La Chine a déjà gagné la guerre technologique

Toledo / 12.10.2021

Vous trouverez un article complet à ce sujet sur le New York Post ici, ainsi que d’autres articles sur le Net concernant cette affirmation.

https://nypost.com/2021/10/11/pentagon-software-chief-nicolas-chaillan-resigns/

Résumé

L’ancien responsable des logiciels du Pentagone a déclaré qu’il avait démissionné parce que la Chine avait déjà gagné la guerre technologique garantissant la domination mondiale – certains systèmes du gouvernement américain n’étant qu’un « niveau de maternelle » en comparaison.

Illustration – Image libre sous licence Creative Common

Nicolas Chaillan, 37 ans, a déclaré au Financial Times dimanche qu’il y avait « de bonnes raisons d’être en colère » contre l’incapacité des États-Unis à faire face à la cyber menace chinoise, craignant même que cela ne mette en danger l’avenir de ses enfants.

« Nous n’avons aucune chance de nous battre contre la Chine dans 15 ou 20 ans. À l’heure actuelle, c’est déjà une affaire réglée ; c’est déjà terminé, à mon avis« ,

a déclaré Nicolas Chaillan, 37 ans, au journal.

M. Chaillan, qui a été le premier chef des logiciels du Pentagone, a déclaré que la Chine allait dominer l’avenir du monde en contrôlant tout, des récits des médias à la géopolitique.

Il a affirmé que les États-Unis, comme Pékin, auraient dû donner la priorité à l’intelligence artificielle, à l’apprentissage automatique et aux capacités cybernétiques plutôt qu’aux dépenses militaires traditionnelles comme la construction de nouveaux avions de chasse.

« Qu’il faille une guerre ou non, c’est un peu anecdotique », a-t-il déclaré au journal à propos de sa prédiction de la route de la Chine vers une future domination mondiale.

Il a attaqué Google pour ne pas avoir travaillé sur l’IA avec le ministère de la défense américain, alors que les entreprises chinoises sont obligées de travailler avec Pékin.

Les États-Unis perdent également du temps à débattre de l’éthique de l’IA, alors que la Chine réalise des « investissements massifs » et évite ces préoccupations, a-t-il ajouté.

« Pendant que nous perdions du temps dans la bureaucratie, nos adversaires prenaient de l’avance », a écrit M. Chaillan dans une lettre cinglante sur LinkedIn le mois dernier, lors de la première annonce de sa démission.

« À ce stade, je suis juste fatigué de courir continuellement après le soutien et l’argent pour faire mon travail », a-t-il déclaré à propos du poste de pionnier au Pentagone qui a été « probablement le plus difficile et le plus exaspérant de toute ma carrière. »

M. Chaillan a déclaré au Financial Times qu’il prévoyait, dans les semaines à venir, de témoigner devant le Congrès au sujet de la cybermenace chinoise contre la suprématie américaine, y compris lors de briefings classifiés.

Un porte-parole du département de l’armée de l’air a déclaré au Financial Times que Frank Kendall, secrétaire de l’armée de l’air, avait discuté des recommandations de Chaillan avec lui et l’avait remercié pour ses contributions.

Google n’était pas immédiatement disponible pour un commentaire, a déclaré Reuters.

Cette déclaration intervient alors qu’un nouveau sondage montre qu’environ 9 Américains sur 10 sont au moins quelque peu préoccupés par le piratage informatique, tandis qu’environ deux tiers se disent très ou extrêmement préoccupés.

Le sondage réalisé par l’Institut Pearson et l’Associated Press montre qu’environ trois quarts d’entre eux considèrent également les gouvernements chinois et russe comme des menaces majeures pour la cybersécurité du gouvernement américain.

Les UAP Chinois ont de très bons jours devant eux…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *