SCU – Communiqué de presse : Évaluation préliminaire du DNI sur les UAP

Traduction du lien ci-dessous

https://www.explorescu.org/post/press-release-dni-preliminary-assessment-on-uap

La Coalition scientifique pour les études sur les UAP (SCU) se félicite de la publication, le 25 juin 2021, de l' »évaluation préliminaire sur les phénomènes aériens non identifiés » par le Bureau du directeur du renseignement national (ODNI), qui constitue un premier pas vers une approche plus complète du gouvernement fédéral en matière de compréhension des phénomènes aériens non identifiés (UAP).

Nous notons que l’évaluation définit les UAP de manière large, en incluant les phénomènes qui peuvent et ne peuvent pas être identifiés par des moyens conventionnels, alors que ce terme (et son prédécesseur historique, « OVNI ») est traditionnellement réservé par les chercheurs exclusivement aux phénomènes qui ne peuvent pas être identifiés par des moyens conventionnels.

Cette différence catégorique entre la compréhension large de l’UAP utilisée dans l’évaluation et la compréhension plus rigoureuse utilisée par l’UCG et nos organisations partenaires est un point de départ méthodologique qui, nous l’espérons, pourra être résolu dans de futurs rapports. Néanmoins, nous sommes heureux d’avoir la confirmation de données multi-capteurs, telles que « le radar, l’infrarouge, l’électro-optique, les capteurs d’armement et l’observation visuelle » sur les caractéristiques de vol inhabituelles des UAP.

Selon l’évaluation, le gouvernement fédéral est en possession de telles données pour 80 des 144 rapports UAP référencés. Ces données peuvent aider à corroborer des descriptions d’UAP similaires faites par des témoins militaires américains, telles que la vitesse, l’angle d’inclinaison et l’accélération, qui sont mentionnées dans nos études sur les événements UAP de l’USS Nimitz en 2004 et de l’Aguadilla en 2013. Le SCU est déçu par l’omission d’une description résumée et non classifiée de ces données relatives à au moins certains des 80 cas référencés, et nous réitérons notre appel à la publication de ces données d’une manière qui ne compromet pas la sécurité nationale afin que la communauté scientifique puisse mieux comprendre ces phénomènes. Nous applaudissons la reconnaissance du fait que des connaissances scientifiques supplémentaires, y compris des méthodes plus avancées d’analyse des données et un financement accru de la recherche scientifique, sont nécessaires pour mieux comprendre l’UAP.

Enfin, nous notons le changement radical de perspective sur le rôle de la science dans l’étude des UAP depuis la publication du rapport Condon en 1968, qui avait pour mission d’évaluer la valeur de la recherche scientifique sur les UAP.

Ce rapport concluait que « …la poursuite d’une étude approfondie des OVNIs ne peut probablement pas être justifiée dans l’espoir de faire progresser la science« . Bien que très différent en termes de portée et d’objectif, le rapport de l’ODNI « Preliminary Assessment on Unidentified Aerial Phenomena » envoie un message très différent concernant le rôle de la science dans la recherche sur les UAP ; « Bien que la plupart des UAP décrits dans notre ensemble de données restent probablement non identifiés en raison de données limitées ou de difficultés de traitement ou d’analyse de la collecte, nous pourrions avoir besoin de connaissances scientifiques supplémentaires pour réussir à collecter, analyser et caractériser certains d’entre eux. »

Le SCU reste ouvert à la collaboration avec le gouvernement fédéral en tant que partie de la communauté scientifique plus large dans notre mission de recherche de réponses scientifiques aux questions sur les UAP.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *