Christopher Mellon : Le rapport UAP et quelques questions

Note : Ceci est une traduction d’une interpellation de Christopher Mellon sur son site fait le 7 juillet 2021. Il pose en effet des bonnes questions. Le lien est ici

https://www.christophermellon.net/post/the-uap-report-and-the-uap-issue

En tant que personne qui a fait pression sur le Congrès pour qu’il demande le rapport UAP récemment publié, j’ai été en grande partie enthousiasmé par les résultats. Le rapport a validé la menace des UAP, a forcé une myriade d’agences cloisonnées à partager leurs informations et a attiré l’attention des décideurs politiques et du public. De plus, tout cela s’est fait sans un centime de crédit. Ce qui a été décevant, en revanche, c’est la couverture et la discussion qui ont suivi.

Quelles sont les conclusions du rapport tant attendu ? Voici les principales conclusions :

  • Rien ne prouve que les UAP soient des avions secrets américains. Il est certain que notre gouvernement peut rendre compte de ses propres programmes d’aéronefs lorsque chacun d’eux vaut des milliards. Nous disposons également de processus systémiques pour assurer le suivi des programmes classifiés et même des programmes d’accès spécial « exemptés » par le DoD. Tout nouveau programme d’avion révolutionnaire coûterait une fortune et, selon la loi, devrait être présenté à un minimum de 8 membres du Congrès.
  • Le rapport affirme soigneusement que « certains » UAPs pourraient être russes ou chinois, bien qu’il reconnaisse clairement qu’il n’y a aucune preuve de cela. Remarquez que le rapport ne dit que « certains ». Étant donné que des observations militaires de ces engins étranges ont lieu depuis les années 1940, il semble inconcevable que les États-Unis, la Russie ou la Chine puissent expliquer le phénomène dans son intégralité.
  • La technologie avancée est le seul sujet du rapport qui ressemble au Project Blue Book ou au rapport Condon, où les données brutes contredisent directement les conclusions du rapport. Prenons-nous au sérieux ou non le témoignage du personnel de la marine impliqué dans l’affaire Nimitz et d’autres ? La déconnexion flagrante sur cette question apparaît dans presque toutes les interviews de presse de ceux qui sont au courant des briefings classifiés ou du rapport classifié. Comme l’a dit Mitt Romney sur CNN :

« Ils ont une technologie qui est dans une sphère complètement différente de tout ce que nous comprenons et franchement, la Chine et la Russie ne sont tout simplement pas là et nous non plus… »

Alors, quelle a été la réaction des médias ? Ils ont mis l’accent sur : Pas d’extraterrestres ! Quelqu’un pensait-il vraiment que l’administration allait livrer la découverte la plus profonde et la plus perturbante de tous les temps dans un rapport non classifié au Congrès préparé par un GS-15 ?

À mon avis, les conclusions du rapport UAP renforcent l’hypothèse extraterrestre en sapant les principales alternatives et en fournissant des exemples de capacités que nous ne pouvons pas imiter ou même comprendre – précisément ce à quoi on s’attendrait si l’un de ces rapports impliquait une véritable technologie extraterrestre. Un titre correct aurait pu être : « Le rapport UAP renforce l’hypothèse extraterrestre« . Au lieu de cela, les reportages de la presse ont semblé pencher dans la direction opposée, comme si l’on était surpris que le gouvernement n’ait pas conclu à la visite d’ET.

Il a également été pénible de regarder la télévision américaine et les émissions d’information par câble se débattre avec la question des UAP. À maintes reprises, nous avons vu d’éminents scientifiques déclarer l’évidence : les vidéos que j’ai fournies au NYT ne sont pas une preuve de vie extraterrestre. Qui a prétendu que les vidéos seules étaient une preuve de vie extraterrestre ? Certainement pas ceux d’entre nous qui ont participé à leur transmission au NYT et au Washington Post. Elles pourraient un jour s’avérer être des exemples de technologie extraterrestre, mais à elles seules, elles n’en sont certainement pas la preuve. Pourtant, de nombreux journalistes et commentateurs de la télévision s’attardent sur ces vidéos comme si elles constituaient le nœud du problème des UAP. Ce n’est pas le cas. Les discussions médiatiques sur les vidéos dégénèrent alors souvent en de vagues références à la faillibilité humaine et mécanique, d’une part, et en des anecdotes tout aussi vagues, généralement de seconde main, sur des observations incroyables d’OVNI, d’autre part. De tels échanges ne sont ni intéressants ni éclairants.

Je suggère que nous commencions par reconnaître que le défi immédiat est existentiel, et non académique. C’est d’abord et avant tout une question de sécurité nationale. Il n’y a rien que quiconque puisse voir à travers un télescope qui aide à résoudre la question et les meilleurs outils dont nous disposons pour trouver des réponses sont, pour l’instant, principalement entre les mains de la communauté de la sécurité nationale.

Qu’il s’agisse d’extraterrestres ou non, nous devons savoir de toute urgence qui exploite ces véhicules mystérieux et très perfectionnés dans l’espace aérien restreint au-dessus des champs de tir américains, des groupes d’attaque de porte-avions, des bases militaires et des installations d’armes nucléaires. Nous devons déterminer non seulement pourquoi, mais aussi comment ils le font, car certaines des capacités que nous observons suggèrent des connaissances scientifiques révolutionnaires et des capacités d’ingénierie qui placent l’Amérique dans un désavantage stratégique potentiellement énorme. Cependant, comme le rapport non classifié a soigneusement évité toute discussion franche sur le fossé technologique, la presse semble avoir manqué ce point crucial. C’est peut-être surtout parce que, contrairement aux membres du Congrès et de la CI, ils n’ont pas accès aux données classifiées. Cependant, la vérité est révélée chaque fois qu’un législateur ou un ancien responsable du renseignement ayant accès aux données classifiées commente la question. Les auteurs du rapport ont nuancé la formulation de cette question, mais il est impossible de se méprendre sur le résultat si l’on parle à des responsables du DoD bien informés ou si l’on écoute attentivement ceux qui ont examiné les données.

Par ailleurs, la presse et le public doivent savoir que ces incidents se produisent bien plus souvent que ne le suggère le rapport. N’oubliez pas que le rapport n’inclut pas les centaines de milliers d’incidents civils ou ceux qui sont le fait de nations étrangères ; il n’énumère pas les milliers de rapports qui ont eu lieu entre la Seconde Guerre mondiale et 2004 (par exemple, plus de 700 cas non résolus du Livre bleu) ; et bien sûr, il ne peut pas tenir compte des incidents qui n’ont jamais été signalés en raison de la stigmatisation entourant le sujet. Les données des sondages suggèrent qu’il y a environ dix observations d’UAP pour chaque observation rapportée.

D’autres observations n’ont pas été incluses en raison d’une classification excessive, d’une résistance bureaucratique (par exemple, l’USAF) ou d’un manque de ressources. Par exemple, aucun effort n’a été fait pour rechercher dans nos immenses bases de données de radars de missiles balistiques les objets qui ne correspondaient pas au profil des cibles connues et qui ont donc été enregistrés par un ordinateur mais n’ont pas été montrés au personnel des centres d’alerte du NORAD. Il existe également une composante subjective qui a entraîné l’exclusion de centaines ou de milliers de cas d’UAP. Par exemple, même si le NORAD réussit à identifier plus de 99% des millions de vols au-dessus de l’Amérique du Nord visibles au radar, il y a toujours des centaines de cas d’UAP non résolus chaque année. Puisque seulement 144 cas ont été identifiés par le TF UAP depuis 2004, il est évident que peu ou pas de ces inconnus du NORAD ont été inclus. Des centaines d’observations documentées de pilotes de compagnies aériennes commerciales n’ont pas non plus été incluses. Pourtant, malgré tout ce filtrage, 144 incidents UAP militaires ont été signalés et un seul cas a été résolu depuis 2004. Par ailleurs, quatre-vingts des 144 cas ont été confirmés par au moins deux capteurs (p. ex. radar et rapport visuel).

Pour aller au-delà de la spéculation et de la généralisation et entamer un dialogue constructif, je suggère de prendre davantage en considération les cas spécifiques. Cela nous oblige à nous confronter à la réalité du phénomène, qui semble souvent méconnue de ceux qui donnent leur avis sur la question. Examinons donc brièvement un seul cas bien documenté : l’incident du Nimitz du 14 novembre 2004.

Note : les personnes déjà familiarisées avec les détails de l’affaire Nimitz peuvent vouloir sauter cette section. Ceux qui souhaitent une analyse technique plus détaillée devraient consulter le rapport de 278 pages préparé par la Coalition scientifique pour les études sur les UAP].

L’affaire Nimitz :

En novembre 2004, le Nimitz Carrier Strike Group effectuait des exercices à 40 miles de la côte de San Diego. Il était accompagné de l’USS Princeton, un croiseur à missiles guidés de classe AEGIS équipé du radar naval le plus performant du monde. Peu après le déploiement, les opérateurs radar du Princeton ont commencé à observer de nombreux aéronefs dépourvus de transpondeur qui réalisaient parfois des exploits étonnants, par exemple, une descente verticale de 80 000 pieds à 20 000 pieds en une fraction de seconde pour ensuite s’arrêter et faire du surplace. Ces objets ont continué à opérer en grand nombre, faisant parfois du surplace ou volant à des vitesses plusieurs fois supérieures à celle du son. Craignant qu’il ne s’agisse de problèmes techniques, l’équipage a testé et redémarré le système radar du Princeton. Tout semble être en parfait état de marche.

Quelques jours plus tard, le 14 novembre, l’un de ces étranges objets est observé en train de remonter la côte du Mexique en direction de San Diego. À ce moment-là, deux chasseurs F-18 déjà en vol se trouvaient à portée et ont reçu l’ordre d’intercepter l’appareil inconnu. Lorsqu’ils l’ont fait, ils ont observé un objet blanc sans ailes de près de 15 mètres de long, proche de la surface, qui rebondissait comme une balle de ping-pong et frappait des murs invisibles. Sous l’objet, l’océan bouillonnait comme s’il y avait quelque chose juste sous la surface. Lorsque le commandant d’escadron Dave Fravor, un pilote de combat chevronné, est descendu pour mieux voir, le véhicule s’est tourné vers lui, puis a commencé à monter en spirale, en maintenant sa distance avec le chasseur. Dans des conditions de visibilité quasi parfaites, le commandant Fravor et ses collègues ont vu un objet blanc, lisse et sans caractéristiques, sans entrée d’air, sans échappement, sans queue ni ailes, mais dès le départ, les aviateurs se sont sentis dépassés. Pourtant, dès le départ, les aviateurs se sont sentis dépassés. Lorsque le commandant Fravor a essayé de s’approcher de l’étrange engin, celui-ci s’est envolé comme une balle de fusil, un exploit déconcertant pour de nombreuses raisons, notamment l’énergie requise et ce qui aurait dû être des forces g bien supérieures à tout ce qu’un avion connu peut supporter. L’accélération étonnante observée par le commandant Fravor a également été observée à bord du Princeton grâce aux capacités de son système radar à réseau phasé avancé.

Puis, de façon encore plus incroyable, le Princeton a contacté par radio le commandant Fravor pour l’informer que l’objet en forme de Tic-Tac avait volé directement vers l’endroit que l’escadron de chasseurs avait choisi comme point de rendez-vous (CAP) pour leurs exercices d’entraînement. Soit l’UAP blanc lisait les communications cryptées de la flotte, soit il l’avait observée à cet endroit plus tôt dans la journée.

A court de carburant, les deux F-18 sont retournés au Nimitz, mais un troisième F-18 piloté par le lieutenant Chad Underwood a été lancé pour enquêter. À une distance de 20 miles, Underwood a pu voir l’objet sur son radar et avec sa nacelle de ciblage infrarouge (un capteur hautement sophistiqué conçu pour se verrouiller sur des cibles évasives et guider les armes pour les détruire). Curieusement, Underwood n’a pas pu se verrouiller sur la cible, même si elle ne se déplaçait pas. Il semblait que le véhicule interférait avec son système de ciblage. C’est très inhabituel pour un système qui est conçu pour maintenir la trajectoire lors de manœuvres d’évitement et résister à toutes sortes d’interférences.

Heureusement, Underwood a enregistré ses efforts pour verrouiller l’étrange engin et c’est ce que l’on appelle aujourd’hui la célèbre vidéo « FLIR« . Selon les responsables du centre d’information sur le combat de Princeton, il n’y avait pas d’autre aéronef non identifié dans les environs, et il ne s’agit donc pas d’une erreur d’identité. Une fois de plus, le Tic-Tac a démontré son étonnante capacité à accélérer instantanément à des vitesses hypersoniques. Il était si rapide que certains des opérateurs radar de Princeton ont été surpris que même leur superbe système radar, conçu pour suivre les missiles balistiques, soit incapable de suivre les mouvements extrêmes du véhicule.

J’ai interrogé Fravor et Dietrich ainsi qu’un de leurs WSO au sujet du Tic-Tac et leur description est identique en termes de taille, de couleur, de mouvements erratiques et non conventionnels, d’absence de surfaces de contrôle visibles ou de moyens de propulsion et de vitesse et de manœuvrabilité sans précédent. J’ai également interviewé en personne et parlé avec divers membres d’équipage qui ont servi dans le CIC du Princeton. Tous les témoignages que j’ai reçus sont clairs et cohérents. Le témoignage fourni par Underwood correspond aussi parfaitement à ce que Fravor et Dietrich et l’OSM avaient observé plus tôt ce jour-là :

« Ce qui m’a le plus frappé, c’est son comportement erratique« , poursuit Underwood. Et ce que j’entends par « erratique », c’est que ses changements d’altitude, de vitesse et d’aspect ne ressemblaient en rien à ce que j’avais déjà rencontré en volant contre d’autres cibles aériennes. Il se comportait d’une manière qui n’est pas physiquement normale… C’est ce qui a attiré mon attention.

« Parce que les avions, qu’ils soient pilotés ou non, doivent toujours obéir aux lois de la physique », a déclaré Underwood. « Ils doivent avoir une source de portance, une source de propulsion. Le Tic-Tac ne faisait pas ça. Il passait de quelque chose comme 50 000 pieds à, vous savez, 100 pieds en quelques secondes, ce qui n’est pas possible… La vidéo montre une source de chaleur, mais les signatures normales d’un panache d’échappement n’étaient pas là. Il n’y avait aucun signe de propulsion. Vous ne pouviez pas voir ce que la nacelle ATFLIR devrait détecter dans 100 % des cas« .

Nous pouvons maintenant parler de détails en gardant à l’esprit qu’il ne s’agit pas de nous et que, pour autant que nous le sachions, il ne s’agit pas non plus des Russes ou des Chinois. En outre, des incidents similaires se produisent depuis les années 1940, époque à laquelle il est inconcevable qu’un autre pays ait pu posséder de telles capacités. Donc, plutôt que de parler en termes vagues et génériques de défaillances d’équipement ou d’illusions d’optique, parlons d’incidents spécifiques comme le cas du Nimitz, des théories qui pourraient les expliquer et des moyens de tester ces théories. C’est une discussion qui vaut la peine d’être menée. Nous devons de toute urgence faire un effort sérieux pour découvrir comment ces véhicules fonctionnent : D’où ils viennent, et pourquoi ils sont là.

Dans mon prochain article, je discuterai des options que notre gouvernement devrait envisager pour aider à répondre aux questions de sécurité vitales soulevées par ces violations continues de l’espace aérien américain. En attendant, j’ai annexé ci-dessous quelques questions pour favoriser une discussion plus significative sur le rapport et le phénomène UAP.

Questions sur l’affaire Nimitz :

  • Y a-t-il une raison de douter de la compétence des aviateurs navals et des opérateurs et techniciens radar qui ont été impliqués dans l’incident du Nimitz ? Y a-t-il des raisons de douter qu’ils aient vu ce qu’ils prétendaient avoir vu dans des conditions de visibilité quasi parfaite ?
  • Quelle hypothèse peut le mieux expliquer ce que nous savons maintenant de l’incident du Nimitz – surtout à la lumière du rapport du Sénat qui confirme qu’il n’y a aucune raison de penser que le Tic-Tac est américain, russe ou chinois. En outre, bien que le rapport ne prenne en compte que les incidents survenus depuis 2004, nous savons que des milliers d’incidents similaires se sont produits depuis la Seconde Guerre mondiale, ce qui met encore plus à mal les hypothèses américaine, russe ou chinoise.
  • En résumé, s’il existe une meilleure hypothèse que la technologie extraterrestre, pour le cas du Nimitz, quelle est-elle ? Quel est le degré d’avancement de la technologie que nous observons ?
  • Y a-t-il une raison de douter que le radar AEGIS du Princeton fonctionnait correctement ? S’il ne fonctionnait pas correctement, comment a-t-il pu guider avec succès de multiples F-18 lors de leur interception du Tic-Tac ?
  • Les opérateurs et les techniciens du radar de l’USS Princeton affirment que les traces qu’ils observaient pendant les jours précédant l’interception étaient si inhabituelles qu’ils ont testé et redémarré le système AEGIS et l’ont trouvé en parfait état de marche avant l’engagement du Tic-Tac le 14 novembre. Y a-t-il une raison de douter de ce témoignage ou de croire que le radar de SPY 1 fonctionnait mal ?
  • Il y a eu un certain nombre d’incidents au cours desquels l’USS Princeton a observé des Tic-Tac se déplaçant à des vitesses hypersoniques. Dans certains cas, ils l’ont fait dans des descentes verticales à partir d’altitudes aussi élevées que 80 000 pieds. Le Tic-Tac a également démontré sa capacité à faire du surplace avant et après des accélérations stupéfiantes. Un véhicule connu peut-il accomplir de telles prouesses ?
  • Existe-t-il des systèmes de propulsion hypersoniques connus qui ne génèrent pas de signatures d’échappement et de chaleur massives ?

Les États-Unis ou toute autre nation possèdent-ils des véhicules capables de franchir le mur du son sans créer de bang sonique ?

Connaissons-nous des véhicules capables d’atteindre des vitesses hypersoniques qui soient blancs, épais et arrondis, et dépourvus d’ailes, d’entrées d’air, d’échappement ou de surfaces de contrôle ?

D’après les aviateurs qui l’ont observé, le Tic-Tac ne ressemblait à aucun autre avion connu. Par exemple, il se déplaçait latéralement, d’un côté à l’autre, comme une balle rebondissant sur des murs invisibles. Il a démontré sa capacité à descendre en ligne droite verticale à des vitesses hypersoniques. Y a-t-il des véhicules connus capables de telles performances ?

Le commandant Fravor a vu le Tic-Tac s’éloigner de lui en accélérant si rapidement qu’il semblait presque disparaître instantanément. Peu de temps après, l’USS Princeton a signalé que l’UAP était en vol stationnaire au « point CAP » à 60 miles de distance, vérifiant à nouveau les vitesses hypersoniques ainsi que les capacités de vol stationnaire. Avons-nous observé des capacités similaires chez un avion russe ou chinois ?

Certains « déboulonneurs » ont suggéré que le lieutenant Underwood ne regardait peut-être pas le Tic-Tac mais un jet sans transpondeur volant dans un espace aérien militaire restreint. Cependant, l’équipage du Princeton affirme avoir suivi l’approche et l’interaction du lieutenant Underwood avec le Tic-Tac et l’avoir vu s’éloigner de lui à des vitesses hypersoniques. S’il y avait un avion conventionnel à proximité, pourquoi l’USS Princeton ne l’a pas vu sur son radar SPY 1 ?

Le pilote vétéran Chad Underwood n’a pas réussi à obtenir un verrouillage radar sur le Tic-Tac en vol stationnaire. Il a essayé de passer à différentes fréquences et modes, sans succès. Cette incapacité à obtenir un verrouillage sur une cible stationnaire ne devrait pas se produire avec un aéronef, à moins qu’il n’utilise des technologies de guerre électronique. Comment un ballon égaré, un avion conventionnel ou un troupeau d’oies pourraient-ils expliquer les faits de l’affaire Nimitz ?

La technologie extraterrestre n’a pas été abordée dans le rapport parce que la question est trop sensible politiquement, et non parce qu’elle n’est pas pertinente. Aucune preuve de l’implication d’extraterrestres n’a été présentée, même au niveau classifié, mais le dilemme reste non résolu et les principales alternatives à l’hypothèse extraterrestre sont clairement diminuées par le rapport.

Quand la presse et notre gouvernement commenceront-ils à prendre au sérieux l’hypothèse extraterrestre ? En effet, à la lumière des faits actuellement disponibles, comment pouvons-nous éviter de conclure que la technologie extraterrestre est la principale, voire la seule explication viable ? Quelle théorie les sceptiques ou notre gouvernement peuvent-ils suggérer qui corresponde mieux aux faits ? C’est une discussion qui mérite d’être menée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *