L’Univers a peut-être été créé en labo

Toledo / 18.10.2021

Vous vous souvenez peut-être de l’auteur à succès et ancien président du département d’astronomie de Harvard, Abraham (« Avi ») Loeb. Il a fait les gros titres dans le passé pour avoir affirmé que les civilisations extraterrestres ne répondront pas à nos messages avant 3000 ans, qu’Oumuamua pourrait être un vaisseau spatial interstellaire, et pour avoir lancé une nouvelle initiative appelée le Projet Galileo qui mène actuellement une recherche de preuves de technologies construites par des civilisations extraterrestres.

Lorsqu’il s’agit de tout ce qui touche aux extraterrestres, Loeb est un expert chevronné. Aujourd’hui, il revient avec une nouvelle théorie sur notre univers et la vie extraterrestre et nous devons admettre qu’elle est plutôt flippante.

Loeb poursuit en disant que cette théorie permettrait d’unifier nos croyances religieuses.

Le plus grand mystère concernant l’histoire de notre univers est ce qui s’est passé avant le big bang. D’où vient notre univers ? Il y a près d’un siècle, Albert Einstein a cherché des alternatives statiques au modèle du big bang, car un début dans le temps n’était pas philosophiquement satisfaisant dans son esprit.

Aujourd’hui, on trouve dans la littérature scientifique toute une série de conjectures sur nos origines cosmiques, notamment l’idée que notre univers a émergé d’une fluctuation du vide, qu’il est cyclique avec des périodes répétées de contraction et d’expansion, qu’il a été sélectionné par le principe anthropique dans le paysage des multivers de la théorie des cordes où, comme le dit le cosmologiste du MIT Alan Guth, « tout ce qui peut arriver arrivera… un nombre infini de fois« , ou qu’il a émergé de l’effondrement de la matière à l’intérieur d’un trou noir.

Une possibilité moins explorée est que notre univers ait été créé dans le laboratoire d’une civilisation technologique avancée. Puisque notre univers a une géométrie plate avec une énergie nette nulle, une civilisation avancée aurait pu développer une technologie permettant de créer un bébé univers à partir de rien par le biais d’un tunnel quantique.

Cette histoire d’origine possible unifie la notion religieuse d’un créateur avec la notion séculaire de la gravité quantique.

Nous ne possédons pas de théorie prédictive qui combine les deux piliers de la physique moderne : la mécanique quantique et la gravité. Mais une civilisation plus avancée pourrait avoir accompli cet exploit et maîtrisé la technologie de création de bébés univers.

Si tel était le cas, cela pourrait non seulement expliquer l’origine de notre univers, mais aussi suggérer qu’un univers comme le nôtre – qui, dans cette image, abrite une civilisation technologique avancée qui donne naissance à un nouvel univers plat – est comme un système biologique qui maintient la longévité de son matériel génétique à travers plusieurs générations.

Si c’est le cas, notre univers n’a pas été sélectionné pour que nous y existions – comme le suggère le raisonnement anthropique conventionnel – mais plutôt pour qu’il donne naissance à des civilisations beaucoup plus avancées que nous. Ces « enfants plus intelligents de notre bloc cosmique » – qui sont capables de développer la technologie nécessaire pour produire des bébés univers – sont les moteurs du processus de sélection darwinienne cosmique, alors que nous ne pouvons pas encore permettre la renaissance des conditions cosmiques qui ont conduit à notre existence. On pourrait dire que notre civilisation est encore cosmologiquement stérile puisque nous ne pouvons pas reproduire le monde qui nous a fait.

Dans cette perspective, le niveau technologique des civilisations ne devrait pas être mesuré par la quantité d’énergie qu’elles exploitent, comme le suggère l’échelle imaginée en 1964 par Nikolai Kardashev

Il devrait plutôt être mesuré par la capacité d’une civilisation à reproduire les conditions astrophysiques qui ont conduit à son existence.

À l’heure actuelle, nous sommes une civilisation technologique de bas niveau, classée en classe C sur l’échelle cosmique, puisque nous sommes incapables de recréer ne serait-ce que les conditions d’habitabilité de notre planète lorsque le soleil mourra.

Pire encore, nous pourrions être classés en classe D, car nous détruisons négligemment l’habitat naturel de la Terre à cause du changement climatique, induit par nos technologies

Une civilisation de classe B pourrait ajuster les conditions de son environnement immédiat pour être indépendante de son étoile hôte.

Une civilisation classée en classe A pourrait recréer les conditions cosmiques à l’origine de son existence, à savoir produire un bébé univers dans un laboratoire.

Parvenir à distinguer une civilisation de classe A n’est pas une mince affaire au regard de la physique telle que nous la connaissons. Les défis connexes, tels que la production d’une densité suffisante d’énergie noire dans une petite région, ont déjà été abordés dans la littérature scientifique.

Étant donné qu’un univers autoréplicatif ne doit posséder qu’une seule civilisation de classe A et qu’il est beaucoup moins probable d’en avoir beaucoup d’autres, l’univers le plus courant serait celui qui produit tout juste des civilisations de classe A. Tout ce qui est meilleur que cette exigence minimale est considéré comme un défi. Tout ce qui est meilleur que cette exigence minimale est beaucoup moins susceptible de se produire parce que cela nécessite des circonstances rares supplémentaires et ne fournit pas un avantage évolutif plus important pour le processus de sélection darwinien des bébés univers.

La possibilité que notre civilisation ne soit pas particulièrement intelligente ne doit pas nous prendre par surprise.

Lorsque je dis à des étudiants de l’université de Harvard que la moitié d’entre eux se situent en dessous de la médiane de leur classe, ils s’énervent. La réalité pourrait bien être que nous sommes statistiquement au centre de la distribution de probabilité en forme de cloche de notre classe de formes de vie intelligentes dans le cosmos, même en tenant compte de notre célèbre découverte du boson de Higgs par le Grand collisionneur de hadrons.

Nous devons nous permettre de regarder humblement à travers de nouveaux télescopes, comme l’envisage le projet Galileo récemment annoncé, et de chercher des enfants plus intelligents dans notre bloc cosmique. Sinon, notre voyage égoïste risque de mal se terminer, comme ce fut le cas pour les dinosaures, qui dominaient la Terre jusqu’à ce qu’un objet venu de l’espace vienne ternir leur illusion.

La civilisation qui nous a créés s’immisce-t-elle dans nos vies et est-elle bienveillante, malveillante ou indifférente ?

Si elle se manifeste à nous, comment le fait-elle ? Un buisson ardent sur une montagne ?

Autre changement de paradigme…Dans ma religion Dieu est Amour, c’est sa raison d’être (Même si j’en convient: le message n’est pas particulièrement clair). Là, il ne ferait qu’une chose, c’est essayer de survivre.

Cela répondrait aussi à une question: Nous a t’il créé à son image, ou l’inverse ? Ben finalement, les deux seraient correctes :>)

Je reconnais qu’Avi Loeb n’a peur de rien, et qu’il possède une capacité de conceptualisation unique. C’est à la fois délirant, flippant, mais passionnant.

Après, ces propos m’intéressent, car il complètent une réflexion que je me faisais depuis longtemps:

Que se passerait il si nous rencontrions une civilisation possédant une avance technologique de 4000 ans sur la nôtre ? Cela serait sans doute compliqué d’avoir une interaction avec elle, que ce soit en terme technique ou sociétal, mais cela resterait sans doute possible.

Si elle avait 10 000 ans d’avance, cela deviendrait probablement très compliqué.

Mais avec 100 000 ans d’avance ? Ou 200 000 ans ? Ferait elle encore partie de notre réalité ? C’est très incertain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *