrogène s’évapore, vous obtenez une queue cométaire et cela pousse l’objet, et vous ne pouvez pas voir l’hydrogène parce qu’il est transparent, et c’est pourquoi le télescope spatial spécial n’a rien détecté.

Mais le problème est que l’hydrogène peut être facilement évaporé, et on a écrit un article de suivi avec Them Hoang montrant que l’hydrogène peut être évaporé et qu’il ne survivrait pas au voyage et qu’il ne serait pas non plus produit dans un nuage moléculaire, ce qui est également très difficile, et les auteurs de cette proposition n’ont pas pu apporter de réponses.

Quoi qu’il en soit, qu’il soit artificiel ou naturel, nous apprendrons quelque chose de nouveau plutôt que de dire que ce n’est jamais des extraterrestres, nous ne nous en soucions pas, c’est probablement un caillou, vous savez.

Tout comme ce groupe de personnes qui a publié un article dans Nature dans les années 1930, où il y avait un groupe de dizaines de scientifiques, de physiciens tenseurs qui ont écrit un livre arguant que la théorie de la relativité d’Einstein devait être fausse, et quand Einstein a été interrogé à ce sujet il a dit « Pourquoi avez-vous besoin d’un groupe de dizaines de physiciens pour faire ce point, il suffit d’en avoir un qui a un bon argument », donc utiliser l’autorité d’un troupeau pour établir la vérité est une mauvaise approche.

Chacun de ces auteurs de ce papier devrait écrire un article expliquant les anomalies spécifiques d’origine naturelle.

Et voici un extrait d’une des premières critiques de mon livre sur Goodreads, je n’ai pas compris quelques mots mais mes filles me l’ont expliqué. (Prety fucking rad -> Putain, c’est génial !)

Je dois dire que ce matin j’ai vérifié sur Amazon, et c’est le pic de l’éditeur pour le numéro un des best-sellers des livres de non fiction ; donc que la question fondamentale – Naturelle ou artificielle – Peu importe, ma suggestion est que c’est probablement juste comme une bouteille en plastique sur la plage.

La plupart du temps vous voyez des rochers ou des coquillages, mais de temps en temps vous trouvez une bouteille en plastique qui indique que la civilisation peut être dans les environs ; et il s’avère qu’il y avait un autre objet il y a juste quelques mois qui a été découvert, qui montre un excès de poussée en raison de la réflexion de la lumière du soleil sans queue cométaire.

Il a été donné le nom de 2020so par le centre des planètes mineures à Harvard, parce qu’on pensait qu’il s’agissait d’un objet du système solaire, un objet naturel.

Puis les astronomes ont découvert que si l’on extrapole l’orbite en arrière dans le temps, et d’ailleurs cet objet a aussi été trouvé par le Pan-STARRS, voici l’orbite qu’il présentait autour de la terre, donc si l’on extrapole en arrière dans le temps, l’objet venait de la terre.

C’était un booster de fusée qui a été lancé dans l’espace dans le cadre de la mission lunaire Surveyor 2, et la seule raison pour laquelle il présentait une poussée excessive était qu’il était creux et mince.

Evidemment pas de récit commenté, il est clair qu’il a été fabriqué artificiellement – Nous l’avons fabriqué – La seule question est qui a fabriqué Oumuamua.

Pour rencontrer ce principe de poussée, il n’est pas nécessaire d’avoir une voile mince, il suffit d’avoir un objet léger qui a beaucoup de surface pour son poids, donc il faut que les parois de l’objet soient fines, ça pourrait être une couche de surface qui a été arrachée d’un vaisseau spatial, ou autre chose, mais le fait est qu’on peut faire la différence en se basant sur cet exemple entre un rocher et un objet artificiel qui est très mince.

Cette preuve n’est apparue qu’au cours des derniers mois, et vous pouvez la consulter, elle s’appelle 2020 SO.

Maintenant, il y a un deuxième objet interstellaire appelé Borisov, d’après le nom de l’astronome amateur russe Gennady Borisov qui l’a découvert le 30 août 2019 ; celui-ci semble être naturel, mais cela ne me convainc pas que c’est naturel de trouver une bouteille de plastique au milieu des rochers.

Quand j’ai rencontré ma femme elle me semblait spéciale, puis j’ai rencontré beaucoup de gens depuis, et elle me semble toujours spéciale.

En fait vous pouvez retourner l’argument et dire, « Ok l’objet Borisov semble naturel, c’est ce qui rend Oumuamua assez étrange » et donc la question fondamentale est de savoir si un Oumuamua est artificiel ou naturel ; et je soutiens que le verdict devrait venir de plus de preuves, en prenant une photographie du prochain objet qui semble bizarre.

Si nous écoutons mes collègues, nous l’oublierions, nous dirions juste « Ah, ça doit être naturel », nous oublierions tout ça, comme si de rien n’était.

Nous n’engagerons pas de fonds pour installer des appareils photo qui le photographieraient, et bien sûr, nous maintiendrions notre ignorance, tout comme les philosophes à l’époque de Galilée.

Pourquoi ferions-nous ça si le public est si excité ? Vous savez, mon livre a suscité une attention extraordinaire, et la raison en est que je suis la seule personne à essayer de défendre cette idée, et mes collègues ne comprennent pas, ils ne veulent pas admettre que cet objet est inhabituel.

Même si les gens qui étudient les anomalies soutiennent que même si c’est naturel, c’est quelque chose qu’on n’a jamais vu auparavant. Mon point de vue est que si ce n’est rien qu’on ait vu auparavant, pourquoi ne pas mettre toutes les possibilités sur la table et obtenir plus de preuves d’objets qui ont l’air aussi bizarres que celui-ci ?

C’est le processus scientifique. C’est comme ça qu’on apprend. On ne devrait pas s’en tenir à nos préjugés.

Et si vous considérez que notre civilisation technologique a commencé avec le Big Bang – C’est la chronologie de l’histoire de l’univers – Notre civilisation technologique n’a existé que pendant un siècle environ, ce qui représente une partie des centaines de millions d’années de l’âge de l’univers depuis le Big Bang.

C’est vraiment minuscule, la plupart des étoiles se sont formées avant le soleil, et donc elles ont laissé des reliques dans l’espace.

Elles ne sont peut-être plus là, la plupart d’entre elles sont mortes maintenant, tout comme la culture Maya.

Nous ne devrions pas essayer d’établir une communication radio avec eux, cela n’a pas beaucoup de sens – Je veux dire très peu de chance – Mais maintenant ce que nous devrions faire, c’est chercher des reliques archéologiques de l’espace.

Et bien sûr, le type de planètes qui peuvent accueillir des civilisations, dépendant de l’étoile à côté de laquelle elles résident, en particulier la température de surface de l’étoile, et la quantité de lumière qu’elle émet. Et il y a toutes sortes de signatures technologiques que vous pouvez rechercher en dehors des signaux radio, vous pouvez rechercher la pollution industrielle dans les atmosphères des planètes autour d’autres étoiles, et ici je devrais dire que la communauté traditionnelle de l’astronomie plaide pour ces observatoires, qui coûteront des milliards de dollars. Ils pourraient nous informer si certaines planètes ont de l’oxygène ou du méthane.

Rappelez-vous que la Terre, durant deux milliards d’années, n’avait pas d’oxygène, même si elle avait une vie primitive à sa surface.

Donc si vous ne trouvez pas d’oxygène, cela ne veut pas dire que la vie n’est pas là. La Terre est l’endroit où nous trouvons la vie, mais il n’y avait pas d’oxygène pendant la première moitié de sa vie, la moitié est une grande partie dans son cycle de vie. Donc nous investissons des milliards de dollars, et à la fin les gens demanderont à quoi cela sert.

Cependant, comment pouvons-nous obtenir une réponse concluante ? Si nous trouvons des molécules de gaz CFC (chlorofluorocarbures) avec les mêmes instrumentsCe sont les molécules de la pollution industrielle que nous produisons, que nos industries produisent, que les systèmes de refroidissement et de réfrigération produisent, la nature ne les produit pas – Alors si nous trouvons des preuves spectroscopiques pour ces molécules, alors en ce cas il n’y aurait aucun doute que la vie existe.

Donc pourquoi la communauté scientifique traditionnelle ne mentionne pas cela comme une raison d’investir des milliards de dollars, pourquoi s’en tient-elle à l’oxygène et au méthane ?

Je veux dire que ça ne coûte pas plus d’argent, c’est juste un changement dans la façon de penser au problème ; et d’autres signatures technologiques pourraient être par exemple des cellules photovoltaïques sur le surf du côté jour d’une planète, qui ont une réflectance spéciale que vous pouvez rechercher, il devrait y avoir un bord spectral différent du bord spectral auquel vous vous attendez pour la végétation comme le bord rouge. Vers le côté nocturne, donc ce que vous verriez, c’est que la planète se déplace et ne change pas la quantité de lumière que nous recevons d’elle de la façon dont nous nous y attendons parce qu’il y a quelques lumières artificielles du côté sombre.

Vous pourriez aussi chercher des faisceaux de lumière, qui sont utilisés par exemple pour propulser des voiles lumineuses, donc nous pouvons les voir lorsqu’ils se déplacent dans notre ciel comme un flash de lumière, c’est un éclat de radiation, et peut-être que certains sursauts radio rapides sont dus à cela.

Vous pouvez chercher un essaim de satellites autour de la planète lorsqu’elle transite son étoile hôte ; un point intéressant est que pour atteindre une fraction de la vitesse de la lumière vous n’avez pas besoin d’un faisceau laser, vous pouvez simplement utiliser des voiles de lumière autour de l’étoile qui est sur le point d’exploser et ensuite – Tout comme les surfeurs sur les plages d’Hawaï attendent une vague géante – Ici vous pouvez attendre une vague de lumière ou un flash de lumière et surfer dessus avec les voiles de lumière.

Et si vous garez ces voiles de lumière avant l’explosion à une distance de 100 fois la séparation Terre-Soleil – J’ai montré dans un article de la revue Scientific American que vous pouvez vous rapprocher de la vitesse de la lumière – Alors vous parquez ces voiles de lumière en attendant que l’étoile explose et produise ce flash de lumière, et vous pouvez remplir la galaxie à une fraction de la vitesse de la lumière, juste comme des graines de pissenlit dans le vent.

Maintenant Enrico Fermi, le célèbre physicien, lors d’un déjeuner il y a environ 70 ans à Los Alamos, a dit « Ok bien c’est possible qu’il y ait des civilisations intelligentes là-bas, mais où sont-ils tous maintenant ? »

Pour cette question est vraiment arrogante parce qu’elle me rappelle que lorsque je sortais avec ma femme, elle avait beaucoup d’amies, et qu’elles pensaient que le prince charmant allait arriver sur un cheval blanc et leur faire une demande en mariage, mais cela n’est jamais arrivé.

Et pourquoi devrions-nous nous attendre à ce que nous soyons si spéciaux que quelqu’un fasse attention à nous et nous rende visite, nous sommes peut-être aussi communs que les fourmis sur un trottoir, lorsque vous marchez dans la rue, vous ne rendez pas un hommage particulier à chaque fourmi que vous voyez.

De plus, vous savez que beaucoup de ces civilisations technologiques peuvent être de courte durée.

Une autre possibilité à laquelle ils ont pensé pendant la pandémie est que vous pourriez avoir une distanciation sociale à l’échelle cosmique, donc une civilisation très avancée n’est pas vraiment intéressée à établir une communication ou un contact parce qu’elle a tout ce dont elle a besoin, elle construit un cocon autour d’elle, elle ne veut pas interagir avec des civilisations de niveau inférieur parce que cela diminuerait sa qualité de vie.

Cela ne veut pas dire que nous ne serons pas capables d’en savoir plus sur eux, parce que vous savez qu’ils doivent, selon la deuxième loi de la thermodynamique, déposer des déchets.

Et tout comme ces journalistes d’investigation qui vont dans les poubelles des célébrités à Hollywood pour découvrir leur vie privée, nous pouvons regarder dans les déchets qu’ils jettent dans l’espace et en apprendre plus sur eux.

L’explication la plus plausible du paradoxe de Fermi est que la plupart d’entre eux sont morts à cause de blessures qu’ils se sont infligées, mais encore une fois, si nous faisons de l’archéologie spatiale, nous pouvons les trouver, donc nous pouvons chercher toutes ces choses, des reliques, et mon espoir est que si nous trouvons des reliques d’une civilisation qui a péri à la suite d’un changement climatique ou d’une guerre, cela nous inspirera à nous ressaisir et à éviter un sort similaire.

Un journaliste m’a demandé – En fait plusieurs d’entre eux – Pourquoi suis-je optimiste quant à la capacité des humains à s’unir face à l’existence d’une autre espèce ?

J’ai répondu que je n’étais pas heureux de la situation actuelle et qu’à moins d’avoir une vision utopique du futur, je ne pouvais pas espérer que le futur soit meilleur que le passé.

Et j’essaie juste d’être optimiste ; il est possible que ça mène à des troubles dans la société, mais j’ai bon espoir que tous les humains s’unissent parce que nous partageons tous la même foi ici sur Terre.

Et le 18 février, dans une semaine environ, le rover Persévérance devrait atterrir sur Mars et nous chercherons des signes de vie primitive, de ses débuts, ou peut-être même d’aujourd’hui.

Nous verrons, je suis très excité de voir ce qu’il trouvera, la recherche continue.

Merci pour votre attention.

QUESTIONS

Question 1 : Vous êtes impliqué dans l’initiative Starshot. Vous avez la technologie devant vous, vous la développez pour faire voler le vaisseau pour lancer la puce vers Proxima Centauri, alors quand allez-vous mettre, comme vous dites, votre peau dans le jeu maintenant ?

AVI LOEB :  Oh parce que nous ne l’avons pas encore ; je ne suis pas obsédé par Oumuamua, je pense qu’il y aurait beaucoup plus d’exemples de sa classe d’objets, donc on devrait juste attendre le prochain pour le trouver, et comme je l’ai dit maintenant c’est très difficile parce qu’il est un million de fois plus faible, mais vous savez avec l’observatoire Vera Rubin on pourrait en trouver un par mois, donc cherchons-en d’autres, je pense que c’est la meilleure approche.

Je voudrais connaître la nature de ces objets étranges en trouvant plus de preuves à leur sujet, c’est exactement ce que je préconise. Je préconise de ne pas les ignorer en disant que nous savons que ce ne sont pas des extraterrestres, c’est ce que beaucoup de mes collègues disent, ce ne sont pas des extraterrestres, donnez-moi des preuves extraordinaires avant même que je les mette sur la table pour une discussion ; et mon point de vue est que c’est injuste parce que regardez ce qui se passe avec la recherche de la matière noire, je veux dire le point est que nous devrions chercher indépendamment du fait que nous ayons des preuves extraordinaires ou non.

Question 2 : Je suis d’accord avec cela… cependant disons que… qu’après, je ne sais pas, disons, qu’on n’en trouve pas d’autre ?

AVI LOEB :  Alors on a des problèmes mais je ne pense pas que ce sera le cas à cause du principe copernicien qui dit que nous ne vivons pas à une époque privilégiée, donc si on cherche pendant quelques années et qu’on en trouve une, même avec le Pan-STARRS, on devrait en trouver une dans les trois ans qui suivent.

Avec la Vera Rubin ont devrait en trouver une fois par mois environ, donc ça devrait être vraiment être quelque chose sur lequel on peut se pencher, cela ne peut pas être extrêmement rare à moins qu’on ait de la chance mais je ne crois pas à la chance, ou une autre façon de le dire statistiquement parlant, il est peu probable qu’il s’agisse du seul objet de cette nature.

Question 3 : OK, voyons ça. Très bien, passons à Sarah, salut Avi, je veux que vous sachiez que j’adore ce que vous avez dit, « mettons toutes les possibilités sur la table », et c’est le message que j’ai reçu en lisant vos interviews, en écoutant votre podcast, et j’aime aussi comment vous avez dit « Préparons une sonde spatiale, mettons-en quelques-unes sur le terrain pour que la prochaine fois qu’il y en aura un objet étrange, le verdict puisse être décidé par les données ». C’est le message principal que j’ai reçu de vous. Je vais prendre la question de Marty Cole et la modifier légèrement. Je veux juste que vous sachiez que Marty Cole a posé la question avec à la fois un petit émoticône d’alien et avec un cœur, donc c’est dans le bon sens.

La question est : « Est-ce que vous croyez personnellement qu’il s’agit d’un objet extraterrestre, un artefact extraterrestre ou est-ce que vous essayez juste de faire passer le message que nous devons mettre toutes les possibilités sur la table ? »

AVI LOEB :  C’est une excellente question. Dire que j’utilise Oumuamua comme vous pouvez le voir dans mon livre, comme un point d’ancrage pour démontrer que la culture scientifique actuelle est complètement erronée, parce qu’il s’agit surtout d’obtenir des honneurs et des récompenses et de montrer que vous êtes intelligent plutôt que de décrire la nature, c’est un mal fondamental dans la culture scientifique actuelle.

La BBC m’a demandé hier comment j’envisageais un changement dans cette culture et j’ai répondu que cette culture n’était pas le fruit du hasard, il y a des gens qui en profitent, des gens qui l’ont construite, comme Marie-Antoinette pendant la révolution française, vous ne vous attendez pas à ce que Marie-Antoinette comprenne ce que le public demande.

Elle a dit « Oh ils peuvent avoir des gâteaux s’ils n’ont pas de pain » – Alors je fais confiance à la jeune génération qui lira mon livre, c’est vraiment un appel à l’action, et il changera la culture actuelle si les jeunes qui n’ont pas de préjugés reconnaissent que la science peut être passionnante parce que les plus vieux rendent la science ennuyeuse.

La science peut être passionnante, découvrons-le, rassemblons les preuves, pourquoi la rendre ennuyeuse, pourquoi toujours ces décisions prises par des comités, par l’autorité, pourquoi réunir un groupe de 30 personnes pour dire que non, ça doit être naturel, pourquoi faire ça ?

Rassemblons les preuves, ayons l’excitation de trouver quelque chose de nouveau, comme les enfants le font, et il ne s’agit pas d’honneurs, il ne s’agit pas de montrer que nous sommes intelligents.

D’ailleurs vous n’avez pas besoin des mathématiques ou de la théorie des cordes pour faire quelque chose de vraiment fondamental…

Intervenante : J’ai reçu ce message partout et j’ai utilisé la question de Marty pour déconstruire en partie pourquoi les gens disent que vous prétendez que c’est un objet, un artefact extraterrestre, je voulais juste savoir si vous pouviez dire oui ou non.

AVI LOEB :  Sur la table en ce moment c’est une option probable mais je n’en suis pas sûr…

Intervenante : Bien sûr ok comme je ne veux pas vous entendre dire ça parce que je vous ai entendu déformé maintes et maintes fois, et je voulais juste que vous le disiez à voix haute …

AVI LOEB :  Non mais au fait laissez-moi vous expliquer Sarah, j’ai travaillé sur la recherche de la vie au cours des cinq dernières années intensivement vous savez.

Je me souviens de Jill Tarter qui est dans le public ici, elle nous a rendu visite il y a environ 12 ans et a donné un colloque à Harvard et a dit qu’après mon premier article sur le Seti, même Avi Love s’intéressait à ce sujet, donc évidemment je n’avais pas d’intérêt pour ce sujet et la seule raison pour lequel j’étais intrigué est que j’ai écrit l’article sur les objets interstellaires dix ans plus tôt, et il était là.

C’était le premier objet interstellaire, on ne s’y attendait pas et j’ai suivi les preuves et j’ai traité ça comme je traite une anomalie en cosmologie, j’ai appliqué exactement la même approche, j’ai mis des suggestions sur la table pour l’expliquer et dans ce cas j’ai réalisé que la culture est complètement tordue et vous savez que ça ne devrait pas être comme ça.

Ça ne devrait pas être comme ça parce que le public est tellement excité que je vois ça comme une opportunité de peut-être changer la culture.

Il est vraiment temps pour la communauté des astronomes, le courant dominant, de reconnaître que l’idée que nous ne sommes pas seuls et que nous ne sommes pas l’enfant le plus intelligent du quartier.

Cela devrait être l’idée dominante, et nous devrions chercher tout comme nous cherchons l’axion tout comme nous cherchons des particules massives en interaction massive, en fait plus parce que jusqu’à présent l’ axion n’a pas été trouvé, tout comme les particules massives.

Vous savez plutôt que d’investir des centaines de millions de dollars dans le courant dominant sur des choses que nous n’avons pas encore vues, sans parler de la culture de la théorie des cordes et des dimensions supplémentaires qui n’a aucune chance d’être testé expérimentalement de notre vivant, et c’est une culture qui reçoit beaucoup de reconnaissance comme si elle portait le flambeau de la physique vers l’avant, quel genre de flambeau est-ce, ce n’est même pas de la physique maintenant.

Il y avait un philosophe qui disait que si un groupe de physiciens est d’accord sur quelque chose pendant une décennie ça doit être vrai et j’ai levé la main, j’ai dit comment pouvez-vous dire ça vous savez la physique c’est décrire la nature en se basant sur des preuves, c’est un dialogue avec la nature.

Très souvent notre imagination est limitée nous devons regarder les preuves, nous ne pouvons pas faire un monologue et nous convaincre nous-mêmes que nous sommes intelligents, nous n’avons pas besoin de la gymnastique mathématique de la théorie des cordes pour reconnaître quelque chose de fondamental dans la nature.

Et il ne s’agit pas de nous, il s’agit de la nature c’est ça la physique.

Il y a donc une trahison à mon avis de notre obligation en tant que physiciens, c’est comme si un groupe de personnes qui étaient censées être cordonniers décidaient de faire des gâteaux – Très bien ils peuvent faire des gâteaux je m’en fiche mais ils ne devraient pas s’appeler des cordonniers s’ils cuisent des œufs.

Donc si vous faites des mathématiques sans vous impliquer dans le jeu, ce n’est pas de la physique.

AUTRES QUESTIONS NON TRADUITES.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *