Dr. Christopher Green : Ils se sont réveillés brûlés ou blessés

Toledo, le 9 avril 2022 – Tous droits de traduction réservés.

Mise en garde

Cet article provient du Daily Mail. Le sujet est très spéculatif.

Toutefois le Dr. Green existe et travaille bien à la WSU. Toutes les recherches montrent qu’il s’agit même d’un professeur de classe mondiale dans les neurologies.

https://www.researchgate.net/profile/Christopher-Green-5

D’autre part, le Dr. Garry Nolan dont des articles ont été traduits sur ce site, parle également d’analyse qu’il a fait sur des patients exposés à des événements anormaux, avec des résultats similaires.

Traduction

Par JOSH BOSWELL POUR DAILYMAIL.COM / PUBLIÉ le 7 avril 2022

https://www.dailymail.co.uk/news/article-10696303/Military-officers-suffered-injuries-UFO-encounters.html

EXCLUSIF : « Ils se sont réveillés brûlés ou blessés ». Un expert du cerveau et un ex-agent de la CIA révèlent que des centaines de militaires ont souffert de lésions cérébrales ou de symptômes du mystérieux « syndrome de La Havane » et sont même morts après avoir rencontré des ovnis.

  • Christopher Green, expert en neuro-imagerie médico-légale, affirme avoir traité des « centaines de patients » qui ont été blessés ou sont morts après avoir interagi avec des ovnis.
  • Je suis le médecin de référence du ministère de la Défense pour les cas de morbidité et de mortalité inexpliquées », a-t-il déclaré au DailyMail.com dans une interview exclusive.
  • Je m’occupe des blessures et de la mortalité dues aux phénomènes aériens non identifiés (UAP) », a-t-il ajouté.
  • Green, professeur à la Wayne State School of Medicine de Détroit, a été chargé en 2010 d’écrire un article dans le cadre d’un programme secret de défense doté de 22 millions de dollars. 
  • Il a décrit des symptômes de sclérose en plaques, de lésions cérébrales et de brûlures chez des patients ayant participé à des événements de type « Rencontres du troisième et du quatrième type ».
  • Il a déclaré que les symptômes de nombreux cas étaient similaires au « syndrome de La Havane », une maladie mystérieuse qui affecte les diplomates et les fonctionnaires américains dans les ambassades du monde entier.
  • Green a déclaré que beaucoup de ses patients ont subi des brûlures et des lésions cérébrales et qu’environ un sur dix est décédé dans les sept ans qui ont suivi leur rencontre.

Des centaines d’officiers militaires ont subi des blessures, notamment des lésions cérébrales et des brûlures, après avoir rencontré des ovnis, a révélé un expert du cerveau et ancien officier de la CIA.

Le professeur Christopher Green, de Detroit, a été chargé vers 2010 par un programme secret de défense de 22 millions de dollars portant sur la surveillance des ovnis, d’écrire un article sur les blessures causées par des rencontres rapprochées avec des engins « anormaux ».

Dans une interview exclusive accordée au DailyMail.com, l’expert en neuro-imagerie médico-légale, qui a travaillé avec la CIA depuis les années 1960, a déclaré avoir traité « des centaines de patients », dont des officiers des forces spéciales et d’autres militaires blessés après avoir interagi avec des engins non identifiés, et dont certains sont morts par la suite.

Certaines de ces blessures ressemblaient au mystérieux « syndrome de La Havane », qui, selon les services de renseignement, pourrait être une série d’attaques clandestines contre des diplomates américains par une puissance étrangère utilisant des micro-ondes ciblées.

Mais les cas du professeur Green ont été présenté des décennies avant la vague de blessures à l’ambassade de Cuba en 2016 qui a donné son nom à la maladie.

Une version non classifiée de l’article du Dr Green, intitulée « Clinical Medical Acute & Subacute Field Effects on Human Dermal & Neurological Tissues » (Effets médicaux cliniques aigus et subaigus des champs sur les tissus dermiques et neurologiques humains), a été publiée l’année dernière en vertu de la loi sur la liberté d’information et décrit des symptômes de sclérose en plaques, des lésions cérébrales et des brûlures subies par des patients à la suite d' »événements CE-III-IV » [Rencontres rapprochées du troisième et du quatrième type] – une référence apparente aux interactions avec les ovnis, voire aux enlèvements par ces derniers.

Note de Toledo : Le papier est téléchargeable ici. Toutefois je n’ai pas réussi à confirmer qu’il s’agit bien du papier obtenu par FOIA, mais la probabilité me semble élevée qu’il s’agisse du document original.

Cette nouvelle intervient après que le Congrès ait approuvé en décembre le financement d’un programme gouvernemental officiel de surveillance des ovnis, qui comprendra « une évaluation des effets sur la santé des personnes ayant rencontré des phénomènes aériens non identifiés ».

Et plus tôt cette semaine, un rapport récemment publié d’un programme obscur du Pentagone qui a été fermé en 2012 a révélé de la même manière que les responsables du renseignement américain ont des preuves que les observations d’ovnis ont conduit à des effets néfastes sur la santé comme des brûlures dues aux radiations, des paralysies et même des lésions cérébrales.

Le Dr Green a déclaré qu’il était devenu l’expert de référence pour les patients militaires qui vivaient des expériences hors du commun, étayées par des témoins et des données radar – notamment des cas de « gros drones silencieux » qui « planaient et se déplaçaient de façon étrange », « montraient des émanations de lumières, de motifs et de stroboscopes bizarres », et même « se dissimulaient ou changeaient de forme » et « apparaissaient et disparaissaient instantanément ».

Bien que son article, publié en mars 2010, fasse référence à des « ET » et à des « expositions hors du monde », Green a déclaré au DailyMail.com qu’il était en mesure d’expliquer chaque blessure qu’il a traitée par la technologie humaine actuelle, bien qu’avancée.

Le professeur de l’école de médecine de l’État de Wayne a déclaré qu’il pensait que certaines des blessures qu’il avait observées étaient dues au fait que les patients étaient trop proches de « micro-ondes subtiles, très puissantes et très modulées » et a suggéré dans son étude que les soldats pouvaient avoir été accidentellement touchés par de puissantes fréquences radio ou électromagnétiques provenant des systèmes de propulsion de ces étranges avions qui planent et se déplacent rapidement.

Green a déclaré que les symptômes de bon nombre des cas qu’il a observés étaient similaires au « syndrome de La Havane« , une maladie mystérieuse affectant les diplomates et les fonctionnaires du gouvernement américain dans les ambassades du monde entier et que les agences de renseignement considèrent comme une attaque hi-tech ciblée.

En janvier, la CIA a publié le rapport d’un groupe d’experts qui a analysé les cas de 1 000 patients et en a trouvé deux douzaines présentant des blessures qui, selon eux, pourraient avoir été causées par des ondes électromagnétiques pulsées provenant d’un appareil utilisé par une puissance étrangère hostile – très probablement la Russie.

Plusieurs de ces blessures ont été subies par des diplomates à l’ambassade des États-Unis à La Havane, à Cuba, en 2016.

Mais l’article de Green se concentrait sur des cas de personnel du gouvernement et de l’armée américains présentant des blessures similaires qui lui avaient été signalés des décennies avant que le « syndrome de La Havane » ne soit identifié.

Le professeur a refusé de discuter en détail de son document de recherche de 2009 commandé par le ministère de la Défense, invoquant son serment de garder des secrets confidentiels, mais il a ajouté qu’il s’agissait de l’une des 38 études commandées par l’initiative de 22 millions de dollars appelée Advanced Aerospace Weapon System Applications Program (AAWSAP), supervisée par la Defense Intelligence Agency de 2007 à 2012.

J’ai dit certaines choses dans le journal qu’ils [la DIA] ne voulaient pas que je dise », a-t-il déclaré au DailyMail.com.

La raison pour laquelle on me l’a dit est que j’ai fait référence aux fréquences radio comme ayant un rapport avec les vaisseaux spatiaux extraterrestres et les OVNIs.

Les symptômes du syndrome de La Havane sont les suivants : bruit fort, douleurs d’oreille, pression ou vibration intense de la tête, vertiges, problèmes visuels et difficultés cognitives.

Je pense qu’il y a des personnes sérieuses au sein du Département de la Défense qui croient que certains des objets identifiés comme ‘objets volants non identifiés’ sont réels, et sont extraterrestres.

Il est raisonnable que des personnes raisonnables s’inquiètent à ce sujet ».

L’ancien assistant de l’officier de renseignement national pour la science et la technologie, qui se décrit comme ayant été « un officier de renseignement pour le gouvernement depuis 1969 », a déclaré qu’en plus d’écrire son étude de 2010 sur les blessures causées par les OVNI, il a également traité pendant des décennies des cas classifiés de soldats blessés de manière inexpliquée, qui lui ont été envoyés par des responsables gouvernementaux.

Parce que je suis un neurologue médico-légal et un spécialiste de l’imagerie cérébrale, je suis le médecin de référence du ministère de la Défense pour les cas de morbidité et de mortalité inexpliquées », a déclaré M. Green.

Je m’occupe des blessures et de la mortalité dues à des UAP non identifiés.

Ma clientèle se compose essentiellement de membres des services de renseignement, du ministère de la Défense, des forces spéciales, de l’industrie aérospatiale, de personnes travaillant sous contrat pour des entreprises aérospatiales qui tombent malades sans savoir pourquoi.

Mes patients sont exposés à des choses qu’ils voient à la lumière du jour, avec des témoins dans des conditions de combat, dans des circonstances de test et d’évaluation dans des installations avancées.

Green a déclaré que nombre de ses patients ont subi des brûlures et des lésions cérébrales suite à leur rencontre avec des « phénomènes aériens non identifiés ».

Il a énuméré les descriptions variées de ses patients qui ont dit s’être approchés d’un « gros drone », d’un « drone silencieux » ou de quelque chose d’encore plus étrange.

Parfois, ils faisaient du surplace. Parfois, ils se déplaçaient de façon étrange », a-t-il déclaré. Certains présentaient un camouflage clair et avancé. Certains présentaient des émanations de lumières, de motifs et de stroboscopes bizarres.

Le rapport de 2010 a été compilé pour le programme avancé d’identification des menaces pour l’aviation, aujourd’hui disparu. Il classe plusieurs types de rencontres avec des ovnis ainsi que les effets néfastes sur la santé signalés par les témoins.

Il y a beaucoup de cas de choses qui apparaissent instantanément et disparaissent instantanément.

Il y a beaucoup de cas de choses qui disparaissent instantanément, puis apparaissent instantanément à proximité, mais dans un autre angle de vue. En un clin d’œil, il n’apparaîtra pas directement devant vous, mais à 30 degrés à droite ou à 30 degrés à gauche.

Certains d’entre eux se sont approchés, ils ont perdu connaissance et se sont réveillés brûlés ou blessés.

Green a déclaré qu’environ un de ses patients sur dix est décédé dans les sept ans qui ont suivi leur rencontre.

Un petit pourcentage des patients du professeur a même déclaré avoir rencontré « quelque chose de masqué qui était un être humain ».

Il a déclaré qu’il était même au courant de blessures causées par des rencontres avec des OVNI « près de la Maison Blanche » et au-dessus du Capitol Mall, bien qu’il ait précisé qu’il n’avait personnellement traité aucun de ces cas et a refusé de faire d’autres commentaires.

Malgré l’étrangeté des descriptions de ses patients, M. Green a déclaré que leurs blessures pouvaient toutes être expliquées par la technologie humaine actuelle, notamment les armes non létales à micro-ondes et à radiofréquences développées par les États-Unis et d’autres pays.

« Je n’ai pas besoin d’inventer des extraterrestres pour expliquer les cas que je rencontre », a-t-il déclaré.

Qu’est-ce que le « syndrome de La Havane » ? La mystérieuse maladie qui a débuté à l’ambassade des États-Unis à Cuba et qui provoque des pertes de mémoire et d’audition. 

Le problème a été baptisé le  » syndrome de La Havane « , car les premiers cas ont touché le personnel en 2016 à l’ambassade des États-Unis à Cuba.

Au moins 200 cas à travers le gouvernement font maintenant l’objet d’une enquête.

Les personnes qui auraient été touchées ont fait état de maux de tête, de vertiges et de symptômes correspondant à des commotions cérébrales, certains nécessitant des mois de traitement médical. Certaines ont déclaré avoir entendu un bruit fort avant l’apparition soudaine des symptômes.

Pays dans lesquels le phénomène a été signalé : Cuba, États-Unis, Chine, Russie, Vietnam, Autriche, Allemagne, Serbie, Royaume-Uni, Géorgie, Pologne, Taiwan, Australie, Colombie, Kirghizistan et Ouzbékistan.

Les symptômes comprennent :

  • Une perte d’audition
  • Maux de tête sévères
  • Problèmes de mémoire
  • Vertiges
  • Lésions cérébrales 

L’étude de Green, publiée en 2010, indique que les humains disposaient déjà de technologies permettant d’utiliser les ondes électromagnétiques et radio comme des armes, notamment des dispositifs capables de provoquer des « brûlures au second degré » à des centaines de mètres de distance, la « capacité de provoquer des maux de tête frontaux-temporaux », des radiofréquences qui « désorientent et déstabilisent la coordination musculaire » et même « une perte de conscience, des spasmes musculaires, une faiblesse musculaire » à partir de certaines rafales d’ondes dirigées.

L’utilisation d’impulsions RF [radiofréquence] de très haute intensité à 915 MHz, par exemple, provoque une élévation de la température du cerveau de 8°C, entraînant des crises de petit ou de grand mal après une minute d’exposition, suivie de 5 minutes d’inconscience », a-t-il écrit.

Note de Toledo : Okay, mais alors on parlera tout de même de puissance de plusieurs dizaines de kilowatts pour toucher une personne à quelques dizaines de mètres. Oui techniquement c’est possible et même simple.

Le Dr Green a écrit que les blessures subies par les humains en s’approchant trop près des OVNIs pourraient donner des indices sur le fonctionnement de ces étranges engins, y compris des hypothèses sur la façon dont ils utilisent de puissants champs électromagnétiques pour leur propulsion.

Note de Toledo : Rien dans notre physique ne permet de lier à ce jour l’électromagnétisme et la gravitation. D’ailleurs celle-ci semble plutôt se dissimuler dans la conjoncture ER = EPR, qui ne fait pas appel, du moins de manière mesurable à ce jour, au magnétisme…

L’objectif de cet article est d’affirmer qu’il existe des données permettant de « rétroconcevoir » les systèmes de propulsion des véhicules aérospatiaux anormaux », indique l’article de Green.

Note de Toledo : C’est ce que dit l’article, qui cite des cas précis que j’aimerai bien voir détaillée, comme celui des 3 ingénieurs en antennes. Je suis un spécialiste dans le domaine RF, et je n’ai hélas jamais rencontré d’OVNI…

Selon une théorie, les OVNIs plient le tissu de l’espace-temps pour leur permettre de défier la gravité et, ce faisant, transforment la chaleur de leurs moteurs en micro-ondes à haute énergie ou en ondes ultraviolettes dans un processus appelé « blue shifting« .

Selon l’hypothèse de certains scientifiques, toute personne qui s’approcherait trop près de ces ovnis alors que leurs moteurs sont en marche serait frappée par une explosion de radiations.

Dans son étude, Green fait référence à l’affaire Cash-Landrum, dans laquelle deux femmes ont poursuivi le gouvernement américain pour une maladie ressemblant à une exposition aux radiations, après avoir prétendument rencontré un ovni en forme de diamant sur une route de campagne du Texas en 1980, qui a plané devant elles, fait chauffer leur voiture, puis a été escorté par des dizaines d’hélicoptères Chinook.

Un cas troublant de blessure par OVNI enquêté dans le cadre du contrat AAWSAP de la DIA a été décrit dans un livre d’octobre 2021 co-écrit par deux des responsables du programme.

Un biotechnologiste de 48 ans, auquel les auteurs ont donné le pseudonyme de Ron Becker, a déclaré aux enquêteurs de l’AAWSAP qu’il conduisait avec sa fille à 80 km au sud-est de Bend, dans l’Oregon, en mai 2005, lorsqu’ils ont vu trois orbes bleus voler dans un champ situé à une centaine de mètres.

Le père et la fille ont raconté à Colm Kelleher, responsable de l’AAWSAP et co-auteur du livre, que pendant qu’ils regardaient, les orbes de la taille d’une balle de softball ont volé vers eux et traversé leur véhicule, l’une d’entre elles traversant le bras et la poitrine de Becker.

Dans les jours qui ont suivi, Becker s’est senti étourdi et nauséeux, a commencé à perdre ses cheveux, sa vue et son ouïe. Les analyses de sang effectuées au cours des deux années suivantes ont révélé de graves anomalies et on lui a diagnostiqué un cancer rare à la poitrine.  

Selon un livre publié l’année dernière par deux responsables du programme secret du ministère de la défense, doté d’un budget de 22 millions de dollars, les pilotes qui ont été témoins du fameux ovni blanc oblong « tic-tac » volant autour d’un porte-avions américain au large de San Diego font partie de ceux qui ont subi des effets physiologiques.

L’ovni a été enregistré par des pilotes de la Marine dans des vidéos divulguées en 2017 au New York Times, ce qui a provoqué une onde de choc dans le monde entier.

Parmi les révélations stupéfiantes du livre, Skinwalkers at the Pentagon, figure l’affirmation selon laquelle les pilotes de la Navy qui ont intercepté un ovni en 2004 volant à des vitesses incroyables sans aucun moyen de propulsion visible près de l’USS Nimitz, ont eu des « séquelles biologiques » et des « effets psychologiques ou médicaux indésirables ».

Cependant, le livre, co-écrit par les responsables du programme AAWSAP, Colm Kelleher et James Lacatski, indique que les réglementations HIPAA relatives à la confidentialité médicale les empêchent d’entrer dans les détails.

Nous sommes au courant de certaines séquelles biologiques de l’incident du Nimitz, mais nous ne pouvons malheureusement pas en parler, car les données et les détails médicaux sont sous embargo en vertu de la réglementation HIPAA », ont-ils écrit. Il nous a été fortement conseillé de ne pas enfreindre les règles de confidentialité médicale de l’HIPAA lorsqu’il s’agit de rencontres avec des pilotes ou des équipages militaires dans le cadre du programme UAP.

Deuxièmement, les pilotes eux-mêmes sont dans une position très difficile, car signaler tout effet psychologique ou médical indésirable après une rencontre avec un OVNI signifierait l’interruption probable de leur capacité à voler. Ce résultat serait tout simplement inacceptable pour la plupart des pilotes de la Navy et de l’Air Force.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.