Je veux croire

https://slate.com/technology/2021/10/ufo-aliens-religion-clergy.html

Que feraient les chefs religieux si des extraterrestres apparaissaient ?

PAR JOSH WILBUR, 18 OCT. 2021

Pour les croyants aux OVNIs, Luis « Lue » Elizondo – l’ancien directeur du défunt Programme d’identification des menaces aérospatiales avancées, un projet du ministère de la Défense chargé d’enquêter sur les rapports de phénomènes aériens non identifiés – est comme un prophète descendant de la montagne. Il prétend avoir vu le buisson ardent (c’est-à-dire des images classifiées, rapprochées et en haute définition d’OVNIs), et chacune de ses déclarations suscite une interprétation fébrile dans les cloîtres de Reddit OVNIs et UFO Twitter.

2021 a été une année chargée dans le domaine des ovnis, et donc une année chargée pour Elizondo. Le 25 juin, le bureau du directeur du renseignement national a publié un rapport très attendu et déroutant sur les phénomènes aériens non identifiés, également appelés UAP. Dans les semaines qui ont précédé la publication du rapport, Elizondo a séduit les téléspectateurs sur le câble et les médias sociaux. Sur NBC News : « Nous sommes sûrs à 99 % qu’il ne s’agit pas d’une technologie étrangère adverse, ce qui ne laisse qu’une seule autre option. C’est quelqu’un ou quelque chose d’autre« . Sur 60 Minutes : « Je vous dis que c’est réel. La question est : « Qu’est-ce que c’est ? » « Quelles sont ses intentions ? » « Quelles sont ses capacités ? « 

Le rapport lui-même était plus hésitant dans son langage. Sur les 144 incidents examinés par le groupe de travail, 143 restent inexpliqués. Le rapport indique que la plupart des UAP en question « représentent probablement des objets physiques » et qu’une poignée d’entre eux « semblent faire preuve d’une technologie avancée« , exécutant des manœuvres à grande vitesse sans moyen de propulsion visible. « Nous ne savons pas exactement ce qu’ils sont« , a admis l’ancien président Barack Obama dans une interview de fin de soirée en mai. « Nous ne pouvons pas expliquer comment ils se sont déplacés, leurs trajectoires« .

La question de savoir ce que sont les UAP est intimement liée à ce qu’ils pourraient signifier. Trois jours avant la publication du rapport, alors qu’il participait à un podcast le 23 juin, Elizondo a répondu à une question bien posée : « Si le grand public savait ou voyait ce que vous avez vu… à quoi ressemblerait la semaine suivante ? Comment le public réagirait-il ? » –

« Sombre« , a-t-il dit. « Je pense qu’il y aurait cette grande expiration pendant environ un jour. Puis on se replierait sur soi et on essaierait de réfléchir à ce que cela signifie pour notre espèce et pour nous-mêmes. » Il a poursuivi : « Je pense que certaines personnes se tourneraient vers la religion. D’autres pourraient s’en détourner. »

Elizondo ne dit pas tout à fait extraterrestres, pas à voix haute en tout cas, mais son message est suffisamment clair : Les OVNIs sont d’origine intelligente et non humaine.

Les sceptiques s’insurgent contre la tendance des ufologues à passer d’un objet non identifié à une ou plusieurs intelligences d’un autre monde, qu’il s’agisse d’une IA extraterrestre, de voyageurs inter dimensionnels ou d’erreurs de simulation ; pour la majorité des scientifiques, il est trop tôt pour se lancer dans des spéculations aussi fantastiques. Pourtant, les Américains veulent croire aux extraterrestres plus que jamais, selon les sondages de Gallup et Pew Research.

Pourquoi attendre les résultats des recherches radio du SETI ou des recherches en astrobiologie de la NASA alors que la réponse à la vie, à l’univers et à tout le reste plane peut-être juste au large des côtes de Virginie ?

Que faut-il penser de cette « nouvelle forme de religiosité », comme D.W. Pasulka, auteur de American Cosmic : UFOs, Religion, Technology, a décrit la plus récente vague d’ovni-mania ?

Et si des êtres intelligents se manifestaient – dans la basse atmosphère de notre planète ou dans la haute atmosphère d’une autre, comme le révélerait peut-être le télescope spatial James Webb qui sera bientôt lancé – comment cela affecterait-il les sentiments des Américains sur l’esprit et la matière, sur l’âme et le monde, dans une culture de plus en plus irréligieuse ?

Pour tenter de deviner, j’ai parlé avec des chefs religieux et des penseurs de la possibilité d’une vie intelligente dans l’espace et de la façon dont les OVNIs s’intègrent dans les systèmes de croyance en évolution des Américains, aujourd’hui et à l’avenir.

Lorsque j’ai évoqué la possibilité d’une vie extraterrestre avec Reggie Blount, un pasteur de l’Église épiscopale méthodiste africaine, il m’a fait part d’un verset du 13e chapitre de 1 Corinthiens : « Nous regardons à travers un miroir peu lumineux. » Pour Blount et de nombreux chrétiens, la pleine réalité de la création de Dieu sera à jamais obscure pour les êtres humains, comme un verre opaque. Comme le voit Blount, dans un univers contenant un nombre potentiellement infini de galaxies, les extraterrestres peuvent très bien exister. « Mais« , souligne-t-il, « je ne pense pas que d’autres êtres intelligents changeraient notre relation à Dieu. »

Le point de vue de Blount s’aligne sur la plupart des membres du clergé avec lesquels j’ai parlé. Pour les 4 milliards de monothéistes de la planète, il existe deux plans d’existence : l’un constituant la réalité matérielle et l’autre habité par un Dieu d’amour qui existe en dehors (et pourtant aussi paradoxalement dans) du temps et de l’espace. Pour les chrétiens, les musulmans et les juifs, les ovnis et même les extraterrestres sont certes fascinants, mais ils ne doivent pas représenter une perturbation majeure d’un système métaphysique dans lequel la dichotomie fondamentale entre Dieu et le monde est déjà et définitivement décidée.  L’univers peut contenir des formes de vie extravagantes non découvertes, mais les défis théologiques qui l’accompagnent – sur l’étendue de la création, la possibilité de conversion, le statut moral des non-humains – ne doivent pas menacer une image monothéiste qui a toujours été multidimensionnelle. Le pape François, pour sa part, a déclaré qu’il baptiserait un extraterrestre qui le demanderait : « Qui sommes-nous pour fermer les portes ? »

Jimmy Akin, expert en théologie catholique et animateur de Jimmy Akin’s Mysterious World, un podcast qui examine les « phénomènes fascinants du monde physique » d’un point de vue catholique, a déclaré que « s’il existe des extraterrestres intelligents, ils sont simplement d’autres créatures de Dieu. Nous devrions nous renseigner sur eux et sur leur place dans le plan de Dieu. » Il a poursuivi : « Nous savons que Dieu a créé d’autres créatures intelligentes : les anges – en fait plusieurs sortes d’anges. » En ce qui concerne les ovnis, Akin a fait écho à ce qui était un refrain familier dans mes conversations avec des penseurs religieux : « Je suis ouvert à tout ce qui est prouvé. »

L’imam Asad Zaman, directeur exécutif de la Muslim American Society of Minnesota, était moins hésitant sur la question des objets volants non identifiés : « Je pense que les gens qui assimilent les OVNI à une vie extraterrestre sont définitivement exagérés. » Mais, selon lui, la découverte d’une vie extraterrestre ne poserait pas de problème à la plupart des musulmans. Après tout, le Coran désigne spécifiquement Dieu comme le créateur des mondes, au pluriel. Zaman a poursuivi en paraphrasant quelques lignes de la 56e sourate du Coran : « Je jure par la station des étoiles, et si vous saviez à quel point ce serment est important. » « Bien sûr », dit Zaman, « nous comprenons maintenant la nature et l’échelle des galaxies. Cela nous permet de contempler que la création de Dieu est beaucoup plus grande que ce que nous pouvons sonder. »

Dans son livre Religions and Extraterrestrial Life, l’astronome David Weintraub décrit cette capacité des religions modernes à évoluer et à s’adapter : « Historiquement, certaines religions ont montré qu’elles avaient suffisamment de dextérité théologique pour survivre aux remises en cause régulières de la doctrine et des croyances qui émergent des connaissances de plus en plus sophistiquées de l’humanité sur le monde naturel (par exemple, malgré sa prise de bec très publique avec Galilée, l’Église catholique romaine s’est adaptée à la connaissance scientifique que la Terre tourne autour du Soleil). » Selon Weintraub, à l’exception de quelques sectes fondamentalistes, les trois grandes religions « sont suffisamment robustes pour accueillir la nouvelle bouleversante que représenterait la découverte d’une vie extraterrestre. »

Au-delà, un certain nombre de religions orientales, dont le bouddhisme et l’hindouisme, postulent déjà explicitement l’existence d’autres mondes et d’êtres sensibles.

Cela ne veut pas dire que des défis théologiques inconfortables n’existent pas, en particulier pour les religions abrahamiques et leurs dérivés. Le rabbin Sam Kaye, du Temple d’Atlanta, m’a dit qu’il ne savait pas si les extraterrestres pouvaient devenir juifs, étant donné qu’ils n’ont peut-être pas l’anatomie nécessaire (ahem) pour être circoncis. Les baptistes du Sud et autres évangéliques croient que le Christ est la seule voie vers le salut éternel et que les êtres humains entretiennent une relation spéciale avec Dieu ; il est facile de voir comment les ETs pourraient représenter une tierce partie indésirable. Dans son livre, Weintraub soulève un problème fascinant pour les musulmans, qui seraient probablement désireux de faire du prosélytisme auprès des extraterrestres : « Si les extraterrestres existent et vivent à une grande distance de la Terre, comment détermineraient-ils la direction de la Mecque, cinq fois par jour, pour la prière ?« 

Ces questions pourraient expliquer en partie pourquoi les fidèles ne sont pas particulièrement intéressés à penser ou à parler des ovnis et des extraterrestres. Mais je soupçonne aussi que les religions sont tout simplement devenues plus sécularisées et plus scientifiques que ne le pensent souvent les personnes extérieures. Un certain nombre de membres du clergé ont hésité à me parler, et ceux qui l’ont fait m’ont paru prudents et peu enclins à spéculer sans meilleure preuve. Parfois, cela m’a rappelé une phrase du rabbin réformé britannique Lionel Blue : « Le monde séculier est plus spirituel qu’il ne le pense, tout comme le monde ecclésiastique est plus matérialiste qu’il ne veut bien le reconnaître ». Parfois, en d’autres termes, les pieux jouent le rôle des sceptiques – et vice versa. En ce qui concerne les extraterrestres, le pasteur de votre quartier a plus de chances de s’associer à la foule « Out There ? » – en rejetant l’idée d’extraterrestres à quelques années-lumière dans les profondeurs de l’espace – que de tomber dans le terrier du lapin « Ils sont là ! Le rabbin Adam Bellows, de la Congrégation hébraïque unie de Saint-Louis, a fait part de sa propre déclaration d’intention : « Mon judaïsme m’inspire à apprendre à connaître l’univers, et la science est mon moyen d’y parvenir« . En ce qui concerne les OVNI, M. Bellows a hésité, invoquant le rasoir d’Occam : l’explication la plus simple est la meilleure.

Adam Frank, astrophysicien à l’université de Rochester et bouddhiste pratiquant, a récemment affirmé que si « les observations d’ovnis, qui remontent au moins à 1947, sont synonymes dans l’imagination populaire de preuves d’extraterrestres… scientifiquement parlant, il n’y a pas grand-chose qui justifie ce lien« . Lors de ma conversation avec Frank, il a insisté sur le fait qu’il est fallacieux de chercher des extraterrestres près de chez soi alors que des exoplanètes potentiellement habitées nous attirent : « Vous ne chercheriez pas des Manhattanites ailleurs qu’à Manhattan ! »

Qu’en est-il de ceux que l’on appelle les « non-religieux », le nombre rapidement croissant d’Américains qui ne croient pas en Dieu ? Et qu’en est-il des « gentils », des protestants sans église, des « catholiques élevés » et des juifs culturels qui ne participent pas aux offices et pour qui la religion est plus une abstraction héritée qu’une expérience vécue ? Il s’avère que les non-croyants sont ceux qui font le plus de pensée magique lorsqu’il s’agit d’êtres extra-, intra- et ultra terrestres.

Clay Routledge, professeur de psychologie à l’université d’État du Dakota du Nord, a écrit dans une tribune du New York Times : « Les personnes qui ne vont pas fréquemment à l’église ont deux fois plus de chances de croire aux fantômes que celles qui vont régulièrement à l’église. Moins les gens sont religieux, plus ils sont susceptibles d’approuver des idées empiriquement non étayées sur les ovnis, les extraterrestres intelligents qui surveillent la vie des humains et les conspirations connexes sur une dissimulation de ces phénomènes par le gouvernement. »

Il y a probablement beaucoup plus de personnes non religieuses aux États-Unis que ne le suggèrent les sondages. Qu’ils le sachent ou non, les non-religieux (et je parie que beaucoup de ceux qui le sont aussi) adhèrent à une vision du monde connue sous le nom de matérialisme scientifique, qui postule que la matière et l’énergie – l’univers physique – sont tout ce qui existe. Le paradigme matérialiste a été décrit de la manière la plus poétique par Carl Sagan (« Nous sommes des étoiles ») et la plus dramatique par Friedrich Nietzsche (« Dieu est mort »). Mais, quelle que soit la façon dont il est formulé, le matérialisme scientifique n’est pas exactement satisfaisant sur le plan psychologique. Une faim spirituelle tenace, ce que la psychanalyste Julia Kristeva appelle « cet incroyable besoin de croire », pousse les êtres humains, selon mille courants différents, vers une intelligence non humaine qui en sait plus que nous.

Voici encore Routledge : « Parce que les croyances concernant les OVNI et les extraterrestres n’invoquent pas explicitement le surnaturel et sont formulées dans un jargon scientifique et technologique, elles peuvent être plus acceptables pour ceux qui rejettent la métaphysique des systèmes religieux plus traditionnels. »

Là où le sermon du pasteur donnait autrefois de l’espoir, ce sont maintenant des podcasters qui demandent aux physiciens des particules : « Que pensez-vous des extraterrestres, mon vieux ? » Là où les réveils religieux retenaient autrefois l’attention des Américains, ce sont maintenant des vidéos YouTube de choses volantes. Quels qu’ils soient, les UAP sont des objets d’émerveillement pour des millions de personnes : des triangles volants sans visage et des Tic Tacs qui pourraient détenir la clé de la réalité si seulement ils restaient tranquilles. Et si, se demandent les non-croyants, une puissance supérieure représentait quelque chose de bien plus étrange que ce que les anciens prophètes auraient pu imaginer ?

Pour l’instant, les UAP restent un mystère, un mystère qui continuera à avoir beaucoup de poids pour les indécis métaphysiques. Lorsque j’ai demandé à Adam Frank (qui, je tiens à le souligner, est sceptique quant aux OVNI) comment il expliquerait le bouddhisme à un extraterrestre, il m’a donné une réponse succincte : « Je dirais que le bouddhisme, c’est tout simplement ça. C’est une religion qui se concentre sur ce qui se passe exactement : rien de plus. » Je soupçonne que les croyants et les non-croyants feraient bien d’aller avec les bouddhistes sur ce point et de prendre régulièrement la mesure d’un univers qui est à la fois perplexe et compréhensible. Il se passe quelque chosedans les cieux, dans nos âmes, ou les deux, ou aucun des deux, selon la personne à qui vous posez la question – et tout le monde mérite d’être entendu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *