Une université allemande de premier plan reconnaît les phénomènes aériens non identifiés …

Une université allemande de premier plan reconnaît les phénomènes aériens non identifiés comme un sujet légitime de recherche universitaire.

Toledo, le 13.02.2022, tous droits réservés

https://www.uni-wuerzburg.de/aktuelles/pressemitteilungen/single/news/uap-neu-im-forschungskanon-1/

Une université allemande de premier plan reconnaît les phénomènes aériens non identifiés comme un sujet légitime de recherche universitaire

Les parents souhaitent généralement que leurs enfants qui fréquentent l’université se spécialisent dans un domaine bien rémunéré et n’embarrassent pas leurs amis lorsqu’ils se réunissent pour discuter de ce que font leurs enfants. Si vous êtes l’un de ces parents, que diriez-vous s’ils rentraient à la maison et annonçaient que leur domaine d’études était les phénomènes aériens non identifiés ? Vous lanceriez un objet non identifié contre le mur ? Eh bien, préparez-vous – une école en Allemagne est devenue la première université occidentale de haut niveau à reconnaître les PAN comme un domaine légitime de recherche universitaire. Pouvez-vous obtenir des billets pour la cérémonie de remise des diplômes pour les ETs ?

 « Le Centre de recherche interdisciplinaire pour les sciences extraterrestres (IFEX) est un institut scientifique interdisciplinaire de la Faculté de mathématiques et d’informatique de l’UJM. Il a été fondé dans le but d’intensifier et d’institutionnaliser la coopération entre les personnes et les institutions concernées. »

Si cela peut aider à convaincre vos parents que vous êtes sérieux dans vos études sur les OVNIs, le communiqué de presse précise que le cours fait partie des départements de mathématiques et d’informatique de l’Université Julius Maximilian de Würzburg. Fondée en 1402, c’est l’une des plus anciennes institutions d’enseignement supérieur d’Allemagne et elle est à l’origine de plus d’une douzaine de prix Nobel dans le domaine des sciences. Y aura-t-il un jour un prix Nobel pour les phénomènes aériens non identifiés ?

« Les membres de l’IFEX développent des technologies pour explorer l’espace, les objets de notre système solaire, les étoiles et les galaxies. Ils gardent également un œil sur les signes de vie extraterrestre et d’intelligence extraterrestre. »

L’Université Julius Maximilian jouit d’une excellente réputation et permettra aux étudiants d’avoir accès à la Société Max Planck, au Centre aérospatial allemand, à l’Office fédéral de l’aviation et au service météorologique allemand pour leurs études. Bien qu’il n’ait pas (encore) de prix Nobel, le président de l’IFEX est Hakan Kayal, un professeur d’ingénierie aérospatiale et de technologie spatiale qui a récemment fait la une des journaux pour avoir fait la démonstration de son nouveau système de caméra SkyCAM-5 installé sur le toit d’un bâtiment universitaire, qui utilise l’intelligence artificielle pour rechercher et photographier les ovnis et éliminer les non-ovnis.

Note de Toledo : J’en ai déjà parlé sur cette page:

« Le fait d’inclure le sujet UAP/OVNI dans le canon de recherche d’une université ou d’une institution scientifique allemande représente un changement de paradigme dans le traitement antérieur de ces phénomènes – non seulement en Allemagne mais dans le monde entier. »

Un certain nombre d’écoles ont inclus des informations sur les UAP et la recherche de la vie extraterrestre dans des cours individuels, généralement dans les domaines de l’astronomie ou de l’astrobiologie, mais aucune n’a un programme complet. Est-ce parce que la demande est faible ? Cela peut changer avec l’augmentation croissante de l’intérêt suscité par la mise en place de nouveaux programmes gouvernementaux aux États-Unis pour traquer les OVNIs et l’acceptation du sujet par les médias grand public. La principale résistance risque plutôt de venir des scientifiques, comme l’a expliqué un porte-parole de la société Max Planck.

« (Ce domaine n’est) pas un sujet de recherche fondamentale ».

En réponse à l’annonce de l’IFEX, le Centre aérospatial allemand (le centre national du pays pour la recherche sur l’aérospatiale, l’énergie et les transports) a déclaré « qu’il n’est pas nécessaire d’entreprendre de telles activités (de recherche). »

Laisser un commentaire