Lue Elizondo « The Return » Interview avec Vinnie #ufo #uap

Diffusée en direct le 19 septembre 2021.

Vinnie : Bonjour tout le monde, merci beaucoup de m’avoir rejoint aujourd’hui, j’espère que tout le monde va bien, je veux juste profiter de ce moment pour dire un grand merci à Max Moskowicz pour m’avoir permis de venir sur sa chaîne pendant la dernière heure, c’était génial, j’ai toujours aimé parler à Max, et puis je veux juste remercier les modérateurs, Max qui est ici, mon frère, et Josh UAP UK, merci pour leur travail et pour s’assurer que le chat reste mature et classe, donc je suis sûr qu’il n’y aura pas de problèmes, alors oui, entrons dans le vif du sujet sans plus attendre, c’est pour ça qu’on est là, j’aimerais vous présenter M. Luis Elizondo.

Luis Elizondo : Bonjour à tous, merci de me recevoir

Vinnie : Hé Lou, merci beaucoup de me rejoindre à nouveau, c’est toujours un honneur et un plaisir, alors comment allez-vous aujourd’hui ?

Luis Elizondo : Oh mon dieu, bien tu sais je sais que je dis ça, c’est probablement un cliché à ce stade, mais chaque jour sur la surface de la Terre est un bon jour, donc je ne me plains pas. Tu sais tout est plutôt bon.

Vinnie : Et tu t’es réadaptée à la maison après ton voyage du dernier week-end (A San Marino…)

Luis Elizondo : Franchement, j’ai tellement voyagé dans ma carrière, même avant de faire ça ; j’ajuste mes fuseaux horaires assez rapidement, donc pour moi, je ne sais pas vraiment où je suis à un moment donné jusqu’à ce que je regarde autour de moi, et que je réalise dans quel fuseau horaire je suis, mais oui, je vais bien, merci.

Vinnie : Je sais qu’on en a déjà parlé plusieurs fois cette semaine, Max Moskowicz a fait un excellent travail et vous avez fait un excellent travail avec les vidéos que vous avez faites en direct de San Marino. Ai-je raison de dire que c’est maintenant entre les mains des représentants du gouvernement de San Marino de décider s’ils vont porter l’affaire devant les Nations Unies ?

Luis Elizondo : Oui, bien sûr, ils veulent s’assurer que ce qu’ils font n’est pas fait dans le vide. Ce qu’ils essaient de faire en ce moment, c’est de s’assurer que d’autres pays soutiennent ce projet, ce qui est politiquement sensé. Vous ne voulez pas faire quelque chose prématurément et créer une sorte de discorde politique avec d’autres pays, alliés et amis.

San Marino est un très petit pays, mais c’est aussi l’une des plus anciennes républiques du monde, c’est vraiment intéressant sur le plan politique. Ils ont deux présidents et ces présidents ne sont au pouvoir que pour six mois à la fois ; c’est vraiment le summum du partage du pouvoir, donc ici dans notre pays nous avons un président et un congrès et tout le reste, eux ils ont deux élus et ils ne sont là que pour six mois, juste assez longtemps pour ne pas faire de mal, donc vous savez c’est dans un sens un avantage, mais dans un autre sens c’est aussi un peu un inconvénient, parce que tous les six mois vous devez en quelque sorte redémarrer une administration.

Je pense donc que le moment est bien choisi. Nos amis italiens ont fait un travail fantastique, tant la CUN que l’ICER. Ces deux organisations ont beaucoup aidé à préparer le terrain pour avoir permis de traiter ce sujet à San Marino, et je pense qu’en fin de compte, nous avons l’opportunité de créer une structure similaire à Genève pour ce sujet, où le monde peut se rassembler dans cette toute petite nation et faire des commentaires.

C’est drôle, assez ironique, c’est l’une des plus petites nations du monde qui a l’une des plus grandes conversations à ce sujet, et je pense que c’est très beau.

Il n’y a pas l’influence politique des autres pays, que ce soit les Etats-Unis, la Russie, la Chine ou les grands pays européens ; ils semblent relativement à l’écart de ce type de politique globale, donc oui, c’est un peu là où nous en sommes, et en ce moment, nous essayons de diffuser cette idée, et de nous assurer que d’autres pays la soutiennent.

Vinnie : C’est génial, merci. Je pense que cela m’amène à ma prochaine question, à savoir si vous avez l’intention de vous engager avec d’autres gouvernements dans d’autres pays européens, à un niveau personnel, est-ce quelque chose que vous cherchez à faire ?

Luis Elizondo : Absolument, je veux dire que nous parlons de l’engagement international comme étant l’un des cinq piliers fondamentaux… quand j’ai dit à tout le monde que nous passions à la troisième vitesse, c’est ce que je voulais dire, c’était très clair, il est temps de diffuser cette conversation au niveau international, et pas seulement d’avoir cette conversation, mais de vraiment commencer à regarder cela différemment…

Je pense qu’une des choses que je suggère est que je pense que l’un des plus grands obstacles que nous avons rencontrés politiquement, et sans doute probablement du point de vue des médias… a été cette notion de conférences sur les OVNIs.

Je me demande si, plutôt que d’organiser des conférences sur les OVNIs – Maintenant que nous avons prouvé la réalité de ces choses, que nous ne savons toujours pas ce qu’elles sont, d’où elles viennent ou quoi que ce soit – Je pense que nous avons dépassé cette partie de la conversation et que ce que nous devons faire, c’est commencer à changer lentement, pour la porter sur une politique plus globale.

Je pense que le temps est venu pour nous de vraiment formuler ce sujet comme un sujet d’affaires étrangères. Ce n’est plus une simple conversation entre nous, c’est quelque chose de bien plus grand, de bien plus significatif, c’est « écoutez, nous connaissons maintenant la réalité de ces choses, qu’est-ce que ça veut dire pour nous en tant que pays, qu’est-ce que ça veut dire pour nous au niveau international et en tant que monde, entre et au sein des agences, au sein des gouvernements et au sein des ONG, des organisations non gouvernementales et des grandes organisations internationales ».

Nous devons aller vers les grandes institutions internationales comme les Nations Unies ou l’OTAN et je pense que nous commençons lentement à voir que la narration est en train de passer du stade de la conspiration, des petits hommes verts et des petits dessins animés idiots, à celui d’une conversation sérieuse, qui implique la politique étrangère, les relations étrangères et la diplomatie, et peut-être que nous devons commencer à encadrer la conversation de cette manière.

Vinnie : Oui, je suis d’accord, mais récemment, nous avons entendu dire, en particulier ici au Royaume-Uni, qu’ils n’étaient pas très coopératifs avec le groupe de travail des UAP. Et maintenant, avec la loi d’autorisation de la défense nationale qui spécifie les informations des alliés, pensez-vous que cela pourrait changer ? 

Luis Elizondo : Je ne veux pas parler au nom du gouvernement britannique, mais je pense que le gouvernement britannique doit être très attentif à son image publique. Le gouvernement britannique, comme le gouvernement américain, essaie vraiment de maintenir sa crédibilité auprès des gens, et cela a du sens d’un point de vue gouvernemental.

Donc je pense que ce que vous commencez à voir c’est ce sous-entendu de coopération entre les Etats-Unis et le Royaume-Uni, peut-être pas ouvertement au début, mais je pense qu’il y a des relations existantes, bilatérales et multilatérales que nous avons avec nos très bons amis au Royaume-Uni, par exemple le partenariat 5i.

Nous avons partagé des informations ensemble, nous avons fait la guerre ensemble, donc je pense que cela va arriver se produire, mais vous savez, à long terme, ce n’est vraiment pas à moi de décider, ni aux Etats-Unis, c’est au Royaume-Uni de décider, et ça vaut pour tous les pays qui décident qu’ils ne veulent pas participer à cette conversation.

Mon seul avertissement serait de ne pas laisser le train te dépasser ; tu peux être sélectif sur le wagon que tu veux prendre, mais je ne laisserais pas ce train quitter la gare et te laisser derrière.

Vinnie : Pensez-vous que ce serait le bon moment pour les défenseurs des UAP de renouer le dialogue avec les députés et les lords au sein du gouvernement britannique et du comité de surveillance de la défense ?

Luis Elizondo : Je pense que nous devons l’encadrer dans une conversation sur les affaires étrangères.

Le problème est que nous disons trop souvent (l’influence des ugologues…) des choses comme « Nous ne voulons pas de la vérité », ou « Nous savons qu’ils viennent des Pléiades et qu’il y a des elfes sur le vaisseau mère ».

 Nous devons nous engager, mais vous n’allez pas obtenir beaucoup de soutien de cette façon, sauf quand vous commencez à dire que d’autres pays s’impliquent dans cette conversation.

Il y a une question de sécurité nationale ici, et de souveraineté frontalière. Et il y a aussi, d’ailleurs, l’obligation pour nous de travailler avec nos amis et alliés ; n’oublions pas qu’il pourrait très facilement y avoir une confusion entre un incident UAP et une sorte de provocation étrangère.

Nous l’avons déjà vu auparavant avec les Etats-Unis et la Russie, où nous avions eu un accord secret entre les deux pays pour que si quelqu’un voyait quelque chose au-dessus du pôle nord, nous ne commencions pas à nous tirer dessus avec des armes nucléaires.

Nous pouvions prendre le téléphone et dire « Hé Boris, c’est vous les gars ? » ou ils pouvaient appeler et dire « Hé Jacky, camarade, c’est vous ? »

Et n’oublions pas que nous avons d’autres exemples aujourd’hui avec des pays comme l’Inde et le Pakistan. Ces deux pays sont nos amis, mais qui ne s’entendent pas nécessairement entre eux, et si nous avions le même incident comme dans les années 60, où vous savez, une installation de missiles nucléaires a été désactivée.

Si ces pays confondent ça avec une sorte de provocation, vous savez il y a un gentleman en Inde nommé Sabir Hussein qui a été l’un des premiers à attirer l’attention, en essayant d’en parler à leur… je crois qu’on appelle ça une cour suprême. Ça marche un peu différemment en Inde, mais il a essayé de soulever le problème, et c’est bien qu’il le fasse, parce que c’est un vrai problème potentiel, ce n’est pas comme si c’était fantaisiste, parce qu’on a déjà vu ça arriver aux États-Unis et même en Russie.

Je pense qu’il est important que nous commencions à avoir cette conversation quand nous parlons à nos élus, nos représentants et nos gouvernements respectifs, que nous commencions à formuler ça comme un problème de politique étrangère, et moins comme un problème de petits hommes verts conspirateurs.

Ça peut au final s’avérer être le cas, mais pour avoir la conversation au niveau international que nous recherchons, nous devons vraiment commencer à mûrir la conversation, nous ne pouvons pas être coincés dans la même conversation que nous avons eu pendant les 70 dernières années.

Vinnie : Non, absolument. Et pouvez-vous parler des avantages que nous pourrions avoir si l’OTAN était impliquée ?

Luis Elizondo : C’est une organisation qui avait un rôle d’équilibre à l’époque de la guerre froide, contre le Pacte de Varsovie.

Aujourd’hui l’OTAN est plus une organisation militaire, elle a d’autres fonctions aussi je pense que l’OTAN est importante du point de vue des UAP, j’aimerai que ce soit le cas. Pourquoi ? Parce qu’ils volent tout le temps avec des avions, parfois armés, et encore une fois nous ne voulons pas confondre un UAP avec un quelconque type de provocation.

Ils ont aussi beaucoup de capteurs qu’ils peuvent utiliser pour aider à collecter des informations supplémentaires pour nous, donc je pense que l’OTAN est importante mais je pense aussi qu’il est temps, et je vais partager ça avec vous, je pense que nous devons commencer à avoir cette conversation en dehors des canaux militaires et des canaux du renseignement, et ouvrir large.

Nous avons parlé dans mon pays au comité des services armés du sénat, au comité restreint du sénat sur le renseignement, mais je pense que le temps est peut-être venu de l’ouvrir au comité des affaires étrangères, pourquoi pas, et de faire venir le département d’état.

Cela ne doit pas être seulement le département de la défense, la communauté du renseignement et le département de l’énergie, faisons venir le département d’état et peut-être faisons-le aussi au niveau international ; commençons à en faire une question géopolitique, ce qui est vraiment le cas finalement.

Si vos auditeurs sont là-bas et qu’ils veulent obtenir des résultats, nous devons nous devons élever notre niveau de jeu, nous devons commencer à élever la conversation là où elle doit être, hors du monde de la bêtise et de la conspiration, vers le monde de la réalité, de la politique internationale et de la politique étrangère, c’est ce que je suggère et l’OTAN doit jouer un rôle. Je pense que c’est bien et que les gens seront heureux d’entendre que l’on ne parle pas seulement d’affaires militaires dans cette organisation, donc je pense que c’est très positif.

La conversation a commencé là, en termes de défenses, et elle devait commencer là, mais je sais que beaucoup de gens n’apprécient pas les discours alarmistes, comme « Menace – menace – menace ».

Mais vous savez, faites un meilleur travail si vous pensez que vous pouvez le faire.

Nous devions commencer une conversation quelque part et c’est là que nous l’avons commencée.

Mais ce n’est pas là que la conversation se termine, et c’est ce que j’ai dit aux gens il y a longtemps « Nous avons une feuille de route, nous faisons ça avec diligence, vous savez c’est un marathon de longue haleine ».

Si vous n’avez pas la patience pour ce sujet, alors choisissez un autre hobby, apprenez le piano, ou le violon et revenez dans 5 ans ou faites mieux vous-même, arrêtez de vous plaindre et faites-le, arrêtez d’attendre que je fasse tout pour vous avec Chris Mellon et les autres ; si vous aimez ce qu’on fait, un simple merci fera l’affaire, et nous continuerons à faire ce que nous faisons.

Je pense que nous contribuons à la diffusion de ce sujet, je pense que cette discussion est en train de devenir la conversation globale que nous avions prévu qu’elle soit maintenant ; je vais vous dire aussi à ce propos que la majorité des gens sur #UFOTWITTER ont été très utiles.

Ils font exactement ce qu’ils doivent faire, ils parlent et écrivent à leurs élus, leurs lettres sont superbes et ils ne sont pas les seuls. Leurs lettres sont de très haute qualité et ça fait une différence parce qu’ils ne sont pas idiots, ils sont sérieux, et ils ont une approche de haut niveau avec leurs élus, ils passent des appels, ils n’ont pas l’air de conspirateurs et bien franchement, vous savez, ils sont justes, rationnels et ça fonctionne.

C’est exactement ce dont nous avons besoin pour avoir cette conversation et continuer à l’amener au niveau suivant.

Vinnie : C’est incroyable, c’est bon d’entendre que cela fait une différence…

Luis Elizondo : Je dois dire un grand merci à Luis Jimenez et aux gars de la revue  » The unidentified celebrity  » ; absolument le Bigphone Home, ces actions fonctionnent, alors Vinnie, on est avec Max Moscowitz à San Marino et il a eu la chance de chercher une sorte de jeu politique de coulisse, et je ne vais certainement pas parler pour Max, mais tu sais j’étais content qu’il soit là parce que les journalistes n’ont pas l’habitude d’avoir cette perspective de l’intérieur et il a eu une sacrée perspective.

Il a pu voir des choses qui ne seraient probablement jamais mentionnées publiquement, il était aux premières loges pour voir tout ça se dérouler et je pense que c’était très utile, c’était utile pour nous parce que ça montrait que les gens prenaient ce sujet au sérieux dans les médias. Je pense que ça a aussi aidé Max de savoir qu’il y avait des professionnels au sein d’autres gouvernements qui prenaient ce sujet très au sérieux.

Il y avait beaucoup de représentants à cette petite réunion qu’on a eu à San Marino, il y avait des gens très importants d’autres pays qui participaient à cette petite conférence qu’on a eu avec l’ICER et la CUN, et tu sais c’est la même chose à chaque fois que j’y vais ces dernières années, c’est de mieux en mieux, il n’y a plus de gens qui vendent des bagues, des perles et des choses comme ça en dehors de la conférence.

Cependant il y a des astrophysiciens, des directeurs d’organisations aérospatiales, ils écoutent et discutent, personne n’essaie de vendre quoi que ce soit à qui que ce soit d’autre. Ils ont ce débat, et c’est significatif, ça marche parce qu’on est dans le sujet.

Le sujet des UAPs n’est plus une histoire de récits personnels, d’agendas et de complots, c’est maintenant une histoire de réalité, de science des données, et ça résonne correctement…

Vinnie : C’est incroyable à entendre et ça montre à quel point nous avons progressé et je pense que ça va continuer à aller dans une direction positive, c’est bon à entendre, merci pour ça. J’aimerais changer de sujet et commencer par vous féliciter pour l’annonce récente de la sortie de votre livre, donc mes félicitations.

Luis Elizondo : Merci.

Vinnie : Beaucoup de gens ont vu cet article dans le The Hollywood Reporter disant que le livre va révéler des détails choquants, et maintenant nous savons tous ce que les gens sur les médias sociaux, comme beaucoup d’autres, spéculent et prétendent que c’est une tactique de divulgation payante. Pouvez-vous rétablir la vérité s’il vous plaît ?

Luis Elizondo : Tout d’abord, ce que je vais dire, c’est que je suis en train d’écrire le livre, et ensuite, que le public visé est constitué de beaucoup de gens qui ne sont jamais allés sur twitter et vous savez, ce que je vais dire, sans entrer dans les détails, c’est que le but du livre sera très évident quand il sortira, et je pense que les gens qui me connaissent vont se dire « Ah, ce type est malin », et ceux qui ne me connaissent pas vont probablement devoir ravaler leurs paroles.

Il y a des contradicteurs qui font des spéculations pour jouer, ok et bien pense que quand le livre sortira, ils le liront et diront « Oh merde c’est maintenant que cela a du sens maintenant, on comprend pourquoi tu as fait ce que tu as fait, et quand tu l’as fait »

Tu sais tu sais, ils ne s’excuseront pas, ils iront se cacher dans les petits coins sombres et profonds de « Twitterverse », et peut-être changeront-ils de nom ou quelque chose comme ça, mais j’y suis habitué, tu sais, depuis trois ou quatre ans, je suis habitué à ce que les gens m’accusent toujours d’une chose ou d’une autre.

Ils ne sont jamais contents, peu importe ce que tu fais pour eux, peu importe comment tu le fais, c’est juste que tu as des gens qui te tirent dessus ils te jettent des pierres ; je ne sais pas pourquoi c’est comme ça c’est triste tu sais j’espère vraiment que ce genre de personne trouve ce qu’elles cherchent.

Mais s’il y a une chose, c’est que mes antécédents parlent d’eux-mêmes. Les gens devraient me connaître maintenant, je ne suis pas du genre à faire cela pour de l’argent, je fais les choses très délibérément, très stratégiquement.

J’ai un but très spécifique, et je pense que les gens vont être ravis quand mon livre sortira, je ne vais pas rentrer dans plus de détails que ça donc, « I think it’s going to be very very eye » – et je pense que les gens reviendront et diront : « Holy cow ! C’était exactement la bonne façon de faire ».

Et ce sera ma propre narration ; vous savez quand je m’assieds là et que je fais une interview sur un grand média, ce sont des bouts de phrases de deux ou trois minutes, ce n’est pas toujours représentatif du fond de ma pensée, et d’ailleurs je ne contrôle pas leur montage.

Le livre sera ma narration, de mon point de vue, sans aucun filtre ; vous pouvez lire exactement ce que je pense de chaque chose sur ce sujet, et il y aura des informations que je n’ai pas la liberté ou le temps de discuter, il y en aura beaucoup. Mais il y aura une raison délibérée pour laquelle j’ai choisi de faire cela ainsi, et je pense que ce sera très clair une fois le livre sorti.

Vinnie : Non, c’est fantastique, c’est tout ce que vous avez à dire, merci beaucoup pour ça… Êtes-vous en mesure de nous donner une estimation de la date à laquelle nous pouvons espérer le voir ?

Luis Elizondo : Je ne peux pas… Je suis très occupé, ça va me prendre un peu de temps… Bien sûr, je danse aussi vite que je peux… Par exemple, dans quelques jours, je dois retourner à Washington et puis j’ai encore des voyages à faire.

Vinnie : Je comprends tout à fait, cela vous dérange, c’est quelque chose lié à l’inspecteur général, pouvez-vous nous en dire plus ?

(Notes personnelles : Luis Elizondo a mis en procès son ancien employeur, le Department Of Defense, pour diverses violations de ses droits)

Luis Elizondo : Il est trop tôt pour que je parle de ça, mais c’est lié au sujet et je vais m’en tenir là.

J’essaie d’éviter Washington autant que possible, je ne vais pas à Washington sauf si je dois y aller et que c’est à propos de ce sujet. C’est pourquoi je vis au milieu de nulle part dans le Wyoming parce que j’en ai assez de Washington, et sans vouloir offenser ceux qui y vivent, vous savez que c’est un jeu de jeunes. Je suis trop vieux pour dire aux gens que c’est gris et pas blond, vous savez je suis un vieux type et plus je peux m’éloigner de Washington DC, mieux c’est pour ma santé mentale.

Vinnie : D’accord, c’est tout à fait normal, mais quelque chose dont on parle régulièrement avec vous, surtout récemment, c’est ce système de capteur sur lequel je suis bombardé de questions, alors j’ai senti que je devais en parler avec vous, mais êtes-vous capable d’en parler parce que j’ai quelques idées sur ce que nous pensons qu’il est. Et si nous pouvons en discuter, pouvez-vous apporter des précisions ?

Luis Elizondo : Je ne le ferai pas, je ne répondrai pas, je ne confirmerai ni ne nierai.

C’est ridiculement simple, mais ça prend un peu de temps et de ressources pour le faire, et ce que je veux faire c’est que ça ne repose pas uniquement sur un élément.

Ce n’est pas comme un capteur qu’on pose, c’est un peu plus complexe que ça, mais les données, je dirai, c’est que nous avons toutes les raisons de croire que les données existent déjà, qu’elles sont déjà là et qu’elles sont sous notre nez.

Vinnie : Je vais devoir creuser encore ce sujet…

Luis Elizondo : Quand le moment sera venu, nous en parlerons une fois que nous aurons les données, et s’il s’avère que ça ne marche pas, nous dirons « C’était une impasse ».

Mais pour l’instant, la plupart des gens, les scientifiques qui sont dessus, ne pensent pas cela…

Vinnie : Wow, c’est toujours aussi fascinant, mais je respecte votre position sur ce sujet, et pour tous ceux qui nous regardent, j’ai essayé, j’ai dit que je le ferais. Bien, passons à autre chose, une chose que j’ai vu récemment et dont beaucoup d’autres personnes m’ont parlé, c’est une interview que Tom Delonge a fait récemment.

Je ne vais pas vous demander de parler au nom de Tom ou quoi que ce soit, mais il a parlé des trois vidéos qui ont été publiées par la TSTA, vous savez, les trois vidéos de la marine que nous connaissons tous bien.

Mais il a dit qu’il y avait en fait 26 vidéos, dont une en particulier d’un vaisseau à 3 mètres d’un FA-18 qui scrute l’avion pendant 20 minutes.

Tom a dit et je cite « Nous avons presque réussi à sortir à sortir cette vidéo ». Est-ce que c’est quelque chose dont vous êtes au courant ? Avons-nous été proche de sortir cette vidéo dans le passé ?

Je ne peux pas parler en faveur de Tom. J’aime ce gars, vraiment. Oui, mais vous savez, Tom est Tom.

Luis Elizondo : Parfois Tom dit des choses, euh, et même moi je dois le regarder et dire « Comment ça va ? », mais tu sais encore une fois je ne veux pas parler pour Tom.

Tu as probablement remarqué que les gens comme Chris et moi sommes très mesurés dans ce qu’ils disent, je préfère promettre peu et livrer plus, c’est un peu mon mode de fonctionnement.

Euh je sais que ça rend les gens fous et ils commencent à perdre patience. Ils disent « On veut savoir maintenant », et je comprends, mais il n’y a rien de pire que d’exagérer les attentes.

Donc tu sais je suis très prudent sur ce que je dis, c’est ce que j’ai dit pour le dossier et c’est ce genre de choses qui un jour, espérons-le, bientôt, continueront d’être établies et réaffirmées.

Tout ce que j’ai dit à propos de ce sujet a toujours été vrai, et cela s’est toujours concrétisé.

J’espère que les gens vont maintenant réaliser que j’ai vécu trois ans ou quatre ans sur ce sujet et que chacune de ces choses s’est réalisée.

Mais je suis aussi très mesuré je n’aime pas trop promettre parce que je ne veux pas décevoir.

Je ne veux pas que vous ayez de fausses attentes, c’est vraiment très important surtout sur ce sujet, car c’est très émotionnel pour beaucoup de personnes, et on attend de moi que je sois toujours précis et que je donne toujours la vérité.

C’est une attente que les gens ont et c’est une attente que j’ai de moi-même, donc pour cette raison j’ai tendance à être un peu plus discret, simplement parce que vous savez je ne veux pas faire quoi que ce soit et donner des attentes à qui que ce soit.

Donc si tu regardes ma page twitter, je dis toujours que je reconnaîtrai toujours mes propres erreurs et je le ferai… au moins les erreurs que je réalise avoir faites.

Vinnie : Pas de soucis merci je veux dire je pense que nous savons tous que les déclarations de Tom Delonge sont à prendre avec des réserves. Bien parlons de ce nouvel outil AI. Je sais que vous l’avez encore mentionné mais est-ce que c’est celui qui est lié à TTSA ou c’est une toute nouvelle plateforme ?

Luis Elizondo : Eh bien, euh, je suis presque tentée de partager l’écran et de vous montrer un petit parcours à froid. Je ne sais pas si, euh, je peux faire ça. Vous seriez d’accord avec ça ?

Notes personnelles : Après 10 minutes de tests, impossible de partager l’écran, faute à un problème de droits d’un module dans Chrome…)

(RIRES : C’est pourquoi je n’aime pas trop promettre …)

On travaille sur cet outil AI, vous savez le problème c’est que ça coûte cher.

Tout d’abord il y a des avantages et des inconvénients à l’I.A. tout d’abord l’I.A. est génial parce qu’il n’est jamais fatigué et travaille 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

Il ne souffre pas de la fatigue humaine, mais il y a aussi des limitations.

Tout d’abord toutes les I.A. n’est pas créé de la même manière.

Deuxièmement l’intelligence artificielle est aussi bonne que son professeur ; si vous ne l’entraînez pas correctement dès le début, les problèmes et les erreurs d’identification se propageront pour toujours, donc si par exemple je dis à l’intelligence artificielle que c’est une voiture et non un téléphone portable, à partir de ce jour-là, chaque fois qu’elle verra ça, elle l’appellera une voiture.

On y travaille. Il y a aussi un coût initial important associé à cela.

Il y aura une version gratuite pour tout le monde ; vous savez ce n’est pas donné, euh, on a des gens vraiment très bien qui travaillent, certains des meilleurs spécialistes de l’intelligence artificielle du monde, à mon avis, qui qui travaillent sur ce projet et qui y mettent beaucoup de temps, d’argent et d’effort.

Alors il y aura une version gratuite, une version libre, espérons-le bientôt, on veut régler les bugs.

La dernière chose qu’on veut c’est livrer quelque chose qui est supposé être une réponse à tout le monde, et tout d’un coup c’est ce n’est pas prêt et cela devient un misérable échec.

Je ne veux pas faire ça non plus, trop promettre et pas délivrer ; c’est ce que nous essayons de faire et d’ailleurs nous travaillons sur ça depuis quelques années maintenant en coulisses. Je n’ai pas fourni de mise à jour parce que je ne pensais pas qu’il y avait des informations à fournir jusqu’à ce que nous ayons quelque chose de fini.

Vinnie : Oui, c’est très logique. Je vais passer à des questions qui ont été soumises par l’intermédiaire de mes médias sociaux, donc celle-ci vient d’un anonyme. Quand il s’agit de tailles et de formes d’UAP, avez-vous déjà rencontré quelque chose à l’échelle microscopique ?

Luis Elizondo : C’est une excellente question ; si vous ne le cherchez pas, vous ne le verrez pas nécessairement, donc je pense que c’est une excellente question, c’est quelque chose que nous n’avons pas collectivement vraiment considéré, mais c’est… c’est certainement possible.

Regardez, nous faisons des micro UAVS n’est-ce pas, donc nous avons la technologie pour le faire, donc je pense que c’est certainement du domaine du possible, franchement peut être même du domaine du probable. C’est juste quelque chose que nous n’avons pas vraiment encore regardé.

Vinnie : Et voilà, question suivante : pouvez-vous expliquer les références à la mythologie grecque dans les livres de la TTSA et les symboles maçonniques dans leurs dessins animés ?

Luis Elizondo : Tom a admis que c’est une œuvre de fiction, inspirée par son point de vue, qui n’est pas nécessairement partagé par d’autres. Vous savez je ne suis plus chez TTA, ni Chris Mellon ni Steve Justice. Tom a clairement indiqué qu’il cherche à divertir sur ce sujet, et il a le droit de le faire.

Vous savez le divertissement peut être un outil très efficace pour avoir un débat sur un sujet, mais ce n’est pas mon expertise ou ma spécialité.

Quand les gens disent que vous faites une émission de télé et que ce n’est pas du divertissement, et bien il y a une différence entre le divertissement et l’info-divertissement.

Malheureusement parfois il faut rendre l’information un peu plus intéressante pour que les gens y prêtent attention, oui, je ne suis pas un animateur je ne l’ai jamais été et je ne le serai jamais.

Vous savez mon travail c’est juste d’essayer de présenter la vérité et les faits d’une manière consommable, c’est tout, je ne me considère pas comme un animateur et le divertissement n’est pas mon truc donc les livres, Secret Machines, que lui et son collègue ont écrit, je pense que d’après Tom il y a des théories là-dedans dans lesquels il y souscrit, mais je ne peux pas commenter, je ne sais pas.

Vinnie : L’autre troisième et dernière partie de cette question ou de ces questions est : est-ce que vous avez été formé à la voyance ?

(Notes personnelles : Il faut être motivé pour répondre à ce genre de questions…)

Luis Elizondo : Passons sur celle-là pour l’instant, je ne veux pas distraire du sujet.

(Notes Personnelles : Longue explication…)

Vinnie : Absolument aucun problème merci. Une autre question anonyme ici sur les évènements de 2019 impliquant le USS kid USS Russell et les autres navires de la marine, pourraient-ils être en fait un exercice d’entrainement spécifiquement destine à se confronter aux UAPs ?

Luis Elizondo : Quelle excellente question ! Je ne vais pas répondre à cette question, car c’est une question à laquelle le gouvernement doit probablement répondre lui-même.

Vinnie : J’ai une questionde Graham. Lorsque vous avez rejoint l’AATIP, n’avez-vous jamais considéré qu’il s’agissait simplement d’un projet inutile et d’une perte de temps, même si vous avez pu avoir des garanties lorsque vous avez été invité à vous joindre ?

Luis Elizondo : non, absolument pas, ce n’était pas une perte de temps, c’était de l’argent bien dépensé. En fait le contribuable américain a fait une sacrée bonne affaire pour les 22 millions de dollars, nous avons probablement obtenu 100 millions de travail pour ces 22 millions de dollars.

Je pense que c’était du temps et des ressources bien dépensés.

Vinnie : Merci. Quelles sont vos idées sur le phénomène des lumières d’Hessdalen ? Pensez-vous qu’il y a un lien important avec ce que nous observons maintenant ces derniers temps ? C’est un phénomène qui a été étudié en Norvège dans les années 80.

Luis Elizondo : Je ne connais pas cet événement. On se concentre sur les événements militaires actuels, généralement en rapport avec les USA pour la plupart. Peux-tu me décrire un peu ce qu’il s’est passé ?

Vinnie : Oui, je pense que c’était… c’était sur un certain nombre d’années, des observations qui se produisaient régulièrement et je pense que c’était lié à beaucoup de choses comme des éclairs en boule et des choses de ce genre, et parfois apparemment un vaisseau physique aussi.

Luis Elizondo : Oui le phénomène des boules de lumièresest quelque chose de très intéressant ; vous savez évidemment c’est un phénomène naturel, il y a aussi des éclairs en boule et d’autres types de décharges électromagnétiques associées à une grande quantité d’énergie libérée par les mouvements tectoniques, habituellement juste avant et pendant un tremblement de terre.

Pendant un tremblement de terre, vous pouvez voir toute l’atmosphère s’illuminer, vous avez aussi des aurores boréales, vous avez quelque chose appelé sprites, qui est une sorte de tir de plasma depuis les nuages jusqu’à la haute atmosphère, et puis bien sûr, vous savez, vous avez des trucs faits par l’homme.

Et c’est important, parce que ce que les gens ne réalisent pas, que dans l’hémisphère nord, beaucoup d’essais balistiques, sont effectués.

Vous obtenez cet étrange effet de spirale qui ressemble presque à une roue d’épingle parce que vous savez, quand vous parlez de haute altitude, vous parlez de pression d’air très très basse, la densité de l’air est presque nulle, donc la façon dont un gaz se comporte dans un environnement sous vide est substantiellement différente de la façon dont il pourrait se comporter ici.

Et donc souvent on peut tromper l’œil, on regarde vers le haut dans l’espace et on voit cet objet faire toutes sortes de choses bizarres alors qu’en réalité c’est juste un réservoir d’hydrazine qui se vide de son propergol inutilisé.

Vous savez quand vous regardez ça du sol ça peut avoir l’air assez étonnant, donc c’est pour ça que c’est important que, pour en revenir à notre conversation sur l’intelligence artificielle, nous puissions utiliser l’aire, reconnaître ces signatures, reconnaître ces modèles connus de la façon dont les choses se comportent et ensuite filtrer le bon grain de l’ivraie, ou isoler le signal du reste du bruit.

Vinnie : Merci excellent. Une question de Joshua Ringer : Dans votre expérience avec le phénomène UAP, est ce que quelque chose s’est passé, ou une connaissance a été acquise qui aurait impacté vos pensées sur la vie après la mort ?

Luis Elizondo : Wow merci d’avoir posé cette question. Si quelque chose montre que l’univers est bien plus merveilleux que nous ne le croyons, je vais partager mes pensées personnelles,et laissez-moi vous avertir qu’elles ne sont que mon opinion, mais je suis assez convaincu que la mort est un processus pas différent de la naissance. Euh c’est une transition, et je dis ça parce que j’ai vu assez de morts de près de manière personnelle, à la fois dans des circonstances – hum – horribles, et dans des circonstances que vous savez, naturelles.

Vous savez la mort est une transition, hum à mon avis, ce n’est pas différent que de franchir le seuil d’un autre endroit pour entrer dans cette vie-ci, puis de franchir le seuil pour retourner à autre chose. Nous savons depuis longtemps, et d’ailleurs beaucoup de religions aussi y souscrivent, que l’énergie ne peut pas être créée ou détruite, elle se déplace et se transforme. Vous savez, à un moment donné, je pourrais partager un peu de mes expériences personnelles, mais encore une fois, je ne veux pas me distraire du sujet des UAPs, car en fin de compte, ce que je pense n’est pas pertinent.

Mes expériences sur ce genre de choses, ce qui compte c’est ce que les faits et les données suggèrent, ce que les faits disent, donc je suis toujours très enthousiaste parce que dès que vous passez d’une discussion scientifique à la spiritualité, c’est une pente glissante et ce que nous devons faire c’est s’assurer que l’on ne mélange pas les deux, il faut vraiment faire attention maintenant je vais partager quelque chose avec vous une citation rapide parce que je pense que c’est pertinent et je l’ai partagé avec Christina.

Je pense que la science est importante, il faut s’en tenir à la méthodologie scientifique des choses je pense que c’est important. Nous le faisons, mais il y a une autre partie de l’existence humaine que la science ne peut pas expliquer et non seulement elle ne peut pas l’expliquer, mais elle n’a pas de vision non plus, alors laissez-moi mettre ça en place.

Le scientisme est une vision du monde spéculative sur la réalité ultime de l’univers et sa signification.

Si vous acceptez que la science soit la seule source de connaissance humaine, vous avez adopté une position philosophique du scientisme qui ne peut être vérifiée ou falsifiée par la science elle-même.

Nous devons faire attention à cela, et comprendre qu’il y a des limites à la science, comme il y a des limites à la technologie actuelle et moderne ; et je vais aussi rappeler aux gens que tous les principes scientifiques bien étayés, que nous acceptons aujourd’hui comme étant prouvés, ont commencés comme hypothèse farfelue dans la tête de quelqu’un à un moment donné dans le passé.

Je pense qu’il y a beaucoup de choses dans cet univers qui ne sont pas nécessairement expliquées, regardez la réalité de l’amour ; si je vous demande ce qu’est l’amour, nous sommes tous d’accord pour dire qu’il y a une chose appelée amour, parce que nous le ressentons tous.

On ne peut pas le toucher, le voir, l’entendre, le sentir, le peser, le mesurer et pourtant c’est quelque chose d’aussi universel que vous et moi et aussi réel que notre planète. Regardez l’instinct maternel, c’est quelque chose de si inné chez certains êtres humains que ça va à l’encontre de la survie de l’individu lui-même. Ils se tueront littéralement pour protéger et défendre leurs progénitures, et donc c’est réel, même si vous pouvez prétendre que ça ne l’est pas.

C’est un exemple de la réalité de quelque chose qui est spirituel, quelque chose que nous ne pouvons pas mesurer par la science et pourtant c’est aussi très réel que n’importe quoi d’autre que nous traitons autour de nous. …

Vinnie : C’était super c’était bien expliqué. Je vais passer à cette question de Road Warrior. Pouvez-vous s’il vous plaît demander à Lou ce qu’il sait sur la situation des OVNI et de la marine à Puerto Rico, plus spécifiquement le lac de Cartagena et la tranchée de Puerto Rico              

Luis Elizondo : Ce n’est pas seulement Porto Rico et vous avez raison, c’est une tranchée très profonde de 22000 pieds de profondeur, beaucoup de choses étranges et bizarres s’y passent, vous savez, il y a de l’activité sismique et des zones de subduction, mais il y a aussi beaucoup d’autres choses qui se passent ici et qui ont été rapportées comme faisant partie des triangles des Bermudes.

Donc il y a une raison pour laquelle les gens ont toujours parlé du triangle des Bermudes, je veux dire que des choses bizarres se produisent maintenant, elles peuvent éventuellement être expliquées par la science, mais en réalité, nous ne savons pas encore exactement ce qui se passe là-bas.

Nous avons eu de nombreux témoignages, Je vais vous dire que j’ai parlé à quelqu’un qui était dans la marine, avant-hier.

Ma femme et moi étions dans un restaurant et l’agent Leman est arrivé et a dit « hé, je vous reconnais » et on a commencé à discuter.

Et ensuite il m’a raconté que lorsqu’ils étaient dans le triangle des Bermudes, ils ont eu des expériences intéressantes.

C’était un navire responsable de l’approvisionnement et du ravitaillement d’un sous-marin nucléaire, et vous savez qu’ils ont beaucoup de très bon équipement à bord. Soudainement tous les systèmes étaient morts sur le bateau, malgré le fait qu’ils ont des systèmes de sauvegarde et de la redondance.

Il m’a dit qu’à un moment donné ils ont dû faire sortir un gars avec un vieux sextant, car les systèmes ne fonctionnaient pas pour naviguer. Tout s’était écroulé sur le bateau, ils ne pouvaient plus naviguer, complètement aveugles, et cela s’est produit aujourd’hui, avec un navire moderne, tu sais, un énorme morceau d’acier de 1200 pieds de long sur l’eau avec toutes sortes de capacités à bord, qui était juste mort dans l’eau.

Vinnie : C’est incroyable !

(Long monologue non traduit)

Vinnie : Oui, merci… La prochaine question est : êtes-vous toujours impliqué dans des conversations concernant les tests de matériaux métalliques ou avez-vous des conversations avec des personnes qui sont impliquées ?

Luis Elizondo : Absolument et les choses vont bien et je vais en rester là.

Vinnie : Brillant, c’est quelque chose dont nous pourrions entendre parler dans le futur, j’en suis sûr.

Luis Elizondo : J’espère que oui, c’est pour ça que je fais ce que je fais, je ne vais pas le garder secret, je dois juste m’assurer qu’on le fait de la bonne façon et qu’on laisse la science faire son travail.

Vinnie : Absolument, maintenant je vais ouvrir le débat aux participants du chat en direct. Si vous voulez poser des questions, faites-les entrer, je ne peux pas toutes les lire, j’en ai peur, mais nous allons essayer. De M. Christian Thompson, les aliens vivent-ils dans d’autres fréquences, ici sur terre ?

Luis Elizondo : Eh bien, c’est une des hypothèses qui a été présentée, nous ne savons pas, nous savons que beaucoup de réalité existent dans d’autres fréquences, votre téléphone portable en est un parfait exemple, il y a des réalités tout autour que nous ne pouvons pas percevoir, que ce soit le Wi-Fi ou les signaux de radio FM et AM, comme les signaux des GPS.

Si vous aviez cette capacité de voir les fréquences électromagnétiques de la bande FM, en ce moment tout d’un coup vous pourriez voir là quoi ressemblerait le monde de la bande FM.

Bien la réalité c’est ce que ces choses font tout le temps, donc nous savons que 99. 9% de la réalité se trouve en dehors du spectre électro-optique très étroit qu’on appelle la lumière visible, tout est soit trop haut soit trop bas pour qu’on puisse le percevoir et donc par définition il y a beaucoup de choses qui peuvent se développer dans ces autres fréquences.

Quand je dis se développer je vous donne un exemple ; un bourdon regarde les fleurs à travers l’ultraviolet et est capable de regarder certaines fleurs d’une certaine manière afin de savoir vers quelles fleurs ils veulent aller, il prendra le nectar adéquat.

Nous ne voyons pas d’ultraviolets donc nous n’avons aucune idée que ce monde existe, et pourtant ces abeilles vivent leur vie, c’est leur réalité.

Alors est-ce que ces choses peuvent vivre dans d’autres fréquences, hum, bonne question, vous savez, il y a toutes sortes d’informations anecdotiques qui suggèrent que ce n’est peut-être même pas que des fréquences, vous savez, il y a eu un moment dans l’univers où les scientifiques ont spéculé sur l’endroit où la quantité de matière et d’antimatière dans l’univers aurait pu disparaître.

L’univers aurait pu aller dans l’autre sens ; nous vivons dans un monde que nous appelons matière, mais c’est l’antimatière qui aurait pu l’emporter, et la vie aurait pu évoluer exactement comme maintenant, sauf que c’est le contraire de la matière, dans le sens où c’est de l’antimatière, et nous vivrions dans un monde d’antimatière.

Peut-être que le monde dans lequel nous vivons maintenant est un monde d’antimatière, nous l’appelons simplement le monde de la matière parce que nous ne savons pas comment l’appeler autrement, mais ce que je veux dire c’est qu’il y a beaucoup de possibilités de réalité, et nous devons nous assurer que nous ne nous perdons pas dans ces mondes, et que tout d’un coup nous créons ces pseudo religions à ce sujet.

Vous savez, nous devons reconnaître qu’il y a des alternatives, il y a des réalités qui dépassent de loin notre compréhension, simplement parce que nous sommes un organisme biologique qui vit dans des limites très spécifiques, dans un paradigme très spécifique.

Mais toutes les choses dans l’univers ne sont pas confinées à ça, on parle de la vie qui existe dans une partie de notre système solaire et on s’attend à ce que d’autres formes de vie existent dans cette partie, mais on sait qu’il y a des formes de vie étranges sur notre propre planète en ce moment même, et si vous l’amenez là où vous et moi sommes, ce n’est pas vivable, elle mourra instantanément.

Je me souviens avoir pêché au large de la côte de l’Océan Indien il n’y a pas si longtemps ; un de mes amis a jeté une ligne et la ligne n’a fait que descendre et descendre.

Et tout d’un coup il a attrapé quelque chose, et il a commencé à la remonter et il a attrapé ce petit poisson.

Malheureusement ce poisson vivait si profondément dans l’eau, qui était son état naturel, très froid, très sombre, au moment où il a ramené le petit poisson à la surface, il était déjà mort, embolisé.

Le fait est qu’il a été amené dans un environnement hostile pour lui, ce que nous considérons comme notre environnement habitable ; de même il en est pour notre planète.

C’est un exemple concret, donc nous devons faire attention quand nous disons des choses comme, bien, tout ce que vous savez, c’est que les êtres vivants ne peuvent vivre, vous savez, que sur une planète qui est à une certaine distance de son soleil, avec tels ou tels températures et niveaux d’oxygène.

Nous devons penser au-delà de ça, il y a des exemples de formes de vie sur notre propre planète qui doivent vivre dans ce que nous considérons comme un environnement inhospitalier, si vous le comparez à notre environnement, c’est inhospitalier.

Vinnie : Excellent merci. Pouvez-vous nous parler d’une étude de l’AATIP sur un cas brésilien ?

Luis Elizondo : Ouais. Euh, il y en avait quelques-uns, je pense qu’il parlent de l’pération XYZ.

J’ai eu l’honneur d’être à une réunion quand le général Choi était là pour un débriefing, je dois faire attention de ne pas aller trop loin ici parce que ce rapport peut encore être sensible, mais il nous a fourni beaucoup de détails incluant certaines des victimes, des décès de certains de ses hommes suite à l’incident des couleurs euh, ainsi que des vidéos et des photos.

C’était très très convaincant et c’était bien connu et accepté par tous les chefs militaires, parce qu’ils étaient là pour cela sur une longue période de temps, ce n’était pas comme un incident de 5- 10 minutes et cela s’est produit sur plusieurs jours.

Donc oui je veux dire c’était très convaincant et c’était définitivement un des cas intéressants que nous avons regardé au Brésil, qui a fait un très bon travail.

En ce moment le producteur James Fox et moi parlons assez souvent et, vous savez nous partageons des choses et des pistes, je ne veux pas parler pour lui mais il est chaud sur le cas de certains trucs vraiment, des choses très intéressantes et je vais m’arrêter là.

Vinnie : C’est fantastique, ouais je suis intrigué par le cas Aguadilla Puerto Rico, 2013.

Notes Personnelles : Ce cas a été longuement étudié par le SCU, https://www.explorescu.org/post/2013-aguadilla-puerto-rico-uap-incident-report-a-detailed-analysis, qui conclut qu’à un moment donné le vaisseau se sépare entre deux. Mick West prétend que ce n’est qu’un effet de pixélisation)

Avez-vous étudié ce cas et pouvez-vous fournir des informations s’il est vrai ? Est-ce que le vaisseau se brise vraiment à la fin, ou est-ce possible que ce soit notre perception une fois qu’il touche l’eau ?

Luis Elizondo : On l’a étudié et c’était réel, filmé par un hélicoptère du DHS (Department of Homeland Security), et je connais l’installation militaire qui a été prise en charge, et le moment exact où ça s’est produit, c’est authentique.

Vous savez, il y avait quelques inquiétudes au départ parce que c’était à un moment, euh, intéressant et les Etats-Unis avaient des installations sensibles là-bas.

Oui, c’était réel, et pour ce qui est de la séparation dont vous parlez, il semble qu’il y ait des portions de vidéo où l’objet va sous l’eau sans faire d’éclaboussure, on parle de voyage transmédia, et il le fait en perdant de la vitesse, puis en ressortant à nouveau.

Pour ce qui est de se diviser en deux, on dirait que ce n’est pas un écho sur l’image, on dirait qu’il l’a fait, on ne sait pas ce que c’est.

Des personnes ont enquêté en toute honnêteté, ils avaient un argument très convaincant à propos de lanternes chinoises lancées pour un mariage à proximité, mais les vents n’étaient pas favorables, ce n’était probablement pas ces lanternes chinoises.

Mais j’apprécie le fait que des gens ont regardés cette vidéo d’une manière juste et objective, et qu’ils apportaient toutes les données sur les vents dominants et sur ce qui se passait à ce moment-là.

Je reçois tout le temps des trucs de gens à l’intérieur du gouvernement qui sont un peu effrayés et qui disent « hé, regardez ça, on vient juste d’attraper ça au-dessus d’une installation militaire » et parfois ce sont juste des ballons…des ballons qui ressemblent à un lâcher de ballons lors d’une fête, peut-être pour le 31ème anniversaire de quelqu’un, et le chiffre 3 se perd dans l’air, et maintenant que le 3 est tourné sur le côté, il ressemble à une sorte de forme étrange, et les gens commencent à paniquer…

Je suis heureux de dire que beaucoup de gens regardent ça, et je dirais aussi – pardonnez-moi car les gens vont me jeter des pierres – mais vous savez j’applaudis des gens comme Mick West, même si je ne suis pas nécessairement d’accords avec leurs conclusions tout le temps.

Il y a une différence entre fournir une opinion analytique et être concluant, mais je pense qu’il est important que nous ayons des gens qui essaient de trouver des explications parce qu’encore une fois c’est comme ça qu’on sépare le signal du bruit ; plus on observe, et plus on sait à quoi ressemble une technologie conventionnelle, et mieux c’est et plus c’est facile pour arriver à des conclusions.

Et c’est pourquoi je pense que des gens comme Mick West et d’autres nous rendent un merveilleux service.

Nous n’aimons pas nécessairement la façon dont ils le font, mais je pense qu’il est important que nous permettions aux gens d’avoir cette conversation, vous ne voulez pas vivre dans une chambre d’écho, même si vous n’êtes pas d’accord avec eux.

Nous voulons que toutes les voix soient entendues absolument.

Vinnie : Oui wow merci beaucoup. Je me souviens que j’ai une question ici sur mon pad … Suivez-vous les mises à jour actuelles en ce qui concerne la mystérieuse affaire du drone de Tucson ?

Luis Elizondo : Bien sûr …

Vinnie : Et qu’en pensez-vous ? En ce moment les dernières nouvelles que nous avons reçues sont des emails internes où ils disaient qu’ils avaient vu des pales de quad-coptère ?

Luis Elizondo : Donc si vous voyez des rotors, il y a des chances que ce soit une technologie conventionnelle, vous savez, c’est, je veux dire, c’est inquiétant pour une toute autre raison, un ensemble de raisons.

Cela signifie qu’il y a un adversaire qui utilise une technologie conventionnelle de conversion et qui a trouvé un moyen de faire rôder ces choses beaucoup plus longtemps et de les manœuvrer de manière plus efficace, d’une manière que nous avons vraiment du mal à comprendre.

Vous savez nous devons nous assurer que c’est ce qui a été vu, mais il y a de fortes chances que s’il y a des rotors associés, alors il y a de fortes chances que ce soit quelque chose de très conventionnel.

Nous avons besoin de voir ces emails. Je sais que Tom et d’autres ont vraiment une perspective très spécifique sur ce sujet, que je respecte, et je pense qu’ils ont parfois raison, je pense qu’il y a beaucoup de choses, vous savez, que nos adversaires étrangers développent et essaient d’améliorer cette technologie tous les jours ; ils développent des choses assez folles tout comme nous, vous savez, et parfois ils les testent pour voir notre réponse.

Ce n’est pas une surprise, nous faisons cela depuis 70 ans, donc je n’ai pas encore d’opinion ; s’il s’avère que ces emails sont légitimes, alors il y a des chances que ce soit un drone, c’est pourquoi nous devons être très prudents au début.

Je sais que lorsque nous voyons des données, nous sommes très tentés de sauter sur l’occasion et de dire voici un autre exemple, un ovni, mais je mets en garde tout le monde de ne pas agir ainsi.

Nous avons vraiment besoin de données, de beaucoup de données, et la bonne nouvelle est que ce sont ces mêmes données qui sont utilisées pour prouver qu’il s’agit juste par exemple d’un quadcoptère.

A la fin de la journée, peut-être que les mêmes données vous prouveront que c’est autre chose, et que vous avez quelque chose de vraiment révolutionnaire entre vos mains.  

C’est important, vous trouvez, vous savez, vous élargissez le champ, vous commencez à parler aux pilotes commerciaux qui ont pu être dans la zone à ce moment-là, et puis vous commencez à parler aux pilotes privés, peut-être à quelqu’un qui pilote un Cessna depuis la ville voisine, et c’est comme ça que vous obtenez des détails supplémentaires sur un incident comme celui-là.

(Inintéressant)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *