Redynamiser l’héritage sur les UAP du Sénateur Harry Reid

https://thehill.com/opinion/technology/587865-reinvigorating-the-uap-legacy-of-sen-harry-reid

PAR AVI LOEB, CONTRIBUTEUR D’OPINION – 01/01/22. Tous droits de traduction réservés par Toledo.

LES OPINIONS EXPRIMÉES PAR LES CONTRIBUTEURS SONT LES LEURS ET NE REPRÉSENTENT PAS L’OPINION DE The Hill.

Le décès de Harry Reid, l’ancien sénateur démocrate du Nevada, nous a tristement rappelé que nous ne pouvons pas arrêter le train du temps. Il continue à avancer et, tout en anticipant la fin de tout voyage, nous ferions mieux de regarder par les fenêtres de notre cabine et de profiter du voyage tant qu’il dure. Au-delà du spectacle habituel à l’intérieur de la cabine de la politique tumultueuse de D.C., Reid a osé regarder par les fenêtres et, ce faisant, a laissé un héritage permanent.

En 2007, alors qu’il était leader de la majorité au Sénat, Reid a travaillé avec le sénateur Ted Stevens, un républicain de l’Alaska, et Daniel Inouye, un démocrate d’Hawaï, pour obtenir un financement de 22 millions de dollars pour le programme d’identification des menaces aérospatiales avancées. Le programme a enquêté sur les rapports de phénomènes aériens non identifiés (UAP, alors appelés OVNI), dont certaines vidéos et photographies de ces rencontres ont été rendues publiques. Le gouvernement a continué à étudier les UAP, plus récemment par le biais du groupe de travail sur les phénomènes aériens non identifiés.

Reid semble croire qu’il y a beaucoup de choses que nous ne comprenons pas sur ces rencontres. En mai, il a écrit : « Je n’ai jamais eu l’intention de prouver que la vie au-delà de la Terre existe. Mais si la science prouve qu’elle existe, cela ne me pose aucun problème. Parce que plus j’apprends, plus je réalise qu’il y a encore tellement de choses que je ne connais pas. »

De mon point de vue de scientifique, l’observation non classée la plus inhabituelle de ces cinq dernières années a été celle du premier objet interstellaire tracé près de la Terre, connu sous le nom de `Oumuamua, qui semblait différent de tous les objets célestes que nous avions observés auparavant. Ses nombreuses anomalies m’ont conduit à l’hypothèse intrigante qu’il pourrait s’agir d’un équipement extraterrestre. L’action immédiate découlant de cette expérience a été de collecter de meilleures données sur les objets de type `Oumuamua à l’avenir, afin d’identifier leur nature. Cette prise de conscience a conduit à la création du projet Galileo en juillet 2021, un mois après que l’Office of the Director of National Intelligence (ODNI) ait remis un nouveau rapport UAP au Congrès. C’était ma façon de suivre l’héritage de Reid (un acte qui l’a incité à déclarer publiquement qu’il aimait mon livre « Extraterrestrial » et le projet Galileo). J’aurais aimé qu’il soit là une année de plus pour être témoin des données scientifiques que nos nouveaux télescopes vont recueillir.

Six mois après le rapport de l’ODNI, le président Biden a signé la loi – avec le soutien bipartisan du Congrès – sur la création d’un nouveau bureau UAP. Ce bureau, qui sera opérationnel d’ici juin 2022, aura le pouvoir de lancer un effort coordonné de signalement et de réponse aux UAP et d’améliorer considérablement le partage des données entre les agences gouvernementales sur les observations d’UAP. Ce nouveau bureau, qui découle de l’héritage de Reid, sera administré conjointement par le secrétaire à la défense et le directeur du renseignement national, et permettra au personnel militaire et civil ainsi qu’à la communauté du renseignement de signaler les incidents et les informations concernant les UAP.

En complément des données classifiées appartenant au gouvernement, les données du projet Galileo seront ouvertes au public et leur analyse scientifique sera transparente. Les résultats scientifiques qui en découleront permettront d’élargir les connaissances de l’humanité, sans tenir compte des frontières entre les nations.

À ce jour, l’équipe de recherche Galileo compte plus de 100 scientifiques qui prévoient d’assembler le premier système de télescope sur le toit de l’observatoire du Harvard College au printemps 2022. Le système enregistrera en continu des images vidéo et audio de l’ensemble du ciel dans les bandes visibles, infrarouges et radio, et suivra les objets d’intérêt. Des algorithmes d’intelligence artificielle permettront de distinguer les oiseaux des drones, des avions ou d’autres objets. Lorsque le premier système fonctionnera avec succès, le projet Galileo en fera des copies et les distribuera dans de nombreux lieux géographiques.

On m’a récemment demandé pourquoi la recherche de techno-signatures extraterrestres intéresserait une personne ordinaire, comme un chauffeur de taxi inquiet de payer son loyer. Il est intéressant de noter que la tâche du Congrès pour le nouveau bureau UAP implique un plan scientifique qui vise à « (1) rendre compte des caractéristiques et des performances des phénomènes aériens non identifiés qui dépassent l’état de l’art connu en science ou en technologie, notamment dans les domaines de la propulsion, du contrôle aérodynamique, des signatures, des structures, des matériaux, des capteurs, des contre-mesures, des armes, de l’électronique et de la production d’énergie ; et (2) fournir les bases d’investissements futurs potentiels pour reproduire ces caractéristiques et performances avancées ».  Le chauffeur de taxi s’intéresserait au deuxième point s’il avait la possibilité d’obtenir un emploi mieux rémunéré en conduisant un appareil de transport plus rapide.

Nous devrions continuer à réviser notre évaluation de l’environnement cosmique à l’extérieur de la cabine de notre train à mesure que nous recueillons de nouvelles données. Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, de la société spatiale Blue Origin et actuellement la personne la plus riche du monde, a récemment fait remarquer que « les personnes les plus intelligentes révisent constamment leur compréhension, reconsidèrent un problème qu’elles pensaient avoir déjà résolu. Ils sont ouverts aux nouveaux points de vue, aux nouvelles informations, aux nouvelles idées, aux contradictions et aux remises en question de leur propre façon de penser. »

L’inverse doit également être vrai : le fait que certains scientifiques s’attendent à ce que les découvertes ne s’inscrivent pas dans le statu quo du courant dominant implique un manque d’imagination. Le sénateur Harry Reid l’a compris.

Avi Loeb est le chef du projet Galileo, le directeur fondateur de la Black Hole Initiative de l’université de Harvard, le directeur de l’Institute for Theory and Computation du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, ainsi que l’ancien président du département d’astronomie de l’université de Harvard (2011-2020). Il préside le conseil consultatif du projet Breakthrough Starshot et est un ancien membre du President’s Council of Advisors on Science and Technology et un ancien président du Board on Physics and Astronomy des National Academies. Il est l’auteur à succès de « Extraterrestrial : The First Sign of Intelligent Life Beyond Earth » et co-auteur du manuel « Life in the Cosmos », tous deux publiés en 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *