CNN LARRY KING LIVE – Débat sur l’existence des OVNIs

CNN LARRY KING LIVE, diffusé le 18 juillet 2008

Introduction

J’ai retrouvé un transcript de l’époque que j’ai essayé de traduire tant bien que mal ; manifestement il y avait de l’ambiance, un peu avec les mêmes intervenants, et Bill Nye, un « Mick West » de l’époque ;>). Et Robert Salas était évidemment présent, avec d’autres témoins du supposé incident de Malstrom. Notre regretté Larry King, le roi des journalistes.

Ce qui est intéressant ? Les mêmes arguments de part et d’autres, les mêmes personne faisant des déclarations très spéculatives, les mêmes sceptiques.Rien n’a changé !

L’original est ici :

http://edition.cnn.com/TRANSCRIPTS/0807/18/lkl.01.html

Traduction

LARRY KING, HÔTE : Ce soir, les OVNIs ont-ils mis hors service les systèmes de défense de notre gouvernement ?

Il existe des preuves que quelque chose a causé le dysfonctionnement des missiles lors des tests de lancement. D’anciens officiers de l’Air Force racontent leur incroyable histoire à propos du film qui a été confisqué par la CIA, ce qu’il contenait et pourquoi les officiels ne veulent pas que nous le voyions.

Bonsoir.

Nous commençons par des allégations selon lesquelles des OVNIs ont interféré avec des missiles dans des bases de l’US Air Force et des extraterrestres surveillent les ogives nucléaires et les bombes.

Nos premiers invités affirment que des ovnis ont activé des systèmes de missiles dans cinq bases de l’armée de l’air dans cinq États différents. Ils affirment également que le gouvernement des États-Unis dissimule ces informations et les garde secrètes.

D’anciens officiers de l’armée de l’air et un enquêteur sont ici avec leurs histoires.

Robert Hastings est présent à Los Angeles. Il est l’auteur de « OVNIs et Nukes« . J’ai le livre ici. Le livre est disponible sur ufohastings.com. Il a enquêté sur les observations sur les sites d’armement pendant des années.

Bob Salas est un ancien capitaine de base de l’U.S. Air Force – de l’United States Air Force. Il était à la base aérienne de Malstrom en 1967, où l’on a prétendu qu’un OVNI avait causé le dysfonctionnement de missiles. Il est co-auteur de « Faded Giant« .

Bob Jamison est avec nous, un ancien officier de l’U.S. Air Force. Il était aussi à Malstrom, en 1967, et il dit que ses supérieurs lui ont dit que les OVNIs étaient à l’origine des dysfonctionnements.

Et à Peoria, Illinois, le Dr. Bob Jacobs, ancien lieutenant de l’U.S. Air Force, ancien officier d’instrumentation photographique de l’U.S. Air Force. Un OVNI est apparu sur le film qu’il a tourné en 1954 à la base aérienne de Vandenberg et qui a ensuite été confisqué par des agents de la CIA.

Tous nos invités s’appellent Bob, je vais donc les appeler par leur nom de famille.

Nous allons commencer par Robert Hastings. Comment avez-vous… Quelle est votre explication pour les OVNIs sur les sites d’armes nucléaires ?

ROBERT HASTINGS, AUTEUR, « UFOS AND NUKES, » RESEARCHES SIGHTINGS AT NUCLEAR WEAPONS SITES : Je peux simplement dire, après 35 ans de recherche, que ces incidents ont eu lieu. Il existe des centaines de documents déclassifiés qui indiquent que les ovnis ont démontré un intérêt distinct et continu pour nos sites d’armes nucléaires. J’ai également interviewé près d’une centaine de messieurs qui ont été impliqués dans ces incidents sur diverses bases de l’Air Force. C’est très répandu. Ce que vous voyez ici ce soir est le sommet de l’iceberg.

KING : Comment provoquent-ils un dysfonctionnement ?

HASTINGS : Je pense que c’est probablement encore une inconnue. Je sais que les ingénieurs de Boeing ont essayé de reproduire certains des dysfonctionnements. Ils ont réussi à le faire, mais ils ne peuvent toujours pas appeler – déterminer ce qui les a initialement causés. Bob Salas peut répondre à cette question.

KING : Bob, que s’est-il passé à Malstrom en 1967 ?

BOB SALAS, ANCIEN OFFICIER DE L’USAF, A TRAVAILLÉ SUR LA BASE OÙ LES MISSILES ONT MAL FONCTIONNÉ : En 1967, j’étais en service comme officier de lancement de missiles. J’ai reçu des appels de mes gardes à l’étage. D’abord, j’ai reçu un appel disant qu’ils voyaient des lumières étranges volant dans le ciel. Et je n’ai pas prêté trop d’attention à cela. Environ cinq minutes plus tard, le principal garde de sécurité — le contrôleur de sécurité du vol appelle en bas et dit qu’il regarde un objet rougeoyant, très grand, qui plane au-dessus de la porte d’entrée. Et il veut savoir ce qu’il faut faire.

Je lui dis de sécuriser l’installation. On raccroche. Je vais prévenir mon commandant. Quelques secondes après cet appel, mes missiles se sont éteints. Je me rappelle avoir perdu les 10 d’entre eux.

Vous n’avez pas vu l’objet ?

SALAS : Je n’ai pas vu l’objet parce que j’étais obligé de rester sous terre dans la capsule.

KING : Par arrêt, nous voulons dire quoi ?

SALAS : Je veux dire qu’ils ne pouvaient pas être lancés. Elles étaient en état de non-démarrage, désactivées.

KING : Combien de temps pour les redémarrer ?

Eh bien, je suis sûr que cela a pris plus d’une journée et peut-être (INAUDIBLE).

KING : Maintenant, Bob Jamison, vous étiez là aussi, n’est-ce pas ?

BOB JAMISON, ANCIEN OFFICIER DE L’USAF, SES SUPÉRIEURS LUI ONT DIT QUE LES UFOS CAUSAIENT DES DYSFONCTIONNEMENTS DES MISSILES : Oui, Monsieur. KING : Et vous étiez dans l’Air Force ?

Oui, j’étais dans l’armée de l’air. J’étais…

KING : Et où étiez-vous quand cela s’est produit ?

JAMISON : Oui, j’étais un officier de ciblage, un officier de ciblage de missiles. J’étais à la maison en train de me détendre et j’ai obtenu du contrôle du travail de venir ici. Un missile était tombé. Mon travail en tant qu’officier de ciblage était de les faire remonter. Et donc j’y suis allé pour…

KING : Mais vous n’avez pas vu l’incident, vous êtes juste allé voir le missile ?

JAMISON : Non, je suis allé à l’incident. Je suis allé sur le site.

KING : Où est Malstrom ?

JAMISON : C’est à Great Falls, Montana, juste à l’extérieur de Great Falls, Montana.

KING : Que pensez-vous de cette histoire ?

JAMISON : Eh bien, je sais qu’il s’agit de The Skeptic Society. Je suis allé au contrôle du travail après être arrivé au hangar. On m’a appelé. Je suis allé au hangar. Je suis allé au contrôle du travail. Et j’ai remarqué qu’ils avaient une carte de tout le complexe, les lumières vertes où les missiles sont bons. Mais il y a une petite zone avec 10 lumières rouges. Cela signifie que ces missiles étaient hors service.

Est-il possible qu’ils aient juste mal fonctionné ?

JAMISON : Cela n’arrive pas. Il est très rare qu’un missile fonctionne mal. Et je ne pense pas que… beaucoup plus rare serait deux en même temps. Mais jamais 10.

KING : Maintenant, Bob Jacobs, que filmiez-vous et où étiez-vous ?

DR. BOB JACOBS, USAF (RETRAITÉ), ANCIEN OFFICIER D’INSTRUMENTATION PHOTOGRAPHIQUE DE L’USAF, A FILMÉ DES UFOS, FILM CONFISQUÉ PLUS TARD PAR DEUX AGENTS DE LA CIA : J’étais en charge de l’instrumentation optique à la base aérienne de Vandenberg de 1963 à 1966. Notre travail consistait à photographier…

C’est la Californie ?

C’est la Californie. C’est juste là sur la côte. Et notre travail consistait à photographier, à l’aide d’instruments à haute vitesse, chaque lancement de missile depuis Vandenberg sur le champ de tir. Ils voulaient savoir si nous pouvions trouver un endroit pour placer un télescope qui nous permettrait d’avoir une vue latérale du missile, afin de pouvoir voir les trois étapes du vol propulsé.

Je suis donc allé à Big Sur, en Californie, sur une route aérienne — sur la route du service forestier américain sur Anderson Peak et j’ai installé un site télescopique là-haut. Et l’Air Force a fait venir un énorme télescope du Cap. Il a été construit par le Dr Walter Manning de l’Université de Boston.

Ils ont mis ce télescope là-haut. Et avec ce télescope, qui avait une distance focale de 2 500 pouces, nous avons photographié un missile Atlas qui sortait du brouillard et volait vers le bas de la portée. Nous avons obtenu les trois étapes du vol propulsé. Et tandis que l’ogive factice et l’ensemble s’envolaient vers le champ de tir, nous célébrions tous le fait d’avoir vu la chose et accompli la mission.

Lorsque je suis rentré à la base avec le film, le lendemain, j’ai été appelé dans le bureau du major Florenze J. Mansmann. Il y avait trois personnes en costume gris qui se tenaient là. Il y avait une caméra 16 millimètres et un écran.

Le major Mansmann a dit « Lieutenant, asseyez-vous et regardez ça ». Et il a éteint les lumières, allumé la caméra — le projecteur et le film est apparu. Et j’ai reconnu le film que nous avions tourné à Big Sur le jour précédent.

Vers la fin du vol, je regardais le major Mansmann en me disant que c’était du bon travail, hein monsieur ?

Et soudain, il m’a dit de regarder ça.

Et pendant que je regardais, l’ogive – l’ogive factice, les paillettes qui avaient été placées devant elle comme leurre pour dévier le radar de poursuite des missiles anti-missiles russes – tout volait et soudain, dans la même direction que cette chose volait, à environ 8000 miles à l’heure, un objet est entré dans le cadre, a tiré un faisceau de lumière sur l’ogive, a volé jusqu’au sommet, a tiré un autre faisceau de lumière sur l’ogive, a volé dans la direction où il volait, a tiré un autre faisceau de lumière sur l’ogive, a volé vers le bas pour tirer un autre faisceau de lumière sur l’ogive et est reparti de la même manière qu’il était entré.

KING : Je ne comprends pas.

Et c’est (INAUDIBLE)…

Pourquoi ne l’avez-vous pas vu quand vous avez tiré ?

Eh bien, c’était à 600 ou 800 miles de nous.

Oh, je vous ai compris.

Tout ça…Et ils ont confisqué…On ne pouvait voir que ça…

Tout d’abord, le major Mansmann m’a demandé ce que c’était :

Vous étiez en train de déconner là-haut ? J’ai répondu, non, monsieur. Et il a dit alors dites-moi ce que c’était. Et j’ai dit qu’on avait un OVNI. Et il a dit, lieutenant, vous ne devez plus jamais parler de ça. En ce qui vous concerne, ça n’a pas eu lieu.

KING : Bob Jamison, nous allons être clairs, on vous a demandé de ne rien dire ?

JAMISON : On ne m’a pas demandé de ne rien dire. En fait, personne ne m’a fait de remontrances et je n’ai pas signé de serment disant que je ne pouvais rien dire.

KING : Donc, quoi — il n’y a pas eu de dissimulation en ce qui vous concerne ?

C’est exact.

KING : Vous…

JAMISON : Je peux le dire. Je peux en parler.

KING : Vous pouvez dire ce que vous avez vu. Pensez-vous qu’il y a un plan d’invasion par des extraterrestres ?

Je n’aurais pas la prétention de le savoir. Je sais simplement que le gouvernement américain n’apprécie manifestement pas que des gens, comme moi et ces messieurs, parlent de cela. Ce que nous décrivons, sur une base continue, décennie après décennie, sur plusieurs bases de l’Air Force, c’est la perturbation de nos missiles nucléaires.

KING : Nous avons un e-mail de Kyle à Plainville, Massachusetts : « Pourquoi les OVNIs ne neutralisent-ils que les systèmes de défense américains et pas ceux d’un autre pays ? Y a-t-il une leçon à tirer de tout cela ? »

Ou pensez-vous que peut-être – Bob Salas – ils ont désactivé d’autres pays ?

SALAS : Oui. Je sais qu’il y a eu des événements en Union soviétique où ils ont interféré. Ils ont été vus dans n’importe quel pays que vous pouvez nommer. Vous savez, je désactive les communications qui sont (INAUDIBLE).

KING : Nous avons un e-mail d’Eric à Atlanta, en Géorgie : « Que peut-on faire, si tant est qu’il y en ait, pour forcer le gouvernement et/ou l’armée des États-Unis à déclassifier et à publier tout ce qu’ils savent sur les OVNI ? »

Dr Jacobs, quand pensez-vous que cela se produira ?

JACOBS : Il faudrait une révolution dans l’opinion publique. Le problème dans ce domaine, c’est qu’il est entouré de tellement de cinglés et de bizarres qui s’en moquent, que l’on se moque de ceux d’entre nous qui le prennent au sérieux et pensent qu’il se passe vraiment quelque chose et qu’il faut l’étudier scientifiquement. La technicienne du studio où je me trouve m’a dit que nous parlions d’OVNI ce soir et son visage s’est éclairé et elle a eu ce genre de regard hmmm, ce qui est typique de ce qui nous arrive.

Je pense que nous avons besoin d’un véritable comité scientifique pour examiner ces choses. Je pense que Rob (INAUDIBLE) aussi.

KING : Je suis d’accord.

HOMME NON IDENTIFIÉ : Absolument.

KING : Bob Salas, êtes-vous d’accord ?

SALAS : Oui. J’aimerais faire un commentaire très rapide. L’Air Force a commis une fraude, surtout dans notre cas. Ils prétendent dans leur déclaration sur les OVNI que rien n’a – aucun incident OVNI n’a jamais affecté la sécurité nationale.

Et nous avons perdu 20 missiles pendant la guerre froide. Ils ont également fait obstruction à la commission Condon à cette époque. Le Comité Condon avait entendu parler de notre incident et on lui a dit de s’en aller. Ils ont dit qu’on leur avait dit qu’aucun OVNI n’était impliqué.

Et puis l’Air Force fait volte-face et utilise le Comité Condon comme une raison pour ne pas enquêter davantage sur les OVNIs.

KING : Robert Hastings, en faisant toutes ces émissions, ce qui me déconcerte, c’est que si tout cela est la Société des Sceptiques, de quoi ont-ils peur ?

HASTINGS : Victor Marchetti est un ancien haut responsable de la CIA. Il a écrit le livre « CIA and The Cult of Intelligence » en 1975, un best-seller. La CIA a essayé d’en interdire l’impression.

Lui, Victor Marchetti, en 1979, a écrit un article sur ce que la CIA pensait des OVNIs. Il faisait allusion à des rumeurs au sein de l’agence concernant des ovnis écrasés et la récupération de corps d’extraterrestres. Plus précisément, Victor Marchetti a dit que, selon lui, en tant qu’analyste du renseignement, il pense que les structures de pouvoir, l’élite, le statu quo, les gens dans chaque pays du monde qui sont dans le secret, essaient vraiment de maintenir leur propre pouvoir et leur statut et ne veulent pas faire de vagues.

KING : Un e-mail de Christian, Brighton, Colorado : « Quand l’Air Force va-t-elle cesser de mentir aux gens et leur dire enfin la vérité sur les visites d’extraterrestres ? Le peuple américain paie leurs salaires et ils sont censés défendre et respecter la Constitution des États-Unis d’Amérique. »

Bob Jamison, pensez-vous que nous le verrons un jour ? Pensez-vous que nous verrons un jour un responsable de l’armée de l’air, le secrétaire de l’armée de l’air, venir et dire « voici l’histoire » ?

JAMISON : Peut-être que grâce à d’autres programmes comme celui-ci, nous pourrons sensibiliser le public au fait qu’il y a… des OVNIs. Ils ne vont pas vous faire de mal, je ne pense pas. Et ils n’ont fait de mal à personne à ma connaissance. Et je pense que, peut-être, par le biais de plus de programmes comme le vôtre et comme ceux que ces gens mettent en place…

UNIDENTIFIÉ MALE : Et une enquête du gouvernement immédiatement.

JAMISON : Oui.

Mâle non identifié : Une enquête ouverte.

Il n’y en a jamais eu, n’est-ce pas ?

HOMME NON IDENTIFIÉ : Oui.

SALAS : Pas vraiment, non. Je veux dire qu’en 1968 a eu lieu la dernière audience du Congrès sur les OVNIs – 1968.

Quarante ans. Nous en avons besoin d’une autre. Nous en avons besoin d’une forte exposition. Espérons que la prochaine administration le fera.

HASTINGS : Il y a eu beaucoup de manipulation en coulisse du Congrès par le personnel du rang militaire.

KING : A cause de quoi… de la peur de quoi ?

HASTINGS : Eh bien, encore une fois, Larry, ces messieurs parlent de missiles nucléaires qui sont mis hors ligne. Le Pentagone ne veut pas que les Russes ou, auparavant, les Soviétiques le sachent. Cela se passe en Union soviétique, comme l’a dit Bob Salas. Mais j’ai interrogé des personnes qui étaient impliquées dans les bases de missiles Minuteman dans les années 60, 70, 80 et 90. Et ils disent que cela continue à se produire.

J’ai en fait interviewé un homme il y a un an qui a dit que ses missiles ont été activés par des OVNI. Et je le décris en détail dans mon livre. Je lui ai demandé de venir dans cette émission et il a refusé, je pense qu’il est mal à l’aise à l’idée de parler en public.

KING : Il y a des sceptiques, ce n’est pas une surprise. Bill Nye, le gars de la science, est ici quand LARRY KING LIVE revient.

Le gouvernement des États-Unis cache-t-il sa connaissance des OVNIs ? Laissez-nous savoir ce que vous pensez.

Nous rejoignons notre panel avec Bill Nye, l’homme de science. C’est un scientifique, un ingénieur, un auteur de best-sellers et une personnalité de la télévision qui a gagné un Emmy. Il est, par ailleurs, membre de la Skeptic Society et membre du Committee for Skeptical Inquiry.

Maintenant, Bill, en supposant que ces messieurs distingués ne mentent pas, nous avons trois anciens membres de l’armée de l’air et Robert Hastings qui a examiné cette question depuis longtemps, qu’en pensez-vous ?

BILL NYE, « THE SCIENCE GUY » : Eh bien, dans le monde sceptique, dans la science, nous regardons les revendications. Nous examinons les affirmations individuelles. J’ai donc remarqué que dans l’introduction de votre émission et d’autres choses que vous – il y a plusieurs incidents d’OVNI tous mélangés ensemble.

Mais parlons de celui de 1967, d’accord ? C’est votre problème à la base aérienne de Malstrom dans le Montana.

MALE : Malstrom.

Donc les missiles nucléaires sont tombés, n’est-ce pas ?

Donc si vous regardez les documents que ces gars ont offert, si je comprends bien, comme preuve, vous regardez certains d’entre eux — et vous n’avez pas besoin de les lire, mais vous voyez qu’il y a quelque chose de noirci, OK, expurgé. C’est l’adresse d’un type. Ils ne veulent pas que vous publiiez votre adresse personnelle.

En voici un avec tout un tas de numéros de téléphone de bureaux de personnes et autres. Et ça a l’air sinistre et effrayant.

Mais où veux-tu en venir ?

NYE : Eh bien, ça a l’air sinistre et effrayant, mais il s’avère que ce jour-là, ou le jour précédent, l’électricité avait été coupée dans certaines des unités de refroidissement, la climatisation, OK ?

Et Boeing a été appelé – Boeing fabrique le missile Minuteman – parce que toutes ces choses sont tombées en panne et ils voulaient savoir ce qui s’était passé.

Donc l’homme qui l’a appelé et a dit qu’il avait vu quelque chose dehors, il n’a rien vu ?

NYE : Eh bien, laissez-moi juste dire, quand vous voyez quelque chose, beaucoup de gens voient quelque chose. Et beaucoup de gens voient des choses qui sont vraiment… qu’ils ne peuvent pas identifier. Mais ça ne veut pas dire que c’était inconnu, … C’est une grande supposition.

Donc vous dites que c’est une coïncidence.

NYE : Oui.

Ce type pensait avoir vu quelque chose et les missiles sont tombés?

Et ensuite vous parlez aux gens qui étaient là…

KING : Très bien. Bob Salas, quelle est votre réponse ?

NYE : …et c’est très convaincant. Et ces documents

Attendez.

NYE : Je veux juste aborder ce sujet.

KING : OK. Laissez-le répondre.

Quand vous répondez, abordez le fait que l’un des officiers suspectait que quelqu’un avait bu, OK ?

Je n’ai jamais entendu ça.

NYE : OK ?

(CROSSTALK)

SALAS : Je n’ai jamais entendu dire que quelqu’un avait bu.

Laissez-moi dire, tout d’abord, que les arrêts des missiles n’ont rien à voir avec une panne de courant. Il y a une triple redondance sur l’alimentation. Nous avons Montana Power. On a un générateur de secours. On a des batteries, OK ?

Vous n’avez jamais vu de missiles tomber en panne à cause d’une coupure de courant ?

SALAS : Pas vraiment, à cause de toute cette énergie de secours. Donc ça n’a rien à voir avec l’alimentation. Le second point. L’agent de sécurité du vol qui l’a signalé était à moins de 30 mètres de cet objet. Il le regardait à travers sa fenêtre. C’était juste à l’extérieur de la porte d’entrée, juste au-dessus de la porte. C’était un objet rougeoyant, qui pulsait.

NYE : OK.

Vous l’avez vu ?

Non. Je ne pouvais pas le voir.

Je ne pouvais pas le voir. Je ne pouvais pas quitter la capsule. Mais quelques secondes après ce rapport, les missiles se sont éteints.

Maintenant, était-ce une coïncidence ?

Eh bien, c’est un ouï-dire, comme nous disons dans la salle d’audience.

SALAS : Ce n’est pas un ouï-dire.

Eh bien, vous dites que ce type vous l’a dit.

C’était un témoignage.

Vous ne dites pas, je ne vous demande pas, vous ne pensez pas qu’il ment ?

Non.

Très bien.

Donc le gars lui a dit ?

Il lui a dit et il a vu quelque chose. Et, par coïncidence, le missile s’est arrêté.

KING : Très bien. OK. Le gars a vu quelque chose.

La coïncidence s’appelle… (CROSSTALK)

KING : N’était-ce pas une étrange coïncidence ?

NYE : Oui. Je veux dire que j’ai… plusieurs fois j’ai appuyé sur un interrupteur et vous avez entendu une sirène.

Et si la même chose s’était produite une semaine plus tôt, seulement cette fois-ci 10 missiles tombent, beaucoup d’agents de sécurité voient les OVNIs juste au-dessus de ce qui est cinq autres bases de missiles…

NYE : OK. Alors pourquoi ne pas…

UNIDENTIFIÉ MALE : …à plusieurs reprises.

(CROSSTALK)

Est-ce une coïncidence, aussi ?

Je veux dire que vous pouvez acheter les deux… Est-ce que ce sont deux coïncidences ?

…les années 50, 60, 70 et 80.

Un à la fois. Un à la fois.

Mais il y a un problème. Ce n’est pas…

Il y a plus de cent personnes, ils vont…

NYE : Eh bien, en science ce n’est pas une preuve.

J’aimerais… j’aimerais qu’Edgar Mitchell soit là. Mais dans tous les cas…

Ce n’est peut-être pas une preuve, disons, mais c’est certainement une source de…

Une centaine de personnes racontent la même histoire dans différentes bases de l’Air Force sur une période de quatre semaines.

HOMME NON-IDENTIFIÉ : (INAUDIBLE).

Ces gars-là ont été confiés…

KING : Un par un.

…des armes de destruction par le gouvernement américain.

Oui ?

Et il y en a une centaine maintenant qui se présentent et disent que les OVNIs ont désactivé leurs armes nucléaires.

(CROSSTALK)

Nous avons donc une psychose de masse…

KING : Très bien. Dans l’intérêt du temps…

…parmi nos forces de missiles nucléaires ?

Attendez. Dans l’intérêt du temps, Dr. Jacobs, il prend des photos, il revient, ils l’appellent. Ils lui montrent les photos de cette chose étrange.

Je l’ai vu. Je suis un témoin oculaire.

KING : Il l’a vu. Ils le confisquent.

(CROSSTALK)

KING : Et ils le confisquent ?

NYE : Oui.

KING : Pourquoi ?

(CROSSTALK)

Je ne serais pas surpris…

Allô ?

Allez-y.

KING : Oui, allez-y.

Ça vous dérange si je parle, M. le comédien ?

Allez-y.

J’étais là. J’étais là. J’ai vu le film de mes propres yeux. Pourquoi mentirais-je ?

Je suis un professeur d’université avec un doctorat et beaucoup d’années de bonnes recherches respectueuses. Donc l’officier (INAUDIBLE) n’a peut-être pas vu l’OVNI, mais il en a vu les résultats. J’ai vu cette fichue chose sur film de mes propres yeux, alors ne me traitez pas de menteur et vous n’étiez pas là, j’y étais.

Je n’ai pas… avec tout le respect que je vous dois, je ne vous traite pas de menteur. Il y a juste un pas à franchir pour dire qu’il y avait un film avec des images remarquables dessus que la CIA a confisqué, que j’ai vu et que…

NYE : Oui. De là à dire qu’il s’agissait bien d’un vaisseau spatial d’une autre civilisation, il n’y a qu’un pas. C’est le pas que la communauté sceptique est réticente à franchir.

Ecoutez, je n’ai pas… Hé, mon pote, écoutez-moi. Je n’ai pas dit que c’était un vaisseau spatial d’une autre civilisation. J’ai dit que c’était quelque chose dans l’air que nous ne pouvions pas identifier. Par conséquent, c’était un objet volant non identifier. Il avait la forme de deux soucoupes assemblées avec une balle de golf sur le dessus. Et il a tiré un rayon que nous avons supposé être un rayon de plasma sur une ogive factice et l’a fait sortir de l’espace. Dites-moi ce qui s’est passé. Dites-moi qui a fait ça. Dis-moi en 1964 qui avait cette technologie, mon pote. Ni nous, ni les Russes, ni personne à ma connaissance.

Alors allez-y M. Sceptique, qu’en est-il ? Alors quelle est votre conclusion ?

JACOBS : Quelle est votre conclusion ?

Eh bien, ma conclusion est que quelque chose est arrivé et que vous ne savez pas ce que c’était. Et je ne serais pas surpris si cela avait quelque chose à voir avec un autre aspect des essais militaires dans le ciel cette nuit-là. Et c’est une explication bien plus raisonnable…

(CROSSTALK)

JACOBS : Nous n’avions rien… il n’y avait rien dans notre inventaire qui pouvait faire ça.

NYE : Alors faisons… faisons cette autre petite expérience de pensée, tout le monde. OK, disons que ça dure depuis 1967, à peu près, non ?

KING : Attendez. Nous sommes à court de temps.

Eh bien, c’est comme essayer de photographier un accident de voiture. A une époque, c’était considéré comme une chose impossible à faire. Si vous envoyez une équipe de journalistes, OK, allons filmer une épave de voiture, c’était une blague. Eh bien, maintenant, régulièrement dans les nouvelles du soir, nous voyons des épaves de voitures. Nous voyons des épaves de voitures sur l’autoroute, nous voyons des épaves de voitures derrière nous.

KING : Pourquoi était-ce une blague que votre…

Parce qu’il y a… parce qu’il n’y avait pas de caméra partout avant. Il y a des millions et des millions d’appareils photo. Il y a des milliards de photos numériques prises chaque semaine.

KING : Donc vous dites qu’il — ils — vous ne dites pas qu’il n’y a pas d’OVNIs, vous dites qu’ils n’ont pas été prouvés ?

NYE : Je dis que c’est un grand pas de voir quelque chose que vous ne savez pas ce que c’est dans le ciel pour dire qu’il y a des vaisseaux spatiaux extraterrestres…

Mais vous devez comprendre que le Dr. Jacobs…Il dit qu’ils surveillent nos armes nucléaires.

Il a vu ça, Dr. Jacobs. Eh bien, je comprends cela.

Maintenant, donc vous êtes… si vous remettez en question ce qu’il a vu…

Non. Eh bien, je remets en question sa conclusion que la technologie n’existait pas en 1964 pour produire des images sur film que la CIA voudrait confisquer.

Si je peux me permettre ?

JACOBS : Eh bien, en 1964 vous essayiez de comprendre ce que…

En 1964, vous essayiez de comprendre ce qu’étaient les filles. J’étais dans le service en tant que scientifique senior (INAUDIBLE).

NYE : Monsieur, vous pouvez m’attaquer…

Alors descendez de vos grands chevaux sceptiques, mon pote.

Mais ça n’a pas… eh bien, ça n’a pas…

C’est vous qui faites des attaques ad hominem et dites que c’est un grand pas.

HASTINGS : Si je peux ?

HOMME NON IDENTIFIÉ : Oui, s’il vous plaît.

KING : Très bien. Un à la fois, s’il vous plaît. Il nous reste deux minutes.

HASTINGS : L’autre personne, l’autre ancien officier de l’Air Force, l’officier retraité de l’Air Force impliqué dans cette affaire était chargé de l’analyse des photos de ce film. Florenze Mansmann, qui est maintenant décédée.

HOMME NON IDENTIFIÉ : Florenze J. Mansmann.

HASTINGS : J’ai parlé à sa veuve. J’ai une correspondance – une correspondance privée entre le Dr Jacobs et le Dr Mansmann, en fait. Et 20 ans plus tard, ils sont émerveillés par ce qu’ils ont vu. L’évaluation professionnelle de Mansmann à Vandenberg en 1964 était que c’était un vaisseau extraterrestre.

NYE : OK. Donc il a fait cette conclusion.

HASTINGS : C’est exact.

NYE : OK. Très bien.

HASTINGS : Et je peux vous envoyer – je vais donner à CNN – j’essaie d’impliquer les médias nationaux dans cette affaire autant que possible. J’enverrai à n’importe qui toute correspondance pour n’importe quel journal, n’importe quelle station de radio, station de télévision, n’importe quel scientifique, n’importe quel membre de votre groupe, toute la documentation originale…

KING : Très bien, nous…

HASTINGS : …où ces messieurs discutent du sujet 20 ans plus tard.

KING : Très bien, nous allons avoir – nous allons faire beaucoup plus sur ce sujet, parce que nous faisons beaucoup sur les OVNIs.

Nous vous remercions tous d’être venus. Et nous remercions le Dr. Jacobs.

Mais quand nous reviendrons, nous allons vraiment nous y mettre – un double débat. Nous allons avoir un physicien, un conférencier, un chercheur et un réalisateur de documentaires qui vont affronter Bill Nye et le Dr Seth Shostek dans un deux contre deux sur tout ce sujet.

Ne partez pas.

UNIDENTIFIÉ MALE : Pensez-vous qu’il était possible que ce soit d’un autre monde ?

UNIDENTIFIÉ MALE : Mon entraînement dans l’Air Force me dit que je ne peux pas penser de cette façon, OK ?

Je sais ce que j’ai vu. Et ça me bouleverse. Et je me demandais pourquoi ils ne veulent pas découvrir ce que c’était ?

Tant que personne ne l’a vu, ils n’en ont aucune idée. Aucune idée.

Un sujet aussi important ne peut pas être gardé secret. Que répondez-vous à quelque chose comme ça, qui dit ça ?

COL. GORDON COOPER (RETRAITÉ), ASTRONAUTE : Eh bien, quelqu’un a gardé le secret pendant un certain temps, n’est-ce pas ?

KING : Quatre messieurs distingués vont maintenant débattre de cette question de manière raisonnable. Ils sont ici à Los Angeles, Stanton Friedman, un physicien, conférencier, chercheur sur les OVNI et auteur de « Flying Saucers and Science ». James Fox est un réalisateur de documentaires et un chercheur sur les OVNI, le producteur exécutif de « Out of The Blue », et il termine un nouveau film, dont le titre provisoire est « Beyond The Blue ». Bill Nye, notre homme de science, reste. Et à Boston, le Dr. Seth Shostak, l’astronome principal de l’Institut SETI. C’est pour la recherche d’intelligence extraterrestre. Il est l’hôte de l’émission de radio hebdomadaire, « Are We Alone ».

Très bien, Stanton, Bill affirme que, oui, les gens ont vu des choses. Oui, il y a des rapports. Mais nous ne savons pas s’il y a des objets volants non identifiés venant d’autres planètes.

STANTON FRIEDMAN, PHYSICIEN : Eh bien, vous savez, j’admire le courage de Bill. Je ne peux pas imaginer qu’un scientifique bien formé, expert dans la communication de la science au grand public, ait le courage d’aller dans une émission de télévision nationale, internationale, pour parler de quelque chose sur lequel il n’a pas fait de recherches, quelque chose dont il ne sait rien et prétendre qu’il est un scientifique à ce sujet. Franchement, je suis malade et fatigué de voir les déboulonneurs faire de leurs recherches des proclamations.

Bill a montré un document avec, vous savez, des noms censurés. Et si c’était un document de la CIA, que j’ai mis 5 ans à obtenir, sur les OVNIs ? Pas seulement des noms censurés.

KING : Dites-vous, Stanton, en tant que physicien, qu’il y a des objets volants non identifiés qui viennent d’autres endroits ?

Oui. Je vais plus loin que ça. C’est pourquoi le livre parle de soucoupes volantes et d’OVNIs.

Ils seraient non identifiés.

Oui, je dis que certains OVNIs sont des vaisseaux spatiaux extraterrestres intelligemment contrôlés. Nous avons affaire à un Watergate cosmique, c’est-à-dire à une dissimulation par le gouvernement. Et il n’y a pas de bons arguments contre ces deux-là. Et nous avons affaire à la plus grande histoire du millénaire.

KING : Avant que Bill ne réponde, laissons le Dr. Shostak répondre. Docteur, que savez-vous ou ne savez-vous pas ?

SETH SHOSTAK, SR ASTRONOMER, SETI INSTITUTE : Stanton aime dire, ceux d’entre nous qui ne font pas de recherche sur les OVNI ne devraient pas se prononcer sur eux. Et je trouve que ce n’est pas un argument très convaincant, parce que franchement, je ne fais pas de recherche sur les trous noirs. Je suis un astronome. Je ne fais pas de recherches sur les trous noirs. Mais je peux lire un article sur les trous noirs et décider s’il est crédible ou non. Est-ce que le gars qui l’a fait est crédible ? L’article a-t-il été revu ? D’autres scientifiques sont-ils convaincus ? Puis-je répéter l’expérience ?

Il n’y a aucune raison pour que Bill Nye, ou moi, ne puissions pas offrir une opinion sérieuse sur ce sujet. Donc je regrette qu’il ait dit cela.

Deuxièmement, vous n’offrez pas…

(CONVERSATION CROISÉE)

KING : Ne m’interrompez pas. Faisons appel à James Fox. Savez-vous que… savez-vous… vous n’êtes pas un scientifique, mais un cinéaste… savez-vous que des objets sont venus d’autres endroits que la Terre ?

JAMES FOX, RÉALISATEUR DE FILMS DOCUMENTAIRES : Voici ma théorie.

FOX : Deux possibilités, les phénomènes observés — Au fait, j’ai ici un petit document qui a été publié par l’Air Material Command, le Général Nathan Twaining (ph), admettant le 23 septembre 1947 que le phénomène est réel et non pas visionnaire ou fictif.

Que savez-vous ?

FOX : Fondamentalement, il y a une technologie observée depuis au moins 60 ans que l’on peut facilement établir, la capacité de faire du surplace sans faire de bruit, sans perturber l’air et d’accélérer du point de vue à l’abri des regards en un clin d’œil. Soit il y a une agence au sein d’un gouvernement dans le monde qui est en possession de cette technologie et qui l’a gardée secrète pendant 60 ans. Je peux définitivement l’affirmer.

Et c’est une explication terrestre. Il y a une explication terrestre à cette technologie, ou il n’y en a pas.

Ou cela pourait notre technologie, ce qui expliquerait qu’ils aient gardé cette technologie secrète pendant 60 ans ou plus.

Pouvez-vous affirmer sans équivoque, Bill, qu’il n’y a pas d’objets venant de l’espace ? Pouvez-vous le dire ?

NYE : Bien sûr que non. Il y a définitivement des objets venant de l’espace. Il y a 100 000 tonnes de…

KING : Je veux dire des extraterrestres.

NYE : — de la poussière sur ces terres de la journée. Mettez un drap dehors chaque nuit. Vous trouverez de la poussière.

KING : Des aliens.

NYE : Je suis très sceptique. Comme on dit en science, l’explication la plus simple est généralement la meilleure. Donc, voici notre problème, je pense : les gens sont convaincus que le gouvernement des États-Unis a couvert les choses.

KING : Exact.

NYE : Et en effet, si vous lisez des publications récentes, des choses déclassifiées l’année dernière, et je n’ai pas lu le livre, mais si vous lisez quelque chose comme « Legacy of Ashes » sur la CIA, la CIA a couvert beaucoup de choses. À plusieurs reprises, ses propres forces se sont tirées dessus parce qu’une partie de l’organisation ne l’a pas dit à l’autre partie de l’organisation.

Où voulez-vous en venir ?

NYE : Ce que je veux dire, c’est que le gouvernement américain aurait pu accidentellement amener les gens à croire qu’il se passait beaucoup plus de choses qu’en réalité. Et donc cette capacité du gouvernement américain à créer ces rumeurs, généralement par inadvertance, si je puis dire, a conduit les gens à croire que lorsqu’ils ne peuvent pas expliquer quelque chose par des moyens traditionnels, il doit s’agir d’une chose incroyable, jamais expérimentée auparavant…

KING : Laissez-moi faire une pause. Nous revenons tout de suite. D’où viennent ces soi-disant extraterrestres de l’espace ? Que veulent-ils de nous ? Nous vous le demanderons après la pause.

KING : Il est encore temps de participer à notre vote rapide : le gouvernement des États-Unis cache-t-il des connaissances sur les OVNIs ? Rendez-vous sur CNN.com/LarryKing dès maintenant et donnez votre avis. Oui, d’ailleurs, en ce moment, est en tête. Avant de continuer, regardons un extrait du nouveau film de James Fox. Il implique un avion de ligne japonais. Regardez.

En avant sur le radar, approximativement cinq miles devant votre position de 6h00. Êtes-vous d’accord ?

Nous ne pouvons pas identifier le type. C’est assez gros.

La CIA a dit, à toutes les personnes présentes, que cet événement n’a jamais eu lieu. Qui allez-vous croire ? Vos yeux qui mentent ou le gouvernement ?

KING : Pourquoi le gouvernement couvre-t-il les faits, Stanton ?

FRIEDMAN : Dans mon livre, j’ai un chapitre entier sur les six raisons de cette dissimulation. Vous voulez comprendre comment ils fonctionnent. Vous vous inquiétez que l’autre gars comprenne comment ils fonctionnent avant vous, parce qu’ils font de merveilleux systèmes de défense et de livraison d’armes. Vous ne voulez pas qu’ils sachent que vous savez qu’ils savent ce genre de choses. Si une grande annonce devait être faite, il y aurait — quoi, la fréquentation des églises augmenterait, les admissions dans les hôpitaux psychiatriques augmenteraient, le marché boursier baisserait, mais il y aurait une grande poussée pour l’orientation des terriens. Aucun gouvernement ne veut cela.

Et quatrièmement, certains des extrémistes religieux…

Pensez-vous, Dr. Shostak, qu’il y aurait une panique ?

SHOSTAK : Non, absolument pas, Larry. Les sondages ont montré depuis les années 1960 que quelque chose comme 50 %, 60 % des Américains croient que nous sommes visités par des extraterrestres naviguant en soucoupe qui vous enlèvent occasionnellement pour des expériences qui sont inappropriées lors d’un premier rendez-vous. Et personne ne se révolte dans les rues à ce sujet. Si le « New York Times » l’annonçait demain, je pense que les gens diraient : « Je le savais depuis le début ».

KING : Notre dernier sondage Associated Press montre que 14% des Américains affirment avoir vu un OVNI et 34% disent croire aux OVNI. James, vous avez parlé à des témoins oculaires en Arizona, d’accord, qui vous ont dit avoir vu. Ils ont vu quoi ?

Il y avait un vaisseau. C’est un vaisseau en forme de boomerang. Il fait jusqu’à 1,5 km de diamètre. Il a volé extrêmement lentement.

Un kilomètre de diamètre.

Un kilomètre de diamètre. Il a volé extrêmement lentement. On ne parle pas d’une lumière ambiguë au loin. Directement au-dessus de leur maison, si bas qu’ils auraient pu le frapper avec une pierre.

Combien de personnes vous ont dit l’avoir vu ?

Plus de 1 000 personnes se sont manifestées. J’ai parlé à au moins 150 personnes de tout l’État de l’Arizona, y compris le gouverneur de l’Arizona, qui a lancé une enquête avec le Pentagone, la base aérienne locale, la base aérienne de Luke.

Que s’est-il passé lors de l’enquête ?

Ils ont haussé les épaules et ont dit, nous ne savons pas ce qu’était cette chose.

Comment réagissez-vous ? Ils ne mentent pas, Bill. Qu’en pensez-vous ?

Mon souvenir est que l’Air Force a dit qu’ils avaient un vol de F-16 qui a lancé des fusées éclairantes cette nuit-là. C’est un grand V.

C’était à 22h, pas à 20h30.

La vraie chose est arrivée à 8h30. Ça a commencé au nord et ça s’est dirigé vers le bas.

NYE : Une explication est…Les gens ne savaient pas lire l’heure.

NYE : Une explication est que les gens — quelque chose s’est produit dans la soirée et nous avons confondu l’heure. Une autre explication est qu’il y a un vaisseau spatial alien.

KING : OK. Êtes-vous ouvert à cette possibilité ?

NYE : Pas dans le cas de celui de Phoenix. Dans ce cas, je n’ai pas les documents sous les yeux, en toute honnêteté.

Vous n’avez pas étudié les preuves, voilà à quoi ça se résume, Bill.

C’est là que je suis vraiment en désaccord avec vous, Stan. J’ai plutôt bien étudié les preuves.

Quand ce vaisseau a décollé… et j’ai parlé à des gens dans tout l’état de l’Arizona. Ils ont dit, si j’avais cligné des yeux, je l’aurais manqué. Il n’a fait aucun bruit. Il n’a pas perturbé l’air. Il n’y a pas eu de bang sonique. Et c’était au moins un mile de large, y compris le gouverneur de l’Arizona a vu cette chose.

FRIEDMAN : Et il est pilote.

FOX : Et c’est un pilote et ancien capitaine de l’Air Force.

NYE : Sur CNN nous avions des images de ça.

(CONVERSATION CROISÉE)

FOX : Pas d’images de ça. Je suis sur le point de découvrir des images qui…

Laissez-moi faire une pause. Pourquoi présume-t-on que les extraterrestres, s’ils existent, sont tellement plus intelligents que nous ? Question intéressante. Nous allons essayer d’y répondre. Des appels téléphoniques, aussi, après la pause.

KING : Je ne sais pas ce que c’est. Nous sommes de retour. OK, calmez-vous. Stanton, un bon point de la part d’un auditeur assidu. Nous avons vécu de nombreuses administrations de ce genre. On a vécu avec Johnson, Nixon, tout un tas. On a eu des républicains, des démocrates, des scientifiques. Tous se couvrent ? Personne, personne – aucun fonctionnaire n’a jamais dit, je veux regarder dans ce domaine ?

FRIEDMAN : Comme on dit —

FOX : Jimmy Carter devant la caméra – j’ai été la première personne à obtenir Jimmy Carter devant la caméra disant qu’il avait essayé de lancer une enquête et qu’il n’était arrivé à rien. J’ai eu Gerald Ford dans une interview téléphonique, il a fait la même chose. Comment un président peut-il être dans l’impasse ?

Il n’est allé nulle part. Bill Clinton a essayé de lancer une enquête.

La CIA cache tout ça aux présidents ?

On ne sait pas si c’est la CIA. C’est une sorte de quasi-gouvernement, quasi-militaire…

NYE : Voilà le truc, la CIA cache des trucs au président, mais ça ne veut pas dire qu’ils sont extraterrestres.

KING : Pourquoi, Stanton, sur ce sujet, y aurait-il une énorme dissimulation ?

FRIEDMAN : Parce que cela affecte tout ce que nous pensons de nous-mêmes. Comme je l’ai dit, si nous déclarons que des extraterrestres nous rendent effectivement visite, les gens vont vouloir faire pression pour une orientation terrienne. Nous avons 300 millions de personnes…

Quelle orientation ?

Une nouvelle identité. Au lieu de se considérer comme des Américains, des Chinois, des Grecs, des Péruviens…

KING : OK.

Qui parle au nom de la planète. On va organiser une élection, non ? Mais les Chinois sont 1,3 milliard. L’Inde en a un milliard. Nous en avons 300 millions. Nous n’allons pas renoncer à cela… Ils ont un objectif commun : rester au pouvoir. C’est ce qu’est le gouvernement, Larry. Vous le savez.

FOX : Regardez ça à plus petite échelle, comme avec Fife Symington. Fife Symington a fait une blague de cette observation qui a eu lieu en 1977. Il avait un de ses assistants habillé en costume d’alien. Cet énorme vaisseau survole l’état d’Arizona. Le gouverneur dit que la pression de ses électeurs pour faire la lumière sur cette affaire augmente, l’hystérie grandit. Il tient une conférence de presse. Il demande à son assistant de se déguiser en extraterrestre et de faire une blague de tout ça.

La raison pour laquelle il a fait ça – il nous l’a dit dix ans plus tard – est qu’ils ne savaient pas ce que c’était. Les gens flippaient.

KING : Un e-mail d’Anne à Duncan, Oklahoma : « Les théoriciens de la conspiration OVNI disent que le gouvernement américain conspire pour garder les contacts extraterrestres secrets. Pourquoi les extraterrestres eux-mêmes ne feraient-ils pas connaître leur présence au monde ? S’ils peuvent voyager des années-lumière pour arriver ici, ils n’ont besoin d’aucune permission du gouvernement pour quoi que ce soit. » Ne pensez-vous pas qu’ils le feraient, Seth ?

SHOSTAK : Bien sûr qu’ils le feraient. Regarde, il suffit de regarder les analogies historiques, Larry ; 1492, Christophe Colomb débarque en Amérique. Dix ans plus tard, l’Espagne envoie 25 navires remplis de colons vers les Amériques. Si vous aviez demandé aux indigènes d’Amérique du Nord dix ans après Christophe Colomb, pensez-vous que nous sommes envahis ? Peu importe ce que leur armée voulait faire, ce que les chefs voulaient faire. Ils savaient qu’ils étaient envahis. Il s’est passé plus de 60 ans depuis Roswell. Pour autant que je sache, mes vols décollent toujours à l’heure à l’aéroport local. Pas d’extraterrestres du tout.

Pourquoi ne viennent-ils pas, James ?

Voilà le problème.

Je ne parle pas aux écureuils dans mon jardin, Larry.

J’ai posé cette question exacte à Edgar Mitchell, astronaute d’Apollo 14, sixième homme sur la lune ; j’ai dit pourquoi ne se posent-ils pas ? Il m’a répondu… il m’a vraiment regardé et m’a dit, réfléchissez-y, James. Ne penses-tu pas que si tu allais dans un monde lointain, tu ne voudrais pas t’asseoir et observer un peu ?

KING : Pourquoi observent-ils le Wyoming et pas Washington ?

(CONVERSATION DE SOURDS)

Washington a été bombardé en 1962. Il a été capturé sur le radar, photographié, capturé sur la photographie.

C’est votre affirmation. Qu’est-ce que je dois faire ?

C’est un fait.

Que dois-je faire en tant que civil quand l’U.S. Air Force dit, eh bien, c’était des tests de vol que nous faisions et nous les avons couverts. Que faites-vous quand ils déclassifient le…

FOX : Est-ce qu’ils ont caché cette technologie pendant 60 ans ? Peut-être que oui. Mais s’ils cachent cette technologie, ils ne devraient pas, car quelqu’un est en possession d’une technologie qui pourrait vraiment être bénéfique à toute l’humanité.

(CONVERSATION CROISÉE)

FOX : Je ne sais pas. Peut-être qu’ils ne le sont pas. Peut-être que c’est une visite d’extraterrestres. Je ne sais pas. Je ne peux pas le prouver. Mais je peux vous dire…

Pensez-vous que des extraterrestres sont venus ici ?

Il n’y a aucun doute là-dessus. Les preuves sont si puissantes. Et j’aimerais que Seth, qui, lorsqu’il a assisté à ma conférence, a admis n’avoir lu aucun des…

Que veulent-ils, les extraterrestres, à votre avis ?

J’ai une longue liste de choses à dire, ils sont là pour nous mettre en quarantaine.

Nous mettre en quarantaine ?

Hé, nous sommes une société primitive dont l’activité principale est la guerre tribale. J’ai travaillé sur les systèmes de propulsion par fusion. Tout le monde dans le voisinage va connaître la fusion. C’est ce qui fait fonctionner les étoiles. En peu de temps, nous serons en mesure d’apporter notre marque d’amitié, que tout le monde appelle hostilité, là-bas. Rappelez-vous, c’est une planète qui a tué 50 millions de nos semblables pendant la seconde guerre mondiale.

NYE : Vous dites que les aliens ont peur que nous prenions le contrôle de leur technologie ?

Je n’ai pas dit ça.

Ce ne sont que des spéculations pour le moment. Commençons à parler des faits.

NYE : C’est là que nous sommes en désaccord, c’est sur les faits.

(CONVERSATION CROISÉE)

Nous avons des documents gouvernementaux qui déclarent essentiellement que ces choses existent.

NYE : Avez-vous été à la base aérienne de Wright Patterson ?

FOX : Bien sûr que oui.

Vous y avez été, Larry, c’est cool.

(CONVERSATION CROISÉE)

Ils ne vous montrent pas un alien, n’est-ce pas ?

J’ai eu une autorisation de sécurité pendant un moment.

Que feriez-vous si vous voyiez une de ces choses ?

NYE : Tout d’abord, je prendrais une photo, une bonne photo.

FOX : Et ensuite ?

NYE : Ensuite, je regarderais attentivement la photo.

Et ensuite je me moquerais de vous parce que personne ne vous croirait.

Laissez-moi faire une pause. Nous revenons tout de suite.

Est-ce une vache ? Nous sommes de retour. J’essaie de comprendre, est-ce une vache ?

Des vaches regardant des OVNIs.

KING : La théorie de la relativité d’Einstein, vous ne pouvez pas voyager plus vite que la lumière, non ?

Oui, mais quand vous vous rapprochez de la vitesse de la lumière, le temps ralentit. Vous pouvez parcourir 39 années-lumière en six mois de pilotage si vous êtes à 99,99 % de la vitesse de la lumière. Nous, les physiciens, fabriquons des particules qui vont…

NYE : Elles deviennent infiniment massives.

(CONVERSATION CROISÉE)

NYE : Voici ce que je dis, c’est une bien meilleure explication que nous n’en savons pas assez. Mais — mais, Stan, tu as fait remarquer avant la pause que l’U.S. Air Force ne te laissera pas tout voir. J’espère que non. J’espère que l’U.S. Air Force a quelques petites choses dans ses manches.

FRIEDMAN : J’ai eu 14 ans sous la sécurité.

NYE : Mais cela ne veut pas dire que les choses que vous ne pouvez pas voir, par exemple —

Laissez-moi passer un appel. Nouvelle-Orléans, bonjour.

Bonjour, Larry, comment allez-vous ?

Bonjour. J’aimerais savoir combien de fois les témoins oculaires passent au détecteur de mensonges pour prouver qu’ils disent la vérité plutôt que d’inventer une histoire juste pour passer à la télé ?

KING : Le font-ils, James ?

FOX : Cela arrive.

Sont-ils soumis au détecteur de mensonges ?

KING : C’est arrivé. Benny Hill en a passé un à la télévision nationale.

(CONVERSATION DE SOURDS)

Seth, tu es un sceptique ? Tu crois qu’on ne saura jamais toute l’histoire Seth ?

SHOSTAK : Désolé, je n’ai pas entendu – toute l’histoire – la ligne de fond est, Larry, ceci : Stanton a une certaine connaissance de la sociologie des aliens. Il sait ce qu’ils veulent. Il n’a pas réussi à convaincre les scientifiques du monde entier. Quand il y parviendra, il y aura une véritable enquête. On passera du domaine de la fantaisie à celui de la vraie science. J’attends que cela se produise.

Voici le problème. Je reviens d’une réunion avec le CNS français, l’équivalent français de la NASA. La France a… Je ne sais pas si les gens le savent, mais la France vient de publier ses dossiers sur les OVNI, ce qui confirme essentiellement que les OVNI sont réels.

Ils disent ça.

FOX : Oui.

La France a annoncé que les OVNIs sont réels ?

Le chef de la CNS vient de publier 50 ans de profils. Je suis allé interviewer le type, Jacques Pattinet (ph), tout récemment, et je lui ai dit, c’est une découverte étonnante. Comment les Français réagissent-ils à cela ? Il m’a répondu que personne ne se jetait par la fenêtre.

Non seulement personne ne se jette par la fenêtre, mais ce n’est pas une histoire. Je ne l’ai pas vu.

On en a parlé un peu, pas beaucoup, mais un peu.

Pourquoi pas ?

Je ne sais pas.

Il y a beaucoup de choses…

Vous avez fait une émission à ce sujet. L’Angleterre a suivi le mouvement en publiant ses documents. Je lui ai demandé. J’ai dit, que voudriez-vous dire au gouvernement américain ? Il a dit, n’ayez pas peur de dire la vérité au peuple.

NYE : Exactement. Vous voyez quelque chose dans le ciel dont vous ne savez pas ce que c’est, cela ne veut pas dire que ce sont des extraterrestres.

FOX : Soixante ans de technologie —

Mais si la France annonce qu’ils sont là, pourquoi cela ne vous impressionne-t-il pas ?

FOX : C’est 50 ans d’études scientifiques.

NYE : Les gars…

Il y a eu des analyses de sol, des analyses photographiques.

Quand j’étais jeune, vous ne pouviez pas faire un avion sans queue verticale. Maintenant on peut. Ça ne veut pas dire qu’il y a des extraterrestres. (Note le F-117)

Je ne dis pas qu’il y a des extraterrestres. Je dis qu’il y a des vaisseaux en forme de disque, des phénomènes physiques qui défient la physique telle que nous la comprenons aujourd’hui.

Défient-ils la physique ?

Non, cela signifie que nous ne savons pas encore comment le reproduire. Cela ne veut pas dire que c’est impossible. J’ai travaillé sur les systèmes de propulsion par fusion. C’est ce qui se passe dans le soleil, beaucoup d’énergie par livre de matière, il y a 40 ans, Larry. Nous n’avons pas construit un grand système parce que ça demande beaucoup d’argent et d’efforts.

KING : Les gars, nous sommes à court de temps. Merci. Un autre dans notre série de programmes à la recherche d’une réponse. Allez sur CNN.com/LarryKing pour les transcriptions, les sonneries, les galeries de photos, et plus encore. N’oubliez pas le vote de ce soir : le gouvernement des États-Unis cache-t-il des connaissances sur les OVNIs ? Et nous avons un commentaire sur les OVNI de l’ancien gouverneur de l’Arizona. Notre dernier podcast, Barack Obama, est prêt à être téléchargé. Vous pouvez également vous inscrire à notre lettre d’information ou à nos alertes par téléphone portable. Tout est sur CNN.com/LarryKing.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *