The Hill – Interview de Luis Elizondo

Des anciens officiers expriment de profondes inquiétudes au sujet de la nouvelle unité OVNI du Pentagone

PAR MARIK VON RENNENKAMPFF, CONTRIBUTEUR D’OPINION – 12/01/2021

LES OPINIONS EXPRIMÉES PAR LES CONTRIBUTEURS SONT LES LEURS ET NE REPRÉSENTENT PAS L’OPINION DE LA COLLINE

Selon deux anciens fonctionnaires du ministère de la Défense, le bureau du Pentagone récemment chargé d’évaluer les rencontres de l’armée américaine avec des objets volants non identifiés (OVNI) est terriblement mal équipé, et ne dispose pas du personnel nécessaire pour s’acquitter de sa nouvelle mission. De plus, l’initiative menace de faire dérailler une proposition du Congrès qui imposerait une transparence gouvernementale sans précédent sur les OVNIs.

Lors d’une interview, Luis Elizondo, l’ancien chef d’une unité informelle du Département de la Défense qui évaluait les rapports militaires d’OVNI, m’a dit qu’il avait de profondes réserves sur le fait que le Bureau du Sous-Secrétaire à la Défense pour le Renseignement et la Sécurité (OUSD(I&S)) dirige un effort gouvernemental pour enquêter sur le phénomène OVNI.

Selon Elizondo, les OVNIs ne sont « pas uniquement une question de renseignement. Si nous voulons 70 ans de plus de secret sur ce sujet, alors l’OUSD(I&S) est l’endroit idéal pour le faire. Ils ont eu quatre ans jusqu’à présent, et nous avons peu d’efforts pour servir l’intérêt public. »

Faisant référence à la législation en cours rédigée par la sénatrice Kirsten Gillibrand (D-N.Y.) qui rendrait obligatoire la publication de rapports non classifiés sur les OVNI et révolutionnerait l’étude du phénomène par le gouvernement, Elizondo pense que « si nous voulons un changement significatif et de la transparence, alors nous devrions garder l’esprit de l’amendement Gillibrand. »

Christopher Mellon, qui a dirigé l’organisation précédente de l’OUSD(I&S) pendant les administrations Clinton et George W. Bush, s’est fait l’écho des préoccupations d’Elizondo. Mellon s’est dit « choqué » que l’OUSD(I&S) se charge d’une mission permanente d’analyse des rencontres d’OVNI.

Comme le fait remarquer Mellon, son ancien bureau est une organisation de surveillance – et non une organisation opérationnellequi ne dispose pas de « financement, d’autorité hiérarchique, de contrat, de commandement ou de capacités techniques », pour mener à bien le type d’enquêtes robustes sur les OVNI que la législation bipartisane de Gillibrand exige.

Comme Elizondo, Mellon pense que « l’incapacité de [OUSD(I&S)] à s’engager efficacement sur la question [des ovnis] est la raison pour laquelle si peu de choses ont changé ou ont été accomplies depuis 2004 ».

La référence de Mellon à 2004 n’est pas accidentelle. Ce mois de novembre là, quatre aviateurs de la marine ont observé à courte distance un mystérieux objet volant qui semblait faire preuve de technologies extraordinaires. Selon les aviateurs, l’engin inconnu a accéléré instantanément jusqu’à atteindre des vitesses hypersoniques, sans moteur, aile ou autre surface de contrôle perceptibles. Le récit de l’incident de 2004 par les aviateurs est corroboré par les opérateurs radar à bord d’un navire proche et d’un avion de commandement et de contrôle.

Les analyses des renseignements sur la rencontre ont exclu les avions chinois ou russes hautement perfectionnés comme explications plausibles. Pour leur part, les aviateurs qui ont observé l’objet estiment qu’il n’était « pas de ce monde« .

L’incident de 2004 n’est pas un événement isolé. Ces dernières années, des militaires ont informé des membres du Congrès et ont parlé publiquement de rencontres avec des objets non identifiés opérant apparemment en toute impunité dans des espaces aériens sensibles.

En outre, les rapports de multiples observateurs très crédibles sur des engins mystérieux, « intelligemment contrôlés« , présentant des technologies extraordinaires, remontent aux années 1940. Avec des parallèles notables avec les évaluations récentes des services de renseignement, des analyses gouvernementales déclassifiées de 1947 à 1952 ont suggéré des explications extraordinaires pour les rencontres d’OVNI les plus convaincantes.

Mais après que les craintes de la guerre froide en matière de sécurité nationale aient déclenché sept décennies d’obscurcissement, de dérision et de dépréciation des rapports sur les OVNI par le gouvernement, Elizondo n’est « pas convaincu que le fait d’enterrer cette question dans les entrailles sombres et profondes du Pentagone, sous l’égide d’une organisation de renseignement, soit le meilleur moyen de faire la lumière sur un sujet qui nécessite une approche gouvernementale globale ».

Comparant le problème des ovnis au changement climatique, où le gouvernement « a fait venir des gens de l’extérieur pour jouer un rôle consultatif », Elizondo pense que l’implication de « la National Oceanic and Atmospheric Administration », de la Federal Aviation Administration, des universités et de la communauté scientifique » – comme le prévoit la proposition de loi de Gillibrand – est d’une importance capitale.

Selon Elizondo, « nous avons eu 70 ans pour essayer de résoudre [le problème des OVNI] en tant que gouvernement [tout en] le gardant dans les couloirs du secret, et nous n’avons pas été plus près de le résoudre. Pourquoi allons-nous répéter la même erreur une fois de plus ? Sommes-nous fous ? C’est la définition même de la folie. N’avons-nous pas appris ? »

Tout en faisant l’éloge de l’attention portée par la secrétaire adjointe à la Défense Kathleen Hicks à la question des OVNI, Elizondo s’est dit préoccupé par le fait que Hicks « se fait berner par certains éléments et membres de son propre personnel ». Selon Elizondo, « si [Hicks] avait eu une vue d’ensemble, elle n’aurait pas pris la décision » de placer la mission OVNI sous la responsabilité de l’OUSD(I&S).

Interrogé sur ses réserves quant à la prise en charge du problème OVNI par l’OUSD(I&S), Elizondo a évoqué « une combinaison d’ineptie, d’objection morale au sujet [et] de stigmatisation et de tabou classiques ». Développant ce point, Elizondo a déclaré : « Il existe des documents qui, s’ils étaient rendus publics, illustreraient le sentiment d’urgence et le besoin d’un bureau neutre, impartial [et] objectif » pour enquêter sur le phénomène OVNI.

Elizondo a également mentionné sa démission en signe de protestation contre le manque d’attention de haut niveau à l’égard de cette question, en déclarant : « Dans certains cas, certains individus ont pris personnellement le fait que je sois parti de la manière dont je l’ai fait, et ils veulent que tout ce sujet disparaisse ».

D’un point de vue stratégique, Elizondo pense que les hauts responsables de l’OUSD(I&S) « veulent se concentrer sur les menaces qu’ils peuvent définir, et non sur celles qui ne le sont pas ».

Selon Elizondo, « Nous, au sein du [département de la défense], sommes très bons pour traiter les menaces définies, qu’il s’agisse d'[armes de destruction massive], de terrorisme ou d’opérations de stabilisation. Mais quand vous arrivez à quelque chose qui est mal défini – [où] nous ne savons pas ce que c’est, nous ne savons pas d’où ça vient, nous ne savons pas quelles sont ses capacités, nous ne savons pas quelles sont ses intentions [et] nous ne savons pas qui est derrière le volant – c’est un sujet vraiment difficile à aborder du point de vue de la sécurité nationale. »

« [Mais] ce n’est pas parce que nous ne connaissons pas l’origine [des ovnis] que nous devons continuer à faire l’autruche. »

Elizondo a également exprimé ses préoccupations concernant la transparence du gouvernement, déclarant qu' »il y a beaucoup de documents qui prouvent que certains éléments de [OUSD(I&S)] n’ont pas été francs. C’est l’une des raisons pour lesquelles il y a une évaluation [de l’inspecteur général du ministère de la Défense], pour déterminer comment ils gèrent ou, dans ce cas, ont mal géré le sujet [des ovnis] au cours des quatre dernières années ».

« C’est le même bureau qui a tellement bâclé [la question des ovnis] et qui a dit aux gens, ‘Rien à voir ici’, pour inclure non seulement les hauts dirigeants [du Département de la Défense] mais aussi le [Département de l’Inspection Générale de la Défense] et même le Congrès. Lorsque je parle à certains éléments du Congrès, ils disent tous la même chose : le soutien [de l’OUSD(I&S)] a été décevant ».

Tout en notant qu’il y a des fonctionnaires « compétents » et « patriotes » au sein du OUSD(I&S), Elizondo pense que certains hauts responsables du bureau opèrent d’une manière qui « n’est pas compatible avec l’agenda que le Congrès a pour le peuple américain. »

De plus, Elizondo pense que ces fonctionnaires de carrière de l’OUSD(I&S) « ne veulent pas que [la question des OVNI] devienne publique. Parce qu’alors ils vont devoir dérouler la bande et admettre à beaucoup de gens qu’ils n’ont pas dit la vérité sur ce sujet. »

Faisant référence, en partie, aux démentis soudains du Pentagone selon lesquels il aurait géré l’unité informelle d’analyse des OVNIs du Pentagone, Elizondo anticipe de nouvelles représailles pour avoir parlé.

Mais Elizondo a exprimé un optimisme prudent quant à la possibilité que la législation historique et bipartisane sur les OVNIs de la Sénatrice Gillibrand devienne une loi, en disant : « Je pense que nous sommes dans une bonne position. Je pense que nous avons parcouru un long chemin. Il semble qu’il y ait beaucoup de gens qui essaient vraiment de soutenir ce sujet d’une manière productive – et non sensationnelle. »

Selon M. Elizondo, « les membres du Congrès prennent un risque énorme en envisageant même ce sujet particulier. Ce sont des gens qui ont tendance à ne pas prendre de risques, et pourtant ils sont prêts à mettre leur crédibilité en jeu. »

« Qu’est-ce que cela vous dit ? » a-t-il demandé. « Cela vous dit qu’ils ont vu des informations suffisamment convaincantes pour qu’ils soient prêts à faire le nécessaire. »

Marik von Rennenkampff a été analyste au Bureau de la sécurité internationale et de la non-prolifération du Département d’État américain, ainsi qu’une personne nommée par l’administration Obama au Département de la défense américain. Suivez-le sur Twitter @MvonRen.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *