L’OVNI du National Geographic Institute du Costa Rica

Nouveau scan haute résolution de l’image  » extraordinaire  » de l’UAP

ÉCRIT PAR VINNIE ADAMS le 6 mai 2022 – Traduction et commentaires par Toledo le 8 mai 2022

https://www.uapmedia.uk/articles/costarica-ufo

Est-ce la meilleure photo d’OVNI jamais prise ? (Source : Instituto Geográfico Nacional de Costa Rica)

LE 4 SEPTEMBRE 1971, à bord d’un avion bimoteur Aero Commander F680, une caméra automatique a capturé l’image d’une « soucoupe volante », qui n’a jamais été démentie à ce jour.

Le National Geographic Institute du Costa Rica étudiait l’impact potentiel sur les terres et les eaux environnantes d’un projet hydroélectrique à proximité du volcan Arenal, dans les hautes terres du nord.

À 10 000 pieds d’altitude, le photographe aérien Sergio Loaiza a activé la caméra cartographique de 100 livres. À intervalles de 20 secondes, l’appareil a pris des images de l’eau et de la forêt tropicale en noir et blanc haute résolution.

Aucun des occupants n’était conscient de ce que l’appareil avait filmé ce matin-là. Même après le développement du film et le classement des négatifs, ils ne se sont pas rendu compte de ce qu’ils avaient filmé.

Finalement, après avoir sorti les négatifs pour étudier les moyens potentiels de relier le lac Cote à la lagune Arenal voisine, ils ont remarqué l’objet anormal qui planait au-dessus du lac Cote.

Sur l’image numéro 300, avec un horodatage de 8 h 25, l’image montre ce qui semble être un disque métallique brillant sur la droite de la photographie. Au fil des ans, la taille de l’objet a été estimée entre 120 et 220 pieds de diamètre.

Naturellement, les personnes concernées étaient enthousiastes à l’idée de ce qu’elles avaient pu capturer, mais leur enthousiasme a été de courte durée, car les responsables du National Geographic Institute leurs ont rapidement demandé de ne pas en parler. Pourquoi leur a-t-on dit cela ? Et quand cela a-t-il changé ? Il est évident qu’ils ont été autorisés à en parler à un moment donné, et l’étude de Haines et Vallée a été publiée. J’ai toujours pensé que le gouvernement devait être félicité pour sa transparence… alors c’est une surprise…

Au fil des ans, l’image a été analysée par divers experts tels que le chercheur costaricien Ricardo Vílchez, le Dr Richard Haines et le Dr Jacques Vallée. ILS ONT TOUS CONCLU que l’objet photographié semblait réel et n’était PAS le résultat d’une double exposition ou d’une fabrication délibérée.

L’analyse du Dr Richard Haines et du Dr Jacques Vallée est disponible ici :

Analyse des photos d’un disque aérien au-dessus du Costa Rica

Analyse des photos d’un disque aérien au-dessus du Costa Rica : Nouvelles preuves

Au fil du temps, de nombreux opposants et démystificateurs ont proposé des explications prosaïques pour expliquer l’objet, allant du reflet d’une lentille au couvercle d’une théière, entre autres. Le fait est qu’à ce jour, il n’a pas été prouvé ce que la photographie montre exactement.

En 2021, l’intérêt pour l’image est revenu dans le domaine public lorsqu’elle a été mentionnée dans un article du New Yorker, « How the Pentagon Started Taking UFOs Seriously« , par Gideon Lewis-Kraus, publié le 30 avril 2021. Dans l’article, il est mentionné qu’une copie de l’image est accrochée sur un mur derrière le bureau de l’auteur et journaliste Leslie Kean.

Il est important, à notre époque, de souligner l’importance de s’efforcer d’obtenir de bonnes données lorsque l’on tente de légitimer et d’étudier ce sujet.

« Cette photographie d’un ovni est peut-être la plus extraordinaire jamais diffusée par des responsables gouvernementaux. Nous n’avons aucune idée des images comparables, voire meilleures, qui sont cachées dans des dossiers classifiés au sein du ministère de la Défense des États-Unis. Je suis reconnaissant au gouvernement du Costa Rica pour sa transparence. Je suis également reconnaissant à Esteban pour les efforts qu’il a déployés afin d’acquérir le meilleur rendu possible de cette photographie historique. »

— LESLIE KEAN

Récemment, UAPMedia UK a obtenu une copie de la photographie par balayage du tambour auprès d’Esteban Carranza, citoyen du Costa Rica (utilisateur de Twitter @UAP_CR).

Esteban Carranza possède un négatif 8×10 vieux de plus de 40 ans, qui est une copie « contact » du négatif original de l’ovni COTE qui se trouve aux Archives nationales du Costa Rica. Il l’a acquis auprès de son oncle, décédé l’année dernière. Il l’a obtenu à la fin des années 70 et au début des années 80 auprès du National Geographic Institute.

Il a récemment rendu visite à Sergio Loaiza, qui était le technicien en charge de l’appareil photo au moment où la photo a été prise. Les trois techniciens volant dans l’avion de cartographie (en plus du pilote) avaient tous reçu une formation en photographie aérienne du service de cartographie de l’armée américaine. Quand Esteban Carranza a montré le négatif à Loaiza, il était très excité ! Il pense que la copie contact pourrait avoir été réalisée vers 1975, car lorsque le négatif est devenu célèbre dans les années 80, il présentait déjà de nombreuses rayures dues à sa manipulation.

L’année dernière, Esteban Carranza a envoyé le négatif à un laboratoire photo du Kansas, du nom de Michael Strickland Photography. Il a utilisé un scanner à tambour Tango et a produit un scan de très haute qualité d’une taille de 1,7 Go. Un scanner à tambour agit essentiellement comme un appareil photo numérique de précision, utilisé pour numériser des matériaux réfléchissants et transparents à une résolution extrêmement élevée. Il capture l’image avec une lumière analogique, produisant le plus de détails possibles dans chaque canal de couleur, puis la convertit en fichier numérique.

Comparaison des anciennes et des nouvelles cultures de l’image du lac de Cote (anciennes à gauche, nouvelles à droite).

Vous trouverez ci-dessous les images précédentes et suivantes de la série de photographies prises lors de ce vol. Aucun UAP n’est visible.

L’analyse de UAP Media (mai 2022)

Voici les réflexions de l’équipe d’UAPMedia UK, avec des commentaires supplémentaires de l’ancien chef du programme AATIP du Pentagone, Luis Elizondo, et du réalisateur de documentaires, Jeremy Corbell.

Graeme Rendall – Auteur de UFOs Before Roswell et Flying Saucer Fever : « C’est une photographie vraiment intrigante, qui frappe totalement l’imagination. Je suis toujours impressionné de voir à quel point elle semble « juste ». Quant à sa véracité, je ne peux rien dire, mais j’aimerais qu’elle soit vraie. Elle semble certainement beaucoup plus convaincante que beaucoup d’autres images que j’ai vues au fil des ans. Mais je dois laisser aux experts en analyse de photos le soin de se prononcer à ce sujet. »

Andy McGrillen – Hôte de That UFO Podcast : « L’image prise et présentée me fascine, car tant de personnes au cours des décennies ont essayé et échoué à capturer une image de haute qualité d’un véritable OVNI. Pourquoi ne serait-il pas possible que la meilleure image publique soit celle que l’on capture par pur hasard comme celle-ci ? À quoi ressemble le réel quand il s’agit de quelque chose dont nous n’avons pas encore de véritable image ? Cette image présente quelque chose d’anormal et pose la question de savoir combien d’autres images comme celle-ci passent inaperçues ? »

Dave Partridge – Rédacteur en chef du magazine Shadows Of Your Mind : « Les gens font toujours remarquer qu’il n’y a pas de photos claires de l’UAP, et ils ont en général raison, mais dans ce cas précis, nous avons une image indubitablement claire – peut-être la plus claire à ce jour. Pour moi, la forme de l’objet rappelle les descriptions similaires faites – et dessinées – par les élèves qui ont observé les tristement célèbres disques volants de la Westall High School à Melbourne, en Australie, en 1966. Cette corrélation à elle seule rend l’objet digne d’une enquête plus approfondie. »

Vinnie Adams – Hôte du podcast Disclosure Team : « Après avoir examiné le cas, lu les circonstances entourant ce qui a été vu de cet avion ce jour-là, et lu l’analyse faite précédemment par le Dr Jacques Vallée, il s’agit d’un cas très convaincant. Le fait qu’après 50 ans, elle n’ait toujours pas été prouvée de manière concluante ou démentie est très intéressant. Maintenant que nous disposons de cette version haute résolution de l’image scannée au tambour, nous espérons qu’elle pourra relancer l’intérêt pour cette affaire et conduire à une analyse plus approfondie et à une conclusion quelconque. »

Dan Zetterström – Co-hôte de That UFO Podcast : « Nous pouvons clairement constater un saut de qualité entre ce scan haute résolution et les reproductions précédentes – plus de détails que jamais sont visibles ! Cela va sûrement générer plus de travail et de débats, mais en fin de compte, c’est le chemin vers la vérité. »

Luis Elizondo – Ancien directeur de l’AATIP : « Bien que je ne fusse pas présent lors de cet incident, les rapports des pilotes sur des vaisseaux lisses, brillants et lenticulaires ne sont pas nouveaux.  En fait, aujourd’hui encore, des pilotes, civils et militaires, ainsi que leurs équipages, continuent d’être témoins de ce type d’engins et affichent souvent des performances bien supérieures à l’état de l’art.  Heureusement, certains de ces nouveaux incidents sont portés à la connaissance du Congrès grâce au courage de nos hommes et femmes en uniforme.  Pendant mon séjour à l’AATIP, ces incidents étaient étonnamment fréquents ».

Jeremy Corbell – Cinéaste : « Alors que nous cherchons un sens à la présence des ovnis, il est important que nous nous souvenions que nous sommes plus efficaces collectivement lorsque nous analysons les choses. Les images historiques comme celle du Costa Rica ont encore des histoires à raconter, et de nouvelles idées sont parfois à portée de main. Si nous parvenons à démocratiser socialement notre recherche de réponses, nous serons plus proches de la vérité que si nous attendons simplement la confirmation de nos gouvernements. Je suis ravi que des images de plus haute qualité continuent d’apparaître, surtout lorsqu’elles nous permettent d’avoir un aperçu de notre passé ovni. On peut se demander quelles autres preuves d’OVNI se cachent dans des boîtes ou des dossiers qui sont restés insaisissables jusqu’à présent. Je suis convaincu que de plus en plus de personnes se manifesteront dans un avenir proche et apporteront des informations et des preuves précieuses. »


Pour télécharger la nouvelle copie haute résolution (1,7 Go !) de l’image, cliquez sur l’un des boutons ci-dessous.

En raison de la taille du fichier, si une option ne fonctionne pas, essayez l’autre.

DOWNLOAD OPTION 1

DOWNLOAD OPTION 2


UAPMedia UK tient à remercier Leslie Kean, Jeremy Corbell et Luis Elizondo pour avoir fourni des citations pour cet article.

Merci également à Esteban Carranza pour les informations et les images.

Vinnie Adams https://twitter.com/disclosureteam_

Note de Toledo

Evidemment toute amélioration est bonne à prendre. Je recommande de télécharger le fichier de 1.7 GB pendant que c’est possible pour se faire une meilleure idée.

Je ne suis pas un spécialiste, mais à prime abord les ombres du supposé objet ne sont pas compatibles avec le reste de la scène. De plus, difficile de savoir à quelle hauteur il se trouve. On a l’impression qu’il est partiellement immergé, ce qui dans ce cas en ferait un très grand objet, comme cité plus haut d’une centaine de mètre de diamètre au moins. L’eau est-elle suffisamment profonde à ce niveau-là ?

Alors Mick West ?

Mick West y va évidemment de ses commentaires dans un fil sur MetaBunk. Je n’ai sortit quelques extraits, mais il faut tout parcourir:

https://www.metabunk.org/threads/1971-lake-cote-lago-de-cote-ufo-aerial-photo.11729/

Cette nouvelle image semble vraiment indiquer qu’il s’agit d’un faux pris sur le vif ou plus tard. Je ne vois pas comment cet éclairage orienté vers le soleil peut fonctionner avec un objet dans la scène.

Anne K commente : Cela ressemble beaucoup à un objet CONCAVE, comme la vue intérieure d’une lampe de bureau à l’ombre métallique, peut-être un peu courbé. La lumière réfléchie dans cette direction est alors plus logique.

Ravi : Je trouve intéressant que le bord supérieur de l’ovale soit beaucoup plus net que le bord inférieur. Quelque chose qui aurait physiquement volé à cet endroit aurait des arêtes vives le long du bord à 100%.

Z.W. Wolf : Lui essaye de retrouver des lampes flash de cette époque, et pense que la forme est similaire…

Un équipement photographique du milieu du siècle ? Si c’est le cas, on cherche la surface intérieure concave du réflecteur. La zone « coupée » semble être une zone d’ombre.

Deirdre a lui retrouvé le type de l’appareil photo équipant l’avion, et pense qu’il s’agit d’un artefact produit par le système optique de l’appareil lui-même.

Donc que chacun pense ce qu’il a envie de penser.

Pour moi, je pense clairement qu’il s’agit d’un artefact. Je ne vois pas vraiment un objet volant manufacturé par une intelligence non-humaine ici, qui me semble insuffisamment net par rapport aux autres objets de la photo.

Dans tous les cas, cela n’est pas pour moi la confirmation que « Le Phénomène est réel ».

Une des rares photos qui fait couler de l’encre, électronique ou pas, depuis plus de 50 ans…

2 réflexions sur “L’OVNI du National Geographic Institute du Costa Rica”

  1. ERIC MAILLOT

    Il me semble assez étrange que sur l’image de haute qualité on ne perçoive pas les rayures sur le négatif que l’on voyait pourtant sur les anciennes images en plus basse qualité théorique…
    Y a t il eu un nettoyage -filtrage logiciel des défauts dans la zone intéressante ? On voit des rayures uniquement sur la partie noire externe du négatif (en bas au centre, non loin de « l’objet ») qui ne continuent pas sur l’image.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.