Interview de Luis Elizondo sur ABC – 23 mai 2021

Journaliste : Nous avons l’ancien directeur du programme avancé d’identification des menaces aérospatiales, Luis Elizondo, et notre analyste militaire, le colonel Steve Ganyard.

M. Elizondo, laissez-moi commencer par vous. Vous avez dirigé votre programme qui a étudié les implications de sécurité nationale des phénomènes aériens non identifiés.

D’après ce que vous savez, croyez-vous que ces observations soient des preuves de l’existence de visiteurs extraterrestres ?

Luis Elizondo : Eh bien, George, il y a certainement la preuve de quelque chose, nous savons que quoi que ce soit, quoi que ce soit dans nos cieux est réel : la question est que quoi que ce soit, bien sûr, vous pouvez aller dans le terrier du lapin (Note : Cherchez des explications irrationnelles…), ou alors on peut regarder le problème d’un point de vue d’une nation étrangère.

La ligne de fond est que nous ne savons simplement pas de quoi il s’agit. Ce que nous savons c’est que ces avions affichent des capacités supérieures aux avions de nouvelle génération, et je pense que ce qui est inquiétant du point de vue perspective de sécurité nationale, c’est qu’ils peuvent surpasser tout ce que nous avons dans notre inventaire.

Journaliste : Mais que dites-vous aux sceptiques, comme Mick West, qui a posté des vidéos sur YouTube qui, selon eux, démontrent des explications plus banales, des choses comme des ballons, les drones même les lumières clignotantes du 737 ?

Luis Elizondo : Oui, je dirais que nous restons sceptiques, mais je dirais aussi qu’il faut garder à l’esprit que lorsqu’on voit une vidéo qui est mise en ligne, souvent, il y a des témoignages oculaires de la part des pilotes, qui sont d’ailleurs des observateurs qualifiés, et que ces observateurs voient ces choses beaucoup plus longtemps que les cinq ou dix secondes que ce que vous avez sur la vidéo.

Et puis il y a aussi les données radar, donc quand vous quand vous avez quelque chose comme ça il est évident que vous avez affaire à quelque chose qui n’est pas un effet ou un artefact de la caméra, vous avez affaire à un objet réel, et n’oublions pas qu’il y a d’autres séquences aussi, qui sont prises au même moment sous différents angles. Donc je pense que nous devons être très prudents à émettre une explication prosaïque sans avoir tous les faits sous les devant nous.

Journaliste : Steve, quel est votre point de vue sur ce sujet ? Que devons-nous penser de ces apparitions ?

Colonel Steve Ganyard : Eh bien, je pense que c’est intriguant…Franchement George je pense que les vidéos de la marine montrent certaines choses que nous n’avons jamais vues auparavant, qui n’ont jamais été révélées au public.  Avec les OVNIs, généralement on voit une image granuleuse, ces personnes sont facilement usurpées.

Mais dans ce cas, nous avons des données provenant de trois parties du spectre électromagnétique ; vous aviez quatre pilotes avec des yeux, vous aviez deux radars séparés, un dans le FA-18, et un dans le USS Princeton, et vous aviez des données infrarouges, donc tout est à peu près corrélé.

Cela veut-il dire qu’il y avait des OVNIs ? Non, ça veut dire qu’il pourrait y avoir une explication scientifique, mais bien sûr que oui, je pense que ça soulève des questions cruciales qui doivent être abordées d’une manière scientifique et délibérée.

Journaliste : Vous êtes un ancien pilote de chasse des Marines, je dois vous demander si vous avez déjà vu quelque chose que vous ne pouviez pas expliquer ?

Colonel Steve Ganyard : Pas qui qui serait attribuable à des extraterrestres, mais je pense que nous devons y réfléchir d’un point de vue scientifique, George, il y a il y a des sous-entendus de conspiration dans tout ça et je ne pense pas que ce soit utiles.

Je pense que toute personne qui a travaillé dans le gouvernement américain sait que le gouvernement américain est totalement incapable de de conspirations complexes ou de garder des secrets sensationnels.

Vous savez Washington fuit comme une passoire, et s’il y avait des restes extraterrestres quelque part il y aurait déjà eu des fuites, donc le fait est que Men in Black n’était pas un documentaire.

Journaliste : C’est un point correct, mais Mr. Elizondo, laissez-moi vous demander s’il est juste de dire que le gouvernement en sait beaucoup plus que ce qui a été divulgué jusqu’à présent, et devons-nous nous attendre à des surprises dans le rapport ?

Journaliste : Oui, George. C’est une bonne question, je pense que ce qui est juste de dire, c’est que nous avons beaucoup plus de données, et d’informations, et ce dont nous avons besoin, c’est d’une capacité robuste et durable pour collecter et analyser ces données dans le temps.

Et ensuite, espérons-le, nous pourrons commencer à tirer des conclusions sur ce que sont ces choses ; je suis d’accord avec le colonel, il a tout à fait raison, nous avons besoin d’avoir une approche très équilibrée et scientifique, et je pense que ça doit être l’approche de l’ensemble du gouvernement.

Je ne pense pas qu’elle doive nécessairement être un département de la défense ou de la communauté du renseignement seulement. Je pense que nous devons inclure des gens comme le département de l’énergie, la FAA et le DHS, les universités et la communauté scientifique.

Journaliste : Et enfin Steve, il ne nous reste que quelques secondes, mais quelles sont les grandes implications pour la sécurité nationale si en effet nous avons la preuve que ce sont des visiteurs extraterrestres, y a-t-il quelque chose que nous pouvons faire à ce sujet ?

Colonel Steve Ganyard : Eh bien nous verrons, George, vous savez que l’armée américaine est déjà très prise avec la Chine et la Russie, la Corée du Nord, l’Iran et… si le Congrès veut ajouter les aliens à la liste des menaces, alors ils ont la possibilité de faire les chèques et écrire les statuts pour que ça arrive, donc on verra si le congrès prend cette affaire au sérieux une fois que le rapport sera publié.

Journaliste : Le rapport arrive prochainement, merci beaucoup pour votre perspicacité, merci à vous deux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *