Des scientifiques révèlent un univers multidimensionnel à l’intérieur du cerveau humain

Introduction

Le cerveau est plus compliqué encore que l’on croit.

Cela a-t-il un rapport avec les OVNIS ?

Peut-être que oui, ou que non…

Cela est-il important ?

Absolument ; déjà car le Blue Brain Project est géré depuis ma ville, plus précisément l’Ecole Polytechnique Fédéral de Lausanne, et que ce projet est doté de … 2 milliards de francs, en partie financé par l’Union Européenne, qui veut d’ailleurs nous foutre dehors, bonne chance pour eux ;>)

N’oublions pas que la Suisse possède le plus grand nombre de prix Nobel par habitants. Cocoricooooooooooooo

Traduction

Les scientifiques ont découvert que le cerveau humain peut créer des structures jusqu’à 11 dimensions. Ces dimensions ne sont toutefois pas perçues au sens classique du terme.

Une étude publiée dans Frontiers in Computational Neuroscience a révélé que les structures du cerveau humain fonctionnent jusqu’à 11 dimensions.Ces dimensions ne correspondent pas à la définition classique d’une dimension, que la plupart d’entre nous comprennent, explique le Blue Brain Project.Menée par le Blue Brain Project, les scientifiques ont découvert de nouveaux détails fascinants sur la complexité du cerveau humain. « Nous avons découvert un monde que nous n’avions jamais imaginé », explique le neuroscientifique Henry Markram, directeur du Blue Brain Project et professeur à l’EPFL à Lausanne, en Suisse.

Un univers de structures multidimensionnelles à l’intérieur du cerveau

L’image tente d’illustrer quelque chose qui ne peut être imagé – un univers de structures et d’espaces multidimensionnels. À gauche, une copie numérique d’une partie du néocortex, la partie la plus évoluée du cerveau. À droite, des formes de différentes tailles et géométries tentent de représenter des structures allant de la dimension 1 à la dimension 7 et au-delà. Le « trou noir » au milieu symbolise un complexe d’espaces ou de cavités multidimensionnels. Dans leur nouvelle étude publiée dans Frontiers in Computational Neuroscience, les chercheurs du Blue Brain Project indiquent que des groupes de neurones liés à de telles cavités constituent le chaînon manquant entre la structure et la fonction neuronales. Crédit image : Blue Brain Project.

« Il existe des dizaines de millions de ces objets, même dans une tache du cerveau, jusqu’à sept dimensions. Dans certains réseaux, nous avons même trouvé des structures jusqu’à onze dimensions », a ajouté Markram.

En étudiant le cerveau humain, les chercheurs ont découvert que les vues mathématiques traditionnelles n’étaient pas applicables et inefficaces. « Les mathématiques habituellement appliquées pour étudier les réseaux ne peuvent pas détecter les structures et les espaces à haute dimension que nous voyons maintenant clairement« , a révélé Markram.

Des scientifiques révèlent un univers multidimensionnel à l’intérieur du cerveau humain

 Les scientifiques ont découvert que le cerveau humain peut créer des structures jusqu’à 11 dimensions. Ces dimensions ne sont toutefois pas perçues au sens classique du terme.

Une étude publiée dans Frontiers in Computational Neuroscience a révélé que les structures du cerveau humain fonctionnent jusqu’à 11 dimensions.

Les dimensions ne sont pas comprises comme la définition classique d’une dimension, que la plupart d’entre nous comprennent, explique le Blue Brain Project.

Menée par le Blue Brain Project, les scientifiques ont découvert de nouveaux détails fascinants sur la complexité du cerveau humain.

« Nous avons découvert un monde que nous n’avions jamais imaginé », a expliqué le neuroscientifique Henry Markram, directeur du Blue Brain Project et professeur à l’EPFL à Lausanne, en Suisse.

Un univers de structures multidimensionnelles à l’intérieur du cerveau

« Il existe des dizaines de millions de ces objets, même dans une tache du cerveau, jusqu’à sept dimensions. Dans certains réseaux, nous avons même trouvé des structures comportant jusqu’à onze dimensions« , a ajouté M. Markram.

En étudiant le cerveau humain, les chercheurs ont découvert que les conceptions mathématiques traditionnelles étaient inapplicables et inefficaces.

« Les mathématiques habituellement appliquées à l’étude des réseaux ne peuvent pas détecter les structures et les espaces à haute dimension que nous voyons maintenant clairement », a révélé M. Markram.

Au lieu de cela, les scientifiques ont décidé de donner la topologie algébrique il y a.

La topologie algébrique est une branche des mathématiques qui utilise les outils de l’algèbre abstraite pour étudier les espaces topologiques.

Les scientifiques du Blue Brain Project ont été aidés par les mathématiciens Kathryn Hess de l’EPFL et Ran Levi de l’université d’Aberdeen pour appliquer cette discipline dans leur nouvelle étude.

« La topologie algébrique est à la fois un télescope et un microscope. Elle peut zoomer dans les réseaux pour trouver des structures cachées – les arbres dans la forêt – et voir les espaces vides – les clairières – en même temps », explique le professeur Hess.

Le cerveau humain peut créer des structures jusqu’à 11 dimensions.

Les scientifiques ont découvert que les structures cérébrales sont créées lorsqu’un groupe de neurones – cellules qui transmettent les signaux dans le cerveau – forment ce que l’on appelle une clique.

Chaque neurone est connecté à tous les autres neurones du groupe de manière unique, créant ainsi un nouvel objet. Plus il y a de neurones dans une clique, plus la « dimension » de l’objet est élevée.

La topographie algébrique a permis aux scientifiques de modéliser les structures dans un cerveau virtuel, créé à l’aide d’ordinateurs. Ils ont ensuite réalisé des expériences sur des tissus cérébraux réels pour vérifier leurs résultats.

En ajoutant des stimuli dans le cerveau virtuel, les chercheurs ont constaté que des cliques de dimensions progressivement PLUS GRANDES s’assemblaient. En outre, entre les cliques, les scientifiques ont découvert des cavités.

« L’apparition de cavités de haute dimension lorsque le cerveau traite des informations signifie que les neurones du réseau réagissent aux stimuli de manière extrêmement organisée », a expliqué M. Levi.

« C’est comme si le cerveau réagissait à un stimulus en construisant puis en rasant une tour de blocs multidimensionnels, en commençant par des tiges (1D), puis des planches (2D), puis des cubes (3D), et enfin des géométries plus complexes avec 4D, 5D, etc. »

« La progression de l’activité dans le cerveau ressemble à un château de sable multidimensionnel qui se matérialise à partir du sable, puis se désintègre », a-t-il ajouté.

Les nouvelles données sur le cerveau humain offrent un aperçu sans précédent de la manière dont celui-ci traite les informations.

Cependant, les scientifiques ont déclaré qu’on ne sait toujours pas comment les cliques et les cavités se forment de manière très spécifique.

Cette nouvelle étude pourrait aider les scientifiques à découvrir l’un des plus grands mystères des neurosciences : où le cerveau « stocke » ses souvenirs.

Ils peuvent se « cacher » dans des cavités de haute dimension », a conclu Markram.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *