David Martin, CBS : Deux mystères pour 2022

Quelle est la cause du syndrome de La Havane ? D’où viennent les OVNIs ? David Martin, correspondant de CBS News pour la sécurité nationale depuis 1993, prédit que l’un de ces deux mystères sera résolu en 2022.

« Il y a deux mystères à résoudre, le premier quelle est la cause du syndrome de La Havane ? Cet étrange mal qui affecte des américains au quatre coins du monde, comme s’ils étaient victimes d’une espèce d’arme avec un faisceau dirigé.

Le second d’où viennent ces objets mystérieux qui apparaissent au milieu de nos exercices militaires.

Je prédis qu’un de ces deux mystères sera compris en 2022 »

Commentaires de Toledo

Si je suis gavé des UFO, toutefois ce syndrome de la Havane reste encore un mystère.

Pour rappel, il a touché du personnel américain travaillant à la Havane, mais le phénomène s’est aussi reproduit dans d’autres pays, ce qui épaissit considérablement le mystère.

Il se manifeste par des troubles auditifs, des étourdissements et de céphalées dont ont eu à souffrir certains membres du personnel diplomatique canadien et américain basé à La Havane, à Cuba, à compter de fin 2016.

En définitive, ces troubles sont probablement dus à de l’énergie micro-onde dirigée, selon le rapport rendu par l’Académie nationale des sciences des États-Unis à ce sujet.

Les mystérieux symptômes neurologiques ressentis par les diplomates américains en Chine et à Cuba correspondent aux effets de l’énergie des micro-ondes dirigées, selon un rapport très attendu des Académies nationales des sciences qui cite des preuves médicales pour étayer la conviction de longue date des responsables du renseignement américain.

Le rapport ne conclut pas que l’énergie dirigée a été délivrée intentionnellement, par une arme, comme certains responsables américains l’ont longtemps cru. Mais il soulève cette possibilité troublante.

Le rapport a été transmis au Congrès après des appels bipartites menés par la sénatrice américaine Jeanne Shaheen, une démocrate du New Hampshire qui est un membre important des commissions des relations extérieures et des services armés du Sénat. Elle a publié la déclaration suivante : « Les effets sur la santé de ces mystérieuses blessures ont tourmenté les personnes concernées. Leurs maladies et leurs souffrances sont réelles et exigent une réponse du Congrès. Les fonctionnaires américains et leurs familles – qui ont été ciblés – ont demandé que le Congrès reçoive et examine ce rapport, je suis donc heureuse que le département d’État ait tenu compte de notre appel bipartisan afin que nous puissions nous mettre au travail. « 

NBC News a rapporté en 2018 que les responsables du renseignement américain considéraient la Russie comme un suspect principal dans ce que certains d’entre eux évaluent comme ayant été des attaques délibérées contre des diplomates et des agents de la CIA à l’étranger. Mais il n’y avait pas – et il n’y a pas maintenant – de renseignements concluants pointant dans cette direction, ont déclaré de multiples responsables qui ont été informés de la question.

Selon le rapport des Académies nationales des sciences, une équipe d’experts médicaux et scientifiques qui a étudié les symptômes de pas moins de 40 employés du département d’État et d’autres administrations a conclu que rien de tel n’avait été documenté auparavant dans la littérature médicale. Nombre d’entre eux ont déclaré avoir entendu un bruit fort et ressenti une pression dans la tête, puis avoir eu des vertiges, une démarche instable et des troubles de la vue. Beaucoup ont souffert d’effets débilitants de longue durée.

« Le comité a estimé que nombre des signes, symptômes et observations distinctifs et aigus rapportés par les employés (du gouvernement) sont compatibles avec les effets de l’énergie radiofréquence (RF) dirigée et pulsée« , indique le rapport. « Les études publiées dans la littérature ouverte il y a plus d’un demi-siècle et au cours des décennies suivantes par des sources occidentales et soviétiques apportent un soutien circonstanciel à ce mécanisme possible. »

Au cours de l’année écoulée, comme l’ont d’abord rapporté le GQ Magazine et le New York Times, plusieurs nouveaux incidents ont été signalés par des agents de la CIA en Europe et en Asie, dont un impliquant Marc Polymeropoulos, qui a pris sa retraite l’année dernière après une longue carrière décorée en tant qu’agent chargé des affaires. Il a déclaré à NBC News qu’il souffrait encore des effets de ce qu’il pense être une blessure au cerveau subie lors d’un voyage à Moscou.

Une source directement au courant de l’affaire a déclaré à NBC News que la CIA, en utilisant les données de localisation des téléphones portables, avait déterminé que certains agents des services de renseignement russes qui avaient travaillé sur des programmes d’armes à micro-ondes étaient présents dans les mêmes villes au moment où les agents de la CIA souffraient de symptômes mystérieux. Les responsables de la CIA considèrent qu’il s’agit d’une piste prometteuse mais pas d’une preuve concluante.

La Russie a nié toute implication dans ces incidents.

L’énergie électromagnétique, y compris les fréquences telles que la radio et les micro-ondes, a été considérée comme une possibilité majeure depuis les premiers jours du mystère. Très tôt, les enquêteurs ont également envisagé la possibilité que des ondes sonores, des toxines ou d’autres mécanismes aient pu être impliqués, bien qu’aucune preuve ne soit apparue pour soutenir ces théories.

Au fil des ans, le FBI, la CIA, l’armée américaine, le service de sécurité diplomatique du département d’État, les National Institutes of Health et les Centers for Disease Control and Prevention ont enquêté sur ces incidents. Aucun n’a présenté de conclusions, et le département d’État a discrètement cessé d’utiliser le mot « attaques » pour décrire ce qui s’est passé, comme l’ont fait le secrétaire d’État de l’époque, Rex Tillerson, et d’autres hauts responsables dans les premiers jours qui ont suivi la révélation publique des incidents en 2017.

Plus de deux douzaines de travailleurs américains ayant servi à Cuba et un plus petit nombre de Canadiens ont été confirmés comme ayant été affectés, en plus d’un travailleur du gouvernement américain en Chine qui a été jugé en 2018 comme ayant présenté des symptômes similaires.

Pour certains des employés touchés, ces symptômes se sont résorbés et les personnes ont finalement pu reprendre une vie relativement normale. Pour d’autres, les effets ont persisté et ont constitué un obstacle permanent et important à leur travail et à leur bien-être, selon les interviews de NBC News avec des fonctionnaires américains qui ont été évalués par le gouvernement comme ayant été affectés.

Certains experts médicaux extérieurs non impliqués dans l’enquête ont émis l’hypothèse que les travailleurs auraient pu simplement souffrir d’hystérie collective. Mais les médecins qui ont évalué les patients à l’Université de Pennsylvanie, notamment par le biais d’une imagerie cérébrale avancée, ont constaté des différences dans leur cerveau, notamment une diminution de la matière blanche et de la connectivité dans les zones qui contrôlent la vision et l’audition par rapport à des personnes similaires en bonne santé.

Le Comité International de la Croix-Rouge parle de ces armes depuis longtemps, sous-entendant leurs perversités.

https://international-review.icrc.org/sites/default/files/S0035336100005141a.pdf

Avec la maitrise des technologies actuelles dans les rayonnements électromagnétiques de très hautes fréquences, portée par le business de la téléphonie mobile, il est possible de créer ce type d’armes, faciles à transporter, pour un budget de quelques milliers de dollars.

Pour rappel, trois facteurs sont importants :

  • La puissance du champ rayonné
  • La distance à laquelle se trouve la cible
  • Le temps d’exposition

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *