Le rapport Edward U. Condon – Section I – Conclusions et recommandations

Le rapport Edward U. Condon – Section I – Conclusions et recommandations

Edward U. Condon

________________________________________

RETOUR au sommaire

________________________________________

 [[1]]

________________________________________

Nous pensons que le dossier existant et les résultats de l’étude scientifique des objets volants non identifiés de l’Université du Colorado, qui sont présentés en détail dans les sections suivantes de ce rapport, soutiennent les conclusions et les recommandations qui suivent.

Comme l’indique son titre, l’accent de cette étude a été mis sur la tentative de tirer des rapports d’OVNI tout ce qui pourrait être considéré comme un apport à la connaissance scientifique. Notre conclusion générale est que l’étude des OVNIs n’a rien apporté aux connaissances scientifiques au cours des 21 dernières années. Un examen attentif du dossier tel qu’il est à notre disposition nous amène à conclure qu’une étude plus approfondie des ovnis ne peut probablement pas se justifier dans l’espoir de faire progresser la science.

On a fait valoir que ce manque de contribution à la science est dû au fait que très peu d’efforts scientifiques ont été déployés sur le sujet. Nous ne sommes pas d’accord. Nous pensons que la raison pour laquelle il y a eu très peu d’études scientifiques sur le sujet est que les scientifiques les plus directement concernés, les astronomes, les physiciens de l’atmosphère, les chimistes et les psychologues, ayant eu amplement l’occasion d’étudier la question, ont décidé individuellement que le phénomène OVNI n’offrait pas un champ fructueux dans lequel chercher des découvertes scientifiques majeures.

Cette conclusion est si importante, et le public semble en général avoir si peu de compréhension de la façon dont les scientifiques travaillent, que quelques commentaires supplémentaires à ce sujet semblent souhaitables. Toute personne qui se destine à une carrière de chercheur scientifique choisit un domaine général de grande spécialisation dans lequel elle veut acquérir des compétences. À l’intérieur de ce domaine, il cherche des champs spécifiques dans lesquels travailler. Pour ce faire, il se tient au courant de la littérature scientifique publiée, assiste à des réunions scientifiques où sont présentés des rapports sur les progrès en cours, et discute énergiquement de ses intérêts et de ceux de ses collègues, tant en face à face que par téléphone.

[[2]]

________________________________________

Il est motivé par une curiosité active pour la nature et par un désir personnel d’apporter une contribution à la science. Il est constamment à la recherche d’erreurs et d’incomplétudes dans les efforts qui ont été faits dans ses domaines d’intérêt, et il cherche de nouvelles idées sur les nouvelles façons d’aborder les nouveaux problèmes. Ces efforts l’amènent à prendre des décisions personnelles quant aux domaines dans lesquels ses propres efforts peuvent être les plus fructueux. Ces décisions sont personnelles dans le sens où il doit évaluer ses propres limites intellectuelles et les limites inhérentes à la situation de travail dans laquelle il se trouve, y compris les limites du soutien de son travail ou de son implication dans d’autres engagements scientifiques préexistants. Bien que des erreurs de jugement individuelles puissent survenir, il n’est généralement pas vrai que tous les scientifiques qui cultivent activement un domaine scientifique donné se trompent pendant très longtemps.

Même en admettant que l’ensemble de la science « officielle » puisse être dans l’erreur pendant un certain temps, nous pensons qu’il n’y a pas de meilleur moyen de corriger l’erreur que de laisser libre cours aux idées des scientifiques individuels pour qu’ils prennent des décisions quant aux directions dans lesquelles le progrès scientifique est le plus susceptible d’être réalisé. Pour un travail juridique, les personnes sensées font appel à un avocat, et pour un traitement médical, les personnes sensées font appel à un médecin qualifié. La garantie la plus sûre de l’excellence scientifique d’une nation est de laisser le processus de décision au jugement individuel et collectif de ses scientifiques.

Les scientifiques ne respectent pas l’autorité. Notre conclusion selon laquelle l’étude des rapports d’OVNI n’est pas susceptible de faire progresser la science ne sera pas acceptée sans critique par eux. Elle ne devrait pas l’être, et nous ne souhaitons pas qu’elle le soit. Pour les scientifiques, nous espérons que la présentation analytique détaillée de ce que nous avons pu faire, et de ce que nous n’avons pas pu faire, les aidera à décider s’ils sont d’accord ou non avec nos conclusions. Nous espérons que les détails de ce rapport aideront d’autres scientifiques à voir quels sont les problèmes et les difficultés à y faire face.

S’ils sont d’accord avec nos conclusions, ils porteront leur précieuse attention et leurs talents ailleurs. S’ils ne sont pas d’accord, ce sera parce que

[[3]]

________________________________________

notre rapport les aura aidés à se faire une idée claire des domaines dans lesquels les études existantes sont défectueuses ou incomplètes et aura ainsi stimulé des idées pour des études plus précises. S’ils obtiennent de telles idées et peuvent les formuler clairement, nous ne doutons pas qu’ils obtiendront un soutien pour poursuivre ces études spécifiques et clairement définies. Nous pensons que de telles idées de travail doivent être soutenues.

Certains lecteurs penseront peut-être que nous sommes tombés dans une contradiction. Nous avons dit précédemment que nous ne pensons pas que l’étude des rapports d’OVNI soit une direction fructueuse pour le progrès scientifique ; maintenant nous venons de dire que les personnes ayant de bonnes idées pour des études spécifiques dans ce domaine devraient être soutenues. Il n’y a là aucune contradiction. Bien que nous ayons conclu, après près de deux ans d’études intensives, que l’étude des rapports d’OVNIs n’offre aucune piste de progrès fructueuse, nous pensons que tout scientifique ayant une formation et des références adéquates et présentant une proposition d’étude spécifique et clairement définie devrait être soutenu.

Ce que nous disons ici a été dit dans un contexte plus général il y a près d’un siècle par William Kingdon Clifford, un grand physicien mathématicien anglais. Dans son ouvrage intitulé « Aims and Instruments of Scientific Thought« , il s’exprimait ainsi

Rappelez-vous donc que [la pensée scientifique] est le guide de l’action ; que la vérité à laquelle elle parvient n’est pas celle que nous pouvons idéalement contempler sans erreur, mais celle sur laquelle nous pouvons agir sans crainte ; et vous ne pouvez manquer de voir que la pensée scientifique n’est pas un accompagnement ou une condition du progrès humain, mais le progrès humain lui-même.

De même que les scientifiques individuels peuvent faire des erreurs de jugement sur les orientations fructueuses de l’effort scientifique, de même tout administrateur ou comité individuel chargé de décider du soutien financier des propositions de recherche peut aussi faire une erreur de jugement. Cette possibilité est minimisée par l’existence de canaux parallèles, permettant l’examen par plus d’un groupe, des propositions de recherche.

[[4]]

________________________________________

Depuis 1945, le gouvernement fédéral a mis au point des mécanismes souples et efficaces pour examiner attentivement les propositions émanant de scientifiques dûment qualifiés. Ce qui, aux yeux de certains, peut sembler être un mécanisme faisant double emploi, constitue en fait une protection contre les erreurs commises par un seul organisme officiel. Même si certaines erreurs peuvent être commises, le risque est réduit presque à zéro.

C’est pourquoi nous pensons que toutes les agences du gouvernement fédéral, ainsi que les fondations privées, devraient être disposées à examiner les propositions de recherche sur les OVNIs, ainsi que les autres propositions qui leur sont soumises, dans un esprit ouvert et sans préjugés. Bien que nous ne pensions pas, à l’heure actuelle, que de telles recherches soient susceptibles d’aboutir à quoi que ce soit de valable, chaque cas individuel devrait être soigneusement examiné selon ses propres mérites.

Cette formulation a pour corollaire que nous ne pensons pas qu’à l’heure actuelle le gouvernement fédéral doive créer une nouvelle agence majeure, comme certains l’ont suggéré, pour l’étude scientifique des OVNIs. Cette conclusion n’est peut-être pas vraie pour toujours. Si, par le progrès de la recherche basée sur de nouvelles idées dans ce domaine, il apparaît alors utile de créer une telle agence, la décision de le faire pourra être prise à ce moment-là.

Nous constatons qu’il existe des domaines importants de l’optique atmosphérique, y compris la propagation des ondes radio, et de l’électricité atmosphérique dans lesquels les connaissances actuelles sont tout à fait incomplètes. Ces sujets ont été portés à notre attention dans le cadre de l’interprétation de certains rapports d’OVNI, mais ils présentent également un intérêt scientifique fondamental, et ils sont pertinents pour les problèmes pratiques liés à l’amélioration de la sécurité des vols militaires et civils.

Des efforts de recherche sont menés dans ces domaines par le ministère de la Défense, l’Administration des services scientifiques de l’environnement, l’Administration nationale de l’aéronautique et de l’espace, ainsi que par des universités et des organismes de recherche à but non lucratif tels que le Centre national de recherche atmosphérique, dont les travaux sont parrainés par la Fondation nationale des sciences. Nous saluons ces efforts. En aucun cas, notre manque de

[[5]]

_______________________________________

d’enthousiasme pour l’étude des rapports d’OVNI en tant que tels ne doit être interprété comme une recommandation pour que ces importants domaines de travail scientifique connexes ne soient pas soutenus de manière adéquate à l’avenir. A une époque de développement important des voyages aériens, de l’exploration spatiale et des activités aérospatiales militaires, tout doit être fait pour améliorer notre compréhension de base de tous les phénomènes atmosphériques, et pour améliorer la formation des astronautes et des pilotes d’avion à la reconnaissance et à la compréhension de ces phénomènes.

Comme le lecteur de ce rapport pourra aisément le constater, nous avons concentré notre attention presque entièrement sur les sciences physiques. Il s’agissait en partie de déterminer des priorités et en partie de constater que les problèmes psychiatriques liés à la croyance en la réalité des OVNIs en tant que vaisseaux de civilisations galactiques ou intergalactiques lointaines étaient moins importants que ce à quoi certains auraient pu s’attendre. Nous pensons que l’étude rigoureuse des croyances – non étayées par des preuves valables – entretenues par des individus et même par certains groupes pourrait s’avérer d’une valeur scientifique pour les sciences sociales et comportementales. Il n’est pas question ici de faire de la psychopathologie individuelle ou de groupe un domaine d’étude principal. Les rapports d’OVNIs offrent des défis intéressants pour l’étudiant des processus cognitifs tels qu’ils sont affectés par les variables individuelles et sociales. Dans ce contexte, nous concluons qu’une analyse du contenu de la couverture des rapports d’OVNI par la presse et la télévision pourrait fournir des données utiles tant aux spécialistes des sciences sociales qu’à ceux de la communication. L’absence d’une telle étude dans le présent rapport est due au fait que nous avons jugé que d’autres domaines d’investigation étaient bien plus prioritaires. Nous ne suggérons pas, cependant, que le phénomène OVNI soit, par nature, plus facile à étudier dans ces disciplines que dans les sciences physiques. Au contraire, nous concluons que la même spécificité dans les recherches proposées dans ces domaines est aussi souhaitable que dans les sciences physiques.

La question demeure de savoir ce que le gouvernement fédéral devrait faire, le cas échéant, des rapports d’ovnis qu’il reçoit du grand public. Nous sommes enclins à penser qu’il ne faut rien en faire, dans l’espoir qu’ils contribueront à l’avancement de la science.

[[6]]

________________________________________

Cette question est inséparable de celle de l’intérêt de ces rapports pour la défense nationale. L’histoire des 21 dernières années a conduit à plusieurs reprises les officiers de l’Air Force à la conclusion qu’aucune des choses vues, ou supposées avoir été vues, qui passent sous le nom de rapports d’OVNI, ne constituait un danger ou une menace pour la sécurité nationale.

Nous avons estimé qu’il n’était pas de notre ressort de tenter une évaluation indépendante de cette conclusion. Nous avons adopté l’attitude suivante : sans tenter d’assumer la responsabilité de la défense qui incombe à l’armée de l’air, si nous rencontrions une preuve quelconque qui nous semblait indiquer un danger pour la défense, nous la porterions immédiatement à l’attention de l’armée de l’air. Nous n’avons pas trouvé de telles preuves. Nous ne connaissons aucune raison de mettre en doute la conclusion de l’Air Force selon laquelle l’ensemble des rapports d’OVNI considérés jusqu’à présent ne pose pas de problème de défense.

En même temps, cependant, la base pour arriver à une opinion de ce genre est que ces rapports ont reçu une attention, un par un, au fur et à mesure de leur réception. Si aucune attention n’avait été accordée à l’un d’entre eux, nous ne serions pas en mesure de nous fier à cette conclusion. Il semble donc que le ministère de la Défense ne doive accorder à ce sujet que l’attention qu’il juge nécessaire du strict point de vue de la défense. Le niveau d’effort ne devrait pas être augmenté en raison des arguments selon lesquels le sujet a une importance scientifique, dans la mesure où les indications actuelles vont.

Nous avons l’impression que la fonction de défense pourrait être exécutée dans le cadre établi pour les opérations de renseignement et de surveillance sans la continuation d’une unité spéciale telle que le Projet Blue Book, mais c’est une question pour les spécialistes de la défense plutôt que pour les chercheurs scientifiques.

On a prétendu que le sujet a été entouré du secret officiel. Nous concluons autrement. Nous n’avons aucune preuve de secret concernant les rapports d’OVNI. Ce que l’on a appelé à tort secret n’est rien d’autre qu’une politique intelligente de retardement de la publication des données afin que le public ne soit pas troublé par la publication prématurée d’études incomplètes des rapports.

[[7]]

________________________________________

Le sujet des OVNIs a été largement déformé par un petit nombre d’individus qui ont donné des présentations sensationnelles dans des écrits et des conférences publiques. Pour autant que nous puissions en juger, peu de gens ont été induits en erreur par ce comportement irresponsable, mais l’effet produit a été mauvais.

Un problème connexe sur lequel nous souhaitons attirer l’attention du public est la mauvaise éducation dans nos écoles qui découle du fait que de nombreux enfants sont autorisés, voire activement encouragés, à consacrer leur temps d’étude des sciences à la lecture de livres et d’articles de magazines sur les OVNI du type mentionné dans le paragraphe précédent. Nous pensons que les enfants subissent un préjudice éducatif en absorbant des documents douteux et erronés comme s’ils étaient scientifiquement fondés. Une telle étude est préjudiciable non seulement en raison de la nature erronée du matériel lui-même, mais aussi parce qu’elle retarde le développement d’une faculté critique à l’égard des preuves scientifiques, qui, dans une certaine mesure, devrait faire partie de l’éducation de chaque Américain.

C’est pourquoi nous recommandons vivement aux enseignants de ne pas accorder aux élèves des crédits pour des travaux scolaires basés sur la lecture des livres et des articles de magazines sur les OVNI actuellement disponibles. Les enseignants qui trouvent leurs élèves fortement motivés dans cette direction devraient essayer de canaliser leurs intérêts vers une étude sérieuse de l’astronomie et de la météorologie, et vers une analyse critique des arguments en faveur de propositions fantastiques qui sont soutenues par des appels à des raisonnements fallacieux ou des données fausses.

Nous espérons que les résultats de notre étude seront utiles aux scientifiques et aux responsables de l’élaboration des politiques publiques en général pour faire face à ce problème qui dure depuis 21 ans.

[[8]]

________________________________________

________________________________________

Retour au début

________________________________________

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *