La carte de briefing CHINFO sur les UAP de la Marine

Carte de briefing CHINFO sur les phénomènes aériens non identifiés (UAPs) de la Marine, 24 juillet 2020 -> C’est la carte de triche pour ne pas que le personnel raconte des conneries…

John Greenewald – Traduction par Toledo le 16 avril 2022, tous droits réservés

https://documents2.theblackvault.com/documents/navy/PAOBriefingCard.pdf

Le document suivant a été publié par l’U.S. Navy via la loi sur la liberté d’information (FOIA).

Il s’agit d’une « carte d’information » utilisée par le chef de l’information et le bureau de l’information de la Marine (CHINFO) pour répondre aux demandes liées à l’UAP.

Traduction du document

Phénomènes aériens non identifiés (PAN)

Contexte [NOT FOR RELEASE] :

On a signalé à plusieurs reprises que des aéronefs non autorisés et/ou non identifiés pénétrant dans divers champs d’entraînement contrôlés par l’armée et dans l’espace aérien désigné. Ces rapports sont fréquents et se poursuivent. L’U.S. Navy et le Département de la Défense (DOD) prennent ces rapports très au sérieux et enquêtent sur chacun d’entre eux.

Toute incursion dans nos champs d’entraînement par un aéronef, identifié ou non, est problématique tant du point de vue de la sûreté que de la sécurité. La sécurité de nos équipages est primordiale. Les aéronefs non autorisés et non identifiés représentent un risque pour la sécurité des vols.

De plus, il est vital de maintenir la sécurité de nos opérations. Nos aviateurs s’entraînent comme ils combattent. Toute intrusion qui pourrait compromettre la sécurité de nos opérations, tactiques ou procédures est très préoccupante.

Intérêt des médias

Une émission de History Channel au cours de l’été 2019 sur les enquêtes gouvernementales sur les « OVNIs » a mis en lumière plusieurs vidéos d’avions de la Marine concernant des UAP. L’émission a suscité un intérêt significatif à portée limitée, qui se concentre sur les théories et les conspirations sur les « ovnis ». Ces mêmes vidéos ont été publiées en ligne par le New York Times en décembre 2017, via une diffusion non autorisée. En septembre 2019, la Navy a confirmé que les trois vidéos non classifiées, l’une prise en novembre 2004 et les deux autres en janvier 2015, qui avaient circulé dans le domaine public après des diffusions non autorisées en 2007 et en 2017, étaient bien des copies de vidéos réelles de la Marine. Le ministère de la Défense a officiellement annoncé la diffusion publique de vidéos via la procédure FOIA le 27 avril 2020. Depuis la publication, de fréquentes requêtes et demandes d’informations en vertu de la FOIA d’informations de la part de médias nationaux, internationaux et d’intérêt particulier ont été reçues dans divers commandements de la Marine.

Ces requêtes et demandes se poursuivent.

Déclaration du ministère de la Défense du 27 avril 2020

Le ministère de la Défense a autorisé la diffusion de trois vidéos non classifiées de la Marine, l’une prise en novembre 2004 et les deux autres en janvier 2007, qui circulaient dans le domaine public après des publications non autorisées en 2007 et 2017. La Marine américaine a précédemment reconnu que ces vidéos circulant dans le domaine public étaient bien des vidéos de la Marine. Après un examen approfondi, le ministère a déterminé que la diffusion autorisée de ces vidéos non classifiées ne révèle pas de capacités ou de systèmes sensibles, et n’empiète pas sur les enquêtes ultérieures sur les incursions de l’espace aérien militaire par des phénomènes aériens non identifiés. Le DOD publie les vidéos afin de dissiper les doutes du public sur la question de savoir si les images qui ont circulé étaient réelles ou non, ou s’il y a d’autres éléments dans les vidéos. Les phénomènes aériens observés dans les vidéos restent qualifiés de « non identifiés ». Les vidéos publiées peuvent être consultées dans la salle de lecture FOIA du Naval Air Systems Command.

Room : https://www.navair.navy.mil/foia/documents.

Posture PA

– RTQ

– Transmettez toutes les questions/demandes – sans commentaire – à DOD Public Affairs [Sue Gough] / cc OPNAV

N2N6 PAO [Joe Gradisher].

Messages clés :

– La sécurité de nos équipages aériens est primordiale.

– Les aéronefs non autorisés et non identifiés constituent un risque pour la sécurité des vols.

– La sécurité de nos opérations est vitale.

– Nos aviateurs s’entraînent comme ils se battent. Toute intrusion qui pourrait compromettre la sécurité de nos opérations tactiques, ou procédures est une grande préoccupation.

– Nous prenons au sérieux les rapports d’incursions et nous enquêtons sur chaque rapport.

Thèmes et messages

THÈME : Terme « phénomène aérien non identifié » (UAP)

– Nous avons emprunté ce terme au Royaume-Uni.

– Définition : Tout phénomène aérien qui ne peut être immédiatement identifié.

– Nous utilisons le terme générique UAP dans nos communications afin de ne pas préjuger des résultats d’une enquête (et pour que nos aviateurs n’hésitent pas à signaler les intrusions).

– Ne faites pas référence aux UAPs en tant qu’OVNIs. Ce dernier terme est intrinsèquement lié au concept d’extraterrestres et à l’hystérie associée générée par les médias qui couvrent ce sujet.

THÈME : Les enquêtes sur les UAP

– L’enquête sur les observations d’UAP étant en cours, nous ne discuterons pas des rapports d’observation individuels / des observations.

– Les informations obtenues à partir de chaque rapport individuel d’incursion suspectée sur le terrain d’entraînement font l’objet d’une enquête à part entière.

L’incursion présumée sur le terrain d’entraînement sont étudiées en tant que telles.

– Les informations obtenues dans ces rapports sont cataloguées et analysées afin d’identifier tout danger pour nos aviateurs.

– Les enquêtes peuvent impliquer plusieurs agences/organisations du DOD, de l’Intelligence Community et d’autres agences/organisations du gouvernement américain.

– Tout rapport généré à la suite de ces enquêtes comprendra, par nécessité, des informations classifiées sur les opérations militaires. Par conséquent, aucune information ne sera communiquée au grand public.

– Un groupe de travail inter-agences, dirigé par la Marine, est chargé d’enquêter sur ces intrusions afin d’acquérir des connaissances et de comprendre la nature et l’origine des intrusions des UAP afin d’acquérir des connaissances sur la nature et l’origine des UAP, ainsi que sur leurs opérations, capacités, performances et/ou signatures,

– La mission de la task force est de détecter, d’analyser, de cataloguer, de consolider et d’exploiter les véhicules aérospatiaux non traditionnels et les UAP qui constituent une menace opérationnelle pour la sécurité nationale des États-Unis et d’éviter la surprise stratégique.

THÈME : Niveaux de classification des informations sur les UAP

– La Naval Intelligence Activity a publié un guide de classification de sécurité (SCG) pour protéger l’intégrité des enquêtes.

– Les informations obtenues, sous quelque forme que ce soit et de quelque source que ce soit, impliquant des UAP, sont classifiées.

– Les images (y compris les photos/vidéos obtenues par les équipes SNOOPIE) de toute observation d’UAP sont considérées comme classifiées et doivent être traitées et protégées en conséquence.

– Les enquêtes sur les incursions non identifiées dans l’espace aérien militaire font appel à diverses méthodes et agences de renseignement et ne doivent pas être discutées.

THEME : Demandes et réponses FOIA

– L’intention de cette carte et du SCG n’est pas de contourner les processus normaux de FOIA menés au niveau du commandement ou à un échelon supérieur.

– Les bureaux FOIA sont priés de coordonner leurs réponses proposées à toute demande FOIA liée à l’UAP avec le DOD Public Affairs et l’OPNAV N2N6 Public Affairs avant de répondre.

– La cohérence de la formulation de toute réponse à une demande d’information est essentielle, car on peut s’attendre à des demandes supplémentaires et à des requêtes FOIA si l’on constate des différences dans la formulation.

Questions et réponses :

Q1. Quelle est la définition des phénomènes aériens non identifiés utilisée par la marine et le département de la défense des États-Unis ?

A1. Tout phénomène aérien qui ne peut être immédiatement identifié. Lorsqu’un système aérien sans pilote (UAS) n’est PAS immédiatement identifiable, nous l’appelons UAP. Nous utilisons le terme générique UAP dans les communications pour éviter de préjuger des résultats de toute enquête.

Q2. La marine ou le ministère de la Défense savent-ils comment les trois vidéos historiques publiées ont été mises en « circulation » ? Ont-elles été divulguées par du personnel de la Marine ?

A2. En ce qui concerne l’observation de 2004 par des avions du porte-avions USS Nimitz (CVN 68) : Cette vidéo a été largement diffusée dans tout le navire à l’époque. En 2007, l’un de ces membres d’équipage a posté la vidéo sur le web public. En 2009, la mise en ligne de la vidéo a été portée à l’attention des responsables de la Marine, qui, en consultation avec le personnel d’application de la loi de la Marine, ont décidé de ne pas poursuivre l’affaire. Étant donné le le temps écoulé depuis l’enregistrement (environ 5 ans), la large diffusion de l’enregistrement au sein du navire au moment de l’enregistrement, et le fait que la vidéo a été diffusée à l’extérieur.

Au moment de l’enregistrement, et de la taille de l’équipage à l’époque (environ 5 000 personnes), il a été déterminé qu’il n’y avait aucun moyen de déterminer avec précision qui aurait pu diffuser la vidéo. En ce qui concerne les deux autres deux vidéos, après leur première apparition dans le New York Times en décembre 2017, le bureau des enquêtes spéciales de l’armée de l’air (Air Force Office of Special Investigations, AFOSI) a entamé une enquête axée sur la classification des informations contenues dans la vidéo. L’enquête de l’AFOSI a déterminé que les vidéos n’étaient pas classifiées. Cependant, le simple fait d’être non classifié ne signifie pas automatiquement que l’information peut être divulguée au public. Un examen interne de l’OSD, qui n’est pas une enquête formelle, a déterminé que, bien qu’une demande ait été soumise en août 2017 août 2017 au Defense Office of Prepublication and Security Review (DOPSR) pour la diffusion des vidéos à des partenaires gouvernementaux et industriels à des fins de recherche, le DOPSR n’a pas donné son accord final pour que les vidéos soient diffusées au grand public.

Q3. Pouvons-nous obtenir des informations (vidéos/analyses, etc.) sur des observations présumées depuis les événements de ces trois vidéos ?

A3. Ni la Marine ni le DOD n’ont publié de caractérisation ou de description, ni n’ont émis d’hypothèse ou de conclusion en référence à une quelconque hypothèse ou conclusions en référence à des observations/observations rapportées. Comme l’enquête sur les UAP est en cours, nous ne discuterons pas des rapports d’observation individuels.

Cependant, toutes les sources d’information possibles concernant les rapports d’observation individuels sont prises en compte dans les enquêtes respectives.

Les informations obtenues à partir de chaque rapport individuel de toute suspicion d’incursion sur le terrain d’entraînement continueront à faire l’objet d’une enquête à part entière. Les informations obtenues dans Les informations obtenues dans ces rapports seront cataloguées et analysées dans le but d’identifier tout danger pour nos aviateurs et de protéger la sécurité de nos opérations.

Ce processus pourrait impliquer plusieurs organisations du DOD et de la Community. Tout rapport généré à la suite de ces enquêtes comprendra, par nécessité, des informations classifiées sur les opérations militaires. Par conséquent, aucune divulgation d’informations au grand public n’est prévue.

Préparé par : Joseph F. Gradisher, Capitaine, USN (Retraité)

OPNAV N2N6 Affaires publiques

@navy.mil

Coordonné par : Susan Gough, Civ Affaires publiques de l’OSD @mail.mil

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.