Nick Pope et Chris Lehto discutent des OVNIs, des UAPs, et en quoi 2021 était différent des 80 dernières années

Interview de Nick Pope par Chris Lehto, traduction par Toledo, le 20.12.2021 – Tous droits de traduction réservés.

Note

Dans cette vidéo, les intervenants parlent souvent du rapport anglais, vous pouvez le trouver ici

Introduction

Nick Pope a dirigé le « UFO Desk » du Royaume-Uni de 1991 à 1994 et a passé les décennies suivantes dans le domaine des ovnis. Il est bien connu pour son livre et son enquête sur l’incident de Rendlesham, « UK’s Roswell ». Dans cette interview, nous discutons d’une série de sujets, notamment de l’époque où il était à la tête de l’UFO Desk, de ses théories et de ses expériences dans le domaine depuis plus de 30 ans, et de son avis sur la question de savoir si le nouveau projet de loi sur la défense aux États-Unis fera une différence. Site Web de Nick Pope : http://nickpope.net/wpte19/ Compte Twitter de Nick : @nickpopemod.

Soutenez ma chaîne sur Patreon.com/chrislehto

Mon Twitter : @chrisotis78.

Merci de regarder et de lire, Salutations, Chris

Traduction

Quoi de neuf les gars, bienvenue sur la chaîne de Chris Lato, pilote retraité du F-16 devenu youtubeur spécialisé dans les enquêtes sur les OVNI. Je suis très excité de vous présenter cette vidéo aujourd’hui avec Nick Pope.

Nick Pope est un enquêteur sur les OVNI depuis des dizaines d’années, il était notamment connu comme le responsable des OVNI pour le Royaume-Uni, le ministère de la défense du Royaume-Uni, de 91 à 94, il dirigeait le bureau, c’était l’entité publique, mais il enquêtait sur les OVNI, les enlèvements d’aliens, les Crops Circles, et il a réalisé des centaines, voire des milliers d’entretiens avec des militaires, des personnes de confiance au sein du gouvernement qui ont déclaré avoir vu ces engins ou ces phénomènes étranges et avoir vécu ces expériences.

Il continue à le faire et il est très heureux malgré son emploi du temps chargé.

Il a écrit plusieurs livres, et il apaprait souvent dans The Basement Office, comme sur dans beaucoup d’autres médias et émissions de télévision.

J’apprécie tous les supports sur Patreon, vous pouvez adhérer pour seulement un dollar par mois, alors merci comme toujours à mes mécènes, je vous aime et aux publicités sur youtube, ce sont les deux seules formes de revenus de la chaîne, alors merci pour votre soutien, profitez de la vidéo.

Chris Lehto : Bienvenue Nick Pope, vous êtes évidemment un grand nom des interviews audiovisuels, vous êtes souvent au The Basement Office du New York Post, vous avez écrit de nombreux livres, vous êtes dans cette industrie depuis, je ne sais pas, trois décennies, donc merci d’être là.

Je vous ai invité dans l’émission parce que j’enquêtais sur l’OVNI de Turquie et j’ai découvert que votre nom revenait sans cesse vous avez été en Turquie, vous avez parlé avec Roger Leer d’après ce que j’ai appris, vous n’avez pas de connaissances spécifiques sur l’OVNI de Turquie, mais vous avez des connaissances sur les gouvernements en général et sur le phénomène OVNI, donc je suis très heureux de vous avoir dans l’émission pour parler vraiment de ce qui se passe, des récents événements du NDAA.

On va y venir sous peu. La première chose que je voulais aborder c’est rapidement… c’est ces trois rangées de UAP.

Vous avez des UFO filmés depuis un vol au-dessus de la mer de Chine méridionale… c’est juste un petit ajout rapide au début pour avoir votre avis, je suis sûr que vous l’avez vu sur Twitter.

Alors quel était votre consensus général sur ce sujet ?

Nick Pope : Même si vous pouvez expliquer et documenter sa provenance, je pense que c’est toujours une erreur de parier la forme sur une seule chose, je ne sais pas franchement, je sais ce que je ne sais pas quand je faisais ce travail pour le ministère de la défense britannique, quand on recevait des photos et des vidéos, on les envoyait simplement aux analystes en imagerie de la communauté du renseignement et ils faisaient leur magie (analye, etc.)

Ca pourrait être des flares d’avion de combat, je n’ai même pas de perspective sur la distance de la caméra et donc la taille des objets, mais les fusées éclairantes semblent convenir et comme toujours, on ne peut pas regarder une séquence comme celle-ci isolément, il faut déterminer sa provenance, mais aussi regarder la zone dans laquelle elle a été prise et la corréler avec les capsules de vol, les zones d’exercice militaire et ainsi de suite.

Et bien sûr, la plupart du temps, la réponse n’est pas extraterrestre, même si ce serait très amusant.

Chris Lehto : La réponse pour vous a-t-elle jamais été extraterrestre ?

Nick Pope : C’est une bonne question. La réponse n’a jamais été c’est définitivement extraterrestre.

Je vais la retourner, la réponse plusieurs fois dans le meilleur des cas a été : Je ne peux pas l’exclure, mais vous pourriez dire que c’est presque un débat philosophique sur la preuve du négatif, et ainsi de suite.

Je pense que la façon dont je le caractérise est qu’il y a beaucoup de preuves irréfutables dans certains de ces cas, mais je n’ai jamais rien vu qui puisse être considéré comme une preuve définitive que nous avons affaire à des extraterrestres, bien que, comme je l’ai dit, ce serait la plus intéressante des explications au mystère des OVNIs et certainement celle qui aurait le plus d’impact d’un point de vue sociétal.

Chris Lehto : Le gouvernement américain ou n’importe quel gouvernement détient cette information… Je pensais que c’était assez évident pour moi, ça ressemble à des fusées éclairantes de loin… Mais c’est très bizarre, je ne vois pas les avions… Mais il pourrait y avoir des petits drones.

Je suppose qu’il pourrait y avoir des missiles même sur un terrain qui les émettent, donc pour moi ça ressemble trop à des fusées éclairantes pour ne pas être des fusées éclairantes.

Donc ok je voulais juste sortir ça parce que je l’ai vu être beaucoup partagé sur les réseaux.

Voici des rapports intéressants dont on va parler, du gouvernement Anglais, j’en avais pris un de 2009.

Quand vous avez mentionné que vous travailliez au Royaume-Uni, vous savez, vous dirigiez le bureau des OVNIs, je suppose que c’est comme ça que vous l’appelez.

Nick Pope : Oui, ça conduit toujours à un peu de difficulté parce que le titre réel de mon travail à l’époque quand je travaillais, j’étais l’un des officiers de bureau dans une division appelée Secrétariat du personnel de l’air, bien sûr, ça ne veut rien dire pour la plupart des gens.

Donc de manière générique, le ministère lui-même et les médias ont tendance à utiliser des expressions comme le bureau des OVNI, le projet OVNI, le programme OVNI, même si nous ne l’appelions pas officiellement ainsi, mais comme je fais ce qui est écrit sur la boîte et ce que vous mettez à l’écran, il y a eu des résumés après mon passage dans ce programme, je devrais dire de 91 à 94, mais particulièrement après 2000 et après 2005, quand est entré pleinement en vigueur, la loi sur la liberté d’information, qui a évidemment joué un rôle énorme dans tout, et le ministère de la défense a dû produire ces résumés de l’activité annuelle, donc ce ne sont pas les données brutes.

C’est un collègue où je travaillais, qui entrait dans une base de données les détails, la date et l’heure d’un incident, une brève description de l’emplacement, vous savez… tout ce qu’il y a de plus basique.

Chris Lehto : Ok ouais intéressant je me demandais si c’était ce que tu as eu, je suis curieux de savoir si tu es rentré dans plus de détails, parce que ça ressemble juste à une petite note, quelqu’un répond au téléphone et écrit « Une très grosse boule qui ressemble à une boule de feu – L’objet était petit mais assez lointain, etc. et puis c’est à la fin.

Nick Pope : Comme je dis que ce sont des résumés qui ont été mis en base de données.

Les données brutes peuvent arriver sous n’importe quel format parfois, elles arrivent littéralement.

Nous avions une ligne téléphonique appelée familièrement la « hotline UFO » alors parfois les gens téléphonaient, et vous les interviewiez par téléphone, vous enregistriez tous les détails sur un formulaire standard qui était modelé sur les anciens formulaires de l’USAF, le Project Blue Book, pour enregistrer les détails.

Parfois nous recevions des lettres, parfois si ça venait d’une tierce partie, si ça venait d’une tierce partie, les gens signalent souvent des bases militaires ou des aéroports, parfois on recevait un appel militaire… Encore une fois, je faisais ça au début des années 90, on avait une machine à trier les incidents dans notre registre, et un des employés apportait tout un tas de signalement qui étaient sortis de la machine, et il y avait littéralement un grand nombre d’observation d’OVNI, et on partait de là.

Cela dépendait de ce que vous receviez, c’est-à-dire que souvent vous receviez des gens qui rapportaient quelque chose des mois après l’événement, et qui n’étaient même pas sûrs de la date exacte ; dans des cas comme ça vous ne pouviez pas faire grand-chose, ou dans les cas où quelqu’un avait vu des lumières blanches, vertes et rouges près d’un grand aéroport, encore une fois vous n’aviez pas tendance à passer beaucoup de temps dessus.

Mais là où nous avions des cas d’officiers de police, de pilotes, de personnel militaire, où nous avions des données corroborantes en termes de radar, par exemple ou de photos et de vidéos, alors nous pouvions faire un peu plus.

Chris Lehto : Nous avons essentiellement pris toutes ces données, et il semble qu’elles soient devenues publiques, donc quand je faisais référence à l’OVNI de Turquie, j’ai trouvé cette archive ici, un phénomène aérien non identifiés dans la région de défense aérienne du Royaume-Uni, résumé exécutif, un mémorandum scientifique et technique.

Donc d’après ce que j’ai compris vous avez eu un rôle dans la production des informations de ce document, je veux dire qu’il est sorti en 2000, évidemment vous êtes parti avant, mais quelle était votre relation avec ce document.

Nick Pope : C’est quelque chose de familièrement connu sous le nom de Projet Condign, je veux dire que, eh bien, je dis familièrement que ce mot de code est sorti de la machine à générer aléatoirement des mots, c’est pourquoi nous finissons par appeler les choses par des noms bizarres, par exemple, notre contribution à la guerre du Golfe persique s’appelait « Opération Granby », euh la guerre des Malouines s’appelait « Opération Corporate ».

Donc pour une raison quelconque ils m’ont dit que c’était aléatoire, j’ai quelques soupçons, mais Condyne est sorti du générateur de mots de code et j’ai été impliqué en 1993.

Je me suis assis avec mon homologue de l’état-major du renseignement de défense du MOD, et nous avons dit « Ecoutez nous avons un problème ici. Le problème c’est que nous enquêtons au cas par cas, mais personne ne prend de recul et n’examine la situation dans son ensemble. Faisons, faute de mieux, une véritable évaluation du renseignement, non pas d’une observation individuelle, mais du phénomène dans son ensemble ».

Et c’était très difficile pour toutes sortes de raisons politiques et de ressources.

Nous étions en train de préparer une évaluation complète des renseignements avec, comme vous pouvez le voir, un niveau de classification assez élevé.

Je pense que c’était un document secret, réservé aux yeux du Royaume-Uni, oui, euh, donc sa sortie été retardé et, comme vous l’avez dit, j’ai été affecté à une autre division avant que ce document ne soit produit, donc je n’ai joué aucun rôle dans sa rédaction, mais je l’ai mis en place et une chose que les gens peuvent voir immédiatement, c’est que nous utilisions l’expression  » Phénomènes Aériens Non Identifiés  » (UAP).

Nous n’avons pas inventé ce terme, il utilisé depuis des années.

Nous nous étions dit que nous n’allions pas pouvoir convaincre les ministres de la défense et financer des évaluations de renseignements sur les OVNI, mais si nous reformulons la question et la leur présentions comme un problème de sécurité aérienne et de sécurité nationale, nous pourrions obtenir leur adhésion.

NOTE de TOLEDO : Et c’est là que nous comprenons que Luis Elizondo en fait n’a rien inventé, pas plus que les Sénateurs Américains qui viennent exactement d’effectuer la même démarche. J’ai retrouvé un article de Wired écrit en 2006, qui parlait du rapport anglais :

Et c’est exactement ce que nous avons fait, nous avons fait ces briefings où nous avons parlé d’UAP, et c’est la terminologie que nous avons utilisée dans ce rapport et vous pouvez voir, non seulement à partir de cela, mais aussi à partir de certains des documents qu’il contient, que le langage reflète assez clairement certains des termes de l’ATIP et, par exemple, les dérivés technologiques que nous espérions voir apparaître grâce à une meilleure compréhension de ce à quoi nous avions affaire.

Si vous regardez la lettre de Harry Reid du 24 juin 2009 au secrétaire adjoint à la défense, certains termes sont presque exactement les mêmes que dans le résumé exécutif du projet Condign, où il est question de réduction de la signature et d’armement RF, et ainsi de suite, tout est là, et juste pour mettre la cerise sur le gâteau, en janvier je crois, et c’était à titre privé après avoir pris une retraite anticipée du MOD, mais en général, pardon, en juin 2011, j’ai assisté à une réunion à huis clos à Washington, où un ancien directeur de la CIA était présent, un ancien chef de cabinet de la Maison Blanche était présent et je les ai mis au courant de tout cela, et une des choses qui les intéressait le plus était l’utilisation de l’expression « UAP » comme un moyen de se débarrasser du bagage de la pop culture et de le recadrer, comme une question de défense et de sécurité nationale.

NOTE de TOLEDO : Et c’est là que cela confirme que le gouvernement Américain n’a jamais cessé son étude sur les OVNIS, quoi qu’ils soient…

J’ai dit ce que nous avons fait et pourquoi, ce qui a abouti à ce que vous avez vu par la suite, ce dont Hillary Clinton a parlé dans l’expression UAP, que John Podesta a parlé, ce que l’ATIP et l’AAWASP ont utilisé par la suite, et je n’essaie pas de m’attribuer le mérite de ce qu’ils ont fait, mais je dis qu’ils ont clairement adopté notre terminologie pour exactement les mêmes raisons, et en effet, j’ai noté, je suppose, qu’un porte-parole de la marine américaine a dit que l’U.S. Navy avait utilisé l’expression UAP.

Je crois qu’un porte-parole de la marine américaine a dit dans l’un des articles, je crois que c’était avec Steven Greenstreet du New-York Post, que « UAP » est une expression que nous avons acquise du gouvernement britannique.

Chris Lehto : Où l’avez-vous trouvée exactement, où est-ce que « UAP », où est-ce que le gouvernement britannique l’a trouvée ?

Nick Pope : Oh, elle circulait dans la communauté des OVNIs depuis des décennies.

Pour des raisons politiques, il avait été utilisé avant aux USA dans la communauté civile des OVNIs, probablement dans les années 60, si ce n’est avant.

Chris Lehto : Pensez-vous que ça a marché d’utiliser ce mot UAP ? Pensez-vous que ça a enlevé un peu de stigmatisation, est-ce que ça a fait quelque chose ?

Nick Pope : 100 % ! Si vous regardez le langage utilisé aujourd’hui, pouvez-vous imaginer des gens comme Marco Rubio ou Kirsten Gillibrand disant qu’ils veulent avoir une conversation avec le peuple américain sur les OVNIs ?

Parce que je ne peux pas, mais ce que je peux imaginer, et c’est ce qu’il se passe, ils disent : « Regardez, la marine américaine a des vidéos, des pilotes et des opérateurs radar voient et suivent ces choses, des phénomènes aériens non identifiés sont dans notre espace aérien, c’est la Russie, c’est la Chine, c’est quelque chose d’autre que nous devons comprendre »

Et tout le monde dit : « Oui, bien sûr, j’ai compris, mais c’est votre façon d’entamer une conversation sérieuse sur le sujet ».

Chris Lehto : C’est drôle, quand on dit « OVNI », les gens n’écoutent pas encore, mais avec UAP maintenant on peut avoir une discussion sérieuse parce qu’on parle de phénomènes aériens non identifiés.

Nick Pope : Oui c’est un phénomène, c’est une chose, ça a l’air scientifique…

Chris Lehto : Oui c’est un phénomène et c’est aérien, ça aurait pu être un vol non identifié.

Nick Pope : Je pense qu’un phénomène ou un phénomène au pluriel est mieux qu’un objet parce que certaines choses rapportées comme étant des OVNI s’avèrent être des phénomènes.

Par exemple, le rapport final du projet Condign avance la théorie selon laquelle des plasmas atmosphériques exotiques pourraient expliquer certaines des observations, et selon la définition littérale du dictionnaire, un plasma n’est pas un solide, donc ce n’est pas un objet, donc oui, l’UAP est meilleur à presque tous les niveaux.

Chris Lehto : Je pense que oui. Au début j’ai pensé que c’était un peu ridicule qu’ils aient changé le nom, mais je suis d’accord avec vous, je pense que les humains sont un peu ridicules… et vous avez mentionné le plasma, j’ai été surpris que le rapport soit si approfondi, j’ai été très surpris de voir à quel point il était approfondi… J’ai été très surpris de voir à quel point il était approfondi en passant en revue toutes ces sortes d’effets, d’anneaux de vortex, de plasma ionosphérique, de mirages optiques, d’aérosols de poussières chargées, de formes et d’ombres projetées, c’est très intéressant.

Savez-vous ce que sont toutes ces choses, ce qu’est un anneau de vortex lié, vous souvenez-vous de ce que c’est ?

Nick Pope : Des armes non létales et des choses comme ça, mais je ne me souviens plus des détails.

Maintenant mais beaucoup de gens n’ont toujours pas une compréhension définitive de ce qui se passe en particulier dans les parties supérieures de notre atmosphère, avec toutes sortes de plasmas et d’autres phénomènes qui sont à mi-chemin entre la foudre et quelque chose d’un peu plus exotique, mais encore une fois, j’ai peur de ne pas savoir ce que je ne sais pas, je passe tout ça aux spécialistes.

Et vous savez que c’est une des bonnes études, mais il y a eu quelques problèmes aussi, et le problème, vous le connaissez probablement bien vous-même.

L’auteur principal de l’étude n’a pas fait de recherche documentaire sur certains de ces sujets, et n’a pas eu beaucoup de conversations avec des physiciens de l’atmosphère ou des météorologues, par exemple, et quand ces conversations ont eu lieu, il a dû déguiser ça en quelque chose d’autre.

Vous n’arrivez pas dans une situation où vous dites « Bonjour, je suis de l’état-major des renseignements de la défense, nous faisons une étude hautement confidentielle sur les OVNI et nous voulons comprendre ce que ce que les gens peuvent voir d’autre ? »

Non, ils ont dit qu’ils voyaient des choses, et peut-être cela peut créer des problèmes de sécurité aérienne, je sais qu’il y a beaucoup de choses là-haut, nous cherchons à mieux gérer tout ça ; mais le moment où vous commencez à vous mélanger, vous vous éloignez un peu de la cible…

Chris Lehto : Oui, restez sur la cible…

Nick Pope : Absolument, je n’ai pas pu résister à ça, désolé…

Chris Lehto : J’étais aussi intéressé par ces rapports, vous savez, les effets des ondes radio sur les humains, les équipements électriques et électroniques et les objets, puis une vue d’ensemble des effets des champs magnétiques sur les humains.

Nick Pope : C’est intéressant, et j’ai été intéressé de voir ça aussi.

Chris Lehto : Vous souvenez-vous de beaucoup de recherches ou de votre point de vue sur ce que les gouvernements pensent de ces effets sur les humains ou des effets des UAP que nous voyons ?

Nick Pope : Oui, on sait depuis longtemps qu’il y a une poignée de cas extraordinaires d’OVNI où il y a des effets physiques et physiologiques sur les témoins.

Un cas très évident, en fait ils se produisent presque l’un après l’autre, ce qui est intéressant, l’incident de la forêt de Rendelsham en décembre 1980, et l’incident de Cash Land Room, encore en décembre 1980.

Et parallèlement à cela, ces effets ont également été bien documentés, et il se retrouve même dans la science-fiction, parce que vous le voyez dans le film « Rencontres du troisième type » ; il est connu qu’à l’occasion il y a eu des effets, par exemple sur les moteurs de voiture, des moteurs de voiture se sont arrêtés après des rencontres très proches et les gens ont spéculé sur le fait que c’était le résultat délibéré ou une conséquence involontaire d’un champ électromagnétique d’une sorte ou d’une autre.

Et nous avons estimé que dans une évaluation correcte du phénomène par les services de renseignements, vous ne pouviez pas simplement choisir, vous deviez tout examiner, et il n’y a aucun doute sur le fait que ces effets ont été observées.

Le fait que ces choses ont été rapportées est lié à l’idée que, en particulier lorsqu’il s’agit de l’idée que certains OVNIs pourraient être attribuables à des hallucinations, la question se pose de savoir s’il y a quelque chose chez les témoins individuels qui les prédispose à ça, ou s’il y a un véritable stimulus physique externe qui les amène à interpréter cela et à réagir de différentes manières.

En d’autres termes, il faut enquêter sur l’observation, enquêter sur le témoin, et il est fascinant de voir que j’ai mentionné des parallèles avec l’AATIP, si vous regardez la liste des 38 documents de recherche de la défense et des services de renseignement qui ont été produits par le programme AATIP / AASWAP.

 L’un des titres, peut-être deux des titres, « Effets des champs magnétiques sur les humains », c’est pratiquement du mot à mot, donc c’est connu depuis longtemps, nous, au MOD, nous ne prétendions pas avoir de réponses, mais nous pensions que c’était une question qui valait la peine d’être posée, et il est clair que les gens de l’AATIP / AASWAP le pensaient aussi.

Chris Lehto : Ayant dirigé votre propre programme, comme l’AATIP, quel est votre point de vue, vous savez, sur le Dr.James Lacatski, sur l’enquête du gouvernement dans son ensemble sur ce phénomène ?

NOTE DE TOLEDO : Le Dr. James Lacatski a coécrit un livre un peu délirant, « Skinwalkers at the Pentagon: An Insiders’ Account of the Secret Government UFO Program ». Je l’ai même traduit…

Nick Pope : Je pense que je devrais dire dès le départ que bien qu’il y ait quelques parallèles entre le travail que je faisais à l’AATIP, je pense que le plus grand parallèle avec le travail que je faisais était probablement avec Blue Book parce que nous étions un programme public, c’est à dire que bien qu’une partie de notre travail était classifié, notre existence était bien connue, comme le projet Blue Book, vous pouviez littéralement décrocher le téléphone, notre numéro de téléphone était sur chaque base militaire, chaque aéroport, chaque poste de police dans le pays parce que c’est le genre d’endroits où les gens faisaient des rapports, et comme je l’ai mentionné plus tôt, nous avons même utilisé à peu près exactement le même modèle pour enregistrer les informations que Blue Book.

C’est compliqué concernant les coauteurs de James Lakatsky, Colin Kelleher et George Knapp.

Dans un sens c’est un livre très important, et je pense qu’il jette une nouvelle lumière sur certaines choses qui se passaient particulièrement en relation avec le ranch de Skinwalker, mais il jette aussi toutes sortes de nouvelles questions, comme où était le centre de gravité du côté du gouvernement américain dans cette affaire, était-il avec l’AASWAP ou avec l’AATIP ?

Et quelle est exactement l’interrelation entre les deux, parce que jusqu’à aujourd’hui, si vous parlez aux gens des relations publiques du DOD, ils vous diront leur ligne officielle, bien que leur ligne ait été fausse auparavant et qu’ils aient fait volte-face sur ce sujet, mais leur ligne actuelle est la même.

Leur version actuelle est que le seul produit de l’AATIP était un contrat appelé AASWAP, et que le seul résultat de ce contrat était les 38 études, alors que le livre de Lakatsky – Kelleher – Knap est évidemment différent, et dit qu’il y avait beaucoup plus.

Je pense qu’une des questions évidentes est que Robert Bigelow est intimement impliqué dans cette affaire, ayant dirigé son institut national pour la science de la découverte, puis ayant créé son nouveau groupe d’études spatiales avancées Bigelow Aerospace juste avant l’AASWAP, avant que l’appel d’offres pour le contrat AASWAP ne soit lancé, il y a des questions sur le point de savoir quelle part de ce contrat était un travail gouvernemental et quelle part était le projet passionnel de Robert Bigelow.

La personne qui devait veiller à ce que ce contrat soit respecté dans les temps et dans les objectifs était le représentant de l’agent contractant, le problème est que le représentant était Lykatsky, alors voici le noyau, oui, oui, oui, alors il y a des questions sur la part de ce que la DIA voulait vraiment et pensait obtenir, et quelle part de tout ça n’est que projets passionnels de Robert Bigelow.

James Lakatsky lui-même, qui bien sûr dès le début confesse qu’il a eu une expérience à Skinwalker et qu’il a vu une sorte de mouton bizarre dans la pièce et que personne d’autre ne l’a vu, donc il y a des choses fascinantes là-dedans, mais mon Dieu… Il y a plus de questions que de réponses.

Chris Lehto : Oui, ça me rappelle que j’ai souvent entendu ça quand j’ai commencé à enquêter, les gens me disaient de ne pas m’approcher de l’étrange, parce que je ne croyais pas aux OVNIs, je n’y ai même pas pensé jusqu’à ce que vraiment… l’année dernière, en décembre, quand j’ai vu l’interview de David Fravor avec Lex Friedman. Avant ça, je n’y avais jamais pensé.

Comment faire la différence entre ce qui est « bizarre » et ce qui ne l’est pas ?

Nick Pope : C’est difficile parce que je ne suis pas un scientifique. C’est difficile de savoir où est la limite entre la physique théorique avancée et le « bizarre ».

NOTE DE TOLEDO : Je mets ma tête à couper qu’aucun scientifique ne puisse indiquer ce genre de « limite » … ;>)

J’ai mentionné plusieurs fois ces 38 projets, et ils sont listés dans la lettre du 9 janvier 2018 de la DIA au Congrès, et quand vous regardez les titres de ces projets, c’est la DIA qui dit au Congrès : « Voici ce que nous avons fait sous ATIP/AASWAP « .

NOTE DE TOLEDO : Pour rappel, ce document a été ressortit selon suite à une demande FOIA. Voici sa source officielle de ce document :

https://irp.fas.org/dia/aatip-list.pdf

Extraits des 38 projets :

Nick Pope : La gravité l’invisibilité, la distorsion, les trous de ver, bien vous savez comment je ne sais pas si c’est du « bizarre » ou si c’est de la physique théorique, que même la plupart des physiciens n’ont pas encore compris, et les gens bien sûr disent toujours – C’est une de mes bêtes noires – C’est contraire aux lois de la physique, et ce qu’ils ce que je pense qu’ils veulent dire par de telles déclarations c’est que c’est contraire aux lois de la physique telles qu’elles sont actuellement comprises et acceptées par le courant principal de la communauté physique.

Mais il y aura toujours des gens qui repousseront les limites, il y avait un gars appelé Einstein qui a fait exactement ça, et il aurait probablement été considéré comme un peu fou avec certaines de ses théories (NOTE : C’est exactement le cas d’ailleurs…) et qu’est-ce qu’on lit, littéralement la semaine dernière, certaines de ses théories sont encore, vous savez, en cours de validation expérimentale, donc je ne sais pas, mais ces sortes de choses sont là, la DIA l’a eu et l’a fait, et maintenant le Congrès est informé de ça.

Je ne sais pas si l’antigravité est ou n’est pas une chose possible, mais ce que je sais, c’est que certains physiciens théoriques disent que c’est possible, alors comment un humble employé de bureau comme moi peut répondre à cette question ?

Ma simple réponse est de hausser les épaules et de dire : « Désolé, patron, je n’en ai aucune idée ».

NOTE DE TOLEDO : La seule réponse scientifique valable est la suivante : « Il est impossible de répondre, car ces sujets sont actuellement après la limite de notre horizon des connaissances. Nous ne pouvons faire que des spéculations ».

Chris Lehto : Lors de votre activité au gouvernement Anglais, pour faire des progrès, pensez-vous qu’ils avaient les ressources nécessaires ?

Nick Pope : Non, je pense qu’il aurait toujours pu en avoir plus, mais le fait est que, et c’est là que je pense que les gens ont récemment – Et pas seulement le ministère de la Défense – Essayé de jeter un peu d’ombre sur Louis Elizondo, en disant que c’était un petit effort sans moyens importants, il n’était pas vraiment financé.

Vous n’avez pas besoin de fonds, ce dont vous avez besoin c’est d’un accès aux ressources et aux capacités et bien sûr, le ministère de la Défense du MoD et les États-Unis ont déjà toutes les ressources et les capacités nécessaires pour mener à bien un véritable programme sur les OVNI.

L’accès à l’imagerie satellitaire, aux données des capteurs, aux données des centres d’alerte précoce des missiles balistiques, vous savez, aux radars de poursuite dans l’espace, aux radars de défense aérienne conventionnelle, tout cela est déjà là, tout ce dont vous avez besoin c’est de temps.

c’est comme Seti avec l’astronomie ils n’ont pas eu besoin de construire de nouveaux télescopes, ils ont eu besoin de temps d’utilisation sur les radiotélescopes existants, donc, pour répondre à la question, oui bien sûr j’aurais aimé avoir plus de ressources, mais tant que j’avais la capacité de puiser dans ce dont j’avais besoin, littéralement pour obtenir des détails, prendre le téléphone et dire « Hé nous avons un rapport fascinant d’ovni de 400 heures hier, voici la latitude et la longitude, s’il vous plaît, vérifiez le radar ».

Donc tant que j’avais ça j’étais raisonnablement heureux.

Chris Lehto : Ouais donc il semble que vous aviez l’accès que vous demandiez, vous ne vous heurtiez pas à des murs de briques partout où vous alliez pour essayer d’enquêter sur ces cas ?

Nick Pope : Non le mur de briques auquel je me suis heurté cependant était un mur d’attitude, une sorte de « Ce n’est pas possible !», de la part de cadres supérieurs qui pensaient que ce n’était pas une utilisation appropriée des ressources de la défense en premier lieu, et que je n’étais pas le seul à être pris dans cette bataille, qui durait depuis les années 50 dans le MoD.

Chris Lehto : Quand j’ai fait des recherches sur ce sujet, je suis sûr parce que ça va revenir, j’ai entendu dire que c’était une photo truquée, vous savez que de la vague belge ?

Nick Pope : Oui je veux dire c’est une photo très, très célèbre.

Je sais qu’il y a quelques années quelqu’un s’est présenté et a dit « oui, j’ai fait un canular » et ça a été accepté comme « un type a dit qu’il avait fait un canular », donc c’est expliqué.

Je n’ai pas examiné ces affirmations, je n’ai pas eu le temps, j’étais pris par d’autres choses.

Vous savez, c’est du passé, mais mon point de vue est toujours : « N’acceptons pas que quelqu’un lève la main et dise : j’ai fait ça, j’ai fait un canular, j’ai truqué ».

Ne considérons pas ça comme une affaire classée, traitons ça exactement de la même façon que vous traiteriez la déclaration originale, enquêtons, voyons si la personne peut apporter des preuves, comme « Voici la caméra, voici mes négatifs originaux, voici comment je l’ai fait ici », dans des conditions contrôlées, c’est moi en train de le reproduire.

Et je ne sais pas dans quelle mesure tout cela a été fait dans la communauté des OVNI, par des sceptiques, des croyants ou des agnostiques, et je ne sais pas si ça a été fait par quelqu’un en dehors de la communauté des OVNI, qui n’avait peut-être pas un chien dans cette chasse particulière.

Donc je ne sais pas, oui j’ai entendu les histoires, et j’ai mentionné mazzent tout à l’heure, et pour les non-spécialistes techniques, ils regardent les mesures et l’intelligence de la signature, donc l’idée qu’à travers une gamme d’équipements que le gouvernement possède, depuis les radars optiques, électro-acoustiques, le gouvernement peut prendre des mesures de ce genre.

La communauté du renseignement militaire et le Royaume-Uni est très bon dans ce domaine, tout comme les États-Unis, et peut souvent, si quelque chose est un canular, dire très rapidement : « Oh, vous savez quoi ? » « Oui, ça a été fait en utilisant ce programme informatique », et de nos jours, avec Photoshop et d’autres outils, il est parfois encore plus facile de repérer un faux parce qu’il y a des empreintes digitales que les gens laissent.

Dans les anciens temps, c’était soit littéralement quelqu’un qui avait jeté quelque chose en l’air et l’avait photographié, soit quelqu’un qui l’avait suspendu avec un morceau de ficelle ou de ligne de pêche, quelque chose comme ça, soit quelqu’un qui avait fait une double exposition.

Chris Lehto : Qu’est-ce qu’une double exposition ?

NOTE DE TOLEDO : Merci de lire l’article sur ce lien, notamment ceci :

http://adelmon.free.fr/Chauvet/Lac_Chauvet_7.html

Nick Pope : Je suis désolé, c’est juste une technique photographique de, vous savez c’est un peu comme un effet de réflexion, mais de nos jours bien sûr avec les ordinateurs vous pouvez faire tellement plus, et j’ai vu des faux étonnants, mais je sais aussi que les ressources et les capacités d’analyse d’imagerie des experts du gouvernement peuvent jeter un coup d’œil à ce genre de chose, et vous savez, évidemment l’accès aux caméras originales aide, et si ce n’est pas l’accès à l’appareil,  au moins connaître la marque et le MoDèle.

Je sais que c’était une très longue réponse à une courte question, oui j’ai vu la photo, j’ai vu la revendication que c’était un canular, je ne sais pas ce qu’il y a de vrai derrière ces affirmations.

Chris Lehto : C’est intéressant parce que ça m’arrive souvent de traiter avec les démystificateurs. Ils choisissent un aspect de l’affaire, un petit détail, et ils montrent que ce n’est pas vrai, et ils disent qu’il faut tout rejeter, tu sais, jeter le bébé avec l’eau du bain…

Tu sais, parce que la Belgique, le cliché vient d’Europe centrale, il a dit que la photo est fausse, mais qu’il y a aussi des données radar et des centaines de témoins, des flics, des pilotes, etc…

Mais vous savez, encore une fois, j’apprends à connaître tous ces cas, c’est nouveau, mais cela semble être un cas très convaincant, ou du moins dans les observations de masse…

Nick Pope : C’est un bon cas, et je pense que le point qui vient d’être soulevé est un bon point.

Si vous regardez l’évaluation préliminaire de l’ODNI du 25 juin sur les OVNI, l’une des principales conclusions est que beaucoup de ces observations d’UFO sont détectées par de multiples capteurs, et c’est exactement ce point, ce sont des observations visuelles de pilotes comme David Fravor, mais corroborées par des radars militaires, corroborées par des images FLIR.

John Lee Ratcliffe a soulevé la question des données satellitaires dans une interview, il y a environ un an maintenant, et oui, c’est là, je ne me souviens plus du numéro de la page, peut-être que c’est trois ou cinq, quelque chose comme ça, mais il est dit « détecté à travers de multiples plates-formes », un autodirecteur d’arme électro-optique et ainsi de suite…

NOTE DE TOLEDO : C’est à la page 3 du rapport qui est ici

Chris Lehto : Oui, il y avait 80 rapports ici sur ces 144 rapports avec des capteurs multiples.

Hum ouais comme vous l’avez mentionné, je suis complètement d’accord, vous savez cette image que j’ai montré au tout début la vidéo, des trois rangées d’UAP, vous savez, même si c’était, disons que c’était un UAP, on n’a pas pu l’identifier.

Du moins je n’ai pas pensé que c’en était un, je pense que c’était des fusées éclairantes, mais en fait ce n’est toujours pas suffisant, comme tu l’as dit, ce n’est qu’une seule source.

Nick Pope : Bien sûr, si le point de vue d’un sceptique est que certains UFO sont des erreurs d’identification et que d’autres sont des canulars, ma réponse est la suivante : Dites-moi que c’est quelque chose que je ne connais pas !

Ce ne sont pas ces cas qui m’intéressent, ce sont les cas sur lesquels je veux enquêter, et ce qui m’intéresse c’est de les démystifier et de les retirer de la table moi-même pour que nous puissions nous concentrer sur ce que vous pourriez appeler le phénomène central, et dire quel est le phénomène central.

Chris Lehto : Ouais je pense que c’est vraiment puissant, ici il y a je pense 18 incidents décrits dans 21 rapports, où ils avaient des mouvements inhabituels d’UAP, ou des caractéristiques de vol étranges.

Est-ce que vous vous souvenez, je suppose de manière anecdotique, est-ce que vous avez rencontré beaucoup de cas où vous aviez des données multiples, des sources multiples et vous avez vu ce genre de manœuvres inexplicables ?

Nick Pope : Oui, je veux dire et je ne suis pas sûr que ce fût multiple… A l’époque où je faisais ça dans les années 90, souvent le mieux que vous pouviez espérer est que, un pilote militaire qui vous disait que ça s’était passé, et ensuite vous avez une cible radar non corrélée qui corrobore le compte-rendu visuel, mais oui, nous sommes tombés sur ça, nous sommes certainement tombés sur ça, j’ai interrogé de nombreux pilotes, aussi bien des pilotes de ligne que des pilotes militaires, des avions de transport, des jets d’interception, etc…

J’ai entendu des pilotes d’avions dire qu’ils avaient été dépassés par ces choses, j’ai entendu des pilotes d’avions dire qu’ils avaient essayé de s’approcher pour mieux observer, et cela a été décrit un peu comme en Belgique, une espèce de jeu aérien du chat et de la souris.

Et une ou deux choses qui ressortent, et je cherche toujours les modèles, mais une ou deux choses qui ressortent souvent chez les témoins au sol, quelque chose qui revient souvent dans beaucoup de rapports convaincants, c’est un bourdonnement de très basse fréquence, dont certains ont dit qu’il pouvait être le signe d’un type particulier de moteur, ou qu’il pouvait s’agir de quelque chose de semblable.

Nous avons discuté plus tôt des champs électromagnétiques, peut-être une sorte de système de propulsion exotique, ou une source d’énergie, je ne sais pas, mais c’est un fil conducteur avec les observations des pilotes, et en fait avec certaines des observations au sol aussi, quelque chose de très commun est que quelqu’un dira :  » Oui, je suivais cette chose en me rapprochant pour mieux la voir et soudain, elle a accéléré vers l’horizon, au-delà de l’horizon, hors de vue, vous savez, en un instant, hum, c’est l’un des cinq observables de Luis Elizondo, je suppose, et certainement, et c’est intéressant, quand vous regardez les rapports des témoins au sol, l’une des choses qui est rapportée, ou plutôt qui n’est pas rapportée, ce qui est intéressant en soi, c’est que je ne me souviens pas, dans aucun de mes dossiers, d’un de ces incidents où quelqu’un a dit qu’il y avait un boom sonique.

Chris Lehto : Humm oui, vous n’en connaissez pas un seul…

Nick Pope : Je ne me souviens pas d’un seul cas dans mes dossiers au MOD ou même dans ceux de mes prédécesseurs, où quelqu’un nous a rapporté au MOD qu’il a vu cet OVNI très lentement, puis qu’il a accéléré rapidement, et que le bang sonique a fait trembler les fenêtres voisines, je ne me souviens pas d’un seul cas où cela a été rapporté.

L’absence de boom sonique est importante en soi dans les accélérations décrites souvent par des témoins militaires, je veux dire que je me suis littéralement assis avec des gens sur des bases d’avions à réaction qui m’ont dit : « Vous savez, c’est mon travail, je vois des avions à réaction tous les jours, et quand je vous dis qu’il y a des ordres de grandeur au-dessus et au-delà de ça en termes de vitesse, d’accélération et de changement de direction, c’est ce que je veux dire, vous savez, des vitesses maximales élevées et pourtant aucun bang sonique ».

Chris Lehto : Aucun son, et j’ai entendu que vous avez mentionné le faible bourdonnement, mais il semble que le plus souvent c’est totalement silencieux…

Nick Pope : Peut-être qu’ils sont juste plus éloignés, oui je pense que la distance est un facteur, les conditions météorologiques, en particulier la direction du vent, sont un facteur que je n’ai jamais pris en compte, je pense que particulièrement avec beaucoup de gens qui décrivent ce bruit comme un bourdonnement très bas, assez silencieux, une personne, un témoin militaire que j’ai interviewé, qui s’est approché très près d’un de ces engins sur une base de l’armée de l’air royale, a dit : « Je ne sais pas ce que c’est ».

Il a dit qu’il n’a pas seulement entendu ce son mais qu’il l’a senti, et il a dit que c’était profondément désagréable, un de ces sons de très basse fréquence qu’il pouvait sentir se réverbérer dans son corps, et il l’a comparé à un concert de rock où vous vous êtes approché trop près du haut-parleur, et vous pouvez le sentir aussi bien que l’entendre ; il a dit que c’était comme ça.

Chris Lehto : Wow intéressant et est-ce que c’était, si vous pouvez vous rappeler, un orbe ou quelque chose d’autre ?

Nick Pope : C’était un grand vaisseau de forme triangulaire, et je veux dire une sorte de triangle plat, pas un triangle pyramidal.

Chris Lehto : Excellent et quand vous entendez ça Nick, qu’est-ce que vous pensez quand vous entendez ces histoires, vous savez interroger les gens, est-ce que les croyez ou pas ? Quel est votre consensus général ?

Nick Pope : Oh je les crois, particulièrement quand ils viennent de témoins militaires en service, qui nous rapportent ça au MOD et qui mettent en mouvement une série d’événements, au fur et à mesure que l’enquête progresse.

Il y aurait des conséquences sur la carrière de ces personnes, vous savez, elles ont des grades différents.

Peut-être que vous pourriez comprendre, je ne veux pas donner trop d’importance au grade, mais peut-être que vous pourriez comprendre qu’un soldat, qui s’ennuie pendant son service de garde, fasse une farce à certains de ses camarades, et que tout cela devienne un peu hors de contrôle.

Mais quand vous avez des officiers qui font des rapports, surtout, lorsqu’il s’avère que vous avez des preuves corroborantes en termes de radar, oui je veux dire absolument, je les crois et je pense que ça vous amène à une position très intéressante avec beaucoup de certitudes, parce que toutes les choses habituelles que vous pouvez regarder, et dire que nous savons, je veux dire que je le sais personnellement de mon travail au MOD, mais depuis le Project Blue Book, mes prédécesseurs d’autres pays qui ont exécuté des programmes de collectes de témoignages comme celui-ci, vous connaissez tous les suspects habituels : Feux d’avion, les ballons météorologiques, les météores, les satellites, les étoiles brillantes et les planètes etc, etc…

Avec ce genre de rapports, il n’y a pas beaucoup de place pour l’expliqué, donc soit vous avez affaire à un prototype secret de technologie aérospatiale terrestre, vous savez de notre propre fabrication, ou alors une technologie adverse engagée dans une sorte d’espionnage, soit c’est extraterrestre, par manque d’un meilleur terme, ou si vous adhérez à certaines des autres théories exotiques qui existent, vous savez inter- inter-dimensionnelles, le voyage dans le temps, peu importe, mais comme je l’ai dit, il n’y a pas beaucoup de doutes sur la qualité quand on reçoit ce genre de rapports.

Chris Lehto : Oui, nous devrons y revenir. C’est une excellente pensée, parce que c’est le cas, j’y ai pensé aussi et c’est en quelque sorte lié à la question de rester loin du monde « bizarre » et virtuel.

C’est difficile car ce n’est pas une sorte d’état zéro ou un

Nick Pope : Comme je l’ai dit, ça nous ramène à cette chose : la plupart des gens qui disent ça ne sont probablement pas des physiciens. Si quelqu’un avait dit à Michio Kaku et à d’autres physiciens théoriques, il y a une génération, de rester loin du monde « bizarre », ils n’auraient jamais construit le grand collisionneur de hadrons qui, entre autres choses, recherche des particules exotiques que le monde n’a jamais vues auparavant, et recherche des choses comme la matière noire, l’énergie noire et les dimensions cachées dont l’existence est nécessaire pour que les équations de la théorie des cordes se tiennent.

Sans le monde « bizarre », vous n’auriez jamais cherché ce genre de choses … Certaines d’entre elles comme le boson de Higgs ont été trouvées, et certaines d’entre elles ne sont pas encore connues.

Chris Lehto : Ouais c’est drôle ce qu’ils ont décidé, c’est presque comme si le terme UFO était tellement toxique qu’ils ne veulent même pas le regarder…

Nick Pope : Je pense que c’est ce que le professeur Avi Loeb de Harvard a dit à propos du projet Galileo, sans vouloir lui faire de l’ombre, mais n’est-ce pas ironique que nous dépensions des milliards pour construire quelque chose comme le Grand Collisionneur de Hadrons, à la recherche de ces choses exotiques qui pourraient ne pas exister, et pourtant… nous nous battons pour mettre quelques millions dans la recherche d’OVNIs alors que, avouons-le, la découverte de l’existence d’une vie extraterrestre, mais surtout de civilisations, mais en augmentant d’un cran la possibilité que nous soyons en interaction avec tout cela, vous auriez du mal à imaginer une découverte ayant un impact plus important dans toute de l’histoire de l’humanité.

Et pourtant, comme je l’ai dit, nous dépensons des milliards pour le grand collisionneur de hadrons et pas beaucoup pour la recherche sur les OVNIs.

Chris Lehto : Oui, je suis tout à fait d’accord, je ne suis pas contre le fait de dépenser de l’argent pour le grand collisionneur de hadrons…

Nick Pope : Ni moi…

Chris Lehto : Oui, des centaines de milliards… Pour la recherche sur les armes nucléaires, vous savez, combien d’argent dépensons-nous pour la recherche sur les armes nucléaires ?

Nick Pope : Je soutiens la recherche sur les armes nucléaires avancées, je veux dire que je soutiens l’indépendance du Royaume-Uni pour avoir une dissuasion nucléaire stratégique indépendante, mais allez, vous pouvez détruire les villes d’un autre pays une fois, voir parler de trois fois pour être sûre que le travail est fait, mais 20, 50, 100, ça devient ridicule…

Chris Lehto : Je voulais vous demander si vous avez parlé à beaucoup de ces opérateurs militaires dans le passé, et il semble que nous n’en entendions pas beaucoup parler.

Je pense que la raison pour laquelle les gens vont sur ma chaîne est qu’il n’y a pas d’autres pilotes qui en parlent.

Avez-vous remarqué que leur carrière a été affectée par le fait d’en parler ? Ceux qui l’ont fait ?

Nick Pope : C’est une question intéressante. Beaucoup d’entre eux n’ont pas parlé. Par exemple, une fois, j’étais à… je veux dire, non, laissez-moi répondre à la question d’abord, désolé, avant que je ne perde le fil.

Je ne pense pas qu’il y ait eu quelqu’un dont je me souvienne, la plupart du temps c’était des moqueries dans le mess des officiers, je ne crois pas qu’il y ait eu des personnes réprimandées, ou qui ait eu le sentiment de ne pas avoir eu une promotion qu’il aurait eue autrement.

Cependant j’ai rencontrés beaucoup de pilotes civils et militaires qui n’ont pas fait de rapport officiel parce qu’ils avaient peur que ces choses se produisent, et je veux dire, juste pour donner un exemple, je suis allé une fois à un cours de formation du MOD, totalement sans rapport avec le sujet, je ne sais pas ce que c’était, ça aurait pu être une sensibilisation aux finances, ça aurait pu être une formation au leadership, je ne m’en souviens même pas, mais je me souviens très clairement que le matin, à la pause-café, j’ai parlé à un officier de l’armée de l’air de rang moyen, nous avons eu une discussion avec lui.

Nous avons parlé de nos emplois respectifs et il était très intéressé par ce que je faisais.

Il m’a pris à part et m’a raconté avec force détails un cas vraiment convaincant dont il a été personnellement témoin et j’ai dit : « Ecoutez, je ne devrais pas faire ça », « Mais vous savez, avant de venir demain, je passerai à mon bureau et si vous me donnez la date, je sortirai le dossier de l’affaire », cela fera une petite explosion du passé pour vous.

Il a eu l’air un peu embarrassé, il a baissé les yeux sur ses chaussures et il a dit : « Je suis désolé Nick, je n’ai jamais fait de rapport officiel donc vous ne le trouverez pas dans les dossiers ».

Sa phrase était quelque chose comme « Je ne veux pas être connu comme Fred la soucoupe volante pour le reste de ma carrière dans l’armée de l’air ».

Chris Lehto : Ce qui est intéressant, je ne sais pas, d’après ma propre expérience, j’ai l’impression que si j’avais vu quelque chose, j’aurais pu le signaler, mais je n’ai pas l’impression que ça l’aurait fait, je ne sais pas, qui sait, je ne peux pas remonter le temps quand j’étais là, mais j’ai l’impression que j’aurais espéré le signaler, mais je ne sais pas ce que j’aurais fait.

Nick Pope : Oui et je pense que les choses changent – Je veux dire bien sûr – Quand je pense que c’était en 2018 ou peut-être 19, la marine américaine a formellement publié des directives à son personnel leur disant : « Vous savez quoi faire et comment le signaler ».

Je doute qu’il y ait des pilotes de l’armée américaine qui volent maintenant et qui n’ont pas vu, par exemple, ces vidéos de la marine américaine, oui qui ne savent pas comment rapporter une observation, qui ne savent pas que le Congrès s’intéresse maintenant à cette question, qui ne savent pas que nous avons eu divers programmes, qu’il s’agisse de l’AATIP, de la Task Force UAP ou de ce nouveau groupe, La Synchronisation de la Gestion de l’Identification des Objets Aéroportés

Chris Lehto : Je pense que vous l’avez bien dit…

Nick Pope : Même si je pense que je l’ai fait, c’était un défi, je n’avais pas de notes devant moi et je me demandais si j’allais le faire sans montrer mes lignes, mais il n’y a pas beaucoup de pilotes qui volent maintenant et qui ne savent pas tout ça.

Donc je pense que la stigmatisation n’a pas disparu, elle n’a pas disparu, mais elle progresse et comme je l’ai dit, toutes ces initiatives du DOD, les intérêts du Congrès et ce qui est prévu dans le prochain projet de loi sur la défense aident énormément.

Oui, vous avez mentionné que vous avez travaillé sur la sécurité des vols et peut-être la sécurité nationale, je pense que vous l’avez mentionné dans votre MOD et c’est intéressant de voir comment vous allez l’entraîner, quand vous obtenez toutes ces données et que vous devez les transmettre à vos supérieurs pour qu’ils prennent des décisions.

Vous savez, vous devez choisir une sorte d’angle pour le sujet, et oui je pense qu’ils ont choisi la sécurité des vols, je veux bien, et peut-être la sécurité nationale.

Mais la sécurité nationale ça m’énerve, parce qu’en tant que militaire, tu sais que tout est une menace jusqu’à ce que tu saches ce que c’est !

Ils ont dit la même chose, euh « Nous ne savons pas ce que c’est mais nous sommes sûrs que ce n’est pas une menace ».

Je pense qu’Obama a même dit « Qu’il y a des lumières dans le ciel, nous ne savons pas ce qu’elles sont, mais il n’y a pas de menaces ».

Nick Pope : Et le truc fou, comme vous le savez, c’est que la menace est définie par l’équation capacité / intention,et d’après toutes les données que nous avons, les indicateurs montrent que la capacité est à l’extrémité supérieure de l’échelle.

Nous n’avons pas de valeur pour l’intention, parce que pour reprendre la phrase de Lui Elizondo « Nous ne savons pas qui est derrière le volant ».

Donc nous ne pouvons pas dire si oui ou non il y a une menace dans ces circonstances, mais particulièrement quand ces choses sont très souvent dans certaines des zones les plus sensibles de l’espace aérien – Où sont rassemblés certains des moyens militaires américains les plus chers et les plus sensibles pour l’entraînement de nouveaux systèmes intégrés de défense aérienne – Comment pouvez-vous dire qu’il ne s’agit pas d’une menace potentielle, au moins jusqu’à ce que vous puissiez déterminer ce que c’est, et vous assurer qu’il n’y a pas de menace potentielle ?

Chris Lehto : C’est fou, mais oui, c’est fou, il n’y a pas que moi, ils disent que c’est peut-être une menace pour la sécurité nationale…

Nick Pope : Oh, je peux le voir, parce que j’en ai été un, je veux dire, j’étais un employé civil, je peux voir les empreintes digitales des bureaucrates sur tout le rapport de l’O.D.N.I. et je peux voir quelqu’un dire : « Pourrions-nous enlever le mot menace et le remplacer par le mot défi ? »

Chris Lehto : Donc oui, j’étais très content de ce rapport parce qu’il y avait des chiffres… ces chiffres là… juste ici… 144 rapports… 80 rapports impliquant de multiples capteurs…

Les bureaucrates ne peuvent pas contourner ça, ils peuvent ajouter une possibilité, mais quelqu’un a dû prendre la décision de mettre ces chiffres-là, j’étais très heureux de voir que oui, et ils ne remontaient pas si loin.

Nick Pope : Oui, c’était un instantané, et ça n’incluait pas les rapports du public par exemple, et si vous regardez les statistiques du Blue Book et celles du travail que j’ai fait, nous avions bien sûr nos rapports militaires et ils étaient une composante importante, mais en termes de nombre, les rapports publics représentent la plus grande partie, donc cet aperçu que l’ODNI a fait dans cette évaluation préliminaire de seulement 144 rapports, n’est que la pointe de l’iceberg, et ne tient pas compte du fait que ce sujet des OVNI a une histoire de près de 80 ans, qui n’a pas encore été révélée, qui n’a pas encore été abordé par le département de la défense et l’ODNI.

Chris Lehto : Oui, c’était le but de votre étude (On reparle de l’étude anglaise…), comme vous l’avez mentionné, une étude généralisée, c’était votre rapport original, le rapport du ministère britannique de la défense, mais j’ai été surpris de voir le nombre d’incidents annuels avec les UAP.

Comme vous l’avez mentionné, cela pourrait être la partie émergée de l’iceberg, juste à partir de ce que vous avez documenté, au Royaume-Uni, vous savez, dans un plus petit pays, et ainsi de suite.

Nick Pope : Oui, il suffit de regarder les statistiques publiées par les organisations civiles comme le MUFON (Mutual Ufo network) et le National UFO Reporting Center (NUFORC), et on se rend compte que malgré ces noms, il n’y a pas de point de contact unique pour que les gens fassent des rapports, et ça devrait dire à tous ceux qui regardent ça, que le rapport de l’ODNI n’était qu’un petit échantillon.

Chris Lehto : Et donc quel est votre sentiment, qu’est-ce que vous pensez qu’il va se passer avec le NDAA, quelle est votre impression sur le projet de loi ? Vous pensez qu’il sera signé cette année, je l’espère ?

Nick Pope : Oui, je pense qu’il sera signé et tout indique que, bien que Kirsten Gilbrand n’ait pas obtenu tout ce qu’elle avait mis dans son amendement – Qui était actuellement, je pense, coparrainé par le sénateur Marco Rubin Marco Rubio – La principale chose qu’elle n’a pas obtenue est ce conseil civil, qui auraient pu être des groupes comme le Projet Galileo et la Coalition Scientifique pour l’Ufologie,  et je veux dire que les conseils de surveillance fédéraux avec des membres civils ne sont pas nouveaux, mais dans les négociations ils ont réussi à supprimer cette exigence.

Mais la plupart de ce que Gillibrand, Rubio et d’autres voulaient est dans la loi.

Je suis très encouragé par le langage du projet de loi, parce que ce qu’il va faire, c’est plusieurs choses.

Premièrement, il va conduire à une liaison beaucoup plus étroite entre l’armée et la communauté du renseignement, je veux dire que c’est obligatoire.

Deuxièmement, il va y avoir un plan scientifique approprié qui devra être suffisamment robuste pour tenir la route, et il va falloir impliquer d’autres parties du gouvernement dans le processus, comme la NASA et d’autres choses.

Et, mon Dieu, nous avons vu, nous avons vu des déclarations assez fortes récemment de la part de l’administrateur de la NASA, donc c’est un autre point encourageant donc pour l’avenir, je suis énormément encouragé par le fait que le congrès, à la fois au sénat et à la Maison Blanche, et à la fois dans les comités de renseignement et dans les comités des services armés s’emparent de ça d’une manière qu’ils n’ont jamais faite avant, et qu’ils vont vraiment le faire.

Bien sûr, tout le monde dit que la responsabilité est une chose nouvelle, évidemment elle ne l’est pas, elle a toujours été intégrée, mais je pense qu’en ce qui concerne les OVNIs, on va en voir plus qu’on n’en a jamais vu avant.

Le Congrès dit enfin : « Ecoutez, on ne sait pas ce que c’est, mais c’est dans notre espace aérien, ça s’approche de nos porte-avions, de nos destroyers, de nos F/A 18 Super Hornet, et d’autres parties de notre infrastructure nationale critique sur le territoire continental des États-Unis, qui se trouvent souvent dans certaines des zones restreintes les plus sensibles.

Le Congrès dit maintenant que ça suffit. Allez, DOD, ODNI et les autres, mettez-vous d’accord, travaillez sur cette question et apportez-nous la réponse à ce qui se passe dans notre espace aérien.

Chris Lehto : Ouais mec c’était génial j’espère qu’ils le feront, je suis si optimiste pour ce projet de loi, mais on verra vous savez.

Donc que vous pensez qu’il y a une nette différence entre ce projet de loi NDAA, le projet sur lequel vous avez travaillé, et le projet Blue Book ?

Vous pensez que c’est définitivement comme un autre niveau, un niveau au-dessus, et que nous pourrions en fait obtenir une sorte de progrès ?

Nick Pope : Je pense donc que c’est parce que le Projet Blue Book, ainsi que le plus petit programme dans lequel j’étais impliqué, était des projets plus internes.

Je veux dire, oui, nous étions confrontés au public, et vous savez, oui, nous avons publié des résumés et des choses comme ça, mais il n’y avait pas franchement, il n’y avait pas beaucoup de responsabilité, le Congrès a vraiment fait une plongée profonde dans Projet Blue Book, et de même au Royaume-Uni, les membres du Parlement ont rarement posé des questions.

Maintenant, je ne sais pas quels sont les chiffres, mais ce n’est pas nécessairement les chiffres c’est qui sont ces gens et quand ils partagent les comités, qui disent « Nous allons demander des comptes au DOD ».

Donc oui, ce NDAA 2022 va bien au-delà de Blue Book, va bien au-delà de tout ce à quoi j’ai été impliqué, parce que c’est une double piste.

Ce n’est pas seulement l’armée, et le comité de renseignement à la communauté de renseignement, qui fait la recherche et l’enquête, mais c’est le congrès, qui dit, « Nous allons continuer à vous suivre sur ce sujet, et nous allons continuer à vous ramener dans la salle du comité pour nous dire ce que vous faites, comment ça se passe, quelles sont vos conclusions ».

Et le public pourra voir, je veux dire qu’au moins une des bonnes choses est que nous n’aurons pas toutes les réponses, mais le public aura au moins un résumé annuel non classifié.

Bien sûr mais nous en aurons, nous en aurons plus que nous n’en avons jamais eu auparavant, je pense que c’est ce qui devrait encourager les gens, mais comme je l’ai dit, c’est le fait que les militaires regardent maintenant ce qui s’est passé.

Auparavant, parfois pour des raisons de stigmatisation, parfois pour des raisons de ressources, les gens ne regardaient même pas, mais maintenant, ils regardent, et maintenant le congrès dit également nous regardons.

C’est nouveau, c’est excitant, ça amène à un niveau que nous n’avons tout simplement pas vu avant.

Chris Lehto : C’est génial à entendre. Je pensais juste pendant que nous parlions de la sécurité des vols, que vous savez, j’étais dans l’armée, et j’étais officier de sécurité des vols.

C’est vrai j’adore la sécurité des vols, j’ai fait un tas d’enquêtes, j’ai vraiment aimé ça, enquêter.

Par exemple si tu as un crash, tu sais comment tu détermines la cause, la faute, tout ça c’est très très intéressant.

Mais ce que je remarque, c’est qu’on peut laisser passer une marge dans le potentiel d’incidents de sécurité des vols, tu sais cela reste une action dangereuse à laquelle on participe, on accepte des fois trop de risques, et je peux laisser passer ça en tant qu’officier de sécurité des vols, mais je ne pense pas que quelque chose de grave se passe vraiment, jusqu’à ce que quelqu’un meurt ou que quelque chose explose.

Et c’est identique, un peu comme si ce phénomène ne causait pas de crash ou d’explosion.

Nous n’avons pas encore eu de preuve irréfutable que des crashs se sont produits à cause de ces UAP, donc ce n’est pas un problème.

Ce n’est donc pas un problème que l’armée a vraiment à gérer, semble-t-il.

Est-ce que vous avez eu le même genre de sentiment que celui que vous avez éprouvé ? Est-ce qu’il y a eu des décès causés par ces choses ?

Quelqu’un a dû se rendre chez des proches et leur dire : « Je suis désolé, votre conjoint a été tué par un OVNI » ?

Nick Pope : Non, la communauté OVNI prétend que cela s’est produit dans de multiples cas, je n’en ai vu aucune preuve dans les dossiers du gouvernement britannique.

J’ai vu de nombreux rapports de quasi-collisions où les pilotes et les navigateurs n’ont pas été en mesure d’identifier l’objet, dans certains cas, je suis sûr que ce seront des ballons, des drones, un certain nombre d’autres choses, vous savez, des ULM, des choses comme ça, des perceptions erronées de boules de feu, des météores, même lorsque quelqu’un a mal évalué la hauteur et la distance, peut-être.

Mais dans certains cas, oui, peut-être que ce sont des UAP, littéralement, quoi que ce soit, quel que soit le phénomène central.

Je suis d’accord avec vous, je suis d’accord avec vous et j’espère juste que je veux dire que quelque part, peut-être dans l’évaluation préliminaire, peut-être dans l’un des autres rapports de pilotes, mais il y a certainement des données fiables pour dire que des pilotes ont rapporté avoir presque touché cette chose

Chris Lehto : Oui, oui, 11 dans ce rapport…

Nick Pope : Oui, espérons que ce n’est pas comme ça que nous résoudrons le mystère, espérons que nous le ferons avant que cela n’arrive, non pas parce que cela arrive…

Chris Lehto : Oui, exactement, mais cela me conduit à penser qu’ils ne peuvent simplement l’ignorer. J’ai vu tellement de problèmes ignorés… Dans l’armée, la nature du travail fait que l’on est considéré comme remplaçable à un certain niveau… Donc si personne ne meurt vraiment, on continue à avancer, à tirer…

Nick Pope : On est bien mieux placé que moi pour le savoir, mais par une étrange coïncidence, bien que j’aie été civil, j’ai eu un poste au ministère de la Défense où j’avais des responsabilités dans la sécurité des vols.

A l’époque, c’était des dossiers papier de plusieurs centimètres d’épaisseur, et je devais les distiller en résumés clairs et concis pour le parlement, le secrétaire à la défense, ce genre de choses, donc j’ai moi-même une certaine expérience de ce genre de choses.

Et oui, je comprends tout à fait votre point de vue, les gens font souvent précéder ces rapports d’une phrase simple comme « l’entraînement en jet de combat est dangereux par nature » ou « Il y a un certain risque à voler à basse altitude » et ce sont des truismes.

La seule façon d’éliminer complètement le risque serait de ne pas voler du tout, donc évidemment c’est un non-sens, mais la question, je veux dire toute la science de la gestion du risque pose des questions sur votre appétit pour le risque.

Sans vouloir aller sur un terrain complètement différent, vous pourriez avoir ce débat sur le COVID, dans quelle mesure les individus risquent-ils de l’attraper, d’être hospitalisés ou tués par lui, par opposition à la société dans son ensemble.

Et pourtant les gens, je veux dire le New York Times -Je sais que je m’écarte du sujet, mais c’était une histoire merveilleuse dans un sens – Le New York Times qui a constamment, disons, mis en évidence le risque, même dans un article, ils ont dit : « Allons, un enfant a plus de risque de mourir dans un accident de voiture sur le chemin de l’école que de mourir du COVID dans la cours de l’école », et puis il y a eu le livre classique « Freakonomics » qui a fait cette chose très célèbre où je pense qu’ils ont dit quelque chose comme « les gens pensent que la chose la plus dangereuse dans votre maison pour un enfant est une arme à feu, ce n’est pas le cas, c’est la piscine« .

Les gens ne comprennent pas ce qu’est le risque, et même s’ils le comprennent, ils ne peuvent pas le quantifier par rapport à eux-mêmes.

Je sais qu’on s’est éloigné du sujet mais j’ai trouvé ça intéressant.

Chris Lehto : Non je veux dire que la mitigation des risques c’est essentiellement ce que font les pilotes de chasse, et vous savez ce sont des décisions difficiles que vous devez prendre.

J’ai surtout fait de l’entraînement, et les décisions difficiles que vous devez prendre se résument vraiment à la mitigation des risques vous savez, « Pourquoi nous ferons cette action ?» par exemple, « Si vous supprimerez une défense aérienne ennemie pour mitiger le risque », mais ensuite vous allez devoir entrer dans l’anneau de défense de ce système de missiles, ce qui évidemment va présenter aussi un risque, et il peut y avoir quelque choser qui mal interprété dans la planification.

La sécurité du vol, l’atténuation des risques, ce sont deux des principales de mes passions dans ma carrière de pilote, même si cela n’a pas l’air aussi sexy que ça ; comment atténuer les risques, est-ce que ça vaut la peine, est-ce qu’on peut accepter une perte, est-ce qu’on peut accepter plusieurs pertes, donc non, c’est très intéressant, mais oui, allons-y.

Allez continuons les questions, et bien sûr, j’ai vraiment aimé celle-ci, (Note : Un auditeur…) a dit en gros : « Quel est selon vous l’aspect le plus étrange de tout le phénomène ?« 

Nick Pope : Oh mon Dieu, c’est une question très bonne et intéressante. Je pense que c’est probablement cette soudaine accélération d’un vol stationnaire virtuel à des vitesses maximales élevées, parce que si cela est rapporté avec précision, parfois pas seulement visuellement, mais sur d’autres systèmes, alors cela nous ramène à ce dont nous parlions plus tôt, pas vraiment une nouvelle physique, mais certainement une réévaluation de notre compréhension des lois de la physique et de tout ce qui est lié à la physique, et tout ce qui peut nous dire que notre monde n’est pas tout à fait celui que l’on croyait est extrêmement intéressant.

Et la deuxième partie de ma réponse à cette question serait la suivante : Si tout cela est vrai en termes de visites extraterrestres, alors il est clair que cela implique presque certainement une sorte de contournement de la barrière apparente de la vitesse de la lumière, et peut-être comme je l’ai dit, c’est certaines de ces choses qui ont été énumérées dans ces études que la DIA a notifiées au Congrès, comme les moteurs à distorsion antigravité, les trous de ver les portes des étoiles et d’autres choses, et c’est extrêmement excitant parce que pour moi la raison pour laquelle c’est excitant est qu’un jour, qui sait, ça emmènera l’humanité vers les étoiles.

Comme vous le savez peut-être, la devise de la RAF est  » Per ardua at astra  » (À travers l’adversité, jusqu’aux étoiles), et j’aime à penser que c’est peut-être là que se trouve notre destin.

Donc, la chose la plus intéressante que j’ai rencontrée, ce sont les cas où ça implique la physique qui pourrait un jour emmener l’humanité vers les étoiles.

Chris Lehto : Oui, c’est incroyable, et je pense qu’il y a, au moins dans mon cerveau, une relation entre les voyages hypersoniques ou ces accélérations et l’absence de son.

Pour moi, c’est presque comme s’il se comportait comme la lumière, vous savez, de la manière dont les radiations électromagnétiques peuvent être des particules ou des ondes.

Nick Pope : Oui…

Chris Lehto : C’est presque comme si – Si c’est vrai – Ils étaient capables de se transformer en ondes au lieu de particules, ou du moins ils peuvent faire ces mouvements rapides comme si c’était presque une onde comme la lumière. Euh, d’une certaine manière, je ne sais pas, c’est juste une pensée intéressante sur votre cas,

Nick Pope : Et c’est drôle, quand vous avez fait cette réflexion, ça m’a rappelé que l’une des personnes célèbres à avoir vu un OVNI était Muhammad Ali, et sa citation, je crois que de mémoire, était quelque chose comme « Je les ai vus jouer au chat et à la souris entre les étoiles » et c’était fascinant.

Mais ce que je veux dire, c’est que nous entrons dans une sorte de dualité onde / particule, un peu fantôme, comme le chat de Schrodinger.

Chris Lehto : Ouais comme vous l’avez mentionné, ça pousse la physique encore plus loin, et c’est pourquoi je suis tellement intéressé par ce phénomène, que même si ce n’est pas des extraterrestres, il y a de fortes chances que ça ne le soit pas, c’est quand même incroyable.

Nick Pope : C’est intéressant, quoi que ce soit, et si c’est terrestre et si c’est un adversaire, mon dieu nous devons le savoir exactement !

Chris Lehto : Ce serait peut-être la sécurité nationale, euh, ouais je ne suis pas sûr.

Mais allons-y, voyons voir quelques autres questions.

Est-ce que le MoD nie que vous aviez travaillé pour eux ?

Nick Pope : Non. Et tu sais je vois toutes sortes d’absurdités écrites à mon égard sur internet, des gens qui disent que je ne faisais que de l’administration là-bas, des gens qui disent que je travaille toujours secrètement pour eux dans une sorte de rôle de désinformation, etc.

Heureusement les dossiers de mon passage là-bas sont toujours présents, la plupart d’entre eux ont maintenant été déclassifiés et publiés, et ils sont disponibles aux archives nationales avec mon nom un peu partout, parfois caviardé par la protection des données, mais il est passé à travers le filet assez souvent.

Plus que cela, il y a quelques années, un membre du parlement ayant entendu parler du travail que j’avais fait, a posé une question formelle au secrétaire d’état à la défense au parlement, et a dit « Vous savez, demander au gouvernement de sa majesté ce que M. Nick Pope a fait de 1991 à 1994, la réponse est écrite sur le site web officiel du parlement britannique ». Et il a dit « Oui ses fonctions incluaient l’investigation des OVNIs ».

Donc c’est là je pense qu’une des raisons pour lesquelles la confusion survient, est que c’était la politique du MoDcomme c’était la politique du DOD pendant des années, de minimiser l’étendue de notre travail dans tout ça, parfois jusqu’à un point plutôt comique où nous devions minimiser l’étendue de notre propre travail.

Mais comme je l’ai dit, heureusement la vérité est là, sur le site web du parlement britannique.

NOTE de TOLEDO : Je me rappelle effectivement de divers controverses sur sa personne autrefois, exactement comme dans le cas de Luis Elizondo. Mais c’est exact, on trouve des informations sur lui sur le site officiel du Gouvernement UK, par exemple un reportage qui avait été fait où il est filmé dans les archives nationales, lorsque ces documents avaient été rendu publiques en 2008…

https://media.nationalarchives.gov.uk/index.php/author/npope/

Chris Lehto : heureusement… Euh, qu’en est-il des incidents au-dessus ou en-dessous de l’océan ? Est-ce que vous enquêtiez sur des USO sous l’eau ?

Nick Pope : Je suis au courant de tels rapports, mais pour la plupart notre programme était fortement configuré comme l’était le Projet Blue Book de l’armée de l’air américaine.

Et je pense que sachant ce que nous savons maintenant sur la façon dont la marine américaine semble être en première ligne dans ce domaine, c’était une erreur, je pense que nous avons raté une beaucoup d’éléments en étant si centré sur l’armée de l’air ; nous n’avons pas vraiment creuser le dossier en profondeur concernant les navires de surface et les sous-marins.

Chris Lehto : Et l’angle nucléaire, vous en avez entendu parler ? (Note : On parle ici des cas américains…)

Nick Pope : Oui, je suis au courant, je suis au courant que ça a été rapporté, mais comme le dit le rapport de l’ODNI, c’est peut-être une anomalie statistique, une espèce de cluster, car il semble que les rapports se concentrent autour de ce genre d’installations, mais ça pourrait simplement être parce qu’elles sont plus surveillées en premier lieu, donc c’est une sorte de… On n’est pas tout à fait sûrs de ça, on ne l’est toujours pas.

Chris Lehto : Est-ce que le gouvernement anglais est en possession de matériaux exotiques ou est-ce qu’il y a eu des récupérations suite à des crashs ?

Nick Pope : À ma connaissance, non. Ça ne veut pas dire qu’au fil des ans, des gens de la communauté UFO n’ont pas acquis et envoyé quelque chose.

Un éleveur a eu une observation, et le lendemain, je suis allé sur le terrain et j’ai trouvé ce métal étrange, ce genre de choses s’est déjà produit.

Mais au Royaume-Uni, non, ce n’est pas comme si nous avions des objets écrasés dans les hangars de l’armée de l’air, ou quelque chose comme ça, juste de temps en temps, les gens envoient des choses, mais rien de plus.

D’ailleurs, quand nous avons examiné les objets en utilisant des techniques comme la diffraction des rayons X, et l’analyse du rapport isotopique, aucune de ces choses ne nous a fait dire « Wow, peut-être que cela a été fabriqué sur Alpha Centauri« .

Chris Lehto : Oui, il y une question intéressante, euh, Garry Nolan, je crois que c’était le nom du physicien de Stanford, il vient de publier un rapport isotopique, euh, en fait, ils ont du matériel avec un nombre d’isotopes plus élevés… Voyons, euh, la Grande-Bretagne est le pays des Crop Circles, et, vous savez quoi ? J’ai vraiment envie de me lancer dans les Crop Circles, ça me semble très intéressant, je n’arrête pas de le dire mais je ne l’ai pas encore fait… Quel est votre point de vue sur les Crop Circles ?

Nick Pope : J’ai bien peur d’être complètement sceptique, mais on a un peu regardé…

Des engins en forme de disque atterrissaient dans les champs et aplatissaient les cultures, soit avec l’engin, soit avec le souffle de l’engin… quelque chose comme ça… vous savez, j’ai regardé, j’ai regardé, on ne pouvait pas y consacrer beaucoup de ressources, mais je n’ai jamais rien vu qui m’ait fait dire autre chose que canular

Je pense que les gens ont cette image de ces deux vieux garçons qui ont avoué l’avoir fait avec des planches de bois et des cordes, sans se rendre compte que parfois c’était un peu plus sophistiqué que ça, il y avait des équipes d’étudiants en ingénierie aéronautique et autres, qui sortaient et faisaient des farces à la communauté locale en utilisant des lunettes de vision nocturne et des GPS.

Les gens disaient que les fermiers et les éleveurs ne seraient jamais complices de ça à cause des dommages faites aux récoltes, mais en fait ils pouvaient faire des centaines, voire des milliers, avec tous ces enthousiastes qui venaient au cours d’un long week-end, juste pour dire « J’étais dans un Crop Circle ».

Chris Lehto : Ouais je suppose que c’est presque comme si nous devions avoir tellement de caméras partout, pour avoir la chance que l’on pourrait voir un Crop Circle se former à un moment donné, je ne sais pas, mais je suis très intéressé par ça.

Une question de Paul Oberlin, il dit « J’aimerais connaître la source de vos affirmations sur Roswell, par exemple comment se fait-il que vous sachiez des choses, alors que les premiers ministres, mais pas les premiers ministres du Royaume-Uni, ni les présidents soient au courant ?

Et je ne connais pas vos affirmations sur Roswell ?

Nick Pope : Je ne suis pas sûr d’avoir fait des affirmations… Ma position concernant Roswell est que nous savons que quelque chose s’est passé, ou que nous pouvons être raisonnablement sûrs que quelque chose s’est passé, parce ce que c’est le 509e escadron de l’air force de la base de Roswell qui a publié le communiqué de presse initial disant « Que nous avons récupéré l’un de ces disques volants ».

NOTE de TOLEDO : Sur Wikipédia

Mais d’un autre côté, toujours dans le même article…

Nick Pope : Mais je ne sais pas ce qui s’est écrasé, donc je ne suis pas sûr d’avoir vraiment une revendication à ce sujet, je fais probablement beaucoup d’émissions de télévision à ce sujet, je raconte parfois l’histoire, j’apparais parfois comme une sorte de narrateur à l’écran avec certaines de ces émissions, mais je n’ai pas vraiment de position sur ce sujet de Roswell

Chris Lehto : Oui, mais vous croyez ou, comme vous l’avez dit, vous pensez que quelque chose s’est produit…

Nick Pope : Quelque chose s’est crashé, mais que ce soit un vaisseau spatial extraterrestre, un avion secret, un ballon météorologique transportant des équipements de test à haute altitude pour surveiller les explosions nucléaires soviétiques, ou je ne sais pas…

Chris Lehto : Oui, je fais des recherches sur tout ça.

Au cours des derniers mois Jesse Marcel a fait ce qui semble être une interview étonnante.

Quand on le regarde parler de ce matériau, de sa finesse, ça semble très convaincant.

NOTE de TOLEDO : Sur le site de l’Université du Texas, on trouve plusieurs photos du Major Jesse Marcel, avec ces fameux débris récupérés. Je suis désolé, mais oui, ils sont très fins, mais cela ressemble plus à un ballon qu’un disque volant…Après chacun croit ce qu’il lui plait ;>). L’université à un lien sur le dossier complet ici :

https://library.uta.edu/roswell/

Chris Lehto : Celle question concerne l’incident de Calvin. Trevor Mays demande comment le gouvernement britannique peut s’en tirer en reclassifiant les photos de l’incident de Calvin pendant encore 50 ans. Les gens ne devraient-ils pas descendre dans la rue pour l’exiger ?

NOTE de TOLEDO : Une photo circule sur le Net, mais il s’agit d’une photo recolorisée et complètement retravaillée depuis un original noir et blanc qui lui est beaucoup moins sexy. Toutefois, il est vrai que le fait que le gouvernement Britannique, qui a décidé de reclassifier ce dossier pour 50 ans supplémentaire, pose débat et interroge sérieusement si l’on lit les déclarations de Mick Pope plus bas…

Recréation selon Nick Pope

Nick Pope : C’est un cas fascinant. En août 1990, deux personnes en Écosse ont pris une série de six photos en plein jour d’un grand vaisseau gris en forme de diamant, qui planait puis s’éloignait en accélérant, verticalement comme un Harrier, mais encore une fois à une échelle d’accélération bien supérieure, avant de disparaitre.

Je pense qu’il y a eu un malentendu sur ce qui a été reclassifié.

La raison pour laquelle il a été reclassifié, c’est parce qu’il contient les noms des témoins, les noms des enquêteurs, du MoD, les noms des analystes d’imagerie de la communauté du renseignement, qui ont analysé tout cela, et ne sera pas publié avant, environ, de mémoire 2072 ou 2076, ou quelque chose comme ça.

Mais la position du MoD est que vous ne pourrez même pas ouvrir le dossier et faire sortir les photos, la position du MoD est qu’ils ne détiennent plus les photos.

Chris Lehto : Je vois donc que vous étiez au bureau des OVNI juste quelques mois après ça ?

vOui, mon prédécesseur a fait l’enquête sur ce dossier, nous avions un agrandissement de la taille d’un poster de la meilleure de ces six photos sur le mur de notre bureau, et de temps en temps quand j’allais parler aux services de renseignement de la défense, ils sortaient les photos d’un dossier de briefing juste pour faire un point.

Et donc il y en avait beaucoup qui circulaient, mais ensuite la loi sur la liberté d’information est arrivée, et beaucoup d’entre elles ont soudainement disparu, et la meilleure image que nous ayons maintenant est franchement une recréation que j’ai faite de mémoire parce qu’elle était sur le mur de mon bureau.

J’ai fait équipe avec un graphiste de Los Angeles, et nous avons utilisé, euh, nous avions une sorte de petite image photocopiée floue en noir et blanc d’un des fichiers déclassifiés du MOD…

… Donc à partir de ça, et de ma mémoire, nous avons fait une reconstitution.

Je dois dire que je l’ai mise sur Facebook il y a un moment, et un collègue du MoD, en fait deux, dont l’un travaillait dans ce bureau, et l’autre dans la même division, mais qui passait parfois, a dit « Oh tu l’as reproduite ! ».

Donc ce n’est pas la vraie image, mais l’image que la plupart des gens utilisent maintenant quand les médias publient des histoires sur ce dossier.

Mais c’est presque aussi bien que ce à quoi ça ressemblait.

Chris Lehto : Une autre question. Quel est l’aspect de ça que vous trouvez le plus troublant ?

Nick Pope : L’idée que quelqu’un exploite une technologie que les Etats-Unis, en tant que superpuissance prééminente dans le monde, ne possède pas, le fait que l’implication que c’est une technologie de pointe qui va au-dessus et au-delà de ce que nous avons dans notre inventaire

Chris Lehto : Merci. Qu’en est-il des enlèvements je ne sais pas quel est votre point de vue sur les enlèvements ?

Nick Pope : Je suis indécis à ce sujet, je veux dire ce sont des histoires intéressantes et les témoignages sont toujours traités au cœur de notre système, mais ne sommes pas aussi chanceux avec cela que nous le sommes avec les autres aspects du phénomène, où nous avons des radars, et d’autres plates-formes de détection.

Chris Lehto : C’est un scénario à témoin unique, vous savez, c’est difficile… Dans quel domaine scientifique pensez-vous que se trouve la clé de la compréhension de ce phénomène ?

Nick Pope : Ce sera l’ingénierie aéronautique !

Je pense toujours que c’est le défi, vous pouvez avoir toute la physique théorique du monde, mais l’ingénieur aéronautique dira que ça ne sert à rien si on ne peut pas construire quelque chose…

Chris Lehto : Oui l’ingénieur, le physicien je pense que ça ressemble à la physique…

Nick Pope : Comment ça vole !

Chris Lehto : Oui comment ça marche sans bruit, comment ça se déplace aussi vite …Euh… Quel individu de Etat possède-t-il une meilleure compréhension du phénomène, selon vous ?

Je vais donner une réponse rapide à cette question, et oui, c’est probablement une vraie réponse.

Nick Pope : Il s’agit de quelqu’un dont nous n’avons pas encore entendu le nom. Il y a probablement quelqu’un assis quelque part dans les services de renseignements militaires, qui a une meilleure maîtrise de ce phénomène que quiconque, et cette personne n’a pas encore parlé, et peut-être ne le fera-t-elle jamais !

Chris Lehto : Oui, excellent ! Et la dernière question pour moi est la suivante, vous savez, je suis encore une fois nouveau dans ce domaine, je vous remercie beaucoup, Nick, d’avoir pris le temps de parler aujourd’hui, vous êtes connu.

la question est donc: Où pensez-vous que je devrais me concentrer, vous savez, je suis au Portugal, je vis au Portugal, donc je pourrais aller au Royaume-Uni, etc… Pensez-vous qu’il y ait un cas clé, est-ce que c’est Rendlesham ?

Nick Pope : Randlesham est intéressant, Calvin est intéressant, Cash Landrum est intéressant, le Nimitz est intéressant, vous savez, mais je dirais, ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier, sur un seul cas.

Parce que si ce cas tombe, comme certains le font inévitablement, quand de nouvelles données émergent, alors c’est un problème.

Je dirais donc de se concentrer sur des types de cas, peut-être des observations de pilotes ou des images radar, pour parler de quelque chose qui ferait appel à vos propres domaines d’expertise, et aux contacts que vous avez sans doute encore dans la communauté.

Basez-vous plutôt sur des catégories de cas plutôt que des individus, regardez les événements avec le projet de loi sur la défense NDAA come aux Etats-Unis, ce qui se passe là-bas, mais aussi je dirais pour finir que, si l’histoire de ce sujet nous a appris quelque chose, c’est de s’attendre à l’inattendu, s’attendre à ce que quelque chose vienne soudainement et de façon inattendue d’en dehors de notre champ, quelque chose de perturbateur.

Et oui c’est très souvent ainsi, je veux dire toute l’histoire du New York Times sur l’AATIP, et les vidéos de la marine qui sont arrivées en décembre 2017, vraiment comme un coup de tonnerre, et ont bouleversé ce sujet en le retournant à l’envers.

Attendez plus de développements, comme cette histoire continue à se dérouler, mais attendez de nouvelles choses encore inconnues.

Chris Lehto : Bien excellent, et donc comment pouvons-nous vous suivre ? 

Votre livre sur Randlesham semble incroyable, je voudrais je vais le lire.

Mais de toute autre façon, où pouvons-nous vous trouver, comment pouvons-nous vous suivre ?

Nick Pope : Mon site web est nickpope.net, qui contient des informations de base sur mon travail au sein du gouvernement, mes livres et il y a un contact e-mail qui permet de s’adresser directement à moi.

Sur Twitter, que j’ai tendance à utiliser pour la plupart de mes annonces à court terme, il s’agit de @nickpopemod, ce n’est pas un compte officiel du MoD bien sûr, mais c’est juste une sorte d’identifiant que j’ai choisi parce qu’il reflète, je suppose, qui je suis.

Chris Lehto : Ouais excellent, donc j’aurai ces liens dans la description pour tous ceux qui veulent voir le travail de Nick Pope, merci beaucoup Monsieur d’être là aujourd’hui, et ouais c’est inspirant, je suis content d’entendre que vous êtes si optimiste sur le NDAA après tant d’années, parce que je me décourage, vous savez parce que nous avons beaucoup de ces mêmes informations depuis 50 ou 70 ans, vous savez, nous avions des contacts radar, nous avions de multiples témoins qui les voyaient, nous avions des pilotes de chasse, des témoignages oculaires, donc je suis inspiré d’entendre que vous êtes optimiste sur ce sujet.

Nick Pope : Oui, je veux dire qu’il y a toujours la possibilité d’être déçu, mais pour l’avenir, en 2022, je suis optimiste et, oui, je pense que ce sujet a tendance à se recycler et à connaître des pics et des creux, c’est absolument vrai, mais je suis aussi optimiste que je ne l’ai jamais été, et je pense qu’il y a plus à venir avec le temps.

Chris Lehto : Ouais excellent, Monsieur merci beaucoup Nick.

Nick Pope : Merci c’était génial de parler avec vous !

NARRATION : Fantastique interview, j’ai appris tellement de choses, vraiment en y repensant c’est juste les interviews avec le personnel militaire, vous savez quand Nick a interviewé tant de gens, je me demande combien de centaines de personnes il en a interviewé, qui ont vu ces triangles noirs, ou une sorte de vaisseau qu’ils ont vu, c’était très intéressant.

Pour moi qu’il croit vraiment qu’ils ont vu ces vaisseaux, il croit que ces vaisseaux sont là dehors à voler et à faire toutes ces manœuvres folles qu’ils ne peuvent pas expliquer, et comme il le mentionne, c’est soit une organisation terrestre ou un groupe de personnes qui font voler ces objets, soit c’est une autre force ou une autre forme de vie que nous n’avons pas encore rencontrée, donc c’était plutôt intéressant pour moi, je ne m’attendais pas nécessairement à ça de la part de Nick Pope, donc je suis content de voir qu’il était vraiment très optimiste sur la loi de défense de 2022.

Pour lui qui est dans le domaine depuis plus de 30 ans, c’est que quelque chose est en train de changer, et c’est très excitant parce que plus je m’instruis dans ce domaine, si vous vous revenez 80 ans en arrière, il y a tellement d’informations que c’est un peu décourageant.

J’étais très, j’étais heureux d’entendre ça de Nick Pope, donc merci d’avoir regardé jusqu’à la fin, c’est un moment à regarder.

L’élément le plus important de YouTube, aimez et souscrivez si vous aimez ce contenu.

J’essaie de lire tous les commentaires, je vais prendre quelques semaines de repos pour Noël, je mettrai encore du contenu probablement, mais je fais juste une pause et je souhaite à tout le monde de bonnes vacances nous vous verrons l’année prochaine ça va être excitant 2022. A bientôt les gars, PEACE.

Laisser un commentaire