UFO Jesus & Luis Elizondo : Il y a des photos de satellites…

Interview de Luis Elizondo : Garry Reid L’après-coup, les programmes Ovnis et les briefings Ovnis classifiés

Introduction

J’ai traduit seulement une portion de cet interview, où Luis Elizondo affirme que des données de télémétrie, ainsi que des films et des photos, sont collectés par divers systèmes et produits aux comité de surveillance.

Traduction partielle

UFO Jesus : Nous avons tous entendu les commentaires sur les OVNI de la part de gens comme Martin Heinrich du Nevada, le sénateur Mitt Romney de l’Utah, le sénateur Marco Rubio de Floride et même l’actuel administrateur Bill Nelson qui, je crois, faisait partie du comité des services armés en tant que sénateur en 2019, et il a été informé sur les OVNI aussi.

Des responsables de haut niveau transmettent au public américain que les UAP sont au-delà de la technologie de nouvelle génération d’origine inconnue, et même en plus de cela, ils font des incursions dans l’aérospatiale militaire hautement restreinte en toute impunité, nous l’avons même entendu de l’ancien directeur de la CIA, nous l’avons entendu de John Ratcliffe ancien directeur du renseignement national.

Je veux dire que ce thème est solide comme le roc, donc ma question est qu’est-ce que ces comités du Congrès voient exactement dans leurs briefings classifiés, parce qu’il y a des gens qui ont cette théorie que tout ce qu’ils entendent c’est des témoignages, il n’y a pas de données de haute-fidélité, pas de retour radar, pas de vidéos plus longues et de plus haute résolution, c’est juste ce virus de l’esprit qui a infecté le gouvernement américain avec des gens comme Robert Bigelow et George Knapp, et pensez juste à quel point c’est ridicule si c’est vrai.

Je me demande quelles cascades d’erreurs devraient se manifester pour que cela se produise et à quel point c’est plausible, mais si c’est vrai, imaginez à quel point ce serait embarrassant pour le gouvernement américain si ce à quoi on a vraiment affaire, ce sont des drones chinois, mais depuis quatre ans, nos hauts fonctionnaires officiels de haut niveau nous disent qu’il y a quelque chose là dehors, que nous ne savons pas.

Si j’étais un officiel chinois de haut niveau, je me dirais : « J’adore ça, mec, c’est un truc génial là, j’adore tout ça ».

Alors qu’est-ce qu’ils voient dans ces briefings qui mènent à toute cette législation et tous ces commentaires ?

Luis Elizondo : Oui, tout d’abord, ce n’est pas nécessaire, je peux vous assurer que notre sénateur Gillbrand, le sénateur Rubio et les autres, le député Timber Shed Gallegos, ces gens ne sont pas des imbéciles, ce sont des gens très intelligents et croyez-moi, ils ne vont pas mettre leur carrière politique ou leurs fesses en jeu pour des ouï-dire.

Ces gens sont très très intelligents et ils sont aussi très courageux de faire ce qu’ils font mais ce qu’ils voient et ce qu’ils entendent est très convaincant.

Ils reçoivent dans certains cas, et certainement leur personnel, je sais que c’est un fait, reçoivent des vidéos haute définition et des photographies de choses prises depuis des plateformes très sensibles sur une base hebdomadaire.

Chaque semaine, nous recevons de nouvelles informations. Rien que cette semaine, nous avons deux autres incidents très intéressants provenant de deux zones d’opération, donc ils reçoivent beaucoup d’informations, rapidement et avec force.

Comme elles arrivent toujours par bribes, elles n’arrivent pas encore sous la bonne forme exploitable.

Par exemple, vous pensez à construire la plomberie à l’intérieur d’un bâtiment, et vous construisez les tuyaux pour fournir l’eau chaude, l’eau froide, et à un moment, et bien la tuyauterie n’est pas encore complète, donc certains robinets fonctionnent mieux que d’autres.

Parfois vous devez aller dans la salle de bain à l’étage si vous voulez avoir de l’eau chaude, vous devez aller dans la cuisine si vous voulez utiliser de l’eau froide, donc le flux d’information dans ce cas ce n’est pas l’eau, mais l’information, et la tuyauterie n’est pas encore terminée elle est toujours en construction en ce moment, et il y a toujours encore des gens qui essaient de comprendre les plans, vous savez quels tuyaux vont où et pourquoi et comment, mais ils obtiennent des informations et ils les obtiennent par des organisations qui contrôlent ces capacités et ces plateformes particulières ; ils obtiennent aussi le témoignage de témoins oculaires, dans certains cas des pilotes eux-mêmes qui se sont effectivement engagés dans l’opération, ils obtiennent aussi des informations sur la façon dont ils ont utilisé ces capacités et plateformes.

Ils voient les rapports et les données de télémétrie qui proviennent de l’exécutif et de diverses organisations disparates, parce que, par exemple, disons que c’est l’OVNI quelque part, ce n’est pas seulement que vous avez, disons, un pilote de F- 18 de la marine qui filme cette chose, il peut aussi y avoir des données radar de la base aérienne locale qui captent ça, et puis il se trouve qu’il y a un satellite météorologique de la NOAA qui surveille certaines conditions atmosphériques au-dessus de la terre. Et peut-être que le contrôle du trafic aérien de la FAA à Minneapolis capte quelque chose également.

Donc c’est ce qui construit ces couches, ce croisement d’informations, qui vous permet ensuite de peindre une image beaucoup plus convaincante, et ensuite de fournir le rapport aux individus qui ont besoin de savoir, et qui ont une autorisation de sécurité adéquate.

La bonne chose à propos du le comité restreint du sénat sur le renseignement et le comité du sénat sur le service armé, ces gens sont clairs, ils ont des autorisations de sécurité au niveau TS et ils peuvent être informés de ces informations.

En fait ils ont un besoin inhérent de savoir, euh surtout les comités de surveillance, comme je viens de le mentionner, donc ça fonctionne et non ces gens ne reçoivent pas juste des informations anecdotiques, ce n’est pas dilués.

Analyse

Est-ce que des satellites de la NOAA peuvent capter des images d’OVNIS ?

La NOAA possède et exploite dix satellites, dont :

  • Cinq géostationnaires (GOES-14, -15, -16, -17 et -18)
  • Quatre satellites en orbite polaire (NOAA-15, -18, -19 et -20)
  • Un satellite de l’espace profond (DSCOVR)

La NOAA exploite six satellites, dont elle n’est pas propriétaire :

  • Suomi NPP (propriété de la NASA)
  • Jason-3 (propriété du CNES)
  • Trois satellites Defense Meteorological Satellite Program (DMSP) (F-16, F-17, F-19)
  • EWS-G1 (propriété de l’Air Force, anciennement GOES-13)

Les satellites GOES sont géostationnaires, ils se trouvent environ à 30 000 km de la Terre.

Les satellites NOAA orbitent continuellement à environ 800 km de la terre.

Le satellite DSCVR est situé à une distance d’un million et demi de kilomètres de la Terre dans la direction du Soleil…

Le Suomi NPP est aussi à environ à 800 km de la terre…

Le Jason-3 est à 1 300 km

Le GOES-13 est à 35786 km

Les F-16, F-17, F-19 sont aussi à environ 800 km.

Je reconnais que tous ces satellites font des photos extraordinaires…

…Certes, mais imaginez-vous vraiment que ces satellites possèdent la capacité électro-optique pour suivre des objets d’une taille de 20 mètres de long ?

Je pense que cela sera très difficile, car en plus de la bonne capacité électro-optique, il faut d’autres capteurs, comme un capteur infra-rouge, un capteur RADAR et les bons algorithmes qui vont faire ce travail.

Les orbites appropriées des satellites de télédétection sont des orbites terrestres basse ou OTB (LEO en anglais, pour low earth orbit) entre quelques centaines de km à jusqu’à 2 000 kilomètres d’altitude.

Il est vrai qu’ils peuvent des photos en très hautes résolutions d’objets fixes, ou de paysages, mais cela devient évidemment plus difficile pour un objet en mouvement rapide se déplaçant en altitude.

Pour moi il est évident que les satellites cités n’ont AUCUNEMENT la capacité de suivre un objet volant, quel qu’il soit.

Ce travail serait dédié à des satellites spécialisés classifiés, dont certainement AUCUN n’est conçu pour ce genre de travail. Certains détectent des émissions électromagnétiques, comme la position des RADARS dans le monde, d’autres les signatures infrarouges, comme les feux de forêt ou les véhicules comme les tanks en Ukraine, tandis que d’autres font des photos à une résolution de quelques dizaines de cm.

Mais le satellite qui fait tout cela et en plus est capable de traiter des objets volants dans l’espace à des dizaines de milliers de km/h, et bien je pense qu’il n’existe tout simplement pas.

Et si c’était si simple, on se demande pourquoi Vol Malaysia Airlines 370 n’a jamais été retrouvé…

Ce qui me déroute également est que les orbites de TOUS les satellites sont connues, incluant les satellites secrets, et qu’il est facile de les éviter, surtout si les OVNIS en question ont des capacités de vols comme celles décrites par le supposé Tic-Tac.

Cela signifierait donc que ces mystérieux UAP font exprès de faire la pause devant les satellites de la NOAA, mais refuseraient catégoriquement de le faire devant plus de 6 milliards de smartphone ?

Je ne dis pas que c’est impossible, mais enfin, reconnaissons tout de même que cela devrait interpeller…Pour ma part je refuse d’avaler ces salades.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.