Goodstory Consulting Ep. 55 : Lt. Cmdr. Alex Anne Dietrich

Goodstory Consulting Ep. 55 – Une pilote de chasse et arrière-petite-fille d’un pionnier de la science-fiction voit un OVNI et entre en contact avec la vaste communauté des croyants aux OVNIs / Lt. Cmdr. Alex Dietrich, U.S. Navy (retraité).

Le Lieutenant-Commandant Alex Dietrich vaquait à ses occupations ce printemps, se préparant à prendre sa retraite du service actif en tant que l’une des premières femmes pilotes de chasse des Etats-Unis. C’est alors qu’elle a reçu un appel inattendu de 60 Minutes, l’émission de télévision de CBS.

Le gouvernement américain s’apprête à publier un rapport sur les objets volants non identifiés ou OVNI. Le producteur demande à Dietrich si elle accepterait de participer à l’émission et de parler de l’étrange spectacle qu’elle et ses quatre coéquipiers ont vu dans les airs lors d’une mission d’entraînement en 2004.

Elle l’a également mise en relation avec de nombreux croyants aux ovnis via les médias sociaux – une situation étrange pour quelqu’un qui n’est pas un fan de science-fiction, malgré une riche histoire familiale dans l’écriture de science-fiction.

Chitra Ragavan :

Alex Dietrich, capitaine de corvette de la marine américaine, vaquait à ses occupations ce printemps, se préparant à prendre sa retraite du service actif en tant que l’une des premières femmes pilotes de chasse des États-Unis. C’est alors qu’elle a reçu un appel inattendu de 60 Minutes, l’émission de télévision de CBS. Le gouvernement américain s’apprête à publier un rapport sur les objets volants non identifiés, ou OVNI. Dietrich serait-elle prête à participer à l’émission et à parler de l’étrange site qu’elle et ses quatre coéquipiers ont vu dans les airs lors d’une mission d’entraînement en 2004 ? Le producteur de 60 Minutes a posé la question.

Bonjour à tous, je suis Chitra Raghavan, et voici When it Mattered.

Chitra Raghavan :

Dietrich a bien réfléchi et a décidé que les contribuables devaient en savoir plus sur les vidéos (aujourd’hui non classifiées) qui avaient été enregistrées ce jour-là – des vidéos que vous avez peut-être tous vues aux informations ces dernières semaines. Cette décision de rendre publique et d’aider à éliminer la stigmatisation associée à la déclaration d’observations étranges a mis en lumière l’introvertie et timide Dietrich.

Chitra Ragavan :

Alex Dietrich, lieutenant commandant à la retraite, m’a rejoint. Elle a servi comme pilote de chasseur d’attaque F/A-18F de la VFA-41 « Black Aces » de Lemoore, en Californie. Dietrich a pris sa retraite de la marine américaine après 20 ans de service, après avoir effectué plus de 1 250 heures de vol et 375 atterrissages sur porte-avions. Elle a participé à deux déploiements de combat dans le cadre de l’opération Iraqi Freedom et de l’opération Enduring Freedom en Afghanistan. Dietrich travaille actuellement au National Center for Atmospheric Research, au sein de l’équipe chargée de l’apprentissage et du développement des talents, avec pour mission la science et le service à la société.

Alex, bienvenue à When it Mattered.

Alex Dietrich :

Merci.

Chitra Ragavan :

Pourquoi avez-vous décidé de vous engager dans la marine et de devenir pilote de chasse ? C’est une carrière plutôt non traditionnelle, avec des obstacles assez importants et un défi de taille, en plus de mettre votre vie en danger au service de votre pays ?

Alex Dietrich :

Eh bien, je dirais que j’étais un adolescent typique. J’ai fréquenté un lycée atypique, l’Illinois Math and Science Academy, mais j’avais l’angoisse typique de l’adolescent, et je voulais m’amuser, vivre une aventure. Et donc, quand les conseillers d’université et les professeurs me demandaient ce que je voulais faire, je devais déclarer une préférence pour l’université et je devais passer tous ces tests standardisés, je disais : « Oh, je ne sais pas ce que je veux étudier, et je ne sais pas vraiment ce que je veux faire. » Je me suis dit que je pourrais peut-être vivre une aventure, faire quelque chose d’amusant d’abord, puis m’installer plus tard dans la vie, et c’est pourquoi j’ai décidé de m’orienter vers l’aéronautique navale, grâce à une bourse NROTC à l’université George Washington, ce qui m’a permis de passer quatre ans dans une université normale, tout en suivant une formation d’été dans la marine et des cours de sciences navales tout au long de l’année. Puis j’ai obtenu mon diplôme et je me suis engagée dans la marine en mai 2001.

Chitra Ragavan :

Donc vos objectifs initiaux n’étaient pas si élevés et ambitieux.

Alex Dietrich :

Non, pas du tout. Encore une fois, il ne s’agissait que de moi et de mon aventure égoïste, et je voulais faire quelque chose de cool et d’excitant tant que j’étais jeune et que j’avais de l’énergie.

Chitra Ragavan :

Mais tout cela a changé le jour de votre premier vol, qui se trouvait être le 11 septembre. Cela a dû être une sacrée journée pour vous. Parlez-nous un peu de cela.

Alex Dietrich :

Oui, j’ai obtenu mon diplôme, encore une fois, en mai 2001, et je me suis rendu sur la plage de Pensacola, en Floride, où se trouve notre école au sol. Nous l’appelons l’aviation preflight indoctrination, API, et puis de là je suis allé à Corpus Christi Texas pour l’école de vol pour notre formation de vol primaire, et juste un petit avion turbopropulseur T34. On était en train de faire la phase initiale, qu’on appelle la phase de familiarisation, quand le 11 septembre est arrivé. Et évidemment, ça a été un énorme choc pour le pays, pour le monde, mais pour moi et mes pairs, ça a été un changement de paradigme total. Nous avons réalisé qu’il ne s’agissait pas de moi et de mon aventure égoïste, que j’avais levé ma main droite et prêté serment de servir, et de servir quelque chose de plus grand que moi, et que j’avais besoin de comprendre ce que cela signifiait, et comment j’allais contribuer de manière significative.

Chitra Ragavan :

Cela a dû être un changement incroyable dans votre perspective. Je voudrais revenir un peu en arrière, avant le 11 septembre, lorsque vous étiez à l’école de pilotage cet été-là, on vous a donné une question supplémentaire très inhabituelle et intéressante dans un manuel de la FAA par ailleurs ennuyeux, que vous m’avez décrit il y a quelques jours comme un manuel de somnifère. Quelle était cette question supplémentaire qu’on vous a posée ?

Alex Dietrich :

Oui, c’était un présage intéressant. Donc, l’été 2001, dans ma formation initiale au sol, ce cours sur les règles et règlements de vol où l’on nous enseigne l’espace aérien civil, comment éviter les problèmes et ne pas avoir d’infraction, il y avait une question supplémentaire qui disait : « Que faites-vous si vous voyez un OVNI, comment le signalez-vous ?« . Et mes camarades et moi avons pensé que c’était une question absurde, que c’était stupide, que c’était un piège, mais quand nous avons ouvert cet épais manuel FAR/AIM, qui est le manuel des règles et règlements de vol de la FAA, nous l’avons ouvert et nous avons dit, huh, il y a en fait cette page ici avec ce numéro de téléphone à appeler quand vous voyez un OVNI. Et j’ai pensé, c’est bizarre, c’est cool, et aussi quelle brillante technique d’enseignement cet instructeur a trouvé ce petit truc absurde à inclure et à servir d’accroche pour nous inciter à ouvrir le livre et à le lire.

Chitra Ragavan :

Et je suppose que cela est devenu très pertinent, ce que vous n’avez probablement pas réalisé à l’époque, mais en avançant rapidement jusqu’au 14 novembre 2004, cette question est devenue pertinente pour vous et votre équipe, vous étiez quatre à être dans les airs pour une mission d’entraînement. Dites-nous brièvement ce qui s’est passé ensuite, qu’avez-vous vu ?

Alex Dietrich :

Oui, nous avons été lancés et nous nous attendions à effectuer une mission d’entraînement de routine au large de la Californie du Sud, lorsque nous avons été orientés pour intercepter un contact réel que l’USS Princeton, l’un des autres navires de notre groupe de combat, avait détecté sur son radar. Et lorsque nous avons fusionné avec lui, nous avons vu quelque chose d’étrange dans l’eau, une certaine perturbation, et puis nous avons vu cet objet volant bizarre en forme de Tic-Tac avec lequel nous nous sommes engagés, et il a disparu presque aussi rapidement et brusquement qu’il est apparu dans le paysage. Et nous étions choqués, confus, alarmés de ne pas pouvoir l’identifier visuellement, et que le Princeton n’ait pas pu l’identifier sur son radar. Et puis un vol de suivi, un seul avion avec deux personnes, a été en mesure d’obtenir des images claires de lui, mais encore une fois, à partir de cela, nous n’avons pas été en mesure d’identifier ce que c’était, ou comment il manœuvrait de cette étrange façon.

Alex Dietrich :

Quand nous sommes revenus au navire, l’une des premières choses que j’ai dites a été : « Est-ce que quelqu’un a une copie du manuel FAR/AIM ? J’ai besoin de trouver cette page avec ce numéro de téléphone à appeler pour signaler un OVNI. » Mais l’autre avion de mon vol, l’avion de tête, était mon commandant, le commandant Dave Fravor, et il était le capitaine de l’escadron, l’aviateur le plus ancien dans ma chaîne de commandement, et donc je n’ai pas appelé un numéro de téléphone ou appelé la FAA directement, je m’en suis remis à lui et à son ancienneté pour signaler l’incident dans la chaîne de commandement, et prendre toutes les mesures qui seraient appropriées.

Chitra Ragavan :

Et donc vous avez tous été assez bruyants à ce sujet, vous avez été étonnés et l’avez signalé, même si probablement en tant qu’officier subalterne, vous étiez probablement un peu inquiets, comme vous le savez, il y a beaucoup de stigmates potentiels associés à la divulgation de ce genre de choses, et les gens sont comme, de quoi parle-t-elle ? Que s’est-il passé ensuite, cela a-t-il été pris au sérieux ? Quelles ont été les étapes suivantes ?

Alex Dietrich :

Je dirais que nous avons fait un débriefing officiel. Nous sommes allés voir notre officier de renseignement, ou l’équipe de renseignement du navire, et nous leur avons donné les informations que nous avions. Donc, à cet égard, cela a été pris au sérieux. Nos collègues, nos amis et les gens du navire nous ont certainement taquinés, et nous avons bien ri, encore une fois, de l’absurdité de la situation. Nous sommes certainement conditionnés en tant qu’Américains, ou dans notre culture, avec tous nos films et nos émissions de télévision, à nous moquer des OVNIs et des gens qui les voient. D’un point de vue personnel, il y avait donc des taquineries et des plaisanteries, mais d’un point de vue professionnel, j’ai eu le sentiment que l’incident avait été enregistré, qu’il avait été noté par la chaîne de commandement, et cela a été confirmé quelques années plus tard lorsque j’ai été contacté par des membres de l’équipe du Pentagone qui enquêtait sur les incidents liés aux ovnis. Je suppose que cela faisait partie de l’AIPRP dont on parle dans les médias, la première génération étant l’AIPRP, puis l’actuelle…

Chitra Ragavan :

L’organisation qui s’occupe de ça, oui.

Alex Dietrich :

C’est vrai, et je pense que le titre actuel est UAP task force. Mais quel que soit le titre, l’intention était de s’assurer qu’ils disposaient de toutes les informations et qu’ils étaient en mesure d’ajouter cet incident à un ensemble de données, ou à des cas similaires, pour rechercher des tendances et effectuer une analyse approfondie. Ainsi, depuis 2009 environ jusqu’à cette année, j’ai été en contact avec, dans un flux à sens unique. Ils m’appellent pour répondre à des questions sur cet incident particulier, et peut-être montrer ou partager quelque chose qu’ils ont d’un autre incident et dire, « Est-ce que ce que vous avez vu ? Est-ce que c’est similaire ? » Je répondrai oui ou non, mais ils ne me donnent pas un téléchargement de tout ce qu’ils regardent par ailleurs.

Alex Dietrich :

Donc, ce n’est pas parce que j’ai vu quelque chose de bizarre en 2004 que j’ai un aperçu de tous ces autres incidents qui peuvent ou non se produire. Donc, de ce point de vue, je pense que, oui, cela a été pris au sérieux par le département de la défense, par les gens du Pentagone qui examinent cette question comme un problème potentiel de sécurité nationale, de défense nationale, est-ce un adversaire ? S’agit-il d’une sorte de technologie perturbatrice qui représente une menace cinétique immédiate au large des côtes californiennes ou d’un effort d’espionnage qui recueille des informations sur nos systèmes, sur nos tactiques et, dans le cas de 2004, nous étions en train de nous entraîner, alors nous observent-ils pour voir comment nous manœuvrons et comment nous réagissons ? Je pense donc que ce problème est pris au sérieux et fait l’objet d’une enquête approfondie.

Chitra Ragavan :

Vos collègues ne le savaient probablement pas à l’époque, mais vous avez une riche histoire familiale dans la science-fiction. Je veux dire, c’est vraiment étonnant. Parlez-nous un peu de ce lien.

Alex Dietrich :

Donc personnellement, je n’aime pas la science-fiction. Je ne la lis pas, je ne la regarde pas, j’aime les documentaires, je pense que la vérité est plus étrange que la fiction, et souvent plus divertissante. Mais mon arrière-grand-père, Roman Starzl, était l’un des pionniers, je suppose, du genre science-fiction. Il était auteur et éditeur d’un journal dans une petite ville de l’Iowa, et il a donc beaucoup écrit, mais il a écrit ces histoires de science-fiction qui ont été englouties par les gens au début de ce genre à cette époque. C’est donc un héritage dont ma famille est fière. Personnellement, j’ai survolé quelques-unes de ses histoires mais, comme je l’ai dit, j’ai du mal à les suivre parce que la science-fiction ne m’intéresse pas vraiment.

Chitra Ragavan :

Et son fils était aussi quelqu’un qui travaillait dans un domaine différent de celui de la science-fiction, mais à l’époque, les travaux qu’il menait en médecine étaient considérés comme de la science-fiction, n’est-ce pas ?

Alex Dietrich :

Oui, donc le fils de Roman, Thomas, qui était le frère de mon grand-père, Thomas Starzl, était le pionnier de la transplantation d’organes humains. Et absolument, quand il a commencé son travail, l’idée de prélever un organe d’une personne et de l’installer dans un autre corps semblait relever de la science-fiction. Les gens pensaient qu’il était fou, qu’il était comme un savant fou de Frankenstein, qu’il avait un complexe de Dieu. Il a dû faire face à toutes sortes de critiques et de frictions en essayant de faire avancer ce domaine et de mener cette recherche systématique en laboratoire. Mais il a finalement réussi à persévérer, et comme nous le savons, c’est devenu monnaie courante aujourd’hui. Je suis allé récemment au DMV et ils vous demandent sur votre permis de conduire, voulez-vous être un donneur d’organes ? Oui, non.

Alex Dietrich :

Donc nous ne comprenons peut-être pas la science qui se cache derrière, les techniques chirurgicales ou les thérapies immunosuppressives, la médecine ou les médicaments que vous prenez pour empêcher le rejet de l’organe du donneur, nous ne le comprenons peut-être pas, mais nous l’acceptons tous comme normal et possible. Et donc, oui, c’est un autre héritage familial dont nous sommes fiers, et qui, je pense, est une démonstration de l’ouverture d’esprit et de l’innovation, mais aussi des principes d’une science solide et de la nécessité de s’assurer que les résultats sont reproductibles, et que vous avez des preuves pour soutenir ce que vous essayez de faire.

Chitra Ragavan :

Alors, est-ce que cela a influencé votre façon de voir ces phénomènes aériens non identifiés, comme le gouvernement les appelle maintenant, ou les OVNIs comme nous les connaissons, est-ce que cela a influencé votre façon de voir les choses ? Je suis sûr que les gens vous demandent tout le temps : « Mais pourquoi ne pouvez-vous pas nous dire ce que c’est ? Qu’est-ce que ça pourrait être ? Donnez-nous votre hypothèse », n’est-ce pas ?

Alex Dietrich :

Oui. C’est tellement intéressant que les gens pensent que je passe beaucoup de temps à penser à ça, juste parce que j’ai fait une rencontre, mais ce n’est pas le cas. J’ai fait cette rencontre en 2004, mais cela ne gratte pas cette partie de mon cerveau qui est vraiment intéressée par la recherche du pourquoi, ou du quoi. Je ne suis pas un ovniologue, je ne passe pas mon temps à lire ou à faire des recherches dans ce domaine. Beaucoup de gens le font, mais ce n’est tout simplement pas intéressant pour moi. J’ai un diplôme d’ingénieur civil, et je l’ai choisi parce que je préfère la science dure, ou la science tangible. J’ai suivi des cours sur le béton, l’acier, le sol et l’eau, des choses que je pouvais toucher et voir et dont je pouvais vraiment visualiser les forces en jeu.

Alex Dietrich :

Donc quand les gens me demandent, « Que pensez-vous que c’était ? » Ou, « Que pensez-vous de tous ces autres incidents que les gens rapportent ? » Je réponds : « Eh bien, tout d’abord, je ne sais pas si ces autres incidents sont liés. » Il serait irresponsable de ma part de les mettre tous dans le même sac et de dire qu’ils ont tous la même origine, ou le même phénomène. Et en plus, je ne suis pas qualifié pour faire cette analyse. Je n’ai pas les connaissances techniques, ou je n’ai pas l’éducation pour m’aider à comprendre ce degré de physique, ou ce qui pourrait être impliqué.

Chitra Ragavan :

Je pense que ce rapport va faire, ce rapport à venir, il va être publié dans les deux prochaines semaines. Je veux dire, est-ce qu’il va apaiser tous les croyants aux OVNIs ? Je veux dire, est-ce qu’il va répondre à des questions, est-ce qu’il va changer les cœurs et les esprits ? Quel est votre sentiment à ce sujet ?

Alex Dietrich :

Je ne pense pas. Je serais vraiment intéressé d’entendre les spécialistes des sciences sociales en ce moment. J’ai le sentiment qu’ils sont probablement épuisés par les quatre ou cinq dernières années de notre situation politique, et par l’analyse de la psyché collective qui a conduit à une insurrection sur la capitale. J’espère qu’ils prennent tous des vacances bien méritées. Mais j’aimerais qu’ils nous donnent leur avis sur la psychologie de ceux qui croient aux OVNI et sur la sociologie et l’anthropologie de ces communautés de personnes, qu’elles soient à l’extrême des théoriciens de la conspiration ou à l’extrême des démystificateurs.

Alex Dietrich :

Il y a ces tribus qui se sont organisées autour de cette question, et je suis intéressé par cela, comment elles s’identifient, comment elles communiquent, quels sont leurs objectifs, et combien d’entre elles voient ce rapport comme une sorte de changement de paradigme ou, je ne sais pas. Je ne sais pas ce qu’ils veulent, et je soupçonne que le rapport ne leur donnera pas ce qu’ils veulent. Et une partie de leur éthique est cette anticipation, qu’ils apprécient plus la poursuite de l’inconnu que la découverte de ce qui se cache derrière l’un de ces incidents particuliers.

Chitra Ragavan :

Oui, c’est fascinant. Et bizarrement, vous n’êtes pas intéressé par la science-fiction, mais cette chose vous a maintenant connecté à tout un monde de gens, ils vous contactent probablement et s’identifient à vous d’une certaine manière, parce que vous avez en quelque sorte partagé cette expérience que beaucoup d’entre eux croient avoir vécue également.

Alex Dietrich :

C’est une sorte de karma étrange, je suppose. Oui, je disais, je ne veux rien avoir à faire avec ça, et je suis soudain devenu un aimant. C’est vraiment intéressant, les gens m’ont contacté pendant des années, et c’est intéressant que lorsque les journalistes m’appellent maintenant, ils disent : « Pourquoi avez-vous décidé de vous exprimer ? » Et je leur réponds : « Je n’ai jamais parlé ouvertement de ce sujet, c’est juste que 60 Minutes ne m’avait jamais appelé auparavant, et quand ils l’ont fait, j’ai accepté de parler sur cette plus grande plateforme. » Mais des gens m’ont contacté pendant des années, des journalistes et reporters sérieux, des citoyens curieux ou des théoriciens de la conspiration. Et donc, je peux généralement dire d’après leur ton, qu’ils m’appellent au téléphone ou qu’ils m’envoient un e-mail, s’ils semblent sains d’esprit et stables, ou s’ils sont fous.

Alex Dietrich :

Mais ce qui est intéressant pour moi, c’est qu’il y a une recrudescence, depuis le reportage de 60 Minutes, de personnes qui s’expriment bien, et qui semblent tout à fait saines d’esprit, qui me contactent pour partager leur histoire avec moi. Et je ne sais pas ce qu’ils attendent de moi, et je suppose que je pourrais les relayer par ce canal de reportage officiel et être un nœud pour cela, mais ce qui est intéressant, c’est, encore une fois, ce besoin psychologique d’être validé, ou de partager cette expérience avec quelqu’un. Et beaucoup d’entre eux le font, ils me contactent et me disent, « Je vous ai vu dans l’émission 60 Minutes, et vous ne semblez pas fou, et je ne suis pas fou, et j’ai juste besoin de partager avec vous cette expérience que j’ai eue il y a 10 ans, ou il y a 20 ans ». C’est comme s’ils voulaient que je le tienne avec eux et que je partage ce fardeau qu’ils ont porté, qu’ils ont eu trop peur de partager, ou qu’ils ne savaient pas où le partager sans avoir l’air fou, ou peut-être risquer leur carrière ou leurs relations en étant mis dans le même sac que les fous d’OVNI.

Alex Dietrich :

Je pense donc que c’est un phénomène vraiment intéressant qui se produit en ce moment, et j’essaie de reconnaître autant que je peux, j’essaie de renvoyer, au moins une phrase et je dis, merci de partager, je vous entends, je vous vois, tenez bon.

Chitra Ragavan :

Les gens vous associent maintenant au lieutenant commandant qui parle d’OVNI, mais en réalité vous avez eu une carrière très réussie en tant que pilote de chasse, vous avez brisé beaucoup de barrières dans une industrie très dominée par les hommes, pour ainsi dire. Cela n’a pas dû être facile pour vous, j’aimerais savoir ce que vous avez vécu, maintenant que vous êtes à la retraite et que vous regardez en arrière, les barrières que vous avez brisées, et que vous aidez maintenant les autres à briser aussi.

Alex Dietrich :

Bien sûr. Je dirais, tout d’abord, que je me tiens sur l’épaule de géants. Et même si je fais partie d’une poignée de femmes pilotes de chasse, je ne suis pas la première, et il y a des femmes qui ont été vraiment révolutionnaires, et cela remonte à la Seconde Guerre mondiale avec les WASP, les Women Airforce Service Pilots qui servaient d’instructeurs, qui transportaient les avions de la chaîne de montage à leurs différents emplacements aux États-Unis afin de libérer les hommes pour qu’ils puissent aller outre-mer et se déployer dans la zone de combat. Ces femmes pilotaient donc ces avions, ces bombardiers et ces chasseurs bien avant moi et ma génération de femmes pilotes, et je tiens à leur tirer mon chapeau. Et puis bien sûr, dans les années 80 et 90, il y a eu les premières femmes de combat qui sont entrées dans l’armée après l’abrogation de l’exclusion du combat, et je pense que c’était sous l’administration Clinton, en 1991, 1992, et donc ces premières femmes, je leur adresse toute ma gratitude.

Alex Dietrich :

Mais nous n’avons pas encore atteint une masse critique. Nous travaillons toujours à fournir des réseaux de soutien aux jeunes femmes qui arrivent à l’école de pilotage et dans la flotte, il est donc important pour elles d’avoir un réseau latéral de soutien avec leurs pairs, afin qu’elles ne se sentent pas comme la seule femme ou la seule minorité dans un escadron. Cela peut être difficile. Il faut aussi qu’elles aient un réseau vertical de soutien, qu’elles aient des mentors et des modèles dans les rangs supérieurs. Chaque année, nous en avons un peu plus qui sont promus au commandement, ou même au rang d’amiral, afin de fournir cette ligne de soutien vers le bas. Si vous pouvez le voir, vous pouvez l’être.

Alex Dietrich :

J’avais déjà quitté l’escadron lorsque j’ai pu assister pour la première fois à une conférence, appelée Women in Aviation International, mais c’était l’une des premières fois que j’étais en contact avec d’autres femmes en combinaison de vol dans un grand groupe, et il y avait probablement 70 ou 80 aviateurs militaires dans la salle, dans ce groupe de milliers d’autres pilotes civils, de contrôleurs aériens et de techniciens de maintenance, tous dans l’industrie de l’aviation. Mais j’ai juste pensé, wow, où étiez-vous toute ma vie, toute ma carrière, comme des licornes. Il y a donc eu un réel effort pour se connecter maintenant, ce qui est beaucoup plus facile à faire avec les médias sociaux et tous nos réseaux en ligne. Nous avons donc vraiment essayé de nous organiser et de tendre la main à ces jeunes femmes qui arrivent, et de les soutenir autant que possible, que ce soit en nous réunissant dans ces petites sections locales, nous avons des groupes Facebook, et des choses comme ça, ou en nous rendant à quelque chose de formel, comme cette conférence annuelle, pour partager nos histoires et donner des conseils professionnels, et simplement nous soutenir mutuellement dans notre développement.

Chitra Ragavan :

Et vous êtes un membre fondateur du programme eMentor de l’armée, qui promeut l’adhésion et les opportunités pour les futures générations de minorités dans des domaines non traditionnels, et je pense qu’il y a plusieurs programmes que vous soutenez. Qu’est-ce qui vous pousse à faire ce que vous faites, et quels sont quelques-uns de ces programmes qui, vous l’espérez, feront la différence ?

Alex Dietrich :

Oui, absolument. Nous sommes très fiers d’eMentor, et encore une fois, c’est l’une de ces initiatives formelles pour essayer de mettre en relation les femmes et les minorités pour être délibéré et méthodique sur le mentorat, pour créer du temps et de l’espace pour ces jeunes femmes pour dire, voici mes objectifs, ou voici mes questions, et pour les mettre en relation avec des mentors qui peuvent dire, oui, je suis passé par là, j’ai fait ça, laissez-moi vous raconter mon expérience, mes leçons apprises. Ou mes erreurs, afin que vous puissiez peut-être éviter ou minimiser les vôtres. Et puis ces groupes de réseautage, comme Women in Aviation International, j’en suis une grande fan. La fondation Wings for Val est un complément à ça. Chaque année, nous nous rendons au WAI et offrons une bourse d’études en l’honneur de notre amie et collègue pilote d’avion à réaction Val Delaney, que nous avons perdue trop tôt dans un accident d’entraînement. Elle était pilote de prowler dans l’État de Washington, et nous avons été dévastés de la perdre, mais son héritage vivant est ce programme de bourses d’études qui permet aux jeunes filles et aux femmes de connaître la joie du vol et de poursuivre une carrière dans l’aviation, et de perpétuer son héritage.

Alex Dietrich :

Il y a un autre programme que je veux présenter, parce que c’est une autre grande opportunité de bourse d’études en aviation pour les jeunes, et c’est mon ami et camarade de classe de l’Illinois Math and Science Academy, Kenyatta Ruffin, qui a fondé la Legacy Flight Academy, Legacy fait référence à l’héritage des aviateurs de Tuskegee, ces hommes qui ont servi pendant la Seconde Guerre mondiale dans un escadron ségrégué, parce qu’ils étaient afro-américains, mais ils ont servi avec courage et honneur, et ils ont fait une différence significative dans le cours de notre avantage tactique dans la guerre. Ce programme est donc une sorte de camp d’été pour les communautés mal desservies, où les jeunes peuvent venir et faire l’expérience de l’aviation, et voir le potentiel, si c’est quelque chose qu’ils souhaitent poursuivre. Et donc, il leur donne cette opportunité, et cela s’appelle Legacy Flight Academy.

Chitra Ragavan :

Vous êtes également un instructeur primé du ROTC naval, vous avez été instructeur militaire permanent à l’Académie navale américaine d’Annapolis, vous enseignez le leadership et l’éthique. Quel est le message essentiel que vous essayez d’inculquer à vos étudiants ?

Alex Dietrich :

J’enseigne depuis 10 ans, et je suis impressionné par la nouvelle génération. J’ai beaucoup d’amis et de membres de la famille plus âgés qui disent : « Qu’est-ce qui se passe avec les enfants de nos jours ? La génération du millénaire », et en fait nous sommes dans la génération Z, nous avons même dépassé les millénaires maintenant en termes de qui est à l’école et qui est diplômé en ce moment. Et je suis juste inspiré par eux. Je ne suis pas du tout frustré ou ennuyé par eux, je pense qu’ils sont différents, ils ne sont pas meilleurs ou pires, ils sont différents dans leur motivation et dans leur style de communication, et tout ça. Mais je suis juste dans leur capacité à penser de manière critique aux problèmes du moment, et leur capacité à s’organiser et à tirer parti de la technologie que nous, en tant que génération X, ou mon père boomer en ce moment, j’essayais de l’aider à installer son Internet ici.

Alex Dietrich :

Nous sommes entre de bonnes mains avec cette nouvelle génération, et j’essaie simplement de me mettre à l’écart en tant qu’éducateur et instructeur, et de les rassurer sur le fait qu’ils peuvent être les leaders de la prochaine génération, et qu’ils n’ont pas à tomber dans le piège du culte du héros, ou de la théorie du grand homme qui consiste à chercher dans l’histoire des héros de la Seconde Guerre mondiale, de la Corée ou du Vietnam à vénérer ou à imiter. Merci messieurs pour votre service, mais le futur est vraiment cybernétique. L’avenir est la contre-insurrection, l’avenir est un champ de bataille très différent, et il faudra un type différent de leader et d’opérateur, et une expertise technique et tactique, et les enfants sont tous élevés là. Ils relèvent ce défi, et ils ont ce qu’il faut, et ils ont juste besoin d’être encouragés et soutenus sur cette voie, et non pas d’être humiliés ou rabaissés pour les bizarreries qui font d’eux leur propre génération, qu’ils ont leur propre identité.

Chitra Ragavan :

En regardant la jeune femme que vous étiez, qui a pris notre premier vol le 11 septembre, qui est devenue l’une des premières femmes aviateurs de chasseurs d’attaque de la nation, une opératrice chevronnée qui a combattu pour son pays, une enseignante, un mentor. En regardant en arrière, que diriez-vous à cette jeune femme à propos du voyage que vous avez effectué, Alex ?

Alex Dietrich :

Je dirais : trouvez un mentor à chaque étape de votre parcours. Je pense qu’il m’a fallu un certain temps pour comprendre l’importance du mentorat. Je dirais, gardez l’esprit ouvert, et gardez votre sens de l’humour. Je pense que ce qui m’a vraiment permis de traverser des périodes difficiles et des eaux agitées, c’est de pouvoir rire et trouver de l’humour, même dans les heures les plus sombres, parce que sinon, on devient fou.

Chitra Ragavan :

En plus de tout le reste, vous êtes aussi une maman, et vous avez traversé l’année dernière la pandémie de COVID. Avez-vous eu, ce que j’appelle, des intuitions virales à la suite de COVID-19, ce moment de clarté provoqué par une crise ?

Alex Dietrich :

Oui, l’année dernière a vraiment souligné l’importance de s’assurer que vos priorités sont claires, et de donner la priorité à vos connexions. Je sais que nous avons été coupés de notre village, avec trois jeunes enfants, et tout le monde dit qu’il faut un village pour élever des enfants, mais quand on est coupé d’eux, on réalise à quel point ce village est important. Et donc ça, et puis les amis et la famille, les relations vraiment importantes qu’en 2019, vous auriez pu dire, « Oh, je vais prendre le temps d’appeler cette personne », ou « je vais prendre le temps de rendre visite à cette personne ». En 2020, quand vous ne pouviez pas, quand les voyages étaient limités et que les contacts physiques étaient limités, vous avez vraiment réalisé à quel point vous preniez ces relations pour acquises, et que vous devriez tendre la main et donner la priorité aux amis et à la famille, et à qui est important pour vous, quand vous le pouvez, avant qu’il ne soit trop tard, avant que vous ne puissiez pas.

Chitra Ragavan :

Alex, merci beaucoup d’avoir participé à l’émission When it Mattered et d’avoir partagé votre histoire étonnante et inspirante.

Alex Dietrich :

Merci. Je vous souhaite le meilleur, et restez en sécurité.

Chitra Ragavan :

Le capitaine de corvette Alex Dietrich a servi comme pilote de chasseur d’attaque F/A-18F de la VFA-41 « Black Aces » de Lemoore, en Californie. Elle a récemment pris sa retraite de la marine américaine après avoir effectué plus de 1 250 heures de vol et 375 atterrissages sur porte-avions. Le capitaine de corvette Dietrich a participé à deux déploiements de combat, à l’appui de l’opération Iraqi Freedom et de l’opération Enduring Freedom en Afghanistan. Son dernier déploiement était un déploiement d’un an sur le terrain en tant qu’ingénieur de l’équipe de reconstruction provinciale à Ghazni en Afghanistan. Dietrich a maintenant pris sa retraite du service actif et sert au National Center for Atmospheric Research au sein de leur équipe d’apprentissage et de développement des talents, avec une mission scientifique et de service à la société. Elle continue d’encadrer de jeunes aviateurs, en particulier des femmes et des minorités, par le biais de programmes, notamment son Alma mater, l’Illinois Math and Science Academy, la Legacy Flight Academy et Wings for Val, Women in Aviation International. Je m’appelle Chitra Raghavan et je vous présente l’émission When it Mattered.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.