Lettre : Pourquoi il est rassurant que les extraterrestres ne nous aient pas envahis

Le 10 janvier 2022, de Douglas Vakoch, Président, METI International, San Francisco, CA, US.

Article paru dans le Financial Time

https://www.ft.com/content/f1e50e48-34aa-4ca0-be96-3c5bd6cfea97

John Thornhill (Opinion, 6 janvier) demande si nous devrions dire « Bonjour, Univers » pour reprendre le slogan de l’organisation scientifique que je dirige – METI International, qui se consacre à la « messagerie de l’intelligence extraterrestre » en transmettant des signaux radio aux étoiles proches. Hélas, il est trop tard pour se cacher.

Depuis 2 milliards d’années, la vie microbienne de la Terre s’est fait connaître de l’univers par le biais de changements dans l’atmosphère de notre planète. Les observatoires spatiaux comme le télescope spatial James Webb et ses successeurs chercheront des signes de vie extraterrestre en étudiant la composition chimique des atmosphères recouvrant les exoplanètes – les planètes qui orbitent autour d’étoiles autres que notre soleil. Les extraterrestres avancés auront des capacités encore plus grandes.

Même si nous comprenons logiquement qu’il est trop tard pour nous cacher des extraterrestres technologiques, nous pouvons avoir la crainte tenace qu’il est en quelque sorte plus risqué de transmettre que de se taire, et que nous devons donc nous abstenir. Ce « raisonnement » reflète une propension humaine naturelle que les psychologues cognitifs appellent le biais d’omission. Nous supposons qu’il est plus sûr de ne rien faire que de faire quelque chose, de maintenir le statu quo plutôt que d’essayer quelque chose de différent.

Le danger de céder à ce sophisme est apparent à travers l’inaction des individus qui choisissent de ne pas se faire vacciner contre le Covid, plutôt que de prendre des mesures bénéfiques pour la santé publique. Comme pour le vaccin, nous pouvons évaluer les dangers redoutés du METI, comme la possibilité d’être découvert pour la première fois grâce à nos messages intentionnels.

Si nous projetons nos propres progrès en matière de technologie radio depuis les origines de la radioastronomie dans les années 1930, dans deux siècles seulement, nous, les humains, aurons la capacité de détecter le niveau de rayonnement de fuite radio de la Terre à une distance de cinq cents années-lumière – bien au-delà de la portée des cibles actuelles de METI.

Toute civilisation dotée d’un moteur de distorsion – la capacité de voyager plus vite que la vitesse de la lumière – saurait déjà que nous sommes ici, de sorte qu’il n’y a aucun risque supplémentaire de METI. À une époque où nous sommes confrontés à des menaces telles que le changement climatique et une pandémie mondiale, il serait réconfortant de supprimer un élément de notre liste de risques existentiels. Il est tentant de chercher une activité qui puisse nous donner l’illusion du contrôle, nous laissant croire que si seulement nous ne transmettons pas, les extraterrestres n’envahiront pas notre monde.

Nous pouvons trouver une assurance plus rationnelle de notre sécurité dans le fait que les extraterrestres avancés ne sont pas venus sur terre, bien qu’ils aient été avertis depuis 2 milliards d’années de l’apparition de la vie sur notre humble planète.

Douglas Vakoch, Président, METI International, San Francisco, CA, US

Objectifs du METI

Les principaux objectifs et buts de METI International sont les suivants :

  • Mener des recherches scientifiques et des programmes éducatifs sur la messagerie d’intelligence extraterrestre (METI) et la recherche d’intelligence extraterrestre (SETI).
  • Promouvoir la coopération et la collaboration internationales en matière de METI, SETI et astrobiologie.
  • Comprendre et communiquer les implications sociétales et la pertinence de la recherche de la vie au-delà de la Terre, avant même la détection de la vie extraterrestre.
  • Encourager la recherche multidisciplinaire sur la conception et la transmission de messages interstellaires, en créant une communauté mondiale de chercheurs issus des sciences naturelles, des sciences sociales, des sciences humaines et des arts.
  • Rechercher et communiquer au public les nombreux facteurs qui influencent les origines, l’évolution, la distribution et l’avenir de la vie dans l’univers, en mettant l’accent sur les trois derniers termes de l’équation de Drake : (1) la fraction de mondes porteurs de vie sur lesquels l’intelligence évolue, (2) la fraction de mondes porteurs d’intelligence avec des civilisations ayant la capacité et la motivation pour la communication interstellaire, et (3) la longévité de telles civilisations.
  • Offrir des programmes au public et à la communauté scientifique qui favorisent une sensibilisation accrue aux défis auxquels est confrontée la longévité de notre civilisation, tout en encourageant les activités individuelles et communautaires qui soutiennent la durabilité de la culture humaine sur des échelles de temps multigénérationnelles, ce qui est essentiel pour la recherche METI et SETI à long terme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *