Avril Haines : « Nous ne comprenons pas tout ce que nous voyons » …

« NOUS NE COMPRENONS PAS TOUT CE QUE NOUS VOYONS » : UN GROUPE SE RÉUNIT À WASHINGTON POUR DISCUTER DE L’ESPACE, DE L’AVENIR ET DES EXTRATERRESTRES

La directrice du renseignement national, Avril Haines, et une série de panélistes se sont réunis pour aborder la question de la « frontière finale » et de la recherche de l’inexplicable par l’humanité.

Note : Il s’agit d’un poste très important qui fédère les 17 agences de renseignements américaines. On trouve: Air Force Intelligence, Army Intelligence, Central Intelligence Agency, Coast Guard Intelligence, Defense Intelligence Agency, Department of Energy, Department of Homeland Security, Department of State, Department of the Treasury, Drug Enforcement Administration, Federal Bureau of Investigation, Marine Corps Intelligence, National Geospatial-Intelligence Agency,
National Reconnaissance Office, National Security Agency, Navy Intelligence, Space Force Intelligence.

Mercredi soir, pas moins de 10 250 tuyaux ont chanté en chœur de manière sinistre, éructant les sons surréalistes des Pièces de Fantaisie de Louis Vierne depuis le Grand Orgue de la cathédrale nationale de Washington. L’instrument – un modèle Ernest M. Skinner de 1938 et le plus grand de son genre dans la capitale nationale – a émis ses mélodies contre le bavardage feutré d’un public rassemblé à proximité, donnant un ton surnaturel à une soirée de discussion sur l’une des plus grandes perspectives de la science de notre époque : l’avenir de l’exploration spatiale humaine.

« Nous avons un trésor extraterrestre intégré dans le tissu même de ce bâtiment », a déclaré le révérend Randolph Marshall Hollerith, doyen de la cathédrale nationale de Washington, qui a débuté la manifestation en faisant référence à une pierre lunaire de 7 grammes ramenée sur Terre par l’équipage d’Apollo 11, qui repose désormais dans l’une des fenêtres de la cathédrale.

L’événement, intitulé « Notre avenir dans l’espace » et présenté par le programme Paul et Nancy Ignatius, a réuni un groupe diversifié de panélistes, allant de la directrice du renseignement national Avril Haines et de l’administrateur de la NASA Bill Nelson au fondateur de Blue Origin Jeff Bezos, en passant par le professeur David Wilkinson du St. John’s College de l’université de Durham et le professeur Avi Loeb de Harvard.

Après une brève introduction du modérateur David Ignatius du Washington Post, le premier panel de la soirée a débuté avec lui, rejoint par Haines, et une série de questions préenregistrées posées à Nelson.

Après une déclaration introductive de Nelson, Ignatius a posé sa première question à Haines, notamment pour savoir si son agence recueille des « signes précurseurs » d’une éventuelle intelligence extraterrestre.

« Sur le thème de la vie à l’extérieur, vous avez publié en juin une évaluation préliminaire extraordinaire sur les phénomènes aériens non identifiés« , a déclaré M. Ignatius. « Pour résumer ce rapport, vous avez étudié 144 rapports provenant de sources gouvernementales américaines. Dans 80 d’entre eux, les capteurs avaient procédé à des identifications ; dans 18 de ces cas, les observateurs, je cite, ‘ont signalé des caractéristiques de vol inhabituelles des UAP’. Vous les avez classés dans cinq catégories différentes, la dernière étant appelée simplement « autre ».

« Je voudrais vous demander de partager avec l’auditoire ce que vous avez retenu de ce rapport« , a dit M. Ignatius, « et ce que vous pensez après avoir examiné les preuves« .

10th November 2021 – Our Future in Space Ignatius Forum – DNI Avril Haines UAP Comments on Vimeo

« Je veux dire, je pense que l’essentiel est que nous ne comprenons pas tout ce que nous voyons« , a répondu Haines. « Et cela ne surprend probablement personne à bien des égards. »

Avril Haines s’entretient avec David Ignatius lors de l’événement organisé à Washington le 10 novembre (Crédit : Programme Paul et Nancy Ignagius/Cathédrale nationale de Washington).

« Il s’agissait d’un rapport que le Congrès nous avait demandé de produire pour évaluer ce que nous considérions comme la menace, essentiellement, des phénomènes aériens non identifiés, et ce que nous comprenions le mieux des différents rapports que nous avions identifiés. Et il s’étendait de 2004 à 2021…, je crois, et nous avions différentes catégories, comme vous l’avez dit. »

Après avoir énuméré les différentes catégories dans lesquelles peuvent se classer les UAP, telles qu’elles sont détaillées dans le rapport remis au bureau du directeur du renseignement national en juin, Haines s’est brièvement étendu sur l’énigmatique catégorie « autre » dans laquelle certaines des UAP observées par nos militaires sont apparemment tombées.

« La cinquième catégorie était ‘autre’« , a-t-elle déclaré. « Et cela indiquait essentiellement que nous étions à peu près sûrs de ne pas pouvoir caractériser chacun de ces rapports dans les différentes catégories que nous avions identifiées parce que, franchement, nous n’étions pas en mesure de tout comprendre.« 

« Une grande partie de cela est basée sur le fait que nous n’avons pas une manière cohérente de rapporter ces informations« , a encore déclaré Haines. « Nous devons intégrer, franchement, un grand nombre de données que nous obtenons. Nous devons mieux collecter les données qui nous sont utiles à partir des différents capteurs dont nous disposons, et nous devons approfondir notre analyse dans ces domaines. « 

« Les principales questions qui préoccupent le Congrès et d’autres instances sont celles de la sécurité des vols et du contre-espionnage« , a ajouté M. Haines.

« Mais bien sûr, a ajouté M. Haines, il y a toujours la question de savoir s’il y a quelque chose d’autre que nous ne comprenons tout simplement pas, qui pourrait être extraterrestre. »

Interrogé sur ce qu’Ignatius a appelé le « savoir-faire » de la communauté du renseignement en matière de collecte de données sur les UAP, Haines a répondu que « les phénomènes aériens non identifiés ne sont pas différents du reste de notre travail dans la communauté du renseignement« .

« Les gens rapportent des choses, nous les captons techniquement« , a expliqué Haines. « Nous faisons une variété de travaux pour essayer de comprendre ce que nous voyons. Nous utilisons ensuite les autres informations dont nous disposons pour déterminer s’il s’agit de quelque chose que nous connaissons dans cette zone. Y a-t-il d’autres rapports auxquels nous ne penserions pas normalement comme étant liés ?« . Ensuite, nous procédons à une analyse comme nous le ferions normalement, pour dire : « OK, remettons les choses dans leur contexte. Quelles sont les options possibles et probables ? Comment le caractériser, le mettre dans un seau… y réfléchir ? « 

« Tout cela », ajoute Haines, « est en quelque sorte la manière standard de travailler. Mais cela ne signifie pas que nous serons définitivement capables de dire si nous sommes observés dans ces circonstances. »

Haines a également exprimé qu’il pourrait y avoir plusieurs façons de découvrir des preuves d’intelligence extraterrestre. (Photo domaine public)

Je pense qu’il y a beaucoup de façons différentes dont cela pourrait être révélé« , a déclaré Haines, « mais certainement, nous travaillons pour nous assurer que nous comprenons ce que nous voyons, et quel phénomène est identifié. »

« Sinon, nous allons devoir attendre que le travail scientifique de Bill [Nelson] révèle réellement certaines de ces possibilités supplémentaires« , a déclaré Haines.

Ignatius a également posé à Bill Nelson plusieurs questions sur des sujets incluant la vie extraterrestre dans les segments enregistrés, où l’administrateur de la NASA a exprimé des sentiments qui reflètent presque ses déclarations de ces dernières semaines sur la recherche d’intelligence extraterrestre (SETI) et les rencontres de pilotes de la marine américaine avec des objets aériens inexpliqués.

« Quelle est la chose la plus cool que la communauté du renseignement fait dans l’espace, que nous ne connaissons pas et dont vous pouvez parler ? » dit Ignatius en revenant vers Haines.

« Je ne pense pas qu’il y ait vraiment quelque chose. Je vais me faire virer si je parle de la chose la plus cool que vous ne connaissez pas« , a déclaré Haines en riant, avant d’encourager les personnes présentes à envisager de devenir de futures recrues pour travailler au sein de la communauté du renseignement.

« Nous avons des trucs phénoménaux que nous vous montrerons« , a ajouté Haines, « une fois que vous aurez obtenu votre habilitation« .

Après l’intervention de Haines et Nelson, le deuxième modérateur de la soirée, Adi Ignatius de la Harvard Business Review, a été rejoint par le fondateur de Blue Origin, Jeff Bezos, qu’il a interrogé à un moment donné sur la question de la vie intelligente dans l’univers.

« Il y a tellement d’étoiles rien que dans cette galaxie, et puis tellement de galaxies. Les chances que nous soyons la seule vie intelligente dans l’univers me semblent infiniment faibles », a déclaré Bezos.

« Maintenant, si vous me demandez si nous avons été visités par ces intelligences extrasolaires, j’en doute fort. Je pense que nous le saurions si nous l’avions été », a déclaré Bezos. « Mais sont-ils là ? Probablement. »

S’éloignant de l’aspect technique de l’exploration spatiale, le dernier débat de la soirée entre le révérend Wilkinson et le révérend Loeb, modéré par le révérend Hollerith, s’est principalement concentré sur la question de la vie extraterrestre, bien qu’il soit parfois agrémenté de quelques touches de théologie et de philosophie.

Cependant, lorsqu’il a été question de la discussion sur la recherche de la vie extraterrestre, Avi Loeb n’a pas mâché ses mots.

« Mon point de vue est simple« , a déclaré Loeb. « Regardons le ciel et vérifions s’il y a des équipements – des astronautes en I.A. – qui ont été envoyés par d’autres civilisations. Et c’est l’objectif du projet Galileo. »

Le projet Galileo, une initiative lancée en juillet par le Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, regroupe une équipe internationale de chercheurs dont l’objectif déclaré est « d’amener la recherche de signatures technologiques extraterrestres à partir d’observations et de légendes accidentelles ou anecdotiques vers le courant dominant de la recherche scientifique transparente, validée et systématique ». Fondé par Loeb, qui en est le directeur, le projet s’est enrichi récemment d’un ancien agent de contre-espionnage du Pentagone, Luis Elizondo, d’un ancien secrétaire adjoint à la défense chargé du renseignement, Christopher Mellon, et de l’éditeur fondateur du magazine Skeptic, Michael Shermer.

« Nous prévoyons d’utiliser des télescopes et de regarder le ciel », a ajouté Loeb, « car si nous ne regardons pas par nos fenêtres, nous pouvons prétendre que nous n’avons pas de voisins, mais cela ne nous débarrassera pas de nos voisins. »

« Oumuamua a été le premier objet interstellaire provenant de l’extérieur du système solaire qui a été repéré près de la Terre en 2017″, a déclaré Loeb, faisant référence à son livre, Extraterrestrial : The First Sign of Intelligent Life Beyond Earth, qui présentait l’argument selon lequel l’objet mystérieux aurait pu représenter une sorte de sonde extraterrestre interstellaire ou une autre technologie.

« Cela ne ressemblait pas à une comète ou à un astéroïde« , a déclaré Loeb. « Il avait l’air très bizarre ».

« Ce que je veux dire, c’est qu’il faut obtenir une image à haute résolution – une image mégapixel – d’un objet comme [Oumuamua], et déterminer s’il a des vis, des boulons, s’il a des boutons sur lesquels nous pouvons appuyer… ou si c’est un rocher. »

« Lançons-nous dans cette expérience d’apprentissage« , a ajouté Loeb. « C’est l’essence même du projet Galileo. »

Plus tard, le révérend Hollerith a demandé à Loeb ce qu’il pensait des objets observés et filmés par les pilotes de la Marine ces dernières années, dont le New York Times a rendu compte en 2017.

« C’est la deuxième branche du projet Galileo« , a déclaré Loeb. « Nous aimerions prendre des images haute résolution de phénomènes aériens non identifiés et comprendre ce qu’ils sont. Parce que ce n’est pas une question philosophique. Si vous avez des données suffisamment bonnes, vous pouvez le dire. »

« Et si nous lisons sur l’étiquette… avec un télescope suffisamment grand, nous pouvons lire sur l’étiquette, ‘fabriqué en Chine’, ‘fabriqué en Russie’, nous serons heureux de livrer l’information à Avril [Haines]. Je ne me soucie pas de cela, tout comme je ne me soucie pas de l’image haute résolution d’un oiseau. Je livrerais ces données à un zoologiste« .

Passant à nouveau à la philosophie, Loeb, qui a poursuivi en développant les problèmes qui découlent de l’ego humain et de son influence sur les conflits mondiaux passés, a exprimé l’espoir que la découverte éventuelle de vie extraterrestre pourrait contribuer à unir la vie sur Terre, et aider les humains à coexister plus pacifiquement.

« Mon espoir est qu’une fois que nous aurons découvert de l’intelligence là-bas, nous nous traiterons mutuellement avec plus de respect. Comme des membres égaux de l’espèce humaine. »

Loeb a également élaboré sur la possibilité que la découverte éventuelle de preuves de visiteurs extraterrestres prenne la forme d’une intelligence artificielle extraterrestre, plutôt que les êtres biologiques qui l’ont créée.

« Si ce sont des systèmes d’intelligence artificielle« , a déclaré Loeb, « et non des créatures biologiques, nous pourrions avoir besoin de nos propres systèmes d’intelligence artificielle pour les comprendre. Un peu comme si nous comptions sur nos enfants pour interpréter le contenu que nous trouvons sur Internet parce qu’ils sont plus doués en informatique. »

Loeb a également proposé l’idée de rechercher sur Terre des preuves passées de technologie extraterrestre qui auraient pu être laissées derrière lors de visites d’explorateurs extraterrestres au début de l’histoire, voire à l’époque préhistorique, ainsi que des outils technologiques similaires qui pourraient exister en dehors de la Terre.

« Dans l’espace, il s’agit de rechercher des équipements qu’ils ont envoyés et qui ont continué à s’accumuler dans l’espace, tout comme les bouteilles en plastique à la surface de l’océan. C’est ce que le projet Galileo vise à faire ; rechercher à l’aide de télescopes des équipements flottant dans l’espace. »

« Cela me semble [être] du bon sens », a ajouté Loeb. « Et avec 100 millions de dollars, nous devrions être en mesure de dire quelque chose de très intéressant sur cette question ».

Depuis les sélections musicales qui ont introduit et conclu les événements de la soirée, jusqu’à la liste variée d’invités et les sujets qu’ils ont abordés, « Notre avenir dans l’espace » a encadré sa présentation des prochaines années d’exploration spatiale de manière presque mystique ; une juxtaposition d’ancien et de nouveau qui était souvent charmante dans sa façon d’évoquer le sens intemporel de l’émerveillement qui nous appelle, que ce soit depuis les régions inexplorées de l’espace ou depuis l’imagination seule.

« Je pense qu’il y a quelque chose dans l’exploration des cieux », a déclaré Wilkinson à la fin de la soirée. « D’être surpris, à la fois en tant que scientifique et en tant que théologien. Car le Dieu auquel je crois est à la fois un Dieu surprenant parfois, et il brise l’insularité de certains de mes préjugés, et de certaines de mes idées préconçues. »

« Par conséquent, je pense que je veux être un partisan du SETI… un partisan du [projet Galileo] », a ajouté Wilkinson.

« Un partisan de l’exploration spatiale, parce que c’est penser aux pensées de Dieu après lui. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *