Le secrétaire de presse John F. Kirby répond à une question sur l’AOIMSG

Le 2021-11-29. Toledo / Droits de traduction réservés.

Cet article suit directement celui-ci, que je vous recommande de lire préalablement:

Et je vous recommande également la lecture de celui-ci,,,

John F. Kirby : Travis !

Travis : Merci John je voulais vous demander à propos de ce nouveau bureau des UAP qui a été créé par le secrétaire adjoint Hicks, et annoncé la semaine dernière, soit le AOIMSG (le groupe de synchronisation de l’identification et de la gestion des objets aériens).

Y a-t-il eu une coordination avec les législateurs du Capitole, comme le propose les représentants Gallego et la sénatrice Gillibrand ? Et deuxièmement, certains anciens fonctionnaires du Pentagone qui ont travaillé sur cette question, Chris Mellon et Lou Elizondo, ont dit que c’était un effort du Pentagone pour être moins transparent sur les UAP, et je me demandais si vous aviez une réponse ?

John F. Kirby : A la première question, je ne peux pas parler de la législation en cours, évidemment je me réfèrerais à ces membres, nous avons absolument tenu les membres du Congrès informés au fur et à mesure que nous formions ce groupe et que nous l’annoncions, et à votre deuxième question, qu’il est vraiment conçu pour nous aider à mieux coordonner les processus de rapport, les rapports eux-mêmes et l’analyse de ces rapports, de sorte que, plutôt que de les obtenir de manière fragmentaire, comme nous les obtenions des services, c’est un moyen de coordonner les données pour que nous puissions avoir un ensemble commun de paramètres sur la façon de les analyser et les documenter.

Tous les rapports ne vont pas se manifester par quelque chose que nous considérons comme une menace pour la sécurité nationale, donc c’est une chance pour nous d’être beaucoup plus organisés dans la façon dont nous traitons ces rapports, et comme nous l’avons fait, nous continuerons certainement à être aussi transparents que nous le pouvons sur ces phénomènes, et sur l’impact qu’ils peuvent ou non avoir sur notre capacité à opérer.

Travis : Y a-t-il un engagement spécifique à divulguer des données ou des informations sur ceux-ci au public, après les avoir communiqués au congrès ?

John F. Kirby : Je veux dire que je n’ai pas de rapport spécifique à annoncer aujourd’hui, que nous ferons sur une base fréquente, mais je peux vous assurer que notre intention est d’être aussi transparent que possible sur ces phénomènes, en essayant de comprendre qu’il y aura des considérations de sécurité nationale que nous devrons garder à l’esprit.

Nous voulons être aussi transparent que possible, mais je ne veux pas vous donner l’impression qu’il y aura une sorte de battement de tambour régulier, vous savez, d’une sorte de rapport qui sera posté sur le site internet tous les quelques mois régulièrement. 

Questionnement / Analyse

A mon avis -> Et bien le Pentagone semble reconnaitre « Un phénomène » et veut mieux analyser les données le concernant. Cela signifie donc que :

  1. Ils ont déjà des données, forcément, probablement plus que les témoignages des pilotes
  2. Que ces données représentent quelque chose d’inconnu, appelé « Phénomène » (Inconnu ne signifie pas pour autant inexpliqué, merci Nemrod)
  3. Que ce « Phénomène » n’a pas été compris avec les moyens mis à disposition jusqu’à ce jour, malgré l’année qu’a duré précédemment la structure appelée « UAP Task Force » (Je passe le fait que l’aviation militaire existe depuis près de 100 ans…)
  4. …Et qu’il nécessaire de créer une nouvelle structure suite à la « UAP Task Force » pour mieux centraliser et analyser les données du dit « Phénomène »

Je conclus donc que:

  1. Partant du principe qu’il s’agit de drones chinois ou Russes, les moyens courants de ces 20 dernières années n’ont pas été capables d’identifier de manière univoque ces appareils.
  2. Partant du principe qu’il s’agit de drones chinois ou Russes, les moyens engagés ces 20 dernières années n’ont pas été capables de les empêcher de survoler le territoire américain, bien qu’ils aient été rapportés à une altitude de vol cohérente avec les chasseurs de l’armée Américaine.
  3. Partant du principe qu’il peut également s’agir de ballons, d’oiseaux ou d’autres objets courants, les pilotes n’ont toujours pas la formation et/ou les moyens techniques de les identifier correctement.
  4. Partant du principe qu’il peut également s’agir d’appareils ennemis, les pilotes n’ont toujours pas les moyens d’effectuer des rapports appropriés pour signaler ces cas.
  5. Toutes méprises ou étrangetés signalées, quelles qu’elles soient, devraient être depuis longtemps traitées dans le but de créer un système d’amélioration continue, indispensable à l’amélioration de la performance. L’armée la plus puissante du monde n’a donc pas ce processus en place ?

Donc voici les questions que je pose à tout un chacun :

  1. Est-ce que mon raisonnement semble correct ?
  2. Est-ce que j’omets des éléments ?
  3. Est-ce que je suis victime d’un biais quelconque ?
  4. Est-ce que le fait de donner une importance exagérée à des non-événements peut créer de toutes pièces un « Phénomène » imaginaire ? (Je pense que la réponse est oui…C’est peut-être là que se trouve la faille…)
  5. Est-il imaginable que toutes ces personnes travaillant à la défense puissent être « Mystifiées » (Je ne sais pas si le mot est bien employé…) par un « Phénomène » imaginaire ?
  6. Est-il imaginable que toutes ces personnes travaillant à la défense puissent être « Mystifiées » par des éléments sans données factuelles ?

Dans tous les cas, pour moi quelque chose est partit en cacahuète à un certain moment…

Mais il y a un autre élément encore plus intéressant

Le porte-parole aurait très bien pu nier le « phénomène », il ne l’a pas fait, se contentant de parler de sa communication.

Je suis bien obligé de conclure, et ce n’est pas la première fois, que le gouvernement américain est responsable de propager des fakes-news, en affirmant volontairement qu’il a des informations qu’il dissimule au public. Cette erreur de communication me parait grave dans une époque où il est primordial que les électeurs croient leurs représentants, pour assurer une paix sociale et une relation de confiance entre les uns et les autres.

Laisser un commentaire