Interview de Lue Elizondo le 16 avril 2022

Toledo, le 16 avril 2022 – Tous droits de traduction réservés.

Introduction

Interview de Lue Elizondo – Ancien directeur du programme d’identification des menaces aérospatiales avancées.

Luis Elizondo est un ancien agent spécial de contre-espionnage de l’armée américaine et un ancien employé du Bureau du sous-secrétaire à la Défense pour le renseignement. Après sa démission en 2017, il a rejoint la société To The Stars en tant que directeur de la sécurité mondiale et des programmes spéciaux. Elizondo a quitté l’entreprise à la fin de 2020.

La société a produit la docusérie Unidentified de History Channel : Inside America’s UFO Investigation, dans laquelle il tient le rôle principal.

Elizondo est l’ancien directeur du programme d’identification des menaces aérospatiales avancées, aujourd’hui disparu, un programme d’accès spécial de 22 millions de dollars lancé par la Defense Intelligence Agency afin d’étudier les phénomènes aériens non identifiés, également connus sous le nom d’ovnis. Ce programme est associé à la diffusion des vidéos d’ovnis du Pentagone.

Début de l’histoire : Elizondo est le fils de Luis Elizondo III, un exilé cubain qui s’est porté volontaire pour la Brigade 2506, un groupe d’exilés parrainé par la CIA et formé en 1960 pour tenter de renverser militairement le gouvernement cubain dirigé par Fidel Castro, ce qui a abouti à l’invasion de la Baie des Cochons.

Elizondo a étudié la microbiologie, l’immunologie et la parasitologie à l’université. Il a servi dans l’armée américaine pendant 20 ans, dirigeant des opérations de renseignement militaire en Afghanistan, en Amérique du Sud et au Camp Seven de Guantanamo Bay. Au sujet de sa carrière militaire, il a déclaré avoir « traité beaucoup de choses, comme des coups d’État, du terrorisme au marché noir, des cartels de drogue violents, tout ce genre de choses ». Après les attentats du 11 septembre, Elizondo s’est ensuite réorienté vers l’Asie de l’Est, où il a servi comme conseiller d’une unité de renseignement affectée au soutien du général James Mattis pendant son commandement de la Marine Expeditionary Unit Task Force 58 dans la guerre contre le terrorisme.

Carrière Bureau du sous-secrétaire à la défense pour le renseignement.

De 2008 à sa démission en 2017, Elizondo a travaillé au Bureau du sous-secrétaire à la défense pour le renseignement au Pentagone. Pendant cette période, il affirme avoir été le directeur du programme d’identification des menaces aérospatiales avancées, un programme à accès spécial financé à l’initiative du leader de la majorité au Sénat de l’époque, Harry Reid (D-Nevada), pour enquêter sur les menaces aériennes, notamment les phénomènes aériens non identifiés. Elizondo a déclaré à un journaliste qu’il pensait avoir été sélectionné pour l’AATIP en raison de sa formation scientifique, de son travail en tant qu’agent de contre-espionnage protégeant la technologie aérospatiale américaine et de son manque d’intérêt pour la science-fiction. Selon le ministère de la Défense, le programme AATIP a pris fin en 2012 après cinq ans. Elizondo a déclaré avoir travaillé avec des responsables de la marine américaine et de la CIA depuis son bureau du Pentagone pour ce programme jusqu’en octobre 2017, date à laquelle il a démissionné pour protester contre ce qu’il a qualifié de « secret excessif et d’opposition interne ». Après avoir démissionné de sa carrière au sein du DOD, Elizondo a rejoint en octobre 2017 To the Stars Academy of Arts and Sciences. Elizondo a également distribué à la presse trois vidéos déclassifiées réalisées par des pilotes des porte-avions USS Nimitz et USS Theodore Roosevelt de la marine américaine, qui sont devenues connues sous le nom de vidéos d’ovnis du Pentagone. Cette diffusion s’est accompagnée du premier reportage de la presse grand public sur l’existence de l’AATIP. En avril 2019, la Marine a reconnu avoir rédigé de nouvelles directives pour que les pilotes et autres personnels signalent les rencontres avec des « aéronefs non identifiés », et Elizondo a déclaré au Washington Post qu’il s’agissait de « la plus grande décision que la Marine ait prise depuis des décennies ! »

Notes personnelles de Toledo : Je réitère ma mise en garde, car le sujet est hautement spéculatif, et certains de ses propos peuvent être classés dans la case « complotisme », notamment lorsqu’il suggère que des personnes ont délibérément pris le soin de dissimuler des informations sur le sujet par le passé. Mais bon, bref, que son message – qui est brillant, autant que le personnage qui se trouve à son apogée – soit reçu selon les attentes de chacun, dans la modération. En tout cas il voit très loin et ratisse très large.

Quant à ses détracteurs, ils seront d’accord sur le fait qu’il n’a jamais aussi bien dansé sur la glace qu’aujourd’hui.

Traduction

Tim : Qu’est-ce qui vous a fait passer d’une carrière militaire à la direction de l’AATIP, avec un accent (l’AATIP était 100% UAP. ~Joe) sur les UAPs ?

Luis Elizondo : Eh bien, tout d’abord, je n’ai pas demandé ce poste. J’ai été, en fait, nommé de mon plein gré. Je soupçonne… mon expérience en tant qu’agent spécial du contre-espionnage était principalement axée sur le contre-terrorisme, le contre-espionnage et, dans une certaine mesure, le contre-stupéfiants et la contre-guérilla… les opérations de contre-insurrection. Et donc, j’ai passé la majeure partie de ma carrière dans le monde entier, à courir après les méchants.

Mais, pendant une partie plus jeune de mon début de carrière, lorsque j’étais un jeune agent spécial, j’ai beaucoup travaillé sur la protection des technologies aérospatiales avancées. Quand vous faites du contre-espionnage, vous essayez non seulement de découvrir ce que le méchant sait sur vous, mais aussi ce qu’il sait sur vos capacités, vos forces, vos faiblesses, etc.

Nous dépensons, en tant que pays, des milliards de dollars chaque année, pour essayer de maintenir un avantage concurrentiel sur nos adversaires.

Et quand il s’agit des technologies avioniques et aérospatiales, [elles sont] vraiment les joyaux de la couronne, c’est la pointe de nos technologies militaires. Pensez donc à des technologies comme les UAV. À l’époque, dans les premiers temps, nous avions le Hunter, le programme Pioneer, puis plus tard, Dark Star, qui était plus furtif, de type militaire… pensez à une version vraiment, vraiment, minuscule d’un bombardier B-2, si vous voulez, mais dans un paquet vraiment petit. Pensez à la technologie des missiles de croisière, d’accord ? Pensez à la capacité de l’hélicoptère Apache Longbow. Pensez à tous les endroits où nous testons nos équipements, nos radars et notre télémétrie. Donc, le terrain d’essai électronique, le terrain d’essai de Yuma, le terrain d’essai d’Aberdeen.

Donc, une grande partie du début de ma carrière était axée, quand j’étais un jeune agent, j’étais affecté à un bureau de la 902e Brigade du MI (renseignement militaire) dans un petit bureau en Arizona, à Ft. Huachuca, Arizona, ou, je suppose, plus communément appelé Sierra Vista, Arizona. Et nous étions responsables de trois états, du point de vue des enquêtes.

Nous avions donc la Californie, le Nevada et l’Arizona. Et comme vous le savez, il y a BEAUCOUP de choses qui se passent dans l’état de Californie, pas vrai ? Vous avez @LockheedMartin Skunk Works, par exemple, et un tas d’autres organisations.

Le Nevada, c’est ça ? Je n’ai probablement pas besoin d’entrer dans les détails (rires) de ce qui se passe au Nevada et en Arizona également.

Ainsi, au début de ma carrière, probablement en raison de mes antécédents scientifiques, j’ai mené plusieurs efforts en matière de protection des technologies. J’ai travaillé sur le traité « Ciel ouvert« , à l’époque, AVEC les Russes, croyez-le ou non.

https://www.armscontrol.org/factsheets/openskies

L’Amérique et la Russie étaient en quelque sorte des amis. Donc, nous travaillions ensemble pour compter, d’abord, tous les propulseurs de fusées à poudre, et ainsi de suite. Donc, pour faire court, en 2008, lorsque les deux personnes sont venues me voir, alors que j’étais à Washington, DC… elles m’ont trouvé. Je ne suis pas allé chercher le programme. Je soupçonne que c’était à cause de mes antécédents… et je dis cela parce que… probablement que les premières réunions que nous avons eues ont porté sur mes antécédents.

Quel type d’expérience j’avais. Ils m’ont dit : « Ecoutez, nous savons que vous êtes un spécialiste du contre-espionnage, vous avez une excellente réputation, une excellente carrière. Parlez-nous un peu de certains des systèmes avancés de type avionique sur lesquels vous avez travaillé ».

Et c’est ce que j’ai fait. Et nous avons eu quelques conversations dans un environnement sécurisé. Et je soupçonne que c’est ce qui les a amenés à me demander, plus tard, de rencontrer le directeur, à l’époque… maintenant je peux en parler, son nom est Jim Lacatski, Dr Lacatski. Jusqu’à récemment, je ne pouvais pas vraiment en parler car il m’avait demandé de garder son identité privée.

Mais en fait, ce n’est qu’à ce moment-là, lors de cette première rencontre avec le Dr Lacatski, que j’ai réalisé que l’effort pour lequel j’étais, si vous voulez, sollicité concernait les OVNI.

Et c’est ainsi que, pour répondre de façon un peu longue, je suis passé de l’état d’homme de main pourchassant les méchants, à celui d’impliqué dans un programme #Ovni. On m’a demandé, au départ, de mettre en place le programme de contre-espionnage et de sécurité, si vous voulez, un portefeuille pour l’AAWSAP et l’AATIP

(Je peux me tromper mais je ne me souviens pas que Luis Elizondo ait dit qu’il l’avait fait aussi pour l’AAWSAP. ~Joe)

…Et plus tard, je me suis retrouvé à prendre en charge cet effort.

Tommy : Combien de temps après avoir fait partie de l’AATIP, avez-vous pensé qu’il se passait beaucoup plus de choses ici que ce que le public sait ?

Luis Elizondo : « Eh bien, ça a été immédiat (rires). Tout d’abord, le simple fait que le gouvernement américain s’intéresse aux OVNIs, n’est-ce pas ? C’est un peu une chute de micro…

Le fait que nous dépensions réellement de l’argent [pour enquêter sur les OVNIs], parce que nous entendons tout le temps : « Ahh, le gouvernement ne considère pas cela… c’est absurde, ce n’est pas sérieux ». Nous n’allons pas « gaspiller » l’argent des contribuables sur, vous savez, ce qui est maintenant considéré, peut-être, comme l’un des plus grands mystères de notre espèce, de l’humanité.

Mais ce n’était pas nécessairement le cas, publiquement, en 2008. Il s’agissait d’un projet plus sub-rosa (secret, privé) ou, si vous voulez, en dessous du seuil de visibilité au sein du gouvernement américain et de la population en général.

Il s’agissait donc d’un programme très restreint et très nuancé. Il j’étais très dévoué. Nous avions beaucoup de personnes talentueuses, bien plus talentueuses que moi. Certains des meilleurs… littéralement, le Dr Lacatski était l’un des plus grands spécialistes mondiaux des fusées.

Et je ne veux pas dire, vous savez, comme, il était un gars intelligent. Je veux dire qu’il était LITTERALEMENT, VRAIMENT, par définition, un spécialiste des fusées. Incroyablement intelligent.

Certaines des personnes qui étaient avec nous – je ne peux pas mentionner leurs noms maintenant, mais à un moment donné, ils seront probablement rendus publics – étaient tout simplement incroyables.

Nous avions une femme, en particulier, qui était tout simplement une rock star absolue.

Et puis nous avons eu un autre homme qui est devenu, plus tard, mon adjoint à l’AATIP, et qui a pris, par la suite, un rôle très important, très proéminent, après, après l’AATIP, après que j’ai quitté l’AATIP, au sein du nouveau groupe de travail UAP, je vais laisser cela à cela

(Je suis sûr que nous savons tous que c’était Jay Stratton ~Joe) ».

(Note de Toledo : Je crois que c’est lui https://www.secnav.navy.mil/donhr/About/Senior-Executives/Biographies/Stratton,%20J.pdf)

Tim : Quelle était votre mission, lorsque vous faisiez partie de l’AATIP, avez-vous démissionné en raison de l’excès de secret et de l’opposition interne ?

Luis Elizondo : « Quel était mon rôle, si vous voulez, n’est-ce pas ? Ça a changé.

Au début, c’était juste pour mettre en place le contre-espionnage et la sécurité. En 2010, quand on m’a demandé de prendre en charge le portefeuille de l’AATIP et d’en devenir le directeur, ou le chef ou tout autre nom que vous voulez utiliser…, c’est devenu un peu plus substantiel.

Parce que maintenant vous devez essayer de vous battre pour les budgets, n’est-ce pas ?

Vous essayez de vous battre pour les ressources, vous essayez d’obtenir plus d’éléments inter-agences pour venir et travailler avec vous pour essayer de vous aider à résoudre cet incroyable mystère, tout en menant en même temps des actions de sensibilisation et en disant :

« Hé, regardez, la Marine. Hé, regardez, Air Force, si vous trouvez quelque chose d’intéressant et que vous n’êtes pas sûr de ce que c’est, avant d’appuyer sur « supprimer » sur le clavier de la vidéo que vous regardez, pourquoi ne pas nous l’envoyer ? Laissez-nous y jeter un coup d’œil parce que c’est un peu notre travail »

Donc, mon travail… mes responsabilités ont évolué avec le temps, évidemment, au fur et à mesure que j’occupais ce poste. Et ensuite, pour ce qui est de… pourquoi ai-je démissionné ?

Eh bien, j’ai démissionné, en substance, pour terminer le travail que le DoD m’avait confié en premier lieu. Ecoutez, je n’ai pas demandé ce travail. Et par conséquent, j’ai passé toute ma vie dans la sécurité nationale. Et quand vous êtes, en tant que soldat, on vous dit de garder un poste, vous gardez ce poste jusqu’à ce que vous soyez relevé de cette responsabilité. Eh bien, cet ordre n’est jamais venu pour nous.

On ne nous a jamais dit de nous retirer, alors on a continué. Et de plus en plus de données nous parvenaient.

Et c’est arrivé au point où la bureaucratie, dans ce cas particulier – maintenant je peux probablement en parler un peu – il y avait certaines personnes dans ma chaîne de commandement que, à l’époque, je ne pouvais pas faire confiance. J’informais donc directement le personnel du secrétaire à la défense, parce que je ne pouvais pas faire confiance aux personnes de ma propre chaîne de commandement, car elles faisaient déjà l’objet d’enquêtes de l’IG.

(En supposant que l’une de ces personnes était Garry Reid, cela devrait calmer la plupart des spéculations selon lesquelles ces enquêtes de l’IG n’ont commencé que pendant ou après le temps de Luis Elizondo à l’AATIP. ~Joe)

Maintenant, permettez-moi de préfacer ceci : Je suis un gars du contre-espionnage, n’est-ce pas ?

J’étais donc au courant de ces enquêtes parce que l’une d’entre elles impliquait spécifiquement un de mes subordonnés, un de mes collègues, une collègue féminine. J’étais donc au courant des manigances qui se passaient. J’ai donc dû finir par informer et faire le tour de la chaîne de commandement, en m’assurant qu’au moins au niveau le plus élevé de la chaîne de commandement, ILS étaient informés.

Et je pense que c’est pourquoi vous voyez maintenant ce que vous voyez, quand j’ai quitté le Département de la Défense.

Et encore une fois, je reviens à votre question ici : Pourquoi suis-je parti ? Je suis parti parce que la bureaucratie ne voulait pas prendre ce sujet au sérieux. Nous avions un problème endémique (caractéristique de, ou prévalent dans un domaine, une zone ou un environnement particulier) au sein de ma chaîne de commandement.

Et d’ailleurs, il est toujours là… certaines de ces personnes sont toujours là.

Et laissez-moi vous dire, pour mémoire, que malgré ce que vous voyez dans les gros titres, je n’ai pas encore fini, je n’ai pas terminé. D’accord ?

Comme vous l’avez probablement compris maintenant, j’ai tendance à faire beaucoup de travail en coulisses. Je ne fais pas ça pour la gloire, je fais ça pour mon pays.

Donc, je ne me vante pas de ce que je fais. Je ne jubile pas nécessairement ou ne me réjouis pas de nos accomplissements ou de nos réussites ou de faire tomber des gens qui, franchement, ne devraient pas occuper ces positions.

Pour moi, cela fait partie de la mission.

Écoutez, si nous voulons la transparence, nous voulons la divulgation, nous voulons que la vérité soit révélée… non seulement au peuple, non seulement à l’Amérique et aux Américains et au contribuable, mais aussi à nos responsables de la sécurité nationale.

Ceux qui devraient avoir l’information mais ne l’ont pas !

Ce sont les personnes qui ont besoin de l’information. Nos décideurs politiques au niveau national, nos gens au Congrès, n’est-ce pas ? Que ce soit la Chambre des représentants ou le Sénat, le Président des États-Unis, le Secrétaire à la Défense.

Ce sont des personnes qui sont tenues, dans certains cas, par la LOI, d’avoir ces informations, et on les leur a cachées.

Donc, en fait, j’ai quitté le ministère de la Défense pour terminer le travail qu’on m’avait confié au départ.

J’aime mon Département de la Défense, vous savez ? J’aime les gens qui y travaillent.

Je suis parti par Loyauté, pas par déloyauté, parce qu’il y a cet étrange code d’éthique au sein du Département de la Défense qui dit que, si vous ne pouvez pas résoudre un problème de l’intérieur, ce que vous ne voulez pas faire, c’est perturber le jeu et être une force destructrice de l’intérieur. Ce que vous faites, c’est démissionner.

Et ensuite vous essayez de résoudre ce problème de l’extérieur. Et c’est une sorte de règle non écrite, mais si vous regardez, ça arrive souvent. Regardez… presque jour pour jour, presque un an plus tard, après mon départ, le secrétaire Mattis, une personne que je respecte beaucoup, a fait exactement la même chose, parce qu’il ne pouvait pas apporter les changements qu’il jugeait nécessaires au sein de l’administration dans laquelle il travaillait à l’époque.

Donc, vous savez, voilà. Je sais qu’il est difficile pour les gens de comprendre que, vous savez, vous quittez une organisation par loyauté, et non par déloyauté, mais c’est précisément ce que j’ai fait.

Et, vous savez, si l’une de vos personnes dans le public a servi dans l’armée, vous savez, ils ont vu cela quelques fois. Ce n’est pas rare. Et c’est une sorte de pratique courante que nous avons tendance à maintenir au sein de l’appareil de sécurité nationale.

Tommy : « Le Congrès a-t-il été utile, a-t-il été inefficace ? Ont-ils été un obstacle ? Quel genre de réponse avez-vous obtenu de ces gens ? »

Luis Elizondo : Eh bien, les quatre membres du Congrès avec lesquels nous étions engagés, c’était principalement le sénateur Harry Reid, qui était le chef de la majorité au Sénat. Mais il y avait aussi le sénateur Stevens, un sénateur républicain, Inouye d’Hawaï, un démocrate, et même l’ancien astronaute John Glenn.

Et plus tard, il s’est avéré, même, que nous avions la personne de l’Arizona, le défunt sénateur John McCain, également impliqué dans cette affaire. Et ça a été TRÈS utile.

Vous savez, ces gens sont des héros. Et dans tous les cas, ces personnes étaient elles-mêmes des vétérans, elles ont servi leur pays honorablement.

Dans certains cas, ils ont littéralement donné leur bras (sénateur Inouye) pour leur pays. Le sénateur Stevens a eu son propre incident d’UAP alors qu’il était pilote pendant la Seconde Guerre mondiale, et en fait SAW, à l’époque, ils les appelaient Foo Fighters, et a eu une interaction avec l’une de ces choses.

Vous savez, il s’agit d’individus très éminents, dotés d’une incroyable intelligence, d’un esprit juste et d’une habilitation de sécurité top secrète. Ce ne sont pas des gens qui sont enclins à des envolées fantaisistes.

Donc, ce sont les SPONSORS, les sponsors du programme lui-même, n’est-ce pas ?!

Donc, ils ont été très utiles pour nous obtenir des fonds et un budget supplémentaire.

Le problème est que… encore une fois, voici le problème avec la bureaucratie du ministère de la Défense… après 2012, lorsque la tranche initiale de financement a expiré, 10 millions de dollars supplémentaires nous sont parvenus. Le problème est qu’une fois qu’ils nous sont parvenus, la formulation du langage était un peu nébuleuse et donc, il était question de ISR, Intelligence, Surveillance et Reconnaissance.

Et donc, la cagnotte, 10 millions de dollars, a été prise par un autre bureau de l’USDI. Je ne mentionnerai pas le nom de cette personne, mais à un moment donné, cela deviendra probablement public. Et je ne pouvais rien faire, malheureusement.

Parce que sortir et dire : « Hé ! John, cet argent m’était destiné parce que c’est mon bureau et que nous étudions les OVNI ». Je ne pouvais pas faire ça. Et donc, plus tard, j’ai eu quelques conversations avec des personnes plus haut placées dans l’USDI, à l’époque, et quand ils ont finalement réalisé ce que je faisais, ils ont dit, ‘Oh, mince ! Oui, c’est un problème. Nous aurions probablement dû le savoir à l’avance.

(C’est le plus grand nombre de détails que Luis Elizondo ait jamais donné sur cet argent qui a été saisi par un autre bureau, et d’après ce dont je me souviens, il n’a jamais fait le lien avec un individu comme il l’a fait ici. Q : Est-ce que cette personne a pris les 10 millions de dollars parce que c’est ce qui se passe dans le DoD avec une formulation qui n’est pas assez spécifique, ou, est-ce que cette personne faisait partie d’un groupe anti-Ovni qui voulait tuer l’AATIP ? ~Joe)

Mais c’était difficile. Je ne pouvais pas (parler de la saisie de l’argent par un autre bureau), parce qu’il y avait beaucoup de transition au Pentagone à l’époque, beaucoup de gens faisaient volte-face et changeaient de position. Une autre personne que je respecte énormément était le sous-secrétaire à la défense pour le renseignement, à l’époque. Il s’appelait Jim Clapper. Il a également été directeur de plusieurs agences de défense et a quitté l’USDI, lorsque je faisais partie de l’AATIP, pour devenir directeur du renseignement national.

Obama venait d’entrer en fonction et l’avait choisi pour être le nouveau directeur du renseignement national. Donc, mon patron était parti et nous avions une nouvelle direction à ce moment-là. À l’époque, c’était Mike Vickers, il est devenu sous-secrétaire. Il a amené tout un tas de gens.

https://military-history.fandom.com/wiki/Michael_G._Vickers

Et malheureusement, beaucoup de ces personnes étaient sous enquête IG. Donc, je n’avais pas la couverture supérieure, je n’avais pas la capacité d’informer ces personnes. Et donc, j’ai dû les contourner & faire le tour, si vous voulez, de ce petit… eh bien, je ne veux pas le dire en langage vénérable. J’allais être irrespectueux, je ne veux pas l’être.

Cette petite enclave d’individus faisant l’objet d’une enquête. Je ne pouvais pas risquer la sécurité nationale de notre programme entre les mains de personnes dont je savais pertinemment qu’elles faisaient l’objet d’une enquête de l’IG.

(Question pour Luis Elizondo : Est-il si courant au sein du DoD ou de l’USDI&S que tant de personnes fassent l’objet d’une enquête IG ?) Si vous souhaitez soutenir mes transcriptions ici, sur mon blog et mes vidéos sur YT…

Tim : J’ai une question…Si vous pensez que les UAP sont intelligents, vont-ils se révéler eux-mêmes ?

Luis Elizondo : Ecoutez, les gens, quand ils disent, « Quand est-ce qu’ils vont descendre et nous parler, » d’accord ? « Quand est-ce qu’ils vont communiquer ? Eh bien, décomposons cela pendant une minute.

Que signifie la communication ? Eh bien, il y a la communication verbale, nous sommes en train de communiquer en ce moment même.

Mais si vous et moi… disons que nous sommes au bout d’un couloir, et que je vous regarde et vous fais signe, je communique avec vous. Je communique une sorte d’intention ?

Comme je l’ai déjà dit, il y a toutes sortes de façons de communiquer.

Je communique avec mes chiens et mes chiens, tous les jours, communiquent avec moi.

Ils ne me disent pas « Hé, papa, j’ai faim, donne-moi à manger », mais ils me disent quand ils ont faim, ils me disent quand ils veulent aller aux toilettes, ils me disent quand ils veulent être caressés, ils me disent quand ils veulent une caresse sur le ventre.

Donc, vous savez, je vous dirais que le simple fait qu’ils soient là et qu’ils se montrent comme ils le font, ils sont définitivement en train de communiquer avec nous.

Peut-être que nous ne COMPRENONS pas encore précisément ce qu’ils essaient de dire ou de communiquer, mais nous avons la forte impression en ce moment au sein du gouvernement que la communication a déjà été établie.

Maintenant, permettez-moi de préfacer, parce que les gens vont dire que, « Oh, Luis Elizondo confirme qu’Eisenhower et nous avions un accord secret ! »

Ce n’est pas ce que je dis. Ce que je dis simplement, c’est qu’il y a des moyens de communiquer une intention. Il y a toutes sortes de façons, non ? Si je vous fais un doigt d’honneur en ce moment, je communique (rires) une intention.

Si je vais vers toi, et que je fais ça, hein ? (Luis Elizondo fait la forme d’un cœur avec ses mains). Un cœur – pardonnez-moi, j’ai de gros doigts de saucisse. Mais si je fais ça, je communique, vous savez, une intention, une expression. Donc, je pense que nous devons être prudents quand nous disons… est-ce qu’il y aura un effort dans le futur pour qu’ils communiquent, parce que je pense qu’ils l’ont déjà fait, je pense que nous sommes au-delà de ça.

Tommy : « Vous avez mentionné que l’un des membres du Congrès était en fait un pilote de la Seconde Guerre mondiale, la personne qui a participé à la Seconde Guerre mondiale en tant que pilote, et a effectivement eu une interaction avec ce qu’ils appelaient les Foo fighters. Nous sommes également familiers avec ce phénomène. Nous parlons donc d’un phénomène qui remonte à des décennies et des décennies, et il est très frustrant, en tant que contribuable américain, qu’il ait fallu autant de temps pour que le gouvernement américain, franchement, ne nous prenne pas pour des imbéciles.

Il pourrait au moins nous donner quelque chose, au moins reconnaître que ces choses sont en fait, dans l’air, elles sont réelles.

Et c’est quelque chose dont nous avons été très surpris par le rapport de l’UAP.

Donc, je veux dire, avez-vous connaissance d’autres personnes, qui pendant la période de la Seconde Guerre mondiale, ont également eu des rencontres de cette sorte ?

Luis Elizondo : « Cet effort remonte à loin, les gars. Vous savez, c’est beaucoup plus profond. Je dois toujours être très prudent. Je l’ai déjà dit… c’est un marathon, pas un sprint.

Avec un peu de chance, tous ceux qui m’ont vu parler avant, savent que je laisse toujours des miettes de pain. Dans certains cas, des miches de pain géantes (rires).

Vous savez, c’est un sujet qui va prendre du temps à démêler.

Il y a eu une histoire profonde, non seulement du gouvernement américain, mais aussi d’autres gouvernements impliqués dans ce sujet. Et ça, vous savez, cette pelote de fil doit être démêlée lentement et méthodiquement.

Il n’y a pas de raccourcis.

Et j’ai déjà dit aux gens… écoutez, si les réponses vous démangent, alors, vous savez, trouvez un hobby et revenez dans cinq ans et peut-être y aura-t-il une mise à jour plus significative pour vous.

Mais nous avons parcouru un long chemin ces quatre dernières années, les gens doivent juste être patients.

Il y a beaucoup de choses en jeu ici, il y a beaucoup d’équité, c’est une GRANDE conversation.

Vous savez, ceux qui pensent : « Je veux juste la réponse, je veux juste savoir, oui ou non ! »

Eh bien, vous pensez de façon myope, vous êtes précisément la raison pour laquelle nous n’avons pas encore (rires) eu cette conversation, parce que c’est beaucoup plus complexe.

C’est une conversation qui concerne toute l’humanité… notre espèce entière.

Que vous le reconnaissiez ou non, c’est le cas, et ce depuis longtemps.

Et il y a eu des décisions prises par des individus, des organisations, des institutions et des gouvernements, à l’époque, que l’on croyait probablement être dans le meilleur intérêt des gens.

Mais, vous savez, les intérêts des gens changent avec le temps. Les cultures changent.

Les goûts et les dégoûts changent, non ? La musique change, n’est-ce pas ?

Donc, je pense que le temps est venu d’avoir cette conversation honnête.

Mais si quelqu’un pense que, « Oh, c’est juste une simple question de me dire la vérité et je vais continuer et retourner à ma routine quotidienne ».

Ce n’est pas aussi simple que cela.

Vous savez, j’encourage les gens à ne pas penser de manière aussi myope, car c’est une conversation très, très importante dans laquelle nous nous engageons. Et elle aura des effets à long terme sur l’humanité.

Je pense qu’ils seront surtout bons, mais peut-être aussi mauvais, vous savez ?

Et si nous faisons notre devoir de diligence et essayons de voir à l’avance ce qui peut être affecté, je pense que c’est intelligent, vous savez ?

Et je n’essaie pas d’embarrasser qui que ce soit.

Je ne veux pas dire, « Ah ha, vous voyez le gouvernement, vous êtes mauvais ! ».

Le gouvernement n’est pas mauvais. Le gouvernement est aussi bon ou mauvais que vous et moi, et il est composé d’individus fantastiques.

Et le travail du gouvernement est de protéger ses citoyens.

Donc, vous savez, c’est là que réside le défi. Vous savez, qui prend la décision : Qu’est-ce qui est dans le meilleur intérêt de ses citoyens ?

Et bien trop souvent, nous laissons cela entre les mains du gouvernement, et bien trop souvent, il y a des individus au sein du gouvernement qui ne devraient vraiment pas avoir cette responsabilité. Et donc, c’est pourquoi nous essayons de démocratiser cette conversation et d’impliquer tout le monde.

Pour que nous puissions tous prendre cette décision collectivement, n’est-ce pas ?

Je ne veux pas que le gouvernement ou franchement, vous, Tom, ou vous, Tim, prennent unilatéralement une décision qui m’affecte, moi et ma famille, sans ma participation, d’accord ?

Je ne pense pas que cela ait un sens.

Et VOUS ne voudriez pas non plus que cela se produise.

Voudriez-vous que MOI je prenne une décision qui vous affecte sans votre avis ?

Et bien sûr, votre public.

Donc, voilà où nous en sommes.

Et, bien sûr, dans le mélange de tout cela, vous avez ces bonimenteurs et ces fraudeurs qui ont fait partie de ce, vous savez, spectacle ridicule que nous appelons l’ufologie depuis longtemps, où ils ont détourné une conversation très sérieuse et ont essayé de s’approprier le récit et de vous l’enlever.

De VOUS et de votre public, de le contrôler et de dire :

« Non, je suis le gardien de l’information. Vous ne pouvez que vous adresser qu’à moi et vous ne pouvez parler à personne d’autre, Je suis celui qui a toutes les réponses. »

Je veux dire, un peu comme, honnêtement, une secte, non ?

C’est le contraire de démocratiser la conversation…

Vous tyrannisez la conversation et vous en faites une tyrannie, comme un tyran, et je pense que c’est une erreur.

Et donc, je ne suis plus vraiment concerné par ça. J’ai décidé de lever, de déplacer et de concentrer mes efforts là où sont mes véritables compétences. C’est-à-dire travailler assidûment dans les coulisses pour une divulgation honnête et une transparence dans cette conversation. Et d’ailleurs, c’est ce qui se passe. Tous les jours.

Chaque jour, nous faisons des progrès considérables. Et, vous savez, je fais de mon mieux pour essayer de tenir les gens informés autant que possible, mais à un moment donné, aussi, je dois m’assurer que je ne me distrais pas de ce qu’est la véritable mission principale, vous savez ?

Tenir les gens informés fait partie de la mission, mais ce n’est pas la mission complète. Et, vous savez, c’est probablement pourquoi vous me voyez, ces derniers temps, me retirer un peu. C’est vraiment…

Il ne me reste plus que quelques engagements, comme vous le savez.

Je ne vais pas vraiment m’impliquer davantage dans la vie publique, en ce qui concerne ce sujet.

Je suis devenu, je pense, une distraction un peu trop importante.

Malheureusement, les gens m’ont considéré comme plus important que la question de la transparence et de la divulgation.

Et c’est une erreur, c’est une erreur. Ce n’est pas ce que nous devrions faire.

Nous devrions nous concentrer sur le sujet.

Vous savez, je vais vous le dire.

Vous voulez connaître l’une des grandes préoccupations du gouvernement sur ce sujet ?

Ma femme m’a fait regarder le film « Contact » récemment, cette semaine. C’est un film avec Jodie Foster. Et encore une fois, comme la plupart d’entre vous le savent, je ne suis pas un fan de science-fiction.

Mais elle a dit, « Ecoute, il y a quelque chose que je veux que tu voies ». Et donc, pendant qu’on regarde ça, on regarde les personnages se développer.

Et il y a ce moment où Jodie Foster, je suppose, la divulgation a maintenant eu lieu, non ? Les gens savent que nous parlons à une sorte de civilisation avancée dans la constellation [de la Lyre].

Et donc, il y a un moment où elle revient dans l’une des installations, et à l’extérieur il y a cette foule de gens.

Des gens religieux disent « La fin du monde arrive, la fin du monde arrive ! » à des gens qui regardent le ciel en disant : « Nous accueillons nos frères célestes ».

D’autres qui font une fête rock and roll et rave, des néo-nazis. Toute la marginalité est représentée dans cette seule scène.

Et, vous savez, dans une certaine mesure, nous devons être conscients de cela.

Vous regardez le film, et vous en riez, mais nous devons nous poser une question difficile, nous devons nous regarder dans le miroir et nous dire : « Bon sang ! Est-ce que je fais partie de ça ? « 

Suis-je l’une de ces personnes qui ont été tellement absorbées par ce sujet que je ne peux même plus le regarder objectivement parce que mon récit, mon point de vue est plus important que tout le reste ?

Et donc, c’était intéressant. J’ai vu ça et ça a vraiment résonné. J’ai dit, « Wow… ouais, c’est un vrai problème. »

C’est arrivé il y a juste deux ans, non ?

Regardez la Tempête Zone 51. Cela vient de se produire, pour de vrai, dans la vraie vie ! Ce n’est pas Hollywood, c’est réel !

Des gens se sont présentés et étaient vraiment prêts à prendre d’assaut la Zone 51, à mettre leur vie en danger et à risquer de se faire tirer dessus et tuer parce que quelqu’un a fait une blague sur les médias sociaux.

Donc, nous avons une responsabilité beaucoup plus grande que ça, nous ne pouvons pas faire ça.

On ne peut pas… juste sortir des informations.

Il y a des répercussions pour tout, et je veux dire tout, et je pense que nous devons… Ecoutez, nous avons parcouru un long chemin en quatre ans, et je pense que nous l’avons fait parce que nous avons poursuivi cette affaire de manière délibérée.

Il n’y a pas eu de hasard, il n’y a pas eu une personne qui est arrivée en disant : « Je contrôle le récit et vous m’écoutez tous », ou « J’ai été choisi pour représenter tout le monde »

Nous sommes ici à cause du contraire, parce que nous avons eu cette démocratisation de cette conversation. Mais lorsque nous faisons cela, nous devons nous tenir responsables. Et rappelez-vous, vous savez, nous avons une responsabilité.

Si vous voulez vraiment la vérité, alors nous devons être capables de gérer la vérité.

Et nous devons nous surveiller pour nous assurer que les personnes en position d’autorité ne soient pas effrayées et ne disent pas : « Regardez, regardez, regardez comment ils se comportent. Vous voyez ? Ils ne peuvent pas supporter la vérité. Ils ne sont tout simplement pas capable »

On ne peut pas leur donner cette excuse. Donc, c’est mes deux cents, peut-être trois cents

Tommy : Rodney dit : J’ai servi dans l’armée à Fort Bliss, Texas, et j’ai vu des choses étranges. As-tu entendu parler de grondements dans cette zone ?

Luis Elizondo : Alors, Rodney… oui, nous en avons entendu parler.

Maintenant, tu sais, si tu es déjà allé à Fort Bliss, tu sais qu’il y a El Paso, puis Juarez. Et quand vous êtes sur les collines d’El Paso, et que vous regardez vers Juarez, vous pouvez en fait voir une ligne… parce que le type d’ampoules incandescentes que nous utilisons aux États-Unis est légèrement différent des ampoules qu’ils utilisent au Mexique.

Et donc, à cause de la quantité de mercure dans ces ampoules à incandescence, vous pouvez voir où le Mexique se termine et où les États-Unis commencent, juste par la couleur des lumières que vous pouvez voir depuis le sommet de la colline. C’est assez beau, et très intéressant.

Il se passe beaucoup de choses à Fort Bliss. Beaucoup de choses.

Vous avez toutes sortes d’opérations militaires en cours, des opérations du @DHSgov en cours. Alors, pourquoi est-ce que je dis ça ?

Eh bien, parce que nous devons être prudents.

Oui, nous avons entendu parler et reçu des rapports d’activité des UAP dans et autour de la région de Fort Bliss.

Cependant, nous devons également faire preuve de diligence raisonnable pour nous assurer que nous pouvons dé-confondre ce qui existe d’autre, n’est-ce pas ?

Parce que vous avez le DHS et la U.S. Border Patrol, n’est-ce pas ?

Et vous avez l’ICEImmigrations and Customs Enforcement.

Et vous avez les pilotes privés, non ?

Et vous avez les drones, les drones commerciaux, vous avez Amazon, vous avez Fort Bliss, d’accord ?

Donc, il y a beaucoup de choses dans le ciel. C’est une partie du problème que nous avons maintenant.

En fait, c’est une excellente question… un excellent point de départ, Rodney.

Parce que l’une des choses que nous faisons maintenant, et le gouvernement, est que nous avons réalisé qu’il y a un problème appelé UAPs, et ensuite nous avons un problème appelé air trash et air junk.

Des trucs qui sont dans le ciel, dont nous ne savons pas ce qu’ils sont, mais qui ont un impact sur ce que nous appelons la sécurité du domaine aérien des États-Unis, ce qui est, en passant, une responsabilité que nous avons.

Nous avons l’obligation de savoir tout ce qui se passe dans notre espace aérien. Nous le devons. Et malheureusement, en ce moment, nous ne le faisons pas.

Donc, la grande question est la suivante : à l’heure actuelle, au sein des canaux gouvernementaux, est-ce que nous mettons tout dans le même sac que les déchets aériens, puis essayons de résoudre le problème des déchets aériens et disons : « A-ha ! Vous voyez, nous avons résolu le problème des OVNIs ? »

Ou alors, disons-nous, « Non, ce sont deux choses différentes. Vous avez les déchets de l’air, et puis vous avez quelque chose qui est une technologie disruptive ? ».

Et je ne veux pas dire disruptive dans le mauvais sens du terme… je veux dire une technologie au-delà de la prochaine génération.

Une technologie avancée qui a la capacité de faire des choses que nous ne pouvons pas faire et d’interférer dans notre espace aérien américain contrôlé.

Ce sont, à mon avis, deux choses distinctes.

Ils l’ont toujours été et le seront toujours. Le problème, c’est que pour le profane et pour le bureaucrate du gouvernement qui ne se rend pas compte de l’existence des UAP, une fois que la feuille a atterri sur [son bureau], il se dit :

« UAP quoi ? Ahh, mettez ça dans cette poubelle. Mettez-le dans la pile de déchets que nous appelons déchets aériens ».

Eh bien, ce n’est pas le cas. Et donc, nous essayons de convaincre les gens de regarder, « Soyez conscient du fait que tout ce qui est dans le ciel peut être quelque chose, mais tout ne sera pas nécessairement des déchets de l’air ».

Et donc, c’est là où nous en sommes dans cette conversation…

Tommy : « Vous continuez à entendre les opposants parler de ces vidéos comme celle du Gimbal, par exemple. Ou dire, « Oh, c’est juste un drone chinois, c’est juste une sorte de technologie avancée d’un de nos adversaires ».

Mais je pense que mes pensées à ce sujet sont : Si c’est le cas, si, disons, les Chinois ont mis au point une toute nouvelle super technologie qui dépasse de loin tout le monde… ils ont découvert une nouvelle propulsion, ils peuvent propulser un véhicule sans cracher de fumée ni faire de bruit, des choses comme ça. De plus, ils ont aussi une sorte de maîtrise de la gravité, dans une certaine mesure.

Maintenant, ne verrions-nous pas cela dans leur secteur industriel ? Je veux dire, ne seraient-ils pas en train d’accaparer le marché de tout et n’importe quoi en ayant ce genre de source d’énergie et ce genre de capacité ?

Luis Elizondo : Oui. Alors déconstruisons cela pendant une minute, d’accord ?

Tout d’abord, vous me dites qu’un pays, malgré des milliards de dollars de nos meilleurs renseignements, a développé une capacité qui peut voler à des vitesses hypersoniques, effectuer des virages à 180 degrés, des manœuvres à 300, 500, 1000 G, voler dans l’espace, dans l’eau et dans l’air et, oh, au fait, qui n’utilise aucune forme de portance ou de propulsion ?

Ok. Et en plus de ça, vous voulez que j’accepte le fait que maintenant ils ont été capable de faire cela pendant les 70 dernières années ?

En passant, nous avons des rapports du gouvernement américain sur ces mêmes Tic-Tacs, j’en ai dans mon bureau qui parlent, au lieu de Tic Tacs volants, de réservoirs de butane volants, de pastilles blanches volantes.

J’ai un dessin datant de 1986, avant que l’événement Tic-Tac ne soit connu ou ne se produise, en 2004, cela remonte aux années 80.

Les gens dessinaient le même Tic-Tac, faisant la même chose.

Donc, vous êtes en train de me dire que le pays, soit la Russie, soit la Chine, parce que ça ne peut vraiment pas être quelqu’un d’autre, juste après la Seconde Guerre mondiale, juste après avoir largué la bombe atomique, et nous venions juste d’entrer dans l’ère de l’avion à réaction, nous avions à peine franchi le mur du son, nous n’étions pas encore allés dans l’espace.

Cette Chine, qui, soit dit en passant, était en pleine famine, ou la Russie, qui utilisait encore des chevaux et des charrettes pour tirer des munitions, de base en base à l’occasion… Ils avaient cette technologie ?

Et ils la faisaient voler au-dessus des États-Unis ?

Ok, alors descendons dans cette logique pour un moment, suspendons la réalité, supposons que cela se soit passé ainsi.

En 70 ans, cela signifie que la nation ayant la capacité de renseignement la plus performante, malgré les 18 agences actuelles, et nos HUMINT, SIGINT, GEOINT, COMINT, ELINT et tous ces autres INT, et les milliards de dollars que nous dépensons chaque année, nous n’en avons jamais vu une miette, un indicateur ?

Et pourtant, ils survolent notre espace aérien américain contrôlé depuis 70 ans.

Eh bien, si c’est le cas, alors ce serait le plus grand échec de renseignement que ce pays n’ait jamais connu, éclipsant par un ordre de grandeur celui des événements du 11 septembre.

Parce que, cela signifie que, quoi que nous fassions à partir de maintenant, nous ne gagnerons jamais une guerre.

Maintenant, pensez-vous que la Russie, en ce moment, qui perd son assaut en Ukraine, si elle avait cette technologie, ne l’utiliserait pas ?

Vous avez raison, ils le feraient, non ? Donc, c’est juste un non-sens.

Et, bien sûr, ce que les gens oublient, c’est que vous avez le témoignage des pilotes, qui étaient là.

Des gens qui disent, « Je suppose que cette vidéo, je vais juste l’expliquer. C’est, euh… un fouillis d’air … »

Ok, tout d’abord, c’est confirmé par le radar, ce que VOUS ne voyez pas.

C’est également étayé par les témoignages des pilotes qui sortent MAINTENANT – la plupart d’entre eux n’ont pas encore été entendus – qui vous disent qu’ils se sont approchés de très près.

Et d’ailleurs, dans l’un d’entre eux, vous entendez l’audio – qui, soit dit en passant, fait l’objet d’autres informations – où il y a toute une flottille d’aéronefs, n’est-ce pas ?

Ce n’est pas seulement le Gimbal, il y a toute une flotte de ces choses !

Et ils se déplacent contre le vent et ils volent en formation.

Donc, tu sais, j’apprécie un scepticisme sain. Ce que je n’apprécie pas, ce sont les gens qui sont sceptiques parce que c’est leur nature de tout rejeter en bloc.

Même à la lumière de preuves accablantes, ils restent sceptiques. Je pense que c’est un problème.

Ce sont des gens qui sont aussi mauvais que les vrais croyants, qui quoi qu’ils voient, c’est toujours un OVNI.

Et pour les sceptiques, peu importe ce qu’ils voient, ce ne sera JAMAIS un OVNI.

Les deux regards sont des perspectives défectueuses.

Nous devons être justes et objectifs et être capables de regarder les choses, objectivement.

Et, vous savez, c’est mon problème avec les sceptiques. Je n’ai rien contre les détracteurs, vraiment.

Je n’ai rien contre un scepticisme sain parce que, dans mon métier, on appelle ça une analyse alternative, et je pense que l’analyse alternative est importante.

Vous ne voulez pas que tout le monde hoche la tête en disant « Ooh, oui, un OVNI (Lue montre le ciel) », parce qu’il y a beaucoup de choses [que cela pourrait être].

J’ai donné un briefing où j’avais un gars qui était sûr à 110% d’avoir vu un OVNI sur une base militaire américaine, un OVNI noir en vol stationnaire.

Il a même envoyé une photo et une vidéo de celui-ci. Et donc, on l’a fait analyser.

Et, d’ailleurs, si nous ne l’avions pas fait analyser et si elle avait été rendue publique, pendant les 30 années suivantes, je vous garantis que les gens auraient dit : « Il y a un ovni noir qui survole cette base militaire et voici une photo ! C’est une photo claire ! Eh bien, il s’avère que ce n’était pas un OVNI. En fait, nous avons fait l’analyse et il s’est avéré que c’était – je peux vous donner cette présentation à un moment donné dans le futur – il s’est avéré que c’était une vieille tente de l’armée ».

(Il est important de noter que Lue et ses collègues ont fait des analyses avant que quelque chose ne soit étiqueté comme inconnu. AAWSAP (d’après ce que j’ai entendu d’une source) a trouvé des réponses prosaïques pour certains des objets qu’ils ont analysés. Contrairement à ce que certains pensent, ils ne se sont pas contentés de dire « OVNI ».~Joe)

Tommy : Vous savez, une autre chose est que si c’était un équipement chinois ou russe ou autre, un équipement d’un autre adversaire, quelque chose dans leur inventaire, alors pourquoi sont-ils si déterminés, en fait, à voler NOS secrets ? Pourquoi ont-ils besoin de nos secrets s’ils ont une technologie comme celle-là ?

Vous entendez parler de cela tout le temps. Les Chinois essaient de pénétrer dans Northrop ou autre, vous savez, des choses de cette nature. Et, c’est comme, s’ils avaient quelque chose d’aussi avancé, ils ne seraient pas concernés par notre technologie furtive et des choses comme ça. Ils auraient quelque chose de déjà mieux dans leur inventaire.

(Lue était occupé à essayer (et échouer) à partager son écran pendant ce moment. ~Joe)

Tim : Je ne sais pas si vous connaissez la vidéo de survol d’un disque qui passe devant l’aile d’un avion ? Ils veulent savoir : Croyez-vous que la vidéo soit authentique ? Croyez-vous que cet engin se comporte de la même façon que dans la vidéo de 23 minutes ?

Luis Elizondo : Donc, je ne peux pas commenter la véracité ou l’authenticité de la vidéo. Ecoutez, elle n’était pas disponible pour nous à l’AATIP et ce n’est pas une vidéo que nous abordons actuellement dans le groupe de personnes avec lesquelles je travaille. Je suis au courant, je l’ai vue, elle semble intéressante. Elle ne correspond pas du tout aux caractéristiques de manœuvre qui sont associées à la vidéo de 23 minutes. C’est complètement différent.

Cette vidéo de ‘flyby’ est certainement, encore une fois, intéressante à regarder. Mais je ne connais pas sa provenance, je ne sais pas comment elle est apparue, je ne sais pas qui l’a enregistrée. Et donc, par conséquent, c’est vraiment, c’est difficile. Et à la fin de la journée, et je l’ai déjà dit auparavant, Tim et Tommy… ce n’est pas important ce que je crois.

Ce qui compte, c’est ce que les faits et les données suggèrent.

Donc, pardonnez-moi de ne pas nécessairement le commenter, mais cela ne servirait à rien parce que pour l’instant, c’est une supposition non informée, et je ne suis pas sûr que cela soit utile à qui que ce soit.

À la fin de la journée, une supposition est 50/50, non ? Donc, j’ai juste… je ne sais pas.

Tommy : Pourrions-nous aborder le rapport de UAP lui-même ? Avec les neuf pages que nous avons reçues en tant que public, c’est quelque chose que Tim et moi considérons comme un rapport de livre de huitième année, un travail de B plus, au mieux. Ceci étant dit, la version classifiée et toutes les autres choses dont vous avez été témoin et qui vont avec, pensez-vous, soupçonnez-vous que cela choquerait le public américain ou la plupart des gens dans le public américain ?

Lue : « Eh bien, ces 70 pages environ les aident à former le document. Il y a des annexes et des pièces jointes à cela. Les gens disent, « Oh, ce truc n’avait que six pages ». Ecoutez, vous savez, je ne sais pas quoi vous dire. Je sais que les gens croient en la FOIA et que la FOIA est parfois utile.

Mais la liberté d’information ne fait pas tout, vous savez ?

Il y a beaucoup de choses qui ne sont pas écrites dans un email et que vous ne pourrez jamais obtenir. Ecoutez, nous avons un appareil de renseignement entier appelé renseignement humain, des humains, qui est dédié aux choses qui ne sont pas écrites.

C’est une interaction d’humain à humain, non ? Combien de fois avez-vous eu une conversation avec votre conjoint ou un être cher et n’avez-vous pas écrit un courriel à ce sujet ? Eh bien, un sacré paquet !

Donc, je respecte la procédure FOIA, elle peut être très utile, mais ce n’est pas une fin en soi, loin de là.

Il y a une grande partie, la majorité des choses sur lesquelles j’ai travaillé, qui ne seront jamais dans la FOIA.

En fait, c’était exempté de FOIA !

Et donc, en ce qui concerne les pages restantes qui sont classifiées, je ne peux pas en parler, je n’en ai pas la capacité.

A un moment donné, si elles sont déclassées, ce serait génial. Mais ça ne dépend pas de moi.

Encore une fois, je ne sais pas pourquoi les gens s’emmêlent les pinceaux, parce qu’ils disent : « Eh bien, ils ont dit que ce n’était que, vous savez, quelques pages, sept, huit pages ».

Eh bien, ce n’est pas le cas. Et chaque fois que j’ai eu cette conversation, on m’a toujours donné raison. Je n’ai jamais trompé personne. Et donc, vous savez, à un moment donné, les gens vont devoir se réveiller et réaliser que la liberté d’information n’est pas tout. Je suis désolé, ce n’est pas tout.

Et soit vous êtes bon avec ça, soit vous ne l’êtes pas.

Mais c’est la réalité. Et c’est pourquoi, vous savez, il est important que nous comprenions que ce rapport non classifié a été construit sur la base d’informations classifiées.

Je veux dire, il le dit même.

Donc, je ne sais pas pourquoi c’est une surprise que le rapport original soit beaucoup plus long, parce que c’est le cas. Beaucoup de pièces jointes sont à l’origine de ce document. Et, d’ailleurs, il y aura d’autres rapports de ce type qui sortiront, donc, je pense que c’est une bonne chose.

Note de Toledo : Evidemment cela est contesté car le rapport classifié est sorti, et en effet, il comprend plus d’éléments, dont beaucoup sont cachés ; toutefois le rapport classifié ne semble pas faire mention de pièces jointes ou d’autres éléments. L’article relatif est ici :

https://uap-blog.com/publication-partielle-du-rapport-classifie/

Je pense que les gens disent, « Eh bien, le rapport était décevant ».

J’ai dit, « Non, je pense qu’il a fait EXACTEMENT ce qu’il devait faire. Il dit que sur 144 cas, 143 restent non résolus. Donc, nous avons un problème ».

Oh, au fait, ça pourrait être autre chose : « Autre catégorie », ce qui, soit dit en passant, rend tout autre chose tout à fait possible.

Donc, vous savez, pour la première étape d’un rapport non classifié du gouvernement américain sur les UAPs, je pense qu’il a fait exactement ce qu’il devait faire. Et tout ce qu’il a fait, c’est d’amener le Congrès à s’engager encore plus et à dire : « Ok, donc vous nous dites que vous ne savez pas ce que c’est ? Eh bien, devinez quoi ? Trouvez-le ».

Donc, je pense que ça a fait exactement ce que c’était censé faire. C’est mon opinion, en tout cas.

Tim : En ce qui concerne le groupe de recherche permanent sur les UAP qui a été récemment mis en place au sein du gouvernement américain, pensez-vous qu’ils finiront par publier les 64 pages restantes du rapport classifié sur les OVNIs, ainsi que toutes les données, les séquences vidéo 4K et autres informations au public, en particulier, dans un délai raisonnable ?

Luis Elizondo : Umm, vous savez, je suis optimiste, je l’espère vraiment. Je pense que les gens du Congrès, c’est pourquoi ils ont exigé un rapport non classifié qui est dû, je pense, sur une base annuelle. Je pense que c’est intelligent.

Mais regardez, ceci n’est pas un poney à un tour, les gars.

Le Congrès n’a pas fini, ok ? Vous l’avez entendu en premier de ma bouche.

Je ne vais pas entrer dans plus de détails. Mais, si vous pensez que le Congrès… c’est une fois et c’est fini, vous vous trompez. Comme je l’ai dit, nous n’en avons pas encore fini avec cette conversation.

Vous pouvez voir dans les gros titres de cette semaine seulement, que les choses ont été mises en mouvement il y a un certain temps. Encore une fois, je n’en parle pas, mais vous le voyez maintenant.

Et j’ai laissé des indices tout au long du chemin. Et si vous pensez que le Congrès va laisser ça tranquille, celui qui le pense se trompe lourdement.

Ils sont plus énergiques que jamais. Vous avez des gens comme le député @timburchett, et le député @RepRubenGallego, des côtés opposés de l’allée. Les sénateurs @marcorubio et @SenGillibrand, encore une fois, des côtés opposés de l’allée, se réunissant sur ce sujet et disant, « Attendez une minute, maintenant, DoD, attendez une minute, communauté intel, nous voyons beaucoup de choses ici. Vous ne pouvez pas nous donner de réponses et ça ne ressemble pas à un 737. Donc, vous feriez mieux de trouver une solution. Et vous feriez mieux de trouver un moyen d’avoir une conversation avec le peuple américain parce que nous, le Congrès, sommes tenus responsables devant le peuple américain, devant nos électeurs. Alors vous feriez bien de croire que nous allons parler à nos électeurs. »

Tim : J’ai vu la vidéo avec Tim Burchett et il a mis le doigt sur le problème. Il a été très engageant, et il a fait passer son message. Je le trouve très important dans cette discussion.

Luis Elizondo : Les gars, si vous avez la chance de le rencontrer, et cela vaut pour votre public, c’est vraiment un être humain incroyable. C’est le genre de gars qui est le sel de la terre.

Vous savez, je ne veux pas en dire trop, je ne sais pas combien il garde de choses privées. Mais c’est un homme qui a grandi en tant que col bleu. Il était soudeur dans un atelier de caravanes. C’est un passionné de matériel, comme moi, et c’est aussi, soit dit en passant, un excellent homme d’État. Et il représente vraiment ses électeurs. Et une chose qu’il vous dira, c’est : « Écoute, mec, mon travail est de soutenir et de défendre mes électeurs. Point final, point final. Et quel que soit leur intérêt, c’est mon intérêt. Ils m’ont mis ici au Congrès pour les représenter, et je serai damné si ce n’est pas ce que je vais faire ».

C’est un homme bon. Honnêtement, nous avons besoin de plus de gens comme lui au Congrès, si vous voulez mon avis. Il est EXACTEMENT ce qu’un représentant devrait être. Malheureusement, ce n’est pas aussi commun que vous pourriez le penser. Mais c’est un bon individu, un grand individu, en fait.

Tommy : « Eh bien, il y a tellement de gens qui posent des questions maintenant qui n’auraient jamais posé les questions avant le rapport UAP. C’est vrai. Beaucoup plus de gens sont motivés et, comme vous le dites, ils sont très intéressés par ce sujet. Et j’imagine que le Congrès ressent une certaine température.

Il y a certains membres du Congrès dont le personnel dit : « Écoutez, nous voulons plus, nous comprenons ce que vous nous avez dit, nous comprenons ce que vous nous avez donné, nous comprenons ce que nous avons vu, mais nous voulons plus de détails à ce stade ». Et j’espère que… »

Luis Elizondo : Tommy, il y a des membres du Congrès, en toute confidentialité, qui vous le diront, ils n’ont pas été rendus publics, qui ont eu leurs propres rencontres avec des ovnis. Ils disent, « Regardez, j’en ai vu un en pêchant avec mon père, nous étions dans un étang. J’avais 10 ans, mon père était dans le champ, et on a tous les deux vu la chose sortir de l’eau ». Je veux dire, ce sont des représentants, mec. Ce n’est pas juste, « Ok, bien, allons-y et amusons les masses. Ce n’est pas ce qui se passe ici ».

Tommy : Parce qu’il est grand temps que cela arrive, aussi. Plus de cette histoire de, vous savez, le rejeter comme un gaz de marais ou autre. Les gens savent mieux que ça, les gens ne sont pas stupides. Quand quelqu’un voit, et croyez-moi, quand vous avez une rencontre rapprochée avec ce type de technologie, ce n’est pas chinois, ce n’est pas russe, ce n’est pas quelque chose comme ça. C’est quelque chose de complètement différent. Et je suis heureux qu’il y ait des élus au Congrès qui ont vécu ces expériences, parce qu’ils savent qu’elles sont réelles aussi.

Et je vais en quelque sorte vous citer, je vous ai vu le dire plusieurs fois, ou quelque chose à cet effet : Ce n’est plus une question de savoir si ces choses sont réelles, elles sont absolument réelles, et toute personne qui le nie est simplement DANS le déni.

Le fait que ces choses sont là et qu’elles sont réelles. Je veux dire, quand le gouvernement des États-Unis sort de l’ombre et l’admet, franchement, il l’a admis. Vous savez, que ces choses sont fondamentalement là, nous ne savons pas ce qu’elles sont, nous ne savons pas d’où elles viennent, mais ces choses sont réelles, elles sont substantielles.

C’est un grand pas, considérant que nous avons été fermés pendant les 60 ou 70 dernières années, chaque fois que quelqu’un a posé cette question.

Luis Elizondo : Tommy, tu as évidemment raison, mais laisse-moi aller un peu plus loin ici, et ce que je vais dire va probablement être très controversé.

Et probablement, je pense que si ce n’est pas toi, Tommy, peut-être toi, Tim, tu ne seras pas d’accord avec ce que je vais dire.

Mais laissez-moi dire ceci, avec tout le respect et la déférence que je vous dois.

Les gardiens de cette information, avant l’AATIP, ok ?

Nous devons faire preuve de réserve, d’accord ? Nous ne pouvons pas manquer de sang-froid.

Je sais que les gens disent, « Eh bien, nous avons eu cela pendant 70 ans, nous tenons les gens responsables et nous devons les mettre en prison et nous… ».

Ecoutez, je comprends, les gars, vraiment.

Mais il y a des gens là-bas qui ont pris des décisions qui sont… Ce ne sont pas de mauvaises personnes.

Ils ont pris des décisions, à l’époque, parce qu’ils sentaient au fond d’eux-mêmes que c’était dans le meilleur intérêt du peuple américain. Ces gens, certains d’entre eux sont de vrais patriotes, et c’est un lourd fardeau qu’ils ont dû porter, et qu’ils portent encore.

Et donc, c’est pourquoi j’ai recommandé une sorte d’effort d’amnistie, où nous disons :

« Ecoutez, les gars, sans rancune, d’accord ? Sortez du froid, venez sous le parapluie, venez sous la tente, prenez un thé chaud, et parlons, d’accord ? Et mettons enfin sous la tente, et avec toutes les informations là où elles doivent être. En attendant, nous allons continuer à protéger les informations à la hauteur de ce qu’elles méritent. Nous allons VOUS protéger pour avoir protégé cette information ».

Mais nous ne sommes pas le même pays qu’il y a 10 ans, et encore moins qu’il y a 20, 30 ou 40 ans.

Et donc, nous ne pouvons pas être en quête de sang, nous ne pouvons pas.

Nous devons faire preuve de maîtrise de soi, de réserve.

Et je sais qu’il est difficile [pour] les gens de s’y retrouver et de dire : « Eh bien, personne ne peut excuser le fait de déployer des efforts extra-gouvernementaux en dehors de la Constitution sur ce sujet ».

Écoutez, je ne suis pas en désaccord, mais, jusqu’à il y a quatre mois, j’ai reçu une explication que, en fait, je respectais, je comprenais. Encore une fois, permettez-moi de préciser :

Je ne suis pas d’accord avec elle, mais je peux maintenant au moins comprendre pourquoi quelqu’un aurait gardé cette information si secrète, pendant si longtemps, jusqu’à ne même pas en parler à un président, parfois.

Et, vous savez, c’est… Je dirais simplement aux gens, si je le pouvais, leur rappeler que ce sont d’autres êtres humains qui, vraiment, pour beaucoup d’entre eux essayaient vraiment de faire les bonnes choses.

Certains d’entre eux ne l’étaient pas. Je t’ai eu. Et pour ceux-là, ils vont être tenus responsables, vous savez, les mettre devant un projecteur et les pendre par les orteils, d’accord ?

Mais, vous savez, il y en avait beaucoup qui faisaient vraiment ce qu’ils pensaient être leur devoir patriotique.

Et je veux m’assurer que nous disons clairement que nous ne pouvons pas en faire une chasse aux sorcières.

Même si nous en avons envie, même si nous sommes énervés et frustrés, ce n’est pas la réponse.

La réponse va être… elle va devoir être une approche plus douce.

Nous allons devoir, plutôt que de lever le poing, nous allons devoir tendre une poignée de main. Et je sais que c’est difficile, mais je vais juste offrir cette perspective.

Tim : « Lorsque le rapport sur les OVNI est sorti l’année dernière, j’ai presque revu l’Estimation de la situation du projet Sign. C’est à peu près ce que j’ai vu. Et je me suis dit, « Oh mon dieu, ils utilisent le même mode d’emploi ». Et je l’ai dit à Tommy, & nous en parlions…

Luis Elizondo : Eh bien, ils ont essayé. Certains d’entre eux ont essayé, vous avez raison. Mais nous faisons en sorte que cela n’arrive pas. C’est tout ce que je vais vous dire à ce sujet.

Tim : La seule chose que je veux que vous fassiez comprendre aux gens dans le chat room est que nous avons déjà eu la divulgation et maintenant nous travaillons sur la transparence.

Note de Toledo : C’est chaud là…Moi j’aimerai déjà voir une photo authentique d’un appareil manufacturé par une intelligence non-humaine pour commencer…Mais bon, suis-je trop exigeant ?

Luis Elizondo : Ouais, correct.

Oui, la divulgation a déjà eu lieu.

Regardez, nous avons eu deux anciens directeurs de la CIA, vous avez deux anciens présidents des États-Unis d’Amérique, vous avez un actuel, directeur du renseignement national et l’actuel, secrétaire adjoint à la défense.

Et maintenant un directeur actuel, un administrateur de la NASA, et aussi, d’ailleurs, le Congrès qui vous dit que c’est réel.

Je ne sais pas ce que vous voulez d’autre. C’est de la divulgation.

Cela peut ne pas ressembler à ce que vous pensez, ce n’est pas un film hollywoodien, vous ne verrez pas quelqu’un se lever sur un podium et s’adresser au monde.

Ce discours a déjà été prononcé ! Vous n’avez pas besoin de le faire.

Maintenant, passons à autre chose, passons à la transparence.

D’autres pays se sont manifestés, nous avons le Japon qui a conclu un accord bilatéral de partage d’informations avec les États-Unis dans le seul but de partager des informations sur les OVNI.

C’est arrivé, les gars. Cela n’arrive pas à moins d’avoir une divulgation !

Donc, on y est. Nous avons eu la divulgation, maintenant ce dont nous avons besoin est la transparence.

Et ce dont nous avons aussi besoin, c’est de la compréhension. Et c’est un peu là où nous sommes maintenant dans le livre de jeu.

Tim parle d’avoir des expériences sur leur show mais à moins que la recherche soit faite et que les données soient présentées, cela reste juste une histoire auxquels les gens ne croiront pas…

Luis Elizondo : Exact. Et c’est une honte parce que beaucoup de gens sont très frustrés, non ?

Eh bien, je vous dis… je vous déverse mon cœur, je vous donne mon histoire, c’est arrivé, c’est réel.

Bon, d’accord. Mais quand même, tu sais, c’est comme tout le reste. Nous devons avoir des données.

Ce n’est pas seulement une perspective, vous savez ? Le témoignage d’un témoin oculaire est utile, mais en fin de compte, ce qui a rendu ce sujet si passionnant au cours des trois dernières années, ce n’est pas parce qu’un pilote a vu quelque chose, c’est parce que nous avions la vidéo, le radar et le témoignage, n’est-ce pas ?

Et je tiens à dire que je ne diminue pas du tout les personnes qui ont eu une expérience personnelle.

Je ne dis pas que ce n’est pas important, c’est important.

Mais reconnaissez aussi que c’est, vous savez, essayez d’approcher ça d’une, eh bien… essayez d’approcher ça d’une perspective d’investigation, d’accord ?

Essayez de vous poser les cinq questions de base : qui, quoi, quand, , comment ?

Et puis, bien sûr, pourquoi, d’accord ?

Et essayez de voir les choses de cette façon, si possible.

Vous savez, nous venons juste d’aborder le sujet des effets biologiques. C’est un gros problème. Je veux dire, c’est une grosse affaire.

Pendant longtemps, je n’ai pas pu en parler. Je peux maintenant, dans une certaine mesure, pas beaucoup, mais un peu.

Et ça ressort à la lumière, de ce que nous avons fait.

Les gens commencent à voir, « Wow, les gars, vous avez vraiment regardé ça ? Whoa »

« Whoa, vous avez un rapport ? Whoa ! !! « 

Un rapport classifié et un rapport non classifié qui sont allés à la DIA ? Quoi ? ! Tu te moques de moi. ?

Non, je ne me moque pas. Et il y en a d’autres. Il y a des pilotes, il y a des individus, des opérateurs spéciaux, et des gars et des filles au sol, qui peuvent avoir été un peu trop proches de certaines de ces technologies, et qui ont souffert de conséquences médicales à cause de cela.

Et nous DEVONS à ces gens une réponse, nous devons comprendre à quoi nous avons affaire. Et ce n’est pas nécessairement une, vous savez, il y a une différence entre une menace biologique et une intention hostile. Et je l’ai dit avant, plusieurs fois.

Écoutez, je suis un fanatique de la vitesse. Mais si j’ouvre le capot de la voiture, et que le moteur est éteint, il n’y a pas de réelle menace.

Mais si la voiture est en marche, que les pales du ventilateur tournent, que des courroies bougent, et que je mets ma main là-dedans. Eh bien, hey, je pourrais être blessé, non ?

C’est juste une conséquence de la technologie.

Et donc, c’est la même chose avec ça. Nous devons juste garder à l’esprit que nous avons affaire à une technologie avancée que nous ne comprenons pas entièrement, et donc, nous devons la comprendre, pour éviter que plus de gens ne soient blessés.

Tommy : Bien sûr. Eh bien, oui, absolument. Les gens doivent être informés à ce sujet. Et c’est une autre chose que je pense être importante, vous savez, pour presque avertir les gens à ce stade, parce que nous voyons certains effets de certains effets physiques sur les personnes qui ont réellement eu des rencontres rapprochées. Et nous ne parlons pas seulement des personnes enlevées, nous parlons de personnes qui se sont retrouvées au milieu de la route et qui ont eu une expérience.

Luis Elizondo : Les gars, attendez que James Fox sorte son prochain film. Je veux dire, accrochez-vous. Ça va vous secouer. Ouais. Ça va vous secouer. Il a fait un travail formidable de… si vous savez qui est James Fox.

Il a fait le récent film, « The Phenomenon« . – @PhenomenonMovie – Et bien, il en a un autre qui va sortir. Il a passé beaucoup de temps dans un certain pays, à collecter des données, des données très convaincantes, des témoignages, des renseignements militaires et autres. Attendez que ça sorte.

Tommy : Eh bien, en parlant en termes de, disons, pilotes, et autres professionnels militaires qui ont effectivement vécu ces expériences, ont eu ces rencontres rapprochées, si vous voulez : Diriez-vous que ces personnes sont affectées à un niveau personnel après avoir vécu quelque chose comme ça ?

Luis Elizondo : Bien sûr, n’est-ce pas ? Je veux dire, regardez, dans mon monde, d’accord ?

Le PTSD (Le trouble de stress post-traumatique).

Combien de soldats reviennent d’un théâtre de combat affectés par ça ? Je veux dire, je pense qu’on est tous affectés par ça à un certain degré, certains sont plus affectés que d’autres. Et certains sont affectés de différentes manières.

Le PTSD a de nombreuses formes différentes. Dans certains cas, c’est l’anxiété, dans certains cas, c’est la peur, dans certains cas, c’est la colère, n’est-ce pas ?

Et donc, ce n’est pas différent. Il y a des morphologies très spécifiques que l’on peut quantifier et qualifier, et dire : « Oui, ceci est le résultat d’une sorte d’énergie potentielle dirigée ».

Et puis il y a d’autres, qui sont des informations et des données qui sont un peu plus subjective. Vous savez, il y a eu une personne dans les grands médias cette semaine qui a couvert les mutilations du bétail.

Eh bien, c’est un effet biologique. Ce n’est pas un effet humain, mais c’est certainement un effet biologique, non ? Potentiellement, potentiellement.

Et donc, je pense que nous commençons enfin à… ce sujet est enfin placé sur la table  où il mérite d’être placé et étudié et regardé. Nous avons maintenant des institutions académiques comme le @GalileoProject1.

Et d’ailleurs, si vous avez la chance de voir qui Avi Loeb a réussi à intégrer dans cette équipe, c’est incroyable. C’est absolument incroyable.

Vous avez des organisations au sein de Stanford, qui font la même chose et d’autres organisations et d’autres institutions. Je devais faire une conférence – malheureusement, je l’ai manquée et je me sens mal, alors je la ferai la semaine prochaine – avec une université, avec ses étudiants, pour avoir une conversation à ce sujet.

Et, je viens juste de rentrer, je ne dirai pas où, mais je viens juste de rentrer de Washington DC, pour informer quelques étudiants de niveau supérieur dans une institution EXTRÊMEMENT prestigieuse, où Chris Mellon et moi avons eu le privilège et l’honneur de faire une présentation.

Donc, vous savez, c’est en train d’arriver. Nous faisons des progrès de manière incrémentale chaque jour sur ce sujet. Et ce que nous devons faire, c’est de faire un meilleur travail, que lorsque quelqu’un entend parler de ce sujet pour la première fois et le prend au sérieux :

« Oh, je veux voir ce qui se passe. Et ils vont sur #ufotwitter ».

Tu sais, ce n’est pas un champ de mines, hein ? Quelqu’un doit venir et dire, « Hey, Jane, hey, Joe. Ecoute, tu commences à peine. Laissez-moi vous faire quelques suggestions sur les endroits où vous voulez commencer votre quête, parce qu’en fin de compte, vous allez devoir faire une grande partie de la recherche vous-même. Mais voici quelques bons endroits à visiter. Voici les personnes dont il faut se méfier, les sites sur lesquels vous pouvez obtenir de bonnes informations. Ce sont ceux qui sont un peu plus louches, peut-être, vous savez ? Sans scrupules ».

C’est ce que nous devons faire. Et nous devons nous assurer que nous pouvons nous traiter avec dignité et respect lorsque nous avons cette conversation, et ne pas toujours essayer de détourner la conversation. Je sais que c’est émotionnel pour beaucoup de gens.

Je sais que les gens veulent connaître la vérité. Bon sang, je veux connaître la vérité, tu sais ?

Mais nous devons faire ça de la bonne manière. Et je voudrais juste avertir tout le monde, nous devons être prudents car il y a beaucoup de nouvelles personnes qui vont venir sur ce sujet.

Et nous avons une plus grande responsabilité maintenant, plus que jamais, de traiter ce sujet avec le respect qu’il mérite et de ne pas nous laisser entraîner dans le tourbillon des bavardages insensés et autres choses qui se produisent dans le domaine des OVNI/UAP, de l’ufologie, si vous voulez. Ce serait ma suggestion.

Tim : Avec la NASA qui envoie dans l’espace des informations sur la situation de la Terre, la population humaine et ses ressources, pensez-vous que ce soit une mauvaise idée ?

Luis Elizondo : Eh bien, il y a deux arguments à cela. J’ai tendance à être payé pour être paranoïaque, donc je ne veux pas nécessairement faire de la publicité pour ma position à moins d’avoir un moyen de me défendre.

Mais là encore, si personne ne sait où vous vous trouvez, vous n’évoluerez jamais, n’est-ce pas ?

Donc, certains diront qu’une espèce hostile là-dehors… ils nous entendent, détectent nos signatures au cours des 100 dernières années de diffusion de signaux par la télévision et la radio… que nous donnons notre position et qu’une espèce avancée peut venir ici et nous exterminer.

Mais il y a une autre théorie qui dit que les espèces violentes comme celle-là ne durent généralement pas très longtemps. Elles ont tendance à s’épuiser.

Et donc, la probabilité qu’une espèce super-avancée soit violente et prenne une telle avance est faible.

Et donc, statistiquement, il est plus probable que quiconque ou quoi que ce soit d’aussi avancé, sera probablement plus bénin ou neutre qu’il ne sera nécessairement hostile.

La réponse est : je ne sais pas, vous savez ?

Les deux théories, tu sais, ce sont des théories, non ? Les deux sont intéressantes.

En fait, les deux peuvent être vraies, croyez-le ou non, en même temps.

Donc, juste… excellente question.

Tommy : J’ai une question du chat room. C’est de Connor et Evan, et ils demandent à Lue : Vous avez dit que l’humanité aura une réaction sombre lorsque nous découvrirons toute la vérité. Comment nous sentirons-nous après avoir terminé votre livre, et est-ce que sombre signifie triste et lugubre ?

Luis Elizondo : Non, sombre n’est pas triste ou lugubre. Sombre, c’est sérieux. Sombre, c’est comme si on vous tirait par l’arrière de votre chemise et qu’on vous empêchait de tomber d’une falaise : « Whoa, bon sang, c’était une falaise ! Ouf ! Merci. Vous voyez ? »

Sombre, c’est se lever et chanter l’hymne national lors d’un événement sportif.

C’est fier, mais c’est sombre.

Ça veut dire que des gens se sont sacrifiés et sont morts pour ça, pour ce privilège, non ?

Donc, je pense, quand je dis sombre, je le pense littéralement.

Et ouais, c’est sujet à interprétation pour certaines personnes, parce que certaines personnes ne… je veux dire, certaines personnes ne se soucient pas vraiment de ce sujet et ça n’aura aucun effet sur elles.

Tout comme les mêmes personnes qui, lorsqu’elles chantent l’hymne national, ne ressentent pas ce sentiment de fierté. C’est juste que les gens sont différents, malheureusement.

Et ce n’est pas grave. C’est ce qui rend ce pays si formidable, parce que les gens ont le droit de s’en moquer s’ils n’en ont vraiment pas envie. Si vous voulez aller regarder les Kardashians ou le Monday Night Football, alors tant mieux. Cela ne fait pas de vous une mauvaise personne

Ce sujet n’est pas nécessairement le sujet que vous regardez, il y a des gens qui ne peuvent même pas comprendre le sujet. Je donnais un briefing – sans vouloir offenser la personne, si elle m’écoute – mais je donnais un briefing à un très, très haut fonctionnaire du DoD, l’un des plus hauts.

Et je me souviens qu’après une heure et demie de briefing et après avoir montré les vidéos – pas ces autres vidéos… des vidéos, des photos et des rapports classifiés et certains des rapports Q (Rapports trimestriels ?) qui sont arrivés – il m’a regardé avec un regard totalement vide et il a dit, « Alors Lue, comment vont les Miami Hurricanes cette saison ? »

Il ne pouvait tout simplement pas le faire. Et puis j’ai reçu un autre appel du bureau du secrétaire : « Hey, écoutez, vous ne voulez probablement pas le briefer à nouveau. Vous devez briefer cette autre personne. Il ne peut pas vraiment l’absorber ».

Encore une fois, est-ce que ça fait de lui une mauvaise personne ? Non, il était en fait un sacrément bon cadre pour le Département de la Défense. Mais ce sujet, il ne pouvait tout simplement pas le traiter intellectuellement.

Tommy : C’est au-delà de son concept …

Luis Elizondo : Ouais, et ça va être au-delà de beaucoup de gens. Encore une fois, ça n’en fait pas une mauvaise personne…

Mais je respecte aussi le fait que pour certaines personnes, ce n’est tout simplement pas leur truc.

Ils préfèrent, comme je l’ai dit, regarder les Kardashians, regarder Monday Night Football et vivre béatement dans l’ignorance parce que ça ne… Ecoutez, ce sujet est quelque chose… nous sommes une espèce qui aime vivre dans des petites boîtes bien rangées.

Jetez un coup d’œil à n’importe quelle ville, une ville moderne, et vous verrez que les rues et les avenues sont disposées selon de jolis petits quadrillages, des quadrillages à 90 degrés, d’accord ?

Nord et sud, est et ouest.

Et nous faisons ça pour faciliter la navigation, d’accord ?

Nous avons des règles dans la rue, nous avons des limites de vitesse, nous avons toutes ces choses que nous regardons… des panneaux partout, pour nous dire quoi faire, et dans certains cas, quoi penser.

Nous sommes une espèce qui aime les limites.

Dans certains cas, c’est probablement la raison pour laquelle nous avons une religion organisée et des gouvernements et institutions organisés, parce que nous aimons cela…

Si vous dites à quelqu’un, « Ecoutez, il n’y a pas de haut ou de bas. Tu es assis sur une balle, et il y a des chances que tu te tiennes à l’envers sur cette balle qui s’élance dans l’espace. C’est juste la gravité qui vous aspire ici. Et il n’y a rien de tel que d’être ici demain, parce que la Terre tourne autour du Soleil, qui se déplace autour de la galaxie à des milliers et des milliers de kilomètres à l’heure. Vous ne serez plus jamais au même endroit dans votre vie, jamais. En fait, jamais, jamais, jamais, jamais, pour toute la durée de l’Univers. Rien n’est statique, tout est en mouvement, il n’y a pas de ICI. La notion d’ici n’est même pas réelle ».

C’est un concept très perturbant pour les gens, car ils se disent : « Non, je suis ici, je suis dans ma maison en ce moment. Je suis dans mon salon, dans ma petite ville, et je vais aller à l’épicerie et prendre mes affaires ».

Eh bien, OK, c’est une sorte d’illusion parce que, encore une fois, rien n’est statique, tout change autour de vous, n’est-ce pas ? Maintenant, c’est VOUS qui changez, vous-même. Et c’est perturbant pour beaucoup de gens.

Quand vous réalisez juste… Je dis aux gens, vous voulez savoir où nous sommes ? Jetez un coup d’œil à la célèbre image intitulée par Carl Sagan, le point bleu pâle. Et ce que vous verrez est juste un écran noir, et au milieu de cet écran, ce petit minuscule, peut-être quatre pixels de large, un petit point bleu. C’est la Terre.

« Regardez encore ce point. C’est ici. C’est notre foyer. C’est nous. » — Carl Sagan.

Tout ce que vous avez appris, tout ce que vous avez entendu ou lu, chaque personne, chaque être humain, chaque fraction d’histoire qui a été connue de notre espèce, s’est produit sur ce tout petit point, dans l’immensité de l’Univers.

L’Univers est bien plus vaste que ce petit point bleu.

Donc, tout le monde n’est pas encore prêt ou disposé à avoir cette conversation.

Parce qu’une fois que vous l’avez réalisé, vous devez commencer à remettre en question tout le reste, non ?

« Oookay, alors maintenant, est-ce que ma religion est valable, hein ? Ma culture est-elle valable ? La façon dont j’ai été élevé est-elle valable ? Est-ce que papa et maman m’ont appris les bonnes choses ? Mon gouvernement est-il valide, correct, juste et équitable ? A-t-il les intérêts du peuple américain à cœur ? Les lois et les règles signifient-elles vraiment ce qu’elles signifient, n’est-ce pas ? Ou sont-elles simplement là comme mesures de contrôle ? »

Et encore une fois, je ne veux pas tomber dans la conspiration, car ce n’est pas mon intention.

Je dessine simplement… en comparant et en contrastant pour certaines personnes… quand vous descendez dans ce terrier du lapin de « Oh mon Dieu, les UAPs, les OVNIs sont réels », la cascade naturelle commence et les gens commencent à remettre TOUT en question.

Et donc, c’est très inconfortable pour beaucoup de gens.

Je ne pense pas que le questionnement soit mauvais.

Et je ne pense pas qu’en fin de compte, une fois que vous êtes suffisamment engagé dans ce sujet et que vous réalisez, dans une certaine mesure, ce qui se passe, je ne pense pas que cela diminue nécessairement les valeurs personnelles de quiconque.

Je ne pense pas que cela diminue la religion du tout, la religion organisée ou la spiritualité.

Je ne pense pas que cela diminue le besoin de gouvernance et de gouvernement.

Je ne pense pas que cela diminue quoi que ce soit.

Mais vous devez descendre dans ce terrier de lapin, sinon vous aurez ces questions.

Donc, quoi qu’il en soit, voilà. Encore une fois (rires), je dirais mes deux cents, mais probablement plus, mes cinq cents.

Tommy : Non, absolument. En fait, je suis d’accord avec vous. Mais encore une fois, je regarde aussi cela du point de vue de notre espèce, de la science et des choses de cette nature.

Et, vous savez, est-ce que l’humanité entière sera un jour prête pour une sorte d’événement de type divulgation complète ou autre. Et, pour moi, je pense que la plupart des gens pourraient probablement gérer le fait que nous ne sommes pas seuls dans l’Univers, nous ne sommes pas au sommet de la chaîne alimentaire, des choses de cette nature.

Je pense aussi qu’il y a des gens, et je pense que nous l’avons vu ces derniers temps, qui vont avoir de sérieux problèmes avec ça.

Mais je veux dire, à un moment donné, je suppose, à mon avis, que nous devons regarder cela comme un tout.

Est-ce que ce sera mieux pour notre espèce si nous parlons de ça, si nous mettons ce sujet en lumière, et le fait que nous ne sommes PAS seuls ?

Ou Darwin n’est-il qu’un autocollant pour faire intelligent que l’on met sur le pare-chocs?

Luis Elizondo : C’est un excellent point, Tommy.

Et la question de savoir si nous sommes prêts ou capables sont deux choses différentes.

Ne sommes-nous jamais vraiment prêts pour quoi que ce soit ?

Probablement pas.

Suis-je PRÊT pour le mariage ? Suis-je PRÊT à payer mes impôts ?

Suis-je PRÊT pour cette promotion ? Je ne sais pas.

Mais suis-je capable de le faire ? Oui.

Suis-je prêt à entendre la mauvaise nouvelle de mon médecin qui me dit que j’ai peut-être un cancer ?

Suis-je prêt à entendre que mon fils ou ma fille n’est pas heureux de la façon dont il ou elle a été élevé ?

Suis-je prêt à entendre de mon partenaire ?

Peut-être n’ai-je pas été le meilleur mari ou le meilleur père, n’est-ce pas ?

Non, nous ne sommes jamais prêts pour cela.

Mais, pour évoluer et devenir meilleur, on doit l’entendre.

Et je ne pense pas que, vous savez, ce n’est pas une question d’être PRÊT en tant que société.

Je pense que l’espèce est très résiliente. Je pense que c’est la définition de l’adaptation.

Si nous voulons évoluer et nous adapter, et surmonter, finalement surmonter, nous devons accepter de nouveaux paradigmes, de nouvelles réalités.

Et nous ne devrions pas nécessairement en avoir peur.

Encore une fois, cela nous ramène au fait que nous vivons dans nos jolies petites boîtes bien rangées, où nous aimerions que tout soit ordonné, et tout soit prévisible.

Mais la vie n’est pas vraiment prévisible, c’est une illusion.

Nous nous sommes raconté ce mensonge, mais elle n’est pas prévisible, du tout.

En fait, notre partie du système solaire en ce moment – le système solaire, le Soleil et les planètes – se dirige vers une partie intéressante de la galaxie de la Voie lactée.

En fait, si vous regardez l’arrière-plan de l’écran que vous avez pour votre public, vous voyez ces magnifiques nuages de Magellan en arrière-plan.

Eh bien, c’est beaucoup de poussière, c’est beaucoup de matière, c’est beaucoup de STUFF qui composent ces nuages.

Et nous sommes à un point où nous nous dirigeons vers l’un de ces groupes.

Vous savez ? Tout le chaos pourrait se déchaîner, à n’importe quelle minute, n’importe quand.

Vous pourriez avoir un problème existentiel où, maintenant, tout d’un coup, la planète entière est menacée d’être vaporisée, n’est-ce pas ?

Les gens n’aiment pas penser à ça, mais c’est la réalité.

Et je pense, vous savez… encore une fois, je ne dis pas ça parce que je veux effrayer les gens, parce que ce n’est pas mon intention.

Ce que je dis, c’est que la vie est imprévisible.

Alors, ayons au moins cette conversation pour pouvoir nous préparer.

Je pense que nous sommes tous d’accord, personne ne veut être surpris, vous savez ?

Les surprises ne fonctionnent que pour les fêtes (rires).

Des fêtes comme Noël et Hanukkah, et les anniversaires, non ?

Mais en dehors de ça, on n’aime pas vraiment les surprises, pas vrai ?

Tu as eu un bébé. Surprise ! Tu sais, eh bien, pas vraiment, pas vrai (rires) ?

Tommy : Tu as eu 9 mois pour t’en rendre compte.

Luis Elizondo : Ouais, c’est ça. Exactement. Pas vrai ? Donc, de toute façon, ouais. Je suis d’accord avec toi, Tommy.

Tim : Hey, Lue, je dois te poser cette question parce que c’était un Super Chat. (Note de Toledo : La personne a versé un montant de soutient à travers l’émission…)

@Robinhood1966 demande : « Pouvez-vous demander à Tim de poser ma question de Super Chat sur le licenciement de Harry Reid ? J’imagine que Lue aimerait faire un commentaire à ce sujet ».

Luis Elizondo : Ouais, tout d’abord, ce n’est pas Harry Reid.

Harry Reid, malheureusement, est décédé. Il était un être humain incroyable.

Je pense que la personne fait référence à GARRY Reid. Garry Reid était mon superviseur.

Par respect pour lui et sa vie privée, je n’ai jamais mentionné son nom.

De toute évidence, il y a eu des problèmes importants avec lui. C’est une personne qui a rendu ma vie misérable pendant quatre ans. Qui, à mon avis, a abusé de son pouvoir pour se venger de moi parce que je ne l’ai pas accepté dans le programme AATIP.

C’est une personne qui a essayé d’entacher et de détruire ma réputation et ma crédibilité, au point même de… dire de fausses informations à l’officier des affaires publiques du DoD, l’officier PAO.

Et donc, j’ai dû faire face à ce… ces, ces… ce, ce comportement.

De plus, il s’agit d’un individu qui a essayé d’ouvrir une enquête contre moi, impliquant une divulgation non autorisée, alors qu’il s’avère qu’il a lui-même été reconnu coupable, dans un rapport de l’IG, d’avoir commis la chose même dont il a essayé de m’accuser.

C’est-à-dire qu’il a utilisé son ordinateur pour fournir des informations contrôlées et non classifiées, au lieu d’un ordinateur du gouvernement américain. Donc, vous savez, je suis un peu endolori. Il…il a grandement impacté ma famille et mon mode de vie. Il a essayé de s’en prendre à mon habilitation de sécurité. Vous savez, je…oui, je me sens lésé. Je prends, vous savez, une grande offense à cela.

Mais en même temps, est-ce que je vais m’attarder dessus ? Non, le système a fait exactement ce qu’il devait faire. J’ai dit à tout le monde, lorsque j’ai déposé ma plainte auprès de l’IG, que les gens seraient tenus responsables, et vous le voyez maintenant. Et d’ailleurs, pour info, je n’ai pas fini. D’accord ?

Donc, si vous pensez que Garry Reid est le seul ? Non, il ne l’est pas.

Heureusement, il est maintenant dans une situation… Je ne lui souhaite pas de mal… J’espère qu’il trouvera la paix et tout ce qu’il cherche.

Mais il n’a pas besoin d’être dans la position dans laquelle il était. Il a blessé beaucoup de gens.

Beaucoup de gens. Il y a beaucoup de voix silencieuses qui n’ont pas été entendues.

Et malheureusement, il m’a fallu, vous savez, & d’autres personnes, pour déposer des plaintes IG, avec BEAUCOUP de spécificité, afin d’écarter quelqu’un qui n’était pas bon pour le système [et] qui n’était pas intéressé par la transparence. [Reid] était plus intéressé par l’obscurcissement et la tromperie. Et donc, vous savez, que cela serve de leçon.

Tim : Comment le fait d’être dans l’œil du public vous a affecté, vous et votre famille ?

Luis Elizondo : Ooh, wow. Eh bien, je vis au milieu de nulle part dans le Wyoming (rires) à cause de ça.

Ecoutez, je ne suis pas un gars d’Hollywood.

Vous savez, j’ai vécu en Californie pendant un petit moment, pour des raisons professionnelles, mais, je n’aime pas les feux de la rampe.

Comme je l’ai déjà dit, c’est l’une de mes dernières interviews que je ferai avant un certain temps, parce que je suis une personne privée. Je n’aime pas et ne recherche pas l’attention.

Je suis une créature de l’ombre.

En fait, dans mon ancien poste, mon ancien travail, vous savez, c’était une question de survie.

Vous ne voulez pas que les gens sachent qui vous êtes, quel est votre nom, et où vous vivez.

Il y a une raison pour laquelle ma femme et moi vivons au milieu de nulle part. J’ai quatre bergers allemands, j’ai une propriété sur la partie la plus haute de la ville ici, le comté.

Vous savez, j’aime mon intimité. Mais malheureusement, mon désir de vie privée et d’anonymat ne va pas bien, ou ne va pas de pair, avec la transparence et la divulgation.

Donc, ça a été très dur, je peux vous le dire.

Mes enfants ont supporté une grande partie du poids de cette situation. Ma femme en a payé le prix fort. Elle a abandonné toute une carrière, une carrière très réussie, en tant que personne de très haut niveau travaillant pour l’État du Maryland.

J’ai abandonné une carrière pour faire cela.

Il fut un temps où nous… nous avons vécu dans une caravane pendant presque deux ans. Infestée de rats, sous ce qui ressemblait à un hangar d’avion, parce que j’avais pris la décision de faire ça, vous savez ? Et c’était dur. Et est-ce que c’était juste pour ma femme et mes enfants ?

Bien sûr que non, ce n’était pas juste pour eux.

Vous savez quoi ? Est-ce qu’ils m’ont soutenu ? Oui, parce qu’ils m’aiment, et ils croient en moi.

Et, vous savez, c’est dur quand vous devez faire quelque chose en quoi vous croyez et que vous savez que cela va se faire au détriment de vos proches.

Parce que le plus grand accomplissement et la plus grande réussite de ma vie sont mes deux enfants.

Je suis marié depuis longtemps, presque 30 ans.

Nous avons traversé beaucoup de choses ensemble et j’ai demandé à cette femme d’endurer beaucoup de choses.

Nous avons vécu dans des pays du tiers-monde, nous avons figuré sur des listes de terroristes à abattre, nous avons été… les narcotrafiquants s’en prenaient à nous.

Mais c’est probablement le plus dur, parce que, je ne peux pas… au moins avec les méchants, je peux me défendre.

Mais ici, vous savez, où l’honneur et la dignité signifient tout dans votre travail, travailler à la sécurité nationale, quand vous êtes CONSTAMMENT attaqué, et que vous ne pouvez pas vous défendre.

Vous ne pouvez pas. Et vous connaissez la vérité, vous la connaissez !

Et vos collègues connaissent la vérité, non ? Les gens la connaissent.

Les gens dans les bonnes positions savent très bien qui je suis.

Ecoutez, j’ai toujours mon habilitation de sécurité.

Je veux dire, ça devrait vous dire quelque chose, non ? Les gens disent, « Eh bien, vous savez, pour avoir une habilitation de sécurité, vous devez être employé dans une certaine capacité ».

Oui, tu as raison. Alors, tu sais, c’est dur. Ça a été vraiment dur.

Mais je suis aussi très chanceux, j’ai beaucoup de chance. J’ai la meilleure famille qu’on puisse souhaiter. J’ai gagné à la loterie, un million de fois.

Il n’y a rien que je pourrais demander dans ma vie en ce moment. Si je devais mourir demain, je mourrais en homme très heureux, sachant que j’ai la meilleure famille qu’on puisse avoir, sans exception.

Est-ce que je les mérite ? Bon sang, non.

J’ai fait vivre l’enfer à ma famille, et j’aimerais ne pas avoir à le faire. Mais, aussi, je ne pense pas que ma femme et mes enfants me respecteraient, non plus, si… vous savez, ma femme savait le genre d’homme que j’étais quand elle m’a rencontré et qu’elle m’a épousé.

Et pour moi, les principes, on vit et on meurt avec ces principes. Parce que ces mêmes principes sont ceux qui font que, lorsque vous entendez quelque chose au milieu de la nuit, qui fait du bruit, je suis le premier à vider la maison. Parce que c’est « ce que tu fais ».

Tommy : C’est fantastique et je veux te remercier personnellement et je suis sûr que Tim ressent la même chose, et notre public. Vous savez, il vous a fallu beaucoup de courage pour sortir et vraiment divulguer ce que vous avez divulgué ici, parler des choses et discuter des choses dont vous avez réellement parlé. Vous savez, nous apprécions vraiment cela et nous aimerions qu’il y ait beaucoup plus d’hommes de votre caractère, Monsieur. Et je vous salue et vous remercie.

Luis Elizondo : Eh bien … Tom, je vous remercie, je l’apprécie, mais encore une fois, non mérité.

Ecoutez, vous êtes ceux qui font que ça arrive, je suis juste une voix.

Les gars, avec votre aide et celle de votre public, nous sommes une armée, non ?

Et c’est ce qui nous rend si efficaces. Ce n’est pas Lue Elizondo, c’est nous tous, épaule contre épaule, qui prenons la colline ensemble. Et, ma foi, quelle colline nous avons prise.

Tim : Et nous espérons continuer ce travail, même si vous allez dans les coulisses, nous allons vous retrouver dans le futur. Nous le feront vraiment.

Luis Elizondo : Tim, je vais laisser assez de miettes de pain, ne vous inquiétez pas. Je pense que les gens seront… Je pense que ce sera très clair. Je ne serai peut-être pas aussi visible mais je pense que les gens, s’ils regardent bien, sauront toujours où je suis.

Tim : Nous voulions en savoir plus sur votre livre.

Je sais que vous l’avez terminé, mais quand sort-il ?

Luis Elizondo : Donc, je travaille toujours dessus. J’y ai consacré beaucoup de temps et d’efforts. Cela a été, vous savez, c’est en fait une sorte d’effort monumental. Et je vais vous dire, vous devez toujours peser, non ?

Combien peut-on mettre dans un livre parce qu’on y met tout son cœur et toute son âme ?

C’est votre vie. Et ça va vous représenter.

En l’absence d’une voix, c’est votre voix. Et vous devez toujours décider, ok, combien je dois laisser et combien je dois enlever ?

Parce qu’en fin de compte, vous êtes limité, dans un livre. Vous l’êtes vraiment. Ce sont les décisions de l’éditeur. Et donc, vous savez, c’est un peu un équilibre.

Ça avance plutôt bien. Je pense que, probablement, si tout va bien, j’espère que ce sera pour la fin de cette année.

Mais je ne peux pas en être sûr parce qu’il y a certaines choses qui doivent être faites à l’avance et qui ne dépendent pas de moi dans ce processus. Mais je pense que ce sera très instructif.

Luis Elizondo : Pour ceux d’entre vous qui regardent ça, permettez-moi juste un instant de vous remercier sincèrement pour ce que vous faites. Parce qu’en fin de compte, c’est vous qui faites en sorte que ça arrive. Vous êtes ceux qui appellent vos représentants au Congrès, vous êtes ceux qui ont la conversation autour de la fontaine d’eau et autour de la table du dîner.

Vous êtes les seuls à faire en sorte que ça arrive. Vous savez, d’une manière étrange, nous faisons cela POUR vous, mais d’une autre manière, vous le faites vous-même, et vous le faites pour le reste d’entre nous.

Donc, en mon nom et au nom de MA famille, je remercie cet incroyable public d’avoir passé cette soirée avec moi. Je sais qu’il y a beaucoup de choses que vous pourriez faire et que vous êtes en train de préparer le souper et demain c’est Pâques, pour ceux qui célèbrent Pâques, et de préparer la nourriture et tout le reste, et d’avoir une famille.

Donc, laissez-moi juste vous laisser avec ça, Tommy et Tim et votre public : Joyeuses Pâques.

Prenez le temps de passer du temps avec votre famille. Un petit clin d’œil à Rob et Tom, pour tout ce qu’ils font également.

Ils ont travaillé très dur dans les coulisses. Mais merci à vous tous, et que Dieu vous bénisse. Et s’il vous plaît soyez prudents demain. Passez votre temps avec votre famille.

Pour ceux d’entre vous qui ont une famille, prenez un moment pour les embrasser et leur dire que vous les aimez.

Rappelez-leur à quel point ils sont aimés. Et sur ce, je vous dis au revoir à tous.

Réaction de The Black Vaut sur Twitter

Un mini clash est apparu, car Luis Elizondo a critiqué le processus FOIA en disant que ce n’était pas tout, concernant la longueur du rapport (En effet, Luis Elizondo parlait de 70 pages, et The Black Vault a démontré que le rapport au Congrès n’en faisait que 17…). Mais The Black Vault a une explication possible, qu’il a livré dans une somme de Tweets, que j’ai traduits ici:

Je suis SURPRIS (ok, pas vraiment) que la divergence du nombre de pages du rapport classifié de l’UAP remis au Congrès l’année dernière soit encore un problème important. Permettez-moi d’ajouter quelques réflexions finales (pour le moment) sur la question jusqu’à ce que de nouvelles informations, si jamais, arrivent.

J’aime bien M. @LueElizondo, et j’ai l’impression que nous nous entendons très bien en coulisses, malgré quelques divergences d’opinion. Vous ne le devineriez jamais à la vue de certaines bêtises postées par d’autres sur #UFOTwitter, mais j’espère que tout cela est vrai et qu’il est d’accord.

Mais j’ai été consterné de voir une autre interview évoquer le nombre de pages du rapport et s’en prendre au processus #FOIA.

Non seulement ses remarques ont été mal interprétées, mais elles ont suscité l’intérêt de certains de ses fans les plus curieux, et bien sûr, ils s’en sont pris à moi immédiatement après ses propos.

L’un d’entre eux a même demandé à ses followers de me taguer avec le clip vidéo de M. Elizondo parlant de cela et de le RTer pour prouver quelque chose, même s’il n’a même pas mentionné mon nom. C’est ridicule. Mais, permettez-moi d’expliquer certaines choses pour ceux qui veulent suivre cette conversation.

Premièrement, j’ai obtenu le rapport UAP partiellement déclassifié remis au Congrès par le biais de 32 CFR § 1704, un processus MDR créé pour l’ODNI. Donc, argumenter un point sur 5 U.S.C. § 552 qui est la FOIA, montre que nous ne sommes vraiment pas sur la même longueur d’onde avec ce dont nous parlons réellement.

Je vois déjà les messages « ARRÊTEZ DE JOUER AUX JEUX DE LA SEMANTIQUE », mais je suis désolé, bien que les processus soient similaires, ils ne le sont tout simplement pas. Et c’est frustrant de voir tout cela déformé à propos de cette histoire – car elle est vraiment importante. Pourquoi ?

Parce que, en fait, je pense que M. Elizondo a également raison (oui, j’ai dit cela, car je ne pense pas que ce soit un débat comme certains le pensent), mais il y a une mise en garde. Lorsque j’ai écrit l’article l’année dernière sur la longueur de 17 pages, j’ai essayé de faire parler M. Elizondo.

Je pensais savoir pourquoi IL (car je pense qu’il était le plus connecté de tous ceux qui se sont présentés avec des « informations privilégiées ») avait peut-être partiellement raison, mais je voulais en discuter. Il ne l’a pas fait, car ses chargés de relations publiques ont dit qu’il ne ferait pas de commentaires, alors j’ai laissé tomber. J’ai RESPECTÉ cela.

Mais je tiens à préciser que je pense qu’il a peut-être raison, d’une certaine manière, pour la raison suivante (et ce n’est qu’une supposition/spéculation éclairée) : Je crois que lorsque le mandat a été donné pour que le rapport soit créé en vue d’une publication en juin 2021, John F. « Jay » Stratton a été chargé de cette tâche.

Stratton était à la tête de la Task Force UAP au sein de l’Office of Naval Intelligence (ONI). Bien que supposé depuis longtemps depuis mon premier article sur lui en 2019, j’ai obtenu la confirmation via #FOIA à la NASA. Ma supposition ? Le rapport de Stratton comptait 70+ pages, qui ont ensuite été envoyées à l’ODNI.

L’ODNI a ensuite été chargé de créer la version FINALE au Congrès à partir de ces 70+ pages. Je me risquerais également à supposer que Stratton et Elizondo sont restés amis, et que la communication s’est poursuivie, ce qui est probablement la raison pour laquelle M. Elizondo a entendu parler de la longueur du rapport.

Une autre hypothèse ? Peut-être que les relations de M. Elizondo ne s’étendent pas à l’intérieur de l’ODNI pour suivre la longueur du rapport après qu’il ait été livré pour l’attribution des tâches, et qu’il n’a pas été tenu informé de toute réduction.

Mais je parie qu’une fois que l’ODNI a vu un rapport de plus de 70 pages, leur premier appel à l’action a été de le « simplifier » pour le Congrès. La probabilité qu’ils le comprennent, et encore moins qu’ils lisent autant de pages, était nulle. Une version simplifiée de 17 pages ? Je dirais que cela permet quand même de faire passer le message et que cela fonctionne.

Mon affaire MDR a porté sur CETTE version du rapport. Donc, tout cela étant dit, je crois et j’ai toujours cru que M. Elizondo pouvait encore avoir raison sur ce point, mais de la mauvaise manière. J’ai longtemps parlé des « annexes » et des « pièces jointes », mais en bref, elles n’existent pas.

Du moins, pas dans la version destinée au Congrès. Par conséquent, la version de Stratton (qui, je l’espère, n’est pas considérée comme un projet pour des raisons de FOIA) pourrait être soit un projet, soit un rapport en soi sur lequel l’ODNI a basé sa version finale destinée au Congrès. Vous ne pensez pas que je vais m’en prendre à ça ?

Je sais que les spécialistes de la communication vont se précipiter pour défendre M. Elizondo et consorts en disant qu’ils n’ont « jamais dit ça » ou essayer de créer un drame en fabriquant des détails. Mais, en fin de compte, je souhaite simplement qu’il y ait plus de conversation.

Malgré ce que je vois constamment sur les médias sociaux, je n’ai jamais dit que la loi sur la liberté d’information était la panacée depuis plus de 25 ans que je l’utilise. Mais j’attends avec impatience le jour où la discussion pourra faire la lumière sur le fait que tout le monde peut avoir un peu raison. Même si ce n’était que cela, ce serait déjà une victoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.