Un nouveau rapport gouvernemental sur les OVNIs fait allusion à une science surprenante

Un rapport des services secrets de 2021 sur les OVNIs décrit une « technologie avancée ».

https://www.psychologytoday.com/us/blog/long-fuse-big-bang/202111/new-government-ufo-report-hints-surprising-science

Posté le 29 novembre 2021 | écrit par Eric Haseltine Ph.D. et Révisé par Kaja Perina

POINTS CLÉS

  • Un rapport de 2021 de la communauté du renseignement américain décrit 143 observations inexplicables d’avions qui accélèrent à une vitesse étonnante.
  • Le rapport suggère que nous pourrions avoir besoin de « nouvelles connaissances scientifiques » pour expliquer le comportement de ces avions.
  • Cependant, des extensions de la science connue pourraient expliquer les étranges objets aériens, que cette science soit exploitée par des humains ou des extraterrestres.
  • Par exemple, les types existants de sources d’énergie dirigées pourraient théoriquement être mis à l’échelle et dirigés rapidement pour obtenir des accélérations élevées des objets.

Je ne peux pas dire grand-chose de mes expériences en tant qu’officier de renseignement, mais une chose que je peux dire, c’est que je recevais constamment la question de mes amis : « Les OVNIs sont-ils réels ?« 

Ma réponse était généralement un sourire énigmatique, qui laissait entendre que j’en savais plus que je ne pouvais en dire, mais qui cachait en réalité une totale ignorance sur le sujet.

Les OVNIs, les ETs, les enlèvements par des extraterrestres et les visites ne sont tout simplement pas des sujets qui intéressent la communauté du renseignement, malgré l’obsession occasionnelle du public pour le sujet.

C’est pourquoi j’ai été stupéfait lorsque l’Office of the Director of National Intelligence (où j’étais directeur de la science et de la technologie) a publié en juin dernier un rapport intitulé Preliminary Assessment : Unidentified Aerial Phenomena (UAPs).

Les UAP sont le nom donné par le gouvernement aux OVNIs : des objets volants de forme bizarre qui se déplacent de manière anormale et choquante.

Le rapport porte sur 144 observations effectuées au cours des 20 dernières années, presque toutes par l’armée américaine, dont 143 n’ont pu être expliquées. La majorité de ces observations ont été détectées simultanément par plusieurs capteurs, tels que des caméras spéciales et des radars, et ne pouvaient donc pas être rapidement écartées comme des anomalies purement visuelles (oiseaux, débris volants, ballons, cristaux de glace, réfraction atmosphérique).

(Note : C’est une erreur, ces observations portent sur les 18 mois avant le rapport…)

Dans 18 cas, les UAP « semblaient rester stationnaires dans les vents en altitude, se déplacer contre le vent, manœuvrer brusquement ou se déplacer à une vitesse considérable, sans moyen de propulsion discernable ».

Lors d’une observation de ce type par plusieurs aviateurs de la marine et opérateurs radar en 2004 près de San Diego, plusieurs objets sont apparus à 80 000 pieds, puis sont descendus en quelques secondes à 20 000 pieds sans produire de bang sonique, de traînée d’échappement ou toute autre signature « normale » de mouvement rapide. De plus, les objets n’avaient ni ailes, ni rotors, ni moteurs, et n’utilisaient donc aucun moyen connu de propulsion ou de portance aérodynamique.

En supposant que les UAP et leurs comportements choquants soient réels (il est toujours possible que des explications banales apparaissent), il y a deux possibilités concernant la science qui sous-tend les phénomènes : Les objets représentent des extensions passionnantes de la science connue (comme la physique de l’énergie dirigée) ou exploitent des caractéristiques d’une science exotique inconnue (comme le voyage plus rapide que la lumière à travers des trous de ver gravitationnels).

Ici, je me concentrerai uniquement sur les extrapolations de la science connue.

Et la première branche de la science connue que j’aborderai est la psychologie, et non la physique ou l’aéronautique, car une partie de notre difficulté à comprendre les UAP pourrait plus à voir avec nos propres préjugés et attentes qu’avec les phénomènes eux-mêmes. Par exemple, lorsque nous voyons des « objets » tournoyer dans le ciel, nous supposons naturellement – victimes de l’anthropomorphisme – qu’il s’agit de versions exotiques de choses que nous pourrions construire, comme des avions pilotés ou non pilotés dotés de leur propre moyen de propulsion. Mais que se passe-t-il si les UAP sont différents de tout ce que nous pourrions construire, ne possédant pas de système de propulsion interne propre, mais s’appuyant sur des sources externes ? Ou encore, si ces UAP n’étaient pas du tout des objets manufacturés, mais des sortes de projections dans l’air qui semblent être des objets solides ?

En mettant de côté nos préjugés pour envisager de telles idées, mais en utilisant la physique connue, nous arrivons à un ensemble d’explications très étranges, mais plausibles, du comportement des UAP dont vous n’avez probablement jamais entendu parler, même dans les films de science-fiction.

Ces explications, d’une manière ou d’une autre, résolvent le mystère des accélérations et des vitesses étonnantes en postulant que les UAP ont soit une masse minimale, soit une masse nulle.

Cette conclusion découle de l’une des équations les plus fondamentales de la physique, A=F/M, où A est l’accélération d’un objet, F est la force qui accélère l’objet et M est la masse de l’objet. Ainsi, pour une force donnée, l’accélération augmente lorsque la masse diminue.

Étant donné que certains des objets observés sont aussi gros que des avions de chasse pesant une vingtaine de tonnes, les physiciens de l’Université d’État de New York à Albany en 2019 ont calculé que 1100 milliards de watts d’énergie, soit plus de 100 fois celle produite quotidiennement aux États-Unis, seraient nécessaires pour déplacer des objets aussi lourds aussi rapidement.

Ce qui nous fait rapidement entrer dans le domaine de la physique totalement inconnue, bien au-delà de la portée de cet article.

Mais supposons que les objets soient constitués d’un matériau extrêmement léger et résistant qui soit poussé ou tiré par une énergie dirigée, comme des lasers infrarouges (invisibles) ou des micro-ondes ? Les photons de lumière et les micro-ondes poussent et tirent effectivement sur la matière, donnant lieu à l’une des idées phares de la NASA pour les voyages interstellaires, les voiles de lumière (la lumière du soleil ou d’un laser pousse sur une grande voile attachée à un vaisseau spatial, comme illustré ci-dessous).

Dans ce scénario, les objets ultralégers supposés n’auraient aucune propulsion interne, mais seraient poussés et tirés par des lasers ou des micro-ondes émanant d’ailleurs (par exemple d’un navire de surface ou d’un satellite en orbite). La propulsion de projectiles par laser a été démontrée à petite échelle, en déplaçant des projectiles spécialement conçus à environ 100 mètres dans les airs.

Cette image d’une « voile solaire » de la NASA en orbite terrestre basse illustre le concept de la lumière (énergie solaire) poussant sur des objets légers, mais solides.

Bien que la mise à l’échelle du concept de poussée/traction de l’énergie dirigée pour tenir compte des UAPS soit théoriquement possible, elle laisse sans réponse la question lancinante de savoir pourquoi les UAPS, qui se déplacent beaucoup plus vite que le son dans l’atmosphère, ne produisent aucun bang sonique ou autre forme de turbulence.

L’une des explications est que les UAPS n’ont essentiellement aucune masse et donc aucune surface aérodynamique qui créerait des bangs soniques, car il ne s’agit pas d’objets physiques manufacturés, mais d’une forme exotique (encore connue) de matière appelée plasmas d’air libre.

Lorsque des rayonnements laser ou micro-ondes intenses sont concentrés dans l’air, ils arrachent des électrons aux molécules d’azote, créant ainsi un plasma qui émet de la lumière, de la chaleur et des micro-ondes, et qui reflète également les micro-ondes (qui peuvent donc apparaître sur les caméras infrarouges et les radars). Ces plasmas peuvent être de forme ovale, sphérique ou irrégulière.

Ci-dessous, un plasma flottant dans l’air, produit par un faisceau laser de forte puissance. Ces plasmas ne bougent pas réellement, mais semblent se déplacer lorsque le faisceau laser sans masse qui les forme se déplace pour former des plasmas d’apparence identique à d’autres endroits. Et un miroir de direction laser à distance pourrait déplacer les emplacements du plasma bien plus rapidement que vous ne pourriez déplacer un point laser d’un pointeur laser.

Même si les scientifiques américains ne disposent pas de systèmes d’énergie dirigée capables de déplacer des objets légers ou de former des plasmas qui ressemblent et se comportent comme les UAP signalés, quelqu’un d’autre pourrait théoriquement avoir développé une telle technologie, et pourrait l’avoir déployée pour des raisons que nous ne pouvons que deviner.

Peut-être veulent-ils voir comment nous réagissons aux UAP, peut-être veulent-ils simplement nous embrouiller, peut-être (si les UAP sont des plasmas) illuminent-ils nos véhicules militaires avec de l’énergie électromagnétique pour mieux les sentir et les comprendre.

Nous n’en savons rien. Mais, étant donné que le gouvernement pense que les UAP sont réels, quelqu’un, quelque part, semble posséder une science qui est… hors du commun.

Notes personnelles

Eric Haseltine, né le 11 octobre 1951, est un fonctionnaire américain qui a notamment été le directeur de la recherche de la National Security Agency (NSA) de 2002 à 2005.

Et pourtant, il n’a apparemment jamais entendu parler des OVNIS / UFO / UAP durant ces années de services…Mais il a des idées…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *