Interview : Robert Powell et Mick West sur les rencontres du Nimitz

Par The Black Vault, John Greenewald, Jr.

S’il vous plait, soutenez John Greenewald, Jr. en souscrivant ici, http://www.patreon.com/theblackvault​

Introduction

Voici un entretien très pointu entre deux ténors du phénomène, soit le Serial Debunker Mick West, et Robert Powell, le président de la SCU, pour Scientific Coalition of UAP, un groupe composé d’une centaine de personnes, notamment des scientifiques et des militaires, qui ont fournis un rapport de 270 pages sur l’affaire du Nimitz.

Nous verrons que des points essentiels sont contestés par Mick West, qui a su mettre le doigt sur des éléments sensibles. Mick West seul contre 100, mais avec dans sa poche une arme redoutable, le rasoir d’Ockham, qui lui permet de mettre en pièces tous ses adversaires.

Vous serez aussi intéressé par les pages suivantes:

Mike West : Interview de Kevin Day, opérateur radar à bord du Princeton

Mike West : Interview avec Patrick « PJ » Hughes

Mick West : L’interview de Luis Elizando

Traduction

John Greenewald : Pour certains, la rencontre d’OVNI avec le Nimitz défie toute explication scientifique. Il y a tout ce que vous voudriez pour qu’un cas d’OVNI soit crédible. De puissants témoignages oculaires des personnes présentes, comme le pilote David Fravor, qui pensent comme d’autres personnes que ces objets n’étaient pas de ce monde, à une vidéo enregistrée par l’US Navy d’un objet qui ne peut tout simplement pas être expliqué. L’abondance de ces preuves suffit à certains qui les regardent, qu’il ne peut que s’agir d’une rencontre avec un objet d’un autre monde. Mais d’autres contestent et répondent : Pas si vite. Ils croient que l’objet mystérieux poursuivi par plusieurs pilotes d’avions de chasse FA-18 est simplement une erreur d’identification d’un objet connu.

La vidéo qui a circulé dans le monde entier fascine beaucoup de ceux qui l’ont vue. Eh bien, les sceptiques pensent que c’est facilement explicable une fois que vous disséquez ce que la vidéo montre réellement. Alors de quel côté est la vérité ? Regardons-nous enfin des preuves indéniables que nous ne sommes pas seuls ? Ou est-ce que cette preuve qui prouve apparemment une telle révélation explosive s’effondre lorsqu’elle est soumise à un examen scientifique ? Les deux messieurs qui se joignent à moi aujourd’hui pensent tous deux avoir les réponses à ces questions. Et après une analyse scientifique vigoureuse, des tests et un examen minutieux par les deux parties, ils sont convaincus qu’ils résolvent la majorité de cette question. Cependant, leurs conclusions diffèrent grandement.

D’un côté, vous avez Mick West, un démystificateur connu et autoproclamé d’allégations extraordinaires, qui a passé d’innombrables heures à produire des présentations vidéo qui offrent des analyses scientifiques sur ce cas précis.

Dans ces vidéos YouTube, il explique pourquoi il ressent ce cas, et beaucoup d’autres, comme il s’agit de simples erreurs d’identification et facilement explicables, et aucune d’entre elles ne résiste à l’épreuve de la science.

Et de l’autre côté, vous avez Robert Powell, le membre du conseil exécutif de la Coalition scientifique pour les études UAP. Son organisation a produit un article scientifique de 270 pages sur les rencontres d’OVNI du Nimitz. Et dans ce rapport, les auteurs, tous ayant des formations scientifiques diverses, analysent la vidéo, les témoignages et les notes radars disponibles et soumettent les preuves à leur propre examen scientifique.

Ils ont conclu que l’objet inconnu se déplaçait à des vitesses extraordinaires, qui étaient citées, «au-delà de la capacité de tout aéronef connu dans le domaine public ».

Maintenant, les deux côtés sont sur le point de se réunir, ces deux messieurs ont acceptés d’entrer dans le coffre-fort pour discuter entre eux, pour la toute première fois de toutes leurs conclusions. Et en cours de route, ils exprimeront probablement pourquoi ils pensent que l’autre a tort. Restez à l’écoute, vous êtes sur le point de voyager à l’intérieur du Black Vault.

C’est vrai, tout le monde. Comme toujours, merci beaucoup de vous être connecté et d’en faire votre podcast ou votre diffusion en direct. Et je suis enthousiasmé par l’épisode d’aujourd’hui. C’est la première pour moi de faire venir deux invités en même temps. Donc, d’un point de vue technique, je serai probablement plus concentré sur le fait de ne pas foirer ça, plutôt que d’essayer de commencer à interrompre mes deux invités.

Maintenant, je sais que beaucoup d’entre vous ont voulu voir ces deux messieurs se parler, qui ont tous deux étés dans mon émission dans le passé, mais indépendamment ; j’ai Robert Powell à votre droite et Mick West à gauche. Maintenant, Mick et Robert, merci à vous deux d’avoir pris le temps non seulement de me rejoindre, mais d’être ouvert à une conversation entre vous deux.

Robert Powell : Heureux d’être ici

John Greenewald : Je veux juste y aller directement. Le public vient de voir l’introduction. J’ai déjà parlé un peu de vos antécédents et de l’affaire dont nous parlons, évidemment, l’affaire du Nimitz. Et lors de la planification de cette émission, je m’inquiétais toujours pour Ok, qui vais-je faire commencer en premier parce que vais-je contrarier l’autre ? Et je n’ai jamais vraiment compris quelle était la bonne réponse à ce sujet. Mais je voulais vous poser à tous les deux une très brève question par oui ou par non, qui définira en quelque sorte la manière dont j’ai posé ces questions. Maintenant, pour que le public le sache, nous n’avons jamais prévu de questions. J’ai ma propre liste ici de ce que je veux traiter, mais ni Robert ni Mick n’avaient aucune exigence pour cela. Ils n’ont pas dit, ne parlez pas de cela, ou vous feriez mieux d’éviter cela ou je vous raccrocherai. Ils étaient simplement ouverts à une conversation et c’est un honneur pour eux deux, qu’ils veulent juste avoir une bonne conversation. Une autre note d’ordre administratif pour le public lui-même, ce n’est pas un débat formel, ce qui signifie que nous n’allons pas faire des chronomètres, des présentations et des discours d’ouverture, nous allons simplement avoir une conversation. Alors, voici ma première petite question, répondez simplement oui ou non, qui structurera où nous allons ensuite. Vous avez tous les deux fait vos analyses scientifiques indépendantes sur la rencontre de Nimitz, les images et les témoignages. Robert Mick a évidemment produit pas mal de vidéos différentes sur ses analyses sur la rencontre du Nimitz. Les avez-vous regardées ?

Robert Powell : J’en ai vu quelques-unes

John Greenewald : vu certains d’entre elles, d’accord. De toute évidence, Robert est impliqué dans une organisation où ils ont produit un rapport scientifique de 270 pages contenant beaucoup d’informations. Et c’est ce que je pense de l’angle de Robert. Avez-vous lu cela ?

Mick West : J’en ai lu beaucoup. Mais je ne dirais pas que j’en ai lu chaque mot.

John Greenewald : Très bien. D’accord. Alors allons-y et allons-y en quelque sorte. Et moi, je pensais que l’analyse vidéo était un bon point de départ, nous traiterons de nombreux sujets différents. Mais la vidéo d’abord. Robert, je veux te parler pour en quelque sorte mettre cela en place. Une grande partie de la controverse derrière cette vidéo, et nous l’avons vue tourner en boucle dans les émissions de télévision, comment les gens perçoivent la vidéo, que cette chose montre un objet que qui part à grande vitesse vers la fin, est-ce que vous confirmez votre position du point de vue de l’analyse, que cette chose s’accélère à la fin de cette vidéo à une grande vitesse ?

Robert Powell : Oui, permettez-moi de commencer, John, en disant dans notre rapport, et il y a vraiment trois éléments de base que nous regardons, et la vidéo est le moindre élément des trois, nous analysons trois cas où il y a une accélération extrême. Le premier concerne les rapports des opérateurs radar eux-mêmes. Deux sont les déclarations des multiples pilotes sur la vitesse à laquelle l’objet a disparu de la vue. Et le troisième est la vidéo. Donc, pour votre question spécifique, oui, nous avons calculé sur la base de l’hypothèse que cet objet a immédiatement accéléré vers la gauche de l’écran.

John Greenewald : Maintenant, Mick, je pense que vous allez contre cet argument, est-ce exact ?

Mick West : C’est exact, oui, et je pense que j’irais à l’encontre de la plupart de ce qui vient d’être dit, je pense que si vous faites les mêmes hypothèses que Robert et son équipe, alors bien sûr, oui, ce que nous voyons est quelque chose d’assez extraordinaire.

Mais ces hypothèses sont en quelque sorte basées sur des preuves très fragiles, les premières choses qu’il a mentionné et qu’il pensait être les plus solides sont en fait essentiellement des récits de témoins oculaires, et des souvenirs de témoins oculaires et dans certains cas, des souvenirs de troisième main. Mais en ce qui concerne la vidéo, je pense qu’il y a un argument très fort à faire valoir que la caméra perd le verrouillage à la fin, et l’objet ne fait pas de zoom arrière sur le côté. En fait, il dérive essentiellement vers le côté, parce qu’il continue simplement sa trajectoire et la caméra ne le suit plus. C’est ce que je pense de la vidéo et vous avez probablement vu ma vidéo sur YouTube, « No Sudden Moves« . Elle explique de manière très détaillée, et presque image par image, que la caméra perd le verrouillage à plusieurs moments de la vidéo, et pourquoi l’objet semble se déplacer comme il le fait à la fin.

John Greenewald : Robert, Mick a dit que certaines hypothèses ont été faites sur cette base, comme vos calculs et vos rapports. Mais y avait-il des trous d’un point de vue scientifique, des trous que vous avez dû combler et peut-être supposer, ou êtes-vous simplement en désaccord avec cela ?

Robert Powell : Maintenant, laissez-moi dire quelque chose que je veux juste mentionner très rapidement. Mick a indiqué qu’il s’agissait de souvenirs de troisième main. Ce ne sont pas des souvenirs de troisième main, ce sont des souvenirs de première main, des souvenirs de première main par les deux personnes qui ont fait fonctionner les systèmes radar, des souvenirs de première main par les pilotes, y compris Jim Slaight, que j’ai interviewé personnellement. Il n’y a donc pas de souvenirs de troisième main ici.

En ce qui concerne la dérive d’un objet en dehors de la caméra, ce que j’aimerais savoir, ce sont les raisons de Mick, les raisons spécifiques de ce qu’il pense qu’il se passe ici. En d’autres termes, s’il pense que c’est un avion, à quelle distance se trouve l’avion ? Dans quelle direction l’avion vole-t-il ? De quel type d’avion s’agit-il ? Et ensuite, nous pourrons discuter si oui ou non il s’agit réellement d’un objet qui se déplace sur l’écran ? Il n’y a aucune raison de ne pas croire que c’est ce qui se passe.

Mick West : Je peux répondre à cette question, je pense parce que ce que je crois qu’il se passe, c’est que c’est un FA-18. Je ne me souviens pas de la distance exacte qui a été déterminée, mais nous savons que l’inclinaison, l’angle vers le haut, nous savons que nous regardons vers le haut, je pense que c’est entre quatre et cinq degrés, ça varie. Et vous pouvez en avoir une estimation approximative. Et il s’éloigne de l’avion et se déplace vers la gauche. Tout cela est cohérent avec les différents changements d’angle, nous voyons l’angle en haut de l’écran passer de… Je ne me souviens pas des chiffres exacts, mais je pense que c’est comme trois, trois degrés ou cinq degrés à huit gauche quelque chose comme ça. Donc il se déplace d’environ 10 degrés. Ce qui signifie que l’avion s’éloigne et se déplace vers la gauche. Et la vitesse correspond à peu près à celle d’un FA-18, quelques centaines de nœuds.

Et je pense que ce que nous voyons en termes de mouvements de l’objet s’explique par le mouvement de la caméra. Parce que le système de caméra qui est utilisé, le système ATFLIR, est un système qui a plusieurs caméras. Il y a une caméra optique, et une caméra infrarouge. Il a également de multiples chemins lumineux, la façon dont la lumière se déplace à l’intérieur, à travers la caméra interne, pour créer ces différents niveaux de zoom, ce qui est fait plus avec des miroirs qu’avec des lentilles dans le système infrarouge au moins.

Nous voyons Underwood passer d’un mode à l’autre, d’un champ de vision large à un champ de vision étroit, d’un mode TV à un mode IR. Et nous voyons également des mouvements de caméra qu’il n’a pas initiés, à un moment donné, il y a un roulement de cardan où tout le champ de vision tourne, ce n’est pas vraiment le champ de vision qui tourne, c’est en fait la caméra qui bouge, et nous voyons l’objet faire un petit cercle, et nous voyons tout le champ lumineux dans le ciel tourner. Et à chaque fois que l’une de ces manœuvres se produit, quand il change de type de caméra ou de grossissement du chemin lumineux, nous voyons une perte de verrouillage. Nous ne le voyons pas immédiatement, nous voyons dans certains cas qu’il doit élargir le champ pour que nous sachions qu’il a le verrouillage, et nous savons qu’il cherche ce verrouillage. Et il le fait dans tous les cas, sauf pour le dernier, ce qui est assez évident qu’il ne cherche plus le verrouillage.

Il le réacquiert souvent. Mais à certains endroits, il est assez proche, il se rapproche du bord extérieur, et alors il demande de nouveaux centres et il continue à suivre. Mais dans chacun de ces cas, non seulement le système perd le verrouillage, mais quand il le perd, la direction dans laquelle elle se déplace est vers la gauche, ce qui est cohérent avec le changement d’angle de la caméra, ce qui signifie que la caméra suit l’objet. Donc tout cela est cohérent avec une caméra qui perd le verrouillage, qui ne suit plus l’objet, l’objet continue un peu vers la gauche, il demande le verrouillage et ensuite il continue à le suivre. Et enfin, dans le dernier cas où il n’en a pas besoin, cela s’est terminé parce qu’il s’est déplacé un peu trop loin, et que Chad Underwood a fait des cycles rapides avec ces différents niveaux de zoom et types de caméras.

Il continue simplement sur le côté. Il y a aussi un passage du zoom 1X au zoom 2X, ce qui l’exagère visuellement, mais cela n’a vraiment rien à voir avec la perte du verrouillage. La perte de verrouillage provient du changement physique réel dans la caméra elle-même entre le grand et le petit angle. C’est donc ce que je pense qu’il se passe.

Robert Powell : Donc, en termes de perte de verrouillage, cette caméra ne perd pas le verrouillage constamment. Elle ne perd même pas le verrouillage plusieurs fois. Elle ne perd le verrouillage qu’une seule fois. Et c’est à la fin de la vidéo. Ce que vous dites, c’est que lorsque le support entre et sort, il ne perd pas le verrouillage pendant ces périodes. Donc ce n’est pas correct.

John Greenewald : Eh bien, Robert, pouvez-vous m’expliquer ça ? Non, non, non, je veux que vous finissiez. Mais peux-tu m’expliquer quand cela se produit, parce que Mick était…

Robert Powell : Il le fait, le système garde constamment la cible au centre. Donc il lisse, parce qu’il y a un léger mouvement. Donc il recentre. Donc il s’ajuste constamment. Il ne perd pas le verrouillage, il a le verrouillage. D’accord, je veux dire, si cette chose perdait constamment son verrouillage, que pensez-vous qu’il se passerait dans une guerre, quand vous avez un autre aéronef verrouillé, vous ne pouvez pas perdre le verrouillage constamment ?

Mick West : Le problème ici est que vous le voyez perdre le verrouillage. Vous voyez les barres verticales s’élargir. Et l’élargissement des barres signifie qu’il a perdu la cible. Et il essaie de la récupérer en élargissant les barres.

Robert Powell : L’élargissement des barres verticales ne signifie pas qu’il a perdu sa zone de recherche.

Mick West : Qu’est-ce que ça veut dire ?

Robert Powell : Laissez-moi vous citer un document. Et ainsi nous allons résoudre ce différent.

John Greenewald : Est-ce que ça vient du rapport de l’UCG, juste pour que je puisse le mettre en lien avec…

Robert Powell : Non, ce n’est pas, ce n’est pas du rapport de l’UCG. C’est un, je vais vous donner la citation du document. Cela provient d’un tutoriel sur les systèmes infrarouges électro-optiques, de l’Institut d’analyse de la défense. Et, et donc je vais juste citer « après l’acquisition de la cible, le système de poursuite se dirige vers elle et maintient la ligne de vue de manière autonome, une boucle de contrôle de rétroaction, la boucle de poursuite, ajuste continuellement le cardan pour maintenir la cible au centre du champ de vision des capteurs ».

Mick West : Bien sûr.

Robert Powell : Donc il ne perd pas le verrouillage c’est qu’il va dire, « le capteur génère un nouveau flux vidéo, le processus se répète », il continue à affiner ce qu’il regarde, ce n’est pas qu’il perd le verrouillage.

Extrait de la vidéo de FLIR

Mick West : C’est vrai. Mais cela ne correspond pas vraiment à ce que nous voyons, ce que nous voyons c’est que l’objet ne reste pas au centre de l’écran, en fait, l’objet s’éloigne du centre de l’écran. Et ensuite nous voyons les barres s’élargir, ce qui est essentiellement la zone de recherche parce qu’il le cherche, s’il savait où il était, il l’aurait gardé exactement au centre de l’écran. Mais il ne le fait pas.

Robert Powell : Mick, c’est comme n’importe quelle autre pièce d’équipement, vous affinez constamment parce que vous avez une cible mobile. Donc votre équipement ne va pas attendre jusqu’à ce que vous perdiez la cible, vous mesurez constamment, vous l’avez au centre de votre écran, il dérive un peu, vous élargissez un peu, tu le ramènes au centre de l’écran.

Mick West : Cela ne fait pas de sens…

Robert Powell : Je viens, Mick, je viens de vous donner une citation d’un document qui, je pense, répond à la question. Si vous avez un autre document que vous voulez citer ?

Mick West : Non, le document est très bien, je suis d’accord avec ce que dit le document, mais si vous prenez ce qui est dans le document, alors ce que nous nous attendons à voir, c’est l’objet qui reste exactement solide comme un roc au milieu de l’écran parce qu’il ne perd pas le verrouillage.

John Greenewald : Laissez-moi vous poser une question sur ce débat, et, Robert, je sais que nous avons en quelque sorte dévié de votre réponse tout à l’heure. Et je veux que vous ayez l’opportunité de la terminer. Mais j’ai une dernière question à vous poser à tous les deux. Et Robert, si vous pouviez répondre rapidement à cette question sur les pilotes de chasse que vous avez tous deux interrogés. Que disent-ils du verrouillage sur cette vidéo ? Avez-vous dit spécifiquement que c’est un scénario de perte de verrouillage ? Est-il faux de dire que c’est une perte de verrouillage ? Je veux dire, est-ce que l’un ou l’autre d’entre vous a demandé spécifiquement aux pilotes de chasse impliqués dans cet incident ou …

Mick West : Je n’ai pas réussi à interviewer un seul des pilotes. Je vais donc devoir m’en remettre à Robert sur ce point.

Robert Powell : J’ai interviewé Jim Slaight. Nous n’avons pas parlé de cette vidéo parce qu’il n’était pas le pilote qui l’a prise, elle a été prise par Underwood. Et à l’époque, je n’avais aucune raison de demander à James Slaight ce qu’il en était.

John Greenewald : Je vous ai compris. Je veux dire que je suis juste curieux d’entendre que tu connais quelqu’un qui vole dans les Jets. Et ce n’est pas pour vous enlever de l’importance, mais juste pour vous demander si c’est une perte de verrouillage ? Ou est-ce un ajustement ?

Robert Powell : Non, je pense que c’est un… C’est toujours bon d’avoir l’opinion des gars qui le font réellement.

John Greenewald : Oui. Donc, laissez-moi vous laisser terminer la réflexion parce que je ne pense pas que nous allons trouver un terrain d’entente sur le scénario de perte de verrouillage ici. On peut y revenir après, mais Robert, je veux que tu puisses finir le reste de ta pensée avant…

Robert Powell : donc, donc pour, donc maintenant revenons à la conviction de Mick que c’est un jet. Si vous croyez que c’est un jet, alors vous devez faire les calculs pour l’établir. C’est logique. Mick a indiqué qu’il croyait que c’était un F-18, d’accord. Un F-18 fait 18 mètres, on connaît la distance approximative de l’objet. Vous devriez être capable de calculer la magnitude, c’est logique. Ok, donc pour commencer, si vous regardez la vidéo vous voyez un type d’objet constant, que ce soit en mode TV, ou en mode IR.

Mick West : Ce n’est pas vrai.

Robert Powell : Eh bien, laissez-moi finir ce que je dis. Remarquez que je ne vous ai pas interrompu…

Mick West : Non, non. Mais si vous commencez par quelque chose qui est faux, et que tout ce qui suit…

Robert Powell : Eh bien, nous n’irons nulle part. Parce que j’aurais pu vous interrompre plusieurs fois.

Mick West : Ok, allez-y.

Robert Powell : D’accord. Ok. Donc vous avez un objet visuel qui ne semble pas si différent, que ce soit en mode IR ou en mode TV, en termes de taille, de différenciation, de ce que vous voyez de l’objet. Ok, donc Mick a indiqué que c’est un F-18.

Pour que vous ne voyiez que les lumières des réacteurs, il faut que le F-18 s’éloigne de vous. Mais il se déplace, mais la raison est qu’il a tendance à se déplacer à un certain angle. Une fois que vous commencez à vous déplacer à un certain angle, et que la caméra ne pointe pas directement sur le moteur, vous n’allez pas obscurcir l’avion entier, vous allez commencer à voir les ailes de l’avion.

Maintenant, Mick a indiqué que c’était une équipe de FA-18, si vous regardez la taille angulaire de cet objet, alors une équipe de F-18 serait à 20 miles nautiques. Cette caméra est capable d’identifier des avions jusqu’à 40, pas au-delà de 40 miles nautiques. Ce qui le place à la moitié de la distance des capacités de cette caméra. Donc, cela plaide contre le fait que ce soit un F 18.

De plus, il s’agit d’une zone d’opération militaire, ils étaient sur le point d’avoir un exercice où il y aurait des jets partout.

Il n’y a aucune chance qu’un Carrier Strike Group, qui contrôle l’espace aérien sur des centaines de kilomètres, permette à un autre jet d’entrer dans sa zone sans qu’il le sache. Maintenant, s’il s’agit d’un de leurs propres FA-18, alors vous devez supposer que le pilote ne sait pas ce qu’il fait, parce que ses capteurs lui indiquent immédiatement qu’il est en présence d’un F-18. Il n’a pas à le deviner. Donc argumenter que c’est un FA-18 me fait mal, c’est le pire des arguments possibles. Peut-être que pour argumenter un jet, il aurait fallu dire que c’était un chinois ou un russe. Mais un FA-18, le pilote le saurait. Parce qu’il aurait eu une lecture de son système IFF (Identification friend or foe) ? Non, pas du tout.

John Greenewald : Alors Mick, laissez-moi vous faire revenir. Oh, vous êtes votre point de vue ? Et vous ? Avez-vous conclu que c’est un FA-18 ? Ou est-ce que …

Mick West : Oh, non, non.

John Greenewald : Mais c’est votre meilleure supposition.

Mick West : Oui, le problème avec cette vidéo est qu’elle est très, très floue. Et nous parlons des capacités étonnantes du système FLIR et du fait qu’il devrait être capable de résoudre les choses, mais il est clair qu’il ne résout pas ce qui se trouve ici. Donc peu importe ce que c’est, nous avons toujours le problème d’une image très floue, ce qui indique en quelque sorte que soit nous regardons un objet flou, ce qui semble très peu probable, soit la caméra n’est pas correctement mise au point.

Maintenant – J’ai oublié ce que j’allais dire avec les remarques de Robert – Mais la forme de l’objet n’est pas vraiment cohérente entre les deux modes, entre le mode TV et le mode IR, vous savez, il ressemble à une forme oblongue, vous savez, vous pourriez dire en gros que vous pourriez lui donner la forme d’un Tic-Tac, comme cet étui d’iPhone que je tiens ici, ou vous pouvez lui donner n’importe quelle autre forme parce que c’est une forme bizarre. A certains moments, il ressemble un peu plus à une cacahuète qu’à d’autres choses, si vous parcourez la vidéo, vous le voyez, il semble tourner un peu, ce qui, je pense, est dû au fait qu’il se déplace à travers l’écran vers la gauche.

Et si vous regardez la différence entre le mode de lumière visible et le mode IR, il y a une sorte de renflement, une extrémité en mode TV, mais le renflement est à l’autre extrémité dans l’œil sur l’oiseau qui, je pense, est cohérent avec l’endroit où les moteurs seraient du côté droit. Comme il se déplace vers la gauche, nous voyons une lueur provenant des moteurs. Maintenant, au tout début de la vidéo, ce qui est très intéressant, nous voyons quelque chose de très étrange, quelque chose qui ne ressemble en rien au reste de la vidéo et les gens n’en parlent pas très souvent, ce que je trouve aussi étrange. Nous voyons une forme d’étoile.

Extrait de la vidéo de FLIR

Pour moi c’est juste un éblouissement, et un éblouissement infrarouge, ce qui m’indiquerait qu’à ce moment-là de la vidéo, nous avons une situation dont Robert parlait, où l’avion vole tout à fait au loin, et vous regardez en quelque sorte ce tuyau d’échappement, et vous voyez juste cet éblouissement infrarouge par les réacteurs. Maintenant, un peu plus tard, l’avion s’éloigne, parce que nous passons d’une scène à l’autre, nous ne voyons pas vraiment cette transition, et nous voyons juste cet éblouissement sur le côté droit. L’éblouissement est bien là, c’est un peu difficile à voir à cause de la mauvaise résolution de la vidéo, mais je n’ai aucune raison de douter qu’il ne pourrait pas s’agir d’un F-18.

Maintenant que Robert a soulevé la question : « Nous saurions sûrement que c’est un F-18, et oui, nous le saurions ». Mais j’ai parlé à Kevin Day à ce sujet, et il a dit que non seulement ils ne se préparaient pas pour un exercice à ce moment-là, mais ils étaient en fait en train d’annuler l’exercice, et ils avaient un grand nombre d’avions dans les airs à ce moment-là, et la situation était plutôt chaotique – Et ce sont ses mots exacts. C’est ce qu’il a dit, c’était chaotique. Ils avaient des avions dans les airs, il annulait l’exercice et ramenait tout le monde. Il est donc logique que pendant quelques secondes, quelqu’un puisse ne pas savoir exactement où se trouvait un avion particulier et où il se trouvait plus tard parce qu’ils faisaient demi-tour et allaient dans des endroits différents de ceux où ils allaient à l’origine. Donc je pense que ce qui s’est passé ici, c’est que Chad Underwood a pointé sa caméra dans une direction particulière, et qu’elle s’est verrouillée sur l’un des autres FA-18 qui était en vol à ce moment-là, pendant ce moment chaotique, pendant l’annulation de l’exercice.

Elle s’est verrouillée sur lui pendant un moment, il ne l’a pas reconnu immédiatement. Parce qu’il est peut-être à l’affût des OVNIs. Parce que Fravor a déjà fait cette rencontre auparavant, dont nous allons parler. Et il est passé par toutes ces caméras, il a essentiellement perdu le verrouillage parce qu’il tournait trop vite avec les caméras. Et puis il l’a perdu de vue et ne l’a plus revu. Et il l’aurait probablement vu plus tard parce que c’était l’une des autres équipes de F-18, mais maintenant il l’a reconnu comme une équipe de la FAA. Et je pense que c’est ce qui s’est passé.

Robert Powell : Donc Mick, donc vous dites ça ? Parce qu’il y a eu un exercice, un FA-18 a été en quelque sorte perdu.

Mick West : Non, non

Robert Powell : Laissez-moi finir. Et donc quand Underwood confond ce FA-18, pour commencer, c’était à 15 heures. Donc c’était après que l’exercice ait déjà été annulé, plusieurs heures après que l’exercice ait été annulé. Donc il n’y aura pas de F-18 d’origine inconnue volant dans cette zone.

Mais plus important encore, cela n’a pas d’importance que ce soit chaotique. Les guerres sont chaotiques. Et ne croyez-vous pas que nos jets de la Navy sont capables d’identifier un FA-18 ami pendant une guerre ? – C’est beaucoup plus chaotique que ça ?

Mick West : Non, pas tout le temps, en fait parfois

Robert Powell : Laissez-moi finir. Est-ce que je vous ai interrompu ?

Mick West : Je suis désolé, je pensais que vous me posiez une question.

Robert Powell : Ok. Donc, il a un système IFF qui identifie tous les avions amis, d’accord. Donc peu importe que ce soit chaotique, il sait ce qu’il regarde. Exact. Donc c’est, c’est votre argument pour moi, qui n’est même pas recevable…

Mick West : bien, vous dites que pendant la guerre. Vous savez, nous pouvons tout identifier parfaitement, ce qui n’est évidemment pas le cas parce que le tir ami est une chose que qui se produit, des gens ont été tués, des avions se sont tirés dessus, des avions ont lâché leurs bombes sur des troupes amies. Des erreurs ont été commises, et des erreurs sont commises. Et étonnamment souvent, des conséquences bien plus graves découlent des erreurs commises. Donc je trouve l’idée qu’Underwood ne soit pas capable d’identifier un avion pendant quelques secondes, n’est pas déraisonnable. Et votre premier point concernant l’annulation de l’exercice quelques heures avant a été directement contredit par Kevin Day lorsque je l’ai interviewé, il a dit qu’ils étaient en plein milieu de l’exercice. Donc vous dites que Kevin Day se souvient mal ?

Robert Powell : Oui. Mick, ou vous n’avez pas compris ce que Kevin Day vous a dit. L’exercice se déroulait en fin de matinée lorsque Kevin a demandé au capitaine du navire que les équipes de FA-18 soient mobilisées car ils se préparaient à faire un exercice. Ils étaient sur le point de le commencer. Il a donc fait décoller deux F-18, qui étaient déjà dans les airs, jusqu’à ce qu’ils arrivent à ce point, et nous ne détaillerons pas tout ce qui s’est passé, mais ils sont retournés au Nimitz, d’accord. Et ensuite une autre paire de F-18 quitte le Nimitz, elle a déjà été annulée, et elle vole vers le sud. Donc il n’y avait pas d’exercice en cours à ce moment-là.

Mick West : Eh bien malheureusement, cela est directement contredit par ce que Kevin Day dit.

NOTE : Mick West a raison, selon son interview avec Kevin Day, dont je cite mon transcrit:

Mike West : Okay donc nous avons la rencontre de Fravor et de Underwood. Y a-t-il eu d’autres interceptions ?

Kevin Day : Non. Car après le retour de Underwood, nous étions dans le processus d’annulation de tous les exercices, et nous ne prévoyions plus d’autres décollages. A ce moment nous étions très concernés par la sécurité.

Robert Powell : Non, j’ai été la première personne à interviewer Kevin Day. Donc je pense que si quelqu’un sait ce que Kevin Day a dit, c’est moi.

Mick West : Eh bien, oui, peut-être, mais je sais ce qu’il m’a dit. Et c’est, vous savez, c’est quelque chose dont nous avons la preuve qu’il l’a vraiment dit, qu’il y avait un exercice en cours à ce moment-là. Donc je pense que c’est peut-être une question plus large.

Il a dit qu’il était en fait sur le point d’annuler l’exercice au moment où Underwood prenait sa vidéo. C’est ce qu’il m’a dit.

Robert Powell : Il a été, il a été annulé avant cela.

Mick West : D’accord, je suis sûr que ça l’était, mais maintenant nous avons des récits contradictoires. Nous avons Kevin Day un et Kevin Day deux. Et donc lequel devons-nous croire ?

John Greenewald : Et je pense que c’est en fait une transition vers ce que je voulais faire. Donc vous avez tous les deux fait ce beau témoignage. Maintenant, nous n’avons pas besoin de nous éloigner complètement de la vidéo. Mais de toute évidence, nous avons un conflit ici sur un point, et, vous savez, nous pouvons après l’émission, vous pouvez le sortir, et je serai plus qu’heureux de poster vos deux transcriptions, ou articles ou références, ou tout ce dont vous avez besoin. Ce n’est pas un problème. Donc les gars, vous n’avez qu’à me les envoyer par email.

Et je les mettrai dans les notes du show pour cet épisode. Mais ce que je voulais aborder, c’était les témoignages. Mick, vous parlez de disséquer la vidéo et la forme et nous ne savons pas ceci ou cela.

Mais vous n’avez pas fait référence aux témoignages qui vont avec…

Mick West : en effet…

John Greenewald : Donc cette question s’adresse à vous deux. Pouvons-nous parler à l’auditoire de la valeur du témoignage des acteurs, même si la vidéo peut ne pas vous donner une réponse définitive à 100%, lorsque vous associez un témoin, et qu’ils ajoutent, « hey, nous ne pouvions pas identifier cette chose » ? Ou, vous savez, « avec mon expérience d’opérateur radar je n’ai pas pu l’identifier ».

Quelle valeur y a-t-il là-dedans ? Parce que dans vos explications, il semble que ces éléments soient rejetés ? Nous allons commencer avec Mick, puis Robert, je veux que vous répondiez.

Mick West : Bien sûr. Eh bien, je pense que nous avons ici un certain nombre d’histoires, qui varient dans la façon de les raconter, qui ont évolué avec le temps et qui varient selon les individus. Et je pense qu’il faut vraiment regarder le tableau d’ensemble ici, sur l’ensemble des événements. Regardez toutes ces personnes différentes qui racontent des choses différentes. Si les gens donnent des comptes rendus, qui sont cohérents et qui sont indépendamment cohérents, alors c’est une, c’est une chose très précieuse lorsque vous faites une enquête. Mais quand les gens donnent des récits individuels, surtout si leurs souvenirs datent d’il y a longtemps, et surtout si ces récits ne correspondent pas les uns aux autres, alors cela devient de moins en moins valable comme preuve réelle.

Examinons certains des éléments sur lesquelles nous nous appuyons pour les témoignages oculaires. Le plus important, évidemment, est la rencontre avec le commandant Fravor. Il y a Jim Slaight, il y a la femme pilote que j’appellerai « Source » parce que c’est le nom qui lui a été donné dans l’un des rapports, et il y avait un autre, un autre WSO.

Leurs récits ne correspondent pas exactement. En fait, il y a des différences assez significatives entre les deux.

Si vous regardez des éléments comme « Quand ont-ils vu initialement cet objet au-dessus de l’eau ? » – Vous l’avez vu dans la petite reconstitution (NOTE : Le film Nimitz Encounters réalisé par Dave Beaty…) – Maintenant, le Commandant Fravor dit qu’il l’a vu planer au-dessus de cette perturbation dans l’eau, ert qu’il faisait des mouvements vers le haut, le bas, la gauche et la droite, d’une manière inhabituelle.

Mais Source qui l’a vu d’un angle différent nous dit qu’il peut se déplacer très rapidement en ligne droite à travers la perturbation dans l’eau à 300, 200 à 300 noeuds. Et donc nous avons deux témoignages, qui sont radicalement différents. Maintenant, vous pourriez dire qu’ils sont en quelque sorte identiques, en essence, mais sont-ils vraiment très différents ? Et peut-être qu’ils sont différents parce qu’ils sont vus depuis des points de vue différents. Ou peut-être qu’elles sont différentes parce qu’elles sont des souvenirs différents de la même chose.

Et je pense que l’idée d’une concordance entre les témoins oculaires ne tient pas vraiment dans ce cas, car il y a un grand nombre de différences. Non seulement les témoins oculaires ne sont pas d’accord entre eux, mais ils ne sont pas d’accord avec les rapports écrits qui ont été produits il y a longtemps. Le résumé officiel de l’événement ou le rapport décrit l’objet comme étant simplement perdu dans la brume, ce qui signifie qu’ils peuvent le suivre visuellement jusqu’à ce qu’il disparaisse au loin dans la brume, ce qui est radicalement différent de la disparition instantanée, que Fravor a décrit plus tard. Je pense donc que ces récits ont variés avec le temps, ils ont en fait changé avec le temps. Et ils varient beaucoup entre les individus et ne correspondent pas vraiment à ce qui est finalement rapporté. Et nous n’avons pas vraiment de récits de témoins oculaires qui correspondent à la vidéo, parce que tout ce que nous avons de la vidéo, c’est que le gars qui a pris la vidéo regardait l’écran de la vidéo pendant qu’il la prenait. Donc nous n’avons pas de témoignages corroborant les mouvements de l’objet.

John Greenewald : Donc beaucoup de contradictions. Evidemment, d’un point de vue scientifique, cela va être un défi. Robert, laissez-moi vous demander, la première partie qui a parlé de la valeur des témoins et de votre étude. Mais avez-vous vu des contradictions entre les témoins ? Et comment avez-vous géré cela ?

Robert Powell : Oui, c’est une partie importante parce que vous perdez les informations des témoins avec le temps, n’est-ce pas. Et une fois que les témoins sont exposés aux médias, et exposés à d’autres témoins, leurs histoires commencent à changer, ils reprennent des bribes d’autres histoires, d’accord. Donc ce que vous devez rechercher, c’est l’information clé, et non pas les détails minutieux. Je vais vous donner quelques bons exemples.

Premier exemple. Et dans les deux cas, John, je pense qu’ils sont importants parce que dans notre rapport, nous avons parlé de la vidéo et nous n’avons pas parlé des accélérations spécifiques basées sur les témoignages. Le tout premier est celui de Kevin Day, que j’ai interviewé en janvier 2018. Voilà pourquoi c’est important. Par exemple, Mick l’a probablement interviewé soit cette année, soit au milieu de l’année 2020, presque deux ans et demi après que j’ai moi-même interviewé Kevin Day. Pourquoi est-ce important ? Parce que je l’ai interviewé avant qu’il ne soit exposé aux médias sociaux. Je l’ai interviewé avant que lui et Gary Voorhis ne commencent à se parler. C’est ça ? Donc quand j’ai interviewé Kevin Day, je lui ai demandé, « Combien de temps a mis l’objet à bouger ? ». Il a dit, environ 7, 8 secondes. Donc beaucoup d’entre vous savent, votre public a probablement entendu ça.

C’est sur une énorme distance qu’il s’est déplacé en 7.8 secondes, et c’est là que nous avons obtenu nos chiffres d’accélération extrême. Et nous allons utiliser des barres d’erreur. En d’autres termes, nous avons dit que si le jour de Kevin était faux ? Et si c’était deux secondes ? Et si c’était 5 secondes Alors que sont 6 secondes ? Et il pensait que c’était le 7.8, non ? Les chiffres de l’accélération sont toujours extrêmes.

Alors ensuite, j’ai interviewé Gary Voorhis deux, non, trois mois plus tard, en avril 2018, et avant de lui demander : « Combien de temps cet objet a-t-il mis à bouger quand tu l’as acquis ? ». Je lui ai demandé : « Tu connais Kevin Day ? ». Sa réponse a été qu’il ne connaissait pas Kevin Day, et il a dit, mais laissez-moi regarder dans mon album de l’USS Princeton. Alors il a feuilleté son album et cherché le nom de Kevin Day, et il a dit « Oh, oui, je connais Kevin Day, je me souviens de lui maintenant. C’était un responsable Senior très vif, très pointu ».

Pourquoi ai-je fait cela ? J’essayais d’établir que ces deux gars n’avaient pas parlé du temps qu’il fallait à cet objet pour se déplacer dans le radar. J’ai donc demandé à Gary, Boris, combien de temps il a fallu à cet objet pour passer de 28 000 pieds au niveau de la mer ? Il m’a répondu, « combien de temps il t’a fallu pour penser à cette question ? » Donc, en d’autres termes, il indique une fraction de seconde. Exact. J’ai donc deux témoins indépendants qui se corroborent. Maintenant, est-ce que je le fais ? Est-ce que je vais jeter ça ? Parce que je pense que ces deux gars sont des idiots ou autre ? Non.

Je vais voir Kevin Day et je lui demande son rapport du capitaine du bateau. Il a été noté « exceptionnel, excellent » sur son rapport. Et le capitaine du navire a dit « il est mon premier officier supérieur, un expert reconnu en défense aérienne, son impact au sein du Nimitz Strike Group a été phénoménal. » Il s’agit donc d’un officier supérieur qui était responsable non seulement de l’USS Princeton, mais aussi de la défense de l’ensemble du groupe d’attaque.

Très bien, donc c’était le premier point avec des témoins.

Maintenant passons au second point marquant, quand les pilotes ont réalisé à quelle vitesse cet objet disparaissait, d’accord ? Et on a calculé les accélérations très simplement, vous savez, à quel moment un objet va disparaître de mon côté en se basant sur si vous aviez 20-20, 20-40, 20-80, ce que vous voulez la taille de l’objet, et la distance qu’il doit parcourir pour disparaître de la vue. Ok. Donc maintenant j’ai deux témoins. J’ai Fravor, qui engage l’objet quand il monte, il descend. J’ai Slaight, et la femme pilote que Mick a mentionné qui est plus haut, et ils regardent en bas ce qui se passe. Ils regardent donc sous deux angles différents.

Dans le cas de Fravor, il indique que l’objet disparaît de son site en une à peut-être deux secondes. De plus, il est très explicite en disant, si vous allez à un spectacle aérien, et que vous voyez un avion passer à Mach 2, combien de temps cela vous prend pour disparaître. Et il indique sept à huit secondes, ce qui est à peu près correct.

Donc dans son esprit, il est clair que cet objet a disparu très rapidement. Donc, quand j’ai interrogé Slaight, je lui ai posé la même question, combien de temps a-t-il fallu à cet objet pour disparaître de votre vue ? Il a dit, je regardais l’objet et c’était comme si quelqu’un l’avait tiré d’un pistolet. Il a disparu. Donc j’ai deux types différents. Et qui sont ces types ? David Favor, Le commandant de tout l’escadron.

Il est diplômé de l’académie navale américaine, 3500 heures de vol, 16 ans d’expérience, diplômé Top Gun de la Navy, une licence en océanographie. L’autre type, Jim Slaight, est le numéro deux, c’est le lieutenant commandant de cet escadron. Il est également diplômé de l’Académie navale des États-Unis, titulaire d’une licence en sciences politiques et d’une maîtrise en études militaires. Avec 2700 heures de vol, il n’y a absolument aucune raison pour moi de ne pas croire que cet objet a disparu en l’espace d’une à deux secondes. Mais quand on a fait le rapport, on a même dit, « Et si ça avait disparu ? », et si ces gars n’étaient pas aussi bons que nous le pensions ? Et si leurs vues n’était de 20-40 ?

Et si l’objet faisait 60 pieds ? Et s’il ne faisait que 15 pieds ? Et si, quand il a disparu cela a pris 5 secondes ? Pourtant, les forces G calculées sont bien au-delà de tout ce que nous sommes capables de fabriquer aujourd’hui. Donc vous ne pouvez pas simplement jeter le témoignage d’un témoin parce que c’est un témoin. C’est anecdotique, mais ça ne marche pas.

John Greenewald : Alors Mick, si je comprends bien votre argument, quand les témoins ne coopèrent pas, mais quand ils le font, que faites-vous avec ça ?

Mick West : Eh bien, je pense qu’il faut regarder ce qui a été réellement dit ici, et comment cela corrobore avec divers autres récits que nous avons résumé de l’événement, qui a été écrit à l’époque, qui dit que, du point de vue des deux pilotes, l’objet a simplement été perdu dans la brume. Et ensuite, si nous prenons les déclarations que Robert vient de faire, le pilote, ou l’un d’entre eux, Slaight, je crois que c’était lui, était le WSO de l’avion de Fravor, est-ce exact ? Oui.

Il pensait qu’il avait disparu instantanément. Alors qu’à l’inverse, il a disparu en une à deux secondes. Nous avons donc des souvenirs quelque peu différents. Mais je pense qu’au-delà de ça, nous devons chercher d’autres explications possibles pour cette apparente grande vitesse. L’une de celles que j’ai avancé est qu’il s’agit peut-être d’une erreur d’appréciation de la distance, qui leur a fait croire que l’objet se déplaçait beaucoup plus vite qu’il ne l’était, car ils pensaient qu’il était deux fois plus grand qu’il ne l’était, et donc deux fois plus éloigné. Et donc quand ils ont volé vers lui, il est passée devant eux, mais de leur point de vue, en fait, il n’est pas passé devant eux, ce sont eux qui sont passés devant lui et, de leur point de vue, on aurait dit qu’il accélérait d’eux.

Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, je voudrais juste aborder une autre chose que Robert a mentionné, à savoir ce chiffre de 0,78 seconde, et combien il est étonnant que tout le monde ait donné exactement le même chiffre. Et c’est le temps qu’il a fallu pour descendre de 28.000 pieds à zéro pied, corroboré par Kevin Day et Gary Voorhis. Mais je veux juste vous lire quelque chose du rapport SRU, qui dit à la page 16.

Il dit : « le premier chef en charge du radar a pris des notes en observant le radar dans la zone du CIC et a noté que son équipement indiquait que l’objet s’était déplacé de 80 000 pieds à 20 000 pieds en 0,78 seconde ». Et un deuxième homme, le quartier-maître, a dit essentiellement la même chose, à savoir qu’il est allé aussi vite que prévu. Et puis vous continuez sur le rapport à faire des calculs basés sur ce mouvement de 60.000 pieds verticaux en 0,78 secondes.

Mais c’est complètement faux, parce qu’il n’y a pas eu de mesure du déplacement de l’objet de 80 000 pieds à 20 000 pieds en 0,78 seconde. Ce dont Gary Voorhis et Kevin de ont parlé, c’est d’un déplacement de 28 000 pieds au niveau de la mer en 0,78 seconde, et je ne conteste vraiment pas qu’il y ait eu un retour radar qui semblait indiquer cela. Mais ici, nous avons le rapport de SCU qui fait référence à ce même chiffre pour une chose complètement différente. Et au-delà de ça, le 0,78 secondes n’est pas seulement quelque chose qui est apparu dans cette interview avec le SCU de la part de Kevin Day, c’est un nombre que Kevin Day a écrit dans sa petite histoire, qu’il a écrite des années plus tôt, je ne me souviens pas exactement quand mais c’était certainement avant l’interview du SCU, il a écrit un petit roman, une histoire fantastique fictive relatant l’incident dans laquelle il joue une sorte de personnage de héros qui a des pouvoirs psychiques (NOTE : Le livre s’appelle Sailor’s Antology). Et tout l’incident est joué là-dessus. Et il mentionne que 0,78 seconde est la vitesse à laquelle ils sont tombés, dans cette histoire courte et est également répétée dans la discussion du fil Above Top Secret, qui, encore une fois, est antérieure à tout cela. Donc ce n’est pas comme si ce n’était pas quelque chose qui a été découvert et ensuite vérifié. C’est juste un chiffre qui existe depuis longtemps. Et ici nous voyons qu’il est confondu dans le rapport SCU lui-même avec un mouvement complètement différent.

John Greenewald : Restons-en là. Robert, cette partie que Mick West pointe du doigt ? Voulez-vous commenter spécifiquement d’où elle vient ?

Robert Powell : Oui, oui, absolument. Alors passons en revue plusieurs de ces points que Mick a soulevés. Le premier, il a dit et cela concerne les pilotes qui ont dit que les objets ont été perdus dans la brume. Est-ce exact ? Mick, c’est ce que vous venez de dire, que les objets ont été perdus dans la brume ?

Mick West : Dans la brume

Robert Powell : Le brouillard ?

Mick West : Oui je vais juste vérifier ça très rapidement. Parce que c’est une chose très courte, le résumé de l’événement. Oui, il est dit « contact perdu dans la brume », donc il est dit « le premier pilote David Fravor indique le dernier visuel de l’objet dans la brume, et le dernier contact visuel de la capture, à 14 000 pieds cap plein Est, et le pilote a estimé que la capsule a atteint 600 à 700 nœuds ». Et les autres pilotes ont juste été signalés comme ayant « perdu le contact dans la brume » aussi. Pas de vrais détails, mais…

Robert Powell : J’aimerais voir ce document.

Mick West : Oh vous ne l’avez pas vu ?

John Greenewald : Quel document était-ce, Mick, déjà ?

Mick West : Vous voulez que je le mette à l’écran.

John Greenewald : Bien sûr. J’allais justement m’en assurer. Mais pour la version audio, qu’est-ce que vous regardez ?

Mick West : Je regarde le résumé de l’événement, le document de l’événement 2004 de la Marine …

John Greenewald : Oh, c’est celui qui a fuité ? Oui, je suis désolé, celui qui a été divulgué, selon l’histoire et publié par George Knapp, c’est celui auquel vous faites référence ?

Mick West : Oui, je pense que oui. C’est celui qui est évident, tout en majuscules. Il ressemble à un semi-officiel. Et je ne pense pas qu’il ait été, je ne sais pas, a-t-il été vérifié ou contesté ?

John Greenewald : Il n’a pas été vérifié. Si c’est celle à laquelle je pense, il n’a pas encore été vérifié.

Mick West : Je peux le partager sur mon écran rapidement. Pour que vous puissiez voir…

Robert Powell : J’aimerais voir…

Mick West : …ce dont nous parlions ? Ecoutez, vous avez désactivé le partage d’écran. Donc je ne peux pas le faire.

John Greenewald : Désolé. Je ne savais pas que je l’avais fait.

Mick West : C’est probablement un défaut. Mais oui, c’est l’une des multiples sources. Il y a le rapport exécutif, Il y a le résumé de l’événement, il y a les entretiens avec le Commandant Fravor,il y a les interviews avec la source(NOTE : L’ailière de Fravor…), il y a l’histoire du Fighter Sweep, donc vous avez toutes ces sources différentes, et elles semblent toutes varier. Voyons voir.

John Greenewald : Et nous le mettrons en lien et je suis désolé, Nick, je ne veux pas vous interrompre plus longtemps avec le logiciel mais je le mettrai en lien dans les notes de l’émission. Pour ceux qui écoutent la version podcast et qui veulent le voir, il suffit d’aller dans The Black Vault pour trouver cet épisode et vous aurez un lien vers ces documents, et tous les visuels dont nous parlons…

Mick West : En ce moment, pour être précis, il s’agit du résumé de l’événement CVW-11.

Robert Powell : Ok. Ok, alors, voici le problème que j’ai avec ça, avec cette déclaration en termes d’objets perdus dans la brume, Fravor a clairement dit, tout comme le lieutenant, le colonel, le colonel des Marines qui était là au même moment, que l’air était clair comme du cristal ce jour-là, c’était une belle journée de Californie, aucune mention d’un quelconque type de brume. De plus, l’avion de Slaight est à 20 000 pieds. Et il dit que tout est parfaitement clair en dessous de lui alors qu’il observe la rencontre entre Fravor et cet inconnu. Donc je ne crois pas qu’il y avait de la brume dans l’air. Je ne sais pas quel est ce document que Mick a déterré quelque part, mais toutes les autres données indiquent que c’était une journée claire et nette, et que les objets se soient perdus dans la brume – Je n’y crois pas.

Mick West : Brune (Note : Donc pas le brouillard)

Robert Powell : Même la brune. Je veux voir, je voudrais voir ce document. Puis Mick indique, ok, il y a un souvenir différent, Fravor a dit que ça a disparu en une à deux secondes, et Slaight indique que c’était instantané. Mais il n’y a pratiquement pas de différence entre ces deux types de souvenirs, qu’il disparaisse en une seconde ou qu’il disparaisse comme s’il était tiré d’un pistolet. Mais l’important n’est pas de savoir si c’était vraiment une seconde ou si c’était vraiment une fraction de seconde.

Ce qui est important, c’est de savoir à quelle vitesse un objet doit voyager pour disparaître aussi vite, c’est ça qui est important. Alors ne nous embrouillons pas avec l’idée que ce type se souvient d’une seconde ou d’un dixième de seconde. Ce n’est pas la question. Le point est que c’était une vitesse extrême, et ces deux gars sont d’accord là-dessus.

Ensuite, Mick indique qu’il y a une mauvaise évaluation de la distance, ce qui n’a rien à voir avec les calculs que nous avons faits…

Mick West : Ahaha

Robert Powell : … Parce que nous n’avions pas, nous n’avions pas besoin de connaître la distance, ce que nous avons regardé c’est combien de temps cela a pris à l’objet pour disparaître de votre vue. Donc une fois qu’on connaît une distance approximative, on connait leurs positions, l’avion de Slaight 20 000 pieds au-dessus de l’objet, n’est-ce pas ? On sait que Fravor est allé à sa rencontre (De l’objet). Donc on sait que la distance est inférieure à 20 000 pieds dans le cas de Slaight, et dans le cas de Fravor, il a indiqué qu’il était à moins d’un demi-mile. Donc c’est un calcul très simple pour déterminer quelle distance l’objet doit parcourir pour disparaître du point visuel.

Ok, alors l’histoire de Kevin Day que Mick a évoqué concernant les 7.8 secondes, quand j’ai interviewé Kevin Day pour la première fois, il a indiqué que les objets étaient à 80 000 pieds, et qu’ils sont descendus à 28 000 pieds en 7.8 secondes.

Maintenant, dans des interviews ultérieures, il a indiqué qu’il s’agissait d’une altitude de 28 000 pieds avec une chute jusqu’à un niveau proche du niveau de la mer, en 7.8 secondes. Donc il y a clairement une divergence dans ce qu’il dit de la distance à laquelle il est tombé, n’est-ce pas ?

Mais c’est la partie de la mémoire humaine à laquelle Mick a fait référence, vous commencez à oublier qui c’était avec le temps. Est-il passé de 80 000 pieds à 28 000, ou c’était de 28 000 à zéro ? Je pense que 80.000 à 28.000 est le plus probable. Et voici pourquoi. Et c’est ce que Kevin Day m’a dit la première fois, d’accord, quand ces objets sont à 80.000 pieds, ils ne sont pas une menace pour les FA-18 dans la zone, parce que les FA-18 ne peuvent pas voler à 80.000 pieds, d’accord.

Donc ils ne sont pas une menace, et ils se déplaçaient vers le sud à faible vitesse. Une fois qu’ils sont descendus à 28 000 pieds, ils sont dans une zone, où l’exercice est sur le point de commencer. Donc maintenant il y a une menace, et c’est pourquoi les F-18 ont été envoyés.

Donc, que Kevin Day ait eu raison, et que ce soit 80 000 à 28 000, ou que ce soit 28 000 à zéro, cela n’a pas d’importance.

Parce que lorsque nous avons fait un rapport et que vous avez regardé les calculs, nous avons regardé les écarts et la distance. Les chiffres d’accélération sont extrêmes, Mick, peu importe que vous passiez de 28 000 à zéro en 0,78 seconde, ou que vous passiez de 80 000 à 28 000 en 0,78 seconde, c’est toujours une accélération extrême. Tout ce que vous faites, c’est dire qu’au lieu de 12 000 G, c’est seulement 4 000 jours, et alors ?

Si tu crois qu’il a chuté en 0,78 seconde, c’est ça la clé – Pas la distance. La clé, c’est qu’il est tombé en 0,78 seconde.

Maintenant vous contestez Kevin Day sur le fait qu’il a créé un roman, mais il l’a fait sur ses notes de service qui disent que cet objet est tombé en 0,78 seconde.

Mais Kevin Day n’est pas la seule personne à dire ça. Gary Voorhis, rappelez-vous – Et vous omettez ce point – A a indiqué que cet objet tombait aussi vite que j’ai pu penser à formuler la question que j’allais lui poser.

Donc j’ai deux militaires différents qui indiquent que cet objet est tombé à une vitesse extrême. On ne peut pas dire qu’on connaisse l’accélération exacte, mais on peut la mettre entre parenthèses, on peut dire que peut-être ces gars sont à côté de la plaque, et que c’était deux secondes, peut-être que la distance n’était pas de 80 000, mais 28 000, et on peut mettre entre parenthèses ces chiffres, et continuer à faire nos calculs. C’est ce qu’on appelle des barres d’erreurs, et c’est ce que nous avons fait dans notre rapport.

Mick West : D’accord mais vous vous basez uniquement sur les récits de ces deux personnes, Gary Voorhis et Kevin Day, Kevin Day était le responsable, c’est lui qui dirigeait la salle des radars, c’est lui qui connaissait ces choses. Gary Voorhis était juste, enfin pas juste, il était ah, il était le technicien en chef du réseau de l’avion, il n’est pas un spécialiste du radar, même s’il est familier avec la technologie. Et je pense qu’il a simplement obtenu le chiffre de Kevin Day. Mais laissez-moi vous demander quelque chose. D’où vient ce chiffre de 80 000 pieds ?

Robert Powell : Je vais vous le dire dans une minute. Il n’a pas obtenu ce chiffre de Kevin Day parce que, rappelez-vous, je vous l’ai dit quand je l’ai interrogé, je lui ai demandé s’il connaissait Kevin Day, il a répondu non, parce qu’il a consulté son carnet de vol pour chercher le nom du type.

Donc il n’a pas eu le numéro de Kevin Day. Je lui ai parlé en avril 2018. Ok, donc la réponse qu’il m’a donnée était essentiellement une réponse qui indiquait une fraction de seconde, nous avons deux gars différents qui disent la même chose.

Mick West : Je pense que, ok, là, nous pouvons résoudre cela. Nous allons demander à Gary Voorhis ce qu’il en est. Et peut-être même avant …

Robert Powell : Je l’ai. Je l’ai sur le réenregistrement…

Mick West : Non, je veux dire lui demander maintenant…

Robert Powell : Eh bien, comme vous l’avez dit, et il dira probablement encore la même chose. Mais comme il l’a indiqué en mai, la mémoire des gens change. C’est pourquoi il était essentiel que je l’interviewe avant qu’il ne connaisse Kevin Day, et avant qu’il ne soit sur les médias sociaux, avant qu’il ne commence à parler aux autres. Donc vous aviez le…

Mick West : Donc sa mémoire était bonne à ce moment-là ?

Robert Powell : Question, donc vous voulez savoir d’où viennent les 80 000 pieds…

Mick West : C’est intéressant, non ? Oui.

Robert Powell : Donc les 80 000 pieds proviennent de la limite supérieure sur laquelle le radar était réglé ce jour-là, il aurait pu être plus haut que 80 000 pieds. Tout ce qu’ils savent c’est qu’il était au minimum à 80 000 pieds quand les objets sont tombés.

Mick West : Donc vous dites que Kevin Day les a vus à 80.000 pieds ?

Robert Powell : Oui, il a certainement vu, rappelez-vous les objets qui volent vers le sud à 100 miles par heure, ils les avaient vus pendant quatre à cinq jours, n’est-ce pas ? Donc laissez-moi revenir en arrière, vous avez un groupe d’attaque de porte-avions qui voit des objets à plus de 80 000 pieds, cela dure depuis plusieurs jours, parfois ils voient trois ou quatre objets, parfois un, parfois quatre ou cinq. Ils se déplacent vers le sud très lentement. Ils ne savent pas ce qu’ils sont. Ils recalibrent tous les équipements radar. Et ils sont apparemment là, c’est vrai. Mais ils ne font rien parce que de toute façon, ils ne représentent pas une menace pour le groupe d’attaque de la NAVY. Puis le groupe d’attaque se prépare à faire un exercice aérien le 14 novembre, en fin de matinée.

À ce moment-là, les objets quittent la haute altitude et descendent à une altitude où ils constituent désormais un danger pour le déroulement des exercices, pour les FA-18 qui vont effectuer un exercice. À ce moment-là, Kevin Day contacte le capitaine du navire, l’USS Princeton. Et rappelez-vous, ils sont responsables de l’ensemble du groupe d’attaque car ils contrôlent les systèmes radar. Et il leur demande « que devons-nous faire parce que je considère cela comme un risque pour la sécurité ». Et il a dit, nous avons des équipes de la FAA en l’air pour les avoir.

Devrions-nous, vous savez, aller vérifier cette chose. Le capitaine lui a donné l’autorisation. Il a redirigé l’avion de Fravor et de Slaight, vers le radar, vers le contact radar le plus proche car il avait plusieurs contacts radar. Et ils sont allés interroger cette latitude, cette longitude, cet emplacement, et c’est là qu’ils ont trouvé le Tic-Tac.

Mick West : Oui, le problème avec ça, cependant, c’est que ce n’est pas ce que Kevin Day dit maintenant, il donne un récit très spécifique, qui n’a vraiment rien à voir avec le fait qu’il ait vu des objets à 80 000 pieds. Et il dit que pendant précisément 10 jours, il a vu des objets à 28.000 pieds se déplaçant vers le sud, il n’a jamais été conscient de ce chiffre de 80.000 pieds pendant cet événement, ce chiffre n’est jamais apparu.

Robert Powell : Non, je pense que vous vous trompez…

Mick West : Non, j’ai parlé avec lui, vous savez, il y a quelques mois, et nous en avons discuté en profondeur. En fait, je l’ai pressé sur ce point trois ou quatre fois parce que j’étais un peu surpris. Pas surpris, mais j’avais besoin de clarifier.

Robert Powell : Oui. Oui, je ne pense pas que ce soit correct. Pensez-y logiquement, vous n’avez pas d’objets à 28 000 pieds qui survolent un groupe d’attaque de porte-avions, sans que ceux-ci ne fassent rien à ce sujet…

Mick West : Mais c’est ce que Kevin Day dit de ce qui s’est passé.

Robert Powell : Ce qu’il vous a dit il y a quelques jours, que ce soit vrai ou non, que vous vous en souveniez mal ou qu’il ait…

Mick West : J’ai la transcription devant moi, juste ici.

Note : Mick West raison, dans son interview Kevin Day parle de 28 000 pieds…

Robert Powell : Eh bien, mais il a dit à plusieurs reprises 80.000 pieds. Donc peut-être était-il confus ce jour-là. Ce n’est pas ce qui est important ici, parce que…

Mick West : Oh, je pense que c’est ce qui est important en fait, parce que nous parlons de la véracité des témoignages des témoins oculaires.

Robert Powell : Je l’ai interviewé, en janvier 2018. Il a spécifiquement – Et je l’ai l’enregistrement – 80 000 plus pieds. De plus, Gary Voorhis a dit qu’ils étaient à l’origine à plus de 80 000 pieds. Fravor a dit qu’ils étaient à plus de 80 000 pieds.

Quand j’ai interviewé Jim Slaight, il a dit que nous étions à plus de 80 000 pieds au départ. Il y a donc plusieurs personnes qui ont dit que c’était à plus de 80 000 pieds. Je ne sais pas ce qu’il est advenu de votre entretien avec Kevin Day, trois ans après le début de notre enquête. Je veux dire, je ne sais pas…

Mick West : Donc vous pensez que sur une période de trois ans, il aurait pu l’oublier et changer complètement son histoire.

Robert Powell : Je ne sais pas, je ne sais pas. Et je me moque qu’il n’y ait aucun doute…

Mick West : Vous vous en fichez ?

Robert Powell : les objets étaient à 80,000 pieds.

Mick West : Mais le problème ici est que les événements se sont produits en 2004. Et vous l’avez interviewé il y a quoi, genre, quatre ans, soit 10 ans après l’événement. Donc si vous pensez que sa mémoire peut complètement changer en trois ans, alors elle peut sûrement changer encore plus en 10 ans.

Robert Powell : Vous faites une hypothèse sur un changement de mémoire. Je ne sais pas.

Mick West : Vous êtes en train de me dire, vous êtes en train de me dire qu’il a des versions différentes…

Robert Powell : Mick, il a peut-être mal compris ce que vous lui demandiez, je ne sais pas,

Mick West : Oh non, il a compris exactement ce que je lui demandais.

Robert Powell : Je vous le dis simplement

Mick West : Je peux vous lire la transcription si vous voulez…

Robert Powell : Je vais le faire, nous allons afficher environ sept versions différentes, avec des individus différents où ils affirment que les objets sont à 80.000 pieds volant vers le sud.

John Greenewald : Et donc laissez-moi faire, je veux vous donner une opportunité. Je suis à court de temps parce que nous avons alloué une heure, je suis heureux de rester un peu plus longtemps. Et donc…

Mick West : Oh, j’essaie d’aller aussi longtemps que vous le souhaitez, les gars, qu’est-ce que c’est ?

John Greenewald : Ok, alors faites en sorte que nous puissions nous lancer parce que je veux faire une dernière chose avant de vous perdre. Donc si vous êtes d’accord, avec quelques minutes de plus, Mick, allez-y et terminez cette pensée,

Mick West : Non, je peux continuer quelques heures de plus si vous voulez.

Kevin Day m’a dit très précisément qu’il avait appris l’existence des 80 000 pieds grâce au suivi spatial de la défense antimissile balistique. Et il a dit que c’était, vous savez, essentiellement au-dessus de son niveau d’accréditation. C’était une information classifiée, et il n’en était pas conscient à l’époque, mais il l’a appris deux jours après l’incident en parlant à d’autres gars sur le navire. Donc c’est complètement différent de ce que vous venez de dire. Robert,

Robert Powell : Et ce que je veux dire c’est combien d’autres fois il a déjà dit ça ? Dites-moi une fois une autre interview, ou Kevin a  dit cela ? Donnez-moi une interview ?

Mick West : Bien, que pensez-vous que nous devrions parler à Kevin Day maintenant ? Ou vous pensez que maintenant il est complètement corrompu ? Son cerveau est en bouillie et nous n’obtiendrons rien d’utile de lui ?

Robert Powell : Non. Je suis, oui. Sans entrer et écouter les questions posées, il y a toutes sortes de possibilités qu’il ait mal compris ce que vous avez demandé…

Mick West : Laissez-moi vous donner un peu de contexte, il dit et il dit  » encore une fois, à ce moment-là, je ne savais pas que les gars de la défense contre les missiles balistiques avaient repéré ces choses depuis l’espace, je n’en avais aucune idée. C’était au-dessus de mon niveau d’habilitation, fondamentalement au-dessus de mon niveau d’habilitation de sécurité. »

Robert Powell : Alors qu’est-ce que cela signifiait ? Ils n’ont pas, ça ne voulait rien dire ce que vous venez de me dire.

Mick West : Il a dit, voyons voir, « la raison pour laquelle je dis qu’ils étaient bizarres, c’est parce que nos gars de la défense contre les missiles balistiques suivaient ces choses qui descendaient de l’espace, je l’ai découvert plus tard. Ce n’était pas la vue que j’avais sur mon radar. J’étais plus concerné par les 30 000 pieds et moins » donc il ne parle pas vraiment de ces choses. Il dit que, je lui ai demandé plus tard, parce que c’est revenu plusieurs fois. Je lui ai demandé, « vous avez dit que les gars de la défense contre les missiles balistiques les suivaient depuis l’espace. Est-ce que c’était quelque chose dont vous étiez au courant à l’époque ? » Et il dit : « Je n’étais pas, je n’étais pas là, ce n’était pas ma préoccupation et ce n’était pas là où j’avais la tête à ce moment-là ». Et puis je lui ai demandé, « Comment avez-vous découvert cette défense antimissile balistique ? » Et il a répondu, « Eh bien, les deux prochains jours, en parlant aux gars sur les navires, » et puis il a dit qu’il va essayer de me brancher avec ces gars pour un interview. Donc vous pouvez répondre aux questions parce qu’il n’a pas toutes les réponses.

Donc il est, il est, et il a été très cohérent tout le temps. Le chiffre de 80.000 pieds n’est jamais apparu, il a toujours dit que c’était 28 000 pieds. Très, très cohérent. Je pense que c’est un chiffre que Gary Voorhis a également donné, pour les cibles radar, vous savez ce dont nous parlons, comme pour la plupart des incidents, le problème du radar était que nous étions là, nous voyions ces groupes de cibles se déplacer vers le bas de l’écran de, vous savez, autour de Catalina jusqu’à Guadalupe.

John Greenewald : Donc et laissez-moi juste intervenir. Pour être juste, vous parliez du chiffre de 80 000 pieds, vous ne l’avez pas spécifiquement interrogé sur le plafond, n’est-ce pas, il parlait de ce qui le préoccupait le plus. Et je peux comprendre pourquoi il n’est pas allé sur ce terrain. S’il se concentre sur ce qui le préoccupe, Robert, corrigez-moi si je me trompe. Mais, Mick, tu dis qu’il n’en a pas parlé ou qu’il n’y est pas allé ? Il change son histoire. Mais pour être juste, avec ce que vous venez de lire dans le contexte où il n’est concerné que par le plafond de 28.000 pieds et en dessous, parce que c’est la zone de menace, c’est ce que je comprends de Robert. Est-ce que je suis bien ça ? C’est ça ? Comme si vous ne lui aviez pas demandé pour 80.000 ?

Robert Powell : Oui, c’est, oui, il est, je pense que c’est correct. C’est bien. Je dis juste que tout dépend du contexte, de la façon dont la conversation s’est déroulée entre lui et Kevin Day, parce qu’il y a plusieurs conversations avec Kevin Day, où il indique que les objets étaient à l’origine à plus de 80 000 pieds avant ce jour. Oui, le 10 novembre, plusieurs jours avant le 14 novembre. La chose clé qui change le 14 novembre, c’est que les objets descendent dans la zone d’opération des équipes de la FAA. Et c’est pourquoi, je veux dire, tout cela a un sens logique. C’est pour ça qu’ils font décoller les Jets. Ils vont faire décoller des jets à chaque fois que quelque chose se trouve dans leur zone d’opération, et qu’ils se préparent à faire un exercice…

John Greenewald : Je voulais être prudent avec l’histoire de Kevin Day, car il est manifestement présent, et je ne veux pas passer trop de temps à détruire sa mémoire et des choses comme ça. Ce que je vais faire dans les notes de l’émission, Mick, c’est de m’envoyer cette interview. Je ferai un lien pour que mon public puisse voir l’interview dans son intégralité. Et puis Robert, toi aussi, si tu as quelque chose à ajouter, mais je vais contacter Kevin Day, parce qu’encore une fois, je veux être un peu conscient que nous parlons de la mémoire de quelqu’un et de ce qu’il a dit ou de ce qu’il voulait dire ou de ce qu’il a fait ou de ce qu’il n’a pas fait, les transcriptions sont bonnes, mais je veux m’assurer qu’on lui tende au moins la main, et peut-être pourrions-nous obtenir des éclaircissements.

Donc, dans les deux dernières minutes, et je vous remercie tous les deux d’être venus avec moi ici. Je voulais que vous ayez tous les deux l’occasion de vous poser une question. J’ai essayé de rester en dehors de ça autant que possible, comme vous pouvez le voir, je n’ai pas voulu marcher sur les pieds de l’un d’entre vous, même si je pense que je vous ai piétiné tous les deux à un moment ou à un autre, donc je m’excuse pour ça.

Mais afin d’être aussi équitable que possible avec le temps et les sujets je voulais vous donner l’occasion de poser une question que nous n’avons peut-être pas abordée, ou si vous voulez soulever quelque chose qui, selon vous, n’a pas été abordé par l’autre participant ? J’espère que vous êtes d’accord avec ce petit exercice.

Je ne sais pas qui veut commencer ?

Robert Powell : Je vais demander à Mick West pourquoi je n’ai jamais entendu parler d’un cas qu’il ne pouvait pas résoudre ?

Mick West : Il y a plein d’affaires que je ne peux pas résoudre. Je veux dire, je n’ai pas résolu cette affaire.

Robert Powell : J’aimerais savoir

Mick West : La rencontre du commandant David Fravor avec un objet en forme de tic-tac, je n’ai pas de solution pour ça, j’ai un certain nombre d’hypothèses proposées. Et, mais je ne prétends certainement pas avoir résolu cette affaire. Et bien sûr, il y a de multiples où il n’y a tout simplement pas assez d’informations pour les résoudre. Si vous regardez la base de données du MUFON, qui contient, je pense, environ 120 000 cas, il y a probablement au moins 30 000 cas que je suis complètement incapable de résoudre parce qu’ils ne sont que des petits points blancs au loin. Donc je ne suis pas toujours capable de résoudre les cas…

John Greenewald : Permettez-moi de vous poser une petite question complémentaire à ce sujet. Êtes-vous ouvert à l’idée qu’il ne s’agisse pas d’un avion conventionnel et que les témoins et tout le reste montrent qu’il y a des divergences ?

Mick West : Je, ma, ma méthode, chaque fois que j’enquête sur des choses, c’est de faire une liste de ce que je pense être les différentes hypothèses et de les classer en fonction de ce que je pense être le plus probable.

Donc, je vais mettre quelque chose comme, vous savez, c’est un avion en haut de la liste, et je vais mettre quelque chose comme c’est un vaisseau spatial alien en bas. Et au milieu, je dirais que c’est un développement technologique avancé développé par les USA ou les Russes, et peut-être que quelque part autour de ça, il y a comme une illusion d’optique et puis peut-être que là-dedans, le gars mentait, peut-être que dans les autres, le gars se trompait.

Donc vous avez toutes ces différentes possibilités, et je n’aime jamais prendre quoi que ce soit de la table. Donc même si j’ai mon hypothèse numéro un, par exemple, le Go-Fast, mon hypothèse numéro un est que c’est un ballon, mais mon hypothèse numéro 2 est que c’est un oiseau, et mon hypothèse numéro 3 est que c’est un drone. Mon hypothèse numéro 4 est… je ne sais pas ce que serait mon hypothèse numéro 4, mais c’est comme un autre avion, et la cinquième hypothèse est que c’est une image de synthèse, etc. avec des éléments de moins en moins probables au fur et à mesure que l’on descend dans l’analyse, mais je n’aime jamais retirer des choses de la table.

Donc je suis certainement ouvert à la possibilité que ces choses existent, mais j’aime bien essayer de classer mes idées.

John Greenewald : Donc vous pensez que ce sont des aliens ? Parfait. C’est tout ce que j’ai entendu hahah – Très bien, on bouge, et c’est l’émission. Maintenant, Mick, laissez-moi vous parler. Si vous voulez poser à Robert, une question précise, quelque chose qu’il a peut-être dit ou …

Mick West : Oui, bien sûr. Comme pour la rencontre avec Fravor, j’aimerais demander à Robert, avez-vous envisagé la possibilité d’une illusion de parallaxe causée par Fravor, pensant que l’objet était deux fois plus petit qu’il ne l’était en réalité, il pensait qu’il faisait 40 pieds, mais en fait il faisait peut être 20 pieds, et l’objet ne se déplaçait peut-être pas très vite du tout, est-ce quelque chose que vous avez réellement envisagé dans votre analyse ?

Robert Powell : Eh bien, nous avons certainement envisagé la possibilité d’un objet plus petit, parce que si vous ne savez pas ce qu’est un objet, vous ne pouvez pas vraiment identifier sa taille exacte, d’accord. Mais plus un objet est proche d’un humain, plus la capacité de parallaxe de nos yeux nous permet de commencer à estimer la taille d’un objet, n’est-ce pas ? Quelque chose à 3 mètres de vous, vous pouvez le regarder et en connaître la taille, mais à 3 km, c’est une tout autre histoire. Et donc nous avons envisagé la possibilité que l’objet soit de 5 mètres, et plus l’objet est petit, plus l’accélération est faible, parce que la vitesse est faible.

Donc on a regardé ça. En termes de, aurait-il pu voler autour d’un tel objet, cependant ? Il est juste assis là et il vole autour ? Nous ne pensons pas que ce soit une possibilité du tout, parce que vous avez Slaight qui est en haut, d’accord, et observe toute la rencontre. Et ce que Fravor a indiqué, c’est que l’objet montait vers lui alors qu’il descendait vers lui. Donc vous avez deux perspectives différentes pour l’examiner, donc nous n’avons pas du tout considéré cette possibilité.

Mick West : Cela me rappelle une autre question que je voulais vous poser. Slaight, vous l’avez interviewé ? Est-ce exact ?

Robert Powell : C’est exact.

Mick West : Mais, il y a des enregistrements ou des transcriptions de cela ?

Robert Powell : Il y a un enregistrement de ça ? oui. Mais Slaight ne nous a jamais donné la permission de publier l’enregistrement. Donc, pour Kevin Day et Gary Voorhis, leurs enregistrements sont publiés, parce qu’ils nous ont donné la permission.

Mick West : Mais vous, je veux dire que vous l’avez cité. Donc comment ça marche ?

Robert Powell : Eh bien, je peux le citer. Ça ne veut pas dire que je ne peux pas le citer.

Mick West : Pouvez-vous le citer en entier ?

John Greenewald : C’était des citations claires. Comme, je pense que je comprends ce qu’il demande. Si vous ne pouvez pas publier l’interview complète, comment pouvez-vous publier des extraits, alors ?

Robert Powell : il n’a pas eu de problème à ce que je parle de, vous savez, que l’objet est parti à la vitesse d’un projectile sortant du canon.

Mick West : Ça me rappelle aussi qu’il a dit, comme vous l’avez dit, qu’il y avait une brume de chaleur autour de nous, une sorte de brume rougeoyante.

Robert Powell : Oui, il l’a dit.

Mick West : Mais cela n’a pas été rapporté par Fravor, et il était beaucoup plus près.

Robert Powell : Oui, Fravor n’a pas rapporté ça. Je veux dire, il y aura toujours une différence dans la mémoire des gens, non ?

Mick West : Hmm ouais, mais Slaight est à trois miles, et Fravor était à un mile. Donc il semblerait que s’il y a une chose aussi distinctive, ils la verraient tous les deux.

Robert Powell : Je ne sais pas, peut-être que c’était l’angle. Cela lui permettait de voir cette brume de chaleur mieux que jamais. Je n’en ai aucune idée.

Mick West : Ouais, c’est dommage que cette interview ne puisse pas être publiée, mais vous y faites référence, mais il pourrait y avoir un tas de choses là-dedans qui ne correspondent pas exactement au témoignage de Fravor donc, de mon point de vue, je, c’est dommage que nous ne puissions pas le voir parce que cela vous laisse ouvert à des accusations de « cherry picking » parce que vous obtenez juste la publication de la meilleure partie de l’interview.

Robert Powell : Ouais…

Mick West : Peut-être que nous pourrions en reparler avec Slaight et lui demander s’il peut juste publier une transcription du texte.

Robert Powell : Je l’ai fait. Je l’ai fait. Et le point de vue de Slaight est qu’il était tellement désabusé…

Mick West : Ouais. Il a eu cette (mauvaise…) expérience

Robert Powell : …et il ne veut plus parler aux médias.

John Greenewald : Je veux dire, juste pour confirmer. Je l’ai contacté il y a quelques années pour essayer de faire une interview, juste par curiosité, je voulais parler à l’un des pilotes et il ne l’a pas fait. Donc il est comme ça depuis un moment, pour être honnête

Robert Powell : La seule raison pour laquelle nous avons réussi à obtenir une interview avec Slaight est que l’un des membres de l’UCG est un capitaine de la marine à la retraite. Et vous savez, les militaires parlent aux militaires, donc il a parlé à Slaight en premier, après avoir en quelque sorte préparé le terrain, et Slaight voulait me parler. Mais après l’interview de la Fox, il a dit qu’il avait trop de chagrin pour sa famille, pour faire d’autres interviews. Alors il a dit qu’il en avait fini avec ça. Et je comprends, je ne blâme pas le gars.

John Greenewald : Une chose est claire dans cette interview : nous sommes tous, mais je m’adresse évidemment à vous deux, très passionnés par ce que nous faisons, ce que nous croyons et les conclusions que nous tirons. Mais je tiens à vous remercier tous les deux, non seulement d’avoir pris le temps de faire cette interview, mais aussi d’avoir été ouverts à l’écoute de l’autre. Vous savez, nous sommes tous, encore une fois, passionnés par ce que nous voulons dire et comment nous voulons le dire. Mais j’ai beaucoup de respect pour vous deux, je n’ai aucune idée de ma position sur cette affaire, c’est pourquoi j’ai été très, très heureux que vous ayez tous deux accepté de le faire.

Donc avec ça, je voulais juste vous dire merci à tous les deux. Et je vais arrêter là. Si vous voulez ajouter quelque chose, je serai heureux de vous donner l’occasion de faire une ou deux remarques finales, vous pouvez revenir quand vous voulez.

Robert Powell : Oui, je veux dire que je m’excuse d’être peut-être un peu passionné parfois pendant notre discussion, donc Mick, il n’y avait rien de personnel.

Mick West : non, pas d’inquiétude.

Robert Powell : Dans aucune de mes réponses. Je pense que tout ce que vous faites Mick rend un bon service. Beaucoup, je veux dire, je suis d’accord avec beaucoup des cas que vous examinez, vous faites du bon travail. Mais ce que je voudrais juste insister, c’est que vous, vous essayez d’examiner les cas de la manière la plus impartiale possible et d’obtenir toutes les preuves que vous pouvez avant d’analyser les cas, je peux me tromper, mais j’ai l’impression que vous avez en quelque sorte déjà décidé où vous allez avant d’y aller ?

Mick West : Eh bien, je ne pense pas que j’ai, ok je pense que j’ai probablement des préjugés, comme tout le monde. Mais je pense que ce qui est ressorti de cette conversation, peut-être, c’est que, vous savez, nous avons tous ces désaccords sur diverses questions, et parfois ce sont des désaccords qui ne peuvent pas être résolus. Mais dans un grand nombre de cas, ce sont des désaccords qui sont purement factuels et que nous devrions être en mesure de résoudre, par exemple, pourquoi Kevin Day s’est-il souvenu et quand s’en est-il souvenu ? Qu’a fait Gary Voorhis, quand a-t-il appris certains chiffres ? Et que disent ces différents rapports et des choses comme ça ? Ainsi, nous pouvons au moins concilier les désaccords et je pense que nous pourrons peut-être revenir en arrière et poser des questions à Gary Voorhis. Comme quand il a parlé de ces 0,78 secondes. Et, vous savez, peut-être pourrions-nous apprendre un peu plus de détails sur le mécanisme de verrouillage de la caméra FLIR et voir si, vous savez, le suivi optique était en fait en train de perdre le verrouillage.

À ce stade, nous avons vraiment besoin d’un véritable expert FLIR, ATFLIR, pour expliquer cela. Mais ce sont des choses qui peuvent être résolues. Et je pense que nous devons nous concentrer, mettre un peu d’effort sur les choses que nous pouvons réellement comprendre et les éliminer. Ainsi, nous pouvons affiner les limites de l’incertitude.

John Greenewald : Eh bien, encore une fois, je vous remercie, tous les deux, pour le temps que vous nous consacrez, pour vos réflexions et vos recherches.

Continuez comme ça tous les deux. Vous avez mon respect, de différentes manières et pour différentes raisons. Donc merci beaucoup pour ça. Et bien sûr, merci à tous d’avoir écouté et regardé.

C’est John Greenwald, Jr, qui termine, nous vous verrons la prochaine fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.