Un nouveau livre dévoile les secrets de l’AATIP et de l’AAWSAP

Ceci est un résumé d’un article paru sur MysteryWire le 12 oct. 2021. L’article original est ici

https://www.mysterywire.com/ufo/skinwalkers-inside-the-pentagon/

Interview vidéo exclusive à la caméra avec le Dr James Lacatski et le Dr Colm Kelleher.

Image sous droits Creative Common – Cela fait près de quatre ans que le public a appris l’existence d’une étude du Pentagone sur le mystère des ovnis, jusqu’alors tenue secrète.

Les médias grand public ont rapporté en décembre 2017 qu’une étude secrète baptisée AATIP (Advanced Aerospace Threat Identification Program) avait reçu 22 millions de dollars de fonds du budget noir, argent obtenu en partie par l’ancien chef de la majorité du Sénateur Harry Reid et quelques collègues du Sénat, pour une étude sur les ovnis.

Mais ce scénario est faux.

Le Pentagone a dépensé 22 millions de dollars pour une étude secrète, et l’enquête allait bien au-delà des OVNIs, et elle ne s’appelait pas AATIP. L’acronyme correct était AAWSAP, the Advanced Weapons System Application Program.

Le programme a d’abord été proposé, puis géré par un analyste du renseignement et spécialiste des fusées, le Dr James Lacatski, qui a passé une grande partie de sa carrière à travailler pour le Defense Warning Office au sein de la D.I.A., la Defense Intelligence Agency.

En 2007, Lacatski s’est intéressé à des histoires d’activités bizarres et de plateformes aériennes inconnues signalées dans et autour d’une propriété connue sous le nom de Skinwalker Ranch dans le nord-est de l’Utah.

Lacatski et quelques collègues du Pentagone ont lu et discuté un livre, Hunt for the Skinwalker, et se sont demandé si l’activité inhabituelle étudiée par une équipe scientifique au Skinwalker Ranch pouvait représenter à la fois une menace et une opportunité pour la défense nationale.

Au cours de l’été 2007, Lacatski a rencontré le propriétaire du ranch, l’homme d’affaires de Las Vegas Robert Bigelow, et a visité la propriété, où il a fait une approfondie avec l’inconnu. Cette expérience a conduit directement à la création et au financement de l’AAWSAP.

Pour la première fois, le Dr Lacatski raconte l’histoire de cette étude secrète, comment elle a été organisée, ce qu’elle a étudié et les conclusions auxquelles elle est parvenue.

Très peu de ces informations ont été rendues publiques avant la publication d’un nouveau livre, Skinwalkers at the Pentagon.

Le livre est coécrit par le Dr Colm Kelleher, un microbiologiste qui a été gestionnaire principal de programme pour le contractant BAASS (Bigelow Aerospace Advanced Space Studies) de la DIA, une filiale de Bigelow Aerospace.

Kelleher était chargé de sélectionner et d’embaucher plus de 50 scientifiques, enquêteurs, experts en systèmes de données et autres personnes qui ont passé trois ans à étudier des cas d’OVNI, à interroger des témoins oculaires, à collecter et analyser des preuves matérielles et à construire ce qui pourrait être la plus grande base de données OVNI/UAP du monde pour le compte de la D.I.A.

Dans une conversation exclusive avec George Knapp, le journaliste qui est le troisième co-auteur de Skinwalkers at the Pentagon, le Dr Kelleher décrit la portée des informations recueillies par l’équipe de BAASS.

« Oui, nous avions de multiples flux de cas relatifs aux OVNIs qui nous parvenaient« , dit Kelleher. « Nous examinions également de multiples bases de données, dont certaines étaient des bases de données de pilotes, de pilotes militaires, de pilotes civils, et nous enregistrions un très grand nombre de cas. Nous avions ce que nous appelons l’entrepôt de données qui comporte 11 bases de données distinctes de cas d’UAP provenant du monde entier et des États-Unis. Et nous avons en fait une base de données de plusieurs centaines de cas où des individus, ici et en dehors des États-Unis, avaient rencontré des ovnis et avaient eu des effets physiologiques, des effets pathologiques et des effets médicaux, dont certains étaient assez graves. »

Le Dr Jim Lacatski, qui n’a jamais auparavant parlé en public de l’AAWSAP ou de la question des ovnis, a répondu aux critiques des médias sociaux qui ont suggéré que l’étude du Pentagone n’avait rien à voir avec les ovnis. « Maintenant, si vous voulez regarder la fin du projet, vous trouverez plus de 100 documents devant être signalés à la Defense Intelligence Agency qui étaient liés aux ovnis », a déclaré Lacatski. « En partie, bien sûr, c’étaient de gros documents et vous avez aussi des études techniques, et vous avez cette base de données, probablement la plus grande base de données sur les ovnis qui existe dans le monde et qui est actuellement utilisée par l’armée américaine. Donc oui, c’était complètement un projet OVNI« .

En plus du sujet général des cas d’OVNI/UAP, le programme AAWSAP a réussi à se concentrer sur d’autres mystères, dont certains sont directement liés à la sécurité nationale et à la sécurité publique.

Résumé partiel des conclusions

  • L’AAWSAP a découvert et résolu l’affaire Tic-Tac en 2009, la plus grande affaire de l’histoire de l’UAP. Le personnel de l’AAWSAP a été déployé pour interviewer les pilotes et les opérateurs de radar Aegis sur le Princeton et le rapport d’enquête a été soumis à la DIA en 2009 dans le cadre des 100 rapports. C’était 8 ans avant que le New York Times n’ait même entendu parler de l’affaire Tic-Tac.
  • Déploiements en temps réel de personnel sur le terrain dans la zone continentale des États-Unis (CONUS) et au niveau international pour enquêter sur les UAP.
  • Analyse et documentation de centaines de cas d’interactions avec des UAP qui ont entraîné des effets physiologiques et pathologiques, dont certains étaient médicalement dévastateurs.
  • La construction d’un entrepôt de données massif comprenant 11 bases de données distinctes a permis à l’AAWSAP de disposer d’un ensemble de données de très large portée, riche en détails. La conception de l’entrepôt de données était basée sur l’expérience de travail avec les UAP. Les cas entrés dans l’entrepôt de données ont été soigneusement analysés (dans certains cas traduits en anglais) et soigneusement nettoyés avant de se voir attribuer un indice numérique de crédibilité. Nous avons ainsi tenté de minimiser l’effet GIGO (Garbage In, Garbage Out).
  • Le fait de se trouver à proximité d’un vaisseau métallique/structuré (par exemple, le ranch Skinwalker) et des phénomènes associés peut amener les « expérienceurs » à ramener « quelque chose à la maison ». L’AAWSAP a proposé un modèle d’agent infectieux pour la « transmission » des anomalies de personne à personne. Le surnom de ce phénomène est « les auto-stoppeurs« .
  • Utilisation du logiciel multiphysique Ansys pour effectuer une analyse approfondie du comportement et des performances du Tic-Tac – là encore des années avant l’article du New York Times. Il s’agissait d’une véritable analyse d’ingénierie sur le terrain réalisée par des physiciens titulaires d’un doctorat engagés par l’AAWSAP. Il ne s’agit pas de publier un rapport indiquant que telle ou telle chose devrait être faite à l’avenir.
  • Concevoir et construire une unité de surveillance UAP autonome portable avec de multiples capteurs qui pourrait être déployée n’importe où dans le CONUS en un jour ou deux.
  • Nous avons passé un contrat avec plusieurs laboratoires pour analyser chimiquement des échantillons anormaux provenant de sites de crash présumés et d’autres sources.
  • Plongées profondes – (le personnel de l’AAWSAP sur le terrain) dans des cas médicaux résultant d’un rayon émis par un UAP en Géorgie ou d’une rencontre rapprochée avec de petits orbes bleus (objet volant non identifiés) causant de multiples effets médicaux. Nous avons obtenu suffisamment de données pour démontrer que les rencontres rapprochées constituent une menace pour la santé humaine.
  • A engagé des traducteurs russes qui ont aidé à la traduction et à l’analyse des documents de l’ère soviétique sur leur stratégie nationale UAP. A montré un organigramme très complexe et bien organisé datant de 1991 qui indique une approche très sophistiquée couvrant de multiples agences.

Lors d’une conversation enregistrée à la caméra, les trois co-auteurs, Lacatski, Kelleher et Knapp, ont discuté de certaines des perceptions erronées les plus courantes concernant l’AAWSAP, son successeur l’AATIP, et des deux années qu’il a fallu pour écrire le livre (y compris les 14 mois de révision par le processus de révision de la sécurité du Pentagone).

Résumé

George Knapp
Dr. Jim Lacatski, il y a eu de nombreuses spéculations alimentées en partie par les déclarations du porte-parole du DOD selon lesquelles les 22 millions de dollars obtenus par le sénateur Reid et ses collègues du Congrès pour financer ce programme et cette étude n’avaient rien à voir avec les OVNI. Il s’agissait simplement d’une étude sur les technologies futures, vraisemblablement celles de nos adversaires. Ce n’était vraiment que cela. Pouvez-vous nous dire si AAWSAP était avant tout une enquête sur le phénomène OVNI ? Pourquoi cela n’est-il pas évident dans les documents rendus publics jusqu’à présent ?


James Lacatski
La réponse à cette question est oui
. C’était complètement lié aux OVNI. La raison pour laquelle vous n’avez pas vu la documentation est que nous utilisons le format de déclaration d’objectifs pour la demande de proposition. C’est insuffisant pour quiconque examine le contenu du contrat, ils doivent avoir la proposition. Maintenant, dans la proposition, et dans ce cas, c’était de Bigelow Aerospace Advanced Space Studies (BAASS). Il est clairement mentionné, parmi les sujets proposés, une base de données mondiale des véhicules aérospatiaux avancés, des véhicules anormaux. Il ne peut y avoir aucune ambiguïté ici. Ce projet a été proposé comme un projet OVNI. Maintenant, si vous voulez regarder la fin du projet, vous trouverez plus de 100 documents qui devaient être rapportés à la Defense Intelligence Agency et qui étaient liés aux OVNIs, en partie bien sûr, je veux dire, c’étaient de grands, très grands documents. Et vous avez aussi des études techniques, et vous avez cette base de données. Probablement la plus grande base de données OVNI qui existe dans le monde et qui est actuellement utilisée par l’armée américaine. Donc oui, c’était complètement un projet OVNI.

George Knapp
Le New York Times et d’autres grands médias ont rapporté que ces 22 millions de dollars étaient allés à l’AATIP et non à l’AAWSAP. Pouvez-vous clarifier la différence entre AAWSAP et AATIP ?

James Lacatski
Oui, le nom AATIP était un surnom pour AAWSAP pour certaines raisons de sécurité que nous avons mises dans le livre. Mais la différence entre l’AAWSAP avec le surnom AATIP à la DIA, et l’AATIP au Pentagone est très distincte. AAWSAP avait un financement de 22 millions de dollars. Il couvrait les OVNI militaires et civils, produisant une base de données massive. Il avait également un contrat principal et des sous-contrats. L’AATIP du Pentagone, tel que décrit dans les articles, n’avait pratiquement aucun financement, se concentrait sur des rencontres militaires spécifiques d’OVNI, très importantes car filmées, et n’avait pas de contrat. Donc, pour en revenir à comment cette confusion s’est produite, je pense que ce n’est pas délibéré. Ce n’est pas dû à des auteurs, à des personnalités de la télévision, etc. C’est le fait que nous ne gérions pas un SAP officiel, mais un programme fermé. Je peux vous dire avec certitude que dans mon propre bureau, ils ne savaient pas, à part la direction, que ce contrat était en cours d’exécution. Ils n’en avaient pas la moindre idée. Notre sécurité était très stricte. Et aussi, le fait est, est que, eh bien, je suppose que cela dit à peu près tout. C’est le meilleur exemple que je puisse donner.

George Knapp
Dr. Colm Kelleher, vous étiez directeur de programme à BAASS. Pouvez-vous décrire, en termes généraux, le fonctionnement de BAASS, combien de personnes ont été embauchées et à quel moment ? Et qu’ont-ils fait ? Je veux dire, s’agissait-il d’une véritable enquête sur les OVNIs et les phénomènes connexes et comment cela fonctionnait-il ?

Colm Kelleher
J’ai été embauché en novembre 2008. Le programme AAWSAP s’est déroulé de septembre 2008 à fin 2010. L’une des premières tâches que j’ai eues en arrivant à bord a donc été de constituer une équipe d’enquêteurs spécialisés dans les ovnis aussi rapidement que possible. En y repensant, entre novembre 2008 et probablement avril 2009, j’ai personnellement mené environ 300 entretiens téléphoniques pour tenter de recruter différentes personnes pour différents postes au sein de l’AAWSAP. En outre, j’ai réalisé au moins 100 entretiens en face à face dans mon bureau au cours de cette période. Nous parlons donc d’un rythme assez rapide en termes de recrutement de beaucoup de personnes au bureau, parfois il y avait une ou deux personnes à l’extérieur. Mais nous nous sommes concentrés sur le recrutement d’une équipe de scientifiques de niveau doctorat, notamment en physique et en biologie, de scientifiques de niveau maîtrise, de techniciens, nous avons également recherché des analystes de bases de données et des membres du renseignement militaire ayant une longue expérience des enquêtes. Et bien sûr, nous recherchions aussi beaucoup d’agents de sécurité, car la sécurité était une question importante. Il est intéressant de noter que l’un de nos gestionnaires de programme était un vétéran de 20 ans du Air Force Office of Special Investigations, également connu sous le nom d’AFOSI. Et ce type était un enquêteur très, très expérimenté. Et il nous a beaucoup aidés dans ce qui s’est avéré être une tentative de formation d’une relation avec l’AFOSI, dont il est question dans le livre. Mais toutes ces embauches et ce recrutement ont eu lieu sur une période de quatre ou cinq mois. Je pense qu’à la fin du mois de mai 2009, nous avions une équipe d’environ 50 personnes. Et George, si l’on considère qu’il s’agissait d’un contrat de 24 mois, nous n’avons pas seulement mis en place l’infrastructure de sécurité de cette grande organisation, ce qui incluait les habilitations de sécurité des installations, la mise en place d’un niveau suffisant pour les inspections, mais aussi le recrutement de ces personnes, la formation de toutes ces personnes différentes. Et puis nous avons exécuté plusieurs programmes côte à côte. Et tout cela s’est déroulé sur une période de 24 mois. Nous étions donc sur un rythme assez rapide. Et je dirais, j’ai travaillé avec des organisations gouvernementales dans le passé, la NASA et le DoD dans d’autres capacités, et mettre ce genre de niveau d’activité ensemble dans une période de 24 mois, je pense que c’était assez extraordinaire. Et, évidemment, le Dr Lacatski, sa contribution à Washington, DC, et le fait qu’il ait graissé les roues pour que tout cela se produise, en mettant en place une organisation assez importante qui se concentrait uniquement sur les enquêtes sur les OVNI. C’était la clé.

George Knapp
Vous savez, l’un des aspects les plus troublants de l’enquête à laquelle vous avez tous deux coopéré et qui est mis en avant dans ce livre, ce sont les conséquences médicales et physiques des rencontres rapprochées, et pas seulement les lumières dans le ciel, et les personnes qui peuvent voir des engins structurés, mais aussi d’autres phénomènes connexes qui ont entraîné des effets physiques documentés, dont certains assez graves. Dr. Kelleher, pouvez-vous nous parler un peu de ce qui a été appris sur les conséquences médicales de ces rencontres et peut-être nous donner un exemple ?

Colm Kelleher
Oui, nous avions de multiples flux d’affaires relatives aux OVNIs qui nous parvenaient. Nous examinions également de multiples bases de données, dont certaines étaient des bases de données de pilotes, de pilotes militaires et de pilotes civils. Nous disposions de ce que nous appelons l’entrepôt de données, qui comprend 11 bases de données distinctes de cas d’UAP provenant du monde entier et des États-Unis. Et nous avons en fait répertorié plusieurs centaines de cas où des personnes, ici et en dehors des États-Unis, ont rencontré des OVNIs et ont subi des effets physiologiques, pathologiques et médicaux, dont certains étaient assez graves. Et à cette fin, en termes d’enquêtes en temps réel et d’effets médicaux des OVNI. Nous avions deux médecins scientifiques, et je parle de docteurs en médecine, qui étaient consultants auprès de l’AAWSAP. Et leur tâche consistait essentiellement à faire partie d’une équipe qui partait enquêter sur les blessures liées aux UAP. Nous en avons eu quelques-unes en temps réel, alors que normalement, lors d’une enquête sur un OVNI, les enquêteurs peuvent passer quelques jours avec les témoins. En ce qui concerne ces enquêtes de type médical, elles ont duré parfois des mois, parfois des années. Et beaucoup de ces enquêtes impliquaient des prises de sang, des analyses chimiques, des analyses hématologiques, des paramètres du système immunitaire, parfois des IRM, le tout dans le respect des normes HIPAA. Nous étions très attentifs au respect de la confidentialité des patients, et aux exigences de l’HIPAA. Nous avons donc rencontré quelques cas exceptionnels en termes de blessures médicales. Je peux vous en donner un exemple. Un biotechnologiste se dirigeait vers Bend, dans l’Oregon. Sa fille était dans la voiture et elle a remarqué dans le champ trois objets inhabituels non identifiés qui semblaient être érotiques et voler près du sol. Ils étaient petits. Et juste après avoir remarqué cela, ils se sont dirigés vers la voiture et le biotechnologiste, alors qu’il conduisait, deux de ces objets sont entrés dans le véhicule, l’un est passé juste devant le père et la fille à travers le tableau de bord, l’autre a traversé son épaule gauche et est sorti par son épaule droite. Il s’agissait de petits objets, approximativement de la taille d’une balle de baseball, nous n’avons toujours pas pu déterminer exactement ce qu’étaient ces objets. Mais juste après, ce type a commencé à se sentir étourdi, à avoir des nausées. (Le) matin suivant, il s’est réveillé avec une forte douleur dans son côté gauche. Son visage gauche était très, très brûlé par le soleil. En l’espace de quelques jours ou d’une semaine, il a commencé à perdre ses cheveux sur le côté gauche, son œil gauche a commencé à perdre de son acuité, son oreille gauche a commencé à se dégrader. Pour faire court, nos médecins scientifiques ont suivi ce type et sa famille pendant plusieurs mois. Quelques mois plus tard, cet homme a été atteint d’une forme rare de carcinome canalaire. Et heureusement, il a pu être traité. Mais les multiples échantillons de sang prélevés pendant cette période ont permis de dresser un tableau très cohérent de ce que nous pensions être une forte probabilité de blessure médicale résultant de cette rencontre rapprochée avec des objets volants non identifiés. Il y a d’autres cas que nous expliquons dans le livre, mais celui-là en particulier a été suivi, en fait, pendant des années.

George Knapp
Juste un dernier commentaire de chacun d’entre vous. Nous avons tous travaillé sur ce projet, vous plus que moi, pendant deux ans pour le mettre au point, et il est enfin sorti. Dr. Lacatski, Jim, il a fallu 14 mois pour obtenir le timbre d’approbation du DoD. J’imagine que vous étiez un peu en train de transpirer là-bas. Pouvez-vous me parler de ce processus et de ce que vous pensez de ce qui en est ressorti ?

James Lacatski
Eh bien, je suis heureux que nous ayons finalement obtenu une autorisation de diffusion publique. Et franchement, j’ai compris toutes leurs préoccupations. Ce que nous devions réécrire dans le livre, et ce que nous devions enlever et ajouter. Je ne m’en faisais pas trop parce que j’étais en communication quasi permanente avec eux. J’avais affaire à des gens très agréables, et je comprenais leur situation pendant la pandémie, ils travaillaient hors site, mais ils devaient traiter le dossier par des canaux sécurisés, car on ne sait pas ce que contient le livre. Ils devaient donc le traiter comme s’il contenait des informations top secret SCI. Bien sûr, ce n’était pas le cas. Mais néanmoins, ils ont dû le traiter de cette façon. Ils ont dû se mettre au travail, être transférés à diverses organisations pour qu’elles les examinent et les approuvent, mais finalement cela s’est produit et je suis heureux que nous ayons obtenu cette approbation pour la publication.

George Knapp
Colm, tu es excité, ça doit être comme un accouchement, non ? De l’avoir enfin sorti et d’être capable de raconter cette histoire.

Colm Kelleher
Oui, je pense que ça a été un… ça a été un long moment à venir. Et je pense que le livre qui sortira devrait pouvoir répondre à un certain niveau de confusion, notamment dans les médias au cours des quatre dernières années. Il y a eu une sorte de focalisation sur le livre et il résumera l’ensemble du programme. Et je pense que c’est un résumé complet du programme de 24 mois qui a eu lieu. Et comme Jim l’a dit, plus de 100 rapports, au cours de ces 24 mois, ont été soumis à la Defense Intelligence Agency, à la fois électroniquement et sur papier. Je me souviens d’être dans mon bureau, en fait, à Las Vegas, avec les copies papier dans des classeurs à trois anneaux. Et cet ensemble de données s’élevait à environ six pieds de haut sur le sol de mon bureau. Je veux dire, c’était une incroyable réserve de données, car elle comprenait non seulement des rapports mensuels, mais aussi des rapports qui étaient des plongées en profondeur dans des cas spécifiques et aussi des sujets. Je pense donc qu’il est temps que l’histoire complète de l’AAWSAP soit racontée. Et vous savez, le Dr Lacatski était la force motrice à Washington, DC, et j’étais le gestionnaire au jour le jour à Las Vegas. Je pense donc qu’à nous deux, nous avons réussi à faire un bon résumé de ce qu’était le programme dans son ensemble.

George Knapp
Je pense que les gens apprécieront vraiment de voir la genèse de l’enquête, comment cela a été expliqué et est expliqué dans le livre. Ce que j’ai également aimé, c’est la façon dont vous tous, le sénateur Reid, Robert Bigelow, vous êtes battus pour obtenir le programme et le rendre opérationnel, mais aussi pour le défendre contre les prédateurs du Pentagone qui ont fini par causer beaucoup de problèmes. Je veux dire, imaginez si AAWSAP et BAASS avaient été autorisés à continuer, à quel point nous serions loin dans la compréhension de ces mystères.

Pour conclure…

Je me désole que cette affaire remette le Ranch Skinwalker dans la boucle, car il est écrit formellement que d’étranges observations s’y produisaient. Je rappelle que ce ranch ne devait pas être si incroyable, car Bigelow l’a vendu…

L’accent est mis sur des phénomènes biologiques, dont certains semblent très surprenants. Mais je rappelle aussi que dans la mission du Bureau OVNIS, il est spécifié que les effets sur la santé de témoins UAP doivent être évalués. (Je pose la question ainsi…A votre avis des vaisseaux spatiaux viendraient sur Terre juste pour foutre le cancer à des passants ? Je trouve cela trop bizarre. Oui c’est possible, mais quand on voit les précautions de la NASA pour ne pas transmettre d’organisme vivants sur des planètes mortes comme la Lune ou Mars ?!?!?))

Il confirme (pardon … Il est affirmé…) que plusieurs filmes d’UAP existent bel et bien depuis longtemps.

Je vais acheter ce livre et le lire – En attente de voir une vidéo montrant un appareil manufacturé par une intelligence non terrestre.

Le livre a bien été passé en revue par le Departement Of Defense

-> Et voilà, livre traduit ! Mais non désolé, il y a trop de déclarations invraisemblables dans ce bouquin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *