Comment le gouvernement s’est fait berner par les amateurs d’OVNIs

UN MILLIARDAIRE, UN ESPION ET UNE ROCK STAR ENTRENT DANS UN BAR…

Introduction

Cet excellent article a été écrit par Chris Tolve, et la source originale se trouve ici:

https://spacechannel.com/how-the-government-got-duped-by-ufo-enthusiasts/?s=09

Les éléments fournis ne permettent pas d’affirmer ou de contester le phénomène OVNI / UFO, mais il met en relief les différents intervenants de l’affaire qui occupe une bonne partie de l’Amérique, comme du reste du monde.

Dans tous les cas, il fait ressortir le fait que l’on a affaire à un ensemble de personnages qui tournent – depuis une cinquantaine d’année pour certains – dans les méandres du complotisme, de la parapsychologie, de l’ufologie, et cela d’une manière assez peu scientifique, même si certains peuvent revendiquer ce titre.

A la lecture de cet article, on pourra dire avec raison que Le Phénomène n’en sort pas grandi ; c’est dommage pour les témoins, qui ont sans doute rapporté des choses sincères, que cela soit dans le cadre des « Rencontres du Nimitz », ou Jack Krine.

Traduction

Par une nuit claire et étoilée dans la campagne du Nevada, un jeune garçon s’allonge sur un vieux matelas et regarde le ciel. Il a passé de nombreuses soirées dans les années 1940 et 1950 à s’émerveiller devant les fréquentes étoiles filantes et autres lumières au-dessus de lui, non masquées par la pollution lumineuse de sa petite ville minière d’environ 300 habitants. Des décennies plus tard, son émerveillement d’enfant pour l’espace s’est transformé en fascination pour les OVNI, et en tant que chef de la majorité au Sénat, il a été le fer de lance des efforts du gouvernement américain pour enquêter sur ce qu’on a appelé par euphémisme les phénomènes aériens non identifiés (PAN).

Le nom de ce garçon était Harry Reid

How the Government Got Duped by UFO enthusiasts
Harry Reid

« Harry, il y a quelque chose à laquelle tu dois assister. » Nous sommes en 1996, et la voix à l’autre bout du fil est celle de George Knapp, un journaliste d’investigation et ami de Reid. Il avait appelé pour inviter le sénateur du Nevada à une conférence sur les ovnis qui se tenait dans une tour de bureaux près de l’aéroport de Las Vegas. Le groupe croissant d’universitaires, d’ingénieurs, d’anciens responsables militaires, d’anciens astronautes, de scientifiques et, comme le dit Reid, « quelques énergumènes », qui s’était réuni périodiquement depuis l’année précédente, discutait ouvertement de la question de savoir si le gouvernement cachait un extraterrestre capturé ou un vaisseau spatial écrasé. Leur langage professionnel et scientifique a impressionné Reid, qui a secrètement assisté aux réunions au cours des années suivantes avant de présenter leurs idées directement au gouvernement fédéral. « J’étais accroché », se souviendra-t-il plus tard.

Qu’il le sache ou non, Reid avait été aspiré dans un monde souterrain bizarre de théories de la conspiration et d’enquêtes paranormales menées par des personnages hauts en couleur, dont un magnat de l’hôtellerie milliardaire, une star internationale du rock et un espion militaire. Knapp a servi d’intermédiaire entre eux et le sénateur, et ensemble ils ont fait passer les OVNIs par le circuit médiatique, les salles du Congrès et l’imagination du public, pour aboutir au rapport du Pentagone du mois dernier.

How the Government Got Duped by UFO enthusiasts
George Knapp

Né dans le New Jersey et élevé en Californie du Nord, George Knapp a commencé sa carrière de journaliste en 1979, lorsqu’il est arrivé à Las Vegas. Il a travaillé comme caméraman et assistant de production à KLVX-TV Channel 10, puis a été embauché comme reporter à KLAS-TV deux ans plus tard. Grâce à son attitude « qui leur donne du fil à retordre », son sens de l’humour sardonique et sa moustache caractéristique, il est rapidement devenu l’un des présentateurs les plus populaires de la ville. Un jour, lorsqu’un chercheur sur les ovnis entre dans le bureau et dépose une pile de documents sur le bureau d’un autre journaliste, il est refoulé. Knapp, cependant, s’y intéresse et commence sa plongée dans le monde des extraterrestres et des dissimulations gouvernementales.

Un WHISTLEBLOWER NOMME « DENNIS »

La carrière de Knapp a pris un tournant étrange le 24 mai 1989, lorsqu’il s’est assis pour une interview en direct avec un dénonciateur du gouvernement nommé Dennis. Il a raconté des histoires de soucoupes volantes, de réacteurs antimatière et d’autres technologies extraterrestres censées être cachées dans la zone 51, la base militaire secrète où il prétendait avoir travaillé comme scientifique. Des mois plus tard, il a révélé sa véritable identité : Bob Lazar. Des extraits de l’interview ont été diffusés dans six pays européens et au Japon, renforçant ainsi son statut légendaire dans le monde des ovnis. Après s’être tu pendant de nombreuses années, il a récemment émergé pour promouvoir un documentaire Netflix sur sa vie, avec George Knapp, et pour apparaître sur le podcast très populaire de Joe Rogan.

How the Government Got Duped by UFO enthusiasts
Bob Lazar

Il y a plusieurs problèmes avec l’histoire de Lazar. Bien qu’il prétende avoir obtenu des diplômes en physique du MIT et en technologie électronique de Caltech, aucune de ces deux universités n’a de trace de sa présence ou de son diplôme. Il a également affirmé que le vaisseau spatial de la zone 51 se déplaçait grâce à un mystérieux élément 115, qui générait des ondes gravitationnelles pouvant créer un mouvement artificiel dans n’importe quelle direction. Mais lorsque des scientifiques russes ont synthétisé l’élément correspondant au 115e emplacement du tableau périodique en 2003, le nommant Moscovium, ils ont découvert qu’il avait une demi-vie de 0,65 seconde, bien trop instable pour servir de carburant à quoi que ce soit, et encore moins à un vaisseau spatial. En dehors des tasses à café OVNI vendues sur le site Web de sa société pour 15 dollars, il n’existe aucune preuve de l’existence d’une telle technologie extraterrestre, ni que Lazar n’ait jamais mis les pieds dans la zone 51.

Mais Knapp n’a jamais abandonné. Trois décennies plus tard, il parle toujours des ovnis et a suggéré que les vidéos des pilotes de la Navy publiées en 2017 confirment les affirmations de Lazar.

Note Personnelle: J’ajoute aussi que Lazar n’a fourni aucune explication dans ses vidéos qui a la moindre approche scientifique, car on voit dès le début qu’il maitrise à peine les bases scolaires de la science des particules, et qu’aucun de ses discours n’a une approche structurée que l’on attendrait de la part d’un ingénieur.

LE MILLIARDAIRE

Son interview de 1989 a attiré l’attention d’un magnat de l’hôtellerie qui disposait d’une grosse somme d’argent à investir dans des projets OVNI. Robert Bigelow, propriétaire de Budget Suites of America dans le Nevada, s’intéresse aux extraterrestres depuis que ses grands-parents lui ont raconté des histoires de leurs propres rencontres avec des OVNIs lorsqu’il était enfant. Il a rapidement rencontré Lazar, a cru en son histoire et a commencé à traîner avec lui dans le désert du Nevada.

Bigelow a également financé les « recherches » de Bud Hopkins, le fondateur du mouvement des enlèvements d’extraterrestres, qui croyait que les extraterrestres se croisaient avec les humains, et de John Mack, un psychiatre de Harvard qui est tombé dans le discrédit après avoir soutiré des récits d’enlèvements à ses patients par hypnose. Mais il n’a pas fallu longtemps pour qu’un autre objet brillant attire l’attention de Bigelow.

Le 30 juin 1996, le Deseret News a publié un article sur un ranch de 480 acres dans le comté d’Uintah, dans l’Utah, où Terry et Gwen Sherman ont été témoins d’événements inexplicables pendant plus d’un an, depuis qu’ils se sont installés dans leur nouvelle maison. En plus des OVNIs typiques aux formes et aux lumières variées, eux et leurs enfants ont attesté avoir été témoins de voix désincarnées parlant des langues étranges, de bétail disparu ou mutilé, et d’impressions parfaitement circulaires dans l’herbe sur le ranch et à proximité. Bigelow a acheté le ranch trois mois plus tard. Il créa le National Institute for Discovery Science (NIDS), engagea une équipe de chercheurs et installa des équipements de surveillance dans toute la propriété, qui allait être connue sous le nom de Skinwalker Ranch. Ils se sont immédiatement mis au travail.

Skinwalker Ranch

La liste des phénomènes étranges s’est allongée : un loup invincible et mystérieusement disparu, une bête rousse qui disparaît, un monstre invisible et rugissant ressemblant à l’extraterrestre du film Predator, des Bigfoots de deux mètres de haut, le bruit de machines lourdes sous la terre, des orbes bleus volants, des apparitions dans la maison familiale, des créatures sombres regardant à travers les fenêtres, des cauchemars identiques, des odeurs désagréables et des lumières aveuglantes. Tout cela, cependant, n’a été vécu que par les Sherman ou quelques voisins. Bigelow voulait des preuves.

L’équipe du NIDS a affirmé avoir vu les orbes bleues décrites par les Sherman, ainsi que d’autres phénomènes aériens anormaux, mais n’a pas réussi à les photographier ou à les documenter. Selon eux, s’ils installaient des caméras et du personnel dans une partie du ranch, l’activité apparaissait dans une autre. Dans un cas, une installation de caméra a été retrouvée déchiquetée. Les employés ont commencé à croire qu’une « intelligence sensible pré-cognitive » était présente au ranch.

Malgré quelques histoires extravagantes racontées par des membres du personnel, l’enquête n’a révélé aucune preuve matérielle significative et le NIDS a été dissous en 2004. Avant de le fermer, Bigelow a permis à George Knapp d’accéder au ranch et à ses chercheurs, qui avaient été autrement fermés aux observateurs extérieurs, et en 2005, il a coécrit un livre, Hunt for the Skinwalker, avec le biochimiste Colm Kelleher, qui avait travaillé pour le NIDS et a affirmé avoir vu une créature humanoïde aux yeux jaunes observant l’équipe du haut d’un arbre. « C’était comme si quelqu’un avait commandé une pizza de l’étrangeté avec tout ce qu’il y avait dessus », écrit Knapp.

Le Conseil Scientifique dans lequel on retrouve – évidemment – l’inusable Jacques Vallée

Le conseil consultatif du NIDS comprenait des personnes qui avaient un passé de pseudo-science et de paranormal et qui allaient jouer un rôle clé dans les enquêtes ultérieures sur les ovnis. L’un d’entre eux était Hal Puthoff, un ancien scientifique et ingénieur électricien qui a dirigé un programme financé par la CIA/DIA dans les années 1970 et 1980, appelé Projet Stargate. Sa mission ? Mener des expériences sur les pouvoirs psychiques en vue d’un espionnage potentiel contre l’Union soviétique. Un rapport confidentiel affirmant que les Soviétiques avaient investi dans la perception extrasensorielle et la psychokinésie avait semé la panique dans les communautés militaires et du renseignement, et Stargate était leur réponse. Le programme a été un échec total.

How the Government Got Duped by UFO enthusiasts
Hal Puthoff

Puthoff s’est fait le champion du célèbre tordeur de cuillères Uri Geller, coqueluche des amateurs de perception extrasensorielle, qui a gagné des millions en faisant de la « prospection psychique » pour des compagnies pétrolières et minières et qui a été traité d’escroc par des magiciens de scène. L’ancien astronaute et chercheur en paranormal Edgar D. Mitchell, qui a supervisé certains des tests de Geller, a également siégé au conseil d’administration du NIDS.

Entouré de personnes comme Puthoff au Skinwalker Ranch, le site supposé de portails vers des dimensions alternatives, Bigelow est sans surprise devenu perméable à des idées plus paranormales que l’ovni typique. En 2017, il a déclaré à 60 Minutes que les extraterrestres étaient déjà là, « juste sous notre nez ». En janvier de cette année, il a suggéré que des extraterrestres « sosies » pourraient se cacher « parmi la population » et lorsqu’on lui a demandé si des « esprits » comme ceux trouvés au ranch sont aussi parmi nous, il a répondu : « ils le sont absolument. »

La recherche de phénomènes aussi étranges ne s’est pas arrêtée à Skinwalker. Après avoir fermé boutique au ranch, Bigelow exploite une connexion qu’il a établie dès 1996. Cette année-là, l’homme d’affaires républicain a rencontré un sénateur démocrate qui avait été invité à une conférence sur les OVNI organisée par le tout nouveau NIDS dans une tour de bureaux près de l’aéroport de Las Vegas.

How the Government Got Duped by UFO enthusiasts
Harry Reid

Harry Reid s’est lié d’amitié avec Bigelow, qui est devenu un donateur régulier de ses campagnes de réélection, versant au moins 10 000 dollars entre 1998 et 2008. Il pensait que Bigelow était « brillant ». Apparemment, un scientifique de la Defense Intelligence Agency (DIA) était d’accord. À un moment donné, le scientifique a envoyé une lettre à Bigelow pour lui faire part de son intérêt pour le ranch, et après l’avoir rencontré, Reid a décidé que le gouvernement devait s’impliquer dans le domaine des OVNI.

« Eh bien, si vous étiez moi, que diriez-vous aux personnes au pouvoir au Sénat des États-Unis qui ont un contrôle énorme sur les dépenses de l’argent de la défense ? ». Reid a demandé au scientifique.

« Ce que je vais faire, c’est préparer quelque chose pour vous que n’importe qui peut regarder, c’est strictement scientifique », a-t-il répondu, selon Reid.

L’ESPION

Ils ont mis au point le programme d’applications avancées de systèmes d’armes aérospatiales (AAWSAP), un programme secret de la DIA qui a rapidement évolué vers le programme d’identification avancée des menaces aériennes (AATIP).

Depuis, l’AAWSAP et l’AATIP sont entourés de mystère et de confusion. Ensemble, les programmes ont débuté en 2007 et ont épuisé leur financement en 2012. Leur budget total était de 22 millions de dollars. Lorsque le New York Times a révélé l’existence de l’AATIP en 2017, il a rapporté deux faits qui seraient plus tard contestés par le Pentagone, les fonctionnaires concernés et les documents déclassifiés : (1) que le but du programme était d’étudier les ovnis, et (2) qu’un ancien fonctionnaire de la défense et espion nommé Luis Elizondo dirigeait le programme.

How the Government Got Duped by UFO enthusiasts
Luis Elizondo

En janvier 2019, 38 rapports produits par le programme ont été publiés via une demande de FOIA, révélant qu’aucun de leurs titres ne comportait quoi que ce soit mentionnant les ovnis ou les UAP. Quelques mois plus tard, le porte-parole du Pentagone Christopher Sherwood a déclaré au New York Post que l’AATIP enquêtait bel et bien sur les UAP. La même année, la déclaration de Sherwood a été contredite par un autre porte-parole du Pentagone, Susan Gough, qui a déclaré à The Black Vault que ni l’AAWSAP ni l’AATIP n’étaient liés aux UAP, ajoutant que « le but de l’AATIP était d’enquêter sur les applications des systèmes d’armes aérospatiaux avancés étrangers avec des projections technologiques futures sur les 40 prochaines années, et de créer un centre d’expertise sur les technologies aérospatiales avancées. »

Interrogé par le journaliste au sujet de cette divergence, M. Gough a répondu :  » à l’époque, M. Sherwood répétait les informations qui avaient été fournies par un précédent porte-parole environ deux ans auparavant. Cet ancien porte-parole ne fait plus partie de mon organisation, et je ne peux pas commenter la raison pour laquelle l’explication de cette personne sur l’AATIP incluait le fait qu’elle avait examiné des événements anormaux. »

Pour compliquer encore les choses, Harry Reid et Luis Elizondo, l’ancien fonctionnaire du Pentagone qui prétend avoir dirigé le programme AATIP, maintiennent tous deux que le programme a bel et bien enquêté sur les ovnis et les UAP. Fait remarquable, bien qu’il ait été présenté dans toute la sphère médiatique par le New York Times, le Washington Post et presque toutes les grandes chaînes d’information par câble comme une source crédible sur le sujet, rien ne prouve qu’Elizondo ait jamais travaillé pour l’AATIP ou tout autre programme gouvernemental sur les ovnis, et encore moins qu’il l’ait dirigé.

Note Personnelle : Toutefois le temps a donné faveur à L.E, de nombreux éléments montrant qu’il a effectivement dirigé l’AATIP; il a d’ailleurs poursuivi le gouvernement Américain en justice pour ces différentes déclarations, et la suppression de ses courriels, alors que d’autres courriels citant son nom son apparus par la suite.

Après avoir rencontré en 2007 le scientifique de la DIA, curieux du ranch Skinwalker, Reid a approché deux de ses amis au Sénat, le républicain Ted Stevens et le démocrate Daniel Inouye, tous deux présidents de commissions influentes, pour leur soumettre sa proposition de programme. Selon Reid, la source de la DIA l’a habillée en « langage scientifique » et le petit crédit a été glissé dans le budget de la défense avant que quiconque ne le remarque. « Ce que nous avons décidé de faire – ce serait de l’argent noir, nous n’aurions pas un grand débat sur le plancher du Sénat à ce sujet », a-t-il dit. « … Le but était d’étudier les phénomènes aériens. »

ÉTUDES SPATIALES AVANCÉES DE BIGELOW AEROSPACE (BAASS)

Le contrat pour le programme est allé, sans surprise, au vieil ami de Reid et donateur de sa campagne, Robert Bigelow. Il est le seul soumissionnaire, et sa nouvelle société, Bigelow Aerospace Advanced Space Studies (BAASS), se met au travail pour étudier les OVNI et les phénomènes paranormaux. Seulement, cette fois, c’est le gouvernement fédéral des États-Unis qui s’en charge.

Robert Bigelow

Bigelow a emmené ses amis du Ranch Skinwalker. Colm Kelleher, Hal Puthoff, Eric Davis et Jacques Vallée sont tous passés du NIDS au BAASS, et la société de Puthoff, EarthTech International, a produit les 38 rapports concluant les résultats de l’étude. Ils comprenaient des titres aussi farfelus que « Invisibility Cloaking », « Warp Drive, Dark Energy and the Manipulation of Extra Dimensions » et « Traversable Wormholes, Stargates and Negative Energy ». L’un des rapports intitulé « Field Effects on Biological Tissues » a été rédigé par Christopher (Kit) Green, un médecin qui a travaillé pour la CIA sur ce qui allait devenir le projet Stargate.

BAASS a également sous-traité une partie du travail au Mutual UFO Network (MUFON), un organisme à but non lucratif qui recueille et enquête sur les rapports d’ovnis. Pendant moins d’un an, Bigelow a versé 312 000 dollars à MUFON pour envoyer des enquêteurs en mission d’enquête et partager des données, sans toutefois révéler qu’il lui donnait des fonds du Pentagone.

Bigelow n’a pas cherché à dissimuler le type de travail qu’il effectuait. En septembre 2008, il est apparu dans l’émission de George Knapp, Coast to Coast AM, et a annoncé la création de BAASS, expliquant que l’objectif de la société serait de trouver des technologies s’apparentant aux méthodes de propulsion des ovnis. « Nous aimerions trouver quelque chose qui lévite », a-t-il déclaré. À un moment donné, le site Web de la FAA a même renvoyé les personnes ayant observé des ovnis directement à Bigelow Aerospace.

Le PATIA a eu ses sceptiques dès le début. « J’ai pensé que c’était un peu bizarre à l’époque », a déclaré un ancien haut fonctionnaire du renseignement à Politico. « … Je craignais que l’argent ne soit acheminé par son intermédiaire à quelqu’un d’autre qui était un associé d’Harry Reid. Tout le cercle était un peu bizarre. »

En 2012, le programme n’ayant produit aucune valeur pratique, le Congrès avait laissé l’AATIP mourir d’une « mort lente », selon les termes d’un ancien membre du personnel de la même source. Rétrospectivement, l’image qui se dessine est celle d’un Pentagone ayant l’impression que son argent était dépensé pour la recherche sur la sécurité nationale, et d’un milliardaire bien branché utilisant cet argent, pas si subtilement, pour légitimer son obsession des extraterrestres interdimensionnels.

Le rôle éventuel d’Elizondo dans l’AATIP n’est pas clair. Quoi qu’il en soit, il a quitté son poste au ministère de la Défense en 2017 et a sauté dans le secteur privé, où il a été accueilli à bras ouverts par nul autre que l’ancien chanteur et guitariste de Blink-182 : Tom DeLonge.

La ROCK STAR

How the Government Got Duped by UFO enthusiasts
Tom DeLonge

Dans une rue de San Diego bordée d’un côté de boutiques de surf et de skate et de l’autre de restaurants de tacos de poisson, un immeuble de bureaux abrite le siège de la To the Stars Academy of Arts and Science (TTSA). DeLonge, son fondateur et PDG, a créé l’entreprise en 2017 en tant que conglomérat de recherche et de divertissement de pointe, avec pour mission déclarée de « donner du pouvoir aux nouvelles découvertes scientifiques et de communiquer des idées avant-gardistes. » En termes moins abstraits, elle étudie et promeut les ovnis.

En plus de faire du patin à roulettes, d’écouter du punk rock et de se faire pourchasser par des agents de sécurité, un autre des passe-temps de l’adolescent DeLonge était de faire des recherches sur les ovnis. Dans sa carrière artistique, cette passion secondaire s’est infiltrée dans son travail avec des chansons comme « Aliens Exist » et des romans comme Sekret Machines Book 1 : Chasing Shadows, dans lequel le gouvernement est en possession d’une technologie extraterrestre secrète depuis des décennies. Mais après avoir rompu avec son groupe en 2015, il a laissé derrière lui les spectacles dans les stades bondés et a plongé sur scène dans l’ufologie la tête la première.

Et il est depuis devenu le plus grand chercheur américain sur les ovnis. Il a même eu de multiples réunions secrètes avec John Podesta, plus connu pour avoir été chef de cabinet de l’administration Clinton et conseiller du président Obama que pour être un fervent adepte des ovnis, vraisemblablement pour s’extasier sur les extraterrestres.

L’imagination de DeLonge l’emmène cependant loin de l’ufologie typique. « Nous avons tellement de formes de vie qui interagissent avec nous et dont nous n’avons même pas connaissance. Pas seulement les ovnis, mais aussi des choses comme les fantômes et Bigfoot », a-t-il déclaré dans une interview. « L’univers est fondamentalement cet esprit géant – comme l’esprit de Dieu – avec des trillions de fréquences de pensée empilées. »

Nerveux, hein ? Le chanteur punk s’intégrerait parfaitement au Ranch Skinwalker. Il n’est donc pas surprenant que Hal Puthoff, qui est passé du projet Stargate au NIDS puis au BAASS, soit maintenant le co-fondateur de TTSA et le vice-président des sciences et technologies. Il n’est pas non plus choquant que Colm Kelleher, le chercheur de NIDS et co-auteur de Hunt for the Skinwalker, ait été le consultant en biotechnologie de TTSA. Il n’est pas non plus particulièrement étonnant que la maison d’édition de la TTSA, Interstellar, ait publié l’autobiographie de Bob Lazar.

La TTSA était donc l’endroit idéal pour Elizondo. Depuis qu’il a séduit les médias d’information en 2017, il a été l’un des plus ardents défenseurs de l’hypothèse extraterrestre concernant les vidéos d’ovnis de la Marine et a même suggéré qu’ils pourraient être d’origine « extradimensionnelle ». Dans un clin d’œil tout à fait explicite à Skinwalker, il a déclaré au journaliste Matt Farwell que les personnes ayant vécu des rencontres rapprochées avec des ovnis pouvaient souffrir d' »effets biologiques », puis a relayé l’histoire de la colocataire d’un officier d’état-major du DoD ayant vécu des phénomènes de poltergeist, avec des livres s’envolant des étagères. Il a été engagé comme directeur de la sécurité mondiale et des programmes spéciaux pour la TTSA, mais son expertise était loin d’être son atout le plus précieux.

Lorsque Elizondo a fait part de sa connaissance de l’existence de l’AATIP à l’équipe de DeLong à la TTSA, Chris Mellon, un investisseur et ancien fonctionnaire de la défense, a eu une idée. Il a contacté Leslie Kean, une journaliste et une passionnée d’OVNI qu’il avait rencontrée à UFODATA, une organisation de recherche sur les OVNI dont ils sont tous deux membres du conseil d’administration. Il pensait qu’elle pourrait aider à mettre l’histoire sous les projecteurs.

How the Government Got Duped by UFO enthusiasts
Leslie Kean

Kean a l’habitude de flirter avec le côté bizarre de l’ufologie, c’est le moins que l’on puisse dire. En 2010, elle a écrit un livre, qui a fait l’objet d’une critique favorable de Hal Puthoff et d’une préface de John Podesta, dans lequel elle décrit de nombreuses observations d’OVNI « inexpliquées », en ignorant les preuves qui pourraient contredire ses croyances. Au moment de la publication du livre, elle fréquentait les cercles d’ovnis depuis plus de dix ans et entretenait une relation amoureuse avec Bud Hopkins, le fondateur du mouvement des enlèvements d’extraterrestres dont Bigelow a financé les recherches dans les années 1990.

Le 4 octobre 2017, la TTSA a rencontré Kean, qui a ensuite contacté Ralph Blumenthal, un journaliste retraité du New York Times qui travaillait sur une biographie de John Mack, le collègue de Hopkins, et l’avait déjà rencontrée dans des groupes d’enlèvements d’extraterrestres. Il a appelé le Times, a présenté l’histoire d’Elizondo, et le reste appartient à l’histoire.

ALORS, QU’EST-CE QU’ON FAIT DES OVNI ?

Le rapport UAP du Pentagone, produit par la Task Force UAP, elle-même produite par le Congrès, sous la pression des médias et du public suite à l’article en première page du Times, a déclaré ne pas pouvoir expliquer 143 des 144 cas en raison d’un manque de données. Le 144e a été attribué à un gros ballon météorologique qui s’est dégonflé.

Si la longueur de neuf pages est un indicateur, les auteurs du rapport l’ont probablement rédigé à la hâte, avec un budget serré. Cela expliquerait également pourquoi ils ont apparemment ignoré le travail d’enquêteurs civils comme Mick West, qui a proposé des explications naturelles plausibles des vidéos capturées par les pilotes de la Navy. Selon son analyse, le comportement anormal des ovnis observés dans les trois vidéos les plus célèbres – « FLIR », « GIMBAL » et « GOFAST » – peut être expliqué par des changements de types de caméras, la diffraction, l’effet de parallaxe et d’autres réponses qui sont sèches comme du caoutchouc par rapport aux soucoupes volantes et aux êtres spatiaux inter dimensionnels.

How the Government Got Duped by UFO enthusiasts
Mick West

J’ai demandé à West comment, compte tenu de leur formation et de leur expérience approfondie, les pilotes de la Marine pouvaient être déroutés par quelque chose de si clair pour lui. Il m’a répondu qu’étant donné les millions d’expériences qu’ils ont vécues, une certaine fraction des observations tombe inévitablement dans ce qu’il appelle la « zone de faible information », c’est-à-dire l’ensemble des circonstances dans lesquelles un phénomène ne peut être identifié. Les enquêtes comme celle du groupe de travail UAP ont un biais de sélection pour de tels événements, et elles finissent par regrouper des phénomènes disparates dans la catégorie unique et illusoire des « OVNI ». À un niveau plus fondamental, les pilotes, en vertu de leur humanité, sont des créatures faillibles. Ils font des erreurs, comme nous tous. J. Allen Hynek, le célèbre ufologue et astronome qui a inspiré Rencontres du troisième type et a été consultant pour le projet Bluebook, l’enquête de l’armée de l’air américaine sur les OVNIs de 1952 à 1969, a admis à quel point les témoignages des pilotes pouvaient être peu fiables. Dans son livre de 1977, The Hynek UFO Report, il remarque : « Étonnamment, les pilotes commerciaux et militaires semblent faire des témoins relativement médiocres. » Même le rapport de l’UAP suggérait que certains des cas pouvaient être attribuables à des « perceptions erronées des observateurs. »

Allen Hynek

Indépendamment de l’ambiguïté qui entoure chaque rencontre d’ovni, il n’en reste pas moins que le réseau d’individus investis dans leur promotion n’est pas simplement agnostique ; ils affirment savoir que les vidéos, les photographies et les témoignages diffusés ne sont pas seulement spectaculaires, mais qu’ils constituent probablement la preuve d’une vie extraterrestre, voire d’une activité paranormale.

« Avec le rapport UAP, je pense que ce à quoi nous assistons est vraiment une campagne de relations publiques menée par des personnes intéressées à obtenir la divulgation par le gouvernement de ce qu’il sait sur les ovnis », a déclaré West. « … Je dirais que c’est essentiellement le même genre de choses qui se sont produites auparavant, sauf qu’elles ont été amplifiées via une campagne bien orchestrée par les partisans des ovnis qui ont hérité de l’héritage de Bigelow au sein du gouvernement. »

How the Government Got Duped by UFO enthusiasts
Kate Dorsch

Kate Dorsch, historienne des sciences à l’Université de Pennsylvanie qui étudie les OVNIs, a fait écho au sentiment de West. « Il s’avère qu’historiquement, la principale force motrice derrière une grande partie de la narration a toujours été juste une poignée de personnages qui ont écrit quelques livres importants et perpétué les histoires des autres« , a-t-elle déclaré. « Je ne pense pas que les observations de la marine aient quelque chose de spécial. … Je pense que les personnes qui s’occupent de leurs relations publiques font très bien leur travail. »

Bien que la plupart des médias aient fidèlement accepté les histoires racontées par Knapp, Bigelow, Reid, Elizondo et DeLonge, des voix dissidentes se sont fait entendre. Une équipe de choc de chercheurs indépendants, dont beaucoup d’ufologues devenus sceptiques, comprend West, Jason Colavito, Robert Sheaffer, John Greenewald, Jr. et d’autres.

Seul le temps dira quel camp l’emportera.

Comme l’a dit un jour Arthur C. Clarke, « le phénomène des ovnis ne dit rien sur la présence de l’intelligence dans l’espace. Il montre simplement à quel point elle est rare ici sur la Terre. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *