Sean Kirkpatrick a été choisi pour diriger le nouveau bureau UAP

Le scientifique et officier de renseignement Sean Kirkpatrick a été choisi pour diriger le nouveau bureau Pentagone-IC chargé par le Congrès d’étudier les phénomènes aériens non identifiés.

https://douglasjohnson.ghost.io/director-picked-for-new-pentagon-intelligence-office-to-study-unidentified-aerial-phenomena/

DOUGLAS DEAN JOHNSON, le 12 mai 2022 – Traduction par Toledo, tous droits réservés.

Promotion anticipée pour une présentation en 2021 de Sean Kirkpatrick, Ph.D., qui travaillait alors pour SPACECOM et qui est maintenant directeur du groupe de synchronisation de l’identification et de la gestion des objets aéroportés (AOIMSG), une composante du ministère de la Défense chargée par le Congrès d’enquêter sur les phénomènes aériens non identifiés (UAP).

« Je dois pouvoir voir et métaphoriquement entendre tout ce qui se passe entre 100 kilomètres de la surface de la planète et l’endroit où nous nous trouvons, et pour l’instant, nous ne pouvons pas le faire. » – Sean Kirkpatrick, Ph.D., 13 avril 2021

« Contrairement à la physique, l’intelligence n’est pas une science exacte. Mais, comme l’ingénierie des systèmes, il y a beaucoup d’art et de science mélangés. » – Sean Kirkpatrick, Ph.D., 2016

« Apporte une pensée non conventionnelle grâce à un parcours diversifié pour résoudre certains des problèmes les plus complexes et les plus difficiles de la Nation….Agent de changement avec une expérience approfondie dans des organisations en démarrage et des réalignements organisationnels et de gestion majeure. » – Profil LinkedIn.com de Sean Kirkpatrick, Ph.D., 10 mai 2022

WASHINGTON [12 mai 2022, 16h00 EDT (20h00 GMT)] – Les hauts responsables du Département de la Défense et de la Communauté du Renseignement ont apparemment choisi un physicien ayant des décennies d’expérience dans la Communauté du Renseignement pour servir de directeur du bureau du Pentagone récemment élevé et habilité par le Congrès à maîtriser les phénomènes aériens non identifiés (UAP). 

De multiples sources de la branche exécutive, dont aucune n’a pu s’exprimer officiellement, ont affirmé que Sean Kirkpatrick, Ph.D., a posé sa candidature au poste de directeur du bureau récemment créé que la hiérarchie du Pentagone appelle le Groupe de synchronisation de l’identification et de la gestion des objets aéroportés (AOIMSG), et elles affirment que le Dr Kirkpatrick a été sélectionné pour occuper ce poste.

Cet article est le premier rapport public concernant la sélection apparente du Dr Kirkpatrick pour diriger le nouveau bureau de l’UAP. 

Le Pentagone n’a pas confirmé cette information. La demande que j’aie adressée à Susan Gough, porte-parole du ministère de la Défense, le 10 mai 2022, concernant spécifiquement le Dr Kirkpatrick, a donné lieu à la réponse suivante : « Nous n’avons rien à annoncer sur l’AOIMSG pour le moment. » Vous ne seriez pas en train de lire ceci si je n’étais pas sûr d’avoir raison – mais si je me trompe, vous êtes remboursé, sans poser de questions.

Je ne sais pas si le Dr. Kirkpatrick est déjà officiellement en place, ou s’il fera partie des fonctionnaires du Pentagone qui pourront être interrogés par les membres de la sous-commission du contre-terrorisme, du contre-espionnage et de la non-prolifération de la commission permanente du renseignement de la Chambre des représentants (HPSCI) le 17 mai 2022, soit au cours de l’audition publique de la sous-commission sur les phénomènes aériens non identifiés (qui sera la première audition publique du Congrès sur le sujet depuis plus de 50 ans), soit au cours d’une session fermée et classifiée qui suivra.

Je n’ai pas trouvé de déclaration publique du Dr Kirkpatrick faisant référence aux phénomènes aériens non identifiés en tant que tels – ni de référence utilisant ce terme, ni de commentaire sur l’un des cas très médiatisés de ces dernières années. Cependant, lors d’interviews et de présentations relatives aux menaces pour la sécurité basée dans l’espace, il a souligné l’importance de maîtriser tout ce qui se passe au-dessus de nos têtes et qui pourrait constituer une menace pour la sécurité nationale.

Dans un profil LinkedIn.com que j’ai consulté le 10 mai 2022 (reproduit ci-dessous), M. Kirkpatrick a écrit : « Apporte une réflexion non conventionnelle grâce à une expérience diversifiée pour résoudre certains des problèmes les plus complexes et les plus difficiles de la nation…Agent de changement avec une expérience approfondie dans des organisations en démarrage et des réalignements organisationnels et de gestion majeure. »

POURQUOI CE POSTE EST IMPORTANT

En vertu des dispositions de la loi  » Gillibrand-Rubio-Gallego  » promulguée par le Congrès en décembre 2021 (National Defense Authorization Act, Public Law 117-81, Section 1683),  » le chef du bureau [UAP]  » – c’est-à-dire le directeur de l’AOIMSG – supervisera les éléments clés de l’appareil gouvernemental d’enquête sur les UAP. L’AOIMSG a été initialement créé par une directive du Secrétaire adjoint à la Défense le 23 novembre 2021, mais son champ d’application et ses ressources ont été considérablement élargis par la législation signée le 27 décembre 2021, et la nouvelle entreprise a été soumise à un formidable éventail de mandats du Congrès. Les nouvelles dispositions de la loi comprennent les suivantes :

(2) PLAN DE COLLECTE ET D’ANALYSE DU RENSEIGNEMENT – Le chef du Bureau [le directeur de l’AOIMSG]… supervise l’élaboration et l’exécution d’un plan de collecte et d’analyse du renseignement afin d’acquérir le plus de connaissances possible sur les caractéristiques techniques et opérationnelles, les origines et les intentions des phénomènes aériens non identifiés, notamment en ce qui concerne le développement, l’acquisition, le déploiement et l’exploitation des capacités de collecte technique nécessaires pour détecter, identifier et caractériser scientifiquement les phénomènes aériens non identifiés. (3) UTILISATION DES RESSOURCES ET DES CAPACITÉS – Lors de l’élaboration du plan prévu au paragraphe (2), le chef du Bureau établi… doit envisager et proposer, comme il le juge approprié, l’utilisation de toute ressource, capacité, actif ou processus du Département et de la communauté du renseignement. (f) PLAN SCIENTIFIQUE – Le chef du Bureau… supervisera l’élaboration et l’exécution d’un plan scientifique visant à développer et à tester, dans la mesure du possible, des théories scientifiques pour : (1) expliquer les caractéristiques et les performances des phénomènes aériens non identifiés qui dépassent l’état de l’art connu en science ou en technologie, notamment dans les domaines de la propulsion, du contrôle aérodynamique, des signatures, des structures, des matériaux, des capteurs, des contre-mesures, des armes, de l’électronique et de la production d’énergie ; et (2) fournir la base d’investissements futurs potentiels pour reproduire ces caractéristiques et performances avancées.

Le directeur de l’AOIMSG sera également un personnage clé dans la préparation et la présentation de briefings et de rapports pour les comités du Congrès désignés, y compris un rapport annuel non classifié qui sera rendu public (à rendre chaque année avant la fin du mois d’octobre).

QUI EST LE DR. SEAN KIRKPATRICK ?

Le Dr. Sean Kirkpatrick, âgé d’environ 53 ans, est un physicien accompli qui a publié au moins 58 articles scientifiques, dont beaucoup traitent des propriétés optiques et d’autres propriétés de divers matériaux naturels et artificiels, y compris au moins deux articles traitant des applications techniques possibles du tissu de détection infrarouge utilisé par les vipères pit pour trouver leurs proies. Ces dernières années, il a occupé un poste de cadre supérieur dans des programmes gouvernementaux de haut niveau impliquant le croisement de la science et du renseignement de sécurité nationale.

Une notice biographique que le Dr Kirkpatrick a vraisemblablement approuvée apparaît sur plusieurs sites Web, généralement en association avec des apparitions lors d’événements liés à la sécurité nationale et à l’espace. Cette biographie apparaît actuellement sur ce lien, et elle est également reproduite ci-dessous telle qu’elle apparaît sur un autre site Web. Ceux qui souhaitent consulter une chronologie plus détaillée de l’association de M. Kirkpatrick avec diverses agences gouvernementales doivent se référer à la biographie. Dans cet article, je ne vais pas détailler ce long parcours, mais simplement souligner certains éléments qui peuvent présenter un intérêt particulier.

Selon la biographie publiée, « le Dr. Kirkpatrick a commencé sa carrière dans le domaine de la science et de la technologie liées à la défense et au renseignement presque immédiatement après avoir terminé ses études supérieures ».  (Il a obtenu son doctorat en 1995.) Au fil des ans, M. Kirkpatrick a été profondément impliqué dans des travaux scientifiques et de gestion au sein d’organismes gouvernementaux liés à la sécurité, notamment le Navy Research Laboratory, l’Air Force Research Laboratory, le National Reconnaissance Office, la CIA, le Bureau du Secrétaire à la Défense, le STRATCOM et le SPACECOM. Il a également occupé plusieurs postes importants au sein de la Defense Intelligence Agency, le plus récent étant celui de scientifique principal au Missile and Space Intelligence Center (MSIC) à Huntsville, en Alabama.

Je ne prétends pas être expert en ce qui concerne les subtilités de ces postes et l’étendue de leurs responsabilités, mais il semble assez clair que M. Kirkpatrick a été un gestionnaire clé et un expert technique dans les plus hautes sphères du monde du renseignement scientifique et technique (S&TI) du gouvernement américain. La biographie énumère de nombreuses récompenses, dont le National Intelligence Exceptional Achievement Award et le DIA Director’s Award for Excellence.

De 2012 à 2016, le Dr Kirkpatrick était le responsable du renseignement pour l’assistance scientifique et technique de la Defense Intelligence Agency (DIO/S&TI), ce qui fait de lui « un conseiller principal du directeur et du directeur adjoint de la DIA sur l’ensemble des questions de renseignement liées aux sujets de renseignement scientifique et technique pour inclure l’analyse, la collecte, le contre-espionnage, l’engagement international, la politique de renseignement et la sensibilisation ».  Pendant cette période, il a donné une interview à Defense AT&L qui est postée ici ; le magazine a décrit son travail comme suit : « Le Dr Kirkpatrick évalue ce que font nos adversaires et projette ce que cela signifie pour les États-Unis. » L’article mentionnait également que M. Kirkpatrick était « un gestionnaire de programme (PM) de niveau III et qu’il a géré des programmes au National Reconnaissance Office, au Air Force Research Laboratory et à la DIA ». Dans le gouvernement fédéral, « gestionnaire de programme » est une certification pour les personnes qui supervisent plusieurs projets, et « niveau III » est le plus haut niveau de cette certification.

De 2016 à 2017, M. Kirkpatrick a été directeur adjoint du renseignement (DJ2) du commandement stratégique des États-Unis (USSTRATCOM), qui est le « commandement combattant unifié » responsable des forces de frappe nucléaire de la nation, ainsi que de la grille d’information mondiale (GIG) de l’armée.

En 2017, le Dr Kirkpatrick a occupé le poste de directeur de la stratégie de sécurité nationale au sein du Conseil de sécurité nationale (NSC), sous la responsabilité d’un assistant adjoint du président. 

En août 2018, le Dr Kirkpatrick a été nommé conseiller principal en matière de renseignement auprès du commandant du commandement spatial de l’armée de l’air et du commandement de la composante spatiale des forces conjointes, USSTRATCOM, « chargé par le DNI et le CDR/JFSCC de concevoir l’entreprise de renseignement à travers et par l’USPACECOM. »

Dans un document datant de 2021, M. Kirkpatrick est désigné comme directeur adjoint du renseignement, J2 Intelligence Directorate, pour le commandement spatial américain (SPACECOM), et également comme représentant du SPACECOM auprès du bureau du directeur du renseignement national (ODNI).  Le SPACECOM est le « commandement combattant unifié » du ministère de la Défense, responsable de la défense nationale à partir de 100 kilomètres (62 miles) au-dessus du niveau moyen de la mer et au-delà. Le SPACECOM a un statut analogue à celui des commandements unifiés géographiquement délimités qui sont responsables de différentes régions de surface, par exemple, le commandement indo-pacifique des États-Unis. Le SPACECOM ne doit pas être confondu avec la Space Force, qui est un nouveau service en uniforme situé au sein du département de l’Air Force (mais la Space Force est un service distinct de l’Air Force). Le SPACECOM est composé d’officiers de tous les services en uniforme, y compris de la Space Force, la contribution de cette dernière devant augmenter au fur et à mesure du développement de ce nouveau service.

Le directeur du renseignement national est un membre du cabinet qui supervise la « communauté du renseignement » (IC) des États-Unis, composée de 18 agences différentes, dont la Central Intelligence Agency (qui ne fait pas partie du ministère de la défense).

Le poste gouvernemental le plus récent de M. Kirkpatrick était celui de scientifique principal au Missile and Space Intelligence Center (MSIC), basé à Huntsville, en Alabama. Le MSIC est une composante de la Defense Intelligence Agency (DIA), qui est une composante du ministère de la Défense.  La mission spécifique du MSIC est d’analyser, de rétroconcevoir et de contrer les systèmes d’armes aériens et spatiaux d’adversaires potentiels. Plus bas, j’ai intégré un clip vidéo du Dr Kirkpatrick représentant le MSIC devant un groupe en mars 2022.

La DIA n’est qu’une partie de l’empire du renseignement supervisé par le plus haut responsable du renseignement du département de la Défense, le sous-secrétaire à la Défense pour le renseignement et la sécurité, actuellement Ronald S. Moultrie, une personne nommée par le président, confirmée par le Sénat américain le 29 mai 2021, par un vote à voix haute (ce qui signifie que sa nomination n’était pas du tout controversée). Il est prévu que le sous-secrétaire Moultrie témoigne le 17 mai 2022 lors d’une audition publique sur les phénomènes aériens non identifiés devant un sous-comité du Permanent Select Committee on Intelligence de la Chambre des représentants.

DR. SEAN KIRKPATRICK DANS SES PROPRES MOTS

M. Kirkpatrick semble avoir un profil plutôt discret sur Internet, comme on pourrait s’y attendre de la part d’une personne qui a passé un quart de siècle à travailler dans le monde du renseignement. Cependant, ces dernières années, il a donné un certain nombre d’interviews et de présentations à des publics choisis, principalement sur les questions de sécurité spatiale.

Par exemple, lors d’une conférence virtuelle parrainée par l’Armed Forces Communications and Electronics Association (AFCEA) le 13 avril 2021, alors qu’il représentait le directeur du renseignement national auprès de la Joint Task Force-Space Defense (JTF-SD) du Space Command, le Dr Kirkpatrick a déclaré : « Je dois pouvoir voir et métaphoriquement entendre tout ce qui se passe entre 100 kilomètres de la surface de la planète et l’endroit où nous nous trouvons, et pour l’instant, nous ne pouvons pas le faire. » Il a ajouté qu’il est « inquiet de tout ce que je ne peux pas voir, entendre, toucher ou attribuer. »  (Les propos du Dr Kirkpatrick ont été cités dans un article intitulé « DoD Space Threat Intel Not Good Enough« , par Theresa Hitchens, publié le 14 avril 2021).

Un article sur le même forum paru dans le magazine Signal, écrit par Kimberly Underwood, cite plus longuement la présentation du Dr Kirkpatrick.

« Leur militarisation de l’espace [en faisant référence à la Russie et à la Chine], dans le domaine spatial et vers l’espace depuis le sol, a vraiment progressé de manière significative au cours des 20 dernières années », déclare Kirkpatrick. « Ils ont recherché presque tous les types d’armes antispatiales imaginables et les ont construites. Ils les ont testées et les font proliférer dans un environnement opérationnel. Tout, depuis les lasers terrestres jusqu’aux systèmes antisatellites à ascension directe, en passant par les armes en orbite, les brouilleurs, tout ce que vous pouvez imaginer, ils l’ont fait. Et le fait qu’ils poursuivent cela montre vraiment qu’ils comprennent la dépendance des États-Unis vis-à-vis de l’espace dans notre vie quotidienne. »

En tant que commandement opérationnel dans l’espace, le SPACECOM est chargé de fournir le renseignement associé et l’analyse du renseignement opérationnel de ce qui se passe dans le domaine et de faire rapport à un large éventail de partenaires spatiaux de la sécurité nationale au sein du ministère de la Défense, de la communauté du renseignement, des alliés des États-Unis et des partenaires commerciaux et civils, a déclaré M. Kirkpatrick.

« Pour ce faire, nous devons être en mesure de voir, de caractériser et d’attribuer tout ce qui se passe dans l’espace où nous opérons », a-t-il expliqué. « Le plus grand défi pour nous est toute menace que je ne peux pas attribuer, et je ne peux pas voir ce qui se passe ou d’où elle vient, qu’il s’agisse d’un nanosatellite que nous n’avons pas vu venir ou d’une arme à énergie dirigée dont nous ne savons pas où elle se trouve, ou encore d’une cyberattaque, tout cela peut être catastrophique. Et il peut être très difficile pour nous de comprendre ce qui se passe, puis de désigner quelqu’un et de dire que c’est lui qui l’a fait. »

Un rapport d’Amanda Miller paru dans Air Force Magazine cite les remarques du Dr Kirkpatrick lors d’un événement virtuel de la Space Foundation du 7 mai 2021 :

Pour être en mesure de recueillir des renseignements dans l’espace lointain assez rapidement, le physicien Sean M. Kirkpatrick, directeur adjoint du renseignement de l’U.S. Space Command, a déclaré que les États-Unis devaient tirer parti de la technologie spatiale sur laquelle le secteur commercial travaille déjà.

« Nous avons une énorme compétition sur la Lune. Nous avons une compétition pour la Lune et pour Mars, avec de nombreux pays qui s’y rendent », a déclaré M. Kirkpatrick. « Nous allons devoir étendre notre espace de mission aux orbites et régimes cislunaires, lunaires et martiens à un moment donné dans un avenir pas trop lointain. »

Le délai habituel de cinq à dix ans pour un programme d’acquisition de défense serait trop long, a-t-il déclaré :

« Nous allons être très en retard… Nous devons donc nous projeter dans l’avenir et nous demander : « Que dois-je mettre en orbite cislunaire, ou [que] dois-je mettre en orbite lunaire, simplement pour pouvoir surveiller les activités en cours et en rendre compte ? » »

QU’EST-CE QUE L’AOIMSG ?

Le groupe de synchronisation de l’identification et de la gestion des objets aéroportés (AOIMSG) a été créé à l’origine sur ordre du second responsable du ministère de la Défense, la secrétaire adjointe à la Défense Kathleen Hicks, dans un mémorandum daté du 23 novembre 2021. Au moment où ce mémorandum a été publié, deux propositions législatives de grande portée liées à l’UAP étaient en cours d’examen au Congrès, chacune exigeant la création d’une entité Pentagone-IC pour traiter l’UAP, et chacune imposant des mandats très spécifiques à cette entité – des exigences bien plus larges que celles envisagées dans le mémorandum Hicks. 

La première proposition, rédigée par le député Ruben Gallego (D-Az.), a été adoptée par la Chambre des représentants en juillet 2021. La seconde, considérablement plus robuste et proscriptive, a été présentée par la sénatrice Kirsten Gillibrand (D-NY) le 4 novembre 2021. J’ai été le premier à rendre compte de son introduction, avec un article sur ce blog le 5 novembre 2021, et les tweets correspondants. L’amendement Gillibrand a rapidement été coparrainé par plusieurs membres clés des deux partis, dont le sénateur Marco Rubio (R-Fl.), le républicain le plus haut placé au sein du Senate Select Committee on Intelligence, un des principaux instigateurs des précédentes initiatives liées à l’UAP. Le texte a fait l’objet de plusieurs séries d’améliorations mineures sur une période de plusieurs semaines.

Lorsque le mémo Hicks a été publié le 23 novembre 2021, j’ai immédiatement commenté sur Twitter :  » [Le] mémo Hicks a été publié hier à un moment exquisément calculé pour maximiser les chances de faire dérailler les négociations sur Gillibrand-Rubio.  » J’ai même suggéré que « AOIMSG » pourrait être l’acronyme de « An Office Intended Mainly to Stop Gillibrand ». Le mémo était clairement destiné par certaines factions du Pentagone à transmettre aux législateurs clés quelque chose du genre « nous nous occupons déjà de ce problème, alors s’il vous plaît, ne promulguez pas de législation imposant tous ces mandats spécifiques et radicaux ». 

Toutefois, cette tentative de déraillement a échoué. Après des négociations à huis clos impliquant principalement des membres des commissions des services armés du Sénat et de la Chambre des représentants et leurs équipes professionnelles, cherchant à concilier les textes Gallego et Gillibrand-Rubio sensiblement différents, un texte de compromis solide relatif à l’UAP est apparu le 7 décembre 2021. J’ai appelé ce texte final le texte « Gillibrand-Rubio-Gallego ». Le jour même où il a été dévoilé, j’ai décrit et analysé ce langage sans précédent dans un article détaillé sur ce blog.

Mon article du 7 décembre 2021 reste exact – rien dans le langage législatif n’a été modifié de quelque manière que ce soit avant sa promulgation le 27 décembre 2021, lorsque le président Biden a signé la loi sur l’autorisation de la défense nationale pour l’exercice 2022 (désormais loi publique 117-81). Les images des pages de la section relative à l’UAP (section 1683) du projet de loi final (« enrolled ») peuvent être téléchargées ici

(Le 15 mars 2022, la loi sur l’autorisation du renseignement pour l’exercice 2022 a également été promulguée tardivement, dans le cadre d’un projet de loi omnibus sur le financement qui est devenu la loi publique 117-103 ; cette législation comprenait quelques nouvelles exigences modestes liées à l’UAP, tout en ne diluant rien des dispositions liées à l’UAP promulguées dans la NDAA deux mois auparavant. J’ai résumé le contenu des dispositions liées à l’IAA et leur signification dans un tweet-chain au moment de sa promulgation. Le texte législatif complet relatif à l’UAP promulgué dans le cadre de ce paquet IAA peut être téléchargé ici).

La principale loi UAP promulguée en décembre 2021 confère la responsabilité ultime de la mise en œuvre des exigences étendues du Congrès au Secrétaire à la Défense, en collaboration avec le Directeur du renseignement national. Cependant, dans le schéma hiérarchique de l’énorme Département de la Défense, la mise en œuvre de la loi relève principalement de la compétence du sous-secrétaire à la Défense pour le renseignement et la sécurité (actuellement Ronald S. Moultrie), de son adjoint David M. Taylor, et de l’occupant d’un poste subordonné mais clé mandaté par la loi elle-même – le directeur du nouveau bureau de coordination des activités de l’UAP (actuellement appelé AOIMSG). C’est ce dernier poste que le Dr Kirkpatrick occupera.

LA NOUVELLE LOI UAP

La loi Gillibrand-Rubio-Gallego, promulguée dans le cadre de la loi d’autorisation de la défense nationale (NDAA) de l’exercice 2022, était la première fois que le Congrès promulguait une législation traitant spécifiquement des objets volants non identifiés, quelle que soit la terminologie utilisée (bien que le sujet ait fait l’objet d’un langage directif dans plusieurs rapports de comités ces dernières années).  Concernant l’importance de ce développement, voici quelques points saillants de mon article du 7 décembre 2021 :

La nouvelle loi proposée changerait radicalement le terrain statutaire sur lequel le Département de la Défense et les agences de renseignement (collectivement la « Communauté du renseignement » ou CI) opèrent en ce qui concerne l’UAP.  En promulguant cette loi, le Congrès établirait clairement des mandats statutaires explicites et placerait la responsabilité de leur mise en œuvre sur les épaules du Secrétaire à la défense (« Secrétaire »), partagée dans une certaine mesure avec un autre officier de niveau ministériel, le Directeur du renseignement national (DNI).

Parmi les fonctions du bureau central de l’UAP figureraient les suivantes : « Développer des procédures pour synchroniser et normaliser la collecte, le rapport et l’analyse des incidents, y compris les effets physiologiques indésirables, concernant les phénomènes aériens non identifiés au sein du département de la défense et de la communauté du renseignement….. Évaluer les liens entre les phénomènes aériens non identifiés et les gouvernements étrangers adverses, d’autres gouvernements étrangers ou des acteurs non étatiques….. Évaluer la menace que ces incidents représentent pour les États-Unis….. Coordonner avec d’autres départements et agences du gouvernement fédéral, le cas échéant, y compris l’Administration fédérale de l’aviation, l’Administration nationale de l’aéronautique et de l’espace, le Département de la sécurité intérieure, l’Administration nationale océanique et atmosphérique, et le Département de l’énergie….Coordonner avec les alliés et les partenaires des États-Unis, le cas échéant, pour mieux évaluer la nature et l’étendue des phénomènes aériens non identifiés. » […]

Alors que le bureau central exercerait une autorité de surveillance et jouerait une fonction de coordination, des dispositions clés exigent que le secrétaire à la Défense et le DNI désignent des « organisations hiérarchiques » – des composantes militaires et/ou de la CI majeures – pour mener les aspects opérationnels des enquêtes UAP. Le projet de loi exige que ces organisations aient la capacité de « répondre rapidement aux incidents liés à l’UAP et de mener des enquêtes sur le terrain ».  Le projet de loi exige que ces organisations hiérarchiques aient accès à « un personnel adéquat doté de l’expertise, de l’équipement, des moyens de transport et des autres ressources nécessaires pour répondre rapidement à des incidents ou à des modèles d’observation » de PUA.

Le texte GRG [« Gillibrand-Rubio-Gallego »] exige également que le directeur du bureau UAP du Pentagone supervise le développement d’un « plan scientifique pour développer et tester, dans la mesure du possible, des théories scientifiques pour expliquer les caractéristiques et les performances des phénomènes aériens non identifiés qui dépassent l’état de l’art connu en science ou en technologie, y compris dans les domaines de la propulsion, du contrôle aérodynamique, des signatures, des structures, des matériaux, des capteurs, des contre-mesures, des armes, de l’électronique et de la production d’énergie », et pour essayer « de reproduire ces caractéristiques et performances avancées ; et de jeter les bases d’éventuels investissements futurs pour reproduire ces caractéristiques et technologies avancées. « 

Le texte stipule que le secrétaire et le DNI « doivent veiller à ce que chaque élément de la communauté du renseignement disposant de données relatives aux phénomènes aériens non identifiés les mette immédiatement à la disposition » du bureau UAP.  Pour contribuer à l’application de ce décret, le projet de loi exige qu’au moins deux fois par an, « le président et le vice-président ou le membre principal de la commission des forces armées et de la commission spéciale du renseignement du Sénat et de la commission des forces armées et de la commission spéciale permanente du renseignement de la Chambre des représentants reçoivent une énumération de tous les cas dans lesquels des données relatives à des phénomènes aériens non identifiés ont été refusées au bureau en raison de restrictions de classification de ces données ou pour toute autre raison ». [Cette énumération doit être fournie par le directeur du bureau UAP].

STAFFING THE NEW UAP OFFICE

Le Pentagone n’a pas encore produit d’explication détaillée sur la manière dont il entend structurer ou doter en personnel la nouvelle entreprise UAP. Il n’a pas non plus nommé les « organisations hiérarchiques » qui, selon la loi, doivent être désignées pour effectuer les enquêtes sur le terrain, les analyses et les autres opérations lourdes en ressources demandées par le Congrès. La loi exige que le directeur du renseignement national (« en consultation avec » le secrétaire à la défense) soumette, avant le 31 octobre 2022, des rapports aux commissions du Congrès désignées, sous forme classifiée et non classifiée, qui, parmi de nombreux autres éléments spécifiques, doivent inclure « les noms des organisations hiérarchiques qui ont été désignées pour exécuter » ces fonctions obligatoires.

Le 10 mai 2022, le porte-parole en chef du Pentagone, John F. Kirby, en réponse à une question de Howard Altman de The War Zone lors d’un point de presse général, a déclaré : « Je n’ai pas de mise à jour pour vous concernant le groupe UAP dont vous parlez.  Nous travaillons toujours à doter cette organisation d’un personnel suffisant et à lui faire adopter un rythme de roulement. »

Le secrétaire de presse du Pentagone, John F. Kirby, répond aux questions relatives à l’UAP lors d’un point de presse, le 10 mai 2022.

Au début du mois de mai 2022, un certain nombre de comptes de médias sociaux et de médias d’information ont récemment pris note d’offres d’emploi, publiées sur plusieurs sites Web gouvernementaux, pour deux postes de haut niveau au sein de l’AOIMSG, à savoir « Senior Analysis Lead » et « Collection Lead ».  Comme décrit, les personnes qui occuperont ces postes exerceront certaines fonctions  » au nom du directeur du Groupe de synchronisation de l’identification et de la gestion des objets aéroportés (AOIMSG). « 

Pour les deux postes, l’éligibilité était limitée aux personnes déjà employées dans la communauté du renseignement, avec (au moins) un grade GG/GS-15 (un grade de la fonction publique équivalent à celui d’un colonel de l’armée de terre ou d’un capitaine de la marine), et détenant déjà des habilitations de sécurité actives Top Secret / SCI [Sensitive Compartmented Information]. L’approbation de l’agence qui emploie actuellement le candidat était également requise, et le prêt à l’AOIMSG devait durer 24 mois. Dans l’avis initial pour les deux emplois, la « date d’ouverture du poste » était le 16 mars 2022 ; la « date de clôture du poste » était le 15 avril 2022, et la « date de début » était le 26 avril 2022. Cependant, à partir du 10 mai 2022, le site Web du directeur du renseignement national a réinscrit le poste de « chef d’analyse principal de l’AOIMSG », avec une « date de clôture de l’offre » fixée au 13 mai 2022 et une « date de début » fixée au 24 mai 2022.

Curieusement, les deux offres d’emploi contenaient une terminologie qui, à certains égards, correspondait au mémorandum Hicks du 27 novembre 2021, plutôt qu’aux exigences plus étendues adoptées par le Congrès dans le cadre de la loi d’autorisation de la défense nationale de l’exercice 2022. Par exemple, les avis de postes disaient que l’AOIMSG « synchronise les efforts du DoD pour détecter, identifier et attribuer les objets d’intérêt dans l’espace aérien à usage spécial… »  [Le terme « espace aérien à usage spécial » désigne l’espace aérien que l’armée ou d’autres agences gouvernementales ont réservé à des usages spécifiques, interdisant ou restreignant généralement tout autre trafic aérien. Le champ d’action de l’AOIMSG a été décrit comme s’appliquant à l’espace aérien à usage spécial dans le mémo Hicks – mais la loi adoptée par la suite par le Congrès ne contenait aucun texte limitant ses mandats liés à l’UAP à l’espace aérien à usage spécial.

En outre, le Pentagone continue de s’accrocher au nom du bureau qu’il a dévoilé dans le mémo Hicks du 27 novembre 2021 (Airborne Object Identification and Management Synchronization Group), même si la promulgation de la NDAA a explicitement étendu le champ d’action de l’entreprise au-delà des seuls « objets aériens ». La loi couvre aussi explicitement tous les « objets ou dispositifs dont on observe la transition entre l’espace et l’atmosphère, ou entre l’atmosphère et les masses d’eau, qui ne sont pas immédiatement identifiables. »

La définition de « phénomène aérien non identifié » qui régit la portée des enquêtes du bureau UAP créé par la loi d’autorisation de la défense nationale de l’exercice 2022. Extrait de la loi publique 117-81, section 1683 (l).

Le 24 mars 2022, le Dr. Kirkpatrick, en sa qualité de scientifique principal du Missile and Space Intelligence Center (MSIC) de la DIA, a donné une brève conférence et un diaporama à un public de représentants de l’industrie de la défense, au cours desquels il a répondu à une question concernant le type de qualifications qu’une entreprise privée devrait posséder pour faire affaire avec le MSIC. Bien que la question soit spécifique au MSIC, la réponse du Dr. Kirkpatrick – que vous pouvez entendre dans ce clip vidéo – pourrait s’appliquer aux entreprises privées qui pensent avoir quelque chose à offrir à l’AOIMSG.

VIE ANTÉRIEURE ET TRAVAUX SCIENTIFIQUES

Je ne suis pas sûr que l’on puisse se fier aux informations en ligne sur la vie privée des officiers de renseignement de carrière, aussi épurées soient-elles, pour ce qui est des détails précis, mais la biographie passe-partout du Dr Kirkpatrick indique qu’il est né à Columbus, en Géorgie, « dans une famille de militaires » et qu’il a grandi « dans la région d’Atlanta ».  Il semble qu’il soit né en 1968 ou aux alentours.  La biographie indique qu’il « partage ses aventures avec sa femme Amy, une fonctionnaire du département d’État très intelligente et brillante, sa fille Maya… et deux Shiba Inus énergiques », cette dernière étant une race de chien de chasse du Japon.

M. Kirkpatrick a fréquenté l’Université de Géorgie à la fois comme étudiant de premier cycle et comme étudiant diplômé. Il a obtenu son doctorat en physique en 1995. Son travail de doctorat portait sur « la dynamique non linéaire et hors équilibre des phonons des cristaux de fluorure dopés aux terres rares ». M. Kirkpatrick a conservé le statut de professeur adjoint de physique au département de physique et d’astronomie de l’université de Géorgie.

Le Dr Kirkpatrick est l’auteur ou le co-auteur de nombreux articles scientifiques. Le site Web researchgate.com le cite comme coauteur de 58 articles entre 1994 et 2011. Les sujets de ces articles sont très techniques. Beaucoup d’entre eux semblent traiter des attributs optiques et électriques de divers matériaux artificiels et biologiques, y compris certaines études qui relèvent du domaine de la biomimétique (l’étude des systèmes évolués dans le monde biologique qui pourraient être applicables en ingénierie humaine). Par exemple, deux articles traitent de « l’imitation des structures naturelles de détection infrarouge présentes dans certains tissus de la fosse aux serpents », en référence aux organes de détection spécialisés que les vipères à fosse (comme les crotales) utilisent pour localiser leurs proies.

Si ne serait-ce qu’un tiers des histoires concernant les luttes intestines au sein du gouvernement sur les questions liées aux UAP sont vraies, la connaissance des fosses à serpents pourrait ne pas être une mauvaise préparation pour un travail à plein temps, au sein du gouvernement, sur les phénomènes aériens non identifiés.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.