Comment les croyants au paranormal ont donnés naissance à la nouvelle chasse aux ovnis du Pentagone

https://www.military.com/daily-news/2022/03/07/how-believers-paranormal-birthed-pentagons-new-hunt-ufos.html

Le 7 Mar 2022 – Military.com | Par Travis Tritten

Dans l’Oregon, un homme a déclaré que sa santé s’est détériorée après qu’un orbe bleu lumineux a traversé son corps. En Californie, une famille a signalé la présence de lumières étranges et d’une silhouette grise aux jambes grêles dans son verger. Une créature ressemblant à un loup-garou aurait rôdé autour de maisons de la banlieue de Virginie.

Ces trois incidents ont été étudiés dans le cadre d’un programme secret du Pentagone sur les OVNIs. Le programme, sous contrat avec la Defense Intelligence Agency, a sondé le lien entre les objets volants et le paranormal pendant deux ans, selon les hommes qui le dirigeaient.

C’était le début d’un effort de plusieurs années de la part des défenseurs des ovnis, qui a finalement conduit le Congrès à adopter une loi en décembre 2021 ordonnant au Pentagone de passer les quatre années suivantes à enquêter sur les objets volants non identifiés.

Le nouveau bureau du Pentagone pour les phénomènes aériens non identifiés, ou UAP, a de profondes racines dans le paranormal. Derrière le discours de Washington sur les menaces de la Chine et de la Russie, il y a la conviction, parmi les défenseurs, que les objets étranges aperçus par les troupes et les équipements militaires font partie d’un phénomène mystérieux qui remonte à plusieurs décennies, voire à toute l’histoire de l’humanité.

Au fur et à mesure que les stigmates de la discussion sur les soucoupes volantes se dissipent et que les liens avec l’armée se généralisent, certains sont devenus plus ouverts à ces croyances.

Les gens disent : « Nous n’allons examiner que les machines volantes. Eh bien, vous feriez mieux de venir avec beaucoup de physique. C’est beaucoup plus avancé que ce dont nous sommes capables aujourd’hui », a déclaré James Lacatski, un officier de renseignement de la DIA aujourd’hui à la retraite, qui a mis en place le programme OVNI qui a duré de 2008 à 2010. « Et puis il y en a d’autres qui disent : ‘Eh bien, ce ne sont rien de plus que des fantômes. Ils font partie du monde paranormal.

« Non, ils sont un hybride des deux », a-t-il dit.

Lacatski, un homme à lunettes qu’un collègue a décrit comme un spécialiste des fusées, a commencé ses recherches dès sa sortie de l’université sur les missiles et les armes à énergie dirigée comme les lasers. Au début des années 2000, il a dirigé l’évaluation annuelle de la menace des missiles de la DIA. À l’origine, il a commencé ses recherches parce qu’il craignait que les ovnis ne constituent une menace pour la sécurité nationale, notamment pour les systèmes de défense antimissile américains.

« Vous savez ce qu’il y avait sur Internet à l’époque, cela ressemblait à de la technologie avancée », a déclaré M. Lacatski. J’ai dit : « Je suis intéressé. Nous devons faire quelque chose à ce sujet si c’est vrai ». J’en ai parlé à ma direction, et c’est parti de là. »

Les travaux ultérieurs de M. Lacatski ont permis de mettre au jour le cas de pilotes de chasse de la marine du groupe d’attaque USS Nimitz qui ont vu un mystérieux objet volant en forme de « Tic-Tac » s’envoler pendant un entraînement dans le Pacifique. L’incident et les témoignages sont devenus des preuves essentielles après leur fuite en 2017, utilisées par d’anciens responsables du Pentagone et de la CIA pour inciter le gouvernement à prendre les ovnis au sérieux.

Leur effort a poussé la question des ovnis de manière cruciale, ce qui a finalement convaincu les législateurs que quelque chose devait être fait.

« Je me fiche de ce que tout le monde dit, c’est l’histoire du millénaire et il faut en parler », a déclaré Jim Semivan, un officier retraité de la Direction des opérations de la CIA qui a cofondé To the Stars Inc, un groupe qui a aidé à exposer et à rendre publiques les trois vidéos de la Marine en 2017 qui ont contribué à susciter la réaction à Washington.

Au début

Le programme OVNI inhabituel du Pentagone fait écho à des programmes classifiés de la DIA et de la CIA dans les années 1970 et 1980, qui visaient à déterminer si les médiums humains pouvaient utiliser le pouvoir de leur esprit, appelé vision à distance, pour espionner les Soviétiques et d’autres adversaires étrangers à distance.

Note de Toledo : Un des acteurs notables de cette affaire était Harold Puthoff

Les premiers programmes ont duré 25 ans et ont fait l’objet d’un livre de non-fiction intitulé « The Men Who Stare at Goats » (Les hommes qui regardent les chèvres), qui a fait l’objet d’un film de fiction en 2009. Les programmes ont finalement pris fin en 1995 et ont été jugés inefficaces pour les opérations de renseignement, selon la Federation of American Scientists.

Pour le programme OVNI, Lacatski travaillait en étroite collaboration avec Colm Kelleher, un contractant qui dirigeait ses opérations quotidiennes.

Kelleher a été formé en Irlande comme biochimiste et chercheur en cancérologie et parle avec les restes d’un accent irlandais. Il a passé des années à travailler pour Robert Bigelow, un riche magnat de l’immobilier de Las Vegas et propriétaire d’une entreprise aérospatiale qui s’intéresse de près aux OVNIs et à la vie après la mort. Kelleher et Bigelow avaient déjà une histoire d’enquête sur les OVNIs et les phénomènes paranormaux, et Bigelow Aerospace Advanced Space Studies était l’entrepreneur principal du programme DIA, officiellement appelé Advanced Aerospace Weapon System Applications Program, ou AAWSAP.

Lacatski et Kelleher ont raconté leur travail dans des interviews avec Military.com, après avoir publié un livre sur le programme, « Skinwalkers at the Pentagon« , qui a été autorisé par le ministère de la Défense.

Les deux hommes étaient des fans du programme de vision à distance et utilisaient dans leur livre un pseudonyme qui était un clin d’œil à l’un des médiums de ce groupe.

Par un concours de circonstances, l’une des plus grandes affaires d’OVNI de l’histoire a littéralement franchi la porte dès les premiers jours de la nouvelle initiative sur les OVNI. L’existence du programme, financé avec des fonds hors budget publique, autorisés par feu le sénateur Harry Reid, a été rapportée pour la première fois par le New York Times en 2017, bien que le journal ait largement laissé de côté la recherche paranormale et ait confondu le travail de la DIA avec un programme ultérieur.

C’était au début de l’année 2008, juste au moment où l’AAWSAP démarrait, et Kelleher faisait passer des entretiens à des candidats au poste de gestionnaire de programme dans un bureau de Las Vegas.

Un pilote de chasse F/A-18 Hornet du Corps des Marines qui cherchait un emploi a raconté une histoire incroyable.

« À la toute fin de l’entretien, il m’a raconté qu’il avait fait partie du Nimitz Carrier Strike Group », raconte M. Kelleher. « Et bien sûr, j’ai immédiatement réagi parce que je veux dire, c’était assez intéressant. »

L’histoire du pilote des Marines est maintenant largement connue. Des pilotes et des membres d’équipage ont signalé avoir repéré des objets inhabituels sur le radar dans une zone d’entraînement militaire au large de la Californie en 2004. Une vidéo infrarouge prétend montrer l’un d’eux en train de disparaître rapidement du champ de vision.

Le commandant Dave Fravor, un pilote de la marine qui a décrit publiquement les épisodes en 2017, a déclaré qu’il avait été appelé à enquêter et qu’il avait rencontré un objet blanc oblong qui volait sans système de propulsion ni ailes visibles. L’objet a reflété son vol avant de disparaître sous ses yeux. Une partie de son récit a été confirmée par le Lt. Cmdr. Alex Dietrich, un pilote junior à l’époque, qui a dit avoir vu l’objet pendant environ 10 secondes.

Fravor a déclaré dans des interviews qu’il pensait que l’objet n’était « pas de ce monde », ce qui a alimenté les spéculations.

« Certains des pilotes impliqués dans cette affaire étaient en fait en train d’informer les membres de la commission des services armés du Sénat et les membres de la commission du renseignement du Sénat », a déclaré Kelleher à propos de l’impact que l’incident du Nimitz aurait des années plus tard.

« Donc, il a été considéré comme une sorte de cas sentinelle où la crédibilité du soi-disant phénomène OVNI a été présenté à un très haut niveau au Capitole. »

Au début de l’année 2009, Lacatski et Kelleher ont envoyé un marin qu’ils ont décrit comme étant un ingénieur senior dans le renseignement naval, pour une enquête de quatre mois et demi sur les témoins et les preuves dans l’affaire Nimitz. Ce travail est resté secret pendant des années avant d’être divulgué par d’autres.

Après l’enquête sur l’affaire Nimitz, le marin et deux Marines ont été envoyés dans une propriété de l’Utah connue sous le nom de Skinwalker Ranch, où Bigelow, le propriétaire, avait financé ses propres recherches privées sur les OVNI et les activités paranormales au cours de la décennie précédente.

Skinwalker s’étend sur un peu plus de 500 hectares de steppe près de la ville de Ballard, dans le nord-est de l’Utah. Il a longtemps été un épicentre présumé d’événements étranges, remontant aux récits de la tribu amérindienne Ute et du peuple Navajo, qui croient en des sorcières malveillantes appelées skinwalkers, capables de se transformer en créatures ressemblant à des animaux.

Le ranch sera plus tard le sujet d’une émission de télé-réalité sur le paranormal, sous un autre propriétaire.

Les trois militaires en service actif, dont les identités ont été dissimulées par les chercheurs et le ministère de la Défense, auraient été témoins d’un vide noir sur le terrain qui les aurait remplis de peur. Lacatski et Kelleher affirment que les hommes ont été victimes d’activités paranormales après avoir quitté le ranch et être retournés chez eux dans la région de Washington, D.C., comme des orbes, des silhouettes sombres dans les chambres la nuit et des bruits étranges.

La femme et les deux enfants adolescents du marin qui a enquêté sur l’incident du Nimitz ont affirmé avoir vu une créature ressemblant à un loup qui marchait sur deux pattes arrière regarder fixement dans leur maison de Virginie à deux reprises.

Military.com a demandé au Pentagone s’il pouvait confirmer les recherches paranormales. « Non », a été la réponse en un mot de Susan Gough, porte-parole du département pour les OVNIs. Elle a rappelé la clause de non-responsabilité figurant sur le livre de Lacatski et Kelleher, qui précise que l’autorisation de publication donnée par le ministère n’implique pas l’exactitude des faits.

Rendre public

Luis Elizondo, un vétéran de l’armée et ancien agent spécial du contre-espionnage, avec une coupe de cheveux haute et serrée et une bande rectangulaire de bouc, aimait son travail de « fumée et de miroirs » dans des endroits comme le Moyen-Orient et l’Afghanistan. Son père, un exilé cubain, a participé à l’invasion ratée de la baie des Cochons.

En 2008, Lacatski a rencontré Elizondo dans un bureau à Rosslyn, juste de l’autre côté du fleuve Potomac, à Washington, D.C. L’analyste de la DIA avait identifié Elizondo comme une recrue potentielle dans le programme de la DIA.

« Il m’a regardé très sérieusement et m’a dit, ‘Alors, que pensez-vous des OVNIs ?' ». Elizondo a déclaré dans une interview avec Military.com. « J’ai dit la vérité. J’ai dit que je n’y pensais pas. Il a dit : ‘Comment ça, vous n’y croyez pas ?’. J’ai répondu : ‘Je n’ai pas dit ça. Ce que j’ai dit, c’est que je n’y pense pas. »

Elizondo n’a pas fini par rejoindre Lacatski. Mais il a continué à diriger le plus petit programme interne du Pentagone sur les ovnis, créé lorsque le programme de la DIA a pris fin.

« Il n’était pas du tout impliqué dans Skinwalker, et c’était une décision consciente de le faire », a déclaré Elizondo. C’était une décision que nous devions prendre parce que certains « anticorps » du ministère de la Défense commençaient à s’inquiéter de l’orientation de l’AAWSAP et de ce qu’il faisait. »

L’enquête sur le « Tic-Tac » du Nimitz menée par l’équipe de Lacatski a été transférée à Elizondo, qui dirigeait alors ce que l’on appelait le programme d’identification des menaces aérospatiales avancées, ou AATIP.

Travaillant avec un « très, très petit groupe de personnes au Pentagone », Elizondo a découvert une autre série d’expériences militaires avec des OVNIs qui allaient constituer le deuxième élément de preuve crucial menant à la législation de décembre.

Des pilotes s’entraînant avec le porte-avions USS Theodore Roosevelt dans l’Atlantique entre 2014 et 2015 ont rapporté avoir capté — et parfois vu visuellement — des objets de façon quotidienne qui semblaient se déplacer à des vitesses extrêmement élevées et à des altitudes élevées. Lors d’une quasi-collision en plein vol, un pilote a déclaré avoir vu ce qui ressemblait à une sphère avec un cube à l’intérieur, selon le New York Times.

En 2017, Elizondo a déclaré qu’il essayait d’informer personnellement le secrétaire à la Défense de l’époque, Jim Mattis, au sujet des incidents, sans succès. Il a continué à informer le personnel de Mattis et a fait venir les pilotes et les opérateurs radar.

« Le problème était que personne ne voulait en parler au patron, et je pense, rétrospectivement étant 20/20, que le raisonnement était que c’est un homme qui est très respecté, c’est un homme en qui tout le monde a confiance », a-t-il dit. « Si nous l’informions du fait qu’il existe ces choses appelées UAP, ou dans le jargon OVNI, si un membre de la presse lui posait la question [à ce sujet], il devrait dire oui, et cela pourrait nuire à sa crédibilité. »

Malgré les récits et les vidéos compilés, les ovnis sont restés un sujet tabou pour beaucoup au sein du Pentagone.

Au lieu de cela, Elizondo s’est efforcé d’obtenir que les vidéos infrarouges des cockpits des rencontres de la Marine soient autorisées à être publiées. Il a ensuite quitté le Pentagone en signe de protestation et s’est révélé au public en tant que dénonciateur en 2017. Les trois vidéos ont été divulguées à Chris Mellon, ancien secrétaire adjoint à la défense chargé du renseignement, dans le parking du Pentagone.

Le New York Times a révélé l’histoire selon laquelle le Pentagone avait un programme d’OVNI en décembre 2017, avec Elizondo et Mellon comme sources clés. Au même moment, les deux hommes ont rejoint la société To the Stars, qui a publié conjointement avec le journal les vidéos des marines Nimitz et Roosevelt — provoquant une sensation mondiale qui ne s’est pas calmée.

 Qu’est-ce que la croyance a à voir avec ça ?

To the Stars était une nouvelle société créée dans l’espoir de faire connaître la croyance selon laquelle les ovnis sont un phénomène séculaire qui pourrait avoir une signification profonde pour la race humaine. Elle a été cofondée par Semivan, l’officier des opérations de la CIA, et Tom DeLonge, un musicien de rock et ancien leader du groupe Blink-182.

Elizondo et Mellon étaient les membres d’origine, ainsi que Hal Puthoff, un physicien qui a travaillé sur les programmes de télépathie de la DIA et de la CIA dans les années 1970 et 1980.

« Nous savions tous que cela n’appartenait pas à l’armée, que ce phénomène et ces UAPs apparaissaient partout », a déclaré Semivan, qui a également travaillé comme consultant pour Elizondo lorsqu’il dirigeait le programme AATIP du Pentagone. « Ils apparaissent au-dessus des sites militaires, des sites nucléaires, au-dessus des groupes de forces opérationnelles de porte-avions et des choses de ce genre, mais ils apparaissent aussi partout aux États-Unis et dans le monde en général. »

DeLonge, qui a passé des dizaines d’années à faire des recherches sur les OVNI avant de créer sa société, a fait part publiquement de ses convictions sur les aspects paranormaux des rencontres présumées et sur le fait qu’une intelligence non humaine a influencé les gens à travers l’histoire. Il a également indiqué que les militaires pourraient avoir récupéré des parties d’OVNI et travailler secrètement à leur compréhension.

« Si quelque chose est là depuis longtemps et qu’il apparaît vraiment dans la chambre à coucher des gens, ou devant un F-18, ou sur un mur de pétroglyphes, ou dans un texte ancien conservé dans les archives du Vatican, ou quoi que ce soit d’autre, il est évident que cela fait quelque chose et que cela a une influence », a déclaré DeLonge dans une vidéo YouTube publiée en décembre.

La croyance selon laquelle les OVNIs sont un phénomène mystérieux – pouvant se déplacer à travers les dimensions ou la conscience – qui a affecté l’esprit et le corps des gens tout au long de l’histoire a été popularisée il y a des décennies par des auteurs tels que Jacques Vallee, un éminent chercheur sur les OVNIs qui a été dépeint par le réalisateur français de la Nouvelle Vague, François Truffaut, dans le film « Close Encounters of the Third Kind » (1977).

Semivan a décrit Vallee comme une sorte de saint patron de son entreprise.

Elizondo, qui a quitté l’entreprise vers la fin de 2020, est depuis devenu une sorte de célébrité dans la communauté des ovnis, un groupe de personnes du monde entier qui se sont regroupées sur des sites de médias sociaux tels que Twitter et Reddit, et ont créé des podcasts et des émissions YouTube consacrées au sujet. Elizondo et Mellon, ainsi que d’autres membres de la société To the Stars, ont joué dans une série de History Channel intitulée « Unidentified : Inside America’s UFO Investigation« .

« Vous savez, lorsque nous décrivons un Tic-Tac blanc volant en 2004, il a été décrit dans les années 60 comme une pastille de gorge blanche volante, ce qui a été décrit dans les années 50 comme un réservoir de butane blanc volant », a déclaré Elizondo dans l’interview accordée à Military.com, affirmant qu’il existe des preuves gouvernementales solides de rencontres d’ovnis remontant à plusieurs décennies.

Dans les nombreuses interviews et apparitions de ces dernières années, l’ancien agent de contre-espionnage semble toujours mesurer ses mots avec soin. Il a comparé les OVNIs aux anciennes croyances en des monstres marins qui se sont avérés être des requins et des baleines, a fait référence à d’anciens récits romains de « boucliers enflammés » dans le ciel, et a suggéré que la race humaine pourrait se diriger vers un profond changement de paradigme dans la compréhension de la réalité.

Dans son interview avec Military.com, il a refusé de s’étendre sur ce qu’il entendait par ces commentaires ou sur ses croyances en matière d’OVNI.

« La croyance n’a vraiment aucun rôle à jouer dans ce domaine, et c’est une partie du problème parce que les gens ont fait de ce sujet une question de croyance. C’est un sujet très émotionnel pour certaines personnes », a déclaré Elizondo. « Ce sujet ne peut pas être une question de croyance. Il doit porter sur des faits. »

Vendre l’idée de l’OVNI

Mellon, l’ancien fonctionnaire du Pentagone qui a contribué à rendre publiques les vidéos de 2017 sur le Nimitz, a balayé les questions sur les recherches antérieures de la DIA dans une interview avec Military.com. Descendant de la riche famille Mellon de Pittsburgh, il a déclaré que son nom de famille a conduit beaucoup de gens à supposer qu’il a grandi dans la richesse, mais qu’il a en fait été élevé dans le centre-ville de Chicago dans des circonstances difficiles.

« Ils pensent que j’ai grandi dans une belle maison à la campagne avec une limousine ou quelque chose comme ça, mais c’était tout sauf le cas », a déclaré M. Mellon.

Il a servi au Pentagone sous les présidents Bill Clinton et George W. Bush, et a travaillé au Capitole pendant plus de dix ans, pour finalement devenir directeur du personnel minoritaire de la commission du renseignement du Sénat.

Sa connaissance de l’appareil de sécurité nationale et sa facilité à manier le langage du Pentagone, du Congrès et de Washington, D.C., l’ont rapidement élevé au rang d’expert de premier plan, qui soufflait haut et fort dans le klaxon de la sécurité nationale. Il compare la réponse globale du Pentagone aux rapports d’OVNI à la disparition des indications radar de l’attaque japonaise sur Pearl Harbor.

« J’ai découvert que cela se passait non seulement depuis des mois, mais depuis des années dans des dizaines et des dizaines d’incidents au large de la côte, y compris une quasi-collision en plein vol », a déclaré Mellon. « Et le secrétaire ne le sait pas. Le Congrès ne le sait pas, les hauts fonctionnaires ne le savent pas. Je veux dire, est-ce que vous vous moquez de moi ? C’est un échec tellement grotesque de l’imagination, de la curiosité et du système. »

En 2017, Mellon a commencé ses efforts pour convaincre les membres du Congrès d’agir, bien qu’il ait dit avoir évité de mentionner aux législateurs les recherches antérieures de Lacatski et Kelleher, ou les croyances des membres fondateurs de To the Stars.

Ces sujets auraient été contre-productifs, a-t-il dit.

Vous deviez fournir une couverture politique à ces personnes, une base légitime pour des raisons de sécurité nationale, afin qu’elles puissent s’engager et dire : « OK, je suis prêt à prendre un dossier ou à examiner cette question », a déclaré M. Mellon. « Vous n’entrez pas là-dedans en disant : ‘Oh, nous avons des petits hommes verts ou des gens qui sortent de portails interplanétaires’ ou, vous savez, des trucs du genre woo-woo. Vous n’arriveriez pas à la première base. »

La couverture de l’histoire des OVNI par le New York Times, le journal de référence, a également beaucoup contribué à légitimer la question auprès du Congrès et du public, puisque de nombreux aspects paranormaux n’étaient pas inclus. Des milliers d’autres articles allaient suivre.

« Je veux que vous mettiez de côté tous ces trucs dont les gens parlent, les extraterrestres et tout ça », a déclaré le sénateur Marco Rubio (R-Fla), le principal républicain de la commission du renseignement du Sénat, dans une interview de 2020 diffusée par une chaîne d’information locale. « C’est une équation très simple pour moi – il y a des choses qui survolent nos installations militaires. Nous ne savons pas ce qu’ils sont ni d’où ils viennent. »

Pendant ce temps, de nombreux membres du public ont pris la reconnaissance par l’armée de l’authenticité des vidéos de la Marine comme un aveu de l’existence des ovnis.

L’histoire de deux programmes

Le programme 2008-2010 de la DIA avait envoyé des équipes d’enquêteurs sur les sites d’observation d’ovnis, comme les membres qui ont surveillé le verger californien avec des lunettes de vision nocturne. Ces équipes ont suivi les conseils du Mutual UFO Network, une organisation américaine qui a enregistré et catalogué les observations depuis 1969. Le groupe se présente comme la plus grande et la plus ancienne organisation civile d’OVNI du monde, avec son propre laboratoire pour analyser les métaux mystérieux et un groupe de recherche qui se concentre sur les personnes qui prétendent avoir été enlevées par des vaisseaux extraterrestres.

Le programme a produit un grand nombre de documents théoriques tentant d’imaginer et d’expliquer des technologies futures très avancées qui, selon lui, pourraient être liées aux OVNIs.

La législation adoptée en décembre, qui ordonne la création d’un nouveau bureau du Pentagone pour enquêter sur les OVNIs, n’a pas de lien déclaré avec le paranormal, mais elle reprend certains aspects du programme antérieur de la DIA. Le président Joe Biden a signé la loi, qui fait partie du projet de loi annuel d’autorisation de la défense, le 27 décembre, ordonnant au secrétaire à la défense Lloyd Austin de mettre en place un bureau pour « synchroniser et normaliser » les rapports, la collecte et l’analyse des phénomènes aériens non identifiés au sein de l’armée et de la communauté du renseignement.

L’ancien programme de la DIA et la nouvelle initiative ont tous deux des équipes d’enquêteurs qui se déploient sur les sites d’observation d’OVNI pour recueillir des données et des témoignages, et des équipes scientifiques pour analyser les données sur les objets. Les deux programmes mettent l’accent sur les effets médicaux et sanitaires des rencontres avec des ovnis. Ils comprennent tous deux des descriptions théoriques du fonctionnement des OVNIs.

Le plan scientifique du Pentagone sur les OVNIs devrait chercher à expliquer les OVNIs « qui dépassent l’état de l’art connu en matière de science ou de technologie », et commencer à essayer de reproduire ces capacités, selon la loi. Le Congrès a demandé des rapports annuels sur les découvertes du Pentagone, le premier devant être remis en octobre.

Selon M. Kelleher, une grande partie du libellé de la loi « semble provenir directement » du programme antérieur de la DIA.

Mais les recherches de Lacatski et Kelleher resteront largement hors de vue du public pendant une grande partie du débat sur les OVNI à Washington. Les questions en suspens sur les observations d’OVNI étaient néanmoins convaincantes pour les membres du Congrès.

« Il y a trop de choses inexpliquées pour lesquelles nous avons besoin d’une explication », a déclaré Emily Harding, directrice adjointe et membre senior du programme de sécurité internationale du Centre d’études stratégiques et internationales, un groupe de réflexion de Washington.

Mme Harding était directrice adjointe du personnel de la commission sénatoriale du renseignement lorsque celle-ci a travaillé sur cette question. Elle a déclaré que Rubio a pris l’initiative et a su l’aborder avec un esprit ouvert. Les rapports des pilotes et du personnel militaire ont soulevé de graves problèmes de sécurité – et mis en évidence un réel manque de données qui rendait impossible toute conclusion sur les incidents.

Certaines des informations fournies aux législateurs l’ont été lors de briefings classifiés, mais il n’est pas certain qu’il y ait eu beaucoup d’autres informations que les vidéos publiques de la Marine et les témoins. La commission estime que la première étape consiste à obtenir de meilleures données du Pentagone et de la communauté du renseignement.

« Peut-être l’explication est-elle qu’un adversaire a mis au point une nouvelle technologie que nous devons absolument comprendre. Peut-être la réponse est-elle que nos capteurs nous donnent des indications qui nous déroutent », a déclaré M. Harding. « Et si c’est le cas, alors c’est quelque chose qui doit absolument être corrigé avant que nous nous retrouvions dans quelque chose comme une compétition entre grandes puissances. »

Malgré l’accueil positif du Congrès, certains s’opposent toujours à la généralisation de la recherche sur les ovnis.

Mick West est devenu célèbre comme Elizondo dans le milieu des ovnis, mais pour la raison opposée. Il est sceptique. Cet ancien concepteur de jeux vidéo et fondateur du site Web Metabunk a passé des années à utiliser la science, les mathématiques et l’extraction de données pour démystifier les théories du complot selon lesquelles les traînées de condensation des avions sont des agents chimiques, ou chemtrails, les attentats du 11 septembre ont été simulés et les fusillades de masse sont des opérations sous faux drapeau.

Ces dernières années, il a mis ses compétences d’enquêteur au service des allégations d’ovnis qui se cachent derrière le nouveau programme du Pentagone. Britannique installé en Californie, son exposé sec des théories et sa logique presque vulcaine ont frustré de nombreux croyants. Ce qu’il voit, ce sont des adeptes des théories paranormales de Jacques Vallee qui utilisent des preuves non concluantes pour faire avancer leur programme.

« Ils doivent en quelque sorte formuler leurs arguments aux membres du Congrès et aux sénateurs en termes de défense nationale, ce qui est une chose très physique », a déclaré West dans une interview. « En réalité, ils croient en cette étrange hypothèse d’une intelligence extra dimensionnelle non humaine E.T., et pourtant ils l’ont atténuée pour pouvoir faire passer ces choses grâce à leurs efforts de lobbying. »

West a publié des examens détaillés des trois vidéos d’OVNI de la Marine, qui, selon lui, ont probablement des explications banales telles que l’éblouissement des gaz d’échappement, la perte du verrouillage de la caméra et une mauvaise perception.

En 2017, le gouvernement chilien a publié des images militaires infrarouges similaires de ce qu’il prétendait être un véritable ovni. En quelques jours, West, avec l’aide d’autres fins limiers du web, a identifié l’objet comme étant un avion de ligne au départ d’un aéroport voisin.

La Marine et le Pentagone ont seulement confirmé que les vidéos américaines ont été enregistrées par l’armée, mais n’ont jamais décrit ce qu’elles montrent.

Un rapport initial sur la situation des ovnis militaires, commandé par le Congrès et publié en juin 2021 par le Bureau du directeur du renseignement national, a fourni un certain contexte et laissé de nombreuses questions sans réponse. L’enquête était « largement non concluante », avec 144 cas d’objets signalés depuis 2004 qui n’ont pas pu être identifiés, et 18 qui semblaient inclure un vol inhabituel, comme se déplacer contre le vent ou à grande vitesse sans moyen de propulsion visible.

Selon le rapport, il y avait probablement de multiples explications, y compris le fouillis aérien et les systèmes étrangers.

« Mais bien sûr, il y a toujours la question de savoir s’il y a quelque chose d’autre que nous ne comprenons tout simplement pas et qui pourrait provenir de l’extraterrestre », a déclaré Avril Haines, directrice du renseignement national, lors d’un événement public en novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.