Des drones chinois lancent des leurres en essaim sur des navires de guerre ennemis dans une vidéo industrielle

Introduction

De nombreux pilotes rapportent des rencontres avec des objets inconnus de toutes sortes dans le ciel contrôlé des zones d’exercices, tant sur la cote est que ouest. Le lieutenant Ryan Graves a témoigné de ces faits à de nombreuses reprises.

Toutefois, un faisceau d’indices nous mène de plus en plus vers une direction, celle d’appareils Chinois télécommandés, autrement dit de drones.

Disons que cette explications est tout de même plus rationnelle que celle d’invoquer des extra-terrestres, qui n’en n’ont sans doute que faire de nos avions et autres zones d’entrainements. La première question est « A qui profite le crime ? » – Difficile de vouloir nommer les ZITI.

Traduction

https://www.thedrive.com/the-war-zone/42694/chinese-flying-wing-drones-launch-swarming-decoys-at-enemy-warships-in-industry-video

Une présentation vidéo de l’Aviation Industry Corporation of China fait état de nouvelles ambitions en matière de drones et de guerre électronique.

PAR JOSEPH TREVITHICK LE 9 OCTOBRE 2021

Un extrait intéressant d’un segment de la télévision d’État chinoise est apparu en ligne. Tourné lors de la dernière édition du salon aéronautique de Zhuhai, qui s’est achevé au début du mois, il montre ce qui semble être une présentation vidéo mettant en scène des dérivés navalisés du GJ-11 Sharp Sword, un véhicule aérien de combat sans pilote furtif qui utilise des leurres lancés par avion pour essaimer deux navires de surface.

L’entreprise publique Aviation Industry Corporation of China (AVIC) a présenté cette vidéo dans le cadre de son exposition générale à Zhuhai. Le Hongdu Aviation Industry Group, qui fabrique le GJ-11, est une filiale de l’AVIC. Le clip en question, visible dans son intégralité dans le tweet ci-dessous, porte également le logo de CCTV-7, une chaîne de la télévision centrale chinoise qui se concentre principalement sur les programmes liés à l’Armée populaire de libération (APL) du pays depuis 2019. La séquence de CCTV-7 ne semble pas montrer l’intégralité de la vidéo d’AVIC.

Ce que nous voyons de la vidéo AVIC dans la séquence de CCTV-7 commence par l’un des dérivés apparents du GJ-11 qui décolle du pont de ce qui semble être un navire d’assaut amphibie de type 075. Le premier de ces navires est entré en service au début de l’année, ce qui représente une étape importante pour la Marine de l’Armée populaire de libération (PLAN), et deux autres navires sont déjà à différents stades de construction. La PLAN devrait finalement acquérir une flotte d’au moins huit de ces navires dans les années à venir.

Une capture d’écran de la vidéo AVIC montrant ce qui semble être un UCAV furtif basé sur le GJ-11 décollant d’un navire d’assaut amphibie Type 075.
Le premier navire d’assaut amphibie de type 075 de la marine de l’Armée de libération du peuple.

Cette information est d’emblée intéressante, car elle indique que l’APL pourrait être intéressée par l’exploitation d’aéronefs sans pilote à voilure fixe, y compris des véhicules aériens de combat sans pilote (UCAV) comme le GJ-11, à partir de ses Type 075, en plus de les faire voler depuis les ponts de sa flotte croissante de super porteurs. L’année dernière, ce qui semblait être la maquette d’un hélicoptère drone était apparu sur le pont du premier de ces navires d’assaut amphibies alors qu’il subissait encore les premiers essais avant sa mise en service.

La vidéo montre ensuite un vol de quatre de ces UCAV déployant des leurres lancés par voie aérienne. La forme extérieure générale des leurres est extrêmement similaire à celle de la série ADM-160 Miniature Air-Launched Decoy (MALD) de Raytheon, dont vous pouvez lire tous les détails ici. Les MALD sont essentiellement de petits missiles de croisière dotés d’une suite de guerre électronique à la place des ogives traditionnelles, ce qui, selon la variante exacte, leur permet de brouiller les radars ennemis ou de faire croire à leurs opérateurs que de grands groupes d’avions ou de missiles arrivent sur eux depuis diverses directions.

Un groupe de leurres lancés par avion, avec des lignes entre eux pour montrer qu’ils sont en réseau, vu dans la vidéo AVIC.
RAYTHEON ADM-160

La vidéo de l’AVIC imite même celles de Raytheon faisant la promotion de la famille MALD, qui montrent souvent les leurres se transformant en avions « fantômes » comme une représentation visuelle des fausses signatures que ces leurres produisent. Dans le cas de la vidéo chinoise, l’avion représenté pourrait être une variante navalisée du chasseur furtif FC-31 dont on parle depuis longtemps, mais qui n’a toujours pas été officiellement confirmée.

Les « avions fantômes » vus dans la vidéo de l’AVIC représentent les fausses signatures générées par les leurres lancés par avion. Leur forme pourrait refléter la conception du chasseur furtif FC-31, ou une variante navalisée de celui-ci.
WIKIMEDIA COMMONS : Le premier prototype du FC-31 décolle lors du salon aéronautique de Zhuhai 2014

Les vidéos promotionnelles de Raytheon pour le MALD, que l’on peut voir ci-dessous, montrent des scénarios généraux très similaires à ce qui est décrit dans les images de l’AVIC.

Les UCAV et leurs leurres s’approchent ensuite de deux navires de guerre ennemis, dont l’un tire un missile sol-air sur l’un des faux avions. La dernière séquence que nous voyons est celle de six des drones qui envahissent ces navires. Chacun d’entre eux est montré en train de les viser avec une sorte de rayon, qui pourrait représenter un système de guerre électronique embarqué ou même une arme à énergie dirigée.

Dans la vidéo d’AVIC, un essaim de drones furtifs frappe deux navires de guerre avec des « faisceaux », qui pourraient représenter des attaques de guerre électronique ou d’armes à énergie dirigée.

Il est important de noter qu’il n’est pas clair dans quelle mesure la présentation vidéo d’AVIC reflète les avions et autres systèmes, ainsi que les concepts d’opérations qui les accompagnent, que les Chinois recherchent activement actuellement. Dans le même temps, elle décrit des capacités pour lesquelles il est difficile de croire que l’APL ne serait pas intéressée. Des UCAV furtifs lançant des leurres et capables de mener des opérations en essaim, qui ont par nature la capacité de submerger les défenseurs, seraient extrêmement précieux pour soutenir les opérations maritimes, ainsi que celles sur terre.

En plus d’être capables de pénétrer dans les cibles elles-mêmes en utilisant ces tactiques, elles pourraient aider à neutraliser les défenses ennemies pour ouvrir la voie à des frappes ultérieures, y compris par des plateformes non furtives. Les GJ-11, leurs futurs dérivés ou d’autres modèles sans pilote similaires pourraient également servir de plateformes de lancement pour des essaims de drones plus petits. Ces nouveaux essaims pourraient être dotés de leurs propres systèmes de guerre électronique pour servir de brouilleurs de secours ou fonctionner comme des munitions itinérantes capables d’effectuer des frappes cinétiques. Dans le contexte maritime, les petites munitions en vol n’ont pas nécessairement la capacité de couler des navires ennemis, mais elles peuvent tuer ou dégrader gravement les capacités de ces navires en ciblant des systèmes spécifiques, tels que les réseaux radar et les antennes de communication.

L’ensemble des capacités décrites dans la vidéo de l’AVIC n’est qu’un exemple de plus de la volonté de la Chine d’observer ce que font ses principaux concurrents, en particulier les États-Unis, puis de chercher à reproduire ces technologies, voire à cloner des systèmes entiers, souvent à l’aide d’efforts d’espionnage très actifs. The War Zone avait déjà noté cette tendance générale lors de son reportage sur le FH-97 de la China Aerospace Science and Technology Corporation (CASC), un aéronef sans pilote à l’apparence furtive qui est apparu pour la première fois à Zhuhai cette année et qui est presque identique, du moins en apparence, au XQ-58A Valkyrie du fabricant américain Kratos.

Une maquette du FH-97, ainsi que d’autres modèles de drones plus petits, exposés lors de l’édition 2021 du salon aéronautique de Zhuhai.

Au-delà des composants individuels de la vidéo AVIC, tels que le leurre de type MALD, ce qui est décrit pourrait facilement faire partie d’un écosystème de guerre électronique en réseau plus large. Par exemple, le clip rappelle, à plusieurs égards, ce que l’on sait du programme NEMESIS (Netted Emulation of Multi-Element Signature against Integrated Sensors) de la marine américaine, sur lequel vous pouvez lire plus en détail dans cet article de The War Zone. Au cœur de NEMESIS se trouve un concept de guerre électronique de type système de systèmes qui comprend des éléments tels que des essaims de drones, des navires et des sous-marins, tous mis en réseau pour maximiser leurs capacités, avec un accent particulier sur la génération de flottes d’avions et de navires de guerre « fantômes » pour confondre les ennemis et bouleverser leurs cycles de décision.

D’autres types de capacités d’essaimage et d’effets en réseau, comme la possibilité pour des groupes de munitions à guidage de précision d’opérer en coopération, sont désormais des domaines de grand intérêt pour l’armée américaine, ainsi que pour un certain nombre de ses alliés et partenaires. La Chine elle-même a déjà fait preuve de progrès significatifs dans le développement de nombreuses technologies pertinentes, telles que les capacités d’essaimage et les conceptions d’aéronefs sans pilote furtifs, qu’elle pourrait exploiter pour soutenir le travail du type de capacités vues dans la vidéo d’AVIC.

Le gouvernement chinois « augmente les niveaux d’inventaire et la sophistication de ses armes et modernise les systèmes redondants tout au long des chaînes d’élimination qui soutiennent ses armes », a déclaré le mois dernier Frank Kendall, secrétaire de l’armée de l’air, lors de la conférence annuelle de l’Air Force Association Air, Space, and Cyber Conference à Washington, D.C. « Les armes hypersoniques, une gamme complète de systèmes antisatellites, ainsi que la cybernétique, la guerre électronique et les armes air-air difficiles » sont parmi les domaines spécifiques où la Chine a concentré ses efforts, a-t-il ajouté.

Dans l’ensemble, bien que nous ne puissions pas dire à quel point la Chine est proche d’acquérir les capacités vues dans la vidéo d’AVIC, elles sont certainement en accord avec les ambitions générales du pays, ainsi qu’avec sa capacité sans cesse croissante à les transformer en réalités opérationnelles.

Contact de l’auteur : joe@thedrive.com

Analyse

La piste d’objets volants non identifiés Chinois se renforce sérieusement, et même Steven Greenstreet, commence à le penser :

D’autre part, même le lieutenant Graves avait affirmé que les exercices de la NAVY dans les zones contrôlées sont soumises à des observations de la part de pays ennemis ; c’est même une évidence, chacun s’observe, et les Chinois et les Russes ont les capacités pour cela, et même la Suisse a un service de renseignement extérieur. Rien d’extraordinaire donc…

Un article très intéressant à lire sur The Wall Street Journal :

Le nouveau défi de l’armée : vaincre les drones bon marché des amateurs
Les petits engins armés, souvent achetés pour quelques centaines de dollars en ligne, constituent un gros problème sur le champ de bataille pour l’armée américaine, et le développement d’une défense rentable contre des essaims de ces engins est un véritable casse-tête.

« MAIS NOUS N’AVONS PAS ENCORE UN système unique capable de faire tout cela… Cela fait partie du problème : nous ne sommes pas intégrés. »

L’article est réservé aux abonnés :

https://www.wsj.com/articles/the-militarys-new-challenge-defeating-cheap-hobbyist-drones-11641401270

Merci de relire cet article, publié en début d’année 2020 par The Drive / The War Zone

Un des rapports de pilote l’explique bien, rapports de danger, de pilotes de la Marine sur la rencontre d’inconnus aériens au large de la côte est. Les objets ne sont pas « étonnants et passionnants ou extraordinaires », en aucune façon. Décrit comme « collision quasi aérienne avec un objet semblable à un ballon » ou « drone de type quadrirotor »

Si les adversaires de l’Amérique ont plein de raisons pour vouloir la détruire, les extraterrestres inter-dimensionnels n’en ont aucune…Ceci dit, cela n’explique certainement pas l’affaire du Tic-Tac.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *