La FAA admet enfin qu’elle documente …

… les rapports sur les phénomènes d’avions non identifiés

https://thedebrief.org/the-faa-finally-admits-it-documents-reports-of-unidentified-aerial-phenomena/

Par MICAH HANKS – 13 août 2021

Avec l’arrivée d’une évaluation préliminaire très attendue sur les phénomènes aériens non identifiés par le groupe de travail UAP de la marine en juin, les avis sur ses conclusions étaient mitigés et variés.

Plus important que le contenu du rapport, peut-être, était ce qu’il laissait de côté. Nulle part dans le document de neuf pages remis à l’Office of the Director of National Intelligence (ODNI) n’apparait des mots comme « extraterrestre » ou « alien », une réalité qui a sans doute été accueillie avec beaucoup de frustration par les partisans de longue date de l’existence de phénomènes aériens inhabituels.

Et ce, en dépit d’un pré-reportage plein d’espoir du New York Times, qui a promis que les responsables qui avaient été informés d’une version classifiée du rapport avant sa publication « ont concédé que l’ambiguïté même des conclusions » signifiait que des possibilités plus exotiques ne pouvaient être exclues. Cela laissait apparemment ouverte la possibilité « que les phénomènes observés par les pilotes militaires puissent être des vaisseaux spatiaux extraterrestres« .

À ce jour, rien de concluant ne permet d’établir un lien entre les observations de phénomènes aériens non identifiés – ou ce qui, jusqu’à ces dernières années, était communément appelé simplement OVNI – et les technologies extraterrestres. Si les nombreux partisans de ces spéculations sur l’origine des UAP ont probablement été irrités par le ton ambigu du rapport, le document a néanmoins révélé quelques surprises notables.

(Crédit : ODNI/Domaine public.)

« L’UAPTF s’efforce actuellement d’acquérir des rapports supplémentaires« , peut-on lire dans une partie du rapport, « notamment de l’armée de l’air américaine (USAF), et a commencé à recevoir des données de l’Administration Fédérale de l’Aviation (FAA). »

L’inclusion de la FAA comme source d’information sur les UAP dans le document est remarquable, d’autant plus que, par le passé, l’agence chargée de réglementer l’ensemble de l’aviation civile aux États-Unis semblait ne vouloir s’impliquer d’aucune manière dans les objets volants non identifiés.

La FAA Order JO 7110.65Z – Air Traffic Control, une publication qui « prescrit les procédures et la phraséologie du contrôle de la circulation aérienne à l’usage du personnel fournissant des services de contrôle de la circulation aérienne » est entrée en vigueur le 17 juin 2021, quelques jours avant la remise du rapport préliminaire du groupe de travail UAP. Dans le chapitre neuf de l’ordonnance, qui traite des « vols spéciaux« , la section huit est intitulée « Rapports d’objets volants non identifiés (OVNI)« , et décrit la procédure suivante pour les observations d’OVNI faites par le personnel du contrôle du trafic aérien :

9-8-1. GÉNÉRALITÉS

Les personnes souhaitant signaler des activités liées aux ovnis ou aux phénomènes inexpliqués doivent contacter un centre de collecte de données sur les ovnis et les phénomènes inexpliqués, tel que le National UFO Reporting Center, etc.

Si l’on craint que des vies ou des biens soient mis en danger, signalez l’activité au service de police local.

Une formulation identique concernant les observations d’OVNI par le personnel de l’organisation du trafic aérien de la FAA apparaît dans d’autres publications de l’agence, dont la section 7 de l’ordonnance JO 7210.3CC de la FAA – Facility Operation and Administration.

LA TASK FORCE UAP ET LA FAA

Cela a donc été une surprise pour beaucoup de ceux qui ont lu le récent rapport de l’ODNI, avec son inclusion de la déclaration suivante : « La FAA saisit les données relatives à l’UAP dans le cadre normal de la gestion des opérations de trafic aérien. La FAA ingère généralement ces données lorsque les pilotes et les autres utilisateurs de l’espace aérien signalent des événements inhabituels ou inattendus à l’organisation du trafic aérien de la FAA. »

Selon ses propres publications procédurales citées ci-dessus, la FAA semble demander aux opérateurs du trafic aérien de signaler les cas d’UAP (ou d’ovnis, comme la documentation de l’agence les appelle encore) à des organisations civiles telles que le National UFO Reporting Center, basé à Washington. Ces publications ne semblent fournir aucun détail de procédure concernant un système interne de collecte de ces données au sein de l’agence.

Le fait que la FAA « saisisse des données relatives à l’UAP » n’était pas la seule information pertinente sur l’implication de l’agence dans les études sur l’UAP incluse dans le rapport de juin. En outre, ses auteurs déclarent que « la FAA surveille en permanence ses systèmes pour détecter les anomalies, générant ainsi des informations supplémentaires qui peuvent être utiles à l’UAPTF. La FAA est capable d’isoler les données qui intéressent l’UAPTF et de les mettre à disposition. »

« La FAA dispose d’un programme de sensibilisation solide et efficace qui peut aider l’UAPTF à atteindre les membres de la communauté de l’aviation afin de souligner l’importance de signaler les UAP « , indique également le rapport.

« Cela pourrait être une nouvelle pour la FAA », a rapporté Suzanne Rowan Kelleher dans un article de Forbes en juin, ajoutant qu’elle avait appris que « l’agence qui gère le contrôle du trafic aérien et la navigation pour les avions civils et militaires insiste sur le fait qu’elle ne s’occupe pas directement des observations d’UAP par les pilotes commerciaux ».

« La FAA ne suit pas ces rapports », a déclaré Kelleher en citant un porte-parole de la FAA, qui lui a répondu que « le National UFO Reporting Center est votre meilleure source ».

Dans le même ordre d’idées, David Axe, rédacteur du Daily Beast, a noté que « la FAA n’a pas répondu à une demande de commentaire » concernant ses demandes de renseignements sur la collecte de données UAP de l’agence décrite dans le rapport de l’ODNI de juin.

LA FA FAA S’EXPRIME ENFIN SUR LES UAP

À la lumière des références spécifiques à la FAA et de son rôle apparent dans le soutien de l’UAP Task Force de la Marine, tel que décrit dans le rapport de l’ODNI, The Debrief a contacté l’agence pour obtenir des éclaircissements, en lui demandant si elle pouvait confirmer son rôle dans la collecte de données UAP. Après plusieurs semaines d’enquête, la FAA a finalement répondu aux demandes de clarification de The Debrief.

« L’administration fédérale de l’aviation documente les observations de phénomènes aériens non identifiés (UAP) chaque fois qu’un pilote en signale un à une installation de contrôle du trafic aérien », a déclaré un porte-parole de la FAA à The Debrief dans un courriel.

« Si le rapport du pilote peut être corroboré par des informations complémentaires telles que des données radar, il est partagé avec la Task Force UAP« , a ajouté le porte-parole. Cette déclaration marque un changement notable par rapport aux positions antérieures de la FAA concernant les UAP, et son insistance, même dans les jours qui ont suivi la publication du rapport de l’ODNI, à dire qu’elle n’est que peu impliquée dans la collecte de ces données.

Les versions antérieures de l’ordre JO 7110.65 de la FAA comprenaient une recommandation supplémentaire selon laquelle les rapports d’OVNI devaient être envoyés à des agences « telles que Bigelow Aerospace Advanced Space Studies (BAASS)« , avec l’inclusion d’un numéro de téléphone et d’une adresse électronique pour contacter l’organisation.

Selon un guide d’information de la FAA publié en février 2010, « Bigelow Aerospace Advanced Space Studies (BAASS) est une nouvelle organisation qui se consacre à l’exploration de la technologie aérospatiale extrêmement avancée, y compris les sujets dits de phénomènes aériens non identifiés (UAP) ou d’objets volants non identifiés (UFO)« .

CI-DESSUS : Partie d’un document d’information de la FAA de 2010 décrivant le remplacement du National Institute for Discovery Science par Bigelow Aerospace Advanced Space Studies en tant qu’agence recommandée à contacter pour signaler des observations d’ovnis (Crédit : FAA/Domaine public).

Le guide ajoute qu' »en 2001, une autre organisation de M. Bigelow, le National Institute for Discovery Sciences (NIDS), a réussi à devenir l’organisation de référence pour le signalement des ovnis par les pilotes et le contrôle du trafic aérien aux États-Unis« .

« NIDS est maintenant défunt et a été remplacé par BAASS, plus grand et plus performant« , peut-on lire dans le guide 2010. « Par conséquent, les rapports des pilotes et des contrôleurs aériens sur les ovnis aux États-Unis doivent désormais être adressés à BAASS, et non plus à NIDS. Nous supprimons donc l’acronyme NIDS et ajoutons l’acronyme BAASS. »

ROBERT BIGELOW, LA FAA, ET LES UFOS

L’histoire de la façon dont Bigelow Aerospace Advanced Space Studies (BAASS) et son prédécesseur, le National Institute for Discovery Science (NIDS), sont devenus les destinataires des rapports d’OVNI de la FAA – libérant ainsi la FAA de toute implication directe dans les OVNI pendant plusieurs années – peut être retracée jusqu’au colonel retraité de l’armée américaine John B. Alexander, Ph.D. Défenseur de longue date du développement d’armes non létales lorsqu’il était au gouvernement, Alexander a également travaillé pour l’organisation NIDS de Robert Bigelow pendant un certain temps. The Debrief a interrogé Alexander sur son rôle dans l’organisation de la FAA pour qu’elle transmette les rapports d’OVNI à l’organisation de Robert Bigelow.

« C’est exact », a déclaré Alexander. « C’est l’un de ces événements fortuits lorsque j’étais affecté pour la première fois au Pentagone et que je vivais dans le nord de la Virginie ».

John B. Alexander, Ph.D., qui, lorsqu’il travaillait pour le National Institute for Discovery Science, a fait en sorte que l’organisation reçoive des rapports d’observation d’OVNI redirigés par la FAA (domaine public).

Comme l’a expliqué Alexander, peu après son affectation, il s’est installé dans un immeuble d’habitation où « il y avait une sorte de happy hour le vendredi soir, et l’un des autres occupants était le directeur adjoint de la sécurité de la FAA. Je le connaissais donc personnellement« .

« Après le 11 septembre », a déclaré M. Alexander à The Debrief, « la FAA est devenue un agneau sacrifié. Je dois préciser que la FAA réclamait la sécurité depuis des années. Les compagnies aériennes avaient opposé une forte résistance. »

Je suis donc allé à Washington, j’ai eu une première conversation et j’ai dit : « Regardez, nous sommes intéressés par [les UAP] », raconte M. Alexander. À la suite de cette réunion, le directeur adjoint de la FAA « a pu organiser une deuxième réunion à laquelle Bob [Bigelow] et Colm [Kelleher] ont participé. Nous sommes venus et avons rencontré quelques hauts fonctionnaires de la FAA ».

« Il est intéressant de noter que les gars qui avaient une expérience en tant que contrôleurs aériens étaient plutôt favorables », a déclaré Alexander. « Beaucoup d’entre eux ont fait l’expérience de rapports qui leur parvenaient alors qu’ils étaient en service. Sur le plan organisationnel, ils étaient simplement heureux d’avoir un moyen de faire disparaître ce problème. »

« C’est d’ailleurs ce qui s’est passé dans de nombreuses agences gouvernementales », déclare M. Alexander.

Au milieu des années 1980, Alexander a fondé un groupe informel d’initiés du gouvernement désireux de découvrir s’il existait un programme noir au sein du gouvernement concernant les OVNIs. Appelé Advanced Theoretical Physics Project (ATPP), le groupe d’Alexander comprenait des membres des trois branches de l’armée et d’autres personnes des communautés de l’aérospatiale et du renseignement. L’une des conditions d’adhésion était l’obtention d’une habilitation de sécurité Top Secret-SCI au SI-TK, afin que tous les membres « aient les habilitations appropriées et puissent aider à diffuser les informations. »

Bien qu’ils aient reçu un soutien limité de la part de nombreux hauts fonctionnaires au cours de leurs recherches, les membres de l’ATPP n’ont trouvé aucune preuve de l’existence de programmes noirs au sein du gouvernement concernant les OVNI. Au contraire, Alexander est reparti de cette expérience avec le sentiment que la plupart des agences gouvernementales voulaient avoir le moins à faire avec ce sujet.

En mars, Politico a rapporté que plusieurs agences gouvernementales auraient « bloqué ou simplement ignoré les efforts visant à cataloguer ce qu’elles ont sur [les UAP] », sur la base du témoignage de plusieurs responsables gouvernementaux passés et présents ayant des connaissances sur la question. Malgré l’aversion de la communauté du renseignement pour la divulgation d’informations sur l’UAP, cela n’a pas entraîné le report de la remise du rapport à l’ODNI à la date limite du 25 juin, comme certains l’avaient soupçonné.

« D’après ce que je comprends », dit Alexander, « toutes les agences énumérées [dans le rapport de l’ODNI] ont techniquement participé, mais plusieurs traînaient certainement les pieds, et ce n’était pas du tout volontaire. »

« La plupart d’entre eux ne veulent tout simplement pas avoir à faire avec le sujet », dit Alexander.

LA FAA FAIT VOLTE-FACE SUR L’UAP

En mars également, The Debrief a rendu compte de son enquête sur les incidents liés à l’UAP découverts dans l’Aviation Safety Reporting System (ASRS), une base de données en ligne gérée par la NASA qui recueille des rapports anonymes pour le compte de la FAA auprès des pilotes, du personnel de contrôle du trafic aérien et d’autres personnes qui observent des dangers potentiels pour l’aviation.

« Un rapport ASRS recueille des informations sur ce que le pilote a vu ou vécu« , a déclaré un porte-parole de la FAA à The Debrief en réponse aux demandes d’informations sur les incidents UAP dans la base de données ASRS consultable par le public.

« À moins qu’un danger ne soit signalé, les informations contenues dans un rapport ASRS ne font pas l’objet d’une enquête et l’exactitude des informations n’est pas vérifiée », a déclaré un porte-parole de la FAA à The Debrief.

En février, la FAA a également reconnu un incident concernant l’observation d’un objet aérien inhabituel au-dessus du Nouveau-Mexique par le pilote du vol 2292 d’American Airlines.

« Un pilote a signalé avoir vu un objet au-dessus du Nouveau-Mexique peu après midi, heure locale, le dimanche 21 février 2021 », a déclaré la FAA dans un communiqué après l’incident. L’agence a toutefois ajouté que « les contrôleurs aériens de la FAA n’ont vu aucun objet dans la région sur leurs radarscopes », et n’a fourni aucune information supplémentaire sur l’incident.

La FAA est susceptible d’être l’une des nombreuses agences chargées de s’impliquer davantage dans la collecte de données sur l’UAP ces derniers jours. The Debrief a rapporté le 7 août que la Task Force UAP de la Marine devrait obtenir un meilleur accès aux informations sur l’UAP collectées par les agences de renseignement américaines, conformément aux dispositions incluses dans l’Intelligence Authorization Act for Fiscal Year 2022 (IAA) récemment adopté.

The Debrief a également interrogé la FAA sur les informations spécifiques relatives aux phénomènes aériens anormaux que l’agence recueille, sur son rôle dans les programmes de sensibilisation qui aident à faciliter le signalement par les pilotes de leurs rencontres avec des UAP, et sur la question de savoir si la documentation des incidents que la FAA envoie à la Task Force UAP est en contradiction avec les politiques déclarées de l’agence.

Cependant, la FAA n’a fourni aucune autre information en réponse à nos questions sur sa documentation des observations d’UAP ou d’autres opérations à l’appui de la force opérationnelle UAP de la marine.

Lors d’un entretien avec The Debrief, John Alexander a parlé de son expérience de travail avec des agences gouvernementales telles que la FAA en ce qui concerne l’UAP.

« Les UAP sont essentiellement considérés comme un sujet casse-pieds« , a-t-il déclaré, résumant l’attitude dominante à l’égard du sujet comme étant principalement une attitude d’évitement à tout prix.

« Tout ce qui permet de le sortir de mon domaine de compétence est une bonne chose », a déclaré M. Alexander.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *