La marine publie le calendrier du mystérieux essaim de drones de 2019…

https://www.thedrive.com/the-war-zone/44231/navy-releases-timeline-for-2019-uas-swarm-involving-warships-off-california

Toledo, traduction le 13.02.2022, tous droits réservés.

Traduction

La marine publie le calendrier du mystérieux essaim de drones de 2019 impliquant des navires de guerre au large de la Californie

Dans une précédente mise à jour de notre enquête sur une série d’incidents liés à des essaims de drones en 2019, The War Zone a publié une diapositive de briefing intrigante, mais fortement expurgée. Étrangement, avant que notre appel puisse être entièrement traité, nous et d’autres déposants FOIA avons reçu des versions complètement non expurgées de la même diapositive jointes à des demandes distinctes. La version non expurgée de la diapositive fournit plusieurs nouveaux détails, notamment une chronologie des interactions entre le destroyer de classe Arleigh Burke de la marine américaine USS Paul Hamilton et plusieurs objets désignés comme « UAS » ou systèmes aériens sans pilote. À notre connaissance, il s’agit du premier document accessible au public à utiliser le terme « essaim » en relation avec l’incident.

En outre, le matériel nouvellement publié comprend une image infrarouge de trois des objets. La qualité de cette image est trop faible pour permettre d’identifier les caractéristiques des objets.

Vous pouvez consulter la chronologie et la diapositive d’information, désormais non expurgées, ici :

La diapositive d’information concernant les interactions de l’USS Paul Hamilton avec plusieurs objets aériens non identifiés le 17 juillet 2019.

Ces incidents, dont nous savons maintenant qu’ils se sont poursuivis tout au long de la deuxième quinzaine de juillet, suscitent un intérêt considérable depuis 2020, date à laquelle le documentariste Dave Beaty les a mis en lumière.

Précédemment, j’avais déjà traduit ces articles qui traitement également de ce sujet :

https://uap-blog.com/destroyers-agresses-drones-mysterieux/

https://uap-blog.com/le-harcelement-des-destroyers-de-la-marine-par-de-mysterieux-essaims-de-drones/

https://uap-blog.com/la-photo-de-la-rencontre-uap-ufo-essaim-de-drones-de-juillet-2019/

Quant à cette nouvelle chronologie, elle montre que l’incident a commencé vers 2 h 56, heure zouloue, également connue sous le nom de temps moyen de Greenwich, le 17 juillet, soit 19 h 56, heure locale, le 16 juillet. Les données des garde-côtes américains indiquent séparément que l’USS Paul Hamilton a cessé de diffuser sa position via le système d’identification automatique (AIS) environ 10 minutes plus tôt, à 19 h 47, heure locale. Les navires de la marine américaine ne sont pas tenus d’émettre via l’AIS et désactivent parfois leur transpondeur pour réduire leur signature électronique globale dans des situations de sécurité renforcée.

Bien que les journaux de bord n’indiquent pas pourquoi l’USS Paul Hamilton a désactivé son AIS, d’autres navires se trouvant dans des circonstances similaires ce mois-là ont indiqué qu’ils avaient désactivé les transpondeurs AIS spécifiquement en raison d’une éventuelle activité de UAS. De plus, les journaux indiquent que l’événement a commencé juste après l’allumage des feux de navigation.

Au début de l’incident, la chronologie indique qu’un UAS a été repéré à une distance d’environ un mille nautique. Vingt minutes plus tard, la chronologie indique que deux UAS ont été vus et que l’un d’eux est tombé dans l’eau. À 20 h 26, heure locale, plusieurs UAS ont été repérés. La chronologie indique également que le pont a pu voir des feux rouges clignotants.

À 20 h 50, heure locale, la chronologie indique un « essaim de UAS « . À 21 h 11, la chronologie indique que l’un des objets était directement au-dessus de nos têtes à 2 000 pieds. Une minute plus tard, tous les objets semblent changer de cap et s’éloigner du navire à une vitesse de 60 nœuds, soit 69 miles par heure. Cependant, huit minutes plus tard, des UAS ont de nouveau été vus derrière le navire. Le dernier événement noté dans la diapositive est le moment où l’un des UAS a traversé le navire à environ 2 000 pieds. Au total, l’événement semble avoir duré de 19 h 56, heure locale, à 22 h 39, soit un total de deux heures et 49 minutes.

USS Paul Hamilton faisant route de nuit.

En raison de la notation très abrégée dans la diapositive de briefing, il est difficile de discerner exactement combien de contacts au total ont été repérés, ou combien ont été observés pendant une période prolongée. L’image intégrée dans la diapositive d’information, qui a été prise à l’aide d’un système infrarouge à vision frontale (FLIR) non spécifié, est d’une résolution extrêmement faible. Trois points flous sont discernables, mais il n’y a pas d’autres détails visibles.

Étant donné que la diapositive et l’image semblent faire partie d’une présentation plus large, nous avons demandé le document complet d’où elles proviennent. En réponse à cette demande, on nous a dit que l’USS Paul Hamilton et les bureaux du commandant de la force navale de surface du Pacifique et du Strike Group Nine ont effectué une recherche et ont déterminé « qu’il n’existait aucun document recevable ». On nous a également dit que « le document qui vous a été fourni précédemment dans une demande séparée a été intitulé ‘UAP Brief’ par le coordinateur FOIA du commandement pour son propre usage afin de le distinguer comme une diapositive PowerPoint. Il ne fait pas partie d’un dossier plus important ». Bien que, selon la Marine, cette diapositive ne fasse pas partie d’une présentation plus large, nous savons qu’au moins un document de briefing classifié a été préparé concernant le schéma des incidents. Ce document comprend six pages, et sa divulgation nous a été refusée pour des raisons de sécurité nationale.

Lettre de réponse à la FOIA

Il est important de noter que la version non expurgée de la diapositive et de la photo nous a été communiquée dans le contexte d’une demande de toute séquence vidéo ou photo produite en rapport avec ces incidents. Étant donné la référence à d’éventuelles vidéos dans la légende de la carte, nous avons demandé des éclaircissements au coordinateur FOIA de la Marine responsable de cette demande pour savoir si l’image FLIR était le seul média qui avait été localisé en ce qui concerne cet incident. Au moment de la rédaction du présent document, la Marine affirme que cette image est la seule photo ou vidéo de cet événement qu’elle puisse divulguer :

L’image FLIR de l’USS Paul Hamilton du 17 juillet 2019

On ne sait pas exactement quel système a produit l’image, ni si les conditions locales ont pu avoir un impact sur la clarté de l’image. Il convient de noter qu’il y avait un peu de brouillard dans la région au moment de l’incident. Étant donné que l’USS Paul Hamilton se trouvait à une certaine distance de toute station d’observation météorologique établie, il est impossible de connaître les conditions locales exactes. Cependant, le brouillard peut avoir joué un rôle dans l’identification visuelle et la photographie des objets. Le destroyer dispose néanmoins de plusieurs capteurs infrarouges, dont un extrêmement puissant. Le brouillard a un impact variable sur les équipements d’imagerie infrarouge en fonction de la bande sur laquelle ils sont construits.

La description des lumières clignotantes rouges correspond aux descriptions dans d’autres journaux de bord. Après avoir fait appel à des rédactions, nous avons récemment obtenu ce journal de bord de l’USS John Finn, datant de la soirée du 14 juillet, lors d’un autre incident d’essaimage :

Journal de bord du USS John Finn

Le journal contient une description similaire d’un possible UAS avec des feux clignotants rouges traversant le navire de bâbord à tribord, cette fois à une altitude estimée à 1 000 pieds. L’alignement complet avec tous les autres navires dans la zone s’est avéré difficile. Tous les navires n’ont pas soumis de journaux de bord pour la période concernée, notamment le navire de combat littoral de classe Independence USS Omaha. Dans le cas des navires de combat littoraux, les enregistrements numériques sont également conservés dans un système de gestion du voyage (VMS). Cependant, ces enregistrements VMS sont maintenant au-delà de la période de conservation. Aucune explication n’a été donnée quant à la raison pour laquelle les registres n’ont jamais été créés.

Des observateurs surveillent l’action pendant que l’USS Paul Hamilton navigue dans le détroit d’Ormuz.

Plusieurs caractéristiques ressortent de cette chronologie. Tout d’abord, à notre connaissance, il s’agit du seul document public de la Marine qui décrit directement l’événement comme un  » essaim de UAS « . Comme cela a été noté dans d’autres incidents de cette période générale, la durée globale de l’événement a été assez longue. Cependant, on ne sait pas exactement combien de contacts ont été détectés et s’ils ont été observés en continu, ou s’il est possible que certains des objets soient arrivés par vagues. La chronologie fait également état de la chute d’au moins un objet dans l’eau, ce qui laisse penser que certains d’entre eux sont tombés en panne ou ont mal fonctionné pendant l’incident.

La chronologie ne fait aucune mention de l’utilisation de contre-mesures, dont nous savons maintenant qu’elles ont fait l’objet d’exercices au cours des semaines suivantes. D’autres documents indiquent que des dispositifs portables de lutte contre les drones ont probablement été introduits sur au moins un navire victime d’observations de drones au cours des semaines suivantes.

Étrangement, les registres de pont correspondants de cette période ne montrent rien d’extraordinaire. Les registres complets de la soirée du 16 juillet de l’USS Paul Hamilton sont disponibles ci-dessous :

US NAVY

US NAVY

Cumulativement, ces nouveaux enregistrements continuent de brosser un tableau très inquiétant. L’incident décrit dans la diapositive d’information est l’un parmi plusieurs autres qui se sont produits au cours de la deuxième moitié de juillet. Notre couverture précédente a montré que l’enquête de la Marine sur cette affaire ne semblait pas avoir beaucoup de succès, et a posé des questions similaires sans réponse quant à l’intention des opérateurs des UAS.

Interrogé sur ces incidents lors d’un point de presse en avril 2021, le chef des opérations navales, l’amiral Michael Gilday, a déclaré que la marine n’avait toujours pas déterminé ce qu’étaient ces avions ni à qui ils appartenaient. Le ministère de la Défense et la marine ont refusé de répondre aux questions ultérieures sur ce sujet. Il n’est donc pas possible de connaître l’étendue exacte des failles de sécurité, ni l’efficacité de la technologie de lutte contre les UAS mise en place dans le courant du mois.

En plus d’être préoccupants, les documents, pris dans leur ensemble, sont également déroutants. On ne sait toujours pas pourquoi la marine a publié une version fortement expurgée du document sur la chronologie, pour ensuite le publier à nouveau sans aucune expurgation. En outre, il est étrange qu’un événement décrit comme un « essaim de SAMU » donne lieu à une chronologie détaillée et à une diapositive de présentation, mais à aucune référence évidente aux événements dans les journaux de bord sous-jacents.

Le navire de combat Littoral de classe Independence, USS Omaha.

En ce qui concerne plus généralement les journaux de pont, les dossiers d’autres navires, tels que l’USS Omaha, sont incomplets, apparemment parce qu’ils n’ont jamais été créés en premier lieu. Pour un événement aussi important, qui a donné lieu à une enquête et à un briefing du chef des opérations navales, le fait que les journaux de bord n’aient jamais été conservés ou récupérés sur l’un des navires concernés laisse perplexe.

Si le dernier communiqué fournit une image censée représenter les objets, elle est si peu claire qu’elle n’apporte pratiquement rien à notre compréhension. On ne sait toujours pas dans quelle mesure la marine elle-même comprend ces incidents, malgré la gravité d’être assailli à plusieurs reprises par des aéronefs inconnus à proximité de ses eaux territoriales. Compte tenu de la vaste gamme de capteurs déployés à bord d’une flotte de navires de guerre parmi les plus avancés qui ont été impliqués dans ces événements, il est probable qu’il existe une énorme quantité de données qu’ils ne divulguent pas au public et qu’ils ne commentent même pas de manière anecdotique.

Nous continuerons à enquêter et à tenir nos lecteurs au courant de ce que nous apprenons sur ces événements étranges et sur la réponse de la Marine à ceux-ci.

Contactez les auteurs : Adam@thewarzone.com et Marc@thewarzone.com

Conclusion :

Cela suggère en effet des appareils fabriqués sur notre bonne vieille terre, car aucune caractéristique extraordinaire n’a été rapportée.

Sans compter la perte d’un de ces appareils, tombés à …l’eau, et le fait que l’on a toujours des photos aussi pourries, ce qui est une constante depuis 1950, comme si les OVNIS n’avaient jamais reçus leurs mises à jour de présentation.

Laisser un commentaire