Christopher Mellon : Questions pour le Congrès

Questions pour le Congrès concernant le rapport UAP en suspens

13.06.2021

https://www.christophermellon.net/post/questions-for-congress-regarding-the-pending-uap-report

Le rapport UAP en attente soulève des questions essentielles sur ce qui se passe dans nos cieux et sur l’organisation et les performances de la communauté du renseignement américaine. Voici quelques questions que je propose aux membres du Congrès chargés de protéger le pays et de superviser la communauté du renseignement :

1. Pourquoi la prise de conscience du phénomène UAP a-t-elle dû venir de citoyens privés, extérieurs au gouvernement, qui ont consacré plusieurs années de leur vie à porter ce problème à l’attention du peuple américain et de son gouvernement ? Qu’est-ce que cet étonnant échec des services de renseignement nous apprend sur la communauté des services de renseignement des États-Unis ? Comment est-il possible que ces intrusions aient pu se poursuivre pendant des années sans qu’aucun haut responsable du gouvernement ni même NORAD n’en soit informé ? Quelles autres questions stratégiques la communauté du renseignement omet-elle de signaler en raison d’une controverse ou d’une stigmatisation potentielle ? 

2. Le rapport classifié ne contiendrait qu’environ 120 incidents. Comment cela peut-il être concilié avec le fait que le NORAD a, à lui seul, des centaines de trajectoires de vol par an qu’il ne peut pas identifier ? 

3. Récemment, l’ancien directeur de la CIA John Brennan et l’ancien directeur du renseignement national John Ratcliffe ont révélé qu’ils avaient été informés de mystérieux incidents UAP. Ces incidents sont-ils pris en compte dans le rapport ? Qu’en est-il de l’incident impliquant un UAP émergeant de l’océan mentionné en public par l’ancien CNO de la Marine, l’amiral Gary Roughead ?

4. Nous avons déjà perdu des années que nous aurions pu utiliser pour comprendre le phénomène. Quels sont les risques et les conséquences potentielles de notre incapacité persistante à identifier les capacités et les intentions de ceux qui opèrent ces véhicules ?

5. Le Senate Select Committee on Intelligence (SSCI) a demandé un examen complet de tous les services de renseignement américains par catégories fonctionnelles (SIGINT, HUMINT, MASINT, etc.). Quelles disciplines de collecte ont fourni des données utiles et comment les comités détermineront-ils si des organisations comme la CIA ont vraiment fait preuve de franchise si elles n’ont pas signalé de HUMINT pertinent ?

6. Jusqu’à présent, toutes les données divulguées concernaient des données tactiques provenant de navires et d’avions. Pourquoi devrions-nous supposer que cela doit rester notre priorité alors que nous disposons de radars beaucoup plus puissants, comme le système de détection précoce des missiles balistiques, qui couvrent de vastes régions ? Est-il vraiment plausible que les avions et les navires aient des incidents récurrents mais que ces grands systèmes couvrant de vastes zones n’aient rien identifié sur de longues périodes ? 

7. Nous savons que de nombreux systèmes d’alerte radar suppriment automatiquement et délibérément la présentation des données qui ne correspondent pas aux profils de véhicules connus (par exemple, les missiles de croisière, les bombardiers, les ICBM) afin de réduire l’encombrement de l’écran. Comment savoir alors que des systèmes comme le BMEWS ne contiennent pas dans leurs bases de données de nombreux événements de collecte d’UAP non signalés ? Dans quelle mesure serait-il difficile pour les entrepreneurs qui gèrent ces systèmes d’effectuer des recherches dans ces bases de données afin de déterminer si des événements significatifs ont pu être collectés mais non affichés ?

8. Nous savons indiscutablement, grâce à des documents obtenus par le biais de la loi sur la liberté d’information, qu’il y a eu de nombreuses intrusions d’UAP dans les bases américaines d’ICBM et de bombardiers stratégiques et dans les installations de production nucléaire (par exemple Hanford et Oak Ridge, etc.). Combien d’incidents de ce type le rapport classifié révèle-t-il ? S’il n’en révèle aucun, quelle est la crédibilité de cette conclusion ?

9. Les recherches de l’AATIP auraient identifié un modèle d’activité UAP près des installations d’armes nucléaires. Il ne serait pas difficile non plus de vérifier les bases de données civiles détenues par le Mutual UFO Network (MUFON) et le National UFO Reporting Center pour déterminer s’il y a une quantité inhabituelle d’activité UAP près des grandes bases militaires. Le groupe de travail a-t-il mis à jour les travaux de l’AATIP et, dans l’affirmative, a-t-il trouvé un modèle d’activité inhabituelle d’UAP à proximité des installations nucléaires également ?

10. Le personnel du NORAD et les dossiers FOIA indiquent de nombreux événements extraordinaires impliquant des UAP au-dessus de l’Amérique du Nord. Nombre de ces incidents ont conduit à l’envoi de chasseurs pour tenter d’intercepter ces objets. Combien d’événements de ce type figurent dans le rapport ? S’ils sont peu nombreux ou inexistants, quelle est la crédibilité des données fournies ? L’interview du Col Jim Cobb (USAF-Ret) dans l’émission télévisée d’investigation « Unidentified » décrit une de ces nombreuses rencontres.

11. Des alliés ont-ils été approchés et invités à partager ou à échanger des données ? Nos meilleurs alliés, des pays comme la Grande-Bretagne et le Canada avec lesquels nous avons déjà des relations de confiance et un partage étendu de renseignements (FVEY), sont parmi ceux avec lesquels il semble que nous pourrions avoir un échange profitable.

12. Quels services et commandements ont rapporté des incidents ? Je sais, grâce à de nombreux entretiens avec des pilotes, qu’au moins certains groupes de transporteurs de la côte Est ont continué à avoir des incidents après avoir été déployés au Moyen-Orient. Le CENTCOM ou l’INDOPACOM ont-ils contribué ? Et l’USAF ? Le personnel des avions AWAC a raconté des histoires, tout comme les pilotes de chasse de l’USAF, les opérateurs des tours de contrôle, les agents de sécurité et d’autres personnes, y compris des individus comme l’ancien astronaute Gordon Cooper. Si l’USAF n’a pas eu grand-chose à raconter, est-ce parce que la culture de l’USAF décourage les rapports sur les UAP ?  Il serait intéressant de sonder les pilotes de l’USAF et de comparer les résultats avec les informations fournies par l’USAF.

13. Combien d’incidents, s’il y en a eu, concernant des UAP en orbite ou des UAP montant ou descendant d’orbite ?

14. Quels systèmes de capteurs se sont avérés les plus utiles et qu’est-ce que cela nous apprend sur les moyens d’améliorer la collecte des UAP à l’avenir ?

15. Au moins un officier retraité de l’Office of Special Investigations (OSI) de l’USAF, Richard Doty, affirme que l’USAF enquête secrètement sur les UAP et travaille en fait à la rétro-ingénierie des véhicules récupérés. La TF UAP a-t-elle examiné les dossiers de l’OSI ? Le Congrès ou le TF UAP ont-ils parlé à M. Doty ? Si non, pourquoi ?

16. Un certain nombre d’anciens officiers de l’USAF impliqués dans des incidents de l’UAP rapportent qu’ils ont été débriefés par l’OSI et qu’on leur a demandé de signer des accords de confidentialité. Un exemple s’est produit près de Stephensville TX en 2008. Le radar de la FAA et 30 témoins civils ont signalé un énorme UAP, mais lorsque deux pilotes de F-16 de l’USAF qui avaient tenté d’intercepter l’objet ont été interrogés par la suite, ils ont déclaré aux enquêteurs de l’AATIP qu’ils ne pouvaient pas en parler car ils avaient signé un accord de confidentialité avec l’USAF. Un examen approfondi des dossiers UAP de l’OSI et de tous les accords de confidentialité de l’USAF devrait être la priorité absolue du Congrès et de la TF UAP.

17. Richard Doty, anciennement de l’OSI de l’USAF, affirme que l’OSI a espionné des chercheurs civils de l’UAP, allant jusqu’à entrer par effraction dans des maisons et à leur fournir de la désinformation. L’une des principales cibles, Paul Bennewitz, un résident de l’Arizona, est devenu instable et s’est finalement suicidé. Ces activités ne sont-elles pas manifestement illégales ? Pourquoi le Civilian Oversight Official du DoD ou le Congrès n’ont-ils pas enquêté ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.