Des scientifiques affirment qu’il pourrait y avoir des « humains » partout dans l’univers…

… Dans une galaxie très, très lointaine …

Toledo / 24.11.2021

Imaginez, si vous le voulez bien, que les futurs humains parviennent à voyager vers d’autres mondes et trouvent… d’autres humains.

Selon un astrobiologiste de l’université de Cambridge, ce scénario est plus probable que vous ne le pensez.

Dans une nouvelle interview accordée au magazine Science Focus de la BBC, un paléobiologiste évolutionniste du département des sciences de la Terre de l’institution, Simon Conway Morris, a déclaré que les chercheurs peuvent « affirmer avec une confiance raisonnable » qu’une évolution de type humain s’est produite dans d’autres endroits de l’univers.

Le cœur de la conviction de Morris vient de la théorie de l’évolution convergente, qui prétend que, comme le dit Science Focus, « les effets aléatoires finissent par s’annuler de sorte que l’évolution converge, tendant à produire des organismes similaires dans tout environnement donné ». Le magazine a utilisé l’exemple du vol, qui « a évolué indépendamment sur Terre au moins quatre fois – chez les oiseaux, les chauves-souris, les insectes et les ptérosaures. »

En bref, la théorie de l’évolution convergente postule que l’évolution elle-même est une loi de la nature – et, en tant que point final logique, il est probable que l’évolution fonctionne de la même manière sur différentes planètes qu’ici sur Terre. En d’autres termes, il est théoriquement possible que les humanoïdes extraterrestres bleus et verts que l’on voit dans « Star Trek » existent bel et bien.

Morris n’est pas le seul Cambridgeois à penser que la vie extraterrestre aurait évolué de manière « analogue à celle de l’homme ».

Arik Kershenbaum, un zoologiste de l’institution britannique raréfiée, a écrit un livre entier sur le concept d’évolution extraterrestre.

« Parce que l’évolution est le mécanisme explicatif de la vie partout », a déclaré Kershenbaum au magazine Quanta plus tôt cette année, « alors les principes que nous découvrons sur Terre devraient être applicables dans le reste de l’univers. »

Kershenbaum a fait valoir que, même s’il est « tentant » d’envisager des races extraterrestres qui n’ont pas les mêmes intérêts culturels que les humains, comme la philosophie et la littérature, nous devons nous rappeler qu’elles n’ont pas surgi du vide comme des êtres technologiques avancés. Selon Kershenbaum, même les formes de vie extraterrestres dotées d’une technologie supérieure à celle des humains auraient « évolué à partir d’une espèce prétechnologique ».

« Si cette espèce prétechnologique a développé toutes les choses que nous possédons aujourd’hui, il y a de fortes chances qu’elles aient été construites à partir d’éléments qui servaient cet objectif social – des choses comme la création de liens entre les membres du groupe, la transmission d’informations et d’idées utiles entre les membres du groupe », a-t-il déclaré à Quanta. « Une civilisation extraterrestre pré-technologique pourrait chanter, danser et raconter des histoires tout comme la civilisation humaine pré-technologique, car cela sert le même objectif. »

Il est fascinant d’imaginer d’autres mondes où des formes de vie humanoïdes, selon la formulation de Kershenbaum, « chantent et dansent et racontent des histoires » comme sur Terre. Et si les lois de l’évolution sont aussi fortes que le croient les darwinistes comme Kershenbaum et Morris, cela augmente notre propension à entrer en relation et à communiquer avec les extraterrestres – et, malheureusement, à leur faire la guerre aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *